Page 117

ET LA MARTINIQUE

111

Jérôme du Sarrat, écuyer, sieur de la Pierrière, originaire de Gascogne, commissionné par le gouverneur (non sans l'aveu des habitants) pour le remplacer pendant son absence, avait le défaut de ne pas savoir se prononcer entre les deux partis. Ne donner tort à l'un ni à l'autre était un moyen d'entretenir le désordre. La Pierrière ne semblait pas à la hauteur du mandat qui lui avait été confié ; autrement, lorsque, le 26 juin, plusieurs écervelés du Prêcheur, sortant de l'exercice, crièrent en sa présence qu'ils n'entendaient plus payer aucuns droits à la Compagnie, il aurait dû, parlant avec fermeté aux auteurs de ce tumulte, leur montrer les conséquences de cette mutinerie. Et, quelques jours après, lorsque deux émissaires de M. de Poincy, arrivant de la Guadeloupe, firent courir le bruit que les habitants de cette île, ayant pris les armes, avaient forcé Houël à supprimer les droits, il aurait dû chercher à détourner l'effet de cette fausse nouvelle en déclarant (ce qui ne l'engageait à rien) que, si réellement les droits avaient été supprimés à la Guadeloupe, ils le seraient aussi à la Martinique. Mais la Pierrière, par excès de prudence, jugea plus sûr de ne rien dire. Le 7 juillet — croyant à son silence qu'il était pour eux — les mutins, s'échauffant de plus en plus, pillèrent les magasins des marchands du Prêcheur. Le surlendemain, Beaufort, encouragé par l'inertie de l'intérimaire, vint, avec cent cinquante de ses partisans, détruire « la case des seigneurs de la Compagnie. » Le 10, la maison du sieur de Lespérance, intendant de du Parquet, fut incendiée « et tout ce qui estoit dedans. » Ces actes de brigandage faisaient gémir la Pierrière, sans le décider à prendre quelque mesure énergique pour essayer de les réprimer. On renversait pièce à pièce l'œuvre de son maître et les menaces des séditieux en délire présageaient la ruine complète de la colonie. D'où lui viendrait le salut? D'une femme aussi courageuse qu'intelligente. Déjà nous avons présenté au lecteur Mme de Saint-André. On a pu entrevoir l'influence que Marie Bonnard, la jeune

Origines de la Martinique : le Colonel François de Collart et la Martinique de son temps  

Auteur : L. Guët / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et d...

Origines de la Martinique : le Colonel François de Collart et la Martinique de son temps  

Auteur : L. Guët / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et d...

Advertisement