Page 109

ANTIGOA.

93

point , et le soir, nous eûmes dans le salon une réunion religieuse composée de la famille, de ses amis, de ses voisins et de ses domestiques blancs, noirs et hommes de couleur. Tout nous prouve que Dow'shill est l'asile de tous les sentiments généreux et du véritable libéralisme. Le 18 du premier mois (janvier), nous avons reçu la visite d'une dame non moins distinguée par son esprit que par sa position sociale, et qui possède dans cette île des biens considérables. Ses propriétés, du temps de l'esclavage, étaient criblées d'hypothèques; mais aujourd'hui, sous l'influence régénératrice du nouveau système, elles sont libres ou bien près de l'être de toutes ces charges. Un grand nombre de cas semblables avaient eu lieu, nous dit-on, à Antigoa. Le 19 du premier mois (janvier), premier jour de la semaine, nous avions indiqué une réunion dans un village appelé Parham. Il tombait le matin une pluie battante, ce qui n'empêcha pas 200 nègres environ de braver le mauvais temps et de se réunir à nous au moment du service. On les dit aujourd'hui moins disposés qu'autrefois à sortir par la pluie pour se rendre aux divers lieux de culte, et la raison en est curieuse: autrefois, les pauvres gens n'avaient ni bas ni

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement