Page 106

90

ANTIGOA.

libres employés pour une quantité de travail donnée est au-dessous de ce tiers. En conséquence , nous pouvons, en toute bonne foi, porter à 30 pour cent au moins l'argent ainsi économisé pour la plupart des habitations d'Antigoa. Mais si l'on ajoute au passif du temps de l'esclavage l'intérêt des sommes payées pour l'achat des esclaves, le parallèle parlera plus fortement encore en faveur de la liberté. À tous ces arides détails d'arithmétique, nous ajouterons néanmoins une considération générale et démontrée par l'expérience, c'est que l'esclavage et le gaspillage sont deux frères jumeaux, tandis que la liberté et l'économie sont deux sœurs inséparables. Sous l'aiguillon généreux de la liberté, on invente des procédés, des méthodes de travail plus simples et plus expéditives ; la mécanique vient au secours de l'industrie ; tout homme, noir ou blanc, sait qu'il ne doit compter que sur ses efforts personnels, et la coopération fait circuler la richesse dans toutes les veines du corps social. « Tout bien considéré, dit le docteur Nugent, « dernièrement orateur de l'assemblée d'Anti« goa, c'est avec bonheur que je reconnais que « le travail libre est le moins cher de tous les « systèmes, et l'avantage en est incalculable, « surtout pour ces propriétés qu'encombraient « autrefois une foule de bras inutiles. »

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement