Page 1

№ 69

Prix : 1 fr 20 Belgique : 1 fr 50

Oui, Ferdinand,

C. 1.

c'est moi...

( P a g e 2131)

LIVRAISON 273

MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie Conseil général

de la Guyane


MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie

Conseil général de la Guyane


— 2179 — j_je j o u r commençait a se lever et b i e n t ô t la fraîcheur de la n u i t fit place à u n e chaleur toujours croissante. D e u x h e u r e s p l u s t a r d , u n soleil de feu e m b r a s a i t le ciel. J a m e s Wells p r o p o s a à l ' a v e n t u r i è r e de s ' a r r ê t e r et de p r e n d r e u n p e u de repos, m a i s elle refusa en s'exc l a m a n t avec véhémence : — N o n !... P o u r s u i v o n s n o t r e chemin.. Ne n o u s laissons p a s v a i n c r e p a r la fatigue. I l s p o u r s u i v i r e n t encore leur r o u t e p e n d a n t u n e heur e et demie, p u i s ils se v i r e n t c o n t r a i n t s de faire halte, car les chevaux ne p o u v a i e n t p l u s continuer, L e s d e u x v o y a g e u r s s ' é t e n d i r e n t sur le sable et s ' a b a n d o n n è r e n t a u sommeil j u s q u ' à l ' h e u r e dit crépuscule. P u i s ils r e m o n t è r e n t à cheval et p a r c o u r u r e n t encore u n e v i n g t a i n e de k i l o m è t r e s . L a n u i t était assez obscure et il était difficile de s'or i e n t e r . L e s deux v o y a g e u r s s ' a r r ê t è r e n t de n o u v e a u et ne r e p a r t i r e n t q u ' à l'aube.

L e s deux fugitifs c o n t i n u a i e n t l e u r course à t r a v e r s le désert. M a l g r é la distance considérable qu'ils a v a i e n t déjà p a r c o u r u e , ils n ' a p e r c e v a i e n t toujours, aussi loin qu'ils p o u v a i e n t voir que le ciel et du sable. — N ' a r r i v e r o n s - n o u s donc j a m a i s ! gémit A m y N a b o t qui commençait à avoir b e a u c o u p de peine à se t e n i r en selle. — Selon mes calculs, nous devrions déjà ê t r e a r r i vés depuis l o n g t e m p s , r é p o n d i t J a m e s Wells avec u n air préoccupé. — Mon "Dieu ! Serait-il possible que n o u s nous soyons égarés %

MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie

Conseil général de la Guyane


2180

-

— N o n ! Cela est impossible... J e n ' a i cessé de consulter m a boussole t o u t le long du chemin.... H f a u t donc croire que je me suis t r o m p é d a n s m o n a p p r é c i a t i o n a p p r o x i m a t i v e de la distance à parcourir... — Voulez-vous me m o n t r e r v o t r e boussole % dit l'espionne, p r i s e soudain d ' u n doute instinctif. J a m e s Wells t i r a le p e t i t i n s t r u m e n t de sa poche et le t e n d i t à sa compagne qui se mit à l ' e x a m i n e r a t t e n t i vement. — C'est bien ce que je p e n s a i s !s'exclama-t-elle t o u t à-coup. V o t r e boussole ne fonctionne plus... Elle est dé traquée ! — D é t r a q u é e ? s'écria J a m e s Wellse en pâlissant. C o m m e n t cela-serait-il possible % — R e g a r d e z vous-même ! L ' e x p l o r a t e u r se m i t à e x a m i n e r l ' i n s t r u m e n t à son t o u r et il d u t se r e n d r e à l'évidence. A m y N a b o t avait r a i s o n : le s u p p o r t de l'aiguille m a g n é t i q u e était désaxé et oscillait en tous sens. L ' a v e n t u r i è r e se mit à p l e u r e r comme une enfant, se s e r r a n t la t ê t e e n t r e ses m a i n s . — Ne vous désespérez p a s , M a d a m e , lui dit J a m e s W e l l s . N o u s n o u s sommes sans doute écartés quelque p e u du bon chemin à la suite de ce m a l e n c o n t r e u x incident, m a i s je ne crois q u a n d même p a s que n o t r e s i t u a t i o n ait r i e n de tragique... — Mais comment allons-nous faire p o u r nous orient e r sans boussole % — N o u s nous orienterons t a n t bien que mal d ' a p r è s la position du soleil ou des étoiles... D ' a i l l e u r s , je crois que n o u s ne devons p a s ê t r e bien loin de Tunis... Mais a u m ê m e i n s t a n t , l ' a v e n t u r i è r e , qui v e n a i t de se r e t o u r n e r , laissa é c h a p p e r u n cri de t e r r e u r . — R e g a r d e z , Monsieur Wells ! s'exclama-t-elle avec u n aocent d'indicible angoisse. L e s chacals 1 U s vont

MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie

Conseil général de la Guyane


2181

nous a t t a q u e r ! Cette fois, t o u t est fini ! N o u s sommes perdus ! — N o n M a d a m e ! Ne vous effrayez p a s ! Ces vilaines bêtes n ' o s e n t que bien r a r e m e n t a t t a q u e r les êtres hum a i n s et, si p a r h a s a r d elles nous a t t a q u a i e n t , il n o u s suffirait p r o b a b l e m e n t de t i r e r quelques coups de fusil p o u r les m e t t r e en fuite. U n p e u r a s s u r é e p a r ses paroles, l ' a v e n t u r i è r e r e m o n t a à cheval et p a r t i t a u galop. Son compagnon fit de même. D u r a n t q u a t r e heures, ils p o u r s u i v i r e n t leur c o u r s e . folle sans a r r ê t , p u i s comme les chevaux étaient t r è s fatigués, les deux fugitifs m i r e n t pieds à t e r r e et m o n t è r e n t sur le c h a m e a u p o u r continuer le voyage à u n e allure p l u s modérée. Soudain, A m y N a b o t p â l i t et s'affaissa. — J e n ' e n p e u x p l u s ! gémit-elle. J'étouffe j ' a i la gorge en feu ! J a m e s Wells l'aida à descendre du chameau et la fit s'ét e n d r e sur u n e couverture qu'il avait étalée sur le sable. Aussitôt elle ferma les y e u x et d e m e u r a immobile a p r è s avoir laissé échapper encore u n faible gémissement. Elle avait p e r d u connaissance. L ' e x p l o r a t e u r lui saisit le poignet p o u r compter les pulsations. L e poids b a t t a i t t r è s fort et l ' a v e n t u r i è r e était de t o u t e évidence en proie à u n e forte fièvre qui l ' a v a i t t e r r a s s é e . Son front était b r û l a n t comme si sa tête avait été embrasée. — Que faire ? se dit J a m e s Wells. Son é t a t me p a r a î t alarmant... Son organisme n ' a p a s p u r é s i s t e r à ce t e r r i ble effort. A p r è s quelques m i n u t e s , les lèvres de l ' a v e n t u r i è r e commencèrent à s'agiter. — De l ' e a u ! De l'eau ! gémit-elle. J ' a i soif ! J a m e s Wells détacha la gourde qui se t r o u v a i t accro-

MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie

Conseil général de la Guyane


2182

chée £ sa ceinture et v e r s a e n t r e les lèvres de l'aven­ t u r i è r e les quelques gouttes d ' e a u qu'elle contenait en­ core. P u i s , v o y a n t qu'elle a v a i t de n o u v e a u o u v e r t les y e u x il lui d e m a n d a avec i n q u i é t u d e : — Comment vous sentez-vous ? — J e suis fatiguée ! T e r r i b l e m e n t fatiguée ! répon­ dit-elle d ' u n e voix faible comme u n sonffle. J e v o u d r a i s dormir. P u i s elle d é t o u r n a u n peu sa t ê t e et ses p a u p i è r e s se f e r m è r e n t de nouveau. J a m e s Wells ne savait p a s quoi faire. Soulevant la t ê t e d ' A m y Nabot, il l ' a p p u y a sur ses genoux. Elle ne réagissait plus et p a r a i s s a i t être tombée d a n s u n e s o r t e de sommeil l é t h a r g i q u e . L e ciel commençait à s'obcurcir et la n u i t allait bien­ t ô t é t e n d r e encore u n e fois ses voiles sur l ' i m m e n s i t é infinie d u désert. L a s i t u a t i o n commençait à devenir réellement cri­ tique, car l ' e a u et les vivres é t a i e n t épuisés. V e r s dix h e u r e s du soir, u n a u t r e g r o u p e de chacals a p p a r u t à quelques centaines de m è t r e s de distance, s'av a n ç a n t l e n t e m e n t vers les d e u x fugitifs. L e u r s y e u x brillaient d a n s les t é n è b r e s comme des charbons a r d e n t s . J a m e s Wells les laissa s ' a p p r o c h e r encore u n peu, sur­ veillant leurs m o u v e m e n t s avec curiosité, p u i s il b r a q u a sa carabine vers eux et t i r a à p l u s i e u r s reprises. Aussitôt, les chacals p r i r e n t la fuite, laissant trois des leurs s u r le t e r r a i n .

L ' e x p l o r a t e u r s'était étendu s u t le sable lui aussi et


2183

il était sur le point de s'endormir q u a n d il e n t e n d i t sou­ dain u n coup de feu, p u i s u n second, p u i s encore u n troi­ sième. Qui avait t i r é ? E s p é r a n t a t t i r e r l ' a t t e n t i o n de ceux qui devaient être à p r o x i m i t é , W e l l s se leva et t i r a u n coup de carabine en l'air, p u i s il a t t e n d i t , le cœur p a l p i t a n t d ' a n x i é t é . Qui cela pouvait-il bien ê t r e 1 P e u t - ê t r e le capitaine R i e u r qui s'était p o r t é à sa r e n c o n t r e avec des renforts ?.'.. D a n s ce cas, t o u t a u r a i t été p o u r le m i e u x ! D u r a n t quelques i n s t a n t s , J a m e s W e l l s d e m e u r a a u x écoutes, l'oreille t e n d u e . P u i s assez étonné de ne plus rien e n t e n d r e , il t i r a encore u n coup de feu en l'air. Cette fois d ' a u t r e s coups de fusil lui r é p o n d i r e n t im­ médiatement. — Eveillez-vous, M a d a m e ! s'exclama l'explora­ t e u r en se p e n c h a n t v e r s A m y Nabot. Voilà du secours ! N o u s sommes sauvés ! L ' e s p i o n n e ne r é p o n d i t p a s . Elle a v a i t o u v e r t u n m o m e n t les yeux, puis elle les a v a i t refermés de n o u v e a u i m m é d i a t e m e n t a p r è s . — Mon Dieu ! se dit J a m e s Welles avec u n e indici­ ble angoisse. Si elle allait m o u r i r m a i n t e n a n t , j u s t e au m o m e n t où n o u s sommes sur le p o i n t d ' ê t r e sauvés 1 Mais l ' e x p l o r a t e u r n ' a l l a i t p a s t a r d e r à avoir une dé­ ception bien amère. L e dernier écho des coups de feu qui a v a i e n t été t i r é s s'était évanoui dans le silence de m o r t de l'immense solitude et l'on n ' e n t e n d a i t plus rien.


2184

CHAPITRE

TERRIBLE

CCCXIII

DECEPTION.

A p r è s u n e scène é m o u v a n t e les enfants qui la sup­ pliaient de r e v e n i r vite et de les e m m e n e r avec elle q u a n d elle i r a i t de n o u v e a u rejoindre leur p a p a , la comtesse E s t e r h a z y sortit de la maison de son p è r e et m o n t a en v o i t u r e p o u r se r e n d r e à la g a r e du Nord. Monsieur D o n a t i , qui l ' a v a i t accompagnée j u s q u ' à la p o r t e d'entrée, lui avait dit avec u n air m é c o n t e n t et préoccupé : — J e t e souhaite de ne p a s être t r o m p é e encore Une fois, m a p a u v r e enfant... De t o u t e façon, souviens-toi de ce que j e suis f e r m e m e n t résolu à ne p l u s r i e n faire p o u r toi n i p o u r ton mari... P u i s q u e , m a l g r é mes objur­ gations, t u tiens absolument à p a r t i r , je préfère que t u n e reviennes plus ! T u es assez âgée p o u r p r e n d r e la r e s ­ ponsabilité de ce que t u fais. — Ne crains rien, p a p a ! lui avait r é p o n d u la j e u n e femme avec assurance. J e connais bien F e r d i n a n d et j e suis convaincue de ce que, cette fois, il s'est sincère­ m e n t repenti... — J e te souhaite qu'il en soit ainsi, ma chère Clara. — A u revoir, papa... J e te recommande les enfants.


2185

Q u a n d je me serais installée quelque p a r t avec ' F e r d i ­ n a n d , je r e v i e n d r a i les chercher, p a r c e que, sans eux, m o n b o n h e u r conjugal ne serait p a s raisonnable ! S u r ce, l ' i n d u s t r i e l emb fille avec u n e a p p a ­ r e n t e froideur. Quelques i n s t a n t s après, la voiture l'em­ p o r t a i t vers la gare. Dès qu'elle y fut arrivée, elle se dirigea v e r s les gui­ chets où l'on délivre les billets p o u r l ' é t r a n g e r et chercha son m a r i du r e g a r d . E s t e r h a z y n ' é t a i t p a s encore là. L a comtesse se mit à se p r o m e n e r de long en l a r g e d a n s la salle des p a s p e r d u s en l ' a t t e n d a n t . L e s m i n u t e s s'écoulaient les u n e s a p r è s les a u t r e s et le comte n ' a p p a r a i s s a i t t o u j o u r s p a s . L a j e u n e femme commençait à se s e n t i r inquiète et à s ' i m p a t i e n t e r . A dix h e u r e s moins cinq, E s t e r h a z y ne s'était p a s encore m o n t r é . E t le t r a i n p a r t a i t dans dix m i n u t e s . P o u r q u o i était-il tellement en r e t a r d 1 N e s'était-il p a s levé à t e m p s 1 A p r è s avoir a t t e n d u encore u n q u a r t d'heure, Clara sortit de la gare, p r i t u n e a u t r e v o i t u r e et donna a u co­ cher l'adresse du domicile p r i v é de son m a r i .

Q u a n d elle descendit du véhicule d e v a n t l ' i m m e u ­ ble où d e m e u r a i t le comte, Clara vit u n e g r a n d e voiture de d é m é n a g e m e n t d a n s laquelle trois hommes é t a i e n t en t r a i n d ' e n t a s s e r des meubles. H lui suffit d ' u n coup d'œil r a p i d e p o u r r e c o n n a î t r e le mobilier de son m a r i . A u même i n s t a n t , elle a p e r ç u t l'ordonnance de l'ex- . G. I.

LIVRAISON 2 7 4


2186

colonel qui v e n a i t d ' a p p a r a î t r e sous le porche de la m a i ­ son. — Ce sont les meubles de m o n m a r i que l'on est en t r a i n de charger d a n s cette v o i t u r e 1 lui dit-elle en s'a" a n ç a n t vers lui. — E n effet, M a d a m e la comtesse... — E t , où les envoie-t-on % — Monsieur le comte les a v e n d u s a Monsieur 'Abrahamson... — A h % E t où est m o n m a r i % Est-il encore d a n s son a p p a r t e m e n t % L e j e u n e homme la r e g a r d a a v e c ' u n air quelque p e u étonné. — Non, M a d a m e la comtesse, répondit-il, Monsieur le comte est p a r t i cette nuit... — P a r t i ! s'écria la m a l h e u r e u s e en pâlissant. I l est déjà parti % — M a d a m e la comtesse ne le savait donc p a s % m u r ­ m u r a le soldat, de plus en plus étonné. L a comtesse r e m u a les lèvres comme si elle avait voulu dire quelque chose, m a i s a u c u n son n e p u t s o r t i r de sa gorge contractée. — M o n Dieu ! s'exclama tout-à-coup l ' o r d o n n a n c e . J e m e rappelle m a i n t e n a n t que Monsieur le comte m ' a remis hier a u soir une. l e t t r e adressée à M a d a m e la com­ tesse p o u r que je la m e t t e à la poste:.. M a i s j ' a i eu tel­ l e m e n t à faire à cause de son d é p a r t que j e ne m ' e n suis p a s souvenu ! Clara t r e m b l a i t comme u n e feuille. — Où est cette l e t t r e % demanda-t-elle d ' u n e voix faible comme u n souffle. , — J e pense qu'elle doit ê t r e r e s t é e d a n s la poche de m o n p a r d e s s u s , r é p o n d i t le j e u n e homme a p r è s avoir réfléchi u n m o m e n t . J e vais aller voir.


— 2187

E t il courut aussitôt v e r s l ' a p p a r t e m e n t de son m a î ­ tre. Quelques i n s t a n t s plus t a r d il r e v i n t avec u n e l e t t r e p o r t a n t le n o m de la comtesse et l'adresse de Monsieur Donati. — Merci ! b a l b u t i a l'infortunée c r é a t u r e . E t , p r e n a n t la l e t t r e , elle s ' e m p r e s s a de s'éloigner. L a terrible émotion à laquelle elle était en proie la suffoquait p r e s q u e ; son cœur p a l p i t a i t avec une violen­ ce i m p r e s i o n n a n t e . F e r d i n a n d était p a r t i ! P a r t i sans elle ! Son désespoir était t e l que la pensée du suicide se p r é s e n t a soudain à son esprit. M o u r i r ? N ' é t a i t - c e p a s ce qui lui r e s t a i t de m i e u x à faire ? Comment aurait-elle p u se p r é s e n t e r de n o u v e a u d e v a n t son p è r e % Comment s u p p o r t e r le poids d ' u n e telle h o n t e 1 E n p a s s a n t d e v a n t u n p e t i t café, elle s ' a r r ê t a et hé­ sita u n m o m e n t ; p u i s elle e n t r a d a n s l ' é t a b l i s s e m e n t p o u r se r e p o s e r et lire la l e t t r e de son m a r i . A p r è s avoir b u u n e t a s s e de t h é , elle p r i t la l e t t r e qu'elle a v a i t glissée d a n s son sac et, d ' u n e m a i n t r e m ­ blante, elle déchira l'enveloppe. L ' i n s t a n t d ' a p r è s , ses y e u x voilés de l a r m e s lisaient les lignes s u i v a n t e s : lia pauvre

Clara,

Quand tu recevras cette lettre, je serai déjà loin. Je te jure que ma décision de vous quitter, toi et les enfants m'a beaucoup coûté. Mais j'étais convaincu de ce que je n'aurais fait que commettre une nouvelle infamie si j'avais accepté ton offre si généreuse de partir avec moi. L'avenir se présente sous un aspect trop sombre pour que je puisse assumer, ung aussi lourde responsabilité.


2188

Pour nous éviter à tous deux le chagrin de tristes adieux, je préfère partir sans te revoir. Abandonne-moi à mon tragique destin, Clara ! Ce qui m'attend est une vie dure et malheureuse. Je vais devoir lutter de toutes mes forces contre l'adversité qui s'est abattue sur moi et dont je ne suis pas en droit de me plaindre, l'ayant assurément méritée par ma conduite inqualifiable. Si un jour j'arrive à me refaire une situation convenable, à redevenir honnête homme, je te promets de venir te chercher et de passer le reste de mon existence auprès de toi et de nos enfants. Mais, pour le moment, je ne puis que te dire adieu, ma chère Clara. Je t'embrasse affectueusement. FERDINAND.

« P . S. — L e billet de chemin de fer que t u t r o u v e r a s ci-joint te d é m o n t r e r a que j ' a v a i s , t o u t d ' a b o r d l'inten­ tion bien a r r ê t é e de p a r t i r avec toi. Ce n ' e s t q u ' a p r è s m û r e réflexion que je me suis décidé finalement à te quit­ t e r et à p a r t i r seul. Clara r e l u t encore à deux ou trois r e p r i s e s la l e t t r e de son indigne époux, s'efforçant de c o m p r e n d r e le sens exact de ces t e r r i b l e s p h r a s e s . Son a m o u r était si g r a n d qu'elle cherchait encore à justifier m e n t a l e m e n t l'odieuse façon d ' a g i r du misérable. Ses doigts t r e m b l a n t s s e r r a i e n t le billet de chemin de fer qu'elle v e n a i t de r e t i r e r de l'enveloppe. Qu'allait-elle faire, m a i n t e n a n t % Si elle p a r t a i t elle aussi? Si elle t e n t a i t d'aller re­ j o i n d r e son m a r i % — De t o u t e façon, je ne p e u x plus r e s t e r à P a r i s ! se disait-elle en h o c h a n t la tête avec u n air désespéré. J ' a i


2189

nierais encore m i e u x me r é s o u d r e à n ' i m p o r t e quelle ex­ t r é m i t é que de r e t o u r n e r a u p r è s de m o n p è r e et de l u i avouer cette nouvelle désillusion. A p r è s avoir réfléchi encore u n i n s t a n t elle a p p e l a le garçon, p a y a sa consommassion et sortit du café. P u i s elle p r i t u n e voiture et se fit de n o u v e a u conduire à la g a r e du Nord.

CHAPITRE

UN

CCCXIV

VIEIL

AMI

A p r è s avoir r e g a r d é u n i n s t a n t le p e r s o n n a g e qui v e n a i t de lui poser u n e m a i n s u r l'épaule, M a x E r w i g m u r m u r a enfin avec u n é t o n n e m e n t indicible : — Toi, M o r a w i t z % Toi ici % — Cela t ' é t o n n e , n'est-ce p a s ? Mais t u A ois que, si v a s t e que soit le monde, d e u x v i e u x amis comme n o u s ont t o u j o u r s la possibilité de se r e n c o n t r e r ! — E n t o u s cas, j e suis bien c o n t e n t de t e revoir ! — Moi aussi, r é p o n d i t le légionnaire. E t , r e m a r ­ q u a n t le filet à pipillons que M a x E r w i g avait déposé a côté de lui, il d e m a n d a en s o u r i a n t : — Te voilà donc devenu n a t u r a l i s t e , m o n v i e u x M a x 1 E t p o u r q u o i p o r t e s - t u ces affreuses l u n e t t e s bleues % Que signifie cet é t r a n g e d é g u i s e m e n t % — I l f a u t croire que j e ne suis p a s t r o p bien dégui­ sé, p u i s q u e t u m ' a s r e c o n n u q u a n d m ê m e ! — J e dois t ' a v o u e r que j e ne t ' a i p a s r e c o n n u t o u t de suite ! Ces l u n e t t e s c h a n g e n t complètement t a phy/7


— 2190 — sionomie ! Mais, viens l'asseoir à m a table, mon cher Max... N o u s p a r l e r o n s p l u s à l'aise... — Ne pourrions-nous p a s n o u s installer d a n s u n e pièce séparée où p e r s o n n e ne p o u r r a i t nous e n t e n d r e % — A h ! fit le légionnaire avec u n air pensif. J e crois déjà pouvoir deviner que t u es sur le p o i n t de t e n t e r quel­ que chose d ' e x t r a o r d i n a i r e , n'est-il p a s v r a i % — Tais-toi ! lui r e c o m m a n d a l'Alsacien en p r o m e ­ n a n t a u t o u r de lui u n r e g a r d circonspect. Dis-moi plu­ t ô t s'il n ' y a u r a i t p a s moyen de m e loger dans cette mai­ son.

— Si t u veux, j ' e n p a r l e r a i moi-même a u patron... — T u m e ferais u n g r a n d plaisir, Morawitz... L e légionnaire se dirigea aussitôt vers le comptoir d e r r i è r e lequel se t e n a i t le p a t r o n de l ' é t a b l i s s e m e n t et lui dit : — Ce m o n s i e u r v o u d r a i t u n e chambre... P o u r r i e z vous lui en donner u n e % — Oui, r é p o n d i t l ' a u t r e . J ' a i une c h a m b r e libre, m a i s j e ne sais si ce m o n s i e u r s'en c o n t e n t e r a car c'est u n e c h a m b r e fort modeste. — Ça n ' a p a s d ' i m p o r t a n c e , s ' e m p r e s s a de dire M a x E r w i g , qui a v a i t e n t e n d u . — D a n s ce cas, veuillez m e suivre... Ce disant, le p a t r o n fit m o n t e r les deux hommes a u p r e m i e r étage et fit e n t r e r le pseudo-professeur d a n s u n e p e t i t e c h a m b r e meublée d ' u n lit de fer, d ' u n e chaise boi­ teuse, d ' u n v i e u x lavabo et d ' u n e commode en m a u v a i s état. — Cela vous va-t-il % •— Oui, r é p o n d i t M a x E r w i g . A p p o r t e z nous u n e bouteille de vin et deux v e r r e s . Quelques i n s t a n t s plus t a r d les deux amis se t r o u ­ v a i e n t seuls d a n s la p e t i t e pièce.


— 2191

— E h bien, m o n cher M o r a w i t z ? Comment te t r o u ­ ves-tu à la Légion % — Cela dépend des j o u r s ! r é p o n d i t le légionnaire en faisant u n e grimace. C'est u n m é t i e r qui n ' e s t p a s toujours t r è s a m u s a n t ! E t toi, que fais-tu % P o u r q u o i est u v e n u d a n s ce m a u d i t p a y s % L e c a m a r a d e de L e n i eut u n sourire é n i g m a t i q u e et r é p o n d i t : — J e suis le professeur L i c h t e n b e r g e r , de l ' U n i v e r ­ sité, de V i e n n e , — Diable ! T u dois avoir en t ê t e de bien t é n é b r e u x projets ! — J e veux faire évader u n forçat ! — Ne p a r l e p a s si fort, p o u r l ' a m o u r du ciel ! I l faut être p r u d e n t ici ! L e s m u r s ont des oreilles ! Ce disant, M o r a w i t z se dirigea v e r s la p o r t e en m a r ­ c h a n t sur la pointe des pieds, l ' o u v r i t doucement et j e t a u n coup d'oeil d a n s le corridor p o u r s ' a s s u r e r de ce qu'il n ' y avait p e r s o n n e à p r o x i m i t é . P u i s il r e v i n t v e r s son a m i en m u r m u r a n t : — C'est u n e e n t r e p r i s e t r è s risquée et t r è s dange­ reuse que t u v e u x t e n t e r là, m o n cher M a x !... Où se t r o u ­ ve donc ce forçat que t u v o u d r a i s faire évader ? — A u d é t a c h e m e n t de Rodune:, d a n s la zone maréca­ geuse... — T a n t m i e u x !. — P o u r q u o i *? — P a r c e que cette région là est moins é t r o i t e m e n t surveillée que les autres... E t , de quelle m a n i è r e comptest u agir ? — J ' a i u n p l a n merveilleux ! — J e te dis de p a r l e r moins fort ! Ici, on ne p e u t se fier à personne... L e capitaine Gérard... Max Erwig l'interrompit.


2192

— J e viens j u s t e m e n t de le voir, fit-il. I l m ' a donné l'impression d ' ê t r e u n homme assez méfiant et p e u fa­ cile à convaincre. — T u ne t ' e s p a s trompé.. E t , qu'est-ce qu'il t ' a dit % M a x E r w i g m i t son i n t e r l o c u t e u r a u courant du dia­ logue qu'il a v a i t eu avec le capitaine. M o r a w i t z 1'écouta a t t e n t i v e m e n t . Son visage avait p r i s u n e expression g r a v e et préoccupée. — A s - t u u n conseil à me donner % lui d e m a n d a l'Al­ sacien. — Oui... Celui de t ' e n aller a u plus vite et de renon­ cer à ce t é m é r a i r e p r o j e t : Mais le j e u n e h o m m e secoua la tête avec énergie. — Cela, j a m a i s ! s'exclama-t-il. J e suis f e r m e m e n t résolu à ne p o i n t renoncer à mon projet, et j ' e s p è r e que... — T o n p l a n n ' e s t c e r t a i n e m e n t p a s mal imaginé, a u contraire, i n t e r r o m p i t Morawitz. Mais sa mise à exécu­ t i o n p r é s e n t e r a i t des difficultés énormes ainsi q u e . d e t r è s g r a n d s dangers. — 3STe p o u r r a i s - t u point m ' a i d e r d ' u n e façon ou d'une autre % — Impossible, mon vieux M a x ! — Ecoute-moi... J e ne m ' a t t e n d s n a t u r e l l e m e n t p a s à ce que t u ailles r i s q u e r t a vie p o u r moi... J e voudrais seulement que t u aides F r i t z L u d e r s à s ' e m b a r q u e r sur le p r e m i e r n a v i r e en p a r t a n c e , a p r è s son évasion... P a r c e que, moi p e n d a n t ce t e m p s , j e devrai encore r e s t e r a u moins quelques j o u r s dans la zone m a r é c a g e u s e et y con­ t i n u e r mes recherches entomologiques comme si rien n ' é ­ tait, à seule fin d'éviter que l'on puisse me soupçonner d è complicité... Comprends-tu % L ' e s s e n t i e l est que l'on m ' a c c o r d e l ' a u t o r i s a t i o n de p é n é t r e r dans cette zone. — Evidemment... Mais, à v r a i dire... j e ne.suis p a s encore bien h a b i t u é à ce p a y s et j e craindrais de com-

7


— Pourquoi trembles-tu

C . I.

ainsi ? lui demanda

son époux

LIVRAISON 2 7 5


2195

m e t t r e quelque bévue qui g â t e r a i t tout... — Donc, t u ne v e u x p a s m ' a i d e r % Morawitz réfléchit u n m o m e n t , p u i s il fit de la t ê t e u n geste négatif. — J e ne p e u x p a s , répondit-il enfin. Ce serait u n e folie ! J e tiens à t e r m i n e r mes cinq années de service sans me c o m p r o m e t t r e ! L ' e x e m p l e de F r i t z L u d e r s est à m é d i t e r p a r tous les légionnaires. — Alors... t u as p e u r % — Oui, M a x ! J e t e r é p è t e que j e ' n e v e u x pas... J e c r a i n d r a i s t r o p de finir comme ce m a l h e u r e u x garçon que t u voudrais sauver.

D e u x h e u r e s p l u s t a r d alors que les deux amis se t r o u v a i e n t encore ensemble, le p a t r o n de l'établissement v i n t f r a p p e r à la p o r t e de la chambre. I l r e m i t u n e l e t t r e a u c a m a r a d e de L e n i B o e d e r et lui dit : U n légionnaire vient d ' a p p o r t e r cela p o u r vous, Mon­ sieur le professeur. L e j e u n e h o m m e ouvrit l'enveloppe avec impatience et en r e t i r a u n e feuille de p a p i e r p o r t a n t l'en-tête de l'Administration Pénitenciaire. . e t e x t e eh était comme suit : T

Monsieur le

Professeur,

J'ai le plaisir de vous informer Gouverneur ne voit pas d'inconvénient

de ce que Monsieur le à vous accorder l'autori-


2196

sation de pénétrer dans la zone marécageuse pour vos études entomologiques. Un caporal viendra vous chercher et vous accompagnera pour vous servir de guide au cours de vos recherches. Veuillez agréer Monsieur le Professeur, l'expression de mes sentiments distingués. C a p i t a i n e GÉRARD.

— E h bien ? Q u ' e n dis-tu % d e m a n d a M a x E r w i g a p r è s avoir m o n t r é la l e t t r e à son ami. — Si j ' é t a i s à t a place, je me méfierais ! dit Morawitz avec u n a i r sceptique. T o u s ceux qui connaissent bien le capitaine G é r a r d sont u n a n i m e s à dire qu'il est p l u s r u s é que le diable en p e r s o n n e . Tiens-toi sur tes gar­ des mon vieux M a x ! Quelques i n s t a n t s a p r è s , les deux amis se séparè­ r e n t . Le lendemain m a t i n , u n caporal se p r é s e n t a à l'hô­ tellerie pour* conduire le pseudo-professeur a u x m a r é ­ cages. — J e suis le caporal P i g n o n , aimonça-t-il, — et ;j'ai reçu l ' o r d r e de me m e t t r e à v o t r e disposition, Monsieur le professeur. — Merci ! J e viens t o u t de suite... U n q u a r t d ' h e u r e p l u s t a r d , les deux h o m m e s se diri­ geaient ensemble vers la zone réservée de l ' A d m i n i s t r a ­ tion P é n i t e n t i a i r e . e V r s midi, ils a r r i v è r e n t a u x m a r é ­ cages. — Nous p o u r r i o n s c a m p e r ici, dit alors le caporal. Si vous voulez t r o u v e r des insectes, vous serez bien servi. M o n s i e u r le professeur, car l ' e n d r o i t en est infesté ! A quelques centaines de m è t r e s de distance, u n groupe d ' h o m m e s travaillait. — Q u i sont-ils % d e m a n d a M a x E r w i g .


2197

— Des forçats, r é p o n d i t le caporal. — Des forçats 1 r é p é t a le pseudo-professeur avec u n air stupéfait. Que diable font-ils ici % — On les occupe à des t r a v a u x d'assainissement, Monsieur le professeur. L e cœur de l'Alsacien se mit à b a t t r e f o r t e m e n t . I l se disait avec émotion que F r i t z L u d e r s se t r o u v a i t p e u t être p a r m i ces m a l h e u r e u x qu'il a p e r c e v a i t con­ fusément entre les a r b r e s .

CHAPITRE

UNE

DECISION

CCCXV

DESESPEREE.

Mathieu e n t r a d a n s la pièce où se t r o u v a i t Lucie et, a p r è s l'avoir embrassée, il m u r m u r a d ' u n e voix t r e m ­ b l a n t e d'émotion. — A u j o u r d ' h u i , j ' a i encore reçu des nouvelles dé­ sagréables, m a p a u v r e Lucie, ! lui annonça-t-il. i — De quoi s'agit-il % s'exclama la j e u n e femme. — Qu'est-il a r r i v é % — On a a r r ê t é P i c q u a r t ! '— P i c q u a r t % L u i ! A r r ê t é % — Oui ! Lucie Dreyfus fixa sur son beau-frère u n r e g a r d étonné, comme si elle avait eu peine à croire à ce q u ' i l venait de lui dire. :— Serait-ce possible % fit-elle a p r è s u n i n s t a n t de


2198

silence. E s - t u bien sûr de ce que t u dis, M a t h i e u % V r a i ­ ment, ce serait u n e infamie ! — P e u x - t u encore t ' e n étonner, Lucie % r e p r i t le j e u n e h o m m e . Combien d'infamies n ' a - t - o n p a s déjà com­ mises j u s q u ' à p r é s e n t contre t o n p a u v r e Alfred ainsi que c o n t r e t o u s ceux qui ont cherché à d é m o n t r e r son inno­ cence % — C'est v r a i ! E t , p u i s q u ' i l en est ainsi, il est mal­ h e u r e u s e m e n t à c r a i n d r e qu'il a r r i v e r a aussi quelque chose à E m i l e Zola u n de ces j o u r s ! Crois-tu q u ' o n v a lui faire u n procès, M a t h i e u % — J e n suis p r e s q u e s û r !... Mais ceci sera u n g r a n d avantage pour nous ! — U n avantage % — C e r t a i n e m e n t ! Ce sera la p l u s g r a n d e m a l a d r e s ­ se que nos ennemis a u r o n t commis ! — J e n e c o m p r e n d s p a s , Mathieu... J e ne p a r v i e n s p a s à bien coordonner mes idées aujourd'hui... A h ! A c e r t a i n s m o m e n t s , il m e semble que je vais p e r d r e com­ p l è t e m e n t la faculté de r a i s o n n e r ! E n quoi le procès que l ' o n p o u r r a i t faire à E m i l e Zola p o u r r a i t - i l n o u s ê t r e utile % — Cela c o n t r i b u e r a à m e t t r e la v é r i t é en lumière m a chère Lucie, et i n c i d e m m e n t à a s s u r e r le t r i o m p h e de n o t r e cause... L a j e u n e femme eut u n geste désespéré. — Non, M a t h i e u , fit-elle. M a i n t e n a n t , je n e p e u x p l u s croire a u t r i o m p h e de n o t r e cause ! L e frère du m a r t y r s ' a p p r o c h a d'elle et se m i t à lui caresser doucement les cheveux. — I l n ' y a u r a i t p l u s q u ' u n seul m o y e n M a t h i e u , reprit-elle a p r è s u n e no.uvele p a u s e . Ce serait d ' a g i r nous mêmes... — Mais... que v o u d r a i s - t u faire, m a p a u v r e Lucie ! — J e v e u x p a r t i r p o u r la G u y a n e et chercher là-bas tin m o y e n de délivrer Alfred..,


2199

— P o u r l ' a m o u r de Dieu, Lucie ! Ne pense p a s à de telles a b s u r d i t é s ! A p r è s l'échec de t a p r e m i è r e t e n t a t i v e t u devrais c o m p r e n d r e que t o u t ce que t u p o u r r a i s en­ core essayer d a n s ce sens serait d'avance voué à l'insucsès et ne ferait q u ' a g g r a v e r encore la s i t u a t i o n d'Alfred sans c o m p t e r le d a n g e r où t u te m e t t r a i s toi-même ! — Mais, si n o u s a t t e n d o n s la révision de son procès, il m o u r r a , M a t h i e u ! s'écria l'infortunée avec u n accent d'indicible détresse. Mathieu ne répondit pas. De nouveau, Lucie d e m e u r a u n m o m e n t silencieuse, p u i s elle ajouta, se l a i s s a n t e n t r a î n e r p a r son désespoir : —Voilà déjà p r è s de trois a n s que j ' a t t e n d s v a i n e ­ m e n t que l ' o n se décide à r é p a r e r l'horrible injustice dont m o n p a u v r e m a r i a été victime ! J e suis p e r s u a d é e de ce que le p r o c è s contre P i c q u a r t et celui contre E m i l e Zola n e n o u s a v a n c e r a en rien... N o n !... J e ne p e u x p l u s a t t e n d r e , M a t h i e u ! J e n ' a i p a s le droit de r e s t e r p l u s l o n g t e m p s inactive alors que m o n m a r i souffre le m a r t y r e et se t r o u v e en p é r i l de succomber d ' u n m o m e n t à l ' a u t r e à ses souffrances ! — J e t e supplie d ' ê t r e raisonnable, Lucie ! — N o n non, M a t h i e u ! J e ne v e u x p l u s ê t r e ce que t u appelles raisonnable... J ' a i acquis la conviction de ce que cela est p i r e q u ' i n u t i l e ! — P r o m e t s - m o i a u moins de ne r i e n faire sans m o n consentement. — D a n s ce cas, il f a u d r a que t u m ' a c c o m p a g n e s a la Guyane... M a t h i e u D r e y f u s hocha la t ê t e avec u n a i r pensif. — Cela serait u n e véritable folie, m a chère L u c i e ! répondit-il enfin. Que p o u r r i o n s - n o u s faire, là-bas % — T e n t e r de s a u v e r Alfred ! — N o u s ne r é u s s i r i o n s m ê m e p a s à nous m e t t r e en communication avec lui !


— 2200 — Mais la j e u n e femme f r a p p a n e r v e u s e m e n t du pied t o u î en se t o r d a n t les m a i n s d'agitation. — P o u r q u o i ne réussirions-nous p a s alors que t a n t d ' a u t r e s ont r é u s s i des t e n t a t i v e s du même genre ! s'exclama-t-elle. Ce ne serait a s s u r é m e n t p a s la p r e m i è r e fois que l'on p a r v i e n t à faire évader u n p r i s o n n i e r de la G u y a n e ! E t L e n i B o e d e r % N'a-t-elle p a s réussi à voir son fiancé ? — Sans doute, m a chère Lucie, mais, p o u r cette j e u n e fille, l ' e n t r e p r i s e était infiniment p l u s facile.. F r i t z L u d e r s n ' e s t p a s u n p r i s o n n i e r politique, n i même u n p r i s o n n i e r de droit commun... I l est u n condamné mili­ t a i r e et ce- sont p r é c i s é m e n t ces condamnés là qui sont le moins é t r o i t e m e n t surveillés. — J e le sais... E t p o u r t a n t , il f a u t absolument que nous sauvions Alfred ! Si n o u s ne le faisons pas, t u p e u x être sûr que p e r s o n n e d ' a u t r e ne s'en c h a r g e r a ! insista la j e u n e femme avec fermeté. M a t h i e u commençait à s'inquiéter sérieusement. — L e n i a donné l'exemple, m u r m u r a Lucie Dreyfus comme en se p a r l a n t à elle-même. Elle a donné l'exemple et il faut que je le suive. — T u ferais m i e u x de ne plus p e n s e r à cette p e t i t e ! lui dit son beâu-frère. C'est u n e exaltée I — U n e exaltée % E t p o u r q u o i donc ? — P a r c e que t o u t ce qu'elle écrit d a n s ses l e t t r e s n ' e s t que le fruit de son i m a g i n a t i o n !... J e suis f e r m e m e n t convaincu de ce que, m a l g r é tout, son fiancé sera encore a u bagne d a n s dix ans ! Si c'était u n e chose tellement facile que de s'évader d ' u n pénitencier, crois-tu donc que t a n t de m a l h e u r e u x y finiraient leur misérable exis­ tence % Crois-tu qu'ils ne finiraient p a s tous p a r s'éva­ der u n j o u r ou l ' a u t r e % U n profond soupir s ' é c h a p p a des lèvres de la malheu­ reuse.


2201

— J e vois que t u ne veux p a s m ' a i d e r , M a t h i e u ! gémit-elle. — Ne dis p a s de telles choses, Lucie ! lui r e p r o c h a son beau-frère. P o u r q u o i v e u x - t u me faire du c h a g r i n % — Non, t u n e v e u x p a s !.. T u ne v e u x r i e n faire p o u r m o n p a u v r e Alfred ! — J e suis toujours p r ê t à faire n ' i m p o r t e quelle chose raisonnable p o u r lui... T u le sais bien ! — E t alors, p o u r q u o i refuserais-tu de m ' a c c o m p a ­ gner à la G u y a n e % s'exclama Lucie avec vivacité. L e t o n s u r lequel elle a v a i t prononcé ces m o t s fit u n e profonde impression s u r M a t h i e u . — Ce que t u m e proposes là n ' e s t p a s a u t r e chose q u ' u n e folle e n t r e p r i s e ! répondit-il. J e te r é p è t e que cela ne p o u r r a i t avoir d ' a u t r e r é s u l t a t que d ' a g g r a v e r encore la situation d'Alfred, dit M a t h i e u d ' u n e voix sour­ de, sans cesser de r e g a r d e r fixement sa belle-sœur dont les y e u x étaient r e m p l i s de l a r m e s . — Donc il f a u d r a i t que je renonce % Que je renonce au seul espoir qui me r e s t e encore de sauver m o n m a r i % — J e te supplie de réfléchir et de ne p a s ê t r e aussi i m p a t i e n t e , m a chère Lucie. L a j e u n e femme laissa é c h a p p e r u n soupir. — A t t e n d s encore u n peu, Lucie, r e p r i t M a t h i e u . L faut avoir de la patience, beaucoup de p a t i e n c e U n sourire d ' a m e r t u m e a p p a r u t sur les lèvres de M a d a m e Dreyfus. — Toujours a t t e n d r e ! Toujours avoir de la patience balbutia-t-elle faiblement. — T u seras récompensée, Lucie ! Aie confiance'en la justice divine ! — J e ne p e u x plus avoir confiance en quoi que ce soit n i en qui que ce soit î J e n ' e s p è r e p l u s r i e n et je ne crois plus en rien. С . I.

LIVRAISON 2 7 S


2202

E t la m a l h e u r e u s e épouse se cacha le visage entre les m a i n s , éclatant en sanglots. M a t h i e u chercha v a i n e m e n t à la consoler ; puis, com­ m e il devait se r e n d r e à u n e r é u n i o n qui allait avoir lieu à la r é d a c t i o n du j o u r n a l de Clemenceau, il p r i t congé d'elle a p r è s lui avoir dit encore : — Courage Lucie ! N o u s n o u s r e v e r r o n s ce soir ou bien d e m a i n matin... D e m e u r é e seule, la j e u n e femme ferma les volets des fenêtres et se laissa t o m b e r d a n s u n fauteuil en m u r ­ m u r a n t avec désespoir : — L u i aussi m e conseille de m e r é s i g n e r et d'avoir de la patience ! E t , p e n d a n t ce t e m p s , mon p a u v r e Al­ fred continue de souffrir ! L e s mois, les a n n é e s se p a s ­ sent, et il est en d a n g e r de m o u r i r ! C o m m e n t p o u r r a i s j e me r é s i g n e r à u n aussi effroyable destin % Comment p o u r r a i s - j e encore espérer en la justice divine %


2203

CHAPITRE

DUBOIS

CCCXVI

RENTRE

EN

SCENE.

Quoi qu'il fut convaincu de ce que B r i g i t t e von Stett e n n ' a u r a i t p a s p o r t é p l a i n t e contre lui p o u r la p e t i t e somme q u ' i l avait si facilement r é u s s i à lui extorquer, Dubois, t o u j o u r s p r u d e n t p r é f é r a changer d'hôtel et se faire inscrire sous u n a u t r e nom. Cette fois, il se p a y a le luxe de s'affubler d ' u n t i t r e de comte. I l était devenu t r è s élégant et f r é q u e n t a i t les endroits les p l u s à la mode. Afin de se r e n d r e p l u s diffi­ cilement reconnaissable, il s ' é t a i t laissé pousser la b a r b e , ce qui le vieillissait u n peu, t o u t en lui conférant u n e cer­ t a i n e dignité d'aspect. I l se r e n d a i t t r è s souvent d a n s u n e maison de j e u fréquentée p a r des a v e n t u r i e r s de t o u t e s nationalités. L a démon du j e u a v a i t toujours eu p o u r lui u n e t r è s g r a n d e a t t i r a n c e et, en règle générale, son r e m a r q u a b l e sangfroid lui p e r m e t t a i t de se défendre assez bien contre les caprices du h a s a r d ; n é a n m o i n s , il lui a r r i v a i t aussi de p e r d r e quelque fois d'assez fortes sommes. U n soir, son a t t e n t i o n fut p a r t i c u l i è r e m e n t a t t i r é e p a r u n j e u n e h o m m e blond et fort élégant qui était assis vis-à-vis de lui et qu'il avait déjà r e m a r q u é les soirs p r é ­ cédents, à cause de son audace au jeu.


2204

Ce j e u n e h o m m e avait les y e u x fixes et il suivait avec u n r e g a r d d'halluciné la bille qui t o u r n o y a i t d a n s le cercle de la roulette. I l a v a i t déjà p e r d u u n e somme considérable et il con­ t i n u a i t de jouer. Dubois le r e g a r d a i t avec u n sourire cynique. Ce jour-là, il avait eu de la malchance lui aussi et cela le consolait u n p e u de voir u n a u t r e p e r d r e encore p l u s que lui. I l était sur le p o i n t de s'en aller q u a n d il vit le j e u n e h o m m e r e t i r e r son portefeuille de sa poche et le m a n i e r d u r a n t quelques i n s t a n t s e n t r e ses doigts, puis a p p u y e r tout-à-coup sa t ê t e contre le dossier de sa chaise et fermer les y e u x . U n m o n s i e u r qui se t e n a i t derrière lui lui f r a p p a de la m a i n sur l'épaule et lui dit assez r u d e m e n t : — Si vous n ' a v e z plus d ' a r g e n t p o u r jouer, vous fe­ riez m i e u x de laisser la place libre ! Dubois, qui venait de se lever, e n t e n d i t une femme qui m u r m u r a i t sur u n ton apitoyé : — P a u v r e Groot ! I l a t o u t p e r d u ! L ' e s p i o n s ' a p p r o c h a et s ' a r r ê t a p o u r écouter. U n vieux monsieur qui a e o m p a g n a i t la dame s'em­ pressa de r é p o n d r e : — I l ne sera p a s r u i n é p o u r cela ! Son p è r e est assez riche p o u r p a y e r ses dettes ! — Moi, j ' a i e n t e n d u dire que son p è r e ne veut p l u s lui donner u n sou ! r e p r i t la dame. L e vieux h a u s s a les épaules. — T o u s les p è r e s disent la même chose ! fit-il. Mais en fin de compte, ils finissent toujours p a r p a y e r ! Q u a n d on a d'immenses p r o p r i é t é s dans les colonies, comme le vieux Groot, on p e u t bien sacrifier quelques milliers de m a r k s p a r mois p o u r p e r m e t t r e à son fils de faire le gen­ tilhomme 1


— 2205 — Dubois avait réussi à savoir ce qu'il voulait. L e j e u n e décavé a v a i t des p a r e n t s riches, et cela suf­ fisait p o u r le r e n d r e i n t é r e s s a n t à ses y e u x ; du r e s t e ce n o m de Groot ne lui é t a i t p a s inconnu. L ' a v e n t u r i e r sortit de la salle de jeu, s u i v a n t le jeu­ n e h o m m e qui se dirigeait vers le vestibule où il se laissa t o m b e r d a n s u n fauteuil avec u n air découragé, a l l u m a n t u n e cigarette q u ' i l se m i t .à fumer n e r v e u s e m e n t : Dubois l'observait du coin de l'œil, c o n t i n u a n t de sourire avec u n air sarcastique. — Ce j e u n e h o m m e doit avoir des r e m o r d s sur la conscience ! se disait-il à p a r t soi. E t , afin de ne p a s le p e r d r e de vue, il s'en fut s'as­ seoir u n p e u p l u s loin, faisant semblant de lire u n j o u r ­ n a l afin de pouvoir continuer à l'observer sans a t t i r e r son a t t e n t i o n . U n q u a r t d ' h e u r e plus t a r d , le j e u n e Groot sortit de la maison de j e u et se dirigea v e r s la rivière qui était p e u éloignée de là. Dubois le suivait comme u n e ombre. P a r v e n u à la berge, le j e u n e h o m m e p r i t u n calepin d a n s sa poche et, s ' a p p u y a n t à la b a l u s t r a d e d ' u n p e t i t p o n t , il se mit à griffonner h â t i v e m e n t quelques lignes sur l ' u n des feuillets ; p u i s il a r r a c h a la p a g e et la déposa sur u n banc qui était a u b o r d de l'eau, le fixant a u moyen d ' u n caillou p o u r que le v e n t ne l ' e m p o r t e p a s . — I l veut se suicider, l'imbécile ! se dit l'espion avec u n sourire de satisfaction diabolique. Effectivement, le désespéré se mit à enjamber la ba­ l u s t r a d e du p o n t . Alors, Dubois s'élança vers lui et le saisit fortement p a r le t r a v e r s du corps le r é d u i s a n t à l'impuissance. L e j e u n e homme d e m e u r a u n i n s t a n t déconcerté p a r cette b r u s q u e i n t e r v e n t i o n à laquelle il ne s'était p a s a t t e n d u , car Dubois avait si bien m a n œ u v r é qu'il n ' a v a i t p a s en-


2206 —

eore r e m a r q u é sa présence. Mais, a p r è s quelques secondes il se m i t à se d é b a t t r e avec une telle violence qu'il finit p a r r é u s s i r à se dégager. — Laissez-moi Lcria-t-il avec u n accent de f u r e u r concentrée. De.quoi vous mêlez-vous % — De vous sauver, m a l h e u r e u x ! Qu'alliez-vous donc faire ? — Occupez-vous de ce qui vous r e g a r d e ! répliqua le décavé, h o r s de lui. E t , de nouveau, il t e n t a de s a u t e r p a r dessus le p a ­ rapet. Mais l'espion le saisit p r e s t e m e n t p a r le b r a s et lui dit sur u n t o n décidé : — Non, Monsieur Groot ! J e ne vous p e r m e t t r a i p a s de c o m m e t t r e u n e pareille folie ! E n ce moment, je me considère comme é t a n t responsable de votre vie ! — Que vous i m p o r t e m a vie, p u i s q u e n o u s ne nous connaissons p a s ? — J e vous connais p e u t être plus que vous ne le croyez.... E n t o u t cas, je vous prie de songer à l'horrible c h a g r i n que vous causeriez à vos p a r e n t s si vous mettiez à exécution votre funeste p r o j e t ! — Mes p a r e n t s ne s ' i n t é r e s s e n t plus à moi depuis longtemps ! — Ne croyez p a s cela, Monsieur Groot ! Allons !... Soyez raisonnable, je vous en conjure ! J e vois bien que vous me maudissez m a i n t e n a n t , m a i s u n j o u r v i e n d r a où vous me serez r e c o n n a i s s a n t p o u r mon i n t e r v e n t i o n si op­ p o r t u n e ! V o u s tuer, p a r c e que vous avez p e r d u u n p e u d ' a r g e n t a u j e u % N o n ! V r a i m e n t ce serait t r o p bête ! V o u s êtes j e u n e , bien p o r t a n t et riche, et vous avez t o u t e u n e belle vie d e v a n t vous ! Groot, qui ne devait c e r t a i n e m e n t p a s avoir plus de v i n g t cinq ou v i n g t six ans, eut u n r i r e amer. — U n p e u d ' a r g e n t ! s'exçlama-t-il. V o u s dites que

i


— 2207 — j ' a i p e r d u u n p e u d ' a r g e n t ! Savez-vous combien j ' a i p e r d u % Cent cinquante mille m a r k s ! — C'est u n e belle p e t i t e somme, a d m i t tranquille­ m e n t l'espion. — M o n p è r e m ' a v a i t confié cet a r g e n t p o u r effec­ t u e r u n p a i e m e n t p o u r son compte, p o u r s u i v i t le j e u n e Groot. E s p é r a n t g a g n e r u n e f o r t u n e avec ces cent cin­ q u a n t e mille m a r k s , j ' a i joué et j ' a i t o u t p e r d u ! M a i n t e ­ n a n t , comment voulez-vous que j e r e t o u r n e a u p r è s de mes p a r e n t s 1 J e n ' a i p l u s q u ' à m e t u e r et vous auriez bien fait de ne p a s i n t e r v e n i r , car ce n ' e s t que p a r t i e r e ­ mise ! — J a m a i s de la vie, cher Monsieur ! r é p l i q u a l'a­ v e n t u r i e r avec u n sourire engageant. Moi, je vous a s s u r e que vous n'allez p a s vous t u e r ! E t p u i s q u e vous avez p e r d u t o u t v o t r e a r g e n t a u jeu, vous n ' a v e z q u ' à con­ t i n u e r de j o u e r ! L a malchance n e p e u t p a s vous p o u r s u i ­ v r e éternellement... I l vous suffira de p e r s é v é r e r avec u n p e u de p a t i e n c e et vous r e g a g n e r e z f a t a l e m e n t a u moins u n e p a r t i e de ce que vous avez p e r d u ! J e suis u n vieux j o u e u r et vous pouvez en croire m o n expérience ! — V o u s en avez de bonnes ! r i p o s t a le j e u n e déses­ p é r é . Comment diable voulez-vous que je continue de j o u e r , p u i s q u e je n ' a i plus le sou ! Dubois fit s e m b l a n t de réfléchir u n moment, p u i s il dit : — Si vous voulez, je suis disnosé à vous n r ê t e r ane certaine somme... — Vous % — Oui... — Mais... p o u r q u o i îeriez-vous cela 1 (J'est à peine si vous m e connaissez de n o m ! — M o n cher ami, j ' a i été jeune moi aussi et j e con­ n a i s m i e u x que p e r s o n n e l'irrésistible fascination q u ' e x e r c e le t a p i s v e r t sur u n garçon de votre âge.. C'est


2208

u n e expérience que.nous avons t o u s fait, du moins, ceux qui p e u v e n t se p e r m e t t r e ce luxe ! Mais, a u bout d ' u n c e r t a i n t e m p s , on cesse g é n é r a l e m e n t de se laisser embal­ ler p a r le jeu... C'est u n e question de force de caractère. — E t vous, l'avez-vous eue, cette force de carac­ tère ? — Certainement... E t u n j o u r v i e n d r a où vous l'au­ rez vous aussi... — Alors ? Que me conseillez-vous de faire ? — J e vous l a ' i déjà dit ! V o u s devriez t e n t e r de nou­ veau la chance... J e vous p r ê t e r a i l ' a r g e n t nécessaire. On dit que l ' a r g e n t p r ê t é p o r t e b o n h e u r ! J e p e u x vous avancer d e u x mille marks... E t . m a i n t e n a n t , r e p r e ­ nez ce billet que vous avez laissé sur ce b a n c et détrui­ sez-le... E t puis, arrachez u n e a u t r e p a g e de votre c a r n e t p o u r me faire u n reçu de la somme que je vais vous r e ­ mettre. — J e vous ai déjà dit ! V o u s devriez t e n t e r de noucomment vous vous appelez, Monsieur ? — A h ! C'est vrai... J ' a v a i s oublié de me p r é s e n t e r . J e suis le comte Luzzato... L e s deux hommes se s e r r è r e n t la main, puis ils r e ­ t o u r n è r e n t ensemble vers la maison de jeu.

Le calvaire d'un innocent ; n° 69  

Auteur : D' Arzac, Jules. Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Le calvaire d'un innocent ; n° 69  

Auteur : D' Arzac, Jules. Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement