Page 110

94

ANTIGOA.

souliers ; ils en ont aujourd'hui, et ne se soucient pas de les gâter dans la boue. Le soir, le temps s'était éclairci, et nous trouvâmes dans la salle de réunion des Méthodistes de Saint-Jean, une congrégation composée de 2,000 personnes. C'était un jour de grande solennité, et nous nous sommes assurés plus tard que les nègres émancipés formaient la majorité de cette assemblée, aussi respectable par la décence de son extérieur que par ses sentiments. On nous rappela fort à propos en cette occasion les paroles de l'Apôtre : « Mes frères, vous avez « été appelés à la liberté ; seulement ne prenez « pas de cette liberté un prétexte de vivre selon « la chair, mais assujettissez-vous les uns aux « autres par la charité. » Le lendemain matin , nous avons visité l'école normale de Mico. Mico est le nom d'une dame qui, par son testament, légua, il y a 150 ans environ , une propriété dont le produit devait être employé à payer la rançon des chrétiens captifs chez les Barbaresques. Cette propriété a acquis depuis une grande importance; et en vertu d'un décret de la cour de Chancellerie britannique, le revenu doit être appliqué aux frais d'une éducation basée sur l'enseignement des Écritures dans les Antilles, mais sans plier cet enseignement aux doctrines et aux convenances de telle

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement