Page 114

— 106 —

Lettre du 20 mai 1713 Boisfermé est naturellement gouverneur de MarieGalante. J’ignore s’il y voudra retourner étant mortifié au dernier point de l’emploi qu’à son préjudice vous venez de donner à M. de la Malmaison, auquel j’en ai envoyé l’expédition. A vous dire naturellement ce que je pense, Boisfermé me paraît avoir raison. Il n’est pas sans défauts et mêmes assez considérables, je vous les ai marqués; mais il a beaucoup de bonnes parties pour le service : connaissance, attention, exactitude, résidence éternelle, inflexibilité contre les manquements et surtout une valeur dont chacun convient qu’en toutes occasions il a donné des preuves, ayant d’ailleurs perdu un bras au service du roi. Boisfermé était gouverneur et même fut envoyé commander à la Guadeloupe où il se comporta très bien pendant que la Malmaison y était lieutenant du roi. Boisfermé est infiniment au-dessus... longtemps officier d’artillerie, excellent sujet et sans difficulté le meilleur de tous que je connais; le commandement du fort royal ne peut jamais être mieux confié qu’à lui, mettant un autre à Marie Galante. En note du ministre (!). Boisfermé a des défauts essentiels qui ont empêché qu’on lui accorde ce qu’on a accordé à Malmaison. Dans un temps où il faut épargner, on ne peut proposer au roi de mettre un gouverneur au Fort royal. C 8 A 19)

Tricentenaire des Antilles : Guadeloupe 1635-1935  

Auteur : Jospeh Rennard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antil...

Tricentenaire des Antilles : Guadeloupe 1635-1935  

Auteur : Jospeh Rennard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antil...

Advertisement