Page 1

— 373 —

№ 2 6 3 . — A R R Ê T É portant modifications à celui du 7 février 1907, qui fixe le tarif des sommes à déposer par les demandeurs eu concessions de mines. 31 juillet L E GOUVERNEUR de la Guyane f r a n ç a i s e ,

Chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 27 août 1S28 ; Vu le décret du 10 mars 1906, portant modifications a Sa réglementation minière de la Guyane ; Vu l ' a r r ê t é , n° 122, du 7 février 1907, fixant le tarif des s o m m e s à déposer par les d e m a n d e u r s en concessions de mines. S u r la proposition de l'Ingénieur, Chef du service d e s T r a ­ vaux publics et d e s Mines ; Le Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : e r

Article 1 . — Le paragraphe 2 de l'article 1er Frais de vérification » de l ' a r r ê t é , n° 1 2 2 , du 7 février 1 9 0 7 , fixant le tarif d e s s o m m e s à d é p o s e r p a r les d e m a n d e u r s en conces­ sions d e m i n e s est ainsi modifié : Frais de

vérification.

P e r m i s exclusif d e r e c h e r c h e : c i n q u a n t e francs. Permis d'exploitation de placers : un franc par h e c t a r e j u s q u ' à 2 5 0 hectares. L o r s q u e la surface du permis dépassera 2 5 0 hectares, on paiera : deux cent c i n q u a n t e francs pour les premiers 2 5 0 hec­ t a r e s , plus cinquante c e n t i m e s p a r h e c t a r e pour c h a q u e h e c ­ t a r e c o m p r i s e n t r e 2 5 0 h e c t a r e s et 1,000 hectares, et vingtcinq c e n t i m e s par h e c t a r e pour chaque hectare en s u s de 1,000 h e c t a r e s . Concessions de mines : un franc par hectare, avec maxi­ m u m de ( 5 0 0 f r . ) cinq c e n t s francs. Art. 2 . — L'Ingénieur, Chef du service des Travaux publics et d e s Mines, est c h a r g é de l'exécution du p r é s e n t arrêté, qui


— 374 — sera e n r e g i s t r é et c o m m i n i q u é partout où besoin s e r a , p u b l i é et i n s é r é au Journal et au Billetin officiels J e la c o l o n i e . C a y e n n e , le 31 juillet

1913.

LEVECQUE. Par le Gouverneur : L'ingénieur, Chef de service des Travaux publics et des Mines.

GAJAN.

NOMINATIONS,

MUTATIONS,

CONGÉS,

ETC.

№ 266. — Par a r r ê t é du Président du Conseil, Ministre de l ' I n s t r u c t i o n publique et des B e a u x - a r t s en d a t e du 30 mai 1913, ont été n o m m é s :

Officiers de l'Instruction publique. MM. Didelol ( P . - J . - H . ) , Secrétaire g é n é r a l des colonies ; Marot ( G . - M . - C ) , Commis principal de l ' A d m i n i s ­ trai ion pénitentiaire ; R a d e m a r c h e (G.-A -E.), Greffier du Tribunal de 1re instance de C a y e n n e .

Officiers d'Académie.

MM. Barre ( A . - J . - X . ) , Chef de bureau de l'Administration pénitentiaire ; Darquitain ( J . - . M . - V . ) , Négociant à S a i n t - L a u r e n t du-Maroni ; Dehaulme ( L . - M . - P . - J . ) , I n s p e c t e u r d e s Douanes ; Garagnon ( J . - F - I . ) . S o u s - c h e f de b u r e a u de l'Ad­ ministration p é n i t e n t i a i r e ; G e n d a r m e ( A . - E . - H . ) , C o m m i s principal r é d a c t e u r de l'Administration pénitentiaire ; Guerlain ( E . ) Commis principal du S e c r é t a r i a t génér Lédi, ( A . - D ) , Vérificateur d e s Douanes ; Maza (A - M . , Magasinier de 2 classe d e s T r o u p e s coloniales ; Octaville ( R . - L . - M . ) , P e r c e p t e u r ; Ova (R.) Juge de paix à Mana ; e


— 375 — M M . Santrie ( L - E i - A . - J . ) , Fondé de pouvoirs de là So­ ciété de navigation de la Guyane française ; Talenyille ( E . ) , CONseiller général h la Guyane.

N° 2 6 7 . — Par a r r ê t é du Ministre des Colonies du 4 juin 1913, M. l'abbé Predelle ( F r a n ç o i s - R a y m o n d ) . ptfêire du clergé de la Guyane, a été admis, sur sa d e m a n d e , à l'aire valoir ses droits à la retraite, a litre d'ancienneté de services, pour compter du 1 mars 1913 er

N° 2 6 8 . — Par dépêche ministérielle en date du 5 juin 1913, l'Administration locale a été avisée de la nomination de M. Frédéric Rambaud aux fonctions de Vice-Consul du Brésil à Cayenne, pour suppléer le Consul en cas d'absence ou d ' e m ­ pêchement. En conséquence, M. Rambaud est admis au libre exercice de s e s fonctions.

N° 2 6 9 . — Suivant avis du Chef du service colonial de Nantes du 13 juin 1913, M. Germain, secrétaire de mairie, a obtenu une prolongation de congé de convalescence, valable j u s q u ' a u 1er août 1913. № 270. Suivant avis du Chef du service colonial de Nantes du 20 juin 1913, M. Cadio, prêtre du clergé de la Guyane, a obtenu une prolongation de congé de convalescence, valable j u s q u ' a u 9 octobre 1913. № 2 7 1 . — Par décision du Gouverneur du 2 juillet 1 9 4 3 , un blâme avec inscription à son dossier es! infligé à M. Marivat (llertal), commis de 2 classe des Travaux publics, pour irrégularités constatées a l'occasion de son service. e

fil* 2 7 2 . — Par arrélé du Gouverneur, en daie du 11 juillet 1913, pris sur la proposition du Procureur général, chef du service judiciaire, une permission d'absence de trente jours, ii solde entière de p r é s e n c e , a été accordée à M. Daniel,


— 376 — greffier de la Justice de paix a Cayenne, à l'effet d e se faire traiter a domicile. N° 2 7 3 . — Par décision du G o u v e r n e u r du 14 juillet 1 9 1 3 , sont n o m m é s à la Police générale : Agents de 1re classe : MM. Canale et Bourgarel ( Eloi-Pierre), a g e n t s de 2° classe ; e

Agents de 2 classe : MM. Gonzinet et S a m p i e r i , agents du 3 classe. e

N° 2 7 4 . Par décision du G o u v e r n e u r du 14 juillet 1913, sont n o m m é s à l ' I m p r i m e r i e du G o u v e r n e m e n t : hors

1° Ouvrier M.

classe :

Lonvin, agent de 1re classe ; 2° Agent de 1re classe :

M.

Virgile, agent de 2

e

classe ;

3° Agent de 2

classe

e

e

M. Garret, agent de 3 classe ; 1° Agent de 3

e

classe :

e

M. Bayonne, agent de 4 classe ; 5° Agent de 5 classe : e

MM. T h i b e t et Alfré, agents de 6 6° Agent de 6

e

e

classe ;

classe :

e

M. Y e n c a m m a , agent d e 7 classe ; 7° Agent de 7

e

classe :

M. Barthélemy, apprenti ; 8° Apprentis

à 1,200 francs

par an :

MM. J é r ô m e ; Clair '; A y m o n d ; Q u i n l i u s ; Judes et Ménopol.

№ 2 7 5 . - Par d é d s i o n du Gouverneur du 22 juillet 1 9 1 3 , M. A m u s a n t (Paul), commis des Mines, r e m p l a c e r a M. J e a n B a p t i s t e , comme commissaire du C o n c o u r s agricole qui doit avoir lieu à Cayenne en s e p t e m b r e prochain.


— 377 — N° 276. — Par décision du Gouverneur du 29 juillet 1913, un congé administratif de six mois à passer à la Martinique, est accordé à M. Raymond Poliard, planton du Secrétariat général. № 277. Par décision d u Gouverneur du 30 juillet 1 9 1 3 , un congé a d m i n i s t r a t i f de d o u z e mois, à passer partie à la Martinique et partie en France, est accordé à M. Wilfred, pilote de 3 classe. e

N° 278. — Par décisions du Gouverneur du 31 juillet 1913 : M. Laupénie (Mathieu), commis de 3 classe des Postes et Téléphones, est élevé à la 2° classé de son emploi ; e

M. Benoit ( A t h é n o l o r e ) , facteur rural d e 2 classe, est élevé a la l classe de son emploi ; e

r e

MM. Curon ( E u g è n e et Argiris ( T i b u r c e ) , facteurs ruraux de 3 classe, sont élevés à la 2 classe de leur emploi. e

e

M. Hérard ( L o u i s ) , infirmier-major stagiaire de l'Hospice civil, est titularisé dans ses fonctions. Cet a g e n t aura droit a la solde de début fixée a 1,500 francs. Des augmentations de solde ont été accordées aux a g e n t s de l'Hospice civil dont les noms suivent : M. P a t e r n e (Edvard), pharmacien, de 2 , 0 0 0 a 2 , 2 5 0 francs. De 800 à 900 francs : Mme veuve Cyrus (Philémon), surveillante ; Мme Moreau (Joseph), idem ; Mlle Othello (Rose), idem. De 1,000 à 1,100 francs : Mmes veuves Clarin ( F é l i x ) , s u r v e i l l a n t e ; Grégoire ( l l i l a i r e ) . id. Marcel ( F é l i x ) , id. Monlignv ( Â m é d é e ) , id. M" Lalonta'me ( E d i t a e ) , id.

»

e

M. Moreau ( J o s e p h ) , guetteur de vigie de 2 élevé à la l classe de son e m p l o i ; r e

e

classe, est


— 378 — MM. f i r m i n ( A l e x a n d r e ) , Ferdinand A n d r é - J a l m a r ) et Arras ( L é o n ) , guetteurs de vigie de 3 classe, sont élevés à la 2° classe de leur emploi. e

M. Dolmare ( L u c i e n ) , porte-clefs provisoire, est n o m m é porte-clefs de 3° classe à la Prison civile, en remplacement numérique de M. Daude, admis a la retraite. M. Pénavère ( H e n r i ) , porte-clefs de 2e classe du service de la Prison, est élevé a la 1re classe de sou emploi ; e

Mlle Valette (Eugénie), gardienne des femmes de 3 classe, est élevée à la 2e classe de son emploi.

CERTIFIÉ CONFORME :

Le Signé :

CAYENNE

Secrétaire-archiviste, EM.

GUERLAIN.

— Imprimerie

du Gouvernement.


BULLETIN OFFICIEL DE LA

GUYANE FRANÇAISE № 8. AOUT

1913.

SOMMAIRE. N° 278. — Circulaire ministérielle du 6 m a r s 1913. — Pièces éventuelles à fournir. — Etats n u m é r i q u e s des pas­ sagers e m b a r q u é s au compte du chapitre « Frais de route du budget colonial » 380 N° 270. — Circulaire ministérielle du 29 niais 1913 portant modiliealions a l'instruction du 1er m a l 1905, s u r les succursales régimentaires de la Caisse nationale d'épargue :382 N° 280. — Circulaire ministérielle du 5 août 1913 relative au clas­ sement des stations thermales de Bride-les-Bains et de Salins-Moutiers (Savoie; 383 N° 281. - Circulaire ministérielle d u (i août 1913 au sujet de l'examen d'aptitude aux fonctions judiciaires métro­ politaines. . . 384 N° 282. — Circulaire ministérielle du 19 août 1913 au sujet des retenues en vertu d'oppositions ou de s a i s i e s - a r r ê t s . . 385 V 283. — Dépêche ministérielle du 23 août 1913 au sujet des au­ torités ayant qualité p o u r accorder les congés aux agents civils du commissariat et aux comptables des matières aux colonies 3X7 № 281 — Arrêté du 9 a o û t 1913 a u t o r i s a i t le versement au t r é ­ sor du montant des dépôts de garantie effectués par les abonées à la Bibliothèque, publique « Alexandre Franconie » 389


— 380 — Pages№ 2 8 5 . — Arrêté du 16 août 1913 prorogeant de trois a n s la ces­ sion de m a i n - d ' œ u v r e pénale accordée au Service local p o u r le J a r d i n d e s s u s de la colonie 390 N° 286. — Arrêté du 16 août 1913 autorisant la d i s t r i b u t i o n d ' u n dividende de la Banque pour le 1er semestre 1 9 1 3 . . . 391 N° 287. — Arrête du 16 a o û t 1913 fixant le prix de r e m b o u r s e ­ ment des p a n n e a u x destines au b o r n a g e des conces­ sions forestières 392 № 2 3 8 . — Arrêté du 16 a o û t 1913 r e n d a n t a p p l i c a b l e s a u lieute­ n a n t do port les dispositions de l'arrêté du 7 avril 1913, fixant les Irais do tournées a a l l o u e r aux fonc­ t i o n n a i r e s et agents du service des T r a v a u x p u b l i c s . 393 N° 289. — Arrêté du 27 août 1913 p o r t a n t acceptation de la d é ­ mission de M. Gondou Maire de l'Approuague 394 N° 299. — Arrêté du 29 a o û t 1913 a u t o r i s a n t la c o m m u n e d e Mena à faire l'acquisition de l'immeuble Verneuil 394 N° 2 9 1 . — Arrêté d u 31 a o û t 1913 fixant les limites d u port de S a i n t - L a u r e n t du Maron 396 N° 292. — Décision du 31 août 1913 chargeant M. Didelot. Secré­ taire général, des fonctions i n t é r i m a i r e s de G o u v e r ­ n e u r de la G u y a n e , 396 N° 2 9 3 . — Décision du 31 a o û t 1913 n o m m a n t M. Debuc, Secré­ taire général i n t é r i m a i r e . 397 Nos 294 à 3 1 4 . — N o m i n a t i o n s , m u t a t i o n s , congés, etc

398

N° 2 7 8 . — CIRCULAIRE MINISTÉRIELLE. — Pièces éventuelles à fournir. — Etats numériques des passagers em­ barqués au compte du chapitre : F r a i s de route du b u d g e t colonial. ( M i n i s t è r e d e s c o l o n i e s . — S e r v i c e s militaires : 2° b u r e a u , Budget.) Paris, le 6 m a r s 1913. Le

Ministre raux

DES COLONIES À Messieurs

et Gouverneurs

au Havre,

à Nantes,

des colonies,

les Gouverneurs

les Chefs du Service

à Bordeaux et à

géné­ colonial

Marseille.

Une c i r c u l a i r e du 5 n o v e m b r e 1906 (B O. C., p 450), m o ­ difiant la l i s t e les pièces p é r i o d i q u e s d o n n é e s par l ' i n s t r u c t i o n du 1 août 1 9 0 3 (B. O. C., p. 0 9 8 ) , a p r e s c r i t l'envoi a l'Ad­ m i n i s t r a t i o n c e n t r a l e d ' é t a t s n u m é r i q u e s d e p a s s a g e r s embare r


— 381 — qués ou débarqués, au compte du chapitre : « Frais de route et de passage du budget colonial » Ces prescriptions ont été rappelées à nouveau par circulaire du 4 mai 1910, n° 135 (B. O. C., p. 705). Depuis cette époque, les états numériques de personnel embarqué et débarqué ont été fournis presque régulièrement par les colonies ou par les ports de commerce. Toutefois, il convient de remarquer que le mode de présen­ tation de ces renseignements est loin d'être uniforme et que le travail de statistique budgétaire qu'ils permettent d'effectuer serait de beaucoup simplifié s'ils étaient tous produits selon un mode unique. Pour remédier à cet inconvénient, j'ai décidé que les listes dressées par les fonctionnaires qui ont établi ou acquitte les réquisitions de passage seraient récapitulées mensuellement, directement par ports de provenance ou de destination et par catégories de passagers, en deux états du modèle ci-joint. Ces deux états seuls seront transmis au Département. Ils ne comprendront que les passages du personnel militaire dont les frais sont imputables a l'article 1 du chapitre « Frais de roule et de passage ». Ne figureront pas sur ces deux docu­ ments : 1° Les passages des militaires hors cadres payés sur les fonds des budgets locaux ; 2 Ceux qui. aux termes de la circulaire du 30 novembre 1912, doivent être normalement imputés sur la dodation bud­ gétaire mise annuellement à la disposition des commandants supérieurs des troupes. j'attache une réelle importance à ce que les renseignements destinés comme je l'ai indiqué plus haut, à permettre de fixer chique année les prévisions budgétaires du chipstre « Frais de route et de passage » soient établis avec le plus grand soin et transmis sans retard, sous le présent timbre, a mon admi­ nistration centrale. Je vous serais en outre oblige de me faire adresser men­ suellement, s*il y a lieu, un étal naminatil des wlïicicrs rapatriables autorisés à rentrer en France par voie normale, avec indication du trajet de retour projeté. Les états « Néant » ne seront pas fournis, sea.'e la mention « Etat de passag< rs embarqués et débarqués » « Néant », <îe r

e


— 382 — gurera sur le bordereau d'envoi contenant les pièces pério­ diques m e n s u e l l e s . Le Ministre J.-B

des

colonies,

MOREL.

Modifi­ succursales

N° 2 7 9 . - CIRCULAIRE MINISTÉRIELLE. cations à l'Instruction du 1er mai 1905, sur les régimentaires de la Caisse Nationale d'Epargne. (Ministère des

colonies. — Services militaires, 2

e

1re Section.)

Bureau.

Paris, le 20 m a r s 1 9 1 3 .

LE MINISTRE DES COLONIES à Messieurs raux et Gouverneurs des

les Gouverneurs colonies.

géné­

Aux t e r m e s d e la circulaire du 1er octobre 1900, portant notification d'une modification apportée a l'article 1 4 1 , de l'Instruction du 1 mai 1905, sur le fonctionnement d e s s u c ­ cursales r é g i m e n t a i r e l de la Caisse Nationale d ' E p a r g n e « lorsque le titulaire d'un livret vient à d é c é d e r te livret est remis au fonctionnaire d e l'intendance chargé de la liquidation de la succession, qui l'adresse sous pli chargé à son collègue de la Métropole auquels sont envoyés les produits en nature de la succession. Ce d e r n i e r le remet au service postal de sa résidence ». e r

Les dispositions qui précèdent s'appliquaient en principes aux s u r c e s s i o n s des militaires européens c o m m e à celle des militaires i n d i g è n e s . L'Administration militaire d'un groupe de colonies a d e ­ mandé que les fonctionnaires de l'Intendance l i q u i d a t e u r s d e s successions militaires aux colonies fussent, autorisés à p e r c e ­ voir, aux lien et place des héritiers le m o n t a n t intégral des livrets de Caisse d ' E p a r g n e des militaires indigènss décédés et à les verser à l'actif de la succession. La m e s u r e préconisée aurait pour résultat de hâter la liqui­ dation des sue; essîon> de ces militaires dont les h é r i t i e r s , la plupart du temps illettrés, ignorent ou hésitent et t a r d e n t à accomplir les d é m a r c h e s nécessaires pour obtenir le r e m b o u r ­ sement des s o m m e s qui leur r e v i e n n e n t .


— 383 — J'ai L'honneur d e vous faire connaître q u e , a p r è s entente e n t r e les divers D é p a r t e m e n t s ministériels i n t é r e s s é s , il a é¡é decidé q u e les propositions c i - d e s s u s s e r a i e n t a d o p t é e s . En c o n s é q u e n c e , l'article 141 d e l'instruction du 1 mai 1 9 0 5 doit être complété c o m m e s u i t : « Toutefois les livrets d e s militaires indigènes décédés s o n t r e m b o u r s é s a u x fonctionnaires de l ' I n t e n d a n c e à la charge par e u x d'en verser le m o n t a n t à l'actif de la s u c c e s s i o n . » Un bulletin d e r e n s e i g n e m e n t s modèle P revêtu d e la m e n t i o n « T i t u l a i r e d é c é d é » et c o n t r e s i g n é p a r le fonct i o n n a i r e d e l ' I n t e n d a n c e liquidateur d e la s u c c e s s i o n . est a d r e s s é , avec le livret à la Direction d e la Caisse Nationale d'épargne. » Le r e m b o u r s e m e n t est effectué dans les conditions indiquéés a l'article 5 5 . « Le fonctionnaire de l ' i n t e n d a n c e fait p r é c é d e r sa s i g n a ­ t u r e de sa qualité s u r le bulletin de r e n s e i g n e m e n t s e t , au moment d e la r e m i s e d e s fonds, s u r le r e g i s t r e d e r e m b o u r s e ­ m e n t s modèle J. » Cette addition devra être p o r t é e a l'encre rouge s u r les exemplaires de l'instruction du 1 mai 1905, actuellement en u s a g e d a n s les corps et services militaires aux colonies. Je dois ajouter q u e l'instruction du 1er mai 1 9 0 5 , s u r le service d e s successions aux colonies (modifiée et c o m p l é t é e à la date du 23 mai 1908 et actuellement à la refonte), sera mise en h a r m o n i e avec les dispositions c i - d e s s u s . Je vous prie d e m ' a c c u s e r réception d e la présente circulaire q u i sera insérée au Bulletin officiel des colonies. ER

er

J.-B.

№ 2 8 0 . — CIRCULAIRE Moutiers (Savoie).

MINISTÉRIELLE

MOREL.

relative

aU

Paris, le 5 août 1913. LE

MINISTRE

DES COLONIES à Messieurs

les Gouverneurs

géné-

raux du l'Indochine, de l'Afrique occidentale française, de l'Afrique equatoriale fraiiç sise et de Madagascar, les Gouver­ neurs des colonies, l'Administrateur de Saint-Pierre et Miquelon et les Chefs du service colonial dons les ports de commerce. J'ai l ' h o n n e u r

d e v o u s informer q u e , s u r l'avis conforme

classem


— 384 — exprimé par le conseil supérieur de Santé des colonies, les stations thermales de Brides-les Bains et de s a l i n s Montiers (Savoie) ont été, par décret du 17 juillet 1 9 1 3 , classées au nombre des villes d'eaux dans lesquelles les fonctionnaires des services coloniaux et locaux peuvent être envoyés en traitement. D'autre part, dans une lettre du 15 avril 1913. le Président du conseil d'administration des eaux minérales et thermales de Brides-les-Bains et de Salins Mon tiers a fait connaître qu'une réduction de 50 0/0 serait consentie sur le traitement thermal au personnel ressortissant au Département. Pour bénéficier de c e t t e réduction, les fonctionnaires n'au­ ront qu'à produire à l'administration de ces établissements thermaux le titre de congé qui leur aura été délivré pour faire usage des eaux. J.

MOREL.

N° 2 8 1 . - CIRCULAIRE MINISTÉRIELLE au sujet de l'examen d'aptitude aux fonctions judiciaires métropoli­ taines. Paris,

le 6 août 1913.

MINISTRE DES C O L O N I E S à Messieurs les Gouverneurs géné­ raux de l'Indo-Chine, de l'Afrique Occidentale française, de l'Afrique Equatoriale français, de Madagascar, les Gou­

LE

verneurs des colonies et l'Administrateur de Saint-Pierre

et

Miquelon. A la suite d'une demande formulée par un juge de p a i x des Colonies, en vue d'être autorisé à se présenter à l'examen d'aplilttdeaux fonctions judiciaires de la Métropole, j'ai été appelé à consulter le Garde des Sceaux sur les deux points privante ; 1" Un juge de paix colonial, licencié en droit cl en fonctions depuis plus de deux ans, peut-il être admis à subir ledit examen? 2" L'article 22 de la loi du 22 juillet 1005, permettanl de nomtuer dans les tribunaux de l insinuée des juges de paix, pour­ vus de la licence endroit et ayant exercé leurs fonctions, pendant deux nus, peut-il être appliqué dans celle de nos possessions où le singe d'avocat est exigé des canaidats à un poste de première instance? J'ai l'honneur de vous l'aire connaître que les réponses de r e


— 385 — mon collègue de la Justice à ces deux questions sont les suivantes : a) Nul ne peut être nommé en France, aux (onctions judi— ciaires, s'il ne remplit les conditions exigées par la loi du 20 avril 1910, et, s'il n'a, en outre, subi avec succès les épreuvés d'un examen professionnel. Or la loi du 20 avril 1910, article 64, dispose que nul ne pourra être juge ou suppléant d'un tribunal de 1re instance on Procureur de la République, s'il n'est âgé de 25 ans accomplis, s'il n'est licencié en droit et s'il n'a Suivi le barreau pendant deux ans, après avoir prêté serment à la Cour, ou s'il se trouve dans un cas d'exemption prévu par la loi. b) La loi du 12 juillet l905 vise uniquement les magistrats cantonaux de la Métropole et n'est pas applicable aux colonies. Dans ces conditions, les juges de paix coloniaux licenciés en droit et n'ayant pas le s t a g e d'avocat ne sauraient en droit strict, être autorisés à passer l'examen professionnel d'admission dans la Magistrature métropolitaines J.-B. MOREL. № 2 8 2 . — CIRCULAIRE MINISTÉRIELLE. de retenues en vertu, d'oppositions ou de

(Ministère des colonies.

— Au sujet saisies-arrêts.

Services militaires. — 2e Bureau. 1re Section P a r i s , le 19 a o û t 1 9 1 3 .

L E MINISTRE

DES COLONIES

généraux

et

à Messieurs

les

Gouverneurs

Gouverneurs.

Aux termes de l'article 27 du décret du 29 décembre 1913, les retenues qui ont eu lieu en vertu d'oppositions juridiques ou saisies-arrêts sur la solde des officiers et employés mili­ taires en activité ne peuvent excéder le cinquième de la solde nette. Le Département avait admis jusqu'à ce jour que par le mot « nette » on devait comprendre la solde proprement dite, dénuée de tout accessoire. Or, le Conseil d'Etat consulté, a, par un avis en date du 8 juillet dernier, reproduit ci-après, fait connaître que cette interprétation est erronée et que la retenue doit porter sur les accessoires de solde sauf ceux énumérés à l'article 164, dernier alinéa du règlement du 14 janvier 1869.


— 386 —

C'est donc cette thèse qui devra être suivie pour l'avenir tant en ce qui est de l'article 27 que de l'article 20, relatif aux retenues pour aliments, lesquelles pouront par suite atteindre le tous du traitement constitué par la solde et les accessoires ne rentrant pas dans le cas de l'article 104 pré­ cité, déduction faite des retenues pour la retraite ;

AVIS. section des finances, de l a g u e r r e , de la ma­ rine et d e s colonies du Conseil d'Etat s u r le r e n v o i qui lui a été f a i t p a r le M i n i s t r e d e s co­ lonies,

La

cl d'accord avec le Ministre des finances qu'une demande l'avis sur le point de savoir si les sommes perçues à titre de sup­ pléments de fonctions par des officiers exerçant des fonctions administratives au Congo français sont passibles de retenues en vertu d'oppositions ou de saisie -arrêts. Vu les lois des 19 Pluviôse an m et 21 Ventôse an ix ; Vu l'article 164 du règlement du 14 janvier 1869 ; Vu le décret du 29 décembre 1903, portant règlent oit sur la solde des,Troupes coloniales, Vu les arrêtes du Gouverneur général du Congo français des 14 jniuet Hi décembre ¡909 et 13 octobre 1910. relatif* aux suppléments de lonctions alloués au personnel militante servant au Congo français au compte du budget colonial ; Considérant que les officiers ex en ça ni au Congo français des fonctions administratives reçoivent par application de l'arrêté du Gouverneur général du 1 ï juin 1909 des suppléments de fonctions qui, aux termes de l'article 2 se cumulent avec la solde et les accessoires de suide de tout ordre, et aux fermes de l'article 3 sont sujets à retenue. Considérant que ces suppléments de fonctions prévus a l'article 90 du décret du 2 mars 1910 portant règlement sur la solde des fonctionnaires coloniaux, constituent la rému­ nération des travaux spéciaux maisqui ne sauraient être assi­ milés aux indemnités telies que les frais de représentation d de bureaux notamment qui constituent le remboursement d'avances faites à l'occasion du service et qui, conformé­ ment à l'article 164 du règlement du U janvier 1869 ne sont pas passddes de retenues, qu'au contraire, ces allocations qui sont sujettes à retenues pour la retraite, présentent le caractère de traitements el doivent être regardés comme des


— 387 — c o m p l é m e n t s de la solde p r o p r e m e n t dite d e s officiers a u x ­ q u e l s elles sont a t t r i b u é e s . Considérant q u e , si le décret du 2 9 d é c e m b r e 1903 rappelle en son article 27 que les r e t e n u e s opérées en vertu de s a i s i e s arrêts ne peuvent excéder le cinquième de la solde nette, on ne saurait i n t e r p r é t e r les t e r m e s employés d a n s le sens q u e la par le saisissable d e s appointements de l'officier est r é d u i t e au principal de la solde, mais bien dans le sens q u e la solde nette est constituée en d e h o r s d e s i n d e m n i t é s r e p r é s e n t a t i v e s de frais divers faits, par l'intégralité de sa r é m u n é r a t i o n , déduction faite toutefois du prélèvement en vue de la retraite. C o n s i d é r a n t qu'ainsi ce texte n e saurait faire obstacle à l'appi cation des principes qui d é t e r m i n e n t la portion s a i s i s ­ sable les é m o l u m e n t s de c e s officiels. Est d'avis ; Qu'il y a lieu de r é p o n d r e au Ministre o b s e r v a t i o n s qui p r é c è d e n t : E.

Rapporteur.

FOCHIER, P.

HOUSSEL,

dans le sens des

CAMILLE L Y O N ,

Président

Secrétaire.

P o u r extrait c o n f o r m e , Le SÉCRÉTaire de la Section :

P. ROUSSEL. Ls Ministre des colonies,

I. №

MOREL.

283. — DÉPÊCHE MINISTÉRIELLE au sujet des au­ torités ayant q u a l i t é pour accorder les congés aux agents civils du Commissariat et aux comptables des matières aux colonies.

(Ministère de la Guerre. — Direction des Troupes coloniales. 1er Bureau.) Paris. le 2 3 a o û t 1 9 1 3 . LE

MINISTRE

DE LA G U E R R E à Messieurs

supérieurs

des Troupes

aux

les

Commandants

colonies.

Des doutes se sont élevés sur In question de savoir quelles

étaient les autorités qui doivent accorder les congés de toute nature aux agents civils du Commissariat et aux comptables des matières aux colonies dans les diverses positions que ces personnes peuvent occuper en France et aux colonies.


— 388 —

Le tableau ci-après résume tes règles à suivre à cet égard par application des décrets du 2 3 décembre 1897 et du 28 jan vier 1903. (B. O. Colonies, année 1800, page 17, et volume des Troupes coloniales, page 149.) AUTORITES CHARGÉES DE DÉLIVRER LES CONGÉS AU

NATURE DES CONGÉS.

Personnel employé d a n s Services militaires.

Personnel détaché à l ' A d m i n i s t r a t i o n pénit e n t i a i r e et p e r s o n n e l hors cadres.

Congés p o u r affaires p e r s o n n e l l e s et leur Ministre de la g u e r r e . Ministre de la g u e r r e ! prolongation. Congés a d m i n i s t r a ­ C o m m a n d a n t s s u p é ­ Gouverneurs, r i e u r s des t r o u p e s . tifs. 1° A passer en F r a n c e , I° A passer en F r a n c e , le Ministre d e la le Ministre de la guerre. guerre. Congés de convales­ 2" A passer a u x c o l o ­ 2° A passer aux colo­ cence. n i e s , les C o m m a n ­ n i e s , les C o m m a n ­ d a n t s s u p é r i e u r s des d a n t s s u p é r i e u r s des troupes. troupes. Prolongations des congés d e convales­ cence.

M i n i s t r e de la g u e r r e .

Ministre de la g u e r r e .

Transformation d'un c o n g é de c o n v a l e s ­ Ministre de la g u e r r e . Ministre d e la g u e r r e . c e n c e en congé a d m i ­ nistratif. 1° P o u r faire usage 1° Pour faire usage des eaux en F r a n c e , d e s eaux en F r a n c e le Ministre de la le Ministre de la guerre. guerre. Congés p o u r faire usage des eaux et leur 2° P o u r faire usage 2° Four faire u s a g e prolongation. des eaux à la colonie d e s e a u x à la colonie où I intéressé est en où l'intéressé est en service, les C o m m a n ­ s e r v i c e , les Gouver­ d a n t s s u p é r i e u r s des n e u r s . troupes

Congés p o u r s e r v i r a u c o m m e r c e , à l'in­ d u s t r i e ou a u p r è s Ministre de la g u e r r e . Ministre de la g u e r r e . d'une puissance étrangère.


— 389 — Il est rappelé à cette accasion que les autorités qui délivrant des congés aux colonies sont t e n u e s d'en rendre compte immédiatement au Ministre de la g u e r r e , (8 direction, 3e b u r e a u ) . e

E.

ETIENNE.

№ 284. — ARRÊTE autorisant le versement au Trésor du montant des dépôts de garantie effectués par les abonnés à la Bibliothèque publique Alexandre Franconie. (9 août 1 9 1 3 . ) L E GOUVERNEUR

de la Guyane française,

Chevalier de la Légion d'Honneur. Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828 ; Vu l'arrêté du 8 juin 1911, portant réglementation du ser­ vice de la Bibliothèque et du Musée local, notamment l'article 13, chargeant l'agent spécial des services régis par économie du Secrétariat général de la réception et du remboursement des dépôts de garantie ; Vu le décret du 30 décembre 1912, su: le régime financier des colonies : Considérant que le montant des cautionnements versés par les abonnés de la Bibliothèque s'élève à une somme relative­ ment élevée et qu'il convient d'en effectuer le versement au Trésor, sous la rubrique Service local. Dépôts divers ; Sur la proposition du Secrétaire général ; L e Conseil privé entendu, ARRETE :

Article 1er. — Les s o m m e s perçues par L'agent spécial des services régis par économie du Secrétariat général, collec­ teur des recettes effectuées p o u r l e s abonnés à la Bibliothèque Alexandre Franconie, s e r o n t versées au Trésor, s o u s la r u ­ brique Service local. Dépôts divers. Art. 2 — Toutefois, cet agent intermédiaire est autorisé à conserver par devers lui, pour les opérations de rembourse­ ment l e dépôts de garantie, u n e s o m m e qui, en aucun cas, ne peut être supérieure à crut lianes.


— 390 — Art. 3 . — Le S e c r é t a i r e général et le T r é s o r i e r - p a y e u r sont c h a r g é s , c h a c u n en ce qui le c o n c e r n e , de l'exécution en p r é s e n t a r r ê t é , qui sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, i n s é r é et publié au Journal officiel et a Bulletii officiel de la colonie. C a y e n n e , le 9 août 1 9 1 3 . LEVECQUE. Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général.

Le

DIDELOT.

Trésorier-pny-<r, REYSS.

№ 2 8 5 . — ARRÊTÉ prorogeant de trois ans la cession de main-d'œuvre pénale accordée au Service local pou le jardin d'essais de la colonie. (16 août 1 9 1 3 . )

L E GOUVERNEUR de la Guyane française, Chevalier d e la Légion d ' H o n n e u r , Vu la loi du 3 0 m a i 1 8 5 4 , s u r l'exécution de la peine des travaux forcés ; Vu les d é c r e t s des 1 3 d é c e m b r e 1 8 9 4 , 3 0 août 1 8 9 8 , et 2 9 m a r s 1 9 0 1 , r é g l e m e n t a n t l'emploi de la m a i n - d ' œ u v r e p é n a l e d a n s les colonies pénitentiaires ; Vu l'arrêté du 7 août 1 0 0 6 (approuvé p a r d é p ê c h e m i n i s t é ­ rielle n° 1 2 4 1 , d u 8 octobre suivant), a c c o r d a n t au Service lo­ cal, p o u r les travaux du jardin d'essais, u n e corvée de dix c o n d a m n é s et ceux d e s 6 octobre 1009 et 2 5 août 1 9 1 0 . p r o ­ r o g e a n t successivement cette m a i n - d ' œ u v r e j u s q u ' a u 17 août 1013; Vu l'arrêté n° 370 du 10 avril 1 9 1 1 , portant l'effectif de celte corvée de dix à dix-sept unités ; Vu la d e m a n d e de prorogation nouvelle, avec a u g m e n t a t i o n d'effectif, formulée p a r le Secrétaire général en date du 18 juillet 1913 ; Sur la proposition du Directeur p. i. de l'Adm nistration pénitentiaire ; Le Conseil privé e n t e n d u ,


— 391 — ARRÊTE : e r

Article 1 . — La corvée de dix-sept c o n d a m n é s m i s e a la disposition du Service local pour l e s travaux du J a r d i n d ' e s ­ s a i s est m a i n t e n u e p o u r u n e d u r é e de trois a n s , à c o m p t e r d u 17 a o û t 9 1 3 . A r t . 2 — Une cession s u p p l é m e n t a i r e d e deux t r a n s p o r t s est a c c o r d é e au m ê m e service pour six m o i s , pour être e m ­ ployée à ces travaux d'essais e n t r e p r i s p o u r la d e s t r u c t i o n d e s fourmis-manioc. A r t . 3 — Le taux de la r e d e v a n c e à payer est fixé à c i n ­ q u a n t e c m i m e s (0f50) p a r h o m m e et par j o u r , c o n f o r m é m e n t au p a r a g r a p h e 2 de l'article 1 d u décret d u 2 9 m a r s 1 9 0 1 , et à l'arrêté m i n i s t é r i e l n° 7 0 , du 2 juin 1 9 1 1 . Art. 4 — Le D i r e c t e u r de l ' A d m i n i s t r a t i o n p é n i t e n t i a i r e est c h a r g é de l ' e x é c u t i o n du p r é s e n t a r r ê t é , qui s e r a c o m m u ­ niqué et e n r e g i s t r é partout où besoin s e r a , et soumis à l ' a p p r o ­ bation du Ministre d e s c o l o n i e s . C a y e n n e , le 16 août 1 9 1 3 . LEVECQUE. Par le Gouverneur : Le Directeur p. i. de l'Administration pénitentiaire,

J. BARRE.

№ 2 8 6 . — ARRÊTÉ autorisant la distribution d'un dividende de la Banque pour le 1 semestre 1913, er

(16 août 1913.) LE GOUVERNEUR d e fa Guyane française, C h e v a l i e r de la Légion d ' H o n n e u r , Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu la loi du 2 4 d é c e m b r e 1 9 1 2 , p o r t a n t prorogation du privilège d e s B a n q u e s c o l o n i a l e s et d e s s t a t u t s d e s d i t e s Banques ; Vu les d é p ê c h e s m i n i s t é r i e l l e s d e s 1 0 février et 2 5 mai 1 9 0 5 ;


— 392 — Vu le c â b l o g r a m m e ministériel du 8 août 1 9 1 3 , n° 187 ; Le Conseil privé entendu, ARRÊTE :

Article 1 . — Est autorisée la répartition d'un dividende de trente francs par action de la Banque de la Guyane j o u r le 1er s e m e s t r e 1913. er

A r t . 2 . — Le Secrétaire g é n é r a l est c h a r g é de l'éxecution du p r é s e n t a r r ê t é , qui sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, et sera inséré au Journal officiel et an Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 16 août 1 9 1 3 . LEVECQUE. Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général,

DIDELOT.

ARRÊTÉ fixant le prix de remboursement des destinés au bornage des concessions forestières.

№ 287. panneaux

(16 août 1913.) LE GOUVERNEUR de la Guyane française, Chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , Vu l ' o r d o n n a n c e organique du 2 7 août 1828 : Vu l'arrêté du 17 juillet 1 9 1 2 , portant réglementation l'exploitation forestière en Guyane ;

de

S u r la proposition de l ' I n g é n i e u r , Chef du service des T r a ­ vaux publics et des Mines, ARRÊTE : e r

Article 1 . - Est fixé à cinq francs le prix de rembourse* m e n t de c h a q u e p a n n e a u délivré par le Service des M t n t s p o u r le bornage des p é r i m è t r e s de concessions f o r e s t i è r e s . Art. 2 . — Le Chef du service des Travaux publics et d e s


— 393 — Mines est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera c o m m u n i q u é et e n r e g i s t r é p a r t o u t où besoin s e r a , et au Journal officiel de la colonie. Cayenne le 16 août 1 9 1 3 .

inséré

LEVECQUE. Par le Gouverneur : le

Chef du service des Travaux publics et des Mines,

GAJAN.

№ 2 8 8 . — ARRÊTE rendant applicables au Lieutenant port, les dispositions de l'arrêté du 7 avril 1913, fixant frais de tournées à allouer aux fonctionnaires et agents Service des Travaux publics.

de les du

(16 août 1913).

L E GOUVERNEUR de la Guyane f r a n ç a i s e , Chevalier de la Légion

d'Honneur,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 27 a o û t 1 8 2 8 ; S u r la proposition du Chef du service des T r a v a u x publics et des M i n e s , ARRÊTE : e r

Article 1 . — Les d i s p o s i t i o n s de l ' a r r ê t é , n° 2 3 7 , du 7 avril 1 9 1 3 , fixant les frais de t o u r n é e s à allouer aux fonction­ n a i r e s et agents du service des Travaux publics et des M i n e s , p o u r d é p l a c e m e n t d a n s l ' é t e n d u e du s e r v i c e a u q u e l ils s o n t at­ t a c h é s , sont applicables au L i e u t e n a n t de p o r t , classé a la 3 c a t é g o r i e , et dont la résidence e s t fixée à C a y e n n e . e

A r t . 2 . — Le Chef du service des T r a v a u x publics, d e s Mines et les P o r t s et R a d e s est c h a r g é de l'exécution du p r é sent a r r ê t é , qui sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t où besoin s e r a , i n s é r é et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n e , le 16 août 1 9 1 3 . LEVECQUE.

Ra le G o u v e r n e u r : Le Chef du service des Travaux publics, des Mines et des Ports et Rades,

GAJAN.


— 394 — — ARRÊTÉ portant acceptation de la démission de M. Gondou, maire de l'Approuague,

N° 2 8 9 .

27 août

1913.)

L E GOUVERNEUR de la G u y a n e française, Chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 27 août 1 8 2 8 : Vu l'article 81 de la loi du 5 avril 1 8 8 1 . s u r l ' o r g a n i s a t i o n municipale ; Vu la lettre, en date du 22 juillet 1 9 1 3 , par l a q u e l l e M Gon­ dou ( P h i l i p p e ) a d o n n é la d é m i s s i o n de ses fonctions d e Maire d e la c o m m u n e d e l ' A p p r o u a g u e , . ARRÊTE : e r

Article 1 . — Est acceptée la démission offerte par M. G o n ­ dou ( P h i l i p p e ) de ses fonctions de Maire de la c o m m u n e le l'Аррrouague. La r e m i s e du service sera faite d a n s la forme t a i r e au 1 adjoint de la c o m m u n e .

réglemen-

er

A r t . 2. — L e Secrétaire, général еst c h a r g é de l'exécution du p r é s e n t a r r ê t é , q u i sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r ­ tout où besoin sera, et sera i n s é r é au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 2 7 août 1 9 1 3 . LEVECQUE.

Par le Gouverneur : Le S^rétaire

général,

л

D1DKI.OT.

№ 290.

— ARRÊTE autorisant la commune de Mana faire l'acquisition de l'immeuble Verneuil. ( 2 9 août

à

1913.)

L E GOUVERNEUR de la Guyane française, Chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 août 1828 ; Vu le d é c r e t du 15 o c t o b r e 1 8 7 9 , p o r t a n t o r g a n i s a t i o n des m u n i c i p a l i t é s d e la Guyane française ;


395

Vu l'article 23 de l'arrêté local du 28 s e p t e m b r e 1 9 0 3 , p o r ­ t a n t r è g l e m e n t s u r l ' a d m i n i s t r a t i o n et la comptabilité des communes ; Vu les d é l i b é r a t i o n s du Conseil municipal d e Mana en date d e s 2 0 février et 6 août 1 9 1 3 , relatives à l'acquisition p a r la c o m m u n e , pour être affecté au logement du Médecin c h a r g é du Service médical de celle localité, d'un i m m e u b l e a p p a r t e ­ n a n t à M. Joseph Verneuil, et s i s au b o u r g d e Mana, a n g l e des r u e s Poivre, n° 2 3 . et du Dégrad. n° 9 : Vu le plan figuré et détaillé d e s lieux, d r e s s é p a r le c o m i t é des Travaux publics, faisant fonctions d'agent voyer de la commune ; Vu la p r o m e s s e de vente souscrite p a r M. J o s e p h Verneuil, le 17 j a n v i e r 1 9 1 3 ; Vu le procès-verbal de l'enquête de commodo et incommodo à laquelle il a été p r o c é d é par M. le Maire d e Mana, et c o n s t a ­ tant qu'il n e s'est p r o d u i t a u c u n e réclamation c o n t r e l'acqui­ sition d u d i t i m m e u b l e : Vu le budget d e la c o m m u n e de Mana pour l'exercice 1 9 1 3 ; S u r la proposition du S e c r é t a i r e g é n é r a l . Le Conseil privé

entendu,

ARRÊTE e r

Article 1 . — La c o m m u n e d e Mana e s t a u t o r i s é e à faire l ' a c q u i s i t i o n , en vue d ' ê t r e affecté au l o g e m e n t du Médecin c h a r g é du service médical de cette localité, d'un i m m e u b l e a p p a r t e n a n t à M Joseph Verneuil, et sis au bourg de l a d i t e c o m m u n e , angle d e s r u e s P o i v r e , n° 2 3 , et du D é g r a d , n° 9 . Cette acquisition aura lieu m o y e n n a n t le prix de neuf mille trois cents francs ( 9 . 3 0 0 fr.) indiqué dans la p r o m e s s e de vente s u s v i s é e . Art. 2 . — Le S e c r é t a i r e général est chargé d e l'exécution du p r é s e n t a r r ê t é , qui sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é partout ou besoin sera, et inséré au Journal officiel et au Bulletin offi­ ciel de la colonie. Cayenne

le 2 9 août 1 9 1 3 . LEVECQUE.

Par le Gouverneur Le Secretaire

général

DIDELOT.

28


— 396 — N° 2 9 1 .

— ARRÊTÉ fixant les limites Saint-Laurent-du-Maroni.

du port

de

(31 août 1 9 1 3 . )

L E GOUVERNEUR de ta Guyane Chevalier de la Légion

française,

d'Honneur,

Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828 ; Vu l'article 9 du titre XIII de là loi du 22 août 1 7 9 1 , qui prescrit que les c h a r g e m e n t s et d é c h a r g e m e n t s ne p o u r r o n t avoir lieu que dans l'enceinte des p o r t s et des routes aux heures r é g l e m e n t a i r e s ; Vu l ' a r r ê t é du 3 m a r s 1 9 0 3 , d é t e r m i n a n t les limites du port de S a i n t - L a u r e n t - d u - M a r o n i ; Considérant q u ' e n vue de faciliter au Service des Douanes l'application des r è g l e m e n t s en vigueur en ce qui c o n c e r n e la constatation des infractions et particulièrement de celles s p é ­ cifiées à l'article 3 1 de la loi du 21 avril 1818, il est utile de modifier les limites actuelles du port de S a i n t - L a u r e n t - d u Maroni ; Sur le rapport de M. le Chef du s e r v i c e des Douanes, ARRÊTE : e r

Article 1 . — L ' a r r ê t é susvisé du 3 m a r s 1903 est r a p p o r t é . Les limites du port de S a i n t - L a u r e n t - d u - M a r o n i sont d é t e r ­ m i n é e s ainsi qu'il suit : A l'Est, l'appontement de l'Administration p é n i t e n t i a i r e ; Au N o r d - O u e s t , l'appontement c o m m u n a l . Art. 2 . — Le Chef du service des Douanes est c h a r g é de l'exécution du p r é s e n t arrêté, qui sera e n r e g i s t r é et publié partout où besoin sera. Cayenne, le 31 août 1 9 1 3 . LEVECQUE. № 292. - DÉCISION chargeant M. Didelot, Secrétaire géné­ ral, des fonctions intérimaires de Gouverneur de la Guyane. 31 août 1913.) LE GOUVERNEUR de la Guyane française, Chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 27 août 1 8 2 8 ;


— 397 — Vu le c â b l o g r a m m e ministériel, en date du 29 juillet 1 9 1 3 , c h a r g e a n t M. Levecque, Gouverneur de la Guyane française, d e s fonctions intérimaires de Gouverneur de la Martinique ; Vu l'article 3 du décret du 21 mai 1898, portant création des S e c r é t a r i a t s g é n é r a u x des colonies ; Vu le décret du 2 m a r s 1910, s u r la solde et les allocations accessoires du personnel colonial ; Vu les i n s t r u c t i o n s c o n t e n u e s dans la circulaire m i n i s t é ­ rielle du 2 0 juin 1 9 1 1 . DÉCIDE : e r

Article 1 . — M. Didelot ( P i e r r e - J e a n - H e n r i ) , S e c r é t a i r e g é n é r a l de 2 classe d e s colonies, S e c r é t a i r e général de la G u y a n e , est c h a r g é de l'intérim du G o u v e r n e m e n t de la colonie p e n d a n t la durée de l'absence du titulaire. e

Art. 2 . — La présente décision sera e n r e g i s t r é e et c o m ­ m u n i q u é e partout où besoin s e r a . Cayenne, le 31 août 1 9 1 3 . LEVECQUE.

№ 2 9 3 . — DÉCISION nommant M. Debuc, général intérimaire.

Secrétaire

(31 août 1913.) Le G o u v E R N E U R de la Guyane française; Chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , Vu l ' o r d o n n a n c e organique du 27 août 1828 ; Vu la décision, en date de ce j o u r , confiant l'intérim du Gou­ v e r n e m e n t de la Guyane à M. Didelot ( H e n r i ) , S e c r é t a i r e général ; Vu le décret du 2o août 1899, fixant les conditions du r e m ­ p l a c e m e n t intérimaire des Secrétaires g é n é r a u x ; Vu l'article 9, § 2 du décret du 2 m a r s 1910, sur la solde et les allocations accessoires de solde du p e r s o n n e l colonial , 1

DECIDI: : e r

Article 1 . — M. Debuc ( E m m a n u e l ), Chef de bureau de l classe des Secrétariats généraux des c o l o n i e s , est chargé r e


— 398 —

des fonctions intérimaires de Secrétaire général du Gouver­ nement. Art. 2 . — La p r é s e n t e décision sera e n r e g i s t r é e et c o m m u n i q u é e p a r t o u t où besoin sera.

Cayenne, le 31 août 1 9 1 3 . LEVECQUE.

NOMINATIOXS,

M U T A T I O N

CONGÉS,

ETC.

№ 2 9 4 . — Suivant avis du Chef du service colonial, d e N a n t e s , du 24 juillet 1 9 1 3 , d e s p r o l o n g a t i o n s de c o n g é s d e c o n v a l e s c e n c e ont été accordées à : 1

e r

M. G e r m a i n , s e c r é t a i r e d e Mairie de S i n n a m m a r y , jusqu'au septembre 1913 ; M. P o r t e , p r é p o s é des D o u a n e s , jusqu'au 7 n o v e m b r e 1 0 1 3 .

№ 2 9 5 . — P a r décision du G o u v e r n e u r du 1er août 1 9 1 3 , la solde a n n u e l l e d e M. F a u l a ( M a u r i c e ) , c o m m i s au G o u ­ v e r n e m e n t , est p o r t é e de 3 , 0 0 0 à 3 , 5 0 0 f r a n c s .

№ 2 9 6 . — P a r décision du G o u v e r n e u r du 9 août 1 9 1 3 , la peine d e l ' a v e r t i s s e m e n t est infligée à M. Bourgarel ( F r a n ­ ç o i s ) , a g e n t de la Police g é n é r a l e , pour avoir m a n q u e d e sang-froid d a n s l'exécution de son s e r v i c e .

№ 2 9 7 . — P a r décision du Lf août 1 0 1 3 , M M . Wilfrid ( G u i l l a u m e et Déric ' V i c t o r ) , pilotes de 3 ° c l a s s e , sont élevés à la 2 c l a s s e de l e u r e m p l o i . e

M . Bathilde ( J u s t i n ) , pilote de I classe de son emploi.

c l a s s e , est élevé à la 3*

№ 2 9 8 . — P a r a t r é l é eu date d u Ifi août 1013, M. Gaston R o s e t t e , m é c a n i c i e n b r e v e t é , est n o m m é m e m b r e d e ia C o m ­ mission de visite d e s a p p a r e i l s à vapeur à b o r d d e s b a t e a u x en remplacement de M . L. Chaux, d é m i s s i o n n a i r e .


— 399 — № 299 affectés :

Par décision en date du

16 août 1 9 1 3 , s o n t

MM. Baudin ( R o g e r ) , c o n t r ô l e u r principal de 2e classe d e s Mines, a la r é s i d e n c e de C a y e n n e , pour remplir les fonctions d e Chef du b u r e a u des M i n e s . e

M. Florus S a i n t - O m e r ) , commis de 3 classe des Travaux p u b l i c s , à la r é s i d e n c e de Cayenne, adjoint p r o v i s o i r e m e n t a M. Baudin, pour la t e n e u r des r e g i s t r e s et le c l a s s e m e n t des a r c h i v e s des Mines. Il c o n t i n u e r a a r e m p l i r les t o n d i o n s d ' a g e n t spécial service régi par é c o n o m i e des Travaux p u b l i c s .

du

№ 300. Par décision du G o u v e r n e u r , en date du 18 août 1913, M. P r u d e n c e ( A l b a n ) , m e m b r e de la C h a m b r e d ' a g r i c u l t u r e , a été appelé en r e m p l a c e m e n t de M. J u l e s B o u r q u i n . à taire partie du Jury du Concours agricole de 1 9 1 3 , i n s t i t u é par l'article 7 du r è g l e m e n t o r g a n i q u e i n s é r é au n u ­ m é r o du 26 avril 1913 du Journal officiel de la colonie,

№ 3 0 1 . — Par l e t t r e , en date du 2 2 juillet 1912, d o n t il lui a é t é a c c u s é r é c e p t i o n , M. P h i l i p p e G o n d o u , c o n s e i l l e r m u n i c i p a l d e la c o m m u n e d ' A p p r o u a g u e , a d o n n é la d é m i s s i o n d e ses fonctions.

№ 3 0 2 . — Par a r r ê t é du G o u v e r n e u r , en d a t e du 2 0 a o û t 1913, p r i s sur la p r o p o s i t i o n du P r o c u r e u r g é n é r a l , chef du service j u d i c i a i r e . M. P o l u s P a u l i n u s ) , 1er commis-greffier du T r i b u n a l de p r e m i è r e i n s t a n c e de C a y e n n e , a r e p r i s l e s fonc­ tions d o n t il est t i t u l a i r e .

№ 3 0 3 . — Par a r r ê t é du G o u v e r n e u r , en d a t e du 2 6 août 1 9 1 3 , pris s u r la proposition du P r o c u r e u r g é n é r a l , chef du s e r v i c e j u d i c i a i r e , M. Barbier ( G a s t o n ) , s o u s - c h e f de b u r e a u de l (dasse d e l ' A d m i n i s t r a t i o n p é n i t e n t i a i r e , a été provisoi­ r e m e n t n o m m é j u g e - s u p p l é a n t au T r i b u n a l d e l instance de C a y e n n e et d é t a c h é en c e t t e m ê m e qualité au T r i b u n a l d e 1 i n s t a n c e du M a r o n i , en r e m p l a c e m e n t d e M. P e z e t . e n c o n g é . r e

r u

1 8


— 400 — № 3 0 4 . — Par décision du G o u v e r n e u r du 27 août 1 9 1 3 , un congé de convalescence de trois m o i s , a p a s s e r à la Marti­ n i q u e , est accordé à M. Sainte-Croix, dactylographe au cabinet du G o u v e r n e u r .

№ 3 0 5 . — Par décision du G o u v e r n e u r du 2 8 août 1 9 1 3 , un c o n g é de convalescence de trois m o i s , a p a s s e r à la M a r t i ­ nique, e s t a c c o r d é a M. S a i n t e - C l a i r e , porte-clefs de 1re classe à la P r i s o n civile.

№ 3 0 6 . — Par a r r ê t é du G o u v e r n e u r , en d a t e du 2 0 a o û t 1 9 1 3 , pris en Conseil privé, sur le rapport du P r o c u r e u r g é n é r a l , chef du service j u d i c i a i r e , ont été levées les prohibi­ tions portées par l'article 162 du code civil au mariage projeté entre S a b a s ( B é r é n i c e - M a t h i e u ) dit Adrien et Parlai ( J o s é ­ phine-Clarisse-Médina ),

№ 3 0 7 . — Par décision du G o u v e r n e u r du 2 0 août 1 9 1 3 , un congé pour affaires p e r s o n n e l l e s de six mois, à passer d a n s la colonie, est accordé a M. Séraphin C a s i m i r ) , l'acteur rural a l'Approuague. № 308. — 1 9 1 3 , a été M. P r u d e n c e à faire partie

Par décision du G o u v e r n e u r , en date du 2 9 août r a p p o r t é e celle du 18 du m ê m e mois appelant ( A l b a n ) , m e m b r e de la Chambre d ' a g r i c u l t u r e , du Jury du Concours agricole de 1 9 1 3 .

N° 3 0 9 . — Par décision du G o u v e r n e u r du 31 août 1 0 1 3 , M. Bazile-Octuvon ( J u l e s ) , c o m m i s principal du S e c r é t a r i a t g é n é r a l , est n o m m é secrétaire de la C h a m b r e d ' a g r i c u l t u r e , en r e m p l a c e m e n t de M. E u p b r à s i u s J o s e p h , d é m i s s i o n n a i r e . •

№ 3 1 0 . — Par décision du Gouverneur du 31 août 1913, est r a p p o r t é e celle du 11 janvier 1 0 1 3 , confiant à M. Julien Nisus l'enfant assisté Arc nie Martinot. № 3 1 1 . — Par décision du G o u v e r n e u r du 31 août 1 9 1 3 , M. Cléry ( E d g a r d ), secrétaire de Mairie de 3" classe des


— 401 — c o m m u n e s r u r a l e s , en service à R o m a , est élevé à la 2e classe de son e m p l o i . N° 3 1 2 . — Par décision du G o u v e r n e u r du 31 août 1 9 1 3 , M. Laborde ( L é o n - D o m i n i q u e ) , s o u s - c h e f d e bureau d e 1re classe des S e c r é t a r i a t s g é n é r a u x , est c h a r g é , à c o m p t e r du 1 s e p t e m b r e , de la direction du 2 b u r e a u (finances) p e n d a n t la d u r é e de l'intérim de S e c r é t a i r e général confié à M. D e b u c e r

e

№ 313. Par décision du G o u v e r n e u r du 31 août 1 9 1 3 , M. Constant ( F e r d i n a n d ) , sous-chef de b u r e a u de 1re c l a s s e des S e c r é t a r i a t s g é n é r a u x , de r e t o u r de c o n g é , r e p r e n d r a , à c o m p t e r du 1 s e p t e m b r e , la direction du 1 bureau du S e c r é ­ tariat générai dont il était p r é c é d e m m e n t c h a r g é . e r

e r

a

N 3 1 4 . — Par décision du 31 août 1 9 1 3 , M. Corbin ( E u g è n e ) , a g e n t d e c u l t u r e s provisoire a la G u y a n e , e s t n o m m é a g e n t spécial du J a r d i n d ' E s s a i s . Il aura droit aux a p p o i n t e m e n t s a n n u e l s de 4 , 0 0 0 francs et à l ' i n d e m n i t é de c h e r t é de vivres. Il s u b i r a la r e t e n u e de 5 0 / 0 au profit de la Caisse de r e t r a i t e s l o c a l e s .

C E R T I F I É CONFORME :

Le Signé:

Secrétaire-archiviste, EM

GUERLAIN.

C.\ VENNE. — I m p r i m e r i e d u G o u v e r n e m e n t .


BULLETIN

OFFICIEL

DE LA

GUYANE FRANÇAISE N° 9.

SEPTEMBRE 1913.

BULLETIN

G U Y A N E

OFFICIEL

F R A N Ç A I S E

SEPTEMBRE 1913. SOMMАIRЕ. Pages.

N° 315. — C i r c u l a i r e m i n i s t é r i e l l e d u 8 février 1913 relative à l'application r é c i p r o q u e des r é g l e m e n t a t i o n s française et n é e r l a n d a i s e concernant la s é c u r i t é de la n a v i g a ­ tion m a r i t i m e . — Equivalence des certificats et per­ mis de n a v i g a t i o n respectifs 400 Arrêté m i n i s t é r i e l du 8 février 1913 relatif a u m ê m e objet 410 N° 316. — Dépêche m i n i s t é r i e l l e d u 9 s e p t e m b r e 1913 a u sujet d u t r a n s p o r t g r a t u i t de collections offertes aux m u s é e s par d e s f o n c t i o n n a i r e s coloniaux 411 № 317. — Arrêté d u 1er s e p t e m b r e 4943 p o r t a n t i n t e r d i c t i o n d e s é j o u r n e r à Cayenne et a u t o u r d u chef-lieu a u trans­ p o r t é libere Desjeux ( E r n e s t - F r a n ç o i s - M a r i e ) 4M N° 318. — Arrêté d u 3 s e p t e m b r e 1913 p o r t a n t c o n v o c a t i o n d u collège électoral d e l'Approuague 413 N° 319. — Arrête d u 8 s e p t e m b r e 1913 p o r t a n t o u v e r t u r e d ' u n crédit s u p p l é m e n t a i r e 444 N° 320. — Arrêté d u 9 s e p t e m b r e 1913 fixant le s u p p l é m e n t c o ­ lonial d e s c o m m i s p r i n c i p a u x et c o m m i s d u c a d r e local d u Secrétariat g é n é r a l d u G o u v e r n e m e n t de la G u y a n e égal à la s o l d e d ' E u r o p e fixée p a r l'article 2 du décret d u 24 n o v e m b r e 1912 415 № 3 2 1 . — Décision du 10 s e p t e m b r e 1913. — Une e q u i p e c o m ­ posée d ' u n c o n t r e - m a î t r e civil et d e deux c o n d a m n é s 29


— 404 — Pages. est constituée à Cayenne en vue de procéder a la des­ truction des fourmis-manioc 416 N° 322. — Arrêté du 12 septembre 1913 portant o u v e r t u r e d'un examen pour l'obtention des brevets de mécanicien de 1re et de 2e classe du commerce 417 № 323. — Arrêté du 12 septembre 1913 réglant le fonctionnement du bureau de bienfaisance de la c o m m u n e d e Remire ainsi q u e les attributions de la commission a d m i n i s ­ trative de cet établissement 421 № 324. — Arrête du 16 septembre 1913 a t t r i b u a n t aux matelots du P o r t , à t i t r e provisoire, u n e indemnité de vivres de un franc cinquante centimes p a r j o u r en r e m p l a ­ cement de la ration de vivres qu'ils touchent actuellement on n a t u r e 423 V

323. —

Arrête

du 16 septembre 1913 dispensant certaines caté­ gories d'embarcations du permis d e c i r c u l a t i o n . . . . 424

№ 320. — Arrêté du 16 septembre 1913 dispensant certaines ca­ tégories d ' e m b a r c a t i o n s de la francisation 425 N° 327. - Arrêté du 16 septembre 1913 enjoignant au n o m m é Grave ( J o s e p h ) de s o r t i r du territoire de la Guyane française 420 N° 328

— Arrêté du 16 septembre 1913 p r o m u l g u a n t la loi du S a o û t 1913, r e n d a n t applicable la loi du 19 juillet 1907, relative a la suppression de l'envoi d a n s les colonies pénitentiaires des femmes récidivistes 427 Loi du 8 août 1913 r e n d a n t applicable aux colonies la loi du 19 juillet 1907. relative a la s u p p r e s s i o n de l'en­ voi dans les colonies pénitentiaires des femmes réci­ divistes 428 Loi du 19 juillet 1907 relative à la suppression de l'envoi dans les colonies pénitentiaires des femmes récidivistes 428

N° 329, — A r r ê t é du 16 septembre 1913 portant homologation du nouveau plan-directeur du bourg de la c o m m u n e de Rémire 429 N» 330. — Arrête d u 10 septembre 1913. — Prélèvement à la caisse de réserve 430 ¡ y 3 3 1 . — Arrêté du 19 septembre 1913 portant concession de passages gratuits en faveur des familles des fonction­ naires, employés ei agents en service d a n s la colonie. 431 V

332. — Arrêté d u 49 septembre 1913. — Promulgation du décret d u 2 juillet -1913, modifiant les règles de re­ crutement et la situation a d m i n i s t r a t i v e des Secré­ taires généraux des colonies. — Rapport 432 Décret du 2 juillet, 1913 moditiant les règles d e recru­ tement et la situation administrative des Secrétaires .généraux 436


333. —

-405—

Arrêté d u 20 s e p t e m b r e 1913 fixant l'effectif local d u Secrétariat général

du cadre 438

N° 334.

— Décision du 22 s e p t e m b r e 1013 a u t o r i s a n t la c o n s t r u c ­ t i o n a Cayenne de d e u x fours p o u r la fabrication d u pain 439

N° 333.

— Arrête du 23 s e p t e m b r e 1913. — O u v e r t u r e d ' u n cré­ dit s u p p l é m e n t a i r e de 3,146 fr. 03 cent

440

— Arrêté du 23 s e p t e m b r e 1913 p o r t a n t a p p l i c a t i o n aux officiers et m i l i t a i r e s de la G e n d a r m e r i e de la G u y a n e des d i s p o s i t i o n s du d é c r e t d u 23 s e p t e m b r e 1911 s u r les passages

441

N° 337. — Arrêté d u 23 s e p t e m b r e 1913 r e n d a n t e x é c u t o i r e un rôle p r i n c i p a l de t a x e s c o m m u n a l e s de M o n t s i n é r y p o u r 1913

442

N° 336.

N° 3 3 8 . — Arrête du 23 s e p t e m b r e 1913 r e n d a n t exécutoires sept rôles s u p p l é m e n t a i r e s de taxes c o m m u n a l e s p o u r 1913 443 N° 339. — Arrêté du 23 s e p t e m b r e 1913 r e n d a n t exécutoire u n rôle p r i n c i p a l de c o n t r i b u t i o n s d i r e c t e s ou assimilées p o u r 1913

444

N° 340. — a r r ê t é d u 23 s e p t e m b r e 1913 r e n d a n t e x é c u t o i r e s sept rôles s u p p l é m e n t a i r e s de c o n t r i b u t i o n s directes ou assimilées p o u r 1943

443

N° 341.

— Arrêté d u 26 s e p t e m b r e 1913 p o r t a n t p r o m u l g a t i o n à la G u y a n e d e la loi du 7 a o û t 1913, s u r le r e c r u t e ­ m e n t de l ' a n n é e 447 Loi d u 7 a o û t 1913 modifiai)t les lois des c a d r e s d« l'infanterie, de la cavalerie, d e l'artillerie et du génie, en ce qui c o n c e r n e l'effectif des u n i t é s et fixant les c o n d i t i o n s d u r e c r u t e m e n t d e l ' a r m é e active et la d u r é e d u service d a n s l'armée active et se-, r é s e r v e s . . 448

V

342. - - Arrête d u 27 s e p t e m b r e 1913 p o r t a n t p r o m u l g a t i o n d e la loi d u 3 a o û t 19I3. modifiant le r é g i m e d o u a n i e r des p r o d u i t s d'origine coloniale 474 Loi du 3 a o û t 1913 relative à r é t a b l i s s e m e n t d u r é ­ g i m e d o u a n i e r colonial 474

\

, s

343

ii 349. — N o m i n a t i o n s , m u t a t i o n s , congés, ele

472


— 406 — № 3 1 5 . — CIRCULAIRE MINISTÉRIELLE. — Applica­ tion des réglementations française et néerlandaise concernant la sécurité de la navigation maritime. — Equivalence des certificats et permis de navigation respectifs. Paris, le 8 février 1913. ( D i r e c t i o n c e n t r a l e de la Navigation et d e s P ê c h e s maritimes : Bureau de la Navigation m a r i t i m e ) , LE

M I N I S T R E DE LA MARINE à

Messieurs

ministrateurs de l'Inscription maritime. et Gouverneurs des colonies.

les Directeurs

Gouverneurs

et

Ad­

généraux

L ' e x a m e n d e s r é g l e m e n t a t i o n s française et n é e r l a n d a i s e c o n c e r n a n t la s é c u r i t é d e la navigation m a r i t i m e , a p e r m i s d'établir d a n s les c o n d i t i o n s fixées par un Protocole d r e s s é le 17 d é c e m b r e 1 9 0 9 , et c o m p l é t é p a r u n e n o t e , en d a t e d u 10 j a n v i e r 1 9 1 3 , é c h a n g é e e n t r e le G o u v e r n e m e n t rte la R é p u ­ blique f r a n ç a i s e et le G o u v e r n e m e n t Royal d e s P a y s - B a s , l ' é q u i v a l e n c e d e s p e r m i s et certificats de n a v i g a t i o n a d m i s d a n s les doux pays. J ' a i , e n c o n s é q u e n c e , r e c o n n u l'équi­ valence de c e s p e r m i s et certificats p a r u n a r r ê t é , e n date du 8 février 1 9 1 3 , d o n t vous t r o u v e r e z le t e x t e c i - a n n e x é . Aux t e r m e s d e s articles 3 , 5 et 7 de la loi du 17 avril 1 9 0 7 , les navires n é e r l a n d a i s s o n t , en principe, c o m m e t o u s les a u t r e s n a v i r e s é t r a n g e r s s o u m i s d a n s les ports français aux visites ci-après : Visites de m i s e en s e r v i c e et visites n a v i r e s p r e n a n t îles p a s s a g e r s ;

a n n u e l l e s , p o u r les

Visites d e p a r t a n c e , p o u r les n a v i r e s a p a s s a g e r s , l e s n a v i r e s d e c h a r g e , ou tous les a u t r e s navires d e plus d e 2 5 t o n n e a u x de j a u g e b r u t e , en p a r t a n c e p o u r d e s d e s t i n a t i o n s i n d i q u é e s a l'article 7 . 11 r é s u l t e d ' u n e part, d e s d i l s articles »>, o et 7 , d ' a u t r e part, de l ' a r r ê t é d ' é q u i v a l e n c e précité et d e s d i s p o s i t i o n s c o n t e n u e s au P r o t o c o l e du 17 d é c e m b r e 1 9 0 9 , et de la n o t e du 1 0 j a n ­ vier 1 9 1 3 , q u e d o r é n a v a n t le r é g i m e d e s n a v i r e s n é e r l a n d a i s d a n s les p o r t s français ( st le s u i v a n t , au point d e v u e de l'application de la loi du 17 avril Î 9 0 7 . 1° V i s i t e de m i s e e n s e r v i c e e t v i s i t e s a n n u e l l e s . — Les n a v i r e s n é e r l a n d a i s a p a s s a g e r s s o n t d i s p e n s é s d e s


— 407 — visites et c o n s t a t a t i o n s p r e s c r i t e s par la r é g l e m e n t a t i o n fran­ ç a i s e s u r p r é s e n t a t i o n , par le c a p i t a i n e du certificat d e navi­ gabilité « Certificat Van Deugellijkheid » qui leur est délivré p a r le. G o u v e r n e m e n t . T o u t e f o i s , en ce qui concerne les c h a u d i è r e s , c e l l e d i s p e n s e n ' e s t a d m i s e q u ' à la condition q u e ledit certificat, p o r t e en m a r g e u n e m e n t i o n i n d i q u a n t qu'elles o n t é t é s o u m i s e s à n u e é p r e u v e initiale, s o u s une c h a r g e au m o i n s é g a i e à dix k i l o ­ g r a m m e s , el d a n s la s u i t e a d e s essais s o u s u n e c h a r g e au m o i n s égale k 6 k i l o g r a m m e s , effectuée d e p u i s m o i n s de q u a t r e a n s , pour les c h a u d i è r e s â g é e s de m o i n s de d o u z e a n s , puis t o u s l e s deux a n s . En ce qui c o n c e r n e la visite d e s m a c h i n e s , p o u r laquelle la législation n é e r l a n d a i s e n e précise a u c u n e règle de périodicité, le m ê m e certificat doit p o r t e r u n e m m t i o n i n d i q u a n t de m ê m e q u e l ' a r m a t e u r , qui a fait procéder d a n s les c o n d i t i o n s que prescrit n o i r e l é g i s l a t i o n . En ce qui concerne, la c o q u e et les a c c e s s o i r e s de c o q u e , le p r o p u l s e u r et l'arbre p o r t e - h é l i c e , les n a v i r e s n é e r l a n d a i s p o r t e u r s d'un certificat de p r e m i è r e cote délivré p a r l ' u n e d e s s o c i é t é s d e classification r e c o n n u e s du G o u v e r n e m e n t n é e r ­ l a n d a i s e t sous le contrôle de celui-ci é t a n t s o u m i s a d e s visites d é t e r m i n é e s et aussi f r é q u e n t e s q u e celles p r é v u e s par la r é g l e m e n t a t i o n française sont d i s p e n s é s d e s c o n s t a t a t i o n s effectuées par celle S o c i é t é . Les navires n é e r l a n d a i s non c o t é s et d'une jauge b r u t e de m o i n s de 2 0 0 t o n n e a u x s e r o n t é g a l e ­ m e n t r é p u t é s satisfaire aux p r e s c r i p t i o n s f r a n ç a i s e s en j u s t i ­ fiant, au moyen d ' u n e apostille apposée s u r l e u r certificat d e n a v i g a b i l i t é , qu'ils ont é t é visés p a r l e s a u t o r i t é s n é e r l a n d a i s e s d a n s les délais p r e s c r i t s en F r a n c e . Q u a n t à ceux 'dont la j a u g e b r u t e est d e plus d e 2 0 0 t o n n e a u x , ils s e r o n t s e u l e m e n t a d m i s à se prévaloir de l ' é q u i v a l e n c e l o r s q u e leur certificat de navigabilité n e datera pas de plus d ' u n a n . En ce q u i c o n c e r n e les locaux affectés à l ' é q u i p a g e et l e s h ô p i t a u x , les n a v i r e s n é e r l a n d a i s n ' é t a n t pas t e n u s p a r l e u r l é g i s l a t i o n de se c o n f o r m e r aux p r e s c r i p t i o n s du d é c r e t royal du 7 m a r s 4 9 1 1 , r e c o n n u e s é q u i v a l e n t e s a u x dispositions de n o t r e r é g l e m e n t a t i o n , ceux-là s e u l s d e s d i l s n a v i r e s q u i , p a r u n certificat délivré par l ' i n s p e c t e u r en chef de la N a v i g a t i o n , justifieront s'y ê t r e conformés, seront d i s p e n s é s d a n s les p o r t s


— 408 —

français dos visites destinées à e x i g e r d'eux l'observation de la loi française à cet égard. 2 ° — V i s i t e s d e p a r t a n c e . — Les navires néerlandais à p a s s a g e r s doivent être munis d'un certificat Van Deugdelijkbeid porteur des mentions spéciales susindiquées. De m ê m e , les navires de charge sont réputés satisfaire aux p r e s c r i p t i o n s «le la législation française, sur la présentation,

par l e capitaine dudil certificat. E n ce qui concerne ie franc-bord, les lègles et tables adop­ tées p a r l e s Pays-Bis sont équivalentes à celles de la régle­ m e n t a t i o n française, sauf la disposition de détail ci-après : E l l e s comportent, en effet, pour les navires à voiles navi­ g u a n t le long des cotes des Pays-Bas < t à l'Ouest jusqu'au

C a p - G r i s - N e z , la faculté pendant les mois d'été de charger

j u s q u ' à la marque de Iranc-bord d'eau douce.

11 a été entendu qu'ai: cas où ces navires prendraient charge dans un port français, ils ne sauraient se prévaloir de cette tolérance exceptionnelle. Q u a n t à l'obligation même d'avoir des marques et un c e r ­ tificat de franc-bord, elle est, bien entendu, imposée dans les p o r t s français à tous les navires néerlandais de plus d e 2 5 t o n n e a u x de jauge brute, comme aux navires français. E n ce qui concerne le chargement et l'arrimage d e s mar­ chandises la question de l'équivalence a été réservée pour faire l'objet d ' u n examen ultérieur. II résulte de ce qui précède que, lors des visites prescrites, les autorités chargées de ces inspections auront à s'assurer que les navires néerlandais sont effectivement munis des c e r ­ tificats reconnus équivalents dans les termes et conditions c i - d e s s u s , sans procéder aux vérifications relatives à la coque, aux chaudières et machines, à l'armement, aux locaux et aménagements aux hôpitaux, au matériel de sauvetage, sous r é s e r v e de ce qu'il a été dit concernant l'arrimage. Mais lesd i t e s autorités auront néanmoins à constater que le navire, é t a n t resté d'une manière générale, en bon état de conserva­ tion et de navigabilité, peut reprendre la nier sans péril, pour s o n équipage et se? passagers, sans qu'on puisse lui imposer s u r les différents points, objets de l'équivalence constatée, d ' a u t r e s conditions que celles prévues par ses règlements nationaux.


409

Conformement aux d i s p o s i t i o n s c o n t e n u e s d a n s l'instruction du 17 m a i 1 9 0 9 , § 5 9 , il a été bien e n t e n d u q u e si, a p r è s q u e le m o m e n t du d é p a r t a été notifié d a n s les formes p r e s c r i t e s , la visite de p a r t a n c e n ' e s t pas effectuée, le navire peut p r e n d r e la m e r à l'heure i n d i q u é e s a n s que de ce chef, une infraction soit c o m m i s e . Q u a n t aux n a v i r e s p a s s a n t à o r d r e s ou en relâc&J d a n s un port qui n ' e s t p a s leur port de d e s t i n a t i o n , s a n s faire d ' o p é ­ rations c o m m e r c i a l e s ou ne p r e n a n t à bord q u e du c h a r b o n d e s o u t e s , ils ne sont pas r é p u t é s en p a r t a n c e et, par c o n s é ­ q u e n t , ils no sont pas s o u m i s à la visite de p a r t a n c e . La m ê m e visito qui est i m p o s é e par l'article 7 de la loi du 17 avril 1907 au bateau de pêche en p a r t a n c e pour u n e c a m ­ p a g n e d e g r a n d e p è c h e n'est applicable qu'aux bateaux p a r ­ tant du port où ils ont été a r m é s pour c e t t e c a m p a g n e . 1! a é t é convenu qu'au cas où l'équipage d ' u n navire n é e r ­ l a n d a i s d a n s un p o u français, ou r é c i p r o q u e m e u l d ' u n n a v i m français d a n s u n des ports des P a y s - B a s , s a i s i r a i t d i r e c t e m e n t d ' u n e plainte l'autorité m a r i t i m e locale, ladite a u t o r i t é , sauf sou droit de visites d a n s les c o n d i t i o n s prévues d ' a u t r e part, devrait renvoyer les r é c l a m a n t s à l'autorité c o n s u l a i r e à l a ­ quelle ressortit le n a v i r e . Q u a n t aux n a v i t e s ressortissant aux colonies et p o s s e s s i o n s des P a y s - B a s , aux Indes n é e r l a n d a i s e s , la législation actuelle en v i g u e u r d a n s eos colonies et p o s s e s s i o n s ne p r é s e n t a n t p a s d e s d i s p o s i t i o n s é q u i v a l e n t e s à celles de la législation française, ils ne p o u r r o n t se prévaloir, q u a n t à p r é s e n t , d a n s les p o r t s fiançais, des p e r m i s et certificats d é l i v r é s confor­ m é m e n t à ladite législation coloniale i n d o - n e e r l a n d a i s e . Les d i s p o s i t i o n s c i - d e s s u s m e n t i o n n é e s , les c o n d i t i o n s d a n s l e s q u e l l e s a été établie la r e c o n n a i s s a n c e r é c i p r o q u e des l é ­ g i s l a t i o n s française et n é e r l a n d a i s e s o n t de n a t u r e à d o n n e r satisfactions aux i n t é r ê t s l é g i t i m e s d e s m a r i n e s m a r c h a n d e s d e l ' u n e et l'autre nation, et bien c o m p r i s e s , i n t e r p r ê t é e s avec t a c t et i n t e l l i g e n c e , elles doivent éviter toute difficulté e n t r e les deux p a \ > . Je vous prie d ' a d r e s s e r à cet effet l e s r e c o m m a n d a t i o n s né­ c e s s a i r e s aux autorités c h a r g é e s de la police de la navigation placées s o u s vos o r d r e s qui a u r o n t à en a s s u r e r l'exécution en ce qui c o n c e r n e les n a v i r e s n é e r l a n d a i s . Le Minisire

de la

marine,

PIERRE BAUD1N,


— 410 — ARRÊTÉ MINISTÉRIEL relatif à l'application réciproque des réglementations française et néerlandaise concernant la sécurité de la navigation et l'équivalente des certificats et permis de n a v i g a t i o n respectifs. (du

8 février

1913.)

( D i r e c t i o n centrale de la Navigation et d e s P ê c h e s maritimes : Bureau de la Navigation m a r i t i m e . ) LE

M I N I S T R E de la

marine,

Vu la loi du 17 avril 1907, c o n c e r n a n t la s é c u r i t é de la navigation m a r i t i m e de la r é g l e m e n t a t i o n du travail a bord des navires de c o m m e r c e , et s p é c i a l e m e n t l'article 3 et 2 , et l'article 5 , § 11 de ladite loi ; Vu la note échangée avec le G o u v e r n e m e n t royal n é e r l a n d a i s à la date du 1 0 j a n v i e r 1 9 1 3 . et l e protocole, d r e s s é le 17 d é c e m b r e 1909, qui fixent les conditions d a n s l e s q u e l l e s peut ê t r e r e c o n n u e l'application réciproque d e s r é g l e m e n t a t i o n s fran­ çaise et n é e r l a n d a i s e c o n c e r n a n t la sécurité d e la navigation m a r i t i m e et l'équivalence des certificats et p e r m i s respectifs, ARRÊTE : er

article 1 . — Les p e r m i s et certificats. délivrés aux n a ­ vires n é e r l a n d a i s de c o m m e r c e , d e pèche ou de p l a i s a n c e , par le G o u v e r n e m e n t Boyal d e s Pays-lias, ou sous la surveil­ lance et l ' a u t o r i t é dudit G o u v e r n e m e n t , s o n t r e c o n n u s é q u i ­ v a l e n t s au p e r m i s de navigation français p r é v u par la loi du 17 avril 1907 d a n s les c o n d i t i o n s fixées par le Protocole d r e s s é le 17 d é c e m b r e 1909 et p a r la note en date du 10 janvier 1913, é c h a n g é e e n t r e le G o u v e r n e m e n t de la R é p u b l i q u e fran­ çaise et le G o u v e r n e m e n t Boyal d e s P a y s - B a s . A r t . 2 . — L e s autorités m a r i t i m e s , officiers, fonctionnaires et a g e n t s c h a r g é s de la surveillance de la police de la Navi­ gation m a r i t i m e a s s u r e r o n t l'exécution du présent a r r ê t é , a partir du 10 février 1913, c o n f o r m é m e n t aux i n s t r u c t i o n s qui leur s e r o n t s p é c i a l e m e n t a d r e s s é e s à ce sujet. F a i t a P a r i s , le 8 février 1 9 1 3 . Le Ministre PIERRE

de la

marine,

BAUDIN;


— 411 — № 3 1 6 . — D É P Ê C H É MINISTÉRIELLE port gratuit des collections offertes fonctionnaires coloniaux,

aux

au sujet du trans­ Musées par des

P a r i s , le 9 s e p t e m b r e 1 9 1 3 .

Ministère des colonies. — Secrétariat et contreseing : 2e S e c t i o n . ) L E MINISTRE DES COLONIES à Messieurs Ut Gouverneurs Gouverneurs des colonies et Administrateur des Pierre et Miquelon.

qénéraux, Iles Saint-

J'ai l ' h o n n e u r de vous faire c o n n a î t r e q u e M le S e c r é t a i r e du Musée d'Histoire naturelle et du J a r d i n Z o o l o g i q u e de Toulouse m'a d e m a n d é de bien vouloir a u t o r i s e r le t r a n s p o r t à titre g r a t u i t des collections q u i , le cas é c h é a n t , p o u r r a i e n t être offertes à son é t a b l i s s e m e n t par c e r t a i n s compatriotes fonctionnaires coloniaux. Les colonies ne devant retirer q u e des a v a n t a g e s à faciliter la constitution d a n s la Métropole de c o l l e c t i o n s p o u v a n t i n t é ­ resser le p u b l i c il vous a p p a r t i e n t d ' e x a m i n e r la possibilité de d o n n e r , en principe, satisfaction au d é s i r non m'a été e x ­

primé . Toutefois, en ce c a s , les d é p e n s e s de t r a n s p o r t ne p o u v a i t être i m p u t é e s que s u r le fond des b u d g e t s locaux, il n'y aurait lieu de n ' a c c o r d e r le bénéfice du t r a n s p o r t gratuit qu'aux objets qui vous paraîtront dignes de figuier d a n s d e s c o l l e c ­ tions utiles, soit a la diffusion de la science en g é n é r a l , soit à la vulgarisation des r e s s o u r c e s de la colonie q u e vous a d ­ ministrez. Pour le Ministre et par ordre : Le Sous-Directeur, Chef du Service du Secrétariat et Contresseing,

DUCHENE. №

3 1 7 . ,—• ARRÊTE portant interdiction de séjour à Cayenne et autour du êhef-lieu au transporté libéré Desjenx ( ICrnestFrançois-Marie ). I septembre 1913. ) L E GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française, Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 août 1 8 2 S ;


— 412 — Vu l e décret du novembre 1906, portant règlement d'administration publique en exécution de la loi d u 10 juillet 1901, e t déterminant les lieux interdits à la Guyane aux trans­ portés libérés astreints à la résidence ; Vu l e rapport du 23 août 1913 du Commissaire de police aux délégations judiciaires, concernant une enquête à laquelle il a été procédé au sujet du transporté libéré, 4 1re, Desjeux (Ernest-François-Marie), matricule 9960. ensemble les pièces de ladite enquête ; Attendu qu'il importe, au point de vue de la sécurité publique, d'interdire au susnommé le séjour à Cayenne et autour du chef-lieu ; e

Sur la proposition concertée du Secrétaire, général et du Directeur de l'Administration pénitentiaire, ARRÊTE

:

Article 1 . — Le séjour à Cayenne et autour du chef-lieu est interdit, dans les conditions indiquées au décret susvisé du 28 novembre 1908, au transporté libéré, 4e 1re, Desjeux (Ernest-François-Marie), matricule 9966. er

Art. 2 . — Le présent arrêté n'aura d'effet qu'à l'expiration d'un délai de deux mois, a partir de la notification qui sera faite dans la forme administrative. Art. 3. — Le Secrétaire général et le Directeur d e l'Admi­ nistration pénitentiaire sont chargés, chacun en ce qui l e con­ cerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera enregistré e t communiqué partout où besoin sera, et sera inséré au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, l e ler septembre 1913. DIDELOT. P a r le Gouverneur :

Pour le Directeur de l'Adminis­ tration pénitentiaire p. i. : Le Secrétaire général p. i.,

Le Délégué,

DEBUC

EMILE-CHAIX.


— 413 — № 3 1 8 . — ARRÊTÉ

portant convocation de l'Approuague.

du collège

électoral

(3 septembre 1913.) LE GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française, Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu la l e t t r e , en date du 2 2 juillet 1913, par laquelle M. P h i ­ lippe Gondou à d o n n é la d é m i s s i o n de s e s fonctions de Maire et de Conseiller municipal de la c o m m u n e de l ' A p p r o u a g u e ; Vu ht l e t t r e p a r v e n u e au G o u v e r n e m e n t le 2 8 août 1 9 1 3 , par laquelle M. J u l e s Félicien a d o n n é é g a l e m e n t la d é m i s s i o n de ses fonctions de Conseiller municipal de l ' A p p r o u a g u e ; Vu le décret du 15 octobre 1 8 7 9 , p o r t a n t institution d e s municipalités a la Guyane française, e n s e m b l e la loi du 5 avril 1884, sur l'organisation m u n i c i p a l e , n o t a m m e n t les a r t i c l e s 77 et 7 9 de ladite loi : S u r la proposition du S o c i é t a i r e g é n é r a l . ARRÊTE : ER

Article 1 . — Le collège électoral de la c o m m u n e de l ' A p p r o u a g u e est convoqué pour le d i m a n c h e 21 s e p t e m b r e 1 9 1 3 , à l'effet de p r o c é d e r à l'élection de deux Conseillers m u n i c i ­ paux, en r e m p l a c e m e n t de MM. Philippe Gondou et J u l e s Félicien, démissionnaires. A r t . 2 . — L'élection aura lieu sur la liste é l e c t o r a l e , ar­ r ê t é e le 14 mai 1 9 1 3 , sous la réserve des c h a n g e m e n t s qui y a u r a i e n t été r é g u l i è r e m e n t o r d o n n é s p a r j u g e m e n t avant force de c h o s e jugée et de la radiation d e s n o m s des é l e c t e u r s décédés ou p r i v é s de leurs droits civils et p o l i t i q u e s . Art. 3 . — Le scrutin sera o u v e r t à huit h e u r e s du m a t i n et c l o s , le m ê m e j o u r , à six h e u r e s du s o i r . Si un second tour de s c r u t i n était n é c e s s a i r e , il y s e r a i t p r o c é d é de droit le d i m a n c h e s u i v a n t , c ' e s t - a - d i r e le 2 8 s e p ­ tembre 1913. A r t . 4 . — Le bureau sera présidé par le 1 adjoint, o u , a son défaut, par le 2 adjoint ou par un Conseiller m u n i c i ­ pal p r i s d a n s l'ordre du tableau. Les deux plus â g é s et les deux plus j e u n e s d e s é l e c t e u r s , p r é s e n t s à l ' o u v e r t u r e de la séance, s a c h a n t lire et é c r i r e , r e m p l i r o n t les fonctions d ' a s s e s s e u r s , le s e c r é t a i r e sera d é s i ­ g n é par le président et les a s s e s s e u r s . Dans les d é l i b é r a t i o n s du b u r e a u , i l . n ' a u r a que voix c o n s u l t a t i v e . Trois m e m b r e s du er

e


— 414 — b u r e a u au m o i n s d e v r o n t ê t r e p r é s e n t s p e n d a n t t o u t e la d u r é e des o p é r a t i o n s . A r t . 5 . — Le b u r e a u d r e s s e r a un p r o c è s - v e r b a l du d é p o u i l l e ­ m e n t d e s votes. Ce p r o c è s - v e r b a l , r é d i g é en deux e x e m p l a i r e s , et a c c o m p a g n é d e s r é c l a m a t i o n s et a u t r e s a n n e x e s , s e r a i m m é ­ d i a t e m e n t a d r e s s é au G o u v e r n e u r . A r t . 6 . — Le S e c r é t a i r e g é n é r a l est c h a r g é de l ' e x é c u t i o n du p r é s e n t a r r ê t é , qui sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t où besoin s e r a , et i n s é r é au Journal officiel et au Bulletin offi­ ciel d e la c o l o n i e . C a y e n n e , le 3 s e p t e m b r e 1 9 1 3 .

DIDELOT. P a r le G o u v e r n e u r : Le Secrétaire

général

p.

i.,

DEBUC.

№ 319. —

ARRÊTÉ.

— Ouverture d'nn crédit s septembre

supplémentaire.

1914.)

L E GOUVERNEUR p . i. de la G u y a n e f r a n ç a i s e , Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu la d é l i b é r a t i o n du Conseil g é n é r a l en d a t e du 2 8 a o û t 1913, autorisant l'ouverture d'un crédit supplémentaire de 1,700 francs, d e s t i n é a faire face aux d é p e n s e s o c c a s i o n n é e s par l ' e n l è v e m e n t d e l'épave du n a v i r e italien « Vincitore », i n c e n d i é à l ' e n t r é e du port d e C a y e n n e ; Vu l'article 81 du d é c r e t du 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 , s u r le r é ­ g i m e financier d e s c o l o n i e s ; L e Conseil privé e n t e n d u , ARBÊTË: e

A r t i c l e I ' ' . — E s t a p p r o u v é e la délibération s u s v i s é e du C o n s e i l g é n é r a l , o u v r a n t au t i r e du c h a p i t r e XV11I, Travaux publics, p a r a g r a p h e 3 , Port, Sémaphores, Phares, un c r é d i t s u p ­ p l é m e n t a i r e d e mille sept cents francs ( 1 , 7 0 0 f ï \ ) , d e s t i n é à faire face aux d é p e n s e s o c c a s i o n n é e s par l ' e n l è v e m e n t d e l ' é p a v e du n a v i r e italien « V i n c i t o r e ». A r t . 2 . — Il sera p o u r v u à ce c r é d i t s u r l e s voies et m o y e n s de l ' e x e r c i c e 1 9 1 3 .


— 415 — A r t . 3 . — Le p r é s e n t a r r ê t é sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i ­ que p a r t o u t où besoin s e r a , i n s é r é et publié au Journal offi­ ciel et an Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 8 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le G o u v e r n e u r : Le Secrétaire

général

E.

DEBUC.

p.

N° 3 2 0 . — A R R Ê T É fixant le supplément colonial des com­ mis principaux etc o m m i sdu cadre local du Secrétariat gé­ néral du Gouvernement de la Guyane, égal à la solde d'Eu­ rope fixée par l'article 2 du décret du 24 novembre 1912. (9 s e p t e m b r e 1913.) LE

GOUVERNEUR p .

i.

de la G u y a n e f r a n ç a i s e ,

Vu l'ordonnance o r g a n i q u e du 2 7 a o û t 1 8 2 8 ; Vu l ' a r r ê t é du 11 s e p t e m b r e 1 9 0 9 , n° 9 2 9 , fixant le c a d r e , la s o l d e , les c o n d i t i o n s d ' a v a n c e m e n t , les r è g l e s d e d i s c i p l i n e des c o m m i s du S e c r é t a r i a t g é n é r a l de la G u y a n e française, a p p r o u v é p a r d é p ê c h e m i n i s t é r i e l l e du 5 n o v e m b r e 1 9 1 0 ; Vu le décret du 24 n o v e m b r e 1912, p o r t a n t r é o r g a n i s a t i o n du p e r s o n n e l d e s b u r e a u x d e s S e c r é t a r i a t s g é n é r a u x d e s c o l o ­ nies et n o t a m m e n t son article 2 , ainsi conçu : « Article 2 . — Cadres l o c a u x . . . L e s u p p l é m e n t colonial est fixé pour chaque g r a d e ou c l a s s e par d e s a r r ê t é s d u G o u ­ v e r n e u r g é n é r a l ou du G o u v e r n e u r q u i n e s o n t e x é c u t o i r e s q u ' e u vertu d e l'approbation du Ministre d e s c o l o n i e s . . . » ; Vu les i n s t r u c t i o n s c o n t e n u e s d a n s la d é p ê c h e ministérielle du 11 m a r s 1 9 1 3 , n° 6 ; Vu l ' a r r ê t é du 3 0 m a i 1 9 1 3 , p r o m u l g u a n t d a n s la colonie l e décret susvisé ; Vu l'avis é m i s par le Conseil p r i v é d a n s sa s é a n c e du 4 j u i n 1913; Vu la d é p ê c h e m i n i s t é r i e l l e en date du 1 ! a o û t 1 9 1 3 , n* 2 2 , en c e qui a t r a i t au t r a i t e m e n t colonial d e s a g e n t s d u c a d r e local du S e c r é t a r i a t g é n é r a l , AliRÊTE :


416

-

Article — Le s u p p l é m e n t colonial d e s c o m m i s princi­ paux et c o m m i s du c a d r e local du S e c r e t a r i a l g é n é r a l du G o u v e r n e m e n t de la Guyane est égal à la s o l d e d ' E u r o p e fixée p a r l'article 2 du d é c r e t s u s v i s é du 2 1 n o v e m b r e 1912. Cette disposition est applicable à p a r t i r de la d a t e en v i g u e u r du d é c r e t du 24 n o v e m b r e 1 9 1 2 .

d'entrée

A r t . 2 . — Sont a b r o g é e s toutes d i s p o s i t i o n s c o n t r a i r e s au présent arrêté. A r t . 3 . — Le p r é s e n t a r r ê t é sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t où besoin s e r a , i n s é r é et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 9 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le G o u v e r n e u r : Le Secrétaire

général

p.

i.,

E . DEBUC.

№ 3 2 1 . — DÉCISION. — Une équipe composée d'un contre­ maître civil et de deux condamnés est constituée à Cayenne en vue de procéder à la destruction des fourmis-manioc (10

LE

Gouverneur

septembre 1 9 1 3 ) .

p . i. d e la G u y a n e française,

Vu ordonnance o r g a n i q u e du 27 a o û t 1 8 2 8 ; Vu le vœu é m i s par la C h a m b r e d ' a g r i c u l t u r e de voir p o u r ­ s u i v r e les e x p é r i e n c e s de d e s t r u c t i o n de la f o u r m i - m a n i o c par l ' a n h y d r i d e sulfureux liquéfié ; Vu les c r é d i t s p r é v u s au c h a p i t r e XXIII, Agriculture, ûu b u d g e ! local de l'exercice 1 9 1 3 , .DÉCIDE: e r

Article 1 . — Une é q u i p e c o m p o s é e d ' u n c o n t r e - m a î t r e ci­ vil et de d e u x c o n d a m n é s e s t c o n s i i t u é e à C a y e n n e , en vue do p r o c é d e r a la d e s t r u c t i o n des f o u r m i s - m a n i o c avec l ' a n h y d r i d e s u l f u r e u x liquéfié. A i t . 2 . — Ces o p é r a t i o n s a u r o n t lieu s o u s la direction d e M. le D G. Devez, qui établira les certificats pour p a i e m e n t d e s s a l a i r e s du c o n t r e - m a î t r e et r e c o n n a î t r a exacts les é t a t s d e cession de m a i n - d ' œ u v r e p é n a l e . r


— 417 — A r t . 3 . — L e s salaires du c o n t r e - m a î t r e s o n t fixés à quatre francs par j o u r n é e de travail effectif. Les c o n d a m n é s seront r a t t a c h é s à la c o r v é e du E s s a i s le j o u r où ils c e s s e r o n t d'être u t i l i s é s .

Jardin

Art. i . — Le S e c r é t a i r e g é n é r a l est c h a r g é d e l ' e x é c u t i o n d e la p r é s e n t e décision, qui sera e n r e g i s t r é e et c o m m u n i q u é e p a r t o u t où besoin s e r a . C a y e n n e , le 1 0 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par

le G o u v e r n e u r :

le Secrétaire

général

p.

i.,

E. DEBUC. N° 3 2 2 . — ARRÊTÉ portant ouverture d'un examen pour l'obtention des brevets de mécanicien de 1re et de 2e classe du commerce. ( 1 2 septembre

1913.)

LE GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e

française,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu L'arrêté du Ministre des T r a v a u x p u b l i c s , en date du 2 lévrier 1 8 9 3 , c o n c e r n a n t l'obtention du b r e v e t d e 1 classe et d e 2 c l a s s e des m é c a n i c i e n s d e bateaux a v a p e u r de c o m ­ m e r c e n a v i g u a n t d a n s les eaux m a r i t i m e s ; re

e

S u r la p r o p o s i t i o n de l ' I n g é n i e u r , Chef d u service des T r a ­ vaux publics et des Mines, et l'avis conforme du Secrétaire g é ­ néral. ARRÊTE :

Article 1er. — Il s e r a ouvert au Service des T r a v a u x p u ­ b l i c s , le 2 0 o c t o b r e 1 9 1 3 , à huit h e u r e s du m a t i n , un e x a m e n pour l'obtention du brevet de mécanicien d e 1re et d e 2 classe du c o m m e r c e . A r t . 2 . - Les d e m a n d e s pour l ' o b t e n t i o n d e ce b r e v e t d e v r o n t être a d r e s s é e s au S e c r é t a i r e général au p i n s t a r d le 1 8 o c t o b r e avant 5 h e u r e s d u soir. e

A r t . 3 — C h a q u e d e m a n d e doit faire c o n n a î t r e l e n o m , p r é n o m s , domicile e t a d r e s s e du c a n d i d a t . E l l e doit ê t r e a c c o m p a g n é e d e s pièces s u i v a n t e s : 1° Acte d e n a i s s a n c e ;


— 418 — 2° Extrait du casier judiciaire ; 3° Certificat d'un médecin délivré par un médecin agréé par le Gouverneur attestant que le candidat est de bonne santé et qu'il p r é s e n t e toutes les conditions physiques nécessaires au double point de vue du service militaire et de la profession ; 4° Des certificats destinés a fournir les justifications exigées par les articles 4 el 5. Art. 4. — Tout candidat au brevet de mécanicien de classe doit être âgé d'au moins de vingt et un ans.

2

e

Il doit justifier par la production de certificats: 1° Qu'il a travaillé effectivement* pendant quatre ans au moins, soit comme ouvrier ou apprenti-mécanicien, chau­ dronnier, forgeron ou ajusteur, soit comme chauffeur ou m é ­ canicien, charge-de la conduite, des réparations et de r e n t r e lien des chaudières et machines ; 2° Que pendant la durée de ces quatre a n n é e s , il a travaillé effectivement, pendant un an au m o i n s , comme ajusteur ou apprenti-ajusteur, et qu'il a été attaché, pendant un t e m p s égal à la conduite des machines à vapeur, sur un bateau à vapeur naviguant sur mer ; 3° Que pendant la moitié au moins de la durée de navi­ gation prescrite au paragraphe précédent, il a servi, à titie d'aide-mécanicien ou de mécanicien-auxiliaire, figurant en cette qualité sur le rôle d'équipage, en prenant part effecti­ vement 'a la conduite de la machine motrice, comme méca­ nicien chargé d'un quart régulier. Art. o. — Tout candidat au brevet de mécanicien de classe doit être âgé d'au moins vingt-quatre ans.

l

r e

11 doit justifier par la production de certificats; 1° Qu'il a t r a v a i l l é , pendant cinq ans au moins, soit com­ me ouvrier ou apprenti-mécanicien, chaudronnier, forgeron ou ajusteur, soit comme chauffeur ou mécanicien chargé de la conduite, des réparations et de l'entretien de chaudières et machines ; 2° Que, pendant la durée de ces cinq années, il a travaillé effectivement pendant dix-huit mois au moins comme ajus­ teur, et qu'il a été attaché pendant trois ans au moins à la conduite des machines à vapeur sur un bateau a vapeur navi­ guant sur m e r ; 3° Que, pendant un an au moins de la durée de la naviga­ tion prescrite au paragraphe précédent, il a servi, a titre


— 419 — d'aide-mécanicien ou de mécanicien-auxiliaire, figurant en cette qualité sur le rôle d'équipage, en prenant part effecti­ v e m e n t à la conduite de la machine molrice, comme mécani­ cien chargé d'un quart régulier. Il est stipulé, toutefois, que les a n n é e s de navigatiou peuvent être réduites à deux ans, si le candidat justifie qu'il a travaillé dans un atelier d'ajustage pendant deux ans au moins et établit par des certificats qu'il possède u n e aptitude et des capacités suffisantes comme ajusteur. Il est stipulé également que la d u r é e du service comme ajusteur peut être réduite à un au et la durée de navigatiou a deux ans, si le candidat a navigué pendant un an au moins à bord d'un bateau à vapeur avec le brevet de mécanicien de 2* classe, remplissant effectivement pendant le m ê m e temps, soit Ses fonctions de premier mécanicien sur un bateau a va­ peur, où ces fondions peuvent être remplies par un mécanicien breveté' de 2 classe, soit les fonctions de mécanicien chef de q u a r t , à bord d'un bateau à vapeur sur lequel l'emploi de pre­ mier mécanicien ne peut être occupé que par un mécanicien breveté de l classe. e

r e

Art. 6. — Les élèves brevetés des écoles nationales d'arts et métiers seront considérés comme ayant du fait de leur séjour à l'école, travaillé effectivement pendant un an c o m m e ajus­ teur. A r t . 7. — Les certificats spécifiés aux article* A et 5 doi­ vent être délivrés autant que possible, pour !e service a t e r r e , paf les chefs d'atelier ou directeur d'usine, et pour le service en m e r , par les chefs mécaniciens sous les o r d r e s desquels le candidat a été effectivement employé. %

T o u t certificat délivré par un chef mécanicien pour le s e r vice en mer doit énoncer, en mois et j o u r s , le t e m p s d e service, pour lequel il est accordé, indiquer la nature des fonctions que le candidat a remplies a bord, e t , n o t a m m e n t , spécifier pendant combien de temps il a été chef de quart. Cette pièce e s t certifiée par le capitaine du navire et visée par le commissaire de l'Inscription maritime. L e s certificats seront contrôlés et vérifiés par la Commis­ sion d'examen instituée par l'article 8, qui aura qualité pour en apprécier l'authenticité et la valeur. La production d'un certificat entaché d'inexactitude grave entraînera dans tous les cas, l'élimination du candidat, m ê m e lorsque l'inexaeti-

30


tude d u d i t certificat

420

-

n'aurait é t é r e c o n n u e que p o s t é r i e u r e ­

ment à l'examen. Art. 8. — L e s candidats seront examinés par une Com­ m i s s i o n c o m p o s é e c o m m e suit : MM. le Chef du service des Travaux publics et des Mines, président ; Un ingénieur civil des Mines ou un ancien élève de l'École polytechnique ; Un mécanicien breveté de 1re classe ou p o s s e s s e u r d'un diplôme de m ê m e valeur. Art. 9 . — L e s e x a m e n s c o m p r e n n e n t : 1° d e s c o m p o s i ­ t i o n s écrites ; 2e un examen oral ; 3° des épreuves p r a t i q u e s . A r t . 1 0 . — L e s p r o g r a m m e s des e x a m e n s pour les b r e v e t s d e 2e classe et de 1re classe sont ceux p r é v u s dans l ' a r r ê t é de M. le Ministre d e s Travaux publics du 2 février 1 8 9 3 , c i - a n nexés. A r t . 1 1 . — L e s coefficients d e s t i n é s à a p p r é c i e r les résultats des e x a m e n s sont les s u i v a n t s : Brevets

de 2e classe.

C o m p o s i t i o n s écrites E x a m e n oral E p r e u v e s pratiques

2 4 4 Total

Brevets

10

de 1re c l a s s e .

Compositions écrites

3

Examen

oral*

A r i t h m é t i q u e , g é o m é t r i e , physique et m é c a n i q u e . - . . D e s c r i p t i o n , c o n d u i t e e t réglementation des m a c h i n e s . E p r e u v e s pratiques Total.

3 i^ 6 j 6 18

A r t . 1 2 . — Il est attribué à c h a c u n e d e s p a r t i e s des exa­ m e n s u n e n o t e n u m é r i q u e variant de 0 à 2 0 , suivant l e s r é s u l t a t s des épreuves c o r r e s p o n d a n t e s . C h a c u n e de ces notes e s t multipliée p a r le coefficient y relatif, et la s o m m e des p r o ­ d u i t s ainsi c a l c u l é e , d o n n e le n o m b r e total de points afférents à l'ensemble des examens.


— 421 — e

Le brevet de 2 classe est acquis aux candidats qui o b t i e n ­ n e n t un m i n i m u m de 130 points, celui de l classe aux candidats qui obtiennent un m i n i m u m de 234 points. T o u t e lois, nu m i n i m u m de 13 est exigé, dans les d e u x cas, pour la note des épreuves p r a t i q u e s , et un m i n i m u m de 4 pour c h a c u n e des notes de la composition écrite et de l'examen oral. L e s b r e v e t s sont délivrés par le Gouverneur s u r la p r o p o ­ sition de la Commission spéciale d ' e x a m e n . Art. 1 3 . — Sur la proposition de la Commission, les c a n ­ didats qu'elle aura jugée impropres à recevoir le brevet de l classe pourront être pourvus du brevet de 2 classe si les résultats de leurs e x a m e n s le c o m p o r t e n t . Art. 1 4 . Les candidats pourront p r e n d r e connaissance du p r o g r a m m e détaillé au bureau du Secrétaire g é n é r a l . r a

r e

e

Art. 1 5 . — Le Secrétaire général et l'Ingénieur, chef du service des Travaux publics et des Mines, sont c h a r g é s , chacun en ce qui le c o n c e r n e , de l'exécution du présent arrêté, qui sera enregistré partout où besoin sera, publié et inséré au Journal officiel et au Bulletin officiel de la Colonie. Cayenne, le 12 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT.

Par le Gouverneur : Le Secretaire général DEBUG.

p. »'.,

L'Ingénieur^ Chef du service des Travaux et des Mines,

publics

GAJAN.

Voir au Journal officiel de la Guyane française du 4 octobre 1943 u° 40 les programmes annexés.

№ 3 2 3 . — ARRÊTÉ réglant le fonctionnement du Bureau de bienfaisance de la commune de Rèmire, ainsi que les attri­ butions de la Commission administrative de cet Etablissement. \> septembre 49t3.} L E GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française, Vu l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu l'article 6 du décret du 26 août 1 8 8 7 , portant création d'un Bureau de bienfaisance d a n s la c o m m u n e de Cayenne et autorisant l'établissement éventuel de Bureaux de bienfaisance


— 422 — dans c h a c u n e des a u t r e s c o m m u n e s de la colonie ; e n s e m b l e le décret du 1 3 février 1889, r e n d a n t applicable aux colonies françaises la loi du 5 août 1 8 9 9 ; Vu l'arrêté local du 24 d é c e m b r e 1912, établissant un Bureau de bienfaisance dans la c o m m u n e de Rémire ; Vu les avis émis par le Conseil municipal de cette c o m m u n e ' et p a r le Conseil général ; Le Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : e r

Article 1 . - - La Commission administrative du Bureau de bienfaisance d e Rémire doit se r é u n i r tous les trois m o i s , en janvier, avril, juillet et octobre, sur la convocation de son p r é s i d e n t , et e x t r a o r d i n a i r e m e n t , chaque fois q u e les c i r c o n s ­ t a n c e s le nécessitent ou que l'Administration lo d e m a n d e . H a u s s a première r é u n i o n , elle rédigera son r è g l e m e n t i n t é ­ rieur qui aura pour principal o b j e t : 1° le mode d ' a d m i s s i o n aux s e c o u r s ; 2° les règles à suivre p o u r leur distribution ou leur répartition ; 3° le choix d'un secrétaire et, s'il y a lieu, des a g e n t s à employer a u x é c r i t u r e s . Ce r è g l e m e n t ne sera définitif q u ' a p r è s approbation du G o u ­ verneur en Conseil p r i v é . Art 2 . — D a n s la séance du mois d'octobre, la Commission administrative procédera à l'établissement du budget d e l'exer­ cice s u i v a m ; elle apurera et arrêtera l e s comptes du trésorier pour l ' a n n é e e x p i r é e . Les a u t r e s séances s e r o n t employées à l'examen général de la comptabilité et ( h s d i v e r s e s opérations de la c o m m i s s i o n . Art. 3. — Le compte a n n u e l de l'administration du Bureau de bienfaisance et le budget de chaque e x e r c i c e , a p r è s avoir été établis par la C o m m i s s i o n a d m i n i s t r a t i v e , s o n t soumis à l'examen du Conseil municipal. Ces b u d g e t et compte sont ensuite soumis à l'approbation du G o u v e r n e u r en Conseil privé. A r t . 4. — Les r e s s o u r c e s du Bureau de bienfaisance se composent : De subventions allouées par le Service local ou la c o m ­ mune : D'aumônes et de dons et legs dont l'acceptation aura été légalement autorisée ; Des produits des q u ê t e s faites d a n s les églises avec l'auto­ risation ecclésiastique ;


— 423 — Du produit des t r o n c s placés dans les églises avec la m ê m e autorisation ; Du produit du droit des p a u v r e s s u r les s p e c t a c l e s et c o n ­ certs publics, etc. Art. 5 . — Les r è g l e s de la comptabilité c o m m u n a l e sont applicables au Bureau de bienfaisance, en ce qui c o n c e r n e la division et la d u r é e d e s e x e r c i c e s , les spécialités d e s c r é d i t s , la perception des r e v e n u s , l ' o r d o n n a n c e m e n t et le p a i e m e n t des d é p e n s e s , enfin le mode d ' é c r i t u r e s et de c o m p t e , ainsi q u e la formation et le r è g l e m e n t des b u d g e t s . A r t . 6. — Le P e r c e p t e u r - r e c e v e u r municip.il de la c o m ­ m u n e r e m p l i r a de droit les [onctions de t r é s o r i e r du Bureau d e bienfaisance, d a n s les conditions fixées par les r è g l e m e n t s e l l e s i n s t r u c t i o n s m i n i s t é r i e l l e s en vigueur. A n . 7. — Le S e c r é t a i r e général e s t c h a r g é de l'exécution du p r é s e n t a r r ê t é , q u i sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é partout où besoin s e r a , et i n s é r é au Journal officiel et au Bulletin officiel de la c o l o n i e C a y e n n e , le 12 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . D1DELOT. Par le G o u v e r n e u r : Le Secrétaire

général p . t . ,

DEBUC.

№ 3 2 4 . — ARRÊTÉ attribuant aux matelots du Port, à titre provisoire, une indemnité de vivres de un franc cinquante centimes par jour en remplacement delà ration de vivres qu'ils touchent actuellement en nature. {16 septembre 4913. )

L E GOUVERNEUR p . i. de la Guyane française, Vu l ' a r r ê t é , n° 1 2 3 1 , du 11 j u i n 1 8 9 6 , allouant la ration c o m p l è t e de matelots aux c a n o t i e r s du Port d e Cayenne ; Vu la l e t t r e , en date du 14 août 1 9 1 3 , par laquelle les matelots du Port d e m a n d e n t qu'il leur soit alloué u n e i n d e m ­ nité j o u r n a l i è r e de vivres en r e m p l a c e m e n t de la ration d e vivres q u ' i l s t o u c h e n t en n a t u r e . S u r la proposition de l ' I n g é n i e u r , Chef du Service d e s Tra­ vaux publics et des Mines,


— 424 — ARRÊTE : e r

Article 1 . - L e s matelots r o u t à titre provisoire, a d a t e r d e m n i t é d e vivres de u n franc en r e m p l a c e m e n t de la ration t u e l l e m e n t en n a t u r e .

du Port d e C a y e n n e t o u c h e d u 1er o c t o b r e 1913, u n e i n , c i n q u a n t e c e n t i m e s par j o u r de vivres q u ' i l s t o u c h e n t a c ­

A r t . 2. — Le S e c r é t a i r e général et l ' I n g é n i e u r , Chef du Service d e s Travaux p u b l i c s et des Mines, s o n t c h a r g é s , chacun e n c e q u i le c o n c e r n e , de l'exécution du p r é s e n t a r r ê t é , q u i s e r a e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é partout où besoin s e r a . C a y e n n e , le 16 s e p t e m b r e 1913. DIDELOT. Par le G o u v e r n e u r : Le Secrétaire

général

E.

DEBUC.

№325.

p.

i.,

Le Chef du Service publics et des Mines, 0.

— ARRÊTÉ barcations

dispensant du permis

des Ports

Travaux et Radis,

GAJAN.

certaines catégories de circulation.

d'em­

( i 6 septembre I 9 i 3 . )

L E GOUVERNEUR p . i . de la G u y a n e française, Vu l'article 17 du d é c r e t du 21 d é c e m b r e 1911, s u r la m a r i n e m a r c h a n d e d a n s l e s colonies françaises et l e s pays d e p r o t e c ­ t o r a t a u t r e s q u e l'Algérie et la T u n i s i e , p r o m u l g u é à la Guyane française, . ARRÊTE : e r

Article 1 . — S o n t d i s p e n s é e s d u p e r m i s d e navigation oa d e circulation les e m b a r c a t i o n s d e m o i n s d e 30 t o n n e a u x a p ­ p a r t e n a n t aux i n d i g è n e s du pays, e x c l u s i v e m e n t employées à l e u r u s a g e p e r s o n n e l et au r a v i t a i l l e m e n t d e s p l a c e r s , lorsque l'équipage n e c o m p r e n d aucnn inscrit m a r i t i m e ou q u e la n a v i ­ gation p r a t i q u é e n e peut ê t r e c o n s i d é r é e c o m m e u n e navigation e x e r c é e a titre professionnel. A r t . 2 . — Le p r é s e n t arrêté sera e n r e g i s t r é et c o m m u " n i q u e partout où besoin s e r a , et inséré et publié m Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 16 s e p t e m b r e 1913. DIDELOT.


— 425 — N° 3 2 6 . — ARRÊTÉ dispensant certaines d'embarcations de la francisation

catégories

(16 septembre 1913.) L E GOUVERNEUR p. i. de la G u y a n e f r a n ç a i s e , Vu l'article 7 du décret du 21 d é c e m b r e 1 9 1 1 , s u r la m a r i n e m a r c h a n d e d a n s les colonies françaises et les p a y s de p r o t e c ­ torat a u t r e s que l'Algérie et la T u n i s i e , p r o m u l g u é à la G u y a n e française, ARRÊTE :

Article 1er. — S o n t a u t o r i s é s a n a v i g u e r s o u s pavillon f r a n ­ ç a i s , s a n s c i t e a s t r e i n t s aux formalités d e la francisation, p o u r v u q u ' i l s a p p a r t i e n n e n t au m o i n s p o u r moitié a des p r o ­ p r i é t a i r e s d e nationalité française, à d e s sujets français ou à des p r o t é g é s français r e s s o r t i s s a n t aux pays de protectorat et q u ' i l s soient n a t i o n a l i s é s , le cas é c h é a n t , p a r le p a i e m e n t d e s d r o i t s de d o u a n e : 1° Les canots et c h a l o u p e s ( q u e l qu'en soit le t o n n a g e ) qui d é p e n d e n t d'un n a v i r e p o u r v u s d ' u n acte de francisation e t sont i n s c r i t s à ce t i t r e à l ' i n v e n t a i r e du m o b i l i e r du bord ; 2° Les b â t i m e n t s de tout t o n n a g e a p p a r t e n a n t a u x a d m i n i s ­ t r a t i o n s françaises ; 3° Les e m b a r c a t i o n s ne j a u g e a n t p a s plus de 3 0 t o n n e s , qui n a v i g u e n t d a n s les r i v i è r e s s o u m i s e s à la surveillance d e s d o u a n e s en deçà du d e r n i e r port s i t u é à l ' e m b o u c h u r e , et s a n s p r e n d r e la m e r ; 4° Les e m b a r c a t i o n s de 3 t o n n e a u x et a u - d e s s o u s a p p a r ­ t e n a n t à d e s h a b i t a n t s v o i s i n s de la côte, q u i ne s'en s e r v e n t q u e pour leur u s a g e p e r s o n n e l et celui d e leur famille, le t r a n s p o r t d e s d e n r é e s de leur p r o p r i é t é , en s ' a b s t e n a n t de tout t r a n s p o r t de p a s s a g e r s et de m a r c h a n d i s e s a u t r e s : 5° Les e m b a r c a t i o n s de 2 t o n n e a u x et a u - d e s s o u s e m p l o y é e s a la p ê c h e en vue des c ô t e s ; e

6 Les yachts et b a t e a u x de plaisance de 10 t o n n e a u x et a u - d e s s o u s qui ne se livrent à a u c u n e opération c o m m e r c i a l e ; 7° Les p i r o g u e s ou j o n q u e s , de m o i n s d e 3 0 t o n n e a u x , q u e l e s i n d i g è n e s du pays ont c o u t u m e d ' e m p l o y e r p o u r leur u s a g e p e r s o n n e l et le r a v i t a i l l e m e n t des p l a c e r s . A r t . 2 . — E s t et d e m e u r e r a p p o r t é l ' a r r ê t é du 1 8 avril 1 9 1 3 , autorisant certaines catégories d'embarcations à naviguer sous


— 426 — pavillon français sans ê t r e a s t r e i n t e s à la francisation ni ê t r e m u n i e s d ' u n p e r m i s d e navigation. A r t . 3 . — L e p r é s e n t a r r ê t é sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t où b e s o i n s e r a , i n s é r é e t publié a u Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 16 septembre 1 9 1 3 . D IDELOT. N* 3 2 7 . — ARRÊTE enjoignant au nommé de sortir du territoire de la Guyane

Grave ( J o s e p h ) française.

( 1 6 septembre 1913. ) L E GOUVERNEUR p . i . d e la G u y a n e

française,

Yu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu l e d o s s i e r «les p r o c é d u r e s c o r r e c t i o n n e l l e s i n s t r u i t e s et j u g é e s c o n t r e le n o m m é Grave (Joseph), de nationalité é t r a n ­ gère; Vu l'article 7 de la loi du 3 d é c e m b r e 1 8 1 9 , SHr le séjour d e s é t r a n g e r s e n F r a n c e , ladite loi p r o m u l g u é e à la G u y a n e p a r a r r ê t é local du 3 s e p t e m b r e 1 8 7 1 ; Vu l ' a r r ê t é local du 7 j a n v i e r 1 8 9 7 , p r o m u l g u a n t d a n s la colonie l e d é c r e t du 2 o c t o b r e 1 8 8 8 et la loi d u 8 août 1 8 9 3 , r e n d u s applicables à la Guyane p a r d é c r e t du 2 8 n o v e m b r e 1896; Vu les c o m m u n i c a t i o n s du D i r e c t e u r - g é r a n t de la prison d e C a y e n n e , c o n c e r n a n t l e n o m m é Grave ( J o s e p h ) ; e n s e m b l e l'avis d e M. l e P r o c u r e u r g é n é r a l , chef du s e r v i c e j u d i c i a i r e ; Attendu qu'il i m p o r t e , a u point d e vue d e la s é c u r i t é p u ­ blique, d e d é b a r r a s s e r la colonie d ' é t r a n g e r s s a n s aveu, suscep­ tibles de d e v e n i r , a toot i n s t a n t , u n e cause de d é s o r d r e et un d a n g e r p o u r la p o p u l a t i o n ; S u r la proposition du Secrétaire g é n é r a l , ARRÊTE : e r

Article 1 . — Il e s t enjoint au n o m m é Grave ( J o s e p h ) de s o r t i r d u t e r r i t o i r e de la Guyane f r a n ç a i s e . A r t . 2 . — L e s u s n o m m é , à l'expiration d e la p e i n e q u ' i l subit e n ce m o m e n t à la prison d e C a y e n n e , c ' e s t - a - d i r e le 30 s e p t e m b r e c o u r a n t , sera e m b a r q u é par les soins d e la police, à bord du p r e m i e r navire devant q u i t t e r C a y e n n e , à d e s t i n a t i o n d e la B a r b a d e , dont il e s t o r i g i n a i r e , ou d e l à p r e m i è r e colonie anglaise v o i s i n e .


— 427 — Art. 3 . - L e S e c r é t a i r e g é n é r a l est c h a r g é de l'exécution du p r é s e n t a r r ê t é , q u i sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é partout où besoin s e r a , publié et i n s é r é au Journal officiel e t au Bulle­ tin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 16 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général

p. i.,

DEBUC.

3 2 8 . — ARRÊTÉ promulguant la loi du 8 août 1913, rendant applicable, aux colonies la loi du 19 juillet 1901, relative à la suppression de l'envoi dans les colonies péniten­ tiaires des femmes récidivistes. (16 septembre

1913.)

L E GOUVERNEUR p . i. de la G u y a n e française, Vu l'article 6 5 de l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 a o û t 1828 ; S u r la proposition c o n c e r t é e du P r o c u r e u r g é n é r a l , chef du service judiciaire et du Directeur de l'Administration p é ­ nitentiaire, ARRÊTE : e r

Article 1 . — E s t p r o m u l g u é e à la Guyane française, pour y ê t r e exécutée en sa forme et t e n e u r , la loi d u 8 août 1 9 1 3 , r e n d a n t applicable aux colonies la loi du 1 9 juillet 1 9 0 7 . r e ­ lative a la s u p p r e s s i o n de l'envoi d a n s les colonies p é n i t e n ­ tiaires des f e m m e s récidivistes. Art. 2 . — Le Procureur g é n é r a l , chef du service judiciaire, et le Directeur de l'Administration pénitentiaire sont c h a r g é s , chacun en ce q u i le concerne, de l'exécution du p r é s e n t ar­ r ê t e , qui s e r a , avec ladite loi, e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, publié au Journal officiel et i n s é r é au Bu lettn officiel de la colonie. Cayenne, le 16 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Directeur Le Procureur

général,

GEORGES L Ê V Y .

p. i. de l'Administration pénitentiaire, BARRE.


— 428 — LOI rendant applicable aux colonies la loi du 19 juillet relative à la suppression de l'envoi dans les colonies tentiaires des femmes récidivistes. L e S é n a t et la C h a m b r e des D é p u t é s ont L e P r é s i d e n t d e la R é p u b l i q u e teneur suit :

1907, péni­

adopté,

promulgue

la loi d o n t

la

A r t i c l e u n i q u e . — La loi du 1 9 j u i l l e t 1 9 0 7 . r e l a t i v e à la s u p p r e s s i o n d e l'envoi d a n s les c o l o n i e s p é n i t e n t i a i r e s d e s f e m m e s r é c i d i v i s t e s , est d é c l a r é e applicable a u x c o l o n i e s . La p r é s e n t e loi, d é l i b é r é e et a d o p t é e par le S é n a t et par la C h a m b r e d e s D é p u t é s , sera e x é c u t é e c o m m e loi d e l ' E t a t . Fait à P a r i s , le 8 août 1 9 1 3 . R.

POINCARÉ.

Par le President de la République : Le ministre

des

colonies,

J. MOREL.

Le G a r d e des de la ANTONY

sceaux, justice,

ministre

RATIER.

LOI relative à la suppression de l'envoi dans les pénitentiaires des femmes récidivistes.

colonies

L e S é n a t et la C h a m b r e d e s D é p u t é s o n t a d o p t é , Le P r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e t e n e u r suit :

p r o m u l g u e la

loi d o n t

la

A r t i c l e u n i q u e . — L e s a r t i c l e s 6 et 8 d e la loi du 27 m a i 1 8 8 5 s u r la r e l é g a t i o n d e s r é c i d i v i s t e s s o n t modifiés c o m m e suit : A r t . 6 . — La relégation n'est pas a p p l i c a b l e a u x f e m m e s n i a u x i n d i v i d u s qui s e r a i e n t â g é s d e plus d e s o i x a n t e a n s ou d e m o i n s d e v i n g t et un a n s , à l'expiration d e leur p e i n e . T o u t e f o i s , les c o n d a m n a t i o n s e n c o u r u e s par le m i n e u r d e vingt et u n a n s c o m p t e r o n t en vue de la r e l é g a t i o n , s'il e s t , a p r è s a v o i r a t t e i n t cet â g e , d e n o u v e a a c o n d a m n e d a n s l e s c o n d i t i o n s p r é v u e s par la p r é s e n t e loi. A r t . 8 . — Le récidiviste d e l'un cl l ' a u t r e s e x e q u i a u r a i t e n c o u r u la r e l é g a t i o n par application d e l'article 4 d e la p r é ­ s e n t e loi, s'il n ' a v a i t pas d é p a s s é s o i x a n t e a n s , s e r a , a p r è s l ' e x p i r a t i o n d e sa p e i n e , s o u m i s à p e r p é t u i t é à l ' i n t e r d i c t i o n d e s é j o u r é d i c t é e p a r l'article 1 9 c i - a p r è s .


— 429 — S'il est m i n e u r de vingt et un a n s , il sera, après l'expiration de sa peine, retenu d a n s u n e maison de correction j u s q u ' à sa majorité. L e s femmes majeures s e r o n t s o u m i s e s , p e n d a n t vingt a n s , à l'interdiction de séjour prévue p a r l'article 19 ci-après. La présente loi, délibérée et adoptée p a r le S é n a t et par la C h a m b r e d e s Députés, sera e x é c u t é e c o m m e loi de l ' É t a t . Fait à Paris, le 19 juillet 1 9 0 7 . A. F A L L I E R E S . Par le Président de la République : Le Président du conseil, ministre de l ' i n t é r i e u r , G.

Le Garde ministre

CLEMENCEAU. Le ministre

ED. des

des sceaux, de la justice,

GUYOT-DESSAIGNE;

colonies,

MILLIÈS-LACROIX.

№ 3 2 9 . — ARRÊTÉ portant homologation du nouveau directeur du bourg de la commune de Rémire.

plan-

(16 septembre 1913.)

L E GOUVERNEUR p . i. de la Guyane française, Vu l'ordonnance o r g a n i q u e du 2 7 août 18Ï28 ; Vu l'article 11 de la loi du 2 4 avril 1 8 3 3 , concernant ie r é g i m e administratif d e s colonies ; Vu, consultativement, le décret colonial d u 6 juillet 1 8 3 4 , e n s e m b l e l ' a r r ê t é local du 2 7 août 1 8 6 9 , sur la voirie d e Cayenne; Vu les articles 5 , 6 , 7 et 1 2 , § 3 du décret du 2 juin 1 8 8 1 . sur l'expropriation p o u r c a u s e d'utilité publique ; Vu l ' a r t i c l e 4 1 , n° 7, du décret du 15 octobre 1879, p o r t a n t organisation d e s municipalités à la Guyane française ; Vu l'article 3 5 , n* 8 , du décret du 2 3 d é c e m b r e 1878, i n s ­ tituant un Conseil général à la Guyane ; Vu le procès-verbal de l'enquête de commodo et incommodo dressé le 4 août 1 9 1 3 , constatant q u ' a u c u n e réclamation n e s'est produite pendant le délai de quinze j o u r s prescrit par l'arrêté du 1 1 juillet 1 9 1 3 ; e n s e m b l e la délibération du Con­ seil m u n i c i p a l de R é m i r e , en date du 11 août 1 9 1 3 , p o r t a n t approbation d u nouveau p l a n - d i r e c t e u r du b o u r g .


— 430 — Vu la délibération d u Conseil g é n é r a l du 2 8 août 1 9 1 3 ; C o n s i d é r a n t q u e t o u t e s les formalités p r e s c r i t e s par la loi ont é t é r e m p l i e s ; L e Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : E R

Article I . — Est h o m o l o g u é le n o u v e a u p l a n - d i r e c t e u r d u b o u r g d e R é m i r e , tel q u ' i l a é t é d r e s s é le 3 0 avril 1 9 1 3 . Art. 2 . — L e S e c r é t a i r e g é n é r a l e s t c h a r g é de l'exécution du p r é s e n t a r r ê t é , q u i sera e n r e g i s t r é e t c o m m u n i q u é p a r t o u t où b e s o i n s e r a , publié e t inséré au Journal officiel et au Bulle­ tin officiel de la c o l o n i e . C a y e n n e , le 1 6 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le Gouverneur: Le Secrétaire

générâl

p . i.,

DEBUG.

№ 3 3 0 . — ARRÊTÉ.

— Prélèvement

à la Caisse

de

réserve.

( 1 6 septembre 1 9 1 3 . ) L E GOCVERNEUB

p . i. de la G u y a n e i r a n ç a i s e ,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu la délibération du Conseil g é n é r a l , p r i s e d a n s la s é a n c e du 2 5 août 1 9 1 3 , a u t o r i s a n t le p r é l è v e m e n t , à la Caisse de r é s e r v e , à titre exceptionnel, d ' u n e s o m m e de 2 0 0 , 0 0 0 francs à affecter a u x travaux d ' a m é l i o r a t i o n du p o r t d e C a \ e n n e e t de la d i s t r i b u t i o n d'eau du chef-lieu ; Vu le c â b l o g r a m m e m i n i s t é r i e l du 1 5 s e p t e m b r e 1 9 1 3 , n° 71 ; Vu l e s a r t i c l e s 8 5 , 8 6 , 8 9 et 2 6 4 du décret d u 3 0 d é c e m b r e 1912, s u r le r é g i m e financier 'des colonies ; Le Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : e r

Article 1 . — E s t approuvée la délibération s u s v i s é e d u Conseil g é n é r a l , a u t o r i s a n t un p r é l è v e m e n t e x c e p t i o n n e l d e 2 0 0 , 0 0 0 francs à taire à la Caisse d e r é s e r v e , en v u e d e l ' e x é ­ cution d e s travaux d'amélioration du port de C a y e n n e et de la d i s t r i b u t i o n d'eau du chef-lieu.


-

431

-

A r t . 2 . — Le présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, i n s é r é et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne. le 16 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDKLOT. Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général

p. t.,

DEBUG,

№ 3 3 1 . — ARRÈTE portant concession de passages gratuits en faveur des familles des fonctionnaires, employés et agents en service dans ta colonie. ( 19 septembre

1913. )

L E GOUVERNEUR p . i. de la Guyane française. Vu l'ordonnance organique du 27 août 1 8 - 8 ; Vu le décret du 3 juillet 1 8 9 7 , portant r è g l e m e n t s u r les d é p l a c e m e n t s et les passages du personnel colonial ; Vu les décrets des 6 juillet 1904 et 21 juillet 1 9 1 0 , m o d i ­ fiant le décret du 3 juillet 1897 précité ; Vu l'article 3 5 , § IV du décret du 2 mars 1 9 1 0 , sur la solde et les allocations accessoires du personnel colonial, e n s e m b l e le décret du 12 juin 1 9 1 1 , qui modifie ces dispositions ; Vu l'article 3 5 , § VI du décret susvisé du 2 m a r s 1 9 1 0 , en­ semble l'arrêté en date du 30 juin 1910, appelant le p e r s o n ­ nel originaire de la colonie au bénéfice des c o n g é s adminis­ tratifs ; Vu le décret du 2 5 s e p t e m b r e 1 9 1 1 , portant modification aux dispositions des d é c r e t s susvisés et relatifs à la c o n c e s ­ sion de p a s s a g e s aux familles d o n t les chefs r e n t r e n t en congé de c o n v a l e s c e n c e , ledit décret p r o m u l g u é d a n s la co­ lonie par arrêté du 24 mai 1913 ; Vu la circulaire ministérielle du 27 octobre 1 9 1 1 , p o r t a n t instructions pour l'application du décret du 2 5 s e p t e m b r e 1 9 1 1 , susvisé ; Vu l'avis é m i s par le Conseil privé dans sa séance du 3 juillet 1913; Vu les instructions c o n t e n u e s d a n s la dépêche ministérielle du 11 août 1 9 1 3 , n° 2 3 , ARRÊTE :


— 432 — e r

A r t i d e 1 . — L e s fonctionnaires, e m p l o y é s et agents e u service d a n s les colonies et r é t r i b u é s s u r les fonds d u b u d g e t local, allant e n congé d e convalescence, soit en F r a n c e , soit d a n s u n e a u t r e colonie, o n t droit, pour leurs femmes et leurs enfants aux p a s s a g e s g r a t u i t s , pour l'aller et le r e t o u r , a u c o m p t e d u b u d g e t local. A r t . 2. — L e s familles d e s f o n c t i o n n a i r e s , employés e t a g e n t s n e p o u r r o n t bénéficier d e s p a s s a g e s g r a t u i t s d e l'espèce q u ' a u t a n t q u e le chef de famille viendra d'accomplir un m i n i ­ m u m de séjour colonial i n i n t e r r o m p u au moins égal h celui d e la d e r n i è r e période d e c o n g é passé p a r lui h o r s de la colonie, s a n s toutefois q u e ce m i n i m u m d e séjour puisse êfre inférieur a la moitié d u séjour r é g l e m e n t a i r e exigé p o u r l'obtention d'un c o n g é administratif d e six mois. L a d u r é e des divers séjours coloniaux accomplis p a r le chef de famille depuis l ' é p o q u e où sa famille a u r a i t , p o u r la d e r ­ nière fois, bénéficié du t r a n s p o r t gratuit, p o u r r a ê t r e c u m u l é e . A r t . 3 . — L e S e c r é t a i r e général e s t c h a r g é de l ' e x é c u t i o n du p r é s e n t a r r ê t é , qui sera i n s é r é au Journal officiel et au Bulletin officiet d e l à c o l o n i e , e n r e g i s t r é et publié partout où besoin s e r a . C a y e n n e , le 1 9 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le Gouverneur: Le Secrétaire

général p. i.

y

DEBUC.

№ 3 3 2 . — ARRÊTÉ. - Promulgation du décret du 2 juillet 1913, modifiant les règles de recrutement et la situation ad­ ministrative des Secrétaires généraux des colonies. (-19 septembre 4913. ) L E GOUVERNEUR p . i. de la G u y a n e f r a n ç a i s e ,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 27 août 1828; Vu le d é c r e t d u 2 juillet 1913, modifiant l e s r è g l e s d e r e c r u t e m e n t et la situation a d m i n i s t r a t i v e d e s S e c r é t a i r e s g é n é r a u x d e s colonies'; S u r la proposition d u S e c r é t a i r e général, ARRÊTE :


— 433 — e r

Ariicle 1 . — Est promulgué à la Guyane française, pour y èire exécuté en sa forme et teneur, le décret susvisé du 2 juillet 1913, modifiant les règles d e r e c r u t e m e n t et la situa­ tion administrative des Secrétaires g é n é r a u x des colonies. Art. 2 . — Le p i é s e n t a r r ê t é sera, avec le texte promulgué, publié et inséré au Bulletin officiel et a a Journal officiel de la colonie. Cayenne, le 19 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT.

Par le Gouverneur: Le Secrétaire

général

p . ».,

E. DEBUC.

R A P P O R T AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE,

Paris, le2 juillet f9f3. Monsieur le Président, Aux t e r m e s d'un décret du 21 mai Î 8 9 8 , qui a profondé­ m e n t remanié sur ce point les textes organiques d e s colonies, l'Administration s u p é r i e u r e de nos é t a b l i s s e m e n t s d ' o u t r e ­ m e r est confiée à nn Gouverneur seul r e s p o n s a b l e de l'en­ s e m b l e des services. Le Chef de la colonie est assisté d ' u n S e c r é t a i r e g é n é r a l , c h a r g é de le seconder d a n s toutes les p a r ­ ties de l'Administration, m a i s dépourvu de toute attribution, ci, par suite de toute responsabilité propre. Le rôle principal du S e c r é t a i r e général est, en lait, de r e p r é s e n t e r le Gouver­ n e u r au sein du Conseil g é n é r a l et d e la Commission coloniale, et de le remplacer de plein droit en cas de mort, a b s e n c e ou e m p ê c h e m e n t . En o u t r e , de cette fonction, le titre de Secrétaire général des colonies confère un grade dans un corps spécialisé, c o m p o r t a n t un traitement, une hiérarchie, et un droit propres à pension sur le budget de l'Etat. L'application de ce régime a soulevé de n o m b r e u s e s c r i t i q u e s . La plus grave consiste à faire ressortir q u e la collaboration intime, que le décret de 1898 supposait e n t r e le Gouverneur et le fonctionnaire occupant après lui le p r e m i e r r a n g d a n s la colonie, sVst, en fait, incomplètement réalisée. Le S e c r é ­ taire g é n é r a l au lieu de participer efficacement à la conduite des affaires locales, a pu, d a n s c e r t a i n s cas, se trouver réduit


— 434 — au i ô l e s u r t o u t p o l i t i q u e , de r e m p l a ç a n t é v e n t u e l du Gouver­ neur. Les raisons de ces conséquences imprévues sont, sans doute m u l t i p l e s . La p r i n c i p a l e p a r a î t devoir ê t r e r e c h e r c h é e d a n s les c o n d i t i o n s p a r t i c u l i è r e s de n o m i n a t i o n d e s S e c r é t a i r e s g é n é ­ r a u x , qui s o n t s u s c e p t i b l e s d e c r é e r d e s o b s t a c l e s a la colla­ boration e s c o m p t é e eu 1 8 9 8 . Le M i n i s t r e , obligé, en effet, d e p r e n d r e les c o l l a b o r a t e u r s d e s G o u v e r n e u r s d a n s le c a d r e d e s S e c r é t a i r e s g é n é r a u x , et limité ainsi d a n s s o n c h o i x , peut s e t r o u v e r d a n s l'impossibilité de tenir c o m p t e des d é s i r s d e s Chefs de colonie. F r é q u e m m e n t , c'était d o n c le h a s a r d d e s d é s i g n a t i o n s coloniales qui a p p e l a i t à servir côte à côte ies d e u x p e r s o n n a l i t é s d o n t l'action é v e n t u e l l e se p r é s e n t a i t d a n s l e s c o n d i t i o n s d é l i c a t e s i n d i q u é e s plus h a u t . On a c i u t o u t d ' a b o r d r e m é d i e r à c e s difficultés en m o d i ­ fiant les c o n d i t i o n s d ' e n t r é e d a n s le c o r p s des S e c r é t a i r e s g é ­ n é r a u x . T e l a é t é l'objet d e s d é c r e t s des 11 o c t o b r e 1 9 0 5 et 2 0 j a n v i e r 1 9 0 6 . Mais la s i t u a t i o n n'a été par la qu'insuffisam­ m e n t a m é l i o r é e . La c o l l a b o r a t i o n e n t r e G o u v e r n e u r s et S e c r é ­ t a i r e s g é n é r a u x reste p r é c a i r e . Le choix du M i n i s t r e est t o u ­ j o u r s t r è s l i m i t é , les n o m i n a t i o n s o n t , au s u r p l u s , le g r a v e i n c o n v é n i e n t d ' ê t r e définitives, les bénéficiaires c o n s e r v e n t i n d é ­ finiment le g r a d e de S e c r é t a i r e g é n é r a l q u a n d bien m ê m e ils n ' e n e x e r c e n t p a s la fonction. L a position d e d i s p o n i b i l i t é a du ê t r e c r é é e à cet effet ( d é c r e t du 2 8 s e p t e m b r e 1 9 1 0 ) s a n s r é s o u d i e toutefois définitivement la q u e s t i o n . U n e réforme plus radicale p a r a î t d o n c s ' i m p o s e r q u i c o n s i s ­ terait t o u t e n c o n s e r v a n t les fonctions d e S e c r é t a i r e g é n é r a l , à n e n plus r e c r u t e r les t i t u l a i r e s p a r m i les m e m b r e s d ' u n c o r p s s p é c i a l i s é et, par s u i t e r e s t r e i n t , et a les confier, au c o n t r a i r e , à t i t r e t e m p o r a i r e et e s s e n t i e l l e m e n t r é v o c a b l e , à des fonctionnaires pris dans certains corps de l'Administra­ t i o n m é t r o p o l i t a i n e ou c o l o n i a l e , p l u s s p é c i a l e m e n t a p t e s à les r e m p l i r , e n r a i s o n d e l e u r s a t t r i b u t i o n s h a b i t u e l l e s . C e s fonc­ t i o n n a i r e s c o n t i n u e r a i e n t à faire p a r t i e d e l e u r c o r p s d ' o r i g i n e . L e projet d e d é c r e t q u e j ' a i l ' h o n n e u r d e s o u m e t t r e à votre h a u t e s a n c t i o n , prévoit, à cet effet, la s u p p r e s s i o n par voie d ' e x t i n c t i o n du corps actuel des S e c r é t a i r e s g é n é r a u x d o n t les m e m b r e s c o n s e r v e r o n t toutefois j u s q u ' à l e u r r a d i a t i o n défini­ t i v e d e s c a d r e s d e l ' A d m i n i s t r a t i o n , le bénéfice d e l e u r s t a t u t et de l e u r s a t t r i b u t i o n s a c t u e l l e s , avec droit à l ' a v a n c e m e n t


— 435 —

et à la mise en disponibilité avec ou sans traitement, dans les conditions fixées par le décret de 28 septembre 1910. Il stipule q u e s o u s c e l t e réserve, les fonctions temporaires de Secrétaire général des colonies seront désormais exercées limitativement par d e s Administrateurs en chef des colonies, par des Administrateurs d e 1 c l a s s e et Chefs de bureau hors classe des Secrétariats généraux ayant au moins deux ans d'ancienneté d a n s leur g r a d e , enfin par des (fonctionnaires de l ' A d m i n i s t r a t i o n centrale d e s colonies possédant depuis deux ans au moins le grade de sous-chef de bureau. Cette limita­ tion ne fait toutefois p a s obstacle à l'exercice du droit reconnu au Gouvernement par l'article 3 de la loi d u 13 juillet 1879, de déléguer également d a n s ces fonctions des m e m b r e s du Con­ seil d'État. Ce changement de régime assure la possibilité de désigna­ tions judicieuses et d'ailleurs toujours révocables en même temps qu'il permet de tenir éventuellement compte des désirs des chefs de colonie intéressés. L'ensemble de ces dispositions tend, en résumé, à créer et à maintenir entre le Gouverneur et le deuxième fonctionnaire de la colonie la collaboration et l'unité de vues indispensables. Le> fonctionnaires Secrétaires généraux recevront le traite­ ment d'Europe de leur grade et classe d a n s le corps auquel ils appartiennent et un supplément colonial ayant pour effet de porter leur allocation totale à un taux qui n e p e u t être infé­ rieur a 15,000 francs, ni dépasser 18,000 francs. Ils ne pour­ ront prétendre à aucun supplément de fondions. Il demeure entendu que, conformément aux prescriptions de l'article 2,§3 du décret du 20 juin 191 î, les fonctionnaires de l'Administration centrale des colonies placés dans cette situation conserveront pendant la durée de leurs congés ou absences de la colonie, le traitement d'Europe ou de congé fixé par ledit paragraphe. J'ai l'honneur de vous prier, si vous vou'ez bien admettre cette manière de voir, de revêtir de votre signature le projet de décret ci joint qui la consacre et qui a été soumis aux délibérations dn Conseil d'Etat. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'hommage de mon profond respect. го

Le Ministre des colonies,

J, мода,

31


— 436 — DÉCRET LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE,

S u r le rapport du Ministre des colonies, Vu le d é c r e t du 21 mai 1 8 9 8 , s u p p r i m a n t aux colonies les fonctions (le Directeur de l'Intérieur, et p o r t a n t création des S e c r é t a r i a t s généraux d e s colonies ; Vu les d é c r e t s des 11 octobre 1905 et 2 0 j a n v i e r 1906, fixant les conditions de n o m i n a t i o n à l'emploi de Secrétaire g é n é r a l des colonies; Vu le d é c r e t du 2 5 août 1 8 9 9 , fixant les c o n d i t i o n s de r e m ­ placement intérimaire d e s Secrétaires généraux d e s colonies-, Vu les décrets d e s 2 m a r s 1910 et 12 j u i n 1 9 1 1 , portant r è g l e m e n t s u r la solde et les allocations accessoires du per­ s o n n e l colonial ; Vu le décret du 2 3 m a i 1896, portant r é o r g a n i s a t i o n de l'Administration c e n t r a l e des colonies ; Vu le décret du 15 n o v e m b r e 1 9 1 2 , sur le corps des Admi­ n i s t r a t e u r s des colonies ; Vu le d é c r e t du 2 4 novembre 1 9 1 2 , portant réorganisation du p e r s o n n e l des b u r e a u x des S e c r é t a r i a t s g é n é r a u x des colo­ nies ; Le Conseil d ' E t a l e n t e n d u , DÉCRÈTE : e r

Article I . — Les fonctions de Secrétaire g é n é r a l des colo­ nies sont exercées sous r é s e r v e des dispositions de l'article 4 du présent décret, soit par. des A d m i n i s t r a t e u r s en chef des colonies ou par des A d m i n i s t r a t e u r s de i classe d e s colonies r é u n i s s a n t les conditions n é c e s s a i r e s à l ' a v a n c e m e n t , soit par d e s Chefs de bureau hors classe des bureaux des S e c r é t a r i a t s g é n é r a u x des colonies ayant au moins deux ans de g r a d e , soit par des fonctionnaires de l'Administration c e n t r a l e d e s colonies ayant depuis deux a n s au moins le g r a d e de sous-chef d e b u r e a u . Les u n s et les attires doivent ê t r e âgés de 3 3 a n s au moins. Les dispositions qui précèdent ne font pas obstacle à l'exer­ cice du droit de délégation attribué au G o u v e r n e m e n t par l'ar­ ticle 3 de la loi du 13 juillet 1 8 7 9 , c o n c e r n a n t le Conseil d ' E t a t . Les services r e n d u s en qualité de S e c i é t a i r e général des colonies e n t r e n t en* compte pour l ' a v a n c e m e n t . Ces services sont a s s i m i l é s , en t e qui c o n c e r n e les fonctionnaires a p p a r r e


-

437

-

tenant au personnel des Administrateurs dos colonies et au

personnel des bureau des Sécrétariats généraux des colonies, aux fonctions prévues à l'article 1 des décrets des 15 no­ vembre 1912 et 24 novembre 1912 ; les fonctionnaires de l'Administration centrale d e s colonies sont placés hors cadre dans les conditions prévues à l'article I7 du décret du 23 mai 1896. Les fonctions de Secrétaire, général des colonies sont exer­ cées et prennent fin en vertu de décrets. Les fonctionnaires chargés des fonctions de Secrétaire général des colonies reçoivent sur les fonds du budget local le traitement d'Europe de leur grade et de leur classe dans le corps auquel ils appartiennent et un supplément colonial ayant pour effet de porter leur allocation totale à un taux qui ne peut être inférieur à 15,000 francs ni dépasser 18,000 fr. Art. 2. — Le Secrétaire général exerce les attributions fixées par l'article 3 du décret du 21 mai 1898, et il assure en outre dans la colonie, sous l'autorité du Gouverneur, l'instruc­ tion des affaires et l'exécution des décisions prises par le Gou­ verneur. Le Gouverneur peut lui déléguer tout ou partie de ces pou­ voirs pour une ou plusieurs catégories d'affaires ; cette délé­ gation est portée à la connaissance du Ministre des colonies. Art. 3. — Les fonctionnaires désignés à l'article 1 du présent décret restent soumis aux règles disciplinaires des corps aux quels ils appartiennent ; l'action disciplinaire prévue par les textes qui régissent ces corps leur est applicable, à raison des faits relevés contre eux pendant l'exercice de leur fonction de Secrétaire général après qu'ils ont été remis à la disposition de leur administration d'origine. La commission de classement prévue aux articles 20 du décret du 15 novembre 1912, pour les administrateurs des colonies, et 8 du décret du 21 novembre 1912, pour le personnel des bureaux des Secré­ tariats généraux des colonies, remplit, en ce qui concerne ces «lux personnels, les fonctions de commission d'enquête. Art. 4. —• Les Secrétaires généraux des c dénies, nommés en vertu des décrets actuellement en vigne or, continuent a remplir leuj-s {onctions et peuvent être promus de fa deuxième a la première classe, dans les conditions définies par lesdiu décrets. Aucune nomination ne sa'a faite dans le corps des S e c r é j er

er


— 438 — taires g é n é r a u x des colonies à partir de la publication d u p r é ­ sent d é c r e t . Art. 5 . — L e s dispositions du présent décret ne sont pas applicables aux Secrétaires généraux des Gouvernements g é n é ­ raux des colonies. Art. 6. — Sont abrogées toutes dispositions c o n t r a i r e s au présent décret. Art. 7. — L e Ministre des colonies est chargé de l'exécu­ tion du p r é s e n t décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française, et inséré au Bulletin des lois et au Bul­ letin officiel du Ministère des c o l o n i e s . Fait à Paris, le 2 juillet 1 9 1 3 .

R. POINCARÉ. Par le P r é s i d e n t de la République : Le Ministre

des

colonies,

I MOREL.

.V 333. -

ARRÊTÉ fixant l'effectif du cadre local du Secrétariat général. ( 2 0 septembre -1913. )

L E GOUVERNEUR

p. i. de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828; Vu l'arrêté du 11 septembre 1909, n° 929, fixant le cadre, la solde, les conditions d'avancement, les règles de discipline des commis du Secrétariat général de la Guyane française, approuvé par dépêche ministérielle du 5 novembre 1910;. Vu le décret du 24 novembre 1912, portant réorganisation du personnel des bureaux des Secrétariats généraux des colonies et notamment l'article 18 (§ § 1 et 3 ) ainsi conçus : « Article 18. — 1 1 . —- Les commis principaux et commis « des bureaux des Secrétariats généraux des colonies forment, « dans chaque colonie, un cadre local dont l'effectif est fixé « par un arrêté du Gouverneur général ou du Gouverneur rendu « en Conseil du Gouvernement, en Conseil d'administration ou « en Conseil privé, et qui n'est exécutoire qu'en vertu de Tap­ er probation du Ministre des colonies. « § 3. — Le nombre maximum des- commis principaux ne « peut, dans chaque colonie, dépasser le quart de l'effectif total % du personnel du cadre local. »


— 439 —

Vu les instructions contenues dans la dépêche ministérielle du 11 mars 1913, n° 6 ; Vu l'arrêté du 30 mai 1913, promulguant dans la colonie le décret susvisé ; Vu l'avis émis par le Conseil privé dans sa séance du 4 juin 1913 ; Vu la dépèche ministérielle en date du i l août 1913, n° 22, en ce qui a trait à la fixation de l'effectif du cadre local du Secrétariat général, ARRÊTE : e r

Article 1 . — Est rapporté l'arrêté susvisé en date du 11 septembre 1909. Art. 2. — Le cadre local du Secrétariat général comprend : 5 Commis principaux. 5 — de 1 classe. 5 — de 2e — 5 — de 3e — Le personnel de ce cadre dont l'effectif est ainsi prévu pour que le fonctionnement régulier des bureaux ne soit pas entravé par les cas de maladie, les départs en congé et les mises en route pour changement de destination, concourra, en outre de ses attributions naturelles (service des bureaux du Secré­ tariat général), au service des bureaux du Cabinet du Gouver­ neur et des services rattachés de l'Intendance, de l'Inscription maritime et des Contributions directes. Art. 3. — L e présent arrêté sera enregistré et communiqué partout où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et re

au Bulletin,

officiel de ta colonie.

Gayenne, le 20

septembre

1913. DIDELOT.

Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général

p.

i.,

DEBUC. № 3 3 4 . — DÉCISION autorisant la construction, à Cayenne, de deux fours pour la fabrication du pain. (22 septembre 1 9 1 3 . )

LE GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 27 abut 1828 ;


— 440 — Vu la demande faite par M Charles Quintrie-Lamothe, représentée par M. H. de Saint-Quentin, en vue (d'être autorisée à construire deux, fours pour la fabrication de pain, dans son immeuble, sis au n° 28 de la rue Traversière, à Cayenne ; Vu le décret du 24 septembre 1882, rendant applicable a la Guyane celui du 10 mai 1882, concernant la législation sur les établissements insalubres, dangereux et incommodes à la Guadeloupe : V u la décision du 14 juin 1913, ouvrant une enquête de commodo et incommodo, sur la demande faite par M Quintrie ; Vu le procès-verbal de cette enquête et les conclusions du commissaire ci-quêteur ; Vu l'avis favorable émis par la commission sanitaire de la 1re circonscription dans sa séance du [5 septembre 1943 ; Sur la proposition du Secrétaire général, Décide : Article 1er. - Mme Charles Quintric-Lamothe est autorisée à construire deux lours pour lu fabrication du pain, dans son immeuble, sis au n° 28 de la rue Traversière, à Cayenne. A r t . 2. — Le Secrétaire général est chargé de l'exécution de la présente décision, qui sera enregistrée et communiquée partout où besoin sera. Cayenne, le 22 septembre 1913. DIDELOT. m e

ma

Par le Gouverneur : Le Sécrétaire

général

p. i ,

DEBUG.

N° 3 3 5 . — ARRÊTÉ.—

Ouverture d'un crédit taire de 3,146 fr. 05. (23

septembre

supplémen­

1913).

Le G O U V E R N E U R p. i. de la Guyane française, Vu l'ordonnance organique du 27 août 1 8 2 8 ; Vu la délibération du Conseil général, en date du 27 août 1913, autorisant l'ouverture d'un crédit supplémentaire global de 3,146 fr. 05 destiné à faire face aux dépenses suivantes: 1° Achat de 520 panneaux destinés à la délimitation des con­ cassions forestières 2,000f00 2" Paiement du solde des travaux exécutés en 1912 au bâtiment des colis postaux 546 05

Soit:

3,146f

05


441

— e r

Vu l'article 81, § 1 du décret du 30 décembre 1912, sur le régime financier des colonies ; Le Conseil privé entendu, ARRÊTE : e r

Article 1 . — Est approuvée la délibération du Conseil géné­ ral du 27 août 1913, autorisant, pour les motifs susindiqués, l'ouverture de divers crédits supplémentaires au titre des cha­ pitres ci-après : Chapitre 18.— Travaux publics et Mines 2.600f 00 Chapitre 1 9 . — Plan de campagne. Dépenses des exercices clos 546 05 TOTAL : . . . . . . 3,146f05 Art. 2 . — Il sera pourvu à ces deux crédits sur les voies et moyens de l'exercice 1913. Art. 3 . — Le présent arrêté sera enregistré et communiqué partout où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Gayenne, le 23 septembre 1913. DIDELOT.

Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général

p.

i,

DEBUC.

№ 336. — ARRÊTE portant application aux officiers et mi­ litaires de la gendarmerie de la Guyane des dispositions du décret du 25 septembre 1911, sur les passages. ( 2 3 septembre 1 9 1 3 . )

p. i. de la Guyane française, Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828 ; Vu le décret du 25 septembre 1911, modifiant la réglemen­ tation sur les passages du personnel colonial ; Vu la dépêche ministérielle du 28 février 1913 ; ensemble celle du 6 août suivant approuvant l'application aux militaires de tous grades de la gendarmerie de la Guyane du décret du 2 5 septembre 1911, dans les conditions ci-après; Le Conseil privé entendu, LE

GOUVERNEUR

ARRÊTE : e r

Article 1 . — Le décret susvisé du 25 septembre 1911, mo­ difiant la réglementation sur les passages du personnel colonial, est appliqué, par mesure spéciale, aux officiers et militaires de la gendarmerie de la Guyane qui auront droit au passage gra-


— 442 —

tuit de leur famille, lorsqu'ils rentreront en France en congé de convalescence, après avoir accompli la moitié du séjour nécessaire pour l'obtention d'un congé administratif, avec cumul des divers séjours pour parfaire ce minimum. Art. 2 . — En cas de blessure reçue ou de maladie contractée en service commandé, le droit au passage gratuit de la famille sera exercé quelle que soit la durée du séjour du chef de famille dans la colonie. Art. 3 . — Le Secrétaire général est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera enregistré et communiqué partout où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Guyenne, le 23 septembre 1913. DIDELOT. P a r le G o u v e r n e u r : Le Secrétaire général p . i., E.

DEBUG.

№ 3 3 7 . — A R R Ê T É rendant exécutoire un rôle principal taxis communales de Montsinéry pour 1 9 1 3 . (23 septembre 1913). L E GOUVERNEUR p . i. d e la G u y a n e française,

de

Vu l'article 2 2 de l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 a o û t 1 8 2 8 , modifiée par celle du 22 août 1833 ; Vu l ' a r r ê t é l o c a l do 2 8 m a i 1 8 6 0 , p o r t a n t r è g l e m e n t s u r l e s p o u r s u i t e s en m a t i è r e d e c o n t r i b u t i o n s d i r e c t e s et a s s i m i l é e s ; Vu l ' a r r ê t é local du 10 o c t o b r e 1868, créant l ' i m p ô t d e s p r e s ­ t a t i o n s aux c h e m i n s et c a n a u x vicinaux ; V u l e s d é c r e t s des 15 o c t o b r e 1 8 7 9 et 17 d é c e m b r e 1 8 9 2 , p o r t a u t o r g a n i s a t i o n d e s m u n i c i p a l i t é s à la G u y a n e française ; Vu l ' a r r ê t é du 2 8 s e p t e m b r e 1 9 0 3 , p o r t a n t r è g l e m e n t s u r l ' a d m i n i s t r a t i o n et la c o m p t a b i l i t é d e s c o m m u n e s ; Vu le d é c r e t du 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 , s u r le s e r v i c e financier des colonies ; Vu l e tarif d e s taxes c o m m u n a l e s p o u r l ' a n n é e 1913 ; Le C o n s e i l p r i v é et t e n d u , ARRÊTE : e r

A r t i c l e 1 . — Est r e n d u e x é c u t o i r e un r ô l e p r i n c i p a l d e t a x e s c o m m u n a l e s , é t a b l i , a u profit de la c o m m u n e d e MontM n é r y , pour l'année 1 9 1 3 , et se d é c o m p o s a n t с о m m е s u i t :


— 443 — Licence de c a b a r e t . Taxe de boulangerie Poids et m e s u r e s . . .

225f 0 0 8 33 9 25 242

f

58

Art. 2 . — Le Secrétaire général est chargé de l'exécution du présent a r s ê t é , qui sera c o m m u n i q u é et e n r e g i s t r é partout où besoin s e r a . Cayenne, le 2 3 s e p t e m b r e 3 9 1 3 . DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Secrétaire E.

N° 3 3 8 .

général

p.

i.,

DEBUC.

— ARRÊTÉ rendant exécutoires sept rôles mentaires de taxes communales pour 1913. (23

septembre

supplé­

1913.)

LE GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française. Vu l'article 2 2 de l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 27 août 1828, modifiée par celle du 2 2 août 1833 ; Vu l'arrêté local du 2 8 mai 1860, portant r è g l e m e n t sur l e s p o u r s u i t e s en matière de contributions directes et a s s i m i l é e s ; Vu l ' a r r ê t é local du 10 octobre 1 8 6 8 , créant l'impôt des prestations aux c h e m i n s et canaux vicinaux ; Vu les décrets des 15 octobre 1870 et 17 d é c e m b r e 1892, portant o r g a n i s a t i o n des municipalités à la Guyane française; Vu l'arrêté du 28 s e p t e m b r e 1 9 0 3 , portant r è g l e m e n t sur l'administration et la comptabilité des c o m m u n e s ; Vu le d é c r e t du 30 d é c e m b r e 1 9 1 2 , sur le service financier des colonies ; Vu le tarif des taxes c o m m u n a l e s pour l'année 1913 ; Le Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : e r

Article 1 . — Sont r e n d u s exécutoires sept r ô l e s s u p p l é m e n ­ taires de taxes c o m m u n a l e s , établis, pour l'année 1 9 1 3 . au profit des c o m m u n e s suivantes :

Sinnamary. Licence de cabaret Poids et m e s u r e s

f

510 » 10 5 0


— 444 — Tonnégrande. f

Licence de cabaret P o i d s et m e s u r e s

67

50 2 75

70 2 5 f

Licence de cabaret P o i d s e t mesures

52 Su 8 25 f

60 75 Taxe d'alambic

400

»

262

»

Kourou. f

L i c e n c e d e cabaret Taxe de boulangerie P o i d s cl m e s u r e s

237 50 18 » 6 50

Licence de cabaret Taxe de boulangerie Poids et mesures

75f

» 15 ». 3 75 9 3 75

Oyapoc. L i c e n c e de c a b a r e t P o i d s et m e s u r e s . . . . . . . . . . . .

f

150 » 2 75

152 7 5 A r t . 2. — Le S e c r é t a i r e g é n é r a l e s t c h a r g é d e l ' e x é c u t i o n du p r é s e n t a r r ê t e , q u i sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t où besoin s e r a . C a y e n n e , le 2 3 s e p t e m b r e 1913.

DIDELOT. Par le G o u v e r n e u r : Le Secrétaire

général

p . i.,

DEBUC.

№ 3 3 9 . — ARRÊTÉ de contributions

rendant exécutoire un rôle principal directes ou assimilées pour 1913. ( 2 3 s e p t e m b r e 1913.)

LE

GOUVERNEUR

p . i. d e la G u y a n e f r a n ç a i s e ,

Vu l ' a r t i c l e 2 2 e!e . l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 27 a o û t 1 8 2 8 , modifiée p a r celle du 22 a o û t 1833 ; Vu le décr.-t c o l o n i a l d u 11 juillet 1837, s u r l ' a s s i e t t e , la r e p a r u t i o n et la p e r c e p t i o n d e s c o n t r i b u t i o n s publiques" à la

Guyane ;


— 445 —

Vu le décret du 1 avril 1858, qui rend applicable ; la Guyane la loi du 21 avril 1810, sur les mines ; V u l'arrêté local du 28 mai 1860, portant règlement sur les poursuites en matière de contributions directes et assimilées ; Vu le décret du 23 décembre 1878, portant, institution d'un Conseil général à la Guyane française : Vu le décret du 5 août 1881, concernant l'organisation et la compétence des Conseils de contentieux, administratif ; Vu le décret du 30 décembre 1912, sur le service financier des colonies ; Vu l'arrêté local du 28 janvier 1880, rendant exécutoire la délibération du Conseil général, relative aux modifications apportées à la législation des patentes en vigueur dans la colonie; Vu le § 3 de l'article 33 de la loi de finances du 13 avril 1900 ; Vu la délibération en date du 24 décembre 1912, par laquelle le Conseil général a fixé l e tarif des taxes et contributions locales pour l'année 1913 et l'arrêté local du 28 décembre 1912, rendant exécutoire ladite délibération , Le Conseil privé entendu, er

ARRÊTE :

Article 1er. — Est rendu exécutoire un rôle principal de contributions directes ou assimilées, établi au profit de la colonie pour l'année 1913 : Montsinéry.

Patentes Poids et mesures

f

52 50 8 00 60f50

Art. 2. — Le Secrétaire général est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera communiqué et enregistré partout où besoin sera. Cayenne, le 23 septembre 1913. DIDELOT. Par

le G o u v e r n e u r :

Le Secrétaire

E.

général

p . i.,

DEBUC.

№ 340. — ARRÊTE rendant exécutoires sept rôles supplémentaire s de contributions directes ou assimilées pour 1 9 1 3 . ( 2 3 s e p t e m b r e VMS. )

LE GOIVERNEER p ! i. de ia Guyane fratçai.* 2, , • V u l'article 22 de l'ordonnance organique d : 27 août 1828, nfodifïée par tfelPê du 22* aoWt № 3 8 ) 1


— 446 —

Vu l e d é c r e t c o l o n i a l du 11 j u i l l e t 1 8 3 7 , s u r l ' a s s i e t t e , la r é p a r t i t i o n et la p e r c e p t i o n d e s c o n t r i b u t i o n s p u b l i q u e s a la Guyane ; Vu le d é c r e t d u 1 a v r i l 1 8 5 8 , qui rend applicable à la G u y a n e la loi du 21 avril 1 8 1 0 , s u r les m i n e s ; Vu l ' a r r ê t é local d u 28 m a i 1 8 6 0 , p o r t a n t r è g l e m e n t s u r les p o u r s u i t e s en m a t i è r e d e c o n t r i b u t i o n s d i r e c t e s et a s s i m i l é e s ; Vu le d é c r e t du 2 3 d é c e m b r e 1 8 7 8 , p o r t a n t i n s t i t u t i o n d ' u n C o n s e i l g é n é r a l à la G u y a n e f r a n ç a i s e ; Vu le d é c r e t d u 5 a o û t 1 8 8 1 , c o n c e r n a n t l ' o r g a n i s a t i o n et la compétence des Conseils de contentieux administratif ; Vu le d é c r e t du 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 , s u r le s e r v i c e financier des colonies ; Vu l ' a r r ê t é local d u 2 8 j a n v i e r 1 8 8 9 , r e n d a n t e x é c u t o i r e la d é l i b é r a t i o n d u Conseil g é n é r a l , r e l a t i v e a u x modifications a p p o r t é e s à la l é g i s l a t i o n d e s p a t e n t e s e n v i g u e u r d a n s fa c o l o n i e ; Vu le § 3 d e l ' a r t i c l e 3 3 d e la loi d e finances d u 13 avril 1 9 0 0 ; Vu la d é l i b é r a t i o n en d a t e d u 2 4 d é c e m b r e 1 9 1 2 , p a r l a q u e l l e le C o n s e i l g é n é r a l a fixé le tarif d e s t a x e s e t c o n t r i b u t i o n s l o c a l e s pour l ' a n n é e 1 9 1 3 , et l ' a r r ê t é local d u 2 8 d é c e m b r e 1 9 1 2 , rendant exécutoire ladite délibération ; e r

L e C o n s e i l privé e n t e n d u , Arrête

:

A r t i c l e 1er. — S o n t r e n d u s e x é c u t o i r e s s e p t r ô l e s s u p p l é ­ m e n t a i r e s de c o n t r i b u t i o n s d i r e c t e s o u a s s i m i l é e s , é t a b l i s , p o u r l ' a n n é e 1 9 1 3 , au profit d e la c o l o n i e , s a v o i r : 67 50 12 0 0

Patentes Poids et mesures

79 5 0 Roura

13 50 397 IM) 36 25

Impôt l o c a t i f . . . . Patentes P o i d s et m e s u r é s R e d e v a n c e s fixes sions de mines

sur

conces­ 195 2 0 642 45

Aiiprouague : Patenies

Poi(js et mesures.

45 00 8 00

ö*6


— 447 — Kotirou . Patentes Poids et m e s u r e s

210 2 5 15 0 0 231 2 5

Impôt locatif Patentes Poids et mesures

21 00 831 2 5 53 75 906 00

Iraconbo : Patentes Poids et m e s u r e s

75 0 0 0 75 7 5 75

Kinnamary : Patentes Poids et m e s u r e s

87 50 iO 7 5 9 8 25 2 . 0 8 6 20

A r t . 2 . — Le Secrétaire général est charge de l'exécution du présent a r r é t é , qui sera c o m m u n i q u e et enregistré partout où besoin s e r a .

Cayenne, le 2 3 septembre 1913, DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général

p.

i.,

DEBUC.

№ 3 4 1 . — A R R Ê T É portant promulgation la loi du 7 août 1913, sur le recrutement (26 septembre

à la Guyane de l'armée,

de

1913.)

LE GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française, Vu l'article 6 5 de l'ordonnance organique du 27 août 1828 ; Vu les câblogrammes ministériels des 12 août et 2 2 sep­ tembre 1 9 1 3 , ARRÊTE :

Article 1 . — Est promulguée à la Guyane française, à telles tins que de droit, pour être exécutée en sa f o r m e et e r


— 448 — t e n e u r , la loi du 7 août 1 9 1 3 , modifiant les lois d e s c a d r e s d e l ' i n f a n t e r i e , d e la c a v a l e r i e , de l ' a r t i l l e r i e et du g é n i e , en c e qui c o n c e r n e L'effectif d e s u n i t é s , et fixant l e s c o n d i t i o n s d u r e c r u t e m e n t d e i ' a r m é e a c t i v e et ta d u r é e du s e r v i c e d a n s l ' a r m é e a c t i v e et s e s r é s e r v e s . A r t . % — Le p r é s e n t a r r ê t é s e r a , av ec l e te.\le p r o m u l g u é , e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t où b e s o i n s e r a , et i n s é r é au Journal officiel et au IhdleUu officiel d e la c o l o n i e . C a y e n n e , le 2 6 s e p t e m b r e 1 3 1 3 .

D IDE L O T . P a r le G o u v e r n e u r : Le

Secrétaire

général

p.

DEBUC.

LOI modifiant, les lois des cadres de l'infanterie, de la cavale­ rie, de l'artillerie et du génie, en ce qui concerne l'effectif des unités et fixant les conditions du recrutement de l'armée ac­ tive et la durée du service dans l'armée active et ses réserves. Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Article 1 . — Les lois relatives à la constitution des cadres et des effectifs de l'infanterie, la cavalerie, l'artillerie et le génie sont modifiées, en ce qui concerne l'effectif en hommes de l'ar­ mée active des différentes unités, conformément au tableau annexé à la présente loi. Art. 2 . — Les effectifs fixés par les lois des cadres et des effectifs représentent les nombres au-dessous desquels le total des hommes du service armé présents dans les différentes uni­ tés ne peut être abaissé. Ces effectifs ne peuvent être modifiés que par des lois spéciales indépendantes des lois de finances. Art. 3. — L'article 1 de la loi du 21 mars 1905 est com­ plété ainsi qu'il suit : L'armée active se recrute : 1° Par appels annuels du contingent ; 2° P a r engagements volontaires et rengagements. » Art. 4 . — Le deuxième paragraphe de l'article 2 de la loi du 21 mars 1905 est modifié ainsi qu'il suit : « Il a u n e durée de vingt-huit années et s'accomplit selon le mode déterminé par la présente loi. » e r

e r


— 449 — Art. 5 . — L'article 7 de la loi du 21 mars 1905 est complété comme suit: « ,Le temps passé sous les drapeaux par les fonctionnaires, agents et sous-agents de toutes les administrations de l'Etat, par les ouvriers et employés des établissements de l'Etat, soit avant, soit après leur admission clans les cadres, est compté pour le calcul de l'ancienneté de services exigée pour la retraite et pour le calcul de l'ancienneté exigée pour l'avancement, pour une durée équivalente de services civils. « Ce temps est compté en une seule fois, aussitôt accompli, si le service militaire est fait après l'admission dans les cadres ou, dès l'entrée dans les cadres, s'il a été fait auparavant. n> Art. 6. — L'article 10 de la loi du 21 mars 1905 est modi­ fié ainsi qu'il suit : « Chaque année, pour la formation de îa classe, les maires établissent les tableaux de recensement des jeunes gens ayant atteint Fàge de dix-neuf ans révolus dans l'année précédente et domiciliés dans l'une des communes du canton. « Les classes sont incorporées l'année de leur recensement. » Art. 7. — La classe de 1913 sera incorporée dans la seconde quinzaine de novembre au plus tard pour les appelés de cette classe, la durée du service comptera du 1 octobre 1913. Les tableaux de recensement de la classe 1913 seront dres­ sés sans délai dans les conditions indiquées par l'article 10 de la loi du 21 mars 1905, modifié par l'article 6 de la présente loi. Ils seront publies aussitôt et~de telle'manière que l'unique pu­ blication qui en sera faite ait lieu au plus tard le troisième di­ manche qui suivra la promulgation de la présente loi. Le délai d'un mois prévu à l'article 10 précité est, par ex­ ception, réduit à dix jours. Les demandes de sursis d'incorporation prévues à l'article 21 de la loi du 21 mars 1905 devront être adressées au maire dix jours au moins avant la date fixée pour les opérations des con­ seils de revision. Elles seront instruites et soumises d'urgence au préfet dans les formes en vigueur. Art, 8. — L'article 12 de la loi du 21 mars 1905 est modi­ fié ainsi qu'il suit : « Les individus devenus Français par voie de naturalisation sont portés sur les tableaux de recensement de la première classe formée après leur changement de nationalité. e r


— 450 — « Les individus inscrits sur les tableaux de recensement en application du paragraphe précédent sont incorporés en même temps que la classe avec laquelle ils ont pris part aux opé­ rations de la revision. Ils sont tenus d'accomplir le même temps de service actif, sans que, toutefois, cette opération ait pour effet de les maintenir sous les drapeaux, en dehors des cas pré­ vus par les articles 34 et 3 9 , au delà de leur trente-cinquième année révolue. Ils suivent ensuite le sort de la classe avec la­ quelle ils ont été incorporés. Toutefois, ils sont libérés à titre définitif à Fàge de cinquante ans au pins tard. « Lorsque l'inscription d'un jeune homme sur les tableaux de recensement a été différée par application de conventions internationales, la durée obligatoire du service actif ne subit aucune réduction, sous la réserve, ci-dessus-exprimée, que ce service ne se prolongera pas au delà de la trente-cinquième année révolue. » La situation des individus devenus Français par voie de rein­ tégration ou déclaration continue à être réglée par les dispo­ sitions de l'article 12 de la loi du 21 mars 1905. Art. 9 . — L'article 18 de la loi du 21 mars 1905 est complé­ té par les dispositions suivantes : « Toutefois, les jeunes gens classés dans les troisième et quatrième catégories n'y seront définitivement maintenus qu'a­ près avoir été convoques, examinés et entendus par la commis­ sion de réforme , d o n t la date et le siège leur seront indivi­ duellement notifiés. « S'ils ne se rendent pas à la convocation, s'ils ne s'y font pas représenter ou s'ils n'ont pas obtenu un délai, il est procédé comme s'ils étaient présents et ils sont considérés comme aptes au service armé. ce Les hommes de la quatrième catégorie sont, toutefois, as­ treints à se présenter et à subir l'examen d'un conseil de revision: « 1° A la date de leur passage dans la réserve active (vingtquatre ans); « 2 ° Cinq ans après cette première visite (vingt-neuf ans) ; « 3° Au moment de leur passage dans l'armée territoriale (trente-cinq ans). ce Ceux reconnus, à l'un quelconque de ces examens, aptes au service militaire, sont immédiatement soumis aux obligations de} la. classe à laquelle ils appartiennent p a r l e u r à^e. » 1


— 451 — « L'emploi de chacun est fixé, dans la mesure du possible, suivant ses aptitudes physiques, morphologiques et profession­ nelles ; « L e recrutement sera organisé de telle sorte que les réser­ vistes soient le plus près possible du rentre des unités actives où ils auront fait leur service et qu'ils devront rejoindre an moment de la mobilisation. »

Art. 1 0 . - L'article 10 de la loi du 21 mars 1905 est modi­ fié ainsi qu'il suit : « Le fonctionnement du conseil de revision est modifié de la façon suivante : A côté du conseil de revision, fonctionnant après lui, est créée une commission médicale militaire chargée d'examiner les cas douteux reconnus par l'expert médical du conseil de révision. « Cette commission, remue au chef-lieu de chaque subdivi­ sion de région, sera composée de trois médecins militaires. « Elle adressera au préfet un rapport sur chacun deshommes examinés. Le conseil de revision, dans sa séance finale, statuera sur tous les cas présentés en dehors de la présence des intéressés. Ultérieurement, le préfet communiquera à chacun, des hommes

examinés la décision prise sur son compte.

Les jeunes gens reconnus par le conseil de revision d'une constitution physique trop faible peuvent être ajournés jusqu'à l'époque où ils passent dans la réserve dem'arméeactive. A moins d'une autorisation spéciale, ces ajournés sont a s ­ treints à repasser la visite devant le conseil de révision du can­ ton qui les a examinés une première fois.

Les jeunes gens ajournés une première fois, reconnus bons l'année suivante, feront trois a n s ; après deux ajournements, les hommes pris par la revision feront deux ans. Ceux qui, ayant été ajournés trois fois, sont pris au qua­ trième examen, sont astreints à un an do service. « Ceux enfin qui, après avoir été ajournés quatre fois, sont déclarés bons au dernier examen qu'ils doivent subir, sont ver­ sés dans la réserve el astreints aux périodes de la classe à la­ quelle iis appartiennent. «Les jeunes gens dont l'état physique est suffisant pour qu'ils soient versés dans l'armée active, mais qui présentent une lare 32


— 452 — accidentelle ou congénitale les empêchant de faire d u service armé, s o n t versés d a n s le service auxiliaire et t o n ! t r o i s a n s de

service. « S o u s a u c u n prétexte, les hommes r e c o n n u s faibles d e constitution ne peuvent être versés d a n s le s e r v i c e auxiliaire. Les ajournés sont, après leur o b l i g a t i o n s de l e u r c l a s s e d ' o r i g i n e .

libération, astreints aux

L e s r è g l e s a p p l i c a b l e s a u x a j o u r n é s le s o n t également aux

j e u n e s g e n s réformés temporairement, qu'ils soient appelés ou e n g a g é s , qu'ils appartiennent au service armé ou au s e r v i c e auxiliaire, s i . le temps de la réforme temporaire écoulé, ils sons reconnus aptes à reprendre d u service. Le temps passé dan la position de réforme temporaire compte p o u r le s e r v i c e actif.» Art. 11. Les troisième et cinquième p a r a g r a p h e s de l'article 21 de la loi du 21 m a r s 1905 sont remplacés par les dispositions suivantes :

« § 3. L e s demandes de sursis adressées au maire dans les deux mois qui p r o c è d e n t les opérations du c o n s e i l de r é v i ­ s i o n s o n ! i n s t r u i t e s par lui; le c o n s e i l m u n i c i p a l d o n n e s o n a v i s

motivé. Elles sont renvoyées au préfet et transmises par lui, avec ses observations, au conseil de revision, qui s t a t u e . « § 5. L e s j e u n e s gens qui o n t obtenu, s u r l e u r demande, plusieurs sursis suivent le s o r t de leur c l a s s e d'origine. »

un ou

Art. 12. modifié :

L'article 22 delà loi du 21 m a r s 1905 est a i n s i

M Les familles d e s militaires de l'armée d e terre et de l ' a n n é e de m e r remplissant effectivement, avant leur départ p o u r le s e r v i c e , les devoirs d e s o l d i o n s i n d i s p e n s a b l e s d e famille, a u r o n t d r o i t , sur leur demande, e n temps de paix, à une allocation j o u r n a l i è r e fournie p a r l'Etal pendanl la p r é s e n c e de ces jeunes gens s o u s les drapeaux. « Cette a l l o c a t i o n est fixée p a r jour à I fr. 25. Elle sera ma­ jorée de 0 IV. pour chacun d e s enfants âgés de moins de seize ans, à la charge du s o u t i e n d e famille. « La même allocation s e r a d u r a u x familles d e s m i l i t a i r e s qui, pendanl l e u r présence sous l e s d r a p e a u x , j u s t i f i e r o n t de leur q u a l i t é de s o u t i e n s i n d i s p e n s a b l e s de f a m i l l e . « Les

demandesson1 a d r e s s é e s p a r les familles a u maire de ta


— 453 — commune de leur domicile. Il en sera donné récépissé. Elles doivent c o m p r e n d r e à l'appui : « 1° Le relevé des contributions payées p a r la famille et certifié par le percepteur ; « 2° Un état certifié par le maire de la commune et indiquant le n o m b r e et la position des m e m b r e s de la famille vivant sous le m ê m e toit ou séparément, les revenus et ressources de cha­ cun d'eux. « Le conseil municipal émet sur chaque d e m a n d e un avis motivé. (( Le dossier ainsi constitué est transmis au préfet qui, dans le mois, provoque une enquête de la gendarmerie sur la situa­ tion matérielle de la famille et émet u n avis motivé. « Le dossier ainsi complété reste déposé à la mairie pendant quinze j o u r s . Acte de ce dépôt est notifié au d e m a n d e u r . Celuici peut en p r e n d r e connaissance et présenter p a r écrit ses-ob­ servations. « A l'expiration de ce délai de quinzaine, le maire transmet le dossier à u n conseil composé du juge de paix, président; du contrôleur des contributions directes et du receveur de l'en­ registrement. « Ce conseil statue sur la demande d'allocation ; sa décision doit être motivée; elle est rendue en séance publique et notifiée dans la huitaine par le greffier, laid au d e m a n d e u r qu'au p r é ­ fet du d é p a r t e m e n t « Dans le mois de cette notification, appel peut-être interjeté, tant p a r le d e m a n d e u r que p a r le préfet du département. « Cet appel est motivé. « Il est porté devant le tribunal civil de l'arrondissement qui statue en chambre du conseil, sur pièces et sans frais, l'in­ timé ayant été appelé à fournir une réponse écrite aux motifs invoqués dans l'acte d'appel qui lui aura été notifié. ce Lorsqu'il s'agira de familles résidant à l'étranger et r e m ­ plissant les conditions du présent article, les demandes d'allo­ cation seront adressées au consul de la ville de leur résidence qui les instruira et statuera par des décisions motivées, c o m m u ­ niquées aux intéressés et au ministre des affaires étrangères. « Un règlement d'administration publique déterminera les conditions d'application et de procédure du présent article. »


— 454 — Art. 13. — L'article 23 de la loi du 21 mars 1905 est remremplacé par les dispositions suivantes : « Les jeunes gens admis à l'école spéciale militaire, à l'école du service de santé militaire et à l'école du service de santé de la marine entreront directemeni dans ces écoles pour y taire leurs deux années de service, lis seront versés chaque année, pendant deux mois, dans un corps de troupes à ta date du I août, pour y servir, la première année, comme soldais, la deu­ xième année, comme sous-officiers et participer aux grandes manœuvres. Ces jeunes gens en entrant à l'école, devront con­ tracter un engagement de huit années. e r

« Les jeunes gens admis à l'école polytechnique entreront directement dans celte école pour faire leurs deux années de service. Ils seront versés chaque année pendant deux mois dans un corps de troupes à la date du 1 août pour y servir, la pre­ mière année, comme soldats, la deuxième, comme sous-officiers et participer aux grandes manœuvres. ER

« Ceux d'entre eux qui ne seront pas classés dans les armées de terre ou de mer feront deux ans de service à leur sortie de l'école comme sous-lieutenants de réserve. « Les jeunes gens admis à l'école polytechnique devront contracter lors de leur entrée à l'école un engagement de huit années au service de l'Etal. « Les ("lèves de l'école spéciale militaire, de l'école polytech­ nique, de l'école du service de santé militaire et de l'école du service de santé de la marine qui n'ont pas satisfait aux examens de sortie et ceux qui ont quitté l'école pour une cause quelconque sont incorporés dans un corps de troupes, comme soldats ou comme sous-officiers, pour y accomplir le complément des trois années de service exigées par la présente loi. Ce complément ne pourra être inférieur à deux ans. « Dans ce cas, l'engagemeni qu'ils avaient contracté est annulé. Il l'est également pour les élèves de l'école polytech­ nique qui, ayant satisfait aux examens de sortie, n'ont été classés dans aucun des services qu'ils avaient demandés. « Nul ne sera admis à passer le concours d'admission à l'école spéciale militaire et à l'école polytechnique, s'il ne jus­ tifie avoir fait eu France les trois dernières années d'études qui ont précédé le concours.


— 455 —

« Les jeunes gens admis après concours à l'école normale supérieure et à l'école forestière, à l'intérieur desquelles l'ins­ truction militaire .est organisée, devront contracter, lors de leur entrée à l'école, un engagement de huit années au service de l'Etat et seront assimilés aux élèves de l'école polytechnique, fis seront donc versés, chacune des deux premières années, pendant deux mois, dans un corps de troupes, à la date du I * août, pour y servir, la première année comme soldats, la deuxième comme sous-officiers, et participer aux grandes ma­ nœuvres. Us feront deux ans de service à leur sortie de l'école comme sous-lieutenants de réserve. » e

Art. 11. - L'article 24 de la loi du i l mars 1905 est rem­ placé par les dispositions suivantes : « Chaque année, au bout de six mois de service, entre les soldais incorporés, appelés ou engagés, un concours est ou­ vert pour l'admission aux écoles militaires d'infanterie, de ca­ valerie, d'artillerie, du génie et d'administration. Après un an de service à la caserne, les candidats admis entrent aux écoles. La durée des études y est d un an. A leur sortie les élèves sont nommés aspirants. Ils accompliront le dernier semestre de leur troisième année de service comme sous-lieutenants de réserve. « A leur libération, ils sont nommés officiers dans la réserve et doivent conserver leurs fonctions pendant un temps fixé par le ministre de la guerre au moment du concours. « A l'expiration de ce temps, ils peuvent renoncer à leur grade. Ceux qui le conserveront seront, astreints à des pé­ riodes d'exercices fixées par le ministre de la guerre. « Celui-ci pourra également autoriser, chaque année, un certain nombre de sous-lieutenants à rester dans l'armée ; ils ne pourront être nommés lieutenants qu'après un séjour dans une école d'application. « En aucun cas, le nombre des officiers de réserve prove­ nant des sous-officiers de réserve des corps des troupes ne pourra être inférieur aux tiers des vacances annuelles. » u

Art, 15. — L'article 25 de la loi du 21 mars 1905 est rem­ placé par les dispositions suivantes : « Les docteurs ou les étudiants en médecine ou en phar­ macie munis de douze inscriptions qui ont subi avec succès, a la fin de leur première année de service, l'examen de médecin


-— 456 — ou de p h a r m a c i e n auxiliaire, peuvent être n o m m é s à cet e m p l o i et accomplissent leurs deuxième et troisième a n n é e s de service c o m m e médecins on p h a r m a c i e n s auxiliaires, « Les j e u n e s gens p o u r v u s du diplôme de vétérinaire civils ou a d m i s en q u a t r i è m e année qui ont subi avec succès, à la fin d e leur p r e m i è r e r u i n e r de service, l'examen de vétérinaire auxiliaire, sont n o m m é s à cel emploi el accomplissent l e u r s d e u x i è m e et troisième a n n é e s de service c o m m e vétérinaires auxiliaires. « Les é t u d i a n t s en médecine, en p h a r m a c i e el les élèves v é ­ t é r i n a i r e s p o u r r o n t être autorisés, a p r è s u n e p r e m i è r e année d e service, à d e m a n d e r d e s s u r s i s pour achever leurs é t u d e s . « Ils s o n t ensuite appelés p o u r t e r m i n e r leurs d e u x a n n é e s d e service, qu'ils a c c o m p l i r o n t c o m m e m é d e c i n s , p h a r m a c i e n ^ ou vétérinaires auxiliaires. « S'ils o n t leur d i p l ô m e de d o c t e u r en m é d e c i n e , de p h a r ­ m a c i e n o u de vétérinaire ils p o u r r o n t a c c o m p l i r le d e r n i e r s e m e s t r e d e leur troisième a n n é e de service c o m m e médecin ou p h a r m a c i e n a i d e - m a j o r de r é s e r v e ou a i d e - v é t é r i n a i r e . « Les sursis ne p o u r r o n t être accordés à ces é t u d i a n t s q u e j u s q u ' à l'âge de vingl-sepi ans r é v o l u s . » Art. 1 6 . — L'article 26 de la loi du 21 m a r s 1905 est r e m ­ placé p a r la d i s p o s i t i o n s u i v a n t e : « Les élèves des écoles n o r m a l e s et les i n s t i t u t e u r s s e r o n t , p e n d a n t leur p r é s e n c e s o u s les d r a p e a u x , a s t r e i n t s à un séjour m i n i m u m de trois mois à l'école n o r m a l e de g y m n a s t i q u e . » Arl. 17. — Les limites d'âge prévues, p a r les lois, d é c r e t s et a r r ê t é s p o u r l'admission a u x c o n c o u r s ou e m p l o i s de l'Etat, d e s d é p a r t e m e n t s et des c o m m u n e s sont reculées d'un an p o u r les j e u n e s gens ayant accompli trois a n n é e s d e service militaire. Elles sont abaissées d'un an p a r a n n é e de service militaire n o n a c c o m p l i e . Toute a n n é e p e n d a n t laquelle il a été fait q u a t r e m o i s de service c o m p t e p o u r u n e a n n é e de service. Art. 1 8 . — L'article 3 2 de la loi du 21 m a r s 1905 est r e m " p l a c é p a r les dispositions suivantes : « T o u s les h o m m e s r e c o n n u s aptes au service militaire sont t e n u s d'accomplir effectivement h m ê m e d u r é e de service. « Tout Français r e c o n n u p r o p r e au p a r t i e successivement :

service militaire l'ail


— 457 — De l'armée active p e n d a n t trois a n s ; De

la r é s e r v e d e l ' a r m é e a c t i v e pendant o n z e a n s ;

De l'armée territoriale pendant sept a n s ; De la r é s e r v e de l'armée territoriale pendant sept a n s ; Le service militaire est réglé par classe. L'armée a c t i v e comprend indépendamment, d e s hommes qui ne proviennent pas des appelés, t o u s l e s jeunes gens d é c l a r é s p r o p r e s a u s e r v i c e militaire armé et auxiliaire (M f a i s a n t partie des t r o i s d e r n i e r s contingents incorporés. » Art. 19. L e s i x i è m e paragraphe d e l ' a r t i c l e 3 3 de la loi du 21 m a r s 1 9 0 5 est m o d i f i é a i n s i qu'il suit : « D a n s le c a s o ù l e s circonstances p a r a î t r o n t l'exiger, le mi­ n i s t r e de la guerre et le ministre d e la m a r i n e sont a u t o r i s é s à conserver temporairement s o u s l e s d r a p e a u x la c l a s s e qui a

terminé sa troisième a n n é e d e service. Notification de c e t t e d é c i s i o n sera faite a u x C h a m b r e s dans le plus bref d é l a i pos­ sible. »

Art. 2 0 . L'article 3 5 d e la loi d u 21 m a r s 1 9 0 5 est c o m ­ plété comme suit : « L e s j e u n e s appelés sous l e s drapeaux p o u r y a c c o m p l i r la durée légale du service s o n t classés dans les différents c o r p s de troupes suivant l e s règles fixées ( t a r i e m i n i s t r e de la guerre pour l'incorporation a n n u e l l e d u contingent. Aucun d ' e u x n e p e u t ê t r e l'objet d ' u n e affectation spéciale q u i n e s e r a i t p a s c o n f o r m e à c e s règles. » Art. 2 1 . L ' a r t i c l e 3 8 d e la loi d u 21 m a r s 1 9 0 5 e s ! rem­ p l a c é p a r "les d i s p o s i t i o n s suivantes: « L e s m i l i t a i r e s engagés o u appelés s o u s l e s d r a p e a u x a u titre d e s contingents a n n u e l s , accomplissant la d u r é e l é g a l e d u s e r v i c e , pourront, e u d e h o r s des dimanches et j o u r s fériés, o b t e n i r d e s congés o u permissions jusqu'à concurrence d'un total d e c e n t vingt jours, a u cours de l e u r s t r o i s a n n é e s d e service. E h dehors d e s périodes d e fêtes légales, le nombre d e s h o m m e s s i m u l t a n é m e n t absents ne d é p a s s e r a , pas. d a n s chaque u n i t é , 1 0 p . 1 0 0 d e l'effectif fixé p a r la loi d e s c a d r e s des différentes

a r m e s o u services.

« Toutefois, à deux p é r i o d e s d a n s l ' a n n é e f i x é e s p a r l'auto­ rité m i l i t a i r e , m a i s q u i ne p o u r r o n t pas au total excéder deux mois, le pourcentage pourra être d e zO p. 1 0 0 ,


— 458 — « Los hommes exercant la profession d'agriculteur pourront, de préférence aux autres, obtenir leurs permissions au moment d e s travaux des champs, en u n e ou deux périodes. La qualité d'agriculteur sera reconnue, pour les appelés a u moment de leur passage devant le conseil de revision, pour les engagés volontaires par le bureau de recrutement, après enquête de la gendarmerie. Les périodes des travaux agricoles seront déterminées a n ­ nuellement par les conseillers généraux dans leur session d'avril ou, à leur défaut, par les commissions départementales. Ces décisions seront notifiées par les soins des préfets à l'autorité militaire, qui en tiendra compte pour accorder les permissions agricoles. Les autorités militaires tiendront compte également de ces décisions pour fixer l'époque de convocation des réservistes, agri­ culteurs dans tes conditions compatibles avec les intérêts du service. Ces congés ou permissions ne pourront être supprimés qu'en cas de punition grave. Les militaires incorporés en Corse, en Algérii ou aux co­ lonies, titulaires de permissions, bénéficieront delà réduction du quart de place [ t o u r leur transport sur les bateaux des com­ pagnies de navigation. « Les militaires servant aux colonies ou dans les pays de protectorat, auxquels les nécessités de service ou le défaut de ressources n'auront pas permis de profiter de tout ou partie des cent vingt jours de permission, pourront en bénéficier en une seule fois immédiatement avant leur libération. » Art. 22. — L'article Sê de Ui loi du 21 mars 1905 est r o m plété par le paragraphe suivant : c Néanmoins,«ceux des militaires dont la conduite aura été satisfaisante depuis leurs punitions pourront bénéficier d'une réduction partielle ou même totale, après comparution devant u n conseil de discipline régimentaire dont la composition sera réglée par décret. » Art. 23. Le treizième paragraphe de l'article i l de la loi du 21 mars 1905, relatif à la revue d'appel des hommes de la réserve de l'armée territoriale, est complété par la disposition suivante :


— 459 — « La décision ministérielle qui prescrit celle revue doit être motivée et spéciale aux unités ou fractions d'unités qu'il est utile de convoquer. » Art. 24. — L'article 41 de la loi du 21 mars .1905 est com­ plété par les dispositions suivantes: • « Indépendamment de la période d'instruction à laquelle ils sont astreints tous les deux ans, les officiers de Complément peuvent accomplir, chacune des autres années, une période de quinze jours avec solde. » Art. 25. — Les (rois derniers paragraphes de l'article 50 de la loi du 21 mars 1905, modifiés p a r l a loi du 11 mars 1913, sont remplacés et complétés par les dispositions suivantes: « Tous les ans, les jeunes gens d'au moins dix-huit ans, remplissant les conditions d'aptitudes physiques et pourvus du certificat d'aptitude militaire institué par là loi du 8 avril 1905, seront admis à contracter, au moment de l'incorporation de la «classe, dans le corps de leur choix, et jusqu'à concurrence du nombre fixé p a r l e ministre, pour chaque corps, un engage? ment spécial de trois ans, dit de devancement d'appel. « Les jeunes gens d'au moins dix-neuf ans, non pourvus du certificat d'aptitude militaire et réunissant les conditions fixées par la loi de recrutement, pourront être admis à contracter, dans les troupes métropolitaines, des engagements de trois ans. « Le ministre delà guerre déterminera les corps dans les­ quels seront admis les engagés de chaque subdivision de région, les époques auxquelles ces engagements seront souscrits, ainsi que leur nombre pour chaque corps. « Les deux dispositions énoncées ri-dessus prendront fin trois ans après la promulgation de la présente loi, si l'éducation militaire de la jeunesse n'a pas été organisée par une loi dans l'ensemble du pays. « Les jeunes gens âgés d'au moins dix-huit ans qui sont dé­ sireux d'aller se fixer, à l'expiration de leur service militaire, soit eu Algérie, soit dans une colonie française, soif dans les pays de protectorat, soit à l'étranger hors d'Europe et des pays limitrophes de la Méditerranée, sont admis, s'ils remplissent ics conditions prévues à l'article 50 de la loi du -21 mars 1905, à contracter, au moment de l'incorporation delà classe, un enga­ gement spécial de trois ans sixmois, dit de devancement d'appel, pour résidence dans une colonie française ou à l'étranger hors


— 460 — d'Europe. Ils auront la faculté d'être mis en congé à l'expira­ tion de leur troisième innée de service, s'ils ont obtenu un cer­ tificat de bonne conduite. Dans les six mois qui suivent leur libération, ces jeunes gens devront se rendre en Algérie, dans une colonie française, dans un pays de protectorat ou à l'étran­ ger hors d'Europe et des pays "limitrophes de la .Méditerranée et faire certifier chaque année, pendant cinq années consé­ cutives, leur présence dans les pays d'outre-mer parle Gouver­ neur de la colonie ou l'agent diplomatique français, suivant le cas. « Les jeunes gens visés à l'alinéa précédent qui, dans les six mois qui suivront leur libération, n'auront pas justifié de leur établissement effectif outre-mer, ceux qui, au cours de leur délai quinquennal, séjourneront plus de trois mois en France dans le courant de la même année, et ceux qui rentre­ ront en France définitivement avant l'expiration du délai quin quennal seront tenus d'accomplir six mois de service supplé­ mentaires. « Les mêmes facilités d'engagement par devancement d'appel sont accordées aux jeunes gens nés ou déjà fixés à l'étranger. Les certificats prévus n'ont, en ce cas, qu'à être envoyés pen­ dant un nombre d'années suffisant à parfaire une période quin­ quennale de résidence fixe à l'étranger en tenant compte du nombre des années qu'ils y auraient passées antérieurement à leur engagement. « L'affectation aux divers corps de troupes des jeunes gens admis à contracter un engagement dit de devancement d'appel sera faite par les bureaux de recrutement. » Art. 2G. L'article 51 de la loi du 21 mars 1905 est modifié ainsi qu'il suit : v

« Les jeunes gens réunissant les conditions prévues à l'article 50 ci-dessus peuvent contracter, pour les troupes métropoli­ taines, des engagements de quatre et cinq ans et, pour les troupes coloniales, ainsi que pour certains corps métropolitains d'Afrique désignés par le ministre de la guerre, des engagements de trois, quatre et cinq ans, sous réserve toutefois, pour les troupes coloniales, de la restriction imposée par le paragraphe 1 de l'article 50. er

« Le service militaire compte, pour les engagés, du jour de la signature de l'acte d'engagement. Us passent dans réserve


— 461 — à l'expiration de leur service actif et suivent ensuite le sort de la classe incorporée dans l'année de leur engagement. « Les jeunes gens qui contractent un engagement Volontaire de quatre ou cinq ans ont le droit de choisir leur arme et leur corps, sous réserve des conditions d'aptitude physique exigées pour cette arme. Ces engagements de quatre ou cinq ans sont admis à dos dates fixées par le ministre de la guerre. » Art. 27. - Le dernier paragraphe de l'article 52 de la loi du 21 mars 1905 est modifié ainsi qu'il suit: « Le temps ainsi passé sous les drapeaux sera, pour ces en­ gagés, déduit des trois années de service actif. » ' Art. 28. — Los premier, deuxième et quatrième paragraphes de l'article 54 el le premier paragraphe de l'article 55 de la loi du 21 mars 1905 sont modifiés par les dispositions suivantes : « Les rengagements sont renouvelables jusqu'à une durée totale de quinze années de service pour les sous-officiers ou anciens sous-officiers de l'armée métropolitaine, pour les capo­ raux, brigadiers ou soldais de cette armée, occupant certains emplois désignés par le ministre de la guerre, pour les militaires de tous grades de l'armée coloniale, du régiment de sapeurspompiers de Paris, et do certains corps de l'armée métropoli­ taine d'Afrique désignés par le ministre. « De dix années pour.les brigadiers et soldats dans les régi­ ments de cavalerie et les batteries des divisions de cavalerie : « Et de cinq années pour les brigadiers, caporaux et soldats des autres troupes métropolitaines. « Dans les limites indiquées ci-dessus, les militaires de toutes armes et de tous grades peuvent contracter des rengagements de six mois, un an, dix-huit mois, deux, trois,- quatre et cinq ans. « Peuvent être maintenus sous les drapeaux, comme renga­ gés après quinze ans de service : « 1° Les militaires de toutes armes et de tous grades, pour­ vus dans les différents corps et services de certains emplois déterminés par le ministre de la guerre; « 2° Les militaires de la gendarmerie, de la justice militaire, du régiment de sapeurs-pompiers de Paris, de la remonte, et le personnel employé dans les écoles militaires. « La durée maximum des rengagements successifs que peuvent contracter les militaires ayant plus de quinze ans de


— 462 — services est fixée à deux années ; l'âge maximum auquel ils sont rayés des cadres est de cinquante ans, à l'exception des mili­ taires occupant certains emplois sédentaires fixés par le minis­ tre de la guerre, et qui peuvent être maintenus jusqu'à soi­ xante ans. Les militaires de la gendarmerie pourront être maintenus jusqu'à l'âge de cinquante-cinq ans. » Art. 29. - L'article 58 de la loi du 21 mars 1905 est supprimé. Art. 30.- Le deuxième paragraphe de l'article 60 de ta loi du 21 mars 1905 est remplacé par la disposition suivante: « Tout militaire lié au service pour une durée supérieure à la durée légale a droit, à partir du commencement de la qua­ trième année de présence sous les drapeaux, à une haute paye journalière dont le tarifes! fixé par le ministre de la guerre pour chaque grade et pour chacune des catégories ci-après : « 1° Troupes et services de l'armée coloniale; 2° Cavalerie et artillerie des divisions de cavalerie; 3° Autres troupes et services de l'armée métropolitaine. » Art. 3 1 . — Les six premiers paragraphes de l'article 01 de la loi du 21 mars 1905, modifiée par la loi du 10 juillet 1907, sont remplacés par les dispositions suivantes : « Tout militaire des troupes métropolitaines qui contracte un engagement ou rengagement de manière à porter son ser­ vice à quatre ou cinq années a droit à une prime. «: Les militaires des troupes coloniales cl de certains corps métropolitains d'Afrique désignés par le ministre de la guerre, y compris ceux ayant contracté un engagement dans les con­ ditions prévues au deuxième alinéa de l'article 51 de la loi du 21 mars 1905, ont droit à une prime à partir du commence­ ment de leur quatrième année de service jusqu'à la dixième inclusivement. « Le taux de la prime varie suivant le temps que l'engagé ou le rengagé s'engage à passer sous les drapeaux et suivant le corps où il s'engage â servir. « Conformément mrx règles qui seront fixées par décret, la prime peut n'être acquise à l'engagé ou au rengagé qu'au mo­ ment de sa libération, ou bien lui être payée en partie le jour de la signature de son engagement ou de son l'engagement. « Le reliquat lui en est alors payé soit par annuités égaies soit en un seul versement au morne»! où il quitte le service, La


— 463 — partie de la prime constituant le dernier versement est, aug­ mentée de l'intérêt simple à 2 fr. 50 p. 100. <( Le mini, tre de la guerre tait connaître annuellement, à la date du Ifj janvier, ¡es I aríí'sdes primes des sous-ofilciers, capo­ raux, brigad ers et soldats dans les différents corps»» Art. 32. - L'article 64de ta loi du 21 mars 1005 est mo­ difié comme soi! : « Les militaires ayant accompli au moins quatre aimées de service ou une période de séjour aux colonies sont dispensés de la première des périodes d'exercices de la réserve. « Ceux ayant accompli au moins cinq ans de services sont dispensés des deux périodes d'exercices de la réserve. » Art. 3."I. •— L'article 05, neuvième paragraphe, de la loi du 21 mars 1905, est modifié comme suit: « Les sous-officiers de toutes armes qui, après avoir servi cinq ans au moins au delà de la durée légale, seraient réformés avant d'avoir acquis des droits à la pension proportionnelle, toucheront, pendant un temps égal à la moitié de la durée de leurs services effectifs, une solde de réforme égale au montan t de la pension proportionnelle de leur grade. » Ce même article est complété par les paragraphes suivants : « La pension civile ou le secours concédés à la veuve ou aux orphelins d'un fonctionnaire ou employé civil d'une admi­ nistration publique ou de toute autre administration où des emplois sont réservés aux anciens militaires, décédé titulaire d'une pension proportionnelle au titre militaire, seront dé­ comptés sur la totalité des services tant militaires que civils du mari ou du père. Chaque année de service militaire sera décomptée à raison de un vingt-cinquième de la pension ou du secours auquel cette veuve ou ces orphelins auraient eu droit si le mari ou le père avait accompli vingt-cinq années de ser­ vices militaires. « Il sera procédé, dans des conditions analogues, par une loi spéciale, à l'attribution de pensions ou de secours à la veuve ou aux orphelins des anciens militaires titulaires d'une pension- proportionnelle, mais n'étant pas pourvus d'un em­ ploi de l'Etat. » Art. 34. — Le deuxième paragraphe de l'article 69 de la loi du 21 mars 1905, modifié par la loi du 10 juillet 1907, est remplacé par les dispositions suivantes :


— 464 — « Les emplois désignés au tableau F également annexé à la présente loi sont réservés, dans les mêmes conditions,, aux sous-officiers, brigadiers et caporaux de toutes armes qui o n t accompli au moins quatre ans de service, et aux simples sol­ dats ayant accompli au moins cinq ans de service dans la ca­ valerie ou l'artillerie des divisions de cavalerie. Un certain nombre des emplois de ce dernier tableau sont réservés aux militaires de tous grades de l'armée coloniale ayant quinze années de service, dont dix au moins dans l'armée coloniale, et aux militaires de tous grades de certaines unités métropo­ litaines d'Afrique désignées par le ministre, ayant accompli quinze années de service dont dix au inoins dans des corps; ces militaires ont également droit a u x autres emplois du mémo tableau. » Les quatrième et cinquième paragraphes de l'article 69 de la loi du 21 mars 1905 sont supprimés. Art. 8 5 . — Les emplois de facteurs adultes des télégraphes, à Paris et dans les départements, sont réservés en totalité aux jeunes facteurs arrivés à leur majorité, pour permettre leur titularisât!* ai. 25 p . 100 des emplois d e facteurs à P a r i s et de facteurs de ville d a n s les départements sont l a i s s é s à la disposition de l'ad­ ministration pour assurer l'avancement du personnel local, ru­ ral et suburbain et la réintégration des jeunes facteurs des télé­ graphes. 25 p . 100 des emplois de facteurs locaux et ruraux sont ré­ servés aux facteurs auxiliaires remplissant les conditions qui seront déterminées par l'administration et aux candidats civils appartenant de préférence à des familles nombreuses et réunis­ sant les conditions réglementaires. Le tableau G annexé à la loi du 21 mars 1905 e s t en outre modifié comme suit : A dministration

centrale.

Personnel subalterne permanent (autre que les gardiens de b u r e a u ) , 75 p . 100. Art. 3 6 . primé.

- L'article 71 de la loi du 21 mars 1905 est sup­

Art. 3 7 . L'article 77 de la loi du 21 mars 1905 est com­ plété par le paragraphe suivant:


— 465 — « Les militaires libérés a p r è s quinze ans de services dans les Corps métropolitains d'Afrique désignés p a r le ministre de la guerre a u r o n t droit aux m ê m e s avantages que les militaires des t r o u p e s coloniales en ce qui c o n c e r n e les emplois réservés visés au deuxième p a r a g r a p h e de l'article 0 9 de loi du 21 m a r s 1905 ri les concessions visées p a r le présent article. » A r t . .18. — Le q u a t r i è m e p a r a g r a p h e de l'article 9 0 de la loi du 21 m a r s 1905 est remolacé par la disposition s u i v a n t e : « En cas de mobilisation générale, les h o m m e s valides qui ont terminé leurs vingt-huit ans de services sont incorporés avec la réserve de l'armée territoriale, sans cependant pouvoir être appelés à servir h o r s du territoire de la colonie où ils résident. » Art. 3 9 . — L'article 9 4 de la loi du 21 m a r s 1 9 0 5 est c o m ­ plété par la disposition suivante : « Une loi, qui devra être promulguée d a n s un délai m a x i ­ m u m d'un a n après la promulgation de la présente loi, déter­ minera, le n o m b r e supplémentaire des médailles militaires à mettre à la disposition du ministre de la guerre et la répartition des médailles militaires entre les divers corps et a r m e s . » Art. 4 0 . — Sont s u p p r i m é s du tableau E les emplois de chef de brigade de gendarmerie et du tableau G les emplois de gendarme à pied et à cheval. 1

DISPOSITIONS

TRANSITOIRES ET PARTICULIÈRES.

Art. i l . - L a présente loi n'est pas applicable a u x appelés appartenant aux c l a s s e s d e 1910, 1911 et 1912, qui d e m e u r e n t régies p a r la loi du 21 m a r s 1905. Toutefois, les dispositions de l'article IS relatives à la n o u ­ velle d u r é e du service d a n s les réserves seront appliquées aux h o m m e s de toutes les classes, appelés ou recensés en vertu des lois a n t é r i e u r e s , libérés ou n o n du service militaire actif, à l'ex­ ception des h o m m e s actuellement dégagés par leur âge de toute obligation militaire. Les j e u n e s g e n s , qui, au moment de la p r o m u l g a t i o n de la présente loi, servent c o m m e engagés spéciaux p a r devancement d'appel, d e m e u r e n t régis, quelle que soit leur classe de recrute­ ment, p a r les c l a u s e s d e l'engagement qu'ils o u i souscrit p a r application d e l'article 50 d e la loi du 21 mars 1905. A p a r t i r de la promulgation de la présente loi et seulement j u s q u ' a u j o u r de l'incorporation de la classe de 1 9 1 2 , les jeunes


— 466 — gens de cette classe, engagés pour trois ans depuis le1erjanvier 1913, serons, sur leur d e m a n d e , assimilés, a u point de v u e de la date de leur libération, aux hommes de la classe à laquelle ils appartiennent. Ils perdront de ce fait tout droit aux primes et liantes payes. Ceux qui ne réclameront pas le bénéfice de cette mesure a u ­ r o n t droit à une haute p a y e à partir de la troisième a n n é e de

service et une prime de libération de trois cents francs. Les dispositions nouvelles relatives a u x engagements et ren­ gagements entreront immédiatement en vigueur. L e s m i l i t a i r e s q u i servent en qualité do rommissionnés conserveront celte situation jusqu'à leur libération, à moins qu'ils n e demandent eux-mêmes à continuer à servir comme rengagés. Sont et demeurent en vigueur les dispositions de la loi d u 21 mars 1905 qui ne s o n t p a s contraires à la présente l o i . Des décrets détermineront les mesures d'exécution de la présente loi. Art. 4 2 . — La disposition du septième paragraphe de l'ar­ ticle 13 de' la présente loi relatif au concours d'admission à l'école spéciale militaire ou à l'école polytechnique ne sera appli­ cable que cinq ans après la promulgation de la présente loi. .\el. 18. P a r mesure transitoire, un s u r s i s d'office est ac­ cordé aux jeunes gens de la classe de 191:! qui n'auront p a s répondu à l'appel de leur classe, lorsque ces jeunes gens seront domiciliés à l'étranger. Art. M . — Sont autorisés, du 15 août au 15 novembre 1918, dans les limites fixées par le ministre : 1° Les devancements d'appel pour les jeunes gens de dixhuit, dix-neuf, vingt ans: par mesure transitoire exceptionnelle, seront admis les devancements d'appel des jeunes gens de dixhuit ans non pourvus du certificat d'aptitude militaire; 2° Les rengagements des hommes libérables de toutes armes: rengagement d'un an, avec haute paye de 1 fr. par jour et prime de libération de 500fr. ; rengagements de deux ans, avec haute paye de 1 fr. et prime de libération de 1,100 fr. ; 3° Dans les mêmes conditions de durée, de haute paye et de prime — mais la prime étant payée au jour du rengagement — le rengagement des soldats ayant accompli leur service militaire et obtenu, à leur libération, le certificat de bonne conduite,


— 467 — n'ayant encouru aucune condamnation et ne dépassant pas vingtsix ans au 31 décembre de l'année de leur engagement. Art. 45. Les casernes n o u v e l l e s et l e s casernes anciennes, après achèvement de l e u r s travaux d'aménagement et de répa­ rations, ne pourront être utilisées qu'après avoir été reçues et déclarées en état de salubrité nécessaire et suffisant par le service de s a n t é .

Art. 46. Les Français ou naturalisés Français n é s à l'étran­ ger hors d'Europe ou des pays limitrophes de la Méditerranée et y r é s i d a n t peuvent être a d m i s à bénéficier d e s d i s p o s i t i o n s c o n ­ c e r n a n t les Français r é s i d a n t d a n s les colonies ou pays dejprotèctoral visés à Particle 90 de la loi du 21 m a r s 1905.

Us accomplissent, dans ce cas. leur s e r v i c e militaire d a n s une d e s c o l o n i e s l e s [ d u s voisines, s u i v a n t la répartition arrêtée patdécret rendu Surla p r o p o s i t i o n d e s m i n i s t r e s d e la guerre el d e s affaires étrangères, s o n s réserve d e s dispositions contenues au troisième alinéa de l'article 90 p r é c i t é . Ces dispositions s o n t é g a l e u i e n i a p p l i c a b l e s aux Français o u n a t u r a l i s é s Français qui se s o n t é t a b l i s à l'étranger hors d'Eu­ r o p e ou des p a y s limitrophes de la M é d i t e r r a n é e a v a n t l'âge de dix-huit a n s o u q u i s'y s o n t é t a b l i s après cet âge, s'ils n'onl p u , pour c a u s e d'inaptitude physique, c o n t r a c t e r l'engagement

p r é v u à l'article 25 de la présente loi. L e s j e u n e s gens visés au présenl a r t i c l e d o i v e n t , en c a s de mobilisation, r e j o i n d r e d a n s le p l u s bref délai l e u r corps d'affectation. S'ils r e v e n a i e n t e n France a v a n t l e u r passage d a n s f a r i n é e territoriale, ils d e v r a i e n t a c c o m p l i r ou compléter dans un corps de la m é t r o p o l e le temps de s e r v i c e dans l ' a n n é e active prescrit par l'article 18, s a n s t o u t e f o i s p o u v o i r être r e t e n u s s o u s l e s drapeaux a u delà de la d a t e où leur c l a s s e d'Origine p a s s e d a n s l'armée territoriale. P e n d a n t l e s p é r i o d e s de r é s i d e n c e obligatoire à l ' é t r a n g e r p r é v u e s p a r les dispositions du présenl a r t i c l e , les i n t é r e s s e s s o n t a d m i s à faire e n F r a n c e , chaque a n n é e . îles s é j o u r s d e t r o i s mois.

i7. Dans le délai de six m o i s , à partir de la p r o m u l ­ de la p r é s e n t e loi, le Gouvernemenl présentera un p r o j e t de loi réglant l e s c o n d i t i o n s de recrutement des indigènes en Algérie, a u x colonies et dans les pays de protectorat. Art. gation

33


— 468 — Art. 48. II est ajoute à l'avant-dernier paragraphe de l'article 28 de la loi du 21 mars 1905 la d i s p o s i t i o n suivante: « Il en est de même de Ions actes, de quelque nature qu'ils soient, faits pour l'execution de l'article 22. » Art. 49. Pendant la durée de leur service d a n s l'armée active, ne sont pas assujettis a l'impôt p e r s o n n e l et mobilier les h o m m e s de troupe maries dont la cote ne depasse p a s 10 fr. en

principal.

Art. 50. L'article 12 de la présente loi est applicable a u x réservistes, aux territoriaux el l e u r famille pendant l'accomp l i s s e m e n l de l e u r s periodes d'instruction.

Toute d i s p o s i t i o n contraire e s t abrogée. La p r é s e n t e loi, délibérée el adoptee par le Sénat el par la C h a m b r e des deputes, s e r a exécutée comme loi de l'Etat. Fait à P a r i s , le 7

août

1913. It.

POINGARÉ.

Par le President de la République: Le ministre

de la g u e r r e .

Erg. Étienne.

Таbleau.


— 469 — TABLEAU ANNEXE,

E f f e c t i f s minima

des unités

INFANTERIE Compagnie

DÉSIGNATION,

zouave de

France.

1

Unités a effectif n o r m a l

140

Unités à effectif renforcé

200

armes. ARTILLERIE

CAVALERIE Batterie m o n t é e

Compagnie

d'infanterie e t de

des différentes

Regiment

et

chasseurs à pieds.

de cavalerie.

d'artillerie l o u r d e .

2

3

4

de

740

110

Batterie à

Batterie

cheval, de

Batterie à pied.

montagne.

6

5

120

140

175

160

200 GÉNIE

Compagnie

Compagnie

Compagnie

Compagnie

de

de

de

de radiotélégra­

sapeurs m i n e u r s .

télégraphistes.

chemins de fer,

phistes.

10

11

200

220

DÉSIGNATION.

8 Unités à effectif normal

9

140 140

Unités à effectif renforcé

200

Compagnie de sapeurs conducteurs.

d'aéronautique.

Détachement de projecteurs

12

13

• 14

Compagnie

130 fort. 90 faible.

150

Vu pour être annexé à la loi du 7 août 1913, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des députés. Par le Président de la République : Le Ministre

de la

guerre,

EuG. ÉTIENNE,

Le Président de la française, R.

République

POINCARÉ.

50


— 471 — N° 3 4 2 . — ARRÉTÉ partant promulgation de la loi du 5 août 1913, modifiant le régime douanier des produits d'origine coloniale, (27 septembre 1913. ) Le Gouverneur p. i. de la Guyane

française,

Vu l'article 63 de l'ordonnance organique du 27 août 1828 ; Vu le décret du 29 novembre 1892, portant application h la Guyane de la loi du 11 janvier 1892, sur le tarif métropolitain des douanes ; Vu la circulaire ministérielle du 13 septembre 1895. fixant le mode d'application aux colonies des lois modifiant le tarif général des douanes ; Vu la loi du 2 9 mars 1910. modifiant et complétant la loi du 11 janvier 1892 ; Sur la proposition concertée du Secrétaire général et du Chef du service des Douanes p. i., ARRÊTE : e r

Article I . exécutée en sa fiant le régime par le tableau

— Est promulguée à la Guyane, pour y être l'orme et teneur, la loi du 5 août 1913, modidouanier des produits d'origine coloniale, établi E annexé à la loi du 11 janvier 1892.

Art. 2 . — Le Secrétaire général et le Chel du service des Douanes sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera, avec le texte promulgué, publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 27 septembre 1913. DIDELOT. Par le Gouverneur: Le Sécrétaire général p. i.,

Le Chef du service des Douanes p.

BOUYGUES.

DEBUC.

LOI

i..

relative à l'établissement

du régime douanier

colonial.

Le Sécal et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Article unique.

A partir du 1

e r

janvier 1914, le régime


-

472

d o u a n i e r des p r o d u i t s d ' o r i g i n e c o l o n i a l e , établi par le tableau E a n n e x é à la loi du 11 j a n v i e r 1 8 9 2 , se a modifié c o m m e suit :

P r o d u i t s d'origine c o l o n i a l e ( I ) : S u c r e s , m é l a s s e s non d e s t i n é e s à la d i s t i l l a t i o n : d r o i t s du tarif m é t r o p o l i t a i n ; S i r o p s , b o n b o n s et b i s c u i t s : d r o i t s du tarif m é t r o p o l i t a i n ; C o n f i t u r e s et fruits de tonte s o r t e c o n f i t s au sucre et nu miel : d r o i t s du tarif m é t r o p o l i t a i n ; P o i v r e s : d r o i t s du tarif de 140 francs.

minimum

métropolitain,

diminué

P r o d u i t s d ' o r i g i n e c o l o n i a l e , n o n spécifiés ci d e s s u s , e x e m p t s . L a p r é s e n t e loi, d é l i b é r é e et a d o p t é e par le S é n a t et p a r la C h a m b r e d e s d é p u t é s , s e r a e x é c u t é e c o m m e loi de l'Etat. F a i t à P a r i s , le 3 août 1 9 1 3 . R.

P O I N C A R É .

Par le Président de la République: Le ministre des

colonies,

Le ministre de l ' i n t é r i e u r ,

I. MOREL. Le

ministre des CHARLES

L.-L. K L O T Z .

finances.

Le ministre du commerce, de l'industrie, des postes et des télégraphes,

DUMONT.

\.

Le ministre

MASSE.

de l'agriculture,

CLÉMENTEL.

NOMINATIONS,

MUTATION,

CONGÉS,

ETC.

N° 3 4 3 . - P a r d é c i s i o n du 8 s e p t e m b r e 1 9 1 3 , M. T r o u d a r t , c o m m i s a u x é c r i t u r e s du P o r t , a s s u r e r a p r o v i s o i r e m e n t et c u m u l a t i v e m e n t a v e c son s e r v i c e c e l u i de c o m m i s de l'Inscription maritime. Il a u r a droit, à ce cinquante francs.

titre, à une indemnité mensuelle

de

(1) Les produits des c o l o n i e s et possessions françaises ne sont a d m i s a u régime de faveur qu'à la condition de l'importation directe et sur production des justifications d'origine réglementaires.


- 473 N° 344 — P a r décision du G o u v e r n e u r en date du 12 s e p t e m b r e 1913, u n e s u s p e n s i o n de f o n c t i o n s d e six mois a été infligée a M. Côcoville ( F é l i x ) , g a r d e rural à Rémire, p o u r des s c è n e s de d é s o r d r e provoquées par lui à bord du vapeur Mana, le 29 m a r s 1913

N° 3 4 5 . — Par a r r ê t é du G o u v e r n e u r en date du 2 3 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . pris s u r la proposition du P r o c u r e u r g é n é r a l , chef du service j u d i c i a i r e . M. Polus ( P a u l i n u s ) , p r e m i e r c o m m i s - g r e f f i e r du T r i b u n a l de p r e m i è r e i n s t a n c e de Gayenne, est p r o v i s o i r e m e n t n o m m é greffier de la J u s t i c e de paix à Gayenne, en r e m p l a c e m e n t de M. Daniel ( H e n r y ) , d é c é d é , N° 3 4 6 . Par a r r ê t é du G o u v e r n e u r en date du 2 3 s e p t e m b r e 1913, pris en Conseil privé, s u r la proposition du P r o c u r e u r g é n é r a l , chef du service j u d i c i a i r e . M. B a r t h é l e m i ( L o u i s - F r a n ç o i s - X a v i e r ) , ancien clerc d ' h u i s s i e r , a été n o m mé h u i s s i e r p r è s la Cour d'appel et les T r i b u n a u x de la colonie, en r e m p l a c e m e n t de Me Louville ( J o s e p h ) , d é m i s s i o n naire. N° 347. — Par décision du G o u v e r n e u r du 2 5 s e p t e m b r e 1 9 1 3 . un congé de c o n v a l e s c e n c e de six m o i s , à p a s s e r en F r a n c e , a été a c c o r d é à Mme G a s q u e t , d a c t y l o g r a p h e au S e c r é tariat g é n é r a l . Cette employée est a u t o r i s é e c o u r r i e r du 2 8 s e p t e m b r e 1 9 1 3 .

à prendre

passage

sur

le

N° 3 4 8 . — Par décision du G o u v e r n e u r du 29 s e p t e m b r e 1 9 1 3 , un congé p o u r affaires personnelles de douze mois, faisant suite à un congé administratif de six mois, est a c c o r d é , d a n s les conditions de l'article 32 du décret du 2 m a r s 1910 à M. Le Blond ( E m i l e ) , c o m m i s de l classe du Secrétariat g é néral. r e

N° 3 4 9 . — P a r décision du G o u v e r n e u r en date du 2 9 s e p t e m b r e 1 9 1 3 , M. Clairis ( J e a n ) , g a r d e rural de 2 classe â Macouria, est appelé à c o n t i n u e r ses services à Rémire ( p o s t e de Montjoly), en r e m p l a c e m e n t n u m é r i q u e de M. Côcoville, garde rural de 3e classe, s u s p e n d u de ses fonctions. e


CERTIFIÉ CONFORME :

Le Secrétaire-archiviste, Signé:

Em

GUERLAIN.

CAYENNE — I m p r i m e r i e

du

Gouvernement.


BULLETIN

OFFICIEL

DE LA

G U Y A N E

F R A N Ç A I S E

N° 10.

OCTOBRE 1943,

SOMMAIRE. Pages.

N° 330. — Circulaire ministérielle du 7 octobre 1913 relative à l'hospitalisation des fonctionnaires en congé. — Hôpitaux et sanatoria 477 V 351. — Circulaire ministérielle du 13 octobre 1913 autorisant les officiers de réserve des troupes coloniales à accomplir aux colonies des stages volontaires avec solde d'une durée de deux ans 481 N° 332. — Arrêté du 1er octobre 1913 portant déchéance du permis d'exploitation forestière accordé à la Compagnie des Mines d'or du Maroni pour cause de renonciation. 482 N° 333. — Arrêté du 1er octobre 1913 rendant exécutoire un rôle supplémentaire de contributions directes et assimilées pour 1913 4X3 N° 334. — Arrêté du 4 octobre 1913. — Promulgation du décret du 11 août 1913, fixant la nomenclature et le maxim u m des dépenses obligatoires. — Rapport 484 Décret du 44 août 4943 fixant la nomenclature et le maximum des dépenses obligatoires iSO N° 335. — Décision du 4 octobre 4943 portant renouvellement du mandat des membres de la Chambre d'agriculture.... 486 N° 356. — Arrêté du 4 octobre 4913 relatif aux opérations du conseil de révision et a la visite médicale des jeunes gens au lieu de leur résidence.. , , 487

34


-

476 — Pages

N° 357. — Arrêté du 4 octobre 1913 relatif a la visite médicale des jeunes gens inscrits sur les tableaux de recensement .. 488 N° 338. — Arrêté du 8 octobre 1913 promulguant dans la colonie le décret du 8 juillet 1913, déclarant exécutoires dans les colonies françaises autres que l'Algérie, le Maroc et la Tunisie la loi du 17 avril 1907 ainsi que divers actes concernant la navigation maritime (Bulletin supplémentaire n° 10)

"

Circulaire ministérielle du 31 juillet 1913. — Application de la loi du 17 avril 1907, dans les colonies françaises, aux navires ayant leur port d'attache en France. — Constitution des commissions de visite des navires de commerce. — Rapport ( Bulletin supplémentaire n° 10)

"

Décret du 8 juillet 1913 déclarant exécutoires dans les colonies françaises autres que l'Algérie, le Maroc et la Tunisie la loi du 17 avril 1907, ainsi que divers actes concernant la navigation maritime ( Bulletin supplémentaire n° 10)

"

Décret du 8 juillet 1913 désignant les ports des colonies françaises et pays de protectorat où peuvent s'effectuer les visites des navires prévues à l'article 15 de la loi du 17 avril 1907 (Bulletin supplémentaire n° 40).

n

N° 359. — Arrêté du 8 octobre 4913 admettant M Galliot (HenryJoseph-udgar ) à faire valoir ses droits à une pension de retraite 490 V 360. — Arrêté du 9 octobre 1913 portant concession d'une pension a M. Galliot (Uenry-Josepli-Edgar) 494 N° 3G4. — Arrêté du 9 octobre 4913 portant institution du comité consultatif des Mines 492 N° 3S2. — Décision du 13 octobre 4943 rapportant celle du 48 janvier 4898, disposant qu'il ne sera phis accordé, jusqu'à nouvel ordre, de concession d'eau sur-le parcours des conduites d'amenée des eaux de RorotaRémire.. , 493 N» 363. — Décision du 48 octobre 4913 portant mutations dans le personnel de l'Enseignement primaire 494 N° 364. — Arrêté du 27 octobre 4913 fixant le programme du concours a l'emploi de commis des Travaux publics et dos Mines 495 N° 365- — Arrêté du 30 octobre 4943 ouvrant un concours à Cayenne en vue de l'admission à l'emploi de commis de'3e classe du Secrétariat gênerai 499 N° 366. — Arrêté du 31 octobre 4 94 3 fixant le programme des examens de capitaine au grand cabotage 500


— 477 —

Pages.

N° 367. — Arrêté du 31 octobre 1913 fixant les conditions exigées pour la conduite des narires armés au grand cabotage 316 N° 308. — Arrêté du 31 octobre 49,(3. — Révision des listes électorales pour l'année 1914 ."HS N«« 369 à 396- — Nominations, mutations, congés, etc 32)

N° 3 5 0 . pitalisation sanatoria.

— CIRCULAIRE des fonctionnaires

MINISTERIELLE en congé. —

relative a l'hosHôpitauX et

Paris, le 7 octobre 1913.

( S e r v i c e du P e r s o n n e l . — 1 LE

E R

Bureau).

MINISTRE DES C O L O N I E S à Messieurs les Gouverneurs généraux de l'Indo-Chine, de l'Afrique occidentale française, les Gouverneurs des colonies et l'Administrateur de Saint-Pierre et Miquelon.

La Commission spéciale constituée au Ministère des colonies sous la P r é s i d e n c e de M. l'Inspecteur général du Service de santé Grall, P r é s i d e n t du Conseil s u p é r i e u r de santé des colonies, en vue de r e c h e r c h e r les moyens d'améliorer la condition d e s fonctionnaires coloniaux eu congé en F r a n c e , et en p a r t i culier du petit p e r s o n n e l , a constaté la nécessité qu'il y avait, étant donnée l'insuffisance actuelle des a m é n a g e m e n t s réservés aux coloniaux m a l a d e s dans la Métropole, de f o n d e r a l'usage d e s i n t é r e s s é s , suivant q u ' i l s seront sous le coup d ' u n e affectation grave ou qu'ils a u r o n t besoin d'une cure de convalescence d e s g r o u p e s d'hospitalisation et des sanatoria s p é c i a u x . J'appelle toute votre bienveillante attention sur les conclusions de cette Commission exposées ci-dessous et auxquelles je m e ralie e n t i è r e m e n t .

I. — H o s p i t a l i s a t i o n . L ' h ô p i t a l militaire de Marseille n e suffit.pas aux exigences du service colonial. Les évacuations de plus en plus n o m b r e u s e s du Maroc, el l'augmentation des effectifs coloniaux d e la garnison en lotit un établissement presque exclusivement occupé par l'élément militaire. C'est d a n s cet o r d r e d'idées que la 'Commission a envisagé la création, d a n s celle ville, d'un hôpital colonial semblable aux établissements du service général aux colonies ( c e l t e proposition a reçu l'approbation de mon prédécesseur le 2 7 janvier d e r n i e r ) . L ' h ô p i t a l c ' o n t il s'agit construit s u r un emplacement concédé


-

478

par la Municipalité, le Département. ou l'Etat aurait pour objet d e recevoir les malades de toutes catégories provenant soit d e s colonies, (fonctionnaires coloniaux et leurs f a m i l l e s ) , soit des garnisons coloniales voisines et é v e n t u e l l e m e n t , les m a r i n s de c o m m e r c e dont l'armement demanderait l ' a d m i s sion. Il constituerait un centre d'hospitalisation et d ' i n s t r u c t i o n pour le p e r s o n n e l médical, analogue à ceux qui existent d a n s les g r a n d s ports d'Allemagne et d ' A n g l e t e r r e et serait le complément de l'école d'application. La gestion et l'administration de cet é t a b l i s s e m e n t relèverait du Ministre de la g u e r r e et les malades de tout o r d r e , exception faite des militaires des T r o u p e s coloniales y seraient admis a la charge de r e m b o u r s e m e n t , dans les formes o r d i naires. Le D é p a r t e m e n t de la g u e r r e a d e m a n d é , avant de d o n n e r une adhésion de principe au projet p r é s e n t é , à être éclairé s u r divers points t e c h n i q u e s , mais n o t a m m e n t s u r le n o m b r e de lits qui devaient être attribués aux malades c o l o niaux et sur l'importance de la participation b u d g é t a i r e des colonies aux frais de p r e m i è r e installation et d ' e n t r e t i e n de l'hôpital a créer dans ces conditions. Dans le m ê m e ordre d'idées, les- pourparlers e n t a m é s avec l'Administration préfectorale de l'Isère a u sujet de l ' a d m i s sion des fonctionnaires coloniaux et de leurs familles à l'iiopilal-hospice-Sa-kit L a u r e n t - d u - P o n t ont abouti à des offres fermes de la Commission administrative de cet é t a b l i s s e m e n t , qui se déclare toute disposée à passer un traité à cet effet, avec l'administration des colonies. Les frais de la journée d'hospitalisation seraient fixés à : tJ IV. 7 5 pour la 1

r c

classe

) a

v

e

c

5 fr. 7o p o u r la r c l a s s e . j chambre o IV. pour la 3 classe, un dortoir La c h a m b r e figure pour un franc d a n s ces tarifs, qui pourraient varier avec le r é g i m e . p r e s c r i t . La Commission administrative estime toutefois qu'il conviendrait de prévoir un m i n i m u m d'hospitalisation, en r a i s o n des d é p e n s e s p e r m a n e n t e s résultant de la combinaison n o u velle. L e dortoir c o m p r e n d une soixantaine de lits, les malades peuvent être a d m i s a l'établissement p e n d a n t toute l ' a n n é e . De m ê m e q u e pour l'hôpital projeté a Marseille, l e s frais d'hospitalisation ainsi calculés, seraient mis à la charge des e


-

479

-

budgets généraux ou locaux au compte duquel les fonctionnaires sont entretenus et, ceux-ci subiraient les retenues d'hôpital d'après le taux fixé pour leur grade par les règlements sur la s o l l e . Il vous signale que la station de Saint-Laurent du Pont est classée parmi les stations climatériques et que son hôpitalhospice bénéficie, en vertu de la loi du 2 avril 4913, d'une dotation de 300,000 francs destinés a pourvoir à son entretien. II. — Sanatoria. Un seul établissement de l'espèce est actuellement ouvert régulièrement aux fonctionnaires coloniaux et aux membres de leur famille, c'est celui du Mont-des-Oiseaux, qui a lait l'objet de la circulaire du 7 novembre 1911. Mais, le personnel ayant une assimilation intérieure à la 3 catégorie, ne peut y trouver place. D'autre part, le nombre des admissions y est limité. Pour remédier à celle insulïisance et à la suite de d e mandes faites auprès dés autorités compétentes, j ' a i l'intention, conformément aux propositions formulées par la commission, de provoquer le classement de certaines stalions climatériques, au nombre de celles sur lesquelles le personnel colonial pourrait être dirigé en bénéficiant des avantages prévus par l'article 12, positions 5 et 6 du décret du 3 juillet 1897. Les stations que j'ai actuellement en vue sont les suivantes: e

1° La station de montagne de la Grande Chartreuse ; 2° Le pavillon « La F e r m e » de l'établissement Salvator de Marseille. Les fonctionnaires coloniaux convalescents d'affections endémiques pourraient être envoyés, sur avis du Conseil supérieur de sanlé à la Grande Chartreuse. La durée de la cure serait lixée à un mois pendant lequel les intéressés auraient droit à l'indemnité de séjour afférente a leur catégorie. En cas de besoin, ils pourraient être hospitalisés à Saint Julien du Pont. Le pavilion dit « La Ferme », situé dans l'établissement de convalescence dénommé « Salvator », à trois quarts d'heure du centre de Marseille, est construit au milieu d'un vaste parc. Il contient un assez grand nombre de piècfes pouvant recevoir jusqu'à concurrence de 30 à 40 lits, des personnes seules ou des ménages avec ou sans enlants. Ce pjvillen serait aménagé en vue de recevoir les fonctionnaires coloniaux et leurs familles, en vertu d'une convention consentie par l'administra-


— 480 — tion préfectorale et passée avec la commission des h o s p i c e s , m o y e n n a n t un prix approximatif fixé à 5 francs la j o u r n é e d'hospitalisation. Comme à Marseille et h S a i n t - L a u r e n t du Pont, l'agent hospitalisé subirait sur sa solde la r e t e n u e d'usage, les colonies payent la différence entre cette r e t e n u e et le prix payé à la c o m m i s s i o n des hospices.

III. — A d m i s s i o n des familles dans l e s différents établissements susvisés. Un point s u r lequel la commission a vivement insisté, et dont l'importance n ' é c h a p p e r a pas à votre bienveillance a t tention, c'est la nécessité de ne pas se séparer d a n s les établissements hospitaliers sus-indiqués les familles de leur chef et d ' é t e n d r e à ces d e r n i e r s le bénéfice de l'hospitalisation d a n s d e s conditions analogues à celles accordées a l e u r s c h e f s , c'est-à-dire avec perception d'un tarif réduit d é j o u r n é e s d ' h o s pitalisation, le supplément étant r e m b o u r s é par le budget local de la colonie à laquelle appartient le chef dè famille et attribution à ces familles, d e s fiais de chemin de fer aller et r e t o u r , dans les formes ordinaires. Je vous serai particulièrement obligé de faire e x a m i n e r celte question avec la pins grande bienveillance et de me faire c o n n a î t r e votre appréciation sur les différents points soulevés, ainsi que s u r l'importance approximative des c h a r g e s q u e l'adoption de chacune des m e s u r e s préconisées serait d e n a t u r e à entraîner. Dans les colonies à Conseil g é n é r a l , il sera nécessaire de m ' i n d i q u e r e n m'a dressant votre réponse, si cette A s s e m b l é e se m o n t r e favorable auxdites m e s u r e s . En ce qui concerne le projet de création à Marseille d ' u n hôpital colonial, vous voudrez bien me r e n d r e compte des c o n ditions d a n s lesquelles la colonie sera disposée à contribuer, aux d é p e n s e s à prévoir pour en a s s u r e r la réalisation et de l'importance qu'elle pourra donner à cette contribution. J'attache le plus grand prix à recevoir ces r e n s e i g n e i m n i s sous le présent timbre, le plus rapidement possible de m a n i è r e a me p e r m e t t r e de poursuivre les p o u r p a r l e r s engagés tant avec l'administration de la g u e r r e qu'avec le d é p a r t e m e n t de l ' I s è r e , la c o m m i s s i o n des hospices de Saint-Laurent du P o n t


481 —

et l ' é t a b l i s s e m e n t S a l v a t o r de Marseille, en v u e d e d é t e r m i n e r l e s c o n d i t i o n s d ' o r g a n i s a t i o n et de f o n c t i o n n e m e n t d e s différ e n t e s formations s a n i t a i r e s faisant l'objet d e la p r é s e n t e c o m m u n i c a t i o n , d o n t vous v o u d r e z bien m ' a c c u s e r réception p a r r e t o u r du c o u r r i e r . J.-B.

MOREL.

N ° 3 5 1 . — CIRCULAIRE MINISTÉRIELLE autorisant les officiers de réserve des Troupes coloniales à accomplir aux colonies des stages volontaires avec solde d'une durée minimum de deux ans. Paris, le 13 octobre 1913. L e s officiers d e r é s e r v e des T r o u p e s c o l o n i a l e s d e s c a t é g o r i e s suivantes : l i e u t e n a n t s et s o u s l i e u t e n a n t s d ' I n f a n t e r i e et d'Artillerie ; m é d e c i n s - m a j o r s d e 2 c l a s s e et m é d e c i n s a i d e majors de l et 2 classes du c o r p s d e s a n t é colonial, p o u r r o n t formuler d e s d e m a n d e s en vue d ' ê t r e a u t o r i s é s a a c c o m p l i r aux colonies d e s stages v o l o n t a i r e s avec solde d ' u n e d u r é e m i n i m u m de d e u x a n s . e

r e

e

L e s i n t é s e s s é s d e v r o n t p r é s e n t e r les a p t i t u d e s p h y s i q u e s n é c e s s a i r e s et s ' e n g a g e r à a c c o m p l i r , d a n s u n c o r p s d e t r o u p e ou service d e la colonie pour l a q u e l l e ils s e r o n t d é s i g n é e s , u n s t a g e d'au m o i n s deux a n s , à d a t e r d u j o u r en d é b a r q u e m e n t d a n s la colonie, h o r s le cas de maladie d û m e n t c o n s t a t é e . Ils a u r o n t droit aux m ê m e s i n d e m n i t é s de d é p a r t colonial et allocations de solde q u e les officiers d e s g r a d e s c o r r e s p o n d a n t s du c a d r e actif. L e s d e m a n d e s d e v r o n t ê t r e a d r e s s é e s , par la voie h i é r a r c h i q u e , au Ministre de la g u e r r e ( 8 direction), a p p u y é e d ' u n certificat médical délivré par un m é d e c i n militaire. e

E l l e s m e n t i o n n e r o n t par o r d r e de p r é f é r e n c e l e s d'ans l e s q u e l l e s l ' i n t é r e s s é désire servir.

colonies

Les officiers d o n t les d e m a n d e s a u r o n t été acceptées s e r o n t i n s c r i t s s u r la liste de t o u r de s e r v i c e colonial. D ' a u t r e p a r t , les officiers de r é s e r v e se t r o u v a n t déjà a u x colonies p o u r r o n t , a p r è s a u t o r i s a t i o n du Ministre de la g u e r r e , ê t r e d é s i g n é s pour a c c o m p l i r un stage d a n s la colonie de l e u r r é s i d e n c e ou dans u n e colonie voisine.


— 482 — L è s dispositions générales du décret du 3 0 d é c e m b r e 1 9 0 3 , r é g l a n t le tour de service colonial, sont applicables aux officiers d e r é s e r v e a c c o m p l i s s a n t d e s s t a g e s aux colonies ; m a i s l e s d e m a n d e s d e prolongation d e séjour prévues p a r l ' a r t i c l e 7 d e ce décrel n e p o u r r o n t cire accordées q u e par le Ministre d e la guerre, ETIENNE. N° 3 5 2 . — ARRÊTÉ partant déchéance du permis tion forestière accordé à la Compagnie française d'or du Maroni pour cause de renonciation. (

1er LE

GOUVERNEUR

d'exploitades Mines

octobre 1913. ) p . i. d e la G u y a n e

française.

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 11 août 1 8 2 8 ; Vu la d é p ê c h e m i n i s t é r i e l l e du 2 4 m a i 1 9 0 9 , n° 6 8 0 , a u t o r i s a n t l'établissement dans permis d'exploitation f o r e s t i è r e s u r le territoire p é n i t e n t i a i r e sollicités par M. G a l m o t , le 2 0 o c tobre 1908 ; Vu l ' a r r ê t é , n° 1 5 , d u 7 janvier 1 9 1 0 , portant i n s t i t u t i o n d ' u n p e r m i s d'exploitation forestière s u r q u a t r e t e r r a i n s c o n t i g u s d ' u n e superficie r e s p e c t i v e d e 400 h e c t a r e s f o r m a n t u n e s u r l a c e totale de 1,600 h e c t a r e s ; Vu l ' a r r ê t é du 6 octobre 1 9 1 0 , p o r t a n t r e n o u v e l l e m e n t d u ilit p e r m i s p o u r u n e période d e deux a n s . à c o m p t e r d u 2 1 juillet 1 9 1 0 ; Vu le transfert par AL J e a n Galmot à la C o m p a g n i e d e s Mines d ' o r du Maroni ; Vu la l e t t r e d e r e n o n c i a t i o n audit p e r m i s du r e p r é s e n t a n t de la C o m p a g n i e française d e s Mines d ' o r d u M a r o n i ; S u r la proposition concertée du D i r e c t e u r d e l ' A d m i n i s t r a tion p é n i t e n t i a i r e et d e l ' I n g é n i e u r , chet du service des Travaux publics et d e s Mines ; L « Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : , r

Article l . — La Compagnie française d e s Mines d'or d u Maroni est d é c h u e pour cause d e r e n o n c i a t i o n , d e s e s d r o i t s s u r le terrain d e 1 , 6 0 0 h e c t a r e s ; situé d a n s la c o m m u n e p é n i t e n t i a i r e d u Maroni et ayant fait l'objet du p e r m i s d ' e x p l o i t a t i o n forestière, n° 1 5 , e n d a t e d u 7 j a n v i e r 1 9 1 0 .


— 483 — A r t . 2 . — Le Directeur de l ' A d m i n i s t r a t i o n pénitentiaire et l ' I n g é n i e u r , chef du service d e s Travaux publics sont c h a r g é s , c h a c u n en ce qui le c o n c e r n e , de l'exécution du présent a r r ê t é , qui s e r a c o m m u n i q u e et e n r e g i s t r é partout où besoin s e r a , et s o u m i s à la ratification du Ministre. Cayenne, le 1

e r

octobre 1 9 1 3 . DIDELOT.

Par le G o u r e r n e t i r : Le Directeur p. i. de l'Administra tion pénitentiaire.

L'Ingènieur, chef du service des Travaux publics et des Mines. C.

J . BARRE.

N° 3 5 3 . — ARRÊTÉ

rendant

taire de contributions er

LE GOUVERNEUR

exécutoire un rôle supplémen-

directes et assimilées

(1

GAJAN.

pour

1913.

octobre l1913.)

p . i. de la Guyane française.

Vu l'article 2 2 de l'ordonnance o r g a n i q u e de 27 août 1 8 2 8 , modifiée p a r celle du 2 2 août 1 8 3 2 ; Vu le d é c r e t colonial du 11 juillet 1837, s u r l'assiette, et répartition et la perception d e s c o n t r i b u t i o n s publiques à la Guyane ; Vu le décret d u 1 avril 1 8 3 8 , qui rend a p p l i c a b l e à la Guyane la loi d u 21 avril 1810, s u r l e s mines ; Vu l'arrêté local du 2 8 mai 1860, p o r t a n t règlement s u r les p o u r s u i t e s en matière d e c o n t r i b u t i o n s directes et assimilées; Vu le décret d u 23 d é c e m b r e 1 8 7 8 , portant institution d'un Conseil général à la Guyane française; Vu le décret d u 5 a o û t 1 8 8 1 , concernant l'organisation et La c o m p é t e n c e d e s Conseils d e contentieux administratif ; Vu le décret d u 3 0 d é c e m b r e 1912, sur le service financier des colonies ; Vu l'arrêté local du 2 8 janvier 1889, r e n d a n t exécutoire la délibération d u Conseil général relative aux modifications a p p o r t é e s à la législation d e s palentes en vigueur dans la colonie ; Vu le § 3 de l'article 3S de la loi d e s linanccs du 13 avril 1900; Vu la délibération, en date d u 2,4 décembre 1912, p a r laquelle le Conseil général a fixé le tarif d e s taxes et c o n t r i b u t i o n s l o e r


— 484 — cales p o u r l'année 1913, et l'arrêté local du 2 8 d é c e m b r e 1 9 1 2 , r e n d a n t exécutoire ladite délibération ; Le Conseil privé e n t e n d u . ARRÊTE : e r

Article. 1 . — E s t r e n d u exécutoire u n rôle s u p p l é m e n t a i r e de c o n t r i b u t i o n s directes et assimilées établi, p o u r l'année 1 9 1 3 , au profit de la colonie, et se d é c o m p o s a n t c o m m e suit :

Cayenne. Impôt locatif Patentes Poids et mesures Cabotage et gabarage Centimes additionnels

47 3,606 148 26 183

f

50 64 45 66 99 f

4,013 24 Art. 2 . — Le Secrétaire gênerai est charge de l'exécution d u présent a r r ê t é , qui sera enregistré et c o m m u n i q u é p a r t o u t o ù besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. er

Cayenne, le 1

octobre 1913. DIDELOÏ.

Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général p. i.,

DEBUC.

N° 3 5 4 . — ARRÊTÉ.

— Promulgation

1913, fixant la nomenclature obligatoires.

du décret du 11

et le maximum

août

des dépenses

( 4 octobre 1913. ) L E G O U V E R N E U R p . i. d e la G u y a n e

française,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 27 a o û t 1 8 2 8 ; Vu le décret d u 11 a o û t 1 9 1 3 , fixant j u s q u ' a u 31 d é c e m b r e 1913 le m a x i m u m et la n o m e n c l a t u r e d e s d é p e n s e s obligatoires d u budget d u Service local de la G u y a n e , c o n f o r m é m e n t au tableau a n n e x é a u décret d u 2 8 d é c e m b r e 1909 ; S u r la p r o p o s i t i o n d u S e c r é t a i r e g é n é r a l , ARRÊTE :


485 —

Article ler. Est p r o m u l g u é à l a G u y a n e française, p o u r être exécuté en sa forme et teneur, le décret s u s v i s é d u 11 août 1 9 4 3 . Art. 2 . — Le présenl arrêté s e r a , avec le texte p r o m u l g u é , enregistré et c o m m u n i q u é p a r t o u t où besoin sera, i n s è r e et publié au Journal officiel et a u Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 4 o c t o b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le Gouverneur : le Secrétaire général

p. i.,

DEBUC.

RAPPORT AU

PRÉSIDENT

DE

LA

RÉPUBLIQUE

FRANÇAISE.

Paris, le 11 a o û t 1913.

Monsieur le P r é s i d e n t , Aux t e r m e s du p a r a g r a p h e 2 d e l ' a r t i c l e 3 3 d e la loi d e finances du 13 a v r i l 1900, les d é p e n s e s i n s c r i t e s aux budgets d e s c o l o n i e s p o u r v u e s de conseils g é n é r a u x sont divisées e n d é p e n s e s o b l i g a t o i r e s et e n d é p e n s e s

facultatives.

Pour les c o l o n i e s d'Amérique et p o u r la R é u n i o n , la n o m e n clature et le m a x i m u m des d é p e n s e s obligatoires sont fixés p o u r c h a q u e colonie p a r décret e n conseil d'Etat. U n décret, e n date d u 2 8 d é c e m b r e 1909, avait p o u r v u p o u r t r o i s années à c e l l e fixation, .l'ai d e m a n d é a u c o n s e i l d'Etat de p r o r o g e r j u s q u ' a u 31 d é c e m b r e 1913 les effets dudil décrel (b 2 8 d é c e m b r e 1909. La liante Assemblée a b i e n voulu a p prouver celle mesure. J'ai l ' h o n n e u r , en c o n s é q u e n c e , de s o u m e t t r e à v o t r e h a u t e sanction

les trois p r o j e t s

de décrets

ci-joints <]iii fixent j u s -

q u ' a u 31 d é c e m b r e 1913 la n o m e n c l a t u r e et le m a x i m u m des d é p e n s e s obligatoires inscrites a u x buagets d e s services l o c a u x de la G u a d e l o u p e , la Martinique, la Guyane et la Réunion, conformément a u t a b l e a u a n n e x é au d é c r e t d u 28 d é c e m b r e 1 9 0 9 .

Je v o u s prie d'agréer, Monsieur le Président, l'hommage de m o n profond r e s p e c t . Le Ministre J.

des

M0REL.

colonies,


— 486 — LE

PRÉSIDENT

DE

RÉPUBLIQUE

FRANÇAISE,

S u r le r a p p o r t du Ministre d e s colonies, Vu l'article 3 3 de la loi de finances du 13 avril 1900 ; Vu le décret d u 2 8 d é c e m b r e 1909, fixant la n o m e n c l a t u r e et le m a x i m u m d e s d é p e n s e s obligatoires à la Guyane française ; La section d e s finances, de la g u e r r e , de la m a r i n e et d e s colonies du conseil d'Etat e n t e n d u e . DÉCRÊTE :

Article ler. La n o m e n c l a t u r e et le m a x i m u m des d é p e n s e s obligatoires du budget du Service focal de la G u y a n e française sont fixés j u s q u ' a u 31 d é c e m b r e 1 9 1 3 , c o n f o r m é m e n t au tableau a n n e x é au décret susvisé du 2 8 d é c e m b r e 1909. Art. 2 . - Le Ministre d e s c o l o n i e s est chargé de l'exécution du présent décret, q u i s e r a publié a u Journal officiel de la République française et d e la colonie de la G u y a n e française, et inséré au Bulletin des lois et au Bulletin officiel du Ministére d e s c o l o n i e s . Fait à S a m p i g n y , le 11 août 1913.

R. POINCARÉ. Par le Président de la République : Le Ministre

des

colonies,

J. MOREL.

N° 355.

— DÉCISION portant renouvellement du mandat des membres de la Chambre d'agriculture. (4 octobre 1913. )

LE

GOUVERNEUR

P.

I.

de la Guyane

française,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 27 août 1828 ; Vu l'article 5 de l'arrêté local du 24 avril 1890, p o r t a n t r é o r g a n i s a t i o n de la Chambre d ' a g r i c u l t u r e de la Guyane.; Vu a décision, en d a t e du 11 m a i s 1 9 1 0 , p o r t a n t d é s i g n a tion d e s m e m b r e s de cette a s s e m b l é e , et a t t e n d u q u e l e u r m a n d a t , e s t a u j o u r d ' h u i expiré ; S u r la proposition du S e c r é t a i r e g é n é r a l , DÉCIDE :


-

487 —

e r

Article 1 . — Sont n o m m e s membres de la Chambre d ' a g r i c u l t u r e , pour u n e période de trois ans : MM. II. Rosette, MM. J. Bourquin. A. Henry, G. Millienne, E . Malhurin, F. Galliol, J. P r u d ' h o m m e . Art. 2 . — L'Assemblée n o m m e r a

G. Devez, T h . Kerbec, A. P r u d e n c e , le Vétérinaire du G o u vernement, l ' A g e n t spécial du J a r d i n d'Essais. son b u r e a u .

A r t . 3 . — Le Secrétaire général est c h a r g é de l ' e x é c u t i o n de la p r é s e n t e décision, qui sera e n r e g i s t r é e et c o m m u n i q u é e partout où besoin sera, et qui aura son effet a c o m p t e r du 12 mars 1913. Cavenne, le i octobre 1 9 1 3 .

. DIDELOT,

Par le Gouverneur : Le Secrétaire général p.DEBUG.

N° 3 5 6 . - A R R Ê T Ê relatif aux opérations du Conseil revision et à la visite médicale des jeunes gens au lieu leur résistence.

de de

( 4 octobre 1913. ) L E GOUVERNEUR p . i. de la Guyane

française,

Vu l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu les lois d e s 2 1 m a r s 1905, 7 août 1 9 1 3 , et l'arrêté d e s Ministres d e la g u e r r e et des colonies du 9 février 1 9 1 0 , prom u l g u é s d a n s la colonie p a r a r r ê t é s d e s 17 août 1 9 1 0 et 2 6 s e p t e m b r e 1913 ; Vu l'instruction du Ministre de la g u e r r e du 2 0 octobre 1 9 0 5 , relative à l'établissement d e s tableaux de r e c e n s e ment ; Vu l'instruction du Ministre de la guerre du 2 9 d é c e m b r e 1 9 0 5 , relative aux opérations d e s Conseils d e revision pour la formation d e s classes ; Vu la circulaire du Ministre des colonies d u 19 avril 1 9 1 0 , n° 2 3 ; Vu la circulaire du Ministre de la guerre du 2 3 juillet 1 9 1 3 ;


— 488

S u r la p r o p o s i t i o n c o n c e r t é e d u S e c r é t a i r e Chef de s e r v i c e d e S a n t é ,

général

et d u

ARRÊTE : e r

A r t i c l e 1 . — L e s j e u n e s g e n s r é s i d a n t d a n s les c o m m u n e s a u t r e s q u e cettes où ils s e r o n t i n s c r i t s sur l e s tableaux d e r e c e n s e m e n t s e r o n t visités a v e c l e s i n s c r i t s du lieu de leur résidence. A cet effet, ils a d r e s s e r o n t s a n s délai u n e d e m a n d e au Maire de la c o m m u n e où ils s o n t i n s c r i t s . C e t t e d e m a n d e s e r a a c c o m p a g n é e d ' u n e a t t e s t a t i o n d u Maire d e la r é s i d e n c e , c o n s t a t a n t q u e l e s i n t é r e s s é s s o n t r é e l l e m e n t fixés d a n s la c o m m u n e a v a n t le 1 j a n v i e r de l ' a n n é e où ils d o i v e n t c o m p a r a î t r e d e v a n t le Conseil de r e v i s i o n , soit c o m m e a p p e l é s , soit c o m m e a j o u r n é s . e r

A r t . 2 . — La visite m é d i c a l e d e s i n s c r i t s a u r a lieu d a n s l e s c o n d i t i o n s d é t e r m i n é e s à l ' a r r ê t é l o c a l en d a t e d e ce j o u r . A r t 3 . — Le S e c r é t a i r e g é n é r a l et le Chef d u s e r v i c e d e S a n t é sont c h a r g é s , c h a c u n en ce qui le c o n c e r n e , de l ' e x é c u t i o n du p r é s e n t a r r ê t é , qui s e r a e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t où b e s o i n s e r a , i n s é r é et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel d e la c o l o n i e . C a y e n n e , le 4 o c t o b r e

1913. DIDELOT.

Par le GouverneurLe Secrétaire

général p.

i.,

Le Chef du service

DEBUC.

Dr

de

Santé,

ortholan.

N° 3 5 7 . — ARRÊTE relatif à la visite médicale des jeunes inscrits sur les tableaux de recensement.

gens

( 4 octobre 1 9 1 3 . ) LE

GOUVERNEUR

p . i. d e la G u y a n e française,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 2 7 a o û t 1 8 2 8 ; Vu les lois d e s 21 m a r s 1 9 0 5 , 7 a o û t 1 9 1 3 , et l'arrêté des Ministres d e la g u e r r e et des colonies d u 9 février 1 9 1 0 , p r o m u l g u é s d a n s la colonie p a r a r r ê t é d e s 17 a o û t 1910 et 2 0 s e p t e m b r e 1913. Vu l ' i n s t r u c t i o n du Ministre d e la g u e r r e d u 2 0 o c t o b r e 1 9 0 5 , relative à r é t a b l i s s e m e n t des tableaux d e r e c e n s e m e n t ;


-

489

-

Vu l'instruction du Ministre de la g u e r r e du 2 9 d é c e m b r e 1 9 0 5 , relative a u x o p é r a t i o n s d u Conseil d e revision p o u r la f o r m a t i o n des classes ; Vu la circulaire d u Ministre d e s colonies d u 19 avril 1 9 1 0 , n° 2 3 ; Vu la circulaire d u Ministre de la g u e r r e d u 2 3 juillet 1913 ; Vu l'arrêté e n date d e ce j o u r , relatif a u x o p é r a t i o n s du Conseil de revision et à la visite médicale des j e u n e s g e n s r é s i d a n t h o r s des c o m m u n e s où ils s e r o n t inscrits s u r les tableaux de recensement ; S u r la p r o p o s i t i o n concertée d u Secrétaire d u service d e S a n t é ,

général et d u Chef

ARRÊTE : e r

Article 1 . - I l sera p r o c é d é à la visite médicale des j e u n e s gens inscrits s u r les t a b l e a u x de r e c e n s e m e n t de la classe 1 9 1 3 , à p a r t i r du 1 9 o c t o b r e c o u r a n t . Cette visite s e r a p a s s é e p a r M. le m é d e c i n - m a j o r F r a n c e s chetti, sauf d a n s la c o m m u n e p é n i t e n t i a i r e d u Maroni et d a n s celles d e K o u r o u , S i n n a m a r y , I r a c o u b o et Mana. A cet effet, les inscrits d e s c o m m u n e s de R é m i r e , Matoury, Rour a , T o n n é g r a n d e , Montsinéry, Macouria, A p p r o u a g u e , Oyapoc et Kaw d e v r o n t ê t r e dirigés sur Cayenne clés la publication des t a b l e a u x de r e c e n s e m e n t , p o u r ê t r e s o u m i s à la visite. Dans les c o m m u n e s d e Saint-Laurent du Maroni, de K o u r o u , S i n n a m a r y , I r a c o u b o et Mana, les m a i r e s et les m é d e c i n s desig n é s p a r le Chef du service de Santé s ' e n t e n d r o n t p o u r la fixat i o n de la date à laquelle la visite aura lieu, e n t e n a n t c o m p t e d u délai p r é v u c i - a p r è s p o u r la remise du travail du r e c r u t e m e n t , et é t a n t , e n t e n d u , d'autre part, que les i n s c r i t s d ' I r a c b u b o s e r o n t visités à S i n n a m a r y . Il sera a d r e s s é à c h a c u n des j e u n e s gens, et p a r les soins des m a i r e s , u n o r d r e de convocation du m o d è l e n° 1, de l ' i n s t r u c t i o n du 2 0 o c t o b r e 1 9 0 5 . Les résultats d e la visite s e r o n t consignés s u r u n t a b l e a u du m o d è l e n° 2 de la m ê m e i n s t r u c t i o n . L'avis du médecin sera m o t i v é q u a n d il e s t i m e r a q u e l e s j e u n e s g e n s doivent être classés d a n s le service auxiliaire ou ( ( a j o u r n é s » . Un certificat m é d i cal sera joint p o u r c e u x p r o p o s é s c o m m e d e v a n t être « e x e m p t é s ». Le tableau c i - d e s s u s m e n t i o n n é et les certificats m é d i c a u x j o i n t s a u x tableaux d e r e c e n s e m e n t et notices individuelles s e r o n t adressés a u G o u v e r n e u r d e l à colonie le novembre


490 —

plus tard. Los maires mentionneront dans la colonne 9 du tableau en question les observations qu'ils auraient le droit de présenter en faveur des jeunes géns devant le Conseil de revision. Art. 2 . Le Secrétaire général et le Chef du service de S a n t é sont chargés, chacun en ce q u i le c o n c e r n e , de l'exécut i o n d u p r é s e n t a r r ê t é , q u i sera enregistré et communiqué p a r tout o ù b e s o i n s e r a , ingéré et p u b l i é a u Journal officiel et au au

Bulletin

officiel d e la c o l o n i e .

Cayenne, le 4 octobre 1913. DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général

p. i..

DEBUC

Le Chef du service de Santé. Dr ORTHOLAN

N° 3 5 9 . — ARRÊTÉ E d g a r ) à faire valoir

admettant ses droits ( 8 octobre

M. Galliot ( H e n r y - J o s e p h à une pension de retraite. 1913..)

L E GOUVERNEUR p . i. de la G u y a n e f r a n ç a i s e ,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu la l e t t r e , e n d a t e du 2 6 août 1 9 1 3 , p a r laquelle M. Galliot ( H e n r y - J o s e p h - E d g a r ) , a n c i e n c o n t r ô l e u r d e s l o r ê t s , licencié le 1 j a n v i e r 1 9 0 9 par s u i t e de s u p p r e s s i o n d ' e m p l o i , sollicite u n e p e n s i o n s u r la Caisse d e s r e t r a i t e s locales ; er

Vu l'article 5 , § 3 du r è g l e m e n t du 2 0 avril 1 8 9 1 , i n s t i t u a n t u n e Caisse d e r e t r a i t e s locales, a p p r o u v é p a r décret d u 2 0 j u i n 1 8 9 3 , et ainsi conçu : «

;

« Articles, § 3. P e u v e n t é g a l e m e n t o b t e n i r p e n s i o n , s'ils comptent c i n q u a n t e a n s d ' â g e et six a n s au m o i n s d e s e r v i c e d a n s l ' a d m i n i s t r a t i o n locale ou c o m m u n a l e , ceux q u e d e s infirm i t é s g r a v e s , r é s u l t a n t d e l'exercice d e leurs f o n c t i o n s , m e t t e n t d a n s l ' i m p o s s i b i l i t é d e les c o n t i n u e r ou dont l'emploi aura été supprimé »; Vu les a r t i c l e s 1 2 et 13 d u m ê m e r è g l e m e n t ; A t t e n d u q u ' à la d a t e d e son l i c e n c i e m e n t , M. Galliot (HenryJ o s e ; d ) - E d g a r ) c o m p t a i t six a n n é e s et h u i l mois de s e r v i c e d a n s l'administration c o m m u n a l e et p l u s d e c i n q u a n t e a n s d ' â g e , ARRÊTE :


-491 — Article 1er. — M. G a l l o t ( H e n r y - J o s e p h - Ë d g a r ), ancien c o n t r ô l e u r n'es forêts à la G u y a n e , licencié a c o m p t e r du I janvier 1909, par suite de suppression d ' e m p l o i , est a d m i s à l'aire valoir s e s d r o i t s à une pension de retraite, par application des dispositions de l'article 5 . § 3 du réglemant susvisé d a 2 0 avril 1 8 9 1 . er

A i t . 2 . — L e s s e r v i c e s de M. Galliot s e r o n t c o m p t é s q u ' a u l e j a n v i e r 1 9 0 9 , date a laquelle il a é t é licencié.

JUS-

r

Art. 3 . — Le p r é s e n t a r r ê t é sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, inséré et publié aU Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenue, le 8 o c t o b r e 1 9 1 3 . DIDELOT.

Par le Gouverneur : f.e Sccrèlaùr

général p. i..

DEBCG. N° 3 6 0 .

ARRÊTÉ

portant

concession

d'une

pension

à

M. Galliot ( H e n r y - J o s e p h - E d g a r ) . (9 o c t o b r e LE

GOUVERNEUR

1913).

p . i. de la Guyane française, .

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e du 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu l'arrêté, en date du 8 o c t o b r e 1 9 1 3 , a d m e t t a n t M. Galliot ( H e n r y - J o s e p h - E d g a r ) , A N C I E N c o n t r ô l e u r d e s lorêts à la Guyane, licencié p a r suite de suppression d'emploi, à t a i r e valoir ses droits à u n e pension de retraite p a r application d e s d i s p o sitions d e L'article 5, § 3 du r è g l e m e n t du 2 0 avril 1 8 9 1 , Instituant u n e Caisse de retraite locale a p p r o u v é p a r d é c r e t du 2 0 juin 1 8 9 3 ; Vu les articles 2 5 , 2 6 et 27 dudit r è g l e m e n t ; Le Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTÉ : e r

Article 1 . — 11 e s t c o n c é d é à M. Galliot ( H e n r y - J o s e n h K d g a r ) , ancien c o n t r ô l e u r d e s forets à la G u y a n e , u n e p e n sion a n n u e l l e d e s e p t c e n t vingt et un trancs s u r la Caisse d e r e t r a i t e locale d e s e m p l o y é s de la G u y a n e . A r t . 2 . — L ' e n t r é e en j o u i s s a n c e d e ladite p e n s i o n e s t fixée

35


— 492 — e r

au 1 j a n v i e r 1 9 0 9 , d a t e à laquelle M. Galliot f H e n r y - J o s e p h E d g a r ) a cessé s e s s e r v i c e s . A r t . 3. — Le p r é s e n t arrêté sera c o m m u n i q u é et e n r e g i s t r é p a r t o u t où besoin s e r a , i n s é r é et p u b l i é au Journal officiel et au Bulletin officiel d e la colonie. Une amplialion de cet a r r ê t é sera a d r e s s é e à M. le Directeur g é n é r a l de la C a i s s e des D é p ô t s et Consignai i o n s . Cayenne, le 9 o c t o b r e 1 9 1 3 . . 1)1 DE L O T . Par le Gouverneur : Le Secrétaire

*

général p. t.,

DÊBUC.

N ° 3 6 1 . — ARRÊTE portant consultatif des

institution Mines.

du

Comité

( 9 octobre 1913. ) LE

GOUVERNEUR

p . i. de la G u y a n e

française,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 27 août 1828 ; Vu l'arrêté, n ° 4 1 6 , d u 11 o c t o b r e 1 9 0 1 , portant institution d ' u n e Commission consultative d e s Mines ; Vu l'arrêté, n° 4 7 2 , d u 2 2 n o v e m b r e 1 9 0 1 , a p p e l a n t le Député d e la colonie et le Directeur de la B a n q u e de la Guyane à faire p a r t i e de la Commission consultative des Mines ; Vu le décret d u 10 m a r s 1 9 0 6 , p o r t a n t modifications à la r é g l e m e n t a t i o n m i n i è r e d e la G u y a n e ; S u r la p r o p o s i t i o n de l'Ingénieur, Chef du service d e s T r a v a u x publies et d e s Mines ; Le Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : e r

Article 1 . —- Il est institué u n Comité consultatif des Mines a p p e l é à d o n n e r s o n avis s u r les q u e s t i o n s relatives à l'industrie et à, la réglementation m i n i è r e d a n s t o u s les cas p r é v u s p a r les textes en v i g u e u r ou à i n t e r v e n i r . Art. 2 . Le Comité consultatif des Mines est c o m p o s é d e 4 m e m b r e s de d r o i t et de 3 m e m b r e s désignés par le G o u v e r n e u r et choisis s u r la liste d e s concessionnaires m i n i e r s en règle avec leur r e d e v a n c e . Sont m e m b r e s de d r o i t :


— 493

-

Le Secrétaire général, Le P r o c u r e u r général, Le Chef du service des Mines, Le Receveur d e s Domaines. Les membres désignés p a r le Gouverneur sont n o m m é s pour une période de deux a n s , renouvelable une ou plusieurs fois. Leurs fonctions prennent fin le j o u r même où ils cessent d e figurer sur la liste des concessionnaires miniers. Art. 3 . Les fonctions de président sont exercées p a r le Secrétaire général, ou en cas d'absence ou d'empêchement p a r le Procureur général. Les fonctions de secrétaire sont remplies p a r un fonctionnaire du service des Mines désigné p a r le Gouverneur, s u r la proposition du Chef d u service des Mines. Art. 4 . Les avis du Comité sont émis voix, celle du président étant p r é p o n d é r a n t e Art. 5 — Sont abrogés les arrêtés des 10 vembre 1901 et toutes dispositions d'arrêtés sent arrêté.

à la majorité des en cas de partage. octobre et 22 n o contraires au p r é -

Art. 6 . L'Ingénieur. Chef du service des Travaux publics et des Mines, est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui s e r a c o m m u n i q u é el enregistré partout où besoin sera, publié et inséré au Journal et au Bulletin officiels de la colonie. Cayenne, le 9 octobre 1913. DIDELOT.

Par le Gouverneur : L'Ingénieur, Chef du service des Travaux

publics

et des Mines, GAJAN.

N° 362. — DÉCISION rapportant celle du 18 janvier 1898, disposant qu'il ne sera plus accordé, jusqu'à nouvel ordre de concession d'eau sur le parcours des conduites d'amenée des eaux de Rorota-Rémire. ( 1 3 octobre 1 9 1 3 . ) LE

GOUVERNEUR

p". i. de la Guyane

française,

Vu l'arrêté organique du 27 août 1828 ; Vu la décision du 18 janvier 1 8 9 8 ;


494

Sur la proposition du Chef du service des Travaux et des Mines,

publics

DÉCIDE : e r

Article 1 . — Est rapportée la décision du 18 janvier 1 8 9 8 , disposant qu'il ne sera plus accordé, j u s q u ' à nouvel o r d r e , de concession d'eau s u r le parcours des conduites d'amenée des eaux de Rorota-Rémire. Art.-2. L'Administration a u r a toutefois le droit de refuser des concessions aux d e m a n d e u r s qui ne consentiraient pas à a d o p t e r les dispositions qui seraient imposées p a r le service des Travaux publics en vue d'éviter les gaspillages d'eau qui avaient motivé la décision précitée. Art. :3. — Le Chef du service des Travaux publics et des Mines est chargé de l'exécution de la présente décision, qui sera enregistrée et c o m m u n i q u é e partout où besoin sera. Cayenne, le 13 octobre 1913. DIDELOT. Par le Gouverneur :

Ingénieur. Chef du service des Travaux publics et des Mines, GAJAN.

N ° 3 6 3 . — DÉCISION portant de l'Enseignement

mutation dans le primaire.

personnel

( 1 8 octobre 1913. ) L E GOUVERNEUR p . i. de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 27 août 1 8 2 8 ; Vu l'article 105 du 1 décret du 17 septembre 1 9 0 0 ; Vu les nécessités du service ; e r

Sur la proposition du Chef du service de l'Instruction p u blique. DÉCIDE : r

Article l.e . — Sont appelés à continuer leurs services: A

M. Romney (Edward), M

Montjoly. lle

Lafont (Alice).


— 495 — A M

lle

Tonnégrande.

P o u p o n (Eunice). A

M. Martial (Léon), M

m c

Iracoupo. Martial (Caroline).

A M

11e

Sinnamary.

Vertbois (Alicia), M. Verderoza (Constant). A Cayenne,

me

M M M

lle

l l e

Vienne (Camille), M Merckel ( E m i l i e ) . Halmus (Félicité).

1Ie

école des

filles.

Calumey (Marie).

A Cayenne, école des garçons. MM. B o u r q u i n (Frédéric), Latidine Athys. Art. 2 . Cette décision aura son effet à p a r t i r d u 3 n o vembre 1913. Art. 3 . — Le Chef d u service de l'Instruction p u b l i q u e est chargé de l'exécution de la présente d é c i s i o n , qui s e r a e n r e g i s t r é e et c o m m u n i q u é e p a r t o u t où besoin sera, e t insérée a u Journal officiel et a u Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 18 octobre 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Chef du de l'Instruction

service publique,

PEYROT.

N° 3 6 4 . l'emploi

ARRÊTE de commis

fixant le progranime du concours des Travaux publics et des Mines. ( 2 7 octobre

L E GOUVERNEUR

à

1913.)

p . i. de la G u y a n e française,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu le d é c r e t d u 5 a o û t 1 9 1 0 ; Vu l ' a r r ê t é d u 7 avril 1 9 1 3 ; S u r la p r o p o s i t i o n de l'Ingénieur, Chef d u service d e s T r a r a u x publics et d e s Mines ; Le Conseil privé e n t e n d u . ARRÊTE:


496

er

Article 1 . — Le programme du concours prévu à l'article 2 d e l'arrêté d u 7 avril 1913, p o u r le grade de commis des T r a v a u x publics et des Mines, est fixé ainsi qu'il suit: EXAMEN

ÉCRIT. Durée des épreuves.

1 Dictée 1/2 h . 3 2 Ecriture ( l e s c a n d i d a t s a u r o n t à l'aire u n e copie à m a i n posée de la totalité ou d'une p a r t i e de la dictée et de la p r e m i è r e page d e l ' a v a n t - m é t r é ) 1/2 h. 3 Lettre ou r a p p o r t s u r une affaire d e service 2 h. 4 Problème d'arithmétique 1 h. 5 Problème de géométrie 1 h. 6 P r o b l è m e d'algèbre 1 7 Croquis à m a i n levée 3 h. d ' u n o u v r a g e d'art p o u r les c o m m i s des T r a v a u x publics ; 8 Dessin g r a p h i q u e d ' u n organe de m a c h i n e p o u r les c o m m i s d e s M i n e s . . . . . . 6 h. 3 9 Avant-métré d'un ouvrage d'art p o u r les c o m m i s d e s T r a v a u x publies . 9 bis Calcul du volume d ' u n o r g a n e d e m a c h i n e p o u r les c o m m i s des Mines. 1 0 Lever de plan ( o p é r a t i o n s u r le t e r r a i n et r a p p o r t d u p l a n ) 4 11 Nivellement ( o p é r a t i o n sur le terr a i n , tenue du carnet el r a p p o r t du profil) 3h. 12 C u b a t u r e d e s t e r r a s s e s p o u r les c o m m i s d e s T r a v a u x publies 1 2 bis Calcul de la surface d ' u n p o lygone p o u r les c o m m i s d e s M i n e s . . . . EXAMEN

13

ORAL

6

Valeur relative.

2 4 2 3 h. 1 2

6 h.

3

h.

3

h.

2

2 4 h. 4h.

i 2 Valeur

relative.

Arithmétique Géométrie

2 3

Algèbre

1


— 497 — 14 Lever de plan 15 Nivellement 16 C u b a t u r é des terrasses p o u r les c o m m i s des Travaux publics 16 bis Eléments de géologie p o u r les c o m m i s des Mines 17 Aptitudes spéciales ... 18 Services r e n d u s d a n s l'Administration...... MATIÈRES

2 2 2 i 4

6

FACULTATIVES.

Trigonométrie 1 Le p r o g r a m m e d e chacune des matières des e x a m e n s écrit et oral est le suivant :

Arithmétique. Numération décimale. Addition, soustraction, mulliplicalion, division des n o m b r e s entiers et d é c i m a n t , preuves de ces o p é r a t i o n s . Propriété des n o m b r e s premiers, plus g r a n d c o m m u n diviseur, plus petit c o m m u n multiple. Fractions ordinaires et décimales. Extraction des racines c a r r é e s , S y s t è m e légal des p o i d s et mesures, Résolution de p r o b l è m e s . Questions d'intérêt, d'escompte, de société et d'alliage. Intérète c o m p o s t s . P r o p o r t i o n s et progressions. Questions de c o u r s et problèmes.

Géométrie. Préliminaires. P e r p e n d i c u l a i r e s , obliques, égalitésdestriangles. Parallèles, parallélogrammes, polygones, lignes p r o p o r tionnelles, triangles semblables. Mesures des angles. Contact et intersection des cercles. Tangentes et sécantes du cercle. Aire des polygones et des cercles. Propositions relatives à la ligne droite et au plan. Plans perpendiculaires et parallèles. Angles dièdres, trièdres, tétraèdres, p y r a m i d e s , parallélipipèdes, prismes, polyèdres égaux et semblables. Aires et volumes du cône droit, du cylindre droit et de la s p h è r e . Question de cours et p r o b l è m e s .


498

Algèbre. Addition, soustraction, multiplication et division des m o n o m e s et p o l y n ô m e s . Equation d u l degré à u n e ou plusieurs i n c o n n u e s . Equation d u 2 degré à u n e i n c o n n u e . Usage de la table de logarithmes. Question de cours et p r o b l è m e s . Lever de plans et nivellements. % r

e

A. — Lever des

plans

Mesures des distances: chaînes d'arpenteur, stadia réduction à l'horizon des distances mesurées sur les pentes, m e s u r e s des angles, é q u e r r e d'arpenteur, alidade, g r a p h o m è t r e , cercles, b o u s soie, usage et vérification des i n s t r u m e n t s . R a p p o r t s et dessin des plans, copies et réduction des [dans.

B.—

Nivellement.

Niveau d'eau, niveau à bulle d'air, niveaux d'Egault et de Lenoir, mire à coulisse, mire p a r l a n t e , usage et vérification des i n s t r u m e n t s . Questions de cours. Afin d'arriver à u n e appréciation exacte et comparative du mérite des candidats, il est attribué à chacune des parties de leur travail u n e valeur n u m é r i q u e exprimée p a r des chiffres qui varient de 0 à 20 et qui ont respectivement les significations ci-après : 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11,

néant. très-mal. mal. médiocrement. passablement,

12, 1 3 , 14, assez bien, l o , 16, 1 7 , bien*. 18. 19, très bien. 20, parfaitement.

Une m o y e n n e est établie d'après ces chiffres p o u r c h a q u e partie du p r o g r a m m e , chacune de ces moyennes est multipliée p a r les n o m b r e s ou coefficients exprimant leur valeur relative et la s o m m e des p r o d u i t s d o n n e le total des points ou dégrés o b t e n u s p o u r l'ensemble des épreuves. La commission a r r ê t e la liste des candidats par ordre de mérite. Nul ne peut être porté s u r celte liste s'il n'a obtenu : . . 1° Au moins la note 12 p o u r chacune des parties ci-après : écriture, dictée, lettre ou rapport, dessin graphique ; 2° Au m o i n s la note 7 p o u r chacune des autres parties du programme ;


499

3° Au m o i n s le n o m b r e 0 0 0 c o m m e total des points calculés c o m m e il est dit plus h a u t (les notes des a p t i t u d e s spéciales, des services r e n d u s à l'Administration el des matières facultatives non comprises). Art. 2. — Le G o u v e r n e u r fixe par des décisions la d a t e , les conditions du c o n c o u r s et le n o m b r e de places mises au concours. Art. 3. — Sont abrogées toutes les dispositions des arrêtés a n t é r i e u r s en ce qu'elles ont de c o n t r a i r e à celles du p r é s e n t arrêté. Art. 4 . — L'Ingénieur, Chef du service des Travaux publies et des Mines, est chargé de l'exécution du présent a r r ê t é , qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, et i n séré au Journal et au Bulletin officiels de la colonie. Cayenne, le 27 o c t o b r e 1 9 1 3 . DIDELOT.

Par le Gouverneur : L'Ingénieur des Ponts et chaussées. Chef du service des Travaux publics el >j.es Mines, GAJAN.

N° 3 6 5 . — ARRETE ouvrant m concours à Cayenne,en vue de l'admission à l'emploi de commis de 3e classe du Secrétariat général. ( 3 0 octobre 1 9 l 3 . ) L E G O U V E R N E U R p . i. de la Guyane française, Vu l ' o r d o n n a n c e organique d u 27 a o û t 1 8 2 8 ; Vu l'article 1 9 du décret du 2 1 n o v e m b r e 1 9 1 2 , p o r t a n t r é o r ganisation du p e r s o n n e l des Secrétariats g é n é r a u x des colonies ; Vu l'arrêté ministériel en date du 28 avril 1 9 1 3 , en t a n t qu'il règle les conditions et fixe le p r o g r a m m e d u c o n c o u r s p o u r l'admission à l'emploi de c o m m i s de 3 classe du Secrétariat général ; e

S u r la proposition d u Secrétaire général, ARRÊTE : e r

Article 1 . — Un c o n c o u r s , e n vue de l'admission à l'emploi


— 500

e

de c o m m i s d e 3 classe du c a d r e local du Secrétariat g é n é r a l d e la G u y a n e , sera o u v e r t à Gayenne le lundi 9 février 1914. Art. 2 . à cinq.

Le n o m b r e des places m i s e s au c o n c o u r s est fixé

Art. 3 . — Le Secrétaire général est c h a r g é de l'exécution du p r é s e n t a r r ê t é , q u i s e r a enregistré et c o m m u n i q u é p a r t o u t où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel el a u Bulletin officiel de la G u y a n e . Gayenne, le 3 0 o c t o b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Secrétaire

général p.

i.,

DEBUC.

N° 300.

— ARRÊTE

fixant

de capitaine ( 31 LE

GOUVERNEUR

P.

i.

le programme

au grand octobre

des

examens

cabotage.

1913.)

de la Guyane française,

Vu l'arrêté de ce j o u r déterminant les conditions exigées pour obtenir le brevet de capitaine au grand cabotage, ARRÊTE:

Article 1er. — Le p r o g r a m m e des e x a m e n s à faire s u b i r a u x c a n d i d a t s q u i désirent o b t e n i r le brevet de c a p i t a i n e au c a b o tage est fixé c o m m e suit : Examen

théorique

pour le brevet ordinaire au grand cabotage. EPREUVES

Une dictée

française

de

capitaine

ÉCRITES :

de vingt lignes s u r un sujet

maritime

(durée 40 m i n u t e s ) . Une composition de calculs nautiques ( d u r é e d e u x h e u r e s ) . Ces d e u x é p r e u v e s se font d a n s la m ê m e séance d ' u n e d u r é e totale de d e u x heures c i n q u a n t e m i n u t e s . EPREUVES

ORALES:

COSMOGRAPHIE.

Définitions relatives à la s p h è r e .


—501— R o n d e u r et isolément de la t e r r e . Verticale. Verticaux. Plans d'horizon. Différentes espèces d'horizon. Dépression. Atmosp h è r e . Mouvement d i u r n e . Classification des a s t r e s . Sphère céleste. Zénith n a d i r e . Mouvement diurne, de la sphère céleste. Culmination. Plan méridien, axes et pôle du inonde. E q u a t e u r et p a r a l lèles célestes. Plan méridien d'un lieu. Points cardinaux. P r e mier vertical. Mouvement de rotation de la terre a u t o u r de la ligne des pôles. Coordonnées. Coordonnées géographiques d'un lieu. Coordonnées d'un astre par rapport à l'horizon. J o u r et nuit des a s t r e s . Coordonnées équatoriales. Constellations. Globes et cartes célestes. Soleil. Trajectoire a p p a r e n t e sur la sphère céleste. Ecliptique. Points equinoxiaux, solsticiaux. Année tropique. Saisons. Zones terrestres. Mouvement réel de la terre a u t o u r du soleil. Mesure du t e m p s . J o u r solaire vrai. J o u r solaire m o y e n . Durée de l'année tropique eu jours moyens. Calendrier. Angle h o r a i r e astronomique d'un a s t r e . Angle horaire civil. Angle au p ô l e . Conversion réciproque d e s degrés en t e m p s . T e m p s vrai. T e m p s moyen, a s t r o n o m i q u e ou civil. Equation du temps. Relation entre les heures simultanées du soieil sous divers méridiens, Lune. Mouvement apparent defta lune s u r la s p h è r e célesteLunaison* Phases. NAVIGATION

PRATIQUE.

Usage des tables de logarithme*. Nombres sexagésimaux, opérations. Navigation p t r l'estime Loch, mille marin, n œ u d . C o m p a s : déclinaison magnétique, déviation, variation, angle de route, dérive, relèvements. Correction des routes et des relèvements, problème i n v e r s e . Usage des caries marines, résolution des problèmes usuels. Tables de points. Résolution des problèmes de routes Courants. Usage de l'annuaire des marées. Définir' l'unité de h a u t e u r , l'établissement d'un pdft. Navigaliou a s t r o n o m i q u e . Connaissance des temps. Résolution des problèmes u s i r l s . Octant, description e)l usage, horizon artificiel à liquide. Corriger une h a u t e u r observée de soleil, de lune et d'étoile, et réciproquement passer- de la h a u t e u r vraie à la h a u t e u r i n s -

i


— 502

-

t r u m e n t a l e . Latitude p a r la h a u t e u r m é r i d i e n n e de la l u n e et d u soleil. Latitude par la h a u t e u r de l'étoile p o l a i r e . Réglage de la m o n t r e d'habitacle à midi, au lever et au c o u c h e r du soleil. Réglage d u c o m p a s : 1° p a r l'amplitude au m o m e n t d u lever o u du c o u c h e r de soleil ; 2 ° au m o y e n d'une h a u t e u r o b s e r v é e ; 3° par l'azimut d e l'étoile p o l a i r e ; 4° par l'azimut du soleil, connaissant l'heure, usage des tables d ' a z i m u t . D é t e r m i n a t i o n de l'heure d'un lieu p a r l'observation de la h a u t e u r d u soleil. Circonstances favorables. C h r o n o m è t r e s , c o m p t e u r s , état a b s o l u , m a r c h e d i u r n e . Régler u n c h r o n o m è t r e : 1° p a r c o m p a r a i s o n à u n c h r o n o m è t r e déjà réglé ; 2 ° p a r un signal h o r a i r e ; 3° p a r les o b s e r vations à l'horizon artificiel. Usage d ' u n c h r o n o m è t r e réglé p o u r t r o u v e r l'heure m o y e n de P a r i s . Longitude p a r les c h r o n o m è t r e s . Point o b s e r v é . Utiliser un c o m p t e u r p o u r p r e n d r e la h a u t e u r m é r i d i e n n e de la l u n e . Atterrissage. C o m m e n t doit-on a t t e r r i r . R e c o n n a i s s a n c e des p h a r e s . Différents g e n r e s de l o c h s . But de la s o n d e . Différents a p p a r e i l s à s o n d e r . Corriger les s o n d e s et les r a m e n e r au zéro d e s c a r t e s . Utiliser les s o n d e s p o u r rectifier sa position s u r la c a r t e . Atterrir p a r la sonde : atterrissage en t e m p s de b r u m e , usage d e s signaux p h o n i q u e s s o u s - m a r i n s . ÉLÉMENTS DE GÉOGRAPHIE MARITIME. Les cinq p a r t i e s du i n o n d e , leur configuration, l e u r s limites et leurs d i m e n s i o n s . E t a t : capitales, villes m a r i t i m e s , p o p u l a t i o n s p r i n c i p a l e s , p r o d u c t i o n s , r e s s o u r c e s , c o m m e r c e s et i n d u s t r i e s ( d a n s les limites de la navigation au cabotage ). Examen

théorique

pour le brevet supérieur au rabotage.

de

capitaine

PRIX r RAM ME SUPPL ÉM E N TA 1R E. NAVIGATION. J o u r sidéral. Relations e n t r e le j o u r sidéral et le j o u r m o y e n . Année t r o p i q u e e n j o u r s s i d é r a u x . T e m p s sidérai d'un l i e u ;


— 503

-

énoncé de la relation q u i lie l'heure sidérale d ' u n lien, l'angle horaire et l'ascension droite d'un astre à u n m o m e n t quelconque. Heure d u passage d'une étoile ou d'une planète a u méridien. Latitude par la h a u t e u r méridienne d'un astre quelconque. Sextant, rectification. Usage E l é m e n t s déterminatifs d'une droite de h a u t e u r . Calcul et tracé d'une droite de h a u t e u r p a r le soleil. Calcul et tracé d u point observé p a r deux h a u t e u r s de soleil, m é t h o d e L a l a n d e Pagel. NOTIONS SUCCÏNTES SUR LiiS MACHINES A

VAPEUR.

Description s o m m a i r e d'une chaudière t u b u l a i r e . P r i n c i pales divisions d ' u n e c h a u d i è r e . Chaudières avec eau à l'intérieur d e s t u b e s . Organes accessoires, s o u p a p e de sûreté, s o u pape d'arrêt, indicateur d e niveau, robinets de j a u g e , m a n o mètres, t i m b r e d e la chaudière, régulateur d'alimentation, r o binet d'extraction, robinet d e vidange. Conduite d'une c h a u d i è r e . Combustibles e m p l o y é s p o u r chauffer l'eau de la c h a u d i è r e . Dangers pouvant résulter de la présence à b o r d de certaines espèces de houille. Combustion s p o n t a n é e . Moyens e m p l o y é s pour la prévenir. P o u r la c o m b a t t r e . Faire le plein d e s chaudières, charger les fourneaux a l l u mer les feux, activer les feux, ralenlir les feux, alimenter la chaudière étant e n m a r c h e ou stoppée ; extraction de fond e t de surface, q u e faut-il faire l o r s q u ' o n aperçoit p l u s d'eau d a n s le tube de niveau ? Eteindre les feux, vider la chaudière. Description s o m m a i r e de l'appareil m o t e u r . Machines employées le plus f r é q u e m m e n t en m a r i n e . Machines à expansion multiples. Turbines. Cylindres, pistons, tiroir. Distribution d e la v a p e u r a u c y lindre p a r l e jeu d u tiroir. Bielle et manivelle. Excentrique. Mise e n train, Ligne d ' a r b r e . Tireur. Paliers, b u t é e . Presse étoupe a r r i è r e . Hélice, roues à a u b e s ; Condenseur, P o m p e s à a i r . Bâche. P o m p e s alimentaires et de cale ; Conduite de la m a c h i n e ; Echauffer, p u r g e r et balancer la m a c h i n e , mettre en m a r c h e ; stopper, r e n v e r s e r la m a r c h e ;


—504— Notions s u r les m o t e u r s auxiliaires à pétrole appliquées à la propulsion d e s navires. Examen

pratique pour le brevet ordinaire de capitaine

au cabotage. EPREUVES

ÉCRITES :

R a p p o r t s u r un événement de m e r (durée I h e u r e ) : Une composition de révision des calculs (durée I EPREUVES

heure)

ORALES :

ÉTUDE GÉNÉRALE DU NAVIRE. Déplacement. Couvres vives. Couvres F r a n c . Bord. Port en lourd.

mortes.Tirant

d'eau.

Notions élémentaires sur la construction du navire. Navires à voiles et à v a p e u r , en b o i s et à coque métallique. Pièces principales. Assemblage. Calfatage. Doublage. Entretien d e s coques en fer et en acier. Visites périodiques de la commission instituée par Iti loi d u 17 avril PI07. Visites des sociétés d e classification. Notions élémentaires de stabilité. MANŒUVRES DE FORGE.

.

Nomenclature générale, m â t s , vergues, Voiles, voilures d e s embarcations. Cordages employés dans la marine. Leur fabrication, résistance.

leur

Comparaison e n t r e le gréement en c h a n v r e et Je grée m e n t métallique. Matelotage, n œ u d s , poulies et p a l a n s , caps de m o u t o n et ridoirs, passer u n garent de palan, é p i s s u r e s , a m a r r a g e s , e u l l é c h u r e s , t r a v a u x divers. Mâts et vergues, métalliques, détails d e fabrication. Màt de b e a u p r é , e m p l a n t u r e , étainbrai, h u n e , g r é e m e n t et tenue. Bas-màt : e m p l a n t u r e , é t a m h r a i , h u n e , c h o u q u e , h a u b a n s , étais et p a t a r à t s - m à t de h u n e : clé, b a r r e s dé p e r r o q u e t , c h o u que, h a u b a n s , galhaubans, étais, p a t a r a s , mal d e p e r r o q u e t . P a r a t o n n e r r e . Avantages et inconvénients. Différents systèmes employés. Se r e n d r e compte du b o n fonctionnement d u para-


— 505

-

tonnerre, Modes de fixation d e s vergues, de racage, drisses et suspentes.

chemin de

fot et colliers

Garnitures et capelages des mats et vergues. Passage des bras. Leur retour sur le pont.

.

Mat d'artimon de trois-màts barque. Description compléte. Garniture et gréement du gui et de la corne. Manœuvres courantes des voiles. Confection des voiles. En verguer et déverguer les voiles en toutes ciconstances. Envoyer sur le pont et remettre en place les différentes vergues en toutes circonstances. Caler et guinder un mal de perroquet. Un mat de hune en toutes circonstances. Etablir et carguer une voile, y p r e n d r e des ris en toutes circ o n s t a n c e s . Précautions à p r e n d r e dans la mâture p a r mauvais t e m p s . Màtage d e s bas-mâts d'un n a v i r e au moyen d'une m a c h i n e à mater ou d'un p o n t o n mâture, les bas-mâts étant matés garnis de leurs hunes et chouques. I n s t a l l a t i o n d e s m a t s d e c h a r g e à bord d e s n a v i r e s actuels, m a t s de c h a r g e hydraulique.

Suite d e s opérations à effectuer pour mater un navire par ses propres moyens. Le n a v i r e ('tant s u p p o s é m u n i de ses bas-mâts, embarquer les m â t s (tehune, les m â t s do perroquet et les différentes vergues. Mise en place du gréement. Considérations relatives à la tenue de la mâture. Ancres et c h a i n e s . description. Guindeau et cabestans. Différents modèles d'ancres, avantages et inconvénients. Kpreuves des ancres et des chaines. Description des différents appareils rencontrés par la chaîne d a n s s o n parcours de l'ancre au puits. Appareils d e lavage des ancres. Grues, bossoirs, diJlérents systèmes d e guindeaux et Ireuils à vapeur et à bras. l'aire p a r e r une a n c r e sur jalée ou sur nattée.

Affourchage, c o n d i t i o n s d'un bon atïburcnage,émoj'illou d'affourche, l'enlever et le remettre en place. Défaire les tours de chaîne. Alfourchage en rivière. Différents systèmes de corps morts, navire a m a r r é sur un corps mort, le disposer prêt à être filé. Empennoler une ancre. Utilité de l'empennolage.


-

506

Différents procédés employés p o u r mouiller et relever u n e a n c r e à jet avec u n e e m b a r c a t i o n . Filet de la chaîne suivant l'état de la mei'. Moyens e m p l o y é s p o u r r e m é d i e r à l'insuffisance d u guindeau pour déraper. Draguer u n e a n c r e , d r a g u e r u n e chaîne. R e c o n n a î t r e si le navire chasse, a n c r e en plomb d e s o u d e . P r e n d r e u n e a n c r e de bossoir d a n s u n p o n t o n , et la m e t t r e d a n s la cale ou à son poste sur le gaillard. Envoyer au bossoir l'ancre du grand p a n n e a u . Installation d'une ancre de veille. Ancre à jet en galère. Différents procédés employés p o u r élonger u n e a n c r e de bossoir avec une ou plusieurs e m b a r c a t i o n s , Abattage en carène : I p a r ses p r o p r e s m o y e n s ; 2 s u r u n p o n t o n spécialement disposé à cet effet. M a n œ u v r e s de forces relatives au gouveraajl. E m b a r q u e r le gouvernail avarié. Mettre en place le gouvernail r é p a r é . Ôréément des navires particulièrement affectés au cabotage, ( t r o i s - m à l s , goélettes, bricks, bricks-goëlettcs, goélettes à hunier, ) cotres barges d u n d e e s , goélettes américaines à 4 , 5 et 6 mâts. \ Installation p o u r p r e n d r e des ris d a n s les différentes voiles. Huniers à r o u l e a u x , fortunes. Modifications de g r é é m e n t , b e a u p r è s , en d e u x parties, h u n e s , c h o u q u e s , b a r r e s de p e r r o q u e t . Mater ou d é m â t e r le b e a u p r é au m o y e n de la vergue de m i saine en bataille. Pousser ou r e n t r e r le b o u t - d e h o r s de g r a n d foc. e

EVOLUTION DES NAVIRES A VOILES,

e

i

Etablissement de la voilure suivant l'allure, au p l u s p r è s vent d e t r a v e r s , large, grand large, vent a r r i è r e . Virement d e j b o r d vent devant : 1« Avec toutes c i r c o n s t a n c e s f a v o r a b l e s ; 2° avec u n nnvîre mou Manquer a virer. Virer de boi\l vent devant s a n s se servir d e la b a r r e . Influence du la h o u l e Virer de bord vent d e v a n t quand il y a obligation absolue à le faire. Virement de bord luf pour lof. Cas «lu navire l o n g , du navire eourt. Différentes façons de procéder, m o y e n s pour le faire virer d a n s le plus court espace poss-ble, avec faible brise et b o n n e b t i s e . Virement du hord lot pour lof par forte b r i s e . V i r e m e n t de bord lof pour lof en c u l a n t .


— 507 — Manœuvre pour un changement de route. Manœuvrer pour un c h a n g e m e n t fie vent. Eviter de taire chapelle. Manœuvrer ayant fait chapelle, ayant e m p a n n é . Dispositions d'appareillage. Désaffburcher. Disposer la chaîne d'un corps mort pour le filer. Appareiller étant debout au vent ou d é b o u t a i ! vent et au courant, n'étant gêné par aucun obstacle. Cas où l'on est à proximité de dangers. Cas où l'ancre chasse avant qu'on soit à pic. Cas où le navire abat à contre après avoir d é r a p é . Appareiller étant évité entre vent et courant, différents cas p o u v a n t s e présenter. Appareiller en faisant croupiat. Différents cas. Appareiller en c u l a n t d r o i t . Appareiller sous les focs. Appareiller étant sur un corps m o r t . Préparatifs de mouillage. Mouiller en allant de l'avant, en culant, par beau temps, par mauvais t e m p s . Mouiller avec une ancre emponnelée. Mouiller avec du courant. Affburcher a la voile. Affourcher un navire déjà mouillé. Emponncler une ancre déjà mouillée. Embossage. Prendre un corps mort. Précautions à prendre dans le gréement ou à l'intérieur du navire, à l'approche du mauvais temps, étant au mouillage, a/fourché ou s u r une seule a n c r e . I

Prendre la panne étant au plus près, étant grand largue. Différentes sortes de p a n n e s . Manœuvrer pour sauver un homme tomber à la mer. Faire servir Application de la panne à la navigation en rivière. Différentes sortes de capes. Heconnaittre quand une cape est bonne. Virer de bord étant en cape. Navires à phares carrés, à voilesauriques. Recew)ir un grain étant à la cape. Navire ne pouvant plus tenir la c a p e . F u i r devant le temps. Gouvernera la lame. Emploi de l'ancre llottante. •

Manœuvrer à l'approche d'un grain, étant au plus p r è s , étant largue. Navires à phares carrés, à v o i l e s a u r i q u e s . Manœuvrer pendant le grain. Ordre de de diminution de voilure, dans quel ordre y avoir recours. Manœuvrer à l'approche d'un tourbillon ou d'une t r o m b e . Saule de vent. Navire surpris par un grain. Navire engagé, cas où il y a possibilité de mouiller. Moyens auxquels on a recours si le navire n e peut se redresser. 36


-

508

-

Avaries dans la voilure, le g r é é m e n t , la m a t u r e . Avaries relatives aux focs, aux mâts, vergues et voiles de perroquets, aux voiles, vergues, mâts de hune, au beaupré, aux basses vergues, et. basses voiles (bras, cargues, a m u r e s , drisses racages et d r o s s e s ) . Avaries relatives aux bas-mâts ; hauban cassé, étai c a s s é , élongis craqués ( mâture en bois) sons-barbe cassée, b a s - m à t craqué. Rupture d'un b a s - m à t . Rupture du beaupré, m a n œ u v r e à effectuer. R u p t u r e de tous les b a s - m â t s . Description complète de toutes les opérations a effectuer pour établir une m â t u r e de fortune sur les tronçons de basmâls Avaries au gouvernail. Gouvernail de fortune. Avaries de drosses ou de b a r r e . Rupture de la roue. R u p t u r e de la drosse, différents cas. Perte de gouvernail. Houvernail de f>rtune, Paclienham Rassières, Lucas, Cabaret, Marco, Starich, Olivier, Fabvie, Paul Quonia uc, Qaoniame modifie R o b e r t Duris. Filage de l'huile, différents cas dans 1. quels il est bon d'y recourir. Façon de procéder. Huiles à employer. Treuils à brasser. Leur but, leur installai! ou, leurs avantages, leurs inconvénients GRÉEHEMT, MANOEUVRES ET ÉVOLUTIONS DES EMBARCATIONS. Différentes sortes d'embarcations : chaloupes, canots, baleinière-, b e r t h o n s e t youyous, gréément, voiture, détails d'installation. Mater un canot et établir la voilure. Nager dans un canot à couple, en pointe. Godiler. mouillage ; a:ne ier et hisser uae embarcation.

Au

Palans de bout de vergue, palans d'étal leurs installations. Embarquer une chaloupe, un canot nu moven de palans de bout de vergue et de palan d'étai. Poste de mer d s embarcations. Mauoetme des embarcations à l'aviron. Appareille, accoster, installation des embarcations de sauvetage. Appareils Level, The whfïl and quadrant davit. A la mer, amener et hisser une embarcation. Du canot so.ss voiles d i f f é r â t e s allures. Laisser porter. Lofer,


-

509

-

Mettre eu p a n n e , virer J e bord devant ou lot pour lof. Navigation par abrise fraîche, m a n œ u v r e r pour un grain, suivant l'allure. Appareiller étant mouillé sur grappin, appareiller en partant de la coupée, le navire étant évité debout au vent ou entre vent et courant. Accoster à la voile — prendre des r i s — ancre

flottante.

Parer un navire en marche. Louvoyer-accosler un navire en rade, à la mer. Sauvé un h o m m e tombé a la m e r . Aborder u n e côte par beau temps, par mauvais t e m p s . Râler un canot à sec — prendre le large. Canot remorquer le longe d'un navire. Remorquer avec une ou plusieurs e m b a r c a t i o n s . Remorquer plusieurs e m b a r c a t i o n s . REMORQUAGE. Installation des r e m o r q u e s , soins à leur donner principales ment pendant le mauvais tamps. Avantages et inconvénients de l'emploi du filin, du grelin, du fîl d'acier ou des chaînes pour les r e m o r q u e r . Comment donner de l'élasticité aux r e m o r q u e s en particulier à celles en acier. Manœuvrer pour d o n n e r la r e m o r q u e . Manière de g o u v e r n e r , du remorqueur et du remorqué en faisant routas dans les évolutions. QUESTIONS DIVERSES. Manœuvre a taire q u a n d un abordage est sur le point de se produire, dispositions à p r e n d r e pour la mise à Peau des e m barcations, le sauvetage de l'équipage et des passagers et l'utilisation des secours qui peuvent être envoyés par un a u t r e navire. Reconnaître la position d'une voie d'eau à bord d'un voilier. Aveugler u n e voie d'eau. Description et emploi du suçon et du paillet Makarolï. Emploi du s c a p h a n d r i e r . Construction d'un r a d e a u , sa mise à la mer. Echouages, déséchouages, renflouages. S'échouer volontairement, choix du point d'éehouage.


— 510 — Dispositions à p r e n d r e avant et après l'échouâge. E c h o u a g e accidentel par beau t e m p s . Dispositions à p r e n d r e . Se r e m e t t r e a ilôt par ses propres m o y e n s . I n c e n d i e , dans le port, en r a d e , a la m e r . Navigation en t e m p s de b r u m e , au large et p r è s d e s c ô t e s , s o n d e r par des petits fonds, des fonds m o y e n s , de g r a n d s fonds, s o n d e u r î h o m s o n . USAGE D E S C A R T E S M A R I N E S , DU SEXTA NT. DU COMPAS Rectifier le s e x t a n t , p r e n d r e une distance a n g u l a i r e , une hauteur à l'horizon artificiel, une h a u t e u r à l'horizon de la m e r . R é s o u d r e rapidement et m e n t a l e m e n t les q u e s t i o n s p r a t i q u e s , relatives au c o m p a s . Usage d e s cartes m a r i n e s . Porter rapidement le point sur la • c a r t e , é t a n t en v u e d'un seui objet t e r r e s t e , avec ou sans la sonde, é t a n t en vue de deux ou plusieurs objets t e r r e s t r e s , p a r des alignements ; p a r des r e l è v e m e n t s ; p a r des s e g m e n t s c a pables, p a r la h a u t e u r angulaire d'un objet de h a u t e u r c o n n u e . Trouver la v a r i a t i o n : 1° p a r u n a l i g n e m e n t ; 2° p a r des segments capables. Utiliser les sondes p o u r rectifier sa position s u r la carie. DES ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DU CLORE DANS CES RAPPORTS AVEC LA NAVIGATION. Description et usage p r a t i q u e du b a r o m è t r e et du t h e r m o m è t r e . Généralités. Vents et c o u r a n t s généraux d a n s les limites de la navigation a u cabotage. Pertubations a t m o s p h é r i q u e s . Coups de v e n t . C o m m e n t t o u r n e généralement le vent d a n s notre h é m i s p h è r e . Manœuvres à faire en cas de mauvais t e m p s . Lecture et utilisation des bulletins météorologiques q u o t i diens publiés et affichés p a r le bureau central m é t é o r o l o g i q u e . Notions très succintes d'océanographies Des m e r s . Caractères g é n é r a u x . Mouvements de la m e r . C o u r a n t s . Cartes des c o u r a n t s d a n s les limites de la navigation du c a b o t a g e . Cartes pilote. Lecture de ces cartes. Sondages à de grandes p r o f o n d e u r s . ENTRÉE DE PORT, COURANT, MARÉES. Des instructions nautiques et des cartes de c o u r a n t étant don-


511

nées au candidat, il devra indiquer c o m m e n t il s'en servirait pour e n t r e r d a n s u n e rade ou un port, ou en sortir ou naviguer p r è s de terré. RÈGLE DE BARRE, ROUTE, FEUX, SIGNAUX, USAGE DES ENGINS DE SAUVETAGE. e r

Décret du 21 février 1897, modificatif du décret du 1 septembre 1884, relatif à l'éclairage et a u x signaux des navires à voiles et à vapeur, règlement ayant en vue d e prévenir les abordages. Usage du c o m p a s d a n s l'appréciation des vitesses relatives de deux navires e n v u e , d a n s la route à suivre p o u r j o i n d r e au plus vite u n a u t r e navire. Navire isolé r e n c o n t r a n t u n e escadre. Décret du 20 n o v e m b r e 1893, s u r l'éclairage d e s b a t e a u x , et obstacles à la navigation s u r les fleuves, rivières et c a n a u x , loi du 19 m a r s 1891. Devoirs du capitaine e n cas d'abordage. Décret du 2 s e p t e m b r e 1874 ( c o m m a n d e m e n t s t r i b o r d et bâbord à la n a r r e , à b o r d du navire de c o m m e r c e ) . Abandon du navire. Responsabilité du capitaine. Installation et a r m e m e n t des e m b a r c a t i o n s p o u r p o u v o i r tenir la m e r a p r è s l'abandon du n a v i r e . Code international des signaux, description et m o d e d'emploi. Coloration des bouées. Signaux de m a r é e , signaux de prévision du t e m p s ( F r a n c e , Angleterre, Allemagne, etc). Signaux d'appel des pilotes de j o u r et d e nuit. Balisage français, anglais. Engins de sauvetage ( o u v r a g e s et règlements publiés p a r la société centrale d e s s a u v e t a g e s : tir du canon p o r t e - a m a r r e . Lancement d'une fusée ). Usage des cerfs-volants-bouées d e sauvetage. J o u r n a u x de bord. J o u r n a u x météorologiques. NOTIONS SUR L'HYGIÈNE NAVALE ET LA PRATIQUE DES PANSEMENTS SIMPLES. Hygiène individuelle, collective. Reconnaître q u ' u n e e a u est bonne à boire, si les vivres de conserve n e sont p a s a v a r i é s . Description du coflïe à m é d i c a m e n t s . Maladies les plus fréquentes à bord des navires, soins i m m é diats, blessures les plus fréquentes, P a n s e m e n t s .


-

512 —

Hygiène spéciale des navires se livrant à la grande pèche à Terre-Neuve et en Islande. Bâtiments de pèche et pécheurs de Terre-Neuve. Les a r m e ments. Tenue et hygiène des navires. Equipages. Alimentation. Alcool. Dépêche ministérielle du 6 février 1 8 9 6 . D é p è c h e ministérielle du 28 avril 1890, au sujet de la réduction de l'approvisionnement des spiritueux à bord des navires a r més p o u r la pèche de la m o r u e à Terre-Neuve et en I s l a n d e . Dépèche ministérielle du 5 d é c e m b r e accordant des p r i m e s à la p r o p r e t é aux capitaines de bateaux de pèche terre-neuviens et islandais. Pathologie des p é c h e u r s . NOTIONS SUR LES TRANSPORTS COMMERCIAUX MARITIMES. Règles générales s u r l'arrimage des m a r c h a n d i s e s et [sur la disposition, à bord, du chargement et du lest. Lois et règlem e n t s en vigueur. Jaugeage des navires. Tonnage net. Tonnage brut. T o n n e a u d'affrètement. Ports maritimes. Utilisation des quais. Engins de m a n u t e n tion. Hangars. Magasins généraux. Docks et e n t r e p o n t s . Frais de p o r t , taxes locales. Pdotage et r e m o r q u a g e . POLICE DE NAVIGATION. Notions s o m m a i r e s sur les attributions des diverses autorités avec lesquelles la marine de c o m m e r c e a des relations. A d m i nistrateurs de l'Inscription m a r i t i m e . Inspecteur de la navigation. Douanes. Officiers de p o r t . Service sanitaire. Consuls. T r i b u n a u x de c o m m e r c e . Relations avec le m a r i n e de l'Etat. Constitution et administration d'un équipage. Sa composition. Rôle d'équipage. Salaires. D é b a r q u e m e n t . Actions en justice. Prescription. Rapatriement et conduite. Mesures de sécurité. Visite des bâtiments de m e r . Réglementation de travail à bord. Approvisionnements de vivres et m é dicaments. Moyens de sauvetage. Marques des navires. Signaux. Pavillons. Obligations nautiques du capitaine. Papiers de b o n i . Mesures diverses d'ordre. Pilotage. Patentes de sanlé. Circulation dans la partie maritime des fleuves.


-

513

Accidents, blessures, décès à b o r d . Caisse d e p r é v o y a n c e . Discipline. Pouvoirs disciplinaires du capitaine. Infractions s p é ciales au capitaine. T r i b u n a u x m a r i t i m e s , c o m m e r c i a u x . Abordages, bris et naufrages. Devoirs du capitaine. N o t i o n s p r a t i q u e s s u r u n e action administrative en m a t i è r e de naufrage, R a p p o r t à établir. Dans quel cas et en quelle forme. Notions s o m m a i r e s s u r les formalités d o u a n i è r e s en cas d'emb a r q u e m e n t ou d é b a r q u e m e n t de m a r c h a n d i s e s , et les pièces à fournir p o u r la liquidation des p r i m e s . Mouvements, s t a t i o n n e m e n t , c h a r g e m e n t , d é c h a r g e m e n t d a n s les p o r t s . Protestation du balisage et cables s o u s - m a r i n s . Loi du 17 avril cabotage.

1907:

Articles relatifs à la navigation au

G r a n d e pèche et p è c h e aux p o i s s o n s frais. Mesures spéciales relatives à l'ordre et à la sécurité et à la c o n s e r v a t i o n des fonds. E n c o u r a g e m e n t a u x p è c h e s . Règlements i n t e r n a t i o n a u x . Examen

pratique

pour au

PROGRAMME

NAVIGATION

le brevet supérieur cabotage.

de

capitaine

S U P P L É A RATA I RE.

PRATIQUE, USAGE DES CARTES.

Différentes m é t h o d e s p o u r calculer et vérifier la d é v i a t i o n . Construction d'une table de déviation. Tracé s u r la carte d'une droite de h a u t e u r . ÉVOLUTION

DES BAJIMENTS A VAPEUR.

Comparaison e n t r e les navires à roues et les n a v i r e s à h é l i c e : de quel bord vient u n navire à roues ou à hélice, la barre droite allant de l'avant ou de l ' a r r i è r e , par c a l m e ou avec de la b r i s e . Gouvernail. E c u m e s d i v e r s e s . Surface o r d i n a i r e m e n t donnée au G o u v e r n a i l . Courbe décrite par le navire q u i , en roule m e t , !a b a r r e toute d'un bord. Effet du c o u r a n t , de la brise, de la m e r , des petits fonds de la v i t e s s e . P e r t e de vitesse p e n d a n t l a g i r a t i o n . Effets de la d é r i v e dans les évolutions ; Éviter d ' a b o r d e r u n obstacle avec l ' a r r i è r e . Girations des navires à deux et trois hélices.


5 1 4

Allures des navires à vapeur. Suivre une r o u t e d o n n é e . Siabilité de route. T e m p s nécessaire p o u r a b s o r b e r . L ' e r r e d'un navire, espace p a r c o u r u par le navire avant d ' ê t r e i m m o b i l e . Navires à p l u s i e u r s hélices Réglage des m a c h i n e s à p l u s i e u r s hélices. Manœuvrer pour un h o m m e tomhé à la m e r . P a n n e des navires à v a p e u r . Navires a v a p e u r par gros t e m p s . Diminution de l'allure des m a c h i n e s . Naviguer avec g r o s s e m e r de l'avant ou de l ' a r r i è r e . G o u v e r n e r à la l a m e . Navires à vapeur à la cape. Différentes sortes de capes N a v i re a hélice, navires a r o u e . Virer de bord é t a n t à la c a p e . Cas où les voiles goélettes sont établies. Comparaison e n t r e la cape du navire a v a p e u r et celle du navires a voile. A r r i v e r au mouillage, p r é p a r a i t de m o u i l l a g e . Mouiller. Mouiller suivant deux r e l è v e m e n t s d o n n é s . Alïourc h e r . P r e n d r e un c o r p s . Mouiller par gros t e m p s . P r é c a u t i o n s à p r e n d r e , é t a n t au mouillage, en vue du m a u vais t e m p s . Navire s u r une seule a n c r e ou affourché. A n c r e en plomb de s o u d e . A n c r e en barbe. Filer la c h a î n e . E m p l o i é v e n tuel du p r o p u l s e u r p o u r d i m i n u e r la traction qui s'exerce s u r la c h a î n e . Appareillage. Préparatif d'appareillage. T o u r n e r d a n s le court espace possible, avec un navire à r o u e , avec un navire a 1, "2 ou 3 h é l i c e s . T o u r n e r s u r sa c h a î n e . Appareillage par gros t e m p s . R e m o r q u a g e . R e m o r q u a g e en barbalète, r e m o r q u e à Filins employés. Donner la r e m o r q u e a un navire au mouillage, par c a l m e avec de la b r i s e , installation des r e m o r q u e s , p r é c a u t i o n s a p r e n d r e au premier m o m e n t de la mise en m a r c h e , appareillage d e s deux n a v i r e s . Navigation étant en r e m o r q u e . Signaux c o n v e n t i o n n e l s de j o u r et d e n u i t . D o n n e r la r e m o r q u e à un t e m p s , p a r mauvais t e m p s . D o n n e r la r e m o r q u e a un a i d e r la m a n œ u v r e .

navire sous voiles, p a r beau navire d é s e m p a r é q u i ne peut

Cas ou p l u s i e u r s navires sont attelés pour r e m o r q u e r .


— 515 — R e m o r q u a g e a couple, particulier d'un bâtiment danger de couler,

installation remorquant

Manœuvres à faire par un un navire é c h o u é .

des r e m o r q u e s , cas un petit navire en

vapeur pour

r e m e t t r e à flot

Des différents procédés employés pour relever un navire coulé. Incendie a bord d'un vapeur, d a n s le port, en rade à la m e r . Manœuvre de ports et de rivières. Lestage du n a v i r e . Ligne de c h a r g e . Tirant d ' e a u . F r a n c bord. Arrimage des m a r c h a n d i s e s . C h a r g e m e n t en vracs, en sacs sur le p o n t . T r a n s p o r t des m a r c h a n d i s e s d a n g e r e u s e s . Bardis. G r e n i e r s . F a r d a g e . NOTIONS SUR L E S N A V I R E S A T U R B I N E S ET A MOT E U R S A U X I L I A I R E . P R A T I Q U E DE LA COMPENSATION DES C O M P A S . Descriptions du correcteur.

compas T h o m s o n .

Aimants

et fer doux

Placer le navire à un cap m a g n é t i q u e , en r a d e , en m e r . Compenser u n c o m p a s placé d a n s le plan l o n g i t u d i n a l . 1° en r a d e ; 2° à la m e r . Comment d o i t - o n utiliser un compas compensé, [quel est le but d e la c o m p e n s a t i s n . A r t . %. — Une note de 0 à 20 est attribuée pour c h a q u e matière tant de l ' e x a m e n écrit que de l'examen oral. Pour être reçu à l'une ou l'autre des parties de l'examen, le candidat devra r é u n i r au moins la moyenne de 10 p o i n t s . Touie note 0 e n t r a î n e l'ajournement. A r t . 3 . — Le Chef du service de l'Inscription m a r i t i m e est chargé de l'exécution du présent a r r ê t é , qui sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é partout oc besoin sera, inséré et publié au Journal offikiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 31 octobre 1 9 1 3 . D1DELOT. Par le Gouverneur: Le Chef de l'Inscription C. LASSALE.

maritime,


516

N " 3 6 7 . — ARRÉTÉ fixant les conditions conduite des navires armés au grand

exigées pour cabotage.

la

(31 octobre 1913) LE

GOUVERNEUR

p. i. de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 27 aoûl 1 8 2 8 ; Vu les articles 9 et 15 du décret du 21 d é c e m b r e 1 9 1 1 , sur la marine m a r c h a n d e dans les colonies françaises et les pays de protectorat, autres que l'Algérie et la Tunisie, ARRÊTE : , r

Article t . — Pour être admis à c o m m a n d e r un navire a voiles ou à vapeur ou à propulsion mécanique, a r m é au grand cabotage, il faut être titulaire, soit du brevet de capitaine an long c o u r s , soit du brevet supérieur de capitaine au cabotage de la Métiopole ou du brevet de lieutenant au long cours, réunissant les conditions d'âge et de navigation pour c o m m a n d e r au cabotage dans la Métropole. Les marins titulaires du brevet ordinaire de capitaine au g r a n d cabotage ne sont admis à commander que les bâtiments à voiles. A r t . 2 . — Il sera ouvert, dans la colonie, au mois d e juillet de chaque a n n é e , un examen pour l'obtention du brevet de capitaine au g r a n d cabotage ordinaire ou supérieur. Art. 3 . — Les e x a m e n s sont publics. Ils seront passés devant nue commission composée : D'un officier de marine n a t i o n a l e , du grade de lieutenant de vaisseau, en activité de service, ou, a défaut, du capitaine ou du lieutenant de port ; De deux capitaines au long cours, ou, à défaut, d'un capitaine au long cours et d'un capitaine au grand cabotage ( b r e vet s u p é r i e u r ; ; D'un mécanicien de 1 " classe du c o m m e r c e ; D'un professeur d'hydrographie ou d'un professeur Je m a thématique du Collège. La commission pourra se faire assister, avec voix c o n s u l tative, du premier pilote. Ait. A. — Les candidats au brevet de capitaine au g r a n d ca-


— 517 — botage ordinaire ou supérieur devront satisfaire à deux examens portant l'un s u r la théorie, l'autre sur la pratique de navigation. Ils pourront subir ces deux examens soit s i m u l t a n é m e n t , soit s é p a r é m e n t , et d a n s l'ordre qui teur c o n v e n t . ;

Art. 5. — Ponr se présenter aux e x a m e n s , il tant être Fiançais ou naturalisé Français ; avoir v i n g t - q u a t r e ans accomplis avant la «laie fixée pour l'ouverture des épreuves, et justifier de soixante mois de navigation effective et professionnelle accomplie depuis l'âge de seize ans, au long cours ou sur des navires de commerce a r m é s au cabotage. Art. G. — Le candidat qui voudra bénéficier de la faculté qui lui est laissée par l'article 2 , de subir s é p a r é m e n t les deux épreuves, ne pourra, en cas d e succès, s e présenter a la sec o n d e qoe d a n s les cinq a n n é e s suivantes. Pour passer l'examen de théorie, il suffira que le candidat soit âgé de vingt ans révolus avant la date des e x a m e n s et qu'il jusiifie de douze mois de navigation effective ei professionnelle, sous pavillon français, accomplie depuis l'âge de seize ans, au long cours ou au cabotage. Art. 7 . ~ L ' e x a m e n de t u j o r m écrites et d'épreuves orales.

se c o m p o s e

d'épreuves

L e s épreuves éeri;es c o m p r e n n e n t : Une dictée française : Une composition de calculs m a t h é m a t i q u e s . L'insuffisance dans l'une ou l'autre de ces épreuves e n t r a i n » l'ajournement. Ces épreuves orales c o m p r e n n e n t : Des éléments de c o s m o g r a p h i e ; La navigation p r a t i q u e ; Des éléments de géographie maritime. Les candidats au brevet s u p é r i e u r sont, en o u t r e , interrogés sur un p r o g r a m m e c o m p l é m e n t a i r e c o m p o r t a n t , avec des questions spéciales sur la navigation à vapeur, îes notions s u r les machines employées à bord. A i t . S . — L'examen de pratique se compose écrites éliminiitoires et d'épreuves o r a l e s . Les épreuves écrites c o m p r e n n e n t :

d'épreuves


-

518

-

Un rapport d e mer ; Une composition de revision de c a l c u l s . L'insuffisance de l'une ou de l'autre de c e s é p r e u v e s e n t r a î n e l'élimination. Les é p r e u v e s orales p o r t e n t s u r ; L ' u s a g e d e s c a r t e s m a r i n e s , du s e x t a n t , du c o m p a s , \ c o m p r i s la p r a t i q u e de la c o m p e n s a t i o n (l'insuffisance d a n s l'une ou l'autre de ces é p r e u v e s e n t r a i n e l ' a j o u r n e m e n t . ) Le g r é é m e n t des n a v i r e s de c o m m e r c e , les é v o l u t i o n s d e s b â t i m e n t s à voiles, la c o n n a i s s a n c e des fonds, les c o u r a n t s et les m a r é e s d a n s les l i m i t e s a s s i g n é e s au g r a n d c a b o t a g e ( u s a g e d e s i n s t r u c t i o n s n a u t i q u e s et des c a r t e s de c o u r a n t s ) . Des é l é m e n t s de p h y s i q u e du globe d a n s ses r a p p o r t s avec la n a v i g a t i o n , h s r è g l e s de b a r r e de r o u t e , les teux et s i g n a u x , la s o n d e , l'usage d e s e n g i n s de s a u v e t a g e . L e s notions (-'hygiène navale et de pratique des p a n s e m e n t s simples. A r t . 9 . — L !S c a n d i d a t s à l'examen de théorie a d m i s s i b l e s aux é p r e u v e s o r a l e s c o n s e r v a n t l e u r s droits d ' a d m i s s i b i l i t é à c e s é p r e u v e s ei p o u r r o n t s u b i r l'année s u i v a n t e les é p r e u v e s écrites. A r t . 10. — Le Chef du service est c h a r g é de l'exécution du présent et c o m m u n i q u é partout où besoin Journal officiel et au Bulletin officiel

de l'Inscription m a r i t i m e a r r ê t é , qui sera e n r e g i s t r é s e r a , i n s é r é et publié au de la colonie.

Cayenue, le 31 o c t o b r e 1 9 1 4 . D1DELOT. Par ie Gouverneur : Le Chef du service de maritime,

l'Inscription

LASSALUE. N° 308.

— ARRETE. —Révision des listes pour l'année I9l'/. (31 octobre 4913. )

p. i. de la Guyane française, Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828; LE GOUVERNEUR

électorales


— 519

-

Vu l'article 18 du décret du 2 février 1852, relatif à la révision des listes électorales, l'article 1 de la loi du 7 juillet 1874, relative à l'électoral municipal et l'article 1 de celle du 10 novembre 1875, sur l'élection des députés : e r

e r

Vu l'article 2 de la loi susvisée du 7 juillet 1874, relatif au jugement des réclamations auxquelles peuvent d o n n e r lieu les opérations de revision : Sur la proposition du Secrétaire général, ARRÊTE :

Article I Les commissions de révision des listes électorales seront composées comme suit, pour l'année 1914, d a n s toutes les c o m m u n e s de la colonie : Le Maire o u un adjoint, p r é s i d e n t : Un délégué de l'Administration locale; Un délégué du Conseil municipal. Art. 2 . tion locale :

Sont désignés c o m m e délégués de l'Administra-

A Cayenne, M. Bazile-Octuvon, commis principal du Secrétariat général : A Mana, le Directeur de l'école; A Sinnamary, le Directeur de l'école ; A Iracoubo, l'Instituteur ; A Kourou, l'Instituteur: A Macouria, l'Instituteur ; A Tonnégrande, M. L a u d e r n e l , c o m m i s principal du Secrétariat général ; A Montsinéry, M . Rassières, commis de l tariat général ;

, c

classe du Secré-

A Roura, l'Instituteur: A Rémire, M. Dubourg, commis principal du général : A Kaw, M. Fidèle, commis de l ral :

r e

Secrétariat

classe du Secrétariat géné-

A Matoury, M. Philibert, commis principal du Secrétariat général : A l'Approuague, M. Dorfer, commis de l tariat générai :

r e

classe du Secré-


— 520 — À l'Oyapoc, l'Instituteur; A Saint-Laurent-du-Maroni, le délégué du Service local ; Art. 8 . — P o u r le jugement des réclamations, d e u x c o n seillers municipaux seront adjoints à la commission. Art. 4 . — Le Secrétaire général est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera enregistré et communiqué partout où besoin sera. Cayenne, le 31 octobre 1943.

DIDELOT. Par le Gouverneur : Le

Secrétaire

général

p. i.,

DEBUC. N O M I N A T I O N S , M U T A T I O N S , LONGÉS, E T C . N° 369. — Par décret, en date du 26 juillet 1913, M. Joseph (Théodule-Euphrasius ), commis principal du Secrétariat général de la Guyane, a été n o m m é sous-chef de bureau d e ' 2 classe des Secrétariats généraux. e

Par arrêté du m ê m e jour, ce fonctionnaire a été appelé à continuer ses services à la Guadeloupe.

N° 3 7 0 . — Par arrêté du Président du Conseil, Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, en date du 8 août 1 9 1 3 , M. Halmus ( F r é d é r i c ) , instituteur à la Guyane française, a été n o m m é officiel' d'Académie.

u

N 3 7 1 . — Par décret présidentiel, en date du tembre 1 9 1 3 , ont été n o m m é s : I

e

10 sep-

Conseiller-auditeur à la Cour d'appel de la Guyane, M. Montagnon, juge au Tribunal de la Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), en remplacement de M. Buan; 2 ' Juge-suppléant au Tribunal de première instance de Cayenne (Guyane), M. Castel (Joseph-Jules-Léonce-René), docteur en droit, avocat, en remplacement de M. Pezet;


— 521 — V 372. Par câblogramme en d a t e du 21 octobre 1913, M. le Ministre des colonies fait connaître que p a r décret e n date du 18 octobre 1 9 1 3 , le mandat de Conseiller privé du Gouvernement de la Guyane française de M . Berland ( J e a n - M a r i e ) a été renouvelé p o u r une nouvelle période de deux a n n é e s .

e r

N° 3 7 3 . — Par a r r ê t é du G o u v e r n e u r , en date du 1 octobre 1 9 1 3 , M . Dorfer (Eugène), directeur suppléant, a é t é n o m m é d i r e c t e u r d e la Caisse d ' é p a r g n e d e C a y e n n e , d a n s les conditions d é t e r m i n é e s aux articles 5 et 6 des s t a t u t s d e cet établissement et e n remplacement de M. P . Doré, c o n s i déré comme d é m i s s i o n n a i r e . e r

N" .174. — Par décision du Gouverneur, en date du 1 octobre 1913, a été acceptée la démission offerte p a r M. Boutin (Georges) de ses fonctions de m e m b r e de la commission administrative du bu l'eau de bienfaisance de Macouria. e r

N° .175. — Par arrêté du I octobre 1 9 1 3 , M . Laborde, chef du bureau d e s finances du Secrétariat général, est n o m m é m e m b r e de la commission chargée de d o n n e r son avis s u r l'opportunité de l'augmentation de droits p r o p o s é s p a r le s e r vice judiciaire, au profit des greffiers des diverses juridictions de la colonie, en remplacement de M . Debuc, appelé à d'autres fonctions.

N° 3 7 6 . — S u i v a n t lettre du Gouverneur de la Martinique, après avis du Conseil de Santé, M. Joseph ( E u g è n e ) , agent d e 5 classe de l'Imprimerie du Gouvernement à la Guyane, a o b tenu u n congé d e convalescence de trois mois, à passer à la Martinique, valable du 22 septembre au 21 décembre 1 9 1 3 inclus. e

.V 3 7 7 . — P a r lettre, en date du 6 octobre 1 9 1 1 , dont il lui a été accusé réception, M. G. Barthélémy a d o n n é sa démission de conseiller municipal de la c o m m u n e de Cayenne.

N° ,178. — P a r a r r ê t é du Gouverneur, en date du 8 octobre 1911, M. Léon-Pierre-Sinéra Sirder a été agréé garde p a r t i c u -


- 522 lierdu placer Dagobert(Haute-Maiia ). a p p a r t e n a n t à M. Adrien Cité. N° 3 7 0 . — Par a r r ê t é du Gouverneur, en date du 8 octobre 1 9 1 3 , M. Louis Malicieux a été agréé garde particulier des concessions de balata du Haut-Maroni, a p p a r t e n a n t e .M. Y. Rambaud.

N° 3 8 0 . — P a r a r r ê t é d u G o u v e r n e u r ! en dale du 9 octobre 1 9 1 3 , M. Eugène Vertun a été agréé garde particulier des concessions Jules el Léonce Melkior et Auguste Beaujoie, situées à Mana et dans la Haute-Mana.

-

N 381 . — Par décision t o b r e 1 9 1 3 , prise s u r la chef du service j u d i c i a i r e , a passer en F r a n c e , a élé t e u r à la Cour d'appel de

du G o u v e r n e u r , en dale du 10 ocproposition du P r o c u r e u r g é n é r a l , u n congé administratif de six m o i s , a c c o r d é a M . Buan, conseiller-audila G u y a n e française.

N° 3 8 2 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en date du H octobre 1913, a été acceptée la démission offerte p a r M. G. Barthélémy de son mandat d e Conseiller g é n é r a l de la 1re circonscription (Ville de C a y e n n e ) .

N° 3 8 3 . - - P a r a r r ê t é du G o u v e r n e u r , en date du 13 o c tobre 1 9 1 3 , pris s u r la proposition du P r o c u r e u r g é n é r a l , chef du service judiciaire, la peine de la s u s p e n s i o n p e n d a n t un mois a été p r o n o n c é e contre l'huissier Charles J o s e p h , p o u r m a n q u e m e n t grave à ses devoirs p r o f e s s i o n n e l s .

N° 3 8 4 . — Par décision du 2 3 octobre 1 9 1 3 , un congé de convalescence de trois mois, à passer d a n s la colonie, est accordé à M. Yencamma, agent de l'Imprimerie du Gouvernement.


— 523 — N° 3 8 5 . — Par décision du Gouverneur du 24 octobre 1913, M . Régina ( Théophane), secrétaire de Mairie de 2 classe d e s c o m m u n e s rurales, en s e r v i c e à Macouria, est élevé à la 1re classe de son emploi et appelé à s e r v i r à Sinnamary. e

N ° 3 8 6 . — Par décision du Gouverneur du 2 4 octobre 1913, M. Germain (Gabriel), secrétaire de Mairie de 1 elasse à Sinnamary, est appelé à continuer ses service à Macouria, re

N° 387. — Par arrêté du Gouverneur, en d a l e du 24 octobre 1913, pris s u r la proposition du P r o c u r e u r général, chef du service judiciaire, .M. .Nesty, c o n s e i l l e r à la C o u r d'appel de la Guyane française,a r e p r i s les fonctions d o n t il esl titulaire; Par le même a r r ê t é , ont été provisoirement

nommés:

1° Conseiller à la Cour d'appel de la Guyane, M. Socrate, juge de Paix à Sinnamary, en remplacement de M. de KersaintCiily, en congé; 2° P r o c u r e u r de la République du Tribunal de première Instance de Cayenne, M. Léopold-Léger, lieutenant du juge, en remplacement d e M. Motais, attendu; 3° Juge-président du tribunal de Cayenne, M. Walrand, jugeprésident du Tribunal de première instance du Maroni, en r e m placement de M. Lefebvre d'Àrgencé, en congé.. N° 3 8 8 . — P a r arrêté du Gouverneur, en date du 24 octobre 1 9 1 3 , pris sur la proposition du Procureur général, chef du service judiciaire, la Cour d'appel a été convoquée en séance extraordinaire le samedi 25 octobre 1 9 1 3 , à 8 heures du matin, à reflet de recevoir le serment de MM. Socrate, Léopold-iLéger et Walrand : N° 3 8 9 . — Par arrêté du Gouverneur, eu date du 24 o c tobre 1913, pris sur la proposition du Procureur général, chef du service judiciaire, M. Panéla, agent de police à Sinnamary, a été provisoirement investi des fonctions d'huissier dans l'étendue de sa circonscription, pendant l'absence de l'agent de police Lamoral. 37


524 —

-

N ° 3 9 0 . — Par lettre en date du 24 octobre 1913. dont il lui a été accuse réception, M F. R é g i s a d o n n é la d é m i s sion de ses fonctions de conseiller municipal de la c o m m u n e de C a y e n n e .

N° 391. Par arrêté dû Gouverneur, en d a l e du 25 octobre 1913, p r i s s u r la proposition du Procureur général, chef du service judiciaire, M. Lesage, commis-greffier p r è s la Cour d'appel de la Guyane française, a été a p p e l é à reprendre les fonctions d o n t il es! titulaire. Par le m ê m e arrêté, M. Gaumonl i Eugène-Edouard) a été licencié de ses fonctions de commis-greffier provisoire à la Cour d'appel de Cayenne. N°392. — P a r d é c i s i o n d u 25 octobre 1913, M. Dubourg (Paul), c o m m i s principal du Secrétariat général, de retour de congé, esl affecté au 1 Bureau. er

8

N 3 9 3 . — Par décision du Gouverneur, en date du 31 o c tobre 1 9 1 3 , sont appelés a s e r v i r : A Cayenne (Ecolo des garçons : M. Karaky (Paul). A O y a p o c : M. R e n o u x (Edouard). A Matourv : M. Niénat (Victor).

N° 3 9 4 . — Par décision du Chef du service de l ' I n s t r u c tion publique, en date du 30 octobre I 9 J 3 , le personnel des Cours d'adultes est ainsi fixé pour l'année scolaire 1913-191 i. 1* Il unîmes : Cours élémentaire et préparatoire ; L u n d i , mercredi et vendredi. De 6 a 7 h e u r e s ( s o i r ) : M. Elizc, instituteur. Cours moyen et supérieur : Mardi, jeudi et samedi. De G à 7 h e u r e s (soir*): M. Laborieux, i n s t i t u t e u r


525 — 2e Femmes : Cours é l é m e n t a i r e et p r é p a r a t o i r e : L u n d i , m e r c r e d i et v e n d r e d i . De 6 à 7 h e u r e s ( s o i r ) : M

m e

Vienne ( C a m i l l e ) , i n s t i t u t r i c e .

Cours moyen et s u p é r i e u r . Mardi, jeudi et s a m e d i . 1le

De H à 7 h e u r e s ( s o i r ) : M

Merkel ( E m i l i e ) , i n s t i t u t r i c e .

N° 3 9 5 . — Par décision du Chef du service de l'Instruction p u b l i q u e , en date du 30 octobre 1913, M. R e n o u x ( E d o u a r d ) , p o u r v u du brevet élémentaire, est délégué d a n s les fonctions d'instituteur stagiaire à la G u y a n e , p o u r c o m p t e r d u 3 n o v e m b r e prochain.

N° 3 9 6 . — P a r décision du Chef du service de l ' I n s t r u c t i o n p u b l i q u e , en date du 31 o c t o b r e 1913, M " R a c h e l S a i n t e Claire, p o u r v u e du certificat de fin d ' é t u d e s n o r m a l e s , a n c i e n n e i n s t i t u t r i c e , a été d é l é g u é e d a n s les fonctions d ' i n s t i t u t r i c e stagiaire à la Guyane et attachée à l'école d e s filles de C a y e n n e , e n r e m p l a c e m e n t de Mlle G e r t r u d e Boudoute, d é m i s s i o n n a i r e . e

CERTIFIÉ

Le

CONFORME :

Secrélaire-archiviste,

Signé:

EM.

G U E R L A I N

CAYENSE — I m p r i m e r i e du G o u v e r n e m e n t .


BULLETIN OFFICIEL DE

LA

GUYANE FRANÇAISE N° 10 OCTOBRE

bis.

1913.

ARRÊTÉ p r o m u l g u a n t d a n s l a c o l o n i e le d é c r é t du 8 juillet 1913, d é c l a r a n t e x é c u t o i r e s d a n s les colonies françaises antres q u e l'Algérie, le Maroc et l a Tunisie la loi d u 1 7 a v r i l 1 9 0 7 , ainsi q u e d i v e r s a c t e s concernant la navigation maritime. (8 LE

GOUVERNEUR

octobre

1913.)

p . i. de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828 ; Vu la circulaire ministérielle en date du 21 juillet 1913, p o r tant instructions p o u r l'application, dans les colonies françaises, des lois et décrets concernant la sécurité de la navigation et la réglementation du travail à bord des navires de commerce, ARRÊTE

:

e r

Article 1 . — Sont promulgués à la Guyane française, p o u r y être exécutés dans leur forme et teneur : 1° Le décret du 8 juillet 1893. déclarant exécutoires dans les colonies autres que l'Algérie, le Maroc et la Tunisie la loi du 17 avril 1907 et les décrets des 20 et 21 septembre 1908, 21 septembre 1908 et 20 février 1909, 10 avril 1909. \ août 1910, 21 juin 1912 et 7 mars 1 9 1 3 ;

1


2 _

2° Ledécrel du 8 juillet 1913, désignant les ports des colonies françaises et pays de protectorat où peuvent s'effectuer les visites des navires prévues à l'article 15 de la loi d u 17 avril

1907; 3° La loi du 17 avril 1907, concernant la sécurité de la n a v i gation maritime el la réglementation du travail à b o r d d e s n a vires de commerce : 4° Le décret du 21 septembre 1908, modifié p a r décret d u 10 avril 1909, portant règlement d'administration publique sur la sécurité de la navigation maritime et l'hygiène à bord des navires de commerce ; 5° Le décret du 20 septembre 1908, p o r t a n t r è g l e m e n t s u r l'organisation du travail à bord des navires de c o m m e r c e et de pèche ; 6" Les décrets des 4 août 1910, 21 juin 1912 et 7 m a r s 1913, modifiant le règlement d'administration publique d u 21 s e p tembre 1908 : 7° Le décret du 4 août 1910, modifiant le règlement d ' a d m i nistration publique du 20 septembre 1908. Art. 2. - Le Chef du service de l'Inscription m a r i t i m e est chargé de l'exécution du présent arrêté, q u i sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, el sera inséré au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 8 octobre 1913. DIDELOT.

Par le Gouverneur : le Chef du Service de marilitue.

l'Inscription

C. LASSALLE.

CIRCULAIRE. — Application de la loi du 11 avril 1901 dans les colonies françaises, aux navires ayant leur port d'attache en France. — Constitution des Commissions de visite des navires de commerce. (Service Administrai if colonial. — 2'* S e c t i o n . ) Paris, L E MINISTRE DES COLONIES à Messieurs

le 31 juillet 1 9 t 3 . les Gouverneurs

et Gouverneurs des colonies et à .Monsieur dis lies Saint-Pierre et Miquelon. L e Journal

généraux

l'Administrateur

officiel de la Uépubliqee française du 13 juillet


-

3 —

1913 publie un rapport du Président de la République en date du 8 juillet 1913, suivi de deux décrets concernant les navires ayant leur port d'attache dans la Métropole. Le premier de ces actes rend applicable à ces navires et aux navires é t r a n g e r s , dans les colonies françaises et pays de protectorat d é p e n d a n t du Ministère des colonies, la loi du 17 avril 1907, concernant la sécurité de la navigation maritime el la réglementation du travail à bord des navires de c o m m e r c e . Le second désigne les ports de ces colonies et pays d e protectorat où seront constituées les commissions de visite prévues a l'article 15 de la loi du 17 avril 1907 el ceux où il sera établi u n service d'inspection de la navigation m a r i t i m e . J'ai, en conséquence, l'honneur de vous prier de p r e n d r e les m e s u r e s utiles en vue de la promulgation et de l'application immédiate de ces deux décrets dont la mise en vigueur ne saurait soulever aucune difficulté. J'estime, n é a n m o i n s , nécessaire de vous faire parvenir les instructions suivantes : La loi du 17 avril 1907 est incorttestablememl applicable, depuis sa mise en vigueur en France, aux navires métropolitains, quels que soient les parages où ils naviguent, el aux navires étrangers louchant à un port français. Les autorités maritimes aux colonies sont, par suite, qualifiées pour en a s s u r e r le respect h bord sans qu'il soit nécessaire d'en promulguer préalablement le texle dans la colonie où ces navires font escales. Il est toutefois indispensable de procéder a celte promulgation, alin de créer légalement el de percevoir les droits à i n s tituer en conformité de l'article 52 de la loi ( article i du décret ) et de payer les rétributions aux experts désignés h l'article ol d e e e texte législatif(article 3 du d é c r e t ) , en tenant compte des attributions des autorités et assemblées locales en ces matières. D'autre part, les ports coloniaux, où les visites d e s navires seronlz-régulièrement effectuées, doivent être désignés par décret, a(in qu'il soit possible d'y constituer les c o m m i s s i o n s de visite visées par l'article I o d e la loi précitée. Enlin, c'est également par décret que doivent être désignés les ports où il sera institué un service d'inspection de la navigalon maritime. Ces considérations m'ont a m e n é , de concert avec le Ministre de la m a r i n e , à poursuivre l'application aux colonies de la


-

4

régiementation s u r la sécurité en ce qui concerne l ' a r m e m e n t métropolitain et les navires é t r a n g e r s , m a i n t e n a n t que le décret du 21 décembre 1911 vient de créer en quelque sorte le statut particulier à la marine m a r c h a n d e dans les colonies et les pays de p r o t e c t o i a t . A ce sujet, v o u s remarquerez qu'aux t e r m e s de l'article 2 du p r e m i e r décret du 8 juillet 1913 susvisé, la loi du 17 avril 1907 et les r è g l e m e n t s qui la complètent ne sont pas applicables aux navires ayant leur port d attache d a n s les colonies françaises, pour lesquels le D é p a r t e m e n t p r é p a r e une législation spéciale en tenant compte des travaux et p r o p o sitions élaborés dans les colonies, conformément aux indications c o n t e n u e s dans la circulaire du 17 décembre 1 9 0 8 . Ultérieurement, lorsque les d é c r e t s à intervenir, sur ce point, détermineront suivant quelles modalités les dispositions du la loi du 37 avril 1 9 0 7 seront é t e n d u e s a ces navires, il sera possible, le cas échéant, d ' a d m e t t r e , au bénéfice d e l à m ê m e législation et du m ê m e t r a i t e m e n t , 1rs navires é t r a n g e r s fréquentant les ports coloniaux, s a n s toucher a l'un des ports »le F r a n c e ou de l'Algérie. En a t t e n d a n t , il importe de c o n s e r v e r dans la pratique u n e certaine uniformité des règles a suivre pour les vi>ites des navires, et, n o t a m m e n t , pour la composition des c o m m i s s i o n s de visite qui ne sauraient varier ou différer trop profondém e n t selon les ports coloniaux où ces d e r n i e r s font escale. Pour atteindre ce but essentiellement d é s i r a b ' e , j ' e s t i m e utile de compléter, dès aujourd'hui, les instructions en d a t é dis 19 mar-; 1 9 0 9 , en ce qui concerne plus spécialement l'institution des commissions de visite, la désignation tles i n s p e c teurs de la n a v i g a t i o n , le paiement des rétributions aux experts et la création des droits à verser pour les visites de navires. /. — Institution

des commissions

de visite.

D'accord avec le Ministre de la m a r i n e , j'ai p e n s é qu'il n'y avait pas lieu de soumettre à l'examen de la c o m m i s s i o n s u p é r i e u r e , prévue a l'article 18 de la loi, les arrêtés i n s t i t u a n t d a n s les colonies les c o m m i s s i o n s de visite à créer eu conformité de l'article I o d e ladite loi, lorsque leur constitution peut être normalement d é t e r m i n é e . l u effet, du dépouillement des r a p p o r t s t r a n s m i s au Déparl e m e n t , il résulte qu'il est possible de trouver les é l é m e n t s


5

nécessaires et suffisants, tout au moins dans l'un des ports de chacune de nos possessions, pour l'institution et La formation des commissions de visite de navires neufs ou nouvellement francisés. Bien qu'il soit à p r é s u m e r , du reste, que l'occasion se présentera rarement, ne réunir ces commissions pour visiter des navires doat le port d'attache se trouvera fixé d a n s la Métropole, et q u e , pour ce motif, dans certaines colonies, les Gouverneurs ont exprimé l'avis qu'il n'y avait pas lieu de les créer, on ne saurait méconnaître que cette éventualité se réalisera lors de l'acquisition de navires é t r a n g e r s , francisés dans la colonie, avant de rallier un port de la Métropole. Après avoir pris l a v i s du Ministre de la marine, j ' a i estimé que la formation de ces commissions devait être p r é parée, afin q u e , lorsque leur réunion s'imposera, les Gouvern e u r s soient à m ê m e de se conformer aux prescriptions de la loi. J'attacherai du prix a connaître le plus loi possible dans quelles conditions les dites commissions pourront être, le cas échéant, constituées dans les colonies intéressées. En c e qui concerne les commissions de visite des navires en cours de service, aucune difficulté n'est signalée, car des commissions similaires existaient déjà dans toutes nos possessions avant l'application de la loi du 17 avril 1907. Il n'y a pas lieu de prévoit le fonctionnement de commissions autres que celles visées par l'article 15 de la loi, c'est-à-dire do commissions a u t r e s q u e celles créées en France par les articles 4 et 6 de cet acte législatif, à l'exclusion n o t a m m e n t , de la commission prévue par l'article 8. En cas d'appel, il doit être procédé dans les conditions iixées par l'avant dernier paragraphe de l'article 15 d e la loi et par l'article 126 du décret du 21 septembre 1 9 0 8 . Ces considérations m ' o n t conduit a penser qu/il y avait avantage a vous t r a n s m e t t r e , à litre d'indication el pour éviter une trop grande diversité dans ia formation des commissions de visite, copies de deux projets d'arrêté, dont vous pourrez vous inspirer dans la m e s u r e où cela vous sera possible, ayant pour but d'instituer selon une base uniforme, d'une part, la Commission de visite des navires neufs ou nouvrllement francisés ; d'autre part, la commission de visite des navires en cours de service. 11 vous appartiendra, a l'aide de ces modèles types, de compléter les projets d ' a r r ê t é s antérieurement p r é parés et soumis a mon approbation et à celle du ..linisire dé la m a r i n e . . Ces derniers ont été approuvés, en principe et


-

6

-

s o u s réserve des modifications indiquées d a n s les modèles cia n n e x é s , les 2 0 mai el 22 juin 1913. Il ne sera donc pas n é cessaire de les soumettre à nouveau à notre approbation concertée. J'ajouterai, d ' u n e manière g é n é r a l e , qu'il ne c o n v i e n t pas de désigner n o m i n a t i v e m e n t les m e m b r e s de ces c o m m i s s i o n s d a n s les a r r ê t é s o r g a n i q u e s où l'on se b o r n e à m e n t i o n n e r , soit la fonction, soit la qualité de ces m e m b r e s . La d é s i g n a lion des titulaires est l'objet de décisions ou d ' a r r ê t é s u l t é r i e u r s et successifs, valable pour une période de t e m p s à d é t e r m i n e r . E n tout état de c a u s e , la p r é s i d e n c e d e s c o m m i s s i o n s doit revenir au fonctionnaire c h a r g é , d a n s le port où elle se r é u n i t , du service de l'inscription m a r i t i m e , où, à défaut, de la police de la navigation m a r i t i m e . II.

— Inspection

de la navigation

ma

itime.

L'utilité n'est p a s apparue d ' i n s t i t u e r un service d'inspection de la navigation d a n s les ports coloniaux a u t r e s que ceux de Saigon, Dakar et Saint-Pierre et Miquelon. Vous aurez néanmoins à choisir un fonctionnaire parmi les plus aptes à remplir c e s fonctions ou m ê m e à faire appel, le cas é c h é a n t , à un expert on a un capitaine au long cours non embarqué. Cet a g e n t , investi d e s attributions dévolues aux i n s p e c t e u r s de la navigation, trouvera sa place naturelle d a n s les c o m m i s s i o n s de visite. Il procédera aux visites d e partance d a n s les c o n d i t i o n s e x p o s é e s dans le rapport au Président de la République, en d a t e du 8 juillet 1 9 1 3 , précédant les d e u x décrets susvisés. Les titulaires de ces emplois ou les fonctionnaires d é s i g n é s pour en tenir lieu, en dehors de ceux a e m p r u n t e r au cadre m é t r o politain des i n s p e c t e u r s de la navigation m a r i t i m e pour les p o r t s de Saigon, de Dakar et de S a i n t - P i e r r e , doivent ê t r e n o m m é s par a r r ê t é s o u m i s à mon approbation et à celle du Ministre de la m a r i n e . Vous voudrez bien prendre les m e s u r e s utiles pour q u e les d é s i g n a l i o n s dont il s'agit soient effectuées s a n s r e l a r d , et m e t r a n s m e t t r e d'urgence les a r r ê ' é s que vous aurez pris a cet effet, n é a n m o i n s , les titulaires que vous aurez choisis d e v r o n t ê t r e i m m é d i a t e m e n t installés dans l e u r s fonctions, l'approbation préalable des a r r ê t é s de l'espèce n'étant pas exigée p a r le décret du 8 juillet 1913. Dans les colonies de l ' I n d o C h i n e , de l'Afrique Occidentale française et de S a i n t - P i e r r e et Miquelon, il importera de prévoir p o u r les p o r t s de Saigon,


—7— de Dakar et de S a i n t - P i e r r e , le traitement des inspecteurs de la navigation maritime dans les projets de budget à arrêter pour l'exercice 1914. Les fonctionnaires qui seront appelés à occuper ces emplois seront dirigés sur leur nouveau poste aussitôt que les a d m i n i s t r a t i o n s locales a u r o n t fait connaître au Département le grade de l'inspecteur, à m e t t r e en route et la date où il devra rallier la colonie. Le décret organique du personnel des inspecteurs de la navigation, en date du 2 8 m a r s 1909, indique le statut de ces fonctionnaires, dont le traitement est fixé par le déret du 11 octobre 1912. La solde coloniale oscille e n t r e 6 , 0 0 0 , 8,000, I 0 , 0 0 0 e t 12,000 francs suivant qu'il s'agit d'un inspecteur de 4 ou de 1re classe. e

III.

— Paiement des rétributions aux experts et création des droits à verser pour les visites de navires.

Les articles 3 et 4 du décret du 8 juillet 1913 stipulent d'une part, q u e les rétributions a payer aux m e m b r e s d e s c o m m i s s i o n s qui ne sont ni officiers, ni fonctionnaires en activité de service sont fixées par a r r ê t é s du G o u v e r n e u r , r e n d u s en Conseil, et i m p u t a b l e s au budget local; d'autre p a r i , que le mode d ' a s s i e t t e , la quoliié et les règles de perception d e s droits, auxquels d o n n e n t lieu les visites de navire, sont établi an profit du budget local d a n s les formes prescrites par l'aiticle 74 du décret du 30 décembre 1912. P o u r la fixation du taux de la rémunération a allouer à chaque m e m b r e non officier ou fonctionnaire en activité d e service, l'occasion des visites et expertises spéciales, vous pourrez vous inspirer des dispositions fixées pour la Métropole p a r l e décret ( m a r i n e ; du 1 septembre 1 9 0 $ . Vous aurez n é a n m o i n s à tenir compte des tarifs locaux déjà c o n s a crés par les usages et par d e s a r r ê t é s a n t é r i e u r s . Vous a p p r é cierez si ces tarifs doiveni être r e m a n i é s ou s'il ne conviendrait pas de les m a i n t e n i r en vigueur, en considération des difficultés que vous pourriez rencontrer p o u r désigner des experts d'une compétence indiscutable, étant donné que vous disposerez vraisemblablement d ' é l é m e n t s peu nombreux, et, en tous cas, plus difficiles à réunir que ceux auxquels on a la lacilité de recourir dans la Métropole. Je saisis celte occasion pour vous rappeler que si, antérjeu rament à la promulgation des décrets du 8 juillet 1913, des experts, appelés a taire partie d:. s c o m m i s s i o n s de visite de navires avaient été r é m u n é r é s par e r r e u r s u r les cre.lits du e r

i


-

8

-

b u d g e t du D é p a r t e m e n t de la m a r i n e , par application de l'article 51 de la loi du 17 avril 1 9 0 7 . Il vous a p p a r t i e n d r a i t de p r e n d r e les m e s u r e s u t i l e s p o u r le r e v e r s e m e n t , au litre du budget d e ce D é p a r t e m e n t , du m o n t a n t des r é t r i b u t i o n s dont il s'agit. Si toute lois, ces opérations p r é s e n t a i e n t d e s difficultés, vous auriez à m ' e n r e n d r e c o m p t e . E n ce qui c o n c e r n e la création des d r o i t s à verser p o u r les visites des n a v i r e s , v o u s aurez à vous c o n f o r m e r aux p r e s c r i p t i o n s de l'article 4 du d é c r e t du 8 juillet 1 9 1 3 , en vous a t t a c h a n t a d é t e r m i n e r la quotité de ces droits a u t a n t q u e p o s s i b l e en conformité d i s d i s p o s i t i o n s de l'article 5 2 de la loi du 17 avril 1907. T e l l e s sont les i n s t r u c t i o n s q u e je crois u t i l e s de vous s i g n a l e r p o u r l'application i m m é d i a t e de la loi du 17 avril Ï907 et des r è g l e m e n i s qui la c o m p l è t e n t , en date d e s 20 et 2 1 s e p t e m b r e 1908, modifiés les 10 avril 1909, 4 août 1910, 21 juin 1912 et 7 m a t s 1913, c o m m e n t e s et e x p l i q u é s p a r l'instruction du Ministre de la m a r i n e du 17 mai 1909. La p l u p a r t de ces d o c u m e n t s vous ont été a d r e s s é s a n t é r i e u r e m e n t . Vous trouverez n é a n m o i n s ci-annexés u n e x e m p l a i r e d e s r è g l e m e n t s d ' a d m i n i s t r a t i o n publique, afin d'en faciliter la publication an Journal officiel d e la colonie q u e vous a d m i nistrez.

J.- B. NOBEL* RAPPORT Au

PRÉSIDENT

DE

LA

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Paris, le 8 juillet 1913.

Monsieur le

Président.

L'article 15 de la loi du 17 avril 1 9 0 7 , c o n c e r n a n t la séc u r i t é de la navigation m a r i t i m e et la réglementation du travail à bord des navires de c o m m e r c e , prévoit q u ' a u x colon i e s , la visite d ? s n a v i r e s neufs ou n o u v e l l e m e n t francisés sera faite par une c o m m i s s i o n dont fera partie l'officier c h a r g é de la police de la navigation m a r i t i m e et d o n t les m e m b r e s seront n o m m é s par le G o u v e r n e u r . Q u a n t à la visite d e s n a v i r e s en c o u r s de s e r v i c e , elle doit être faite par une commission c o m p o s é e de l'officiel*, ou


— 9

-

fonctionnaire chargé de la police de la navigation et de deux experts nommés par le Gouverneur.

maritime

Ces commissions ont pour mission de procéder aux différentes constatations visées aux articles 1, 2 et 3 de la loi, partout où il y aura lieu d'en constituer . Mais, les ports où elles opéreront doivent être désignés par décret. Or, tandis que les ports métropolitains, où les c o m m i s sions dont il s'agit ont élé constituées, sont actuellement d é terminés par ie décret du 18 novembre 1905, aucun acte n'est intervenu à ce jour pour désigner les ports des colonies où les constatations susvisées pourront avoir lieu. Il convient dès lors de procéder à celte désignation et de choisir ces ports parmi les plus fréquentés par les navires de la marine de commerce, et, autant que possible, parmi «eux qui disposent d'un outillage permettant les visites à sec. D'autre part, l'importance du mouvement maritime aux îles Saint-Pierre et Miquelon, en Cochinchine et au Sénégal rend pécessaire la création dans les ports de S a i n t - P i e r r e , Saigon et de D a c k a r d ' u n service d'inspection de la navigation maritime,. L'article 7 de la loi prescrit que la création des postes de celte nature sera faite par décret. Dans la métropole, c'est le même acte qui a désigné les ports et qui a d é t e r m i n é ceux où fonctionne un service d'inspection. Il v a avantage à procéder de m ê m e pour les colonies. Mais, l'utilité n'apparaît pas pour le m o m e n t d'instituer un service d'inspection de la navigation dans les a u t r e s ports coloniaux. Pour ceux-ci, il suftira de donner au Gouverneur la faculté de choisir un fonctionnaire parmi les plus aptes à remplir ces fonctions, ou même de faire appel, lu cas échéant, à un expert ou à un capitaine au long coins qui se trouverait à t e r r e . Cet agent serait ainsi investi (Tes attributions dévolues aux inspecteurs de la navigation et trouverait sa place naturelle dans les commissions à instituer aussi bien pour la visite tes navires neufs ou •ouvellement francisés que pour celle des navires en cours de service. En ce qui c o n c e r n e les visites de partance, l'article de la loi prévoit qu'elles seront faites par l'officier ou le fonctionnaire chargé de la police de la navigation m a r i t i m e , lequel possédera lous les pouvoirs conférés par l'article 7 précité à


-

10

-

l'inspecteur de la navigation. Mais, c o m m e ce f o n c t i o n n a i r e peut se trouver aux colonies d a n s l'impossibilité m a t é r i e l l e d ' e x e r c e r c o n v e n a b l e m e n t ces pouvoirs, par l u i - m ê m e , soit en raison de l'insuffisance de s e s c o n n a i s s a n c e s t e c h n i q u e s , soit à cause de l'importance n u m é r i q u e des visites d e l ' e s p è c e , il convient de lui faciliter l'utilisation, pour ces vis i t e s , des c o n n a i s s a n c e s professionnelles de l'inspecteur de la navigation ou de l'agent en tenant lieu, lesquels p o u r r a ainsi e x e r c e r par délégation du fonctionnaire c h a r g é de la police d e la délégation, les p o u v o n s que ce d e r n i e r tient de la loi. Ces d i v e r s e s c o n s i d é r a t i o n s nous ont a m e n é à p r é p a r e r un p r e m i e r projet de d é c r e t que v o u s t r o u v e r e z ci-joint. T o u t e fois, le f o n c t i o n n e m e n t des c o m m i s s i o n s de visite e n t r a i n e l'obligation de r e n d r e e x é c u t o i r e , p r é a l a b l e m e n t d a n s les c o lonies, en m ê m e t e m p s que les r è g l e m e n t s pris p o u r son application, la loi du 17 avril 1 0 0 7 , dont la p r o m u l g a t i o n p a r a r r ê t é s d e s g o u v e r n e u r s ne pouvait ê t r e effectuée jusqu'à ce joi r . En elïet, la distinction introduite p a r la l«i du 19 avril 1 9 0 6 sur la m a r i n e m a r c h a n d e e n t r e les navires ayant l e u r port d ' a t t a c h e dans la métropole et c e u x a t t a c h é s à un p o r t colonial n ' e s t p r a t i q u e m e n t e n t r é e d a n s la r é g l e m e n t a t i o n m a r i t i m e qu'avec le d é c r e t du ± \ d é c e m b r e ! 9 1 l sur la m a rine m a r c h a n d e dans les colonies françaises, dont l'article 2 9 prescrit la mise en vigueur un an a p r è s la publication de cet acte. Aussi bien, non s e u l e m e n t le législateur de 1907 n'avait pas prévu la situation des navires a y a n t leur port d ' a t t a c h e aux colonies a u x q u e l s , ainsi q u e l'a r e c o n n u le Conseil d ' E t a t , la loi s u r la sécurité n'est pas applicable ipso fado, mais e n c o r e en ce qui c o n c e r n e m ê m e les navires ayant leur poil d ' a t t a c b e en F r a n c e et naviguant d a n s nos possessions d'out r e - m e r a u x q u e l s la iqj s'applique d e plein d r o i t , c e t t e a p p l i cation nécessitait u n e certaine adaptation, a n a l o g u e a celle q u i a fait l'objet pour l'Algérie, d u d é c r e t du 7 avril 1 9 1 0 , afin de ne p a s entraver ou r e t a r d e r o u t r e m e s u r e les o p é r a t i o n s effectuées d a n s les ports coloniaux. C'est ainsi q u e n o u s nous p r o p o s o n s , du r e s t e , d ' é t e n d r e u l t é r i e u r e m e n t aux b â t i m e n t s ayant leur port d ' a t t a c b e aux colonies, par des t e x t e s s p é c i a u x , t o u t e s les dispositions de la législation m a r i t i m e c o n c e r n a n t la s é c u r i t é , l'hygiène et la r é g l e m e n t a t i o n du travail q u i s e r o n t r e c o n n u e s c o m p a t i b l e s


-

11

-

avec les exigences des différentes c a t é g o r i e s de la navigation existant aux colonies. Enfin, nous d e v o n s tenir compte de la loi du 2 3 f é v r i e r 1 9 1 2 , sur la réorganisation de l'inscription maritime aux colonies, dont l'article l impose aux budgets locaux toutes les d é p e n s e s q u e l'inscription maritime y occasionnera, y compris les vacations a payer aux m e m b r e s des c o m m i s s i o n s de visite que l'article 51 de la loi du 17 avril 1907 prévoit à la c h a r g e du D é p a r t e m e n t de la m a r i n e . Corrélativement, le m o n t a n t des droits de visite, d é t e r m i n é s par l'article 52 de la m ê m e loi, doit profiler aux colonies, aux budgets locaux. Do m ê m e en ce qui concerne le mode d'assiette, la quotité el les règles de perception d e s droits que les intéressés doivent verser au Trésor, il y avait lieu de se préoccuper des r è g l e s qui régissent aux colonies la législation financière eu v e n u desquelles cette matière r e n t r e d a n s les attributions des c o n s e i l s locaux. , or

Çe sont ces considérations q u i expliquent les r é s e r v e s apportées pour le second projet de décret ci-joint, à l'application aux colonies de la loi du 17 avril 1907. Nous avons, en c o n s é q u e n c e , l'honneur, Monsieur le P r é s i dent, de s o u m e t t r e ces deux projets de décret à voire haute sanction, l'un de ces actes c o n c e r n a n t la loi e l l e - m ê m e et les règlements qui la c o m p l è t e n t , l'autre c o m p o r t a n t la d é s i g n a lion des porls coloniaux où les visites des navires s e r o n t elfectuées. Nous vous prions d'agréer, respect. Fait à Paris, le 8 juillet

l'hommage

de notre

1915. Lê Ministre PlERRK

Le Ministre

des

profond

de la BAI

Marine, DIX.

colonies,

J. MOKl.L

Le

PRÉSIDENT

de la République française,

S u r le rapport du Ministre des colonies et du Ministre de ia marine ; Vu la loi du 17 avril 1907, c o n c e r n a n t la sécurité de la navigation maritime et la réglementation du travail à bord des navires de c o m m e r c e ;


-

12

-

Vu les r è g l e m e n t s d ' a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e d e s 2 0 et 21 s e p t e m b r e 1 9 0 8 , modifiés les 10 avril 1909, 4 août 1 9 1 0 , 2 l juin 1912 et 7 m a i s 1913 et les d é c r e t s d e s 21 s e p t e m b r e 1 9 0 8 et 2 0 février 1 9 0 9 ; Vu les s é n a t u s - c o n s u l l e s d e s 3 m a i 1 8 5 1 et 4 j u i l l e t 1866 ; Vu la loi du 2 3 février 1912, s u r la r é o r g a n i s a t i o n du s e r vice de l ' i n s c r i p t i o n m a r i t i m e aux c o l o n i e s ; Vu le d é c r e t du 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 , sur le r é g i m e financier des colonies, DÉCRÈTE : e r

Article 1 . — S o n t d é c l a r é s e x é c u t o i r e s dans les c o l o n i e s f r a n ç a i s e s et pays d e p r o t e c t o r a t a u t r e s q u e l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, s o u s les r é s e r v e s c i - a p r è s , la loi du 17 avril 1 9 0 7 et les d é c r e t s s u s v i s é s des 2 0 et 21 s e p t e m b r e 1908 et 20 lévrier 1 9 0 9 , 10 avril 1 9 0 9 , 4 a o û t 1 9 1 0 , 21 juin 1912 et 7 mars 1 9 1 3 . A r t . 2 . — Ne sont pas s o u m i s a u x d i s p o s i t i o n s d e la loi du 17 avril 1 9 0 7 et d e s d é c r e t s (-minières a l'article l c i - d e s u s : 1° l e s n a v i r e s a y a n t leur port d ' a t t a c h e d a n s les c o l o n i e s f r a n ç a i s e s et pays de p r o t e c t o r a t a u t r e s q u e l'Algérie, le Maroc et la T u n i s i e Des d é c r e t s s p é c i a u x d é t e r m i n e r o n t s u i v a n t quelles m o d a l i t é s les d i s p o s i t i o n s de ladite loi et les r è g l e m e n t s qui la c o m p l è t e n t p o u r r o n t ê t r e é t e n d u e s à c e s n a v i r e s ; 2° l e s n a v i r e s é t r a n g e r s a p p e l é s à bénéficier de la m ê m e l é g i s l a t i o n et du m ê m e t r a i t e m e n t q u e c e s d e r n i e r s ou d ' u n e l é g i s l a t i o n et d'un t r a i t e m e n t é q u i v a l e n t s . e r

e r

A r t . 3 . — P a r application de l'article 1 de la loi du 2 3 février 1 9 1 2 , les d i s p o s i t i o n s s u i v a n t e s sont s destituées à l'article 5 1 d e la loi du 17 avril 1907 pour l e s visites, d a n s l e s c o l o n i e s françaises et l e s pays de p r o t e c t o r a t s u s v i s é s , d e s navire*; a u t r e s que ceux d é s i g n é s à l'article 2 du p r é s e n t d é c r e t . « Art. 5 1 . — L e s m e m b r e s des c o m m i s s i o n s de visite p r é v u e s à l'article 15 d e la loi qui ne sont ni officier, n i fonct i o n n a i r e s en activité de s - r v i e e r e ç o i v e n t des r é t r i b u t i o n s tixéi-s par a r r ê t é s du G o u v e r n e u r , r e n d u s en conseil d a n s la limite d e s c r é d i t s a l l o u é s par le b u d g e t local qui en s u p p o r t e la d é p e n s e . Ils ne s o n t pas a s s u j e t t i s à r a i s o n de ces f o n c t i o n s , à la c o n t r i b u t i o n d e s p a t e n t e s . » A r t . 4. — Le m o d e d ' a s s i e t t e , la quotité et les r è g l e s d e p e r c e p t i o n d e s d r o i t s , a u x q u e l s d o n n e n t lieu les visites des n a v i r e s p r é v u e s à l'article 15 de la loi, sont établis au profil


-

13 —

du budget local, d a n s les formes prescrites par l'article 74 du décret du 30 d é c e m b r e 1912, s u r le régime financier d e s colonies, en conformité des dispositions de l'article 52 de ladite loi. Art. 5 . — Les Gouverneurs exercent d a n s les colonies françaises el pays de protectorat visés à l'article 1 du p r é sent décret, les attributions qui sont dévolues dans la M é t r o pole au Ministre de la marine el au Ministre du c o m m e r c e et de l'industrie par les articles 4 et 44 de la loi. e r

Les pouvoirs attribués au Ministre de la m a r i n e par l'article 5 6 , dernier p a r a g r a p h e de la loi, sont d é l é g u é s aux Gouvern e u r s en ce qui c o n c e r n e les navires é t r a n g e r s ne t o u c h a n t p a s un port de France ou d'Algérie. Art. 6. — Les c o m m u n i c a t i o n s à a d r e s s e r au Ministre d e la marine et au Ministre du c o m m e r c e et de l'industrie c o n cernant les opérations effectuées, d a n s les ports des p o s s e s sions coloniales susvisées, en vertu de la loi du 17 avril 1907 et des décrets qui la complètent, ont lieu par l'intermédiaire du Gouverneur et du Ministre des colonies. Arl. 7. — Les attributions conférée.s au G o u v e r n e u r par le présent décret sont exercées par les G o u v e r n e u r s g é n é r a u x dans les possessions r é u n i e s sous uu g o u v e r n e m e n t c o m m u n . Dans l'intervalle des sessions, l'avis du Conseil du Gouvern e m e n t est remplacé par celui de la commission p e r m a n e n t e . Art. 8. — Sont tt demeurent abrogées contraires au présent décret.

les dispositions

A r t . 9 . — Le Ministre des colonies et le Ministre de la marine sont c h a r g é s , chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié aux Journaux officiels de la République française et des colonies, el inséré au Bulletin des Uns et aux Bulletins officiels des Ministères des colonies et de la marine. Fait à Paris, le 8 juillet 1 9 1 3 .

I L P01NCÀRÉ. Par le Président de la République : Le Ministre des colonies,

J. MORIL.

Le Ministre de la mâtine PlERBE

!!\lï|)l\„


- 14 — L E PRÉSIDENT de la R é p u b l i q u e française, Tu le rapport du Ministre d e s colonies et du Ministre de la m a r i n e ; Vu la loi du 17 avril 1907, c o n c e r n a n t la s é c u r i t é de la navigation m a r i t i m e et la réglementation du travail à bord d e s n a v i r e s de c o m m e r c e , et n o t a m m e n t l'article 5, $ 1 ainsi conçu : « A r t . 5 . — A p r è s leur m i s e en service, les n a v i r e s français visés à l'article 1 d e v r o n t être e x a m i n é s d a n s l e s p o r t s de F i a n c e ou d a n s ceux des colonies q u i a u r o n t été d é s i g n é s par d é c r e t , lorsque douze mois s e r o n t é c o u l é s d e p u i s la d e r n i è r e visite q u ' i l s a u r o n t s u b i e . e r

e r

Vu les r è g l e m e n t s d ' a d m i n i s t r a t i o n publique des 2 0 et 21 s e p t e m b r e 1908, modifiés les 10 avril 1 9 0 9 , 4 août 1 9 1 0 , 21 j u i n 1912 et 7 m a r s 1913 ; Vu le d é c r e t du 8 juillet 1 9 1 3 , r e n d a n t applicable d a n s les colonies françaises et p r o t e c t o r a t d é p e n d a n t du Ministre d e s c o l o n i e s , la loi p r é c i t é e du 17 avril 1907 ; Vu le d é c r e t du 18 n o v e m b r e 1 9 9 8 , d é s i g n a n t les p o r t s d e F r a n c e et d'Algérie où seront c o n s t i t u é e s les c o m m i s s i o n s de visite des navires de c o m m e r c e , i n s t i t u é e s par la loi p r é c i t é e d u 17 avril 1907 ; Vu le d é c r e t du 2 0 m a r s 1 9 0 9 , p o r t a n t o r g a n i s a t i o n du p e r s o n n e l des i n s p e c t e u r s de la navigation m a r i t i m e ; Vu le s é n a t u s - c o n s u l l c du 3 ma! 1 8 5 4 , DÉCRÈTE

:

e r

Article 1 . — Sont d é s i g n é s c i - a p r è s les p o r t s d e s c o l o n i e s françaises et pays de protectorat où p e u v e n t s'effectuer les visites îles navires prévues à l'article $ 5 de la loi du # 7 avril 1 9 0 7 , s u r la s é c u r i t é d e la navigation m a r i t i m e et la r é g l e m e n tation du travail à b o r d des navires d e c o m m e r c e . S a i n t - P i e r r e ( Iles

Saint-Pierre

P o i n t e - à - P i t r e et B a s s e - T e r r e

et

Miquelon ) ;

( Guadeloupe ) ;

F o r t - d e - F r a n c e ( Martinique ) ; Cayenne ( Guyane ) ; Dakar, Conakry, Grand Bassani et Colonou ( Afrique d e n t a l e française ) ; Libreville (Afrique E q u a t o r i a l e f r a n ç a i s e ) ;

Occi-


— 15 Djibouti (

établissements français de la Côte des Somalis)

Majunga, D i é g o - S u a r e z , T a m a t a v e

(Madagascar);

Pointe des Galets ( R é u n i o n ) ; Pondichéry ( é t a b l i s s e m e n t s français de l'Inde ; Saigon et Haïphong ( Indo-Chine ) ; Nouméa ( Nouvelle Calédonie ) . Papeete ( é t a b l i s s e m e n t s français de l ' O c e a n i c ) . Art. 2 . — Il est créé d a n s c h a c u n des ports prévus a l'article 1 c i - d e s s u s , des c o m m i s s i o n s qui sont c h a r g é e s d e s visites el c o n s t a t a t i o n s visées à l'article QO de la loi du 1 7 avril 1 9 0 7 . Ces c o m m i s s i o n s sont i n s t i t u é e s par a r r ê t é s du Gouverneur, approuvés p a r le Ministre des colonies et le Minisire de la m a r i n e . FR

Art. 3 . — Dans chacun de ces p o r t s , le G o u v e r n e u r peut instituer un emploi d ' i n s p e c t e u r de la navigation et en désig n e r le titulaire par a r r ê t é s pris d a n s les l o r m e s p r é v u e s a l'article 2 c i - d e s s u s . E x c e p t i o n n e l l e m e n t , ces fonctions d ' i n s p e c t e u r de la n a vigation p o u r r o n t être exercées à S a i n t - P i e r r e et Miquelon a S i ï g o n et h Dakar par u n fonctionnaire du cadre m é t r o p o l i tain d e s I n s p e c t e u r s de la navigation, d é s i g n é de c o u c e r j e n t r e les Ministres de la m a r i n e et d e s c o l o n i e s . P o u r les visites d e s navires en p a r t a n c e , le Chef du service de l'inscription maritime ou le fonctionnaire c h a r g é de la police de la navigation peut d é l é g u e r à l ' i n s p e c t e u r de la navigation les pouvoirs q u e le Chef du service de l ' I u s c l i p tion m a r i t i m e tient de l'avant d e r n i e r alinéa de l'article 1 5 de la loi du 1 7 aviil 1 9 0 7 . Art. 4 . — Les a i l r i b u t i o n s conférées au Gouverneur par le p r é s e n t décret sont e x e r c é e s par les G o u v e r n e u r s g é n é raux d a n s les possessions r é u n i e s sous un g o u v e r n e m e n t commun. A r t . 5 . — S o n t et d e m e u r e n l c o n t r a i r e s au p r é s e n t d é c r e t .

abrogées

les

dispositions

A r t . 6.— Le Ministre des colonies et le Ministre d e la m a r i n e sont c h a r g é s , chacun en ce qui le c o n c e r n e , de l'exécution du p r é s e n t d é c r e t , qui sera publié aux Journaux o//iciels de la R é p u b l i q u e française el des colonies, inséré au


-

16

Bulletin des lois et a u s Bulletins officiels colonies et d e la m a r i n e . Fait à P a r i s , le 8 juillet 1 9 1 3 .

des ministères des

R .POINGARÉ. Par le Président de la République: Le Ministre

des colonies,

Le Ministre de la

J. MOREL.

LOI concernant réglementation

marie,

PIERRE BAUDIN.

la sécurité du travail

de la navigation maritime et la à bord des navires de commerce.

(17 avril 1907. ) Le Sénat et la C h a m b r e d e s Députés ont a d o p t é , Le P r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e p r o m u l g u e t e n e u r suit :

la loi dont la

ER

TITRE 1 . DE

LA

SECURITE

CHAPITRE

e r

I .

DE

LA

NAVIGATION

— NAVIRES NOUVELLEMENT CONSTRUITS ET

NAVIRES NOUVELLEMENT A C Q U I S A e r

MARITIME.

L'ÉTRANGER.

A r t . 1 . — Aucun navire français à voiles, a v a p e u r ou a propulsion m é c a n i q u e , de c o m m e r c e on d e pêche ou de plais a n c e , de p l u s de 2 5 t o n n e a u x d e j a u g e b r u t e , n e peut ê t r e m i s en service sans un p e r m i s de navigation délivré p a r l ' a d m i n i s t r a t e u r de l'Inscription m a r i t i m e a p r è s c o n s t a t a t i o n par la c o m m i s s i o n prévue à l'article 4 ci - a p r è s : 1° q u e t o u t e s les p a r t i e s du navire s o n t d a n s de b o n n e s conditions de c o n s t r u c tion et de c o n s e r v a t i o n , de navigabilité et de f o n c t i o n n e m e n t , ou q u e le navire e s t coté à la p r e m i è r e cote d ' u n d e s r e g i s t r e s de classification d é s i g n é s par a r r ê t é du m i n i s t r e de la m a r i n e , a p r è s avis i u conseil s u p é r i e u r de la navigation m a r i t i m e ; 2° qu'il a é t é satislait au r è g l e m e n t d ' a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e prévu a l'article 5 3 c i - a p r è s , c o n c e r n a n t l ' a m é n a g e m e n t , l ' h a bitabilité et la s a l u b r i t é d e s locaux de toute n a t u r e ; 3° q u e le navire e s t pourvu des i n s t r u m e n t s et d o c u m e n t s n a u t i q u e s , ainsi que d e s objets d ' a r m e m e n t et de r e c h a n g e é n u m e r é s d a n s le m ê m e r è g l e m e n t ; 4° q u e l'installation à bord et le


— 17

-

fonctionnement des embarcations et des appareils ou engins de sauvetage, ainsi que le matériel médical, sont conformes aux dispositions du m ê m e règlement ; 5° que les prescriptions de ce règlement relatives au calcul du tirant d'eau maximum et aux marques indiquant ce maximum sur la coque du navire ont été observées. Le certificat de franc-bord délivré par une société de classification reconnu par le ministre de la marine pourra tenir lieu de cette co nstatation ; 6° s'il s'agit d'un b a teau à vapeur, ou qui comporte des appareils à vapeur, q u e ces appareils satisfont aux conditions qui seront prescrites dans le règlement d'administration publique prévu à l'article 53 de la présenté loi ; 7" que le nombre maximum des passagers de toute catégorie, pouvant être embarqués sur le navire, est conforme aux prescriptions du règlement d'administration publique prévu à l'article 5 3 de la présente loi.

v

A r l . 2 . — Pour les navires construits en France, les constatations prescrites au précédent article sont effectuées: -a) Pour celles qui sont relatives à la coque, iians le port de construction, où celte première visite a toujours lieu a sec. Les navires cotés [y la première cote de l'un des registres de classification indiqués ci-dessus seront dispenses de celte constatation ; b) Pour toutes les antres, dans le pO"t où doit avoir lieu le premier armement du navire. Pour h s navires c o n s liints sous le régime de la loi du 19 avril 1900, les constatations ci-dessus dispensent de celles prévues par l'article 4 de la loi du 30 janvier 1893. Pour les navires construits ou acquis à l'étranger, les mêmes constatations ont lieu dans les mêmes conditions, dans le port de France où le navire est conduit pour être francisé. A r t . 3 . — Aucun navire étranger ne pourra embarquer des passagers dans un port français s'il n'a fait constater par la commission prévue à l'article 4 ci-après qu'il sa listait aux conditions imposées aux navires français par 1 arteile i ' de la présente loi. Toutefois, les navires susvisés seront dispensés de ces constatations sur présentation, par les capitaines, des certificats de leur gouvernement, reconnus par le ministre de la mariné, équivalents au permis de navigation français el à la condition que les mêmes avantages soient assoies aux navires français dans les ports de leur nationalité. Art. 4 . — Les différentes constatations visées a l'article 1 ' sont effectuées, partout <uï il y aura lieu d'en constituer, par des commissions de visite composées comme s u i t : L'ad( r

E

2


18 — ministrateur de l'inscription maritime du q u a r t i e r , ou, en cas d ' e m p ê c h e m e n t , l'administrateur qui lui est adjoint ou qui peut lui ê t r e adjoint à cet effet; l ' i n s p e c t e u r de la navigation m a ritime prévu à l'article 7 de la présente loi ; un capitaine au long cours ayant accompli m cette qualité au inoins q u a t r e a n n é e s de c o m m a n d e m e n t ; u n autre navigateur, soit capitaine au long c o u r s s'il s'agit de navigation au long c o u r s , soit m a î t r e au cabotage s'il s'agit de petit cabotage en de p ê c h e , ayant accompli quatre a n n é e s au moins de navigation ou l'une de ces (piailles, les m a î t r e s au cabotage devant être munis ou brevet supérieur, lorsqu'il s'agit de navires à vapeur on à p r o p u l s i o n , m é c a n i q u e ; à défaut, un officier de marine en activité ou en r e t r a i t e : un ingénieur des c o n s t r u c t i o n s navales, en activité ou en r e t r a i t e , ou un ingénieur civil, de nationalité française ; un représentant des c o m p a g n i e s françaises d ' a s s u r a n c e s mar i t i m e s ; un expert de nationalité française, a p p a r t e n a n t a u n e société française de classification-, un officier mécanicien b r e veté de la (narine m a r c h a n d e ayant au moins quatre a n s de navigation maritime en celte q u a l i t é ; à défaut, un officier m é canicien de la m a r i n e , en activité mi en r e t r a i t e ; le d i r e c teur de la s a n t é du port ou un médecin sanitaire le s u p p l é a n t ; à défaut, un médecin de la marine en activité ou en r e t r a i t e , ou un médecin civil; u i r e p r é s e n t a n t des a r m a t e u r s et un représentant du personnel soit du pont, soit des m a c h i n e s , soit du service g é n é r a l , selon la visite dont il s'agit, p r e n n e n t part aux délibérations de l a c o m m ssion a \ e c voix delibevative, le r e p r é s e n t a n t du p e r s o n n e l devant avoir au moins soixante mois de navigation. L ' a d m i n i s t r a t e u r de l'inscription m a r i t i m e est p r é s i d e n t d e l à c o m m i s s i o n . Il devra dres>e, an c o m m e n c e m e n t de c h a q u e a n n é e , u n e liste générale de.s p e r s o n n e s r e n t r a n t d a n s les catégories ci-dessus énoncées et s u s c e p t i b l e s de faire partie des c o m m i s s i o n s de visite prévues au p r é s e n t article. Celte liste sera soumise à l'approbation du m i n i s t r e d e la marine et à celle du ministre du c o m m e r c e et de l'industrie en ce qui c o n c e r n e la désignation des r e p r é s e n t a n t s des a m i a t e u r s et des a s s u r e u r s . L'administrateur de l'inscription m a r i time d é s i g n e r a sur cette liste, par roulement, a m o i n s d'iimpossibilité, t e n a n t compte des absences et a u l i e s i m p ê c h e îuents, les m e m b r e s de la commission qui scia c h a r g é e , p e n dant une période d e t e r m m é e , de toutes les visites des b â t i m e n t s n o u v e l l e m e n t c o n s t r u i t s ou n o u v e l l e m e n t acquis à l ' é t r a n g e r . Le r e p r é s e n t a n t des a r m a t e u r s , le capitaine au long cours et


-

19

-

le r e p r é s e n t a n t du personnel naviguant seront désignes par l ' a d m i n i s t r a t e u r de l'inscription maritime sur des listes d r e s sées par c h a c u n des g r o u p e m e n t s professionnels i n t é r e s s é s . Ils ne devront pas avoir encouru de condamnation pour infractions à la p r é s e n t e lui. CHAPITRE

II. —

NAVIRES

EN

COURS DE

SERVICE.

Art. 5 . — Après leur mise en service, les navires français visés ii l'article I devront être e x a m i n é s , dans les p o r t s d e F r a n c e eu d a n s ceux des colonies qui auront été d é s i g n é s p a r décret, lorsque douze m o i s se seront écoulés depuis la d e r n i è r e visite qu'ils auront Subie. Les n a v i r e s arrivant dans un de ces p<>rts après le délai de douze m o i s p o u r r o n t être d i s p e n s é s de la visite ci-dessus prescrite dans c e port, s'ils n'y laissent q u ' u n e partie de leur c h a r g e m e n t , et s'ils se r e n d e n t , dans le délai d'un m o i s , à un d e s a u t r e s ports d é s i g n é s par décret, o ù ils devront la subir. Ils d e v r o n t ê t r e visités é g a l e m e n t d a n s l'intervalle, par décision de l ' a d m i n i s t r a t e u r de l'inscription m a r i t i m e , toutes les fois qu'ils ont subi de graves avaries, ou de notables c h a n g e m e n t s dans leur c o n s truction ou d a n s l e u r s a m é n a g e m e n t s , et chaque fois que l'arm a t e u r en fait la d e m a n d e . Ces visites porteront sur la coque, l'armement el les appareils à vapeur ou à propulsion méc n i q u e . Les navires à visiter seront laissés à flot, à m o i n s que la commission c h a r g é e , conformément à l'article 6 c i - a p r è s , de la visite n'en décide a u t r e m e n t . La commission pourra exiger, si elle le juge indispensable, que le navire lui soit p r é senté a l'état l è g e . Toutefois, ceux qui sont affectas à u n e navigation de long c o u r s ou de cabotage i n t e r n a t i o n a l , aux g r a n d e s pêches ou à la pêche au l a r g e , à voiles, a vap ur ou à propulsion m é c a n i q u e , ne p o u r r o n t passer plus de trois ans s'ils sont e n bois, p l u s de dix-huit mois s'ils sont en fer ou en acier, s a n s être visités à sec, soit d a n s un port de F i a n c e , soit d a n s un port d e s colonies désigné par décret, conformément aux prescriptions du p r e m i e r paragraphe du présent a r ticle. Pour l'exécution de cette prescription, les a r m a t e u r s devront faire c o n n a î t ) e à l'administrateur de l'inscription maritime le m o m e n t où leurs navires passeront en cale s è c h e . Les visites a sec prescrites devront coïncider, si les délais indiqués au paragraphe p r é c é d e n t h- p e r m e t t e n t , avec le passage d e s navires eu calé sèche. L e s navires qui auront conservé la p r e m i è r e cote à l'un d e s r e g i s t r e s de classification d é s i g n é s e r


— 20 — er

c o m m e il on est dit à l'article 1 c i - d e s s u s seront d i s p e n s e s de l'obligation des visites à sec Les navires é t r a n g e r s p r e n a n t des passagers dans les ports français seront soumis dans ces ports aux visites annuelles et aux visites après avaries graves ou notables c h a n g e m e n t s , prescrites par le présent a n i c l e . Toutefois, ils seront d i s p e n s é s de ecs visites sur p r é s e n t a t i o n , p a r l e s capitaines, de certificats de leur g o u v e r n e m e n t , r e c o n n u s par le ministre de la m a r i n e , équivalent aux certificats de visite, français et à condition q u e les m ê m e s a v a n t a g e s soient a s s u r é s aux n a v i r e s français dans les ports de leur nationalité. Art. 6 . — Les visites indiquées a l'article p r é c é d e n t s o n t effectuées par une commission c o m p o s é e de l ' a d m i n i s t r a t e u r de l'inscription maritime, président; de l'inspecteur de la n a vigation maritime et d'au moins deux experts techniques pris par i oulcrncnt, a inoins d'Impossibilité, parmi l ' a d m i n i s t r a t e u r de l'inscription maritime sur la.liste générale prévue au paragraphe 13 de l'article 4 de la présente loi, parmi les officiers de m a r i n e , capitaines au long c o u r s , officiers mécaniciens de la i n a r m e m a r c h a n d e , on parmi les ingénieurs, suivant le c a s . Art. 7. — Il sera créé dans c h a c u n des poils d é s i g n é s par décret, sons l'autorité de l ' a d m i n i s t r a t e u r de l'inscription m a ritime, un inspecteur de la navigation maritime qui visitera tout navire français nu é t r a n g e r en partance pour un voyage au !o ig c o u r s , au cabotage national ou i n t e r n a t i o n a l , ou pour une c a m p a g n e aux g r a n d e s pêches, et s'assurera que ce navire est dams de bonnes conditions de conservations et de n a v i g a bilité, que l e s g é n é r a t e u r s de vapeur, l'appareil moteur et t o u s lés appareils à vapeur ou a u t r e s appareils m é c a n i q u e s a c c e s soires sont en bon étal que les i n s t r u m e n t s n a u t i q u e s sont en bon état «le fonctionnement, que les cartes marines ou tous d o c u m e n t s n é c e s s a i r e s peuvent être utilisés pour le voyage proj e t é , que l'effectif est suffisant pour assurer n o r m a l e m e n t l'exécution des articles 21 à 30 ci-après eu égard à la navigation e n t r e p r i s e , ei, d'une m a n i è r e g é n é r a l e , que le navire satisfait aux prescriptions des divers paragraphes de l'article i ' ' de la présente loi. !i examinera les livres, les b o i s s o n s , l'eau potable et s'assurera que les prescription* de l'article 31 ci-après sont o b s e r v é e s , il p o u r r a , a cet effet, o r d o n n e r tout prélèvement de vivres, de boissons ou d'eau potable, ainsi tjue toute analyse ou autre moyen de vérification. L e s visites de partance ne s e r o n t jamais obligatoires q u ' u n e fois p a r 1


— 21 — mois, dans le môme port pour les navires y revenant à intervalles plus fréquents. Toutefois, l'inspecteur de la navigation maritime pourra, quand il le jugera utile, visiter tout navire présent d a n s le port. Il visitera tout navire q u ' u n e plainte précise et circonstanciée envoyée en temps utile pour que le départ du navire ne soit pas relardé et signée par au m o i n s trois hommes de l'équipage, lui aura signalé comme se trouvant dans de mauvaises conditions de navigabilité, d'hygiène ou d'approvisionnement en vivres et boissons. 11 interdira ou ajournera jusqu'à l'exécution de ses prescriptions le départ detout navire, de quelque catégorie et de quelque nationalité qu'il soit, qui. par son étal de vétusté, son défaut de stabilité, les conditions de son chargement ou pour toute autre cause prévue à l'article 1 de la présente loi, lui semblera ne pouvoir prendre la mer sans péril pour l'équipage ou les passag e r s . Les motifs de l'interdiction seront notifiés immédiatement par cciît au capitaine du navire. e r

Art. 8. — Le capitaine du -navire a qui l'autorisation de départ aura été refusée, ou qui jugera excessives ies p r e s criptions de l'inspecteur de la navigation maritime pourra l'aire appel de celte décision auprès de l'administrateur de l'inscription maritime. Celui-ci dans le d é l a i d e vingt-quatre h e u r e s , devra faire procéder à une contre visite par une commission composée de trois experts pris par roulement, à moins d'impossibilité, sur la liste générale prévue au paragraphe L> de l'article ï de la présente loi, parmi ies officiers de m a r i n e , capitaine au long cours, officiers mécaniciens de la marine marchande, ou parmi les i n g n i e m s , suivant le cas. Cette commission statuera après avoir entendu l'inspecteur de la navigation maritime et l'appelant, et hors leur présence. Art. 9 . — L e s inspecteurs delà navigation mari: i tu.: seront n o m m é s par le ministre de la marine qui les choisira, autant que possible, pauni les capitaines au longcouus et les maîtres au cabotage ayant exercé' pendant au moins quatre ans un commandement à la mer, ou, au besoin, pauni ies officiers d e l à marine en retiaite. Les capitaines visiteurs actuels sont aptes à être nommés inspecteurs de la navigation maritime. Ils peuvent également être adjoints à l'inspecteur titulaire. Un décret rendu sur la projpo>ilion du ministre de la marine et du ministre du commerce et de l'industrie, après avis du conseil supérieur de la navigation maritime, déterminera l'organisation, le recrutement et la hiérarchie de ces agents, dout 1


_

22

le nombre et le traitement seront fixés par le m ê m e décret. Leur traitement sera cumulable avec les pensions ou d e m i soldes dont ils seraient titulaires. CHAPIRE

III.

-

Du

PERMIS

D E NAVIGATION.

Art. 1 0 . — T o u t e d e m a n d e de permis de. navigation est a d r e s s é e par le propriétaire du navire à l'administration de l'inscripteur m a r i t i m e du port d ' a r m e m e n t de ce navire. Dans sa d e m a n d e , le propriétaire fait connaître : 1° le nom du n a v i r e , son port d'attache ; 2° ses principales d i m e n s i o n s , son t i r a n t d'eau lège et au maximum de c h a r g e , et le d é p l a c e m e n t qui ne doit pas ê t r e dépassé, exprimé en tonneaux de 1,000 k i l o g ; 3° les h a u t e u r s de la ligne de flottaison c o r r e s p o n d a n t au déplacement m a x i m u m rapporté a des points de repère invariablement établis au-dessus de celle flottaison à l'avant, à l'arrière el au milieu du navire ; 4° le service auquel le navire est d e s t i n é ( transport d e s p a s s a g e r s on m a r c h a n d i s e s , r e m o r q u a g e e t c . . ) el le g e n r e de navigation qu'il est appelé à faire ( l o n g cours, cabotage, bornage e t c . ) ; 5 le n o m b r e m a x i m u m de p a s s a g e r s qui pourront être reçus d a n s le navire. S'il s'agit d'un navire à vapeur ou c o m p o r t a n t des appareils à v a p e u r , le propriétaire dévia fournir, eu o u t r e , les r e n s e i g n e m e n t s spéciaux qui seront i n d i q u é s d a n s le r è glement d ' a d m i n i s t r a t i o n publique prévu à l'article a 3 . A r t . I I — T o u t e visile qui sera faite, soit a un navire neuf ou nouvellement francisé, soit il un navire en service, devra être l'objet d'un procès-verbal où seront e n r e g i s t r é e s louies les constatations qui auront été faites. Le procès-verbal, signé par tous ceux, a g e n t s administratifs, officiers ou e x p e r t s , qui auront pris p a r i à la vitile, sera t r a n s m i s sans relard par l ' a d m i n i s t r a t e u r de l'inscription maritime au minisire de la m a r i n e . Toutelois, les procès-verbaux des visites faites aux navires en partance n e seront t r a n s m i s au ministre de la m a r i n e q u e l o t s q u e l e s constatations laites par l'inspecteur de la navigation maritime auront eu pour effet le refus o u l'ajournement de l'autorisation de dépa»t Les constatations mentionnées d a n s chaque p«oeès-verbal seront inscrites sur un registre spécial qui sera tenu à bord el devra être p r é s e n t e à toute réquisition des officiers ou a g e n t s chargés de la poliee de la navigation m a r i t i m e . A r t . 1 2 . — S u r le vu des procès-verbaux indiqués à l'article précédent, l o r s q u ' u n navire neuf ou nouvellement frane


— 23

-

cisé on on service n'aura été l'objet d'aucune observation ou réserve de la part d'aucune des commissions qui l'auront visité, il sera délivré le plus rapidement possible et a u plus tard dans les vingt-quatre h e u r e s , par l'administrateur de l'inscription m a r i t i m e , un permis de navigation qui sera valable jusqu'à la visite suivante. S'il s'agit d'un navire en partance et que la visite de l'inspecteur de la navigation m a r i t i m e n'ait d'une lieu à aucune opposition, l'autorisation de départ résultera simplement du certificat de visite. Art. 13. — Si, au cours de la visite, d ' u n navire nouvellement construit ou nouvellement francisé, la commission i n s tituée à l'article 4 estime que les conditions de sécurité ou de salubrité' indiquées à l'article I ne sont pas toutes remplies ou ne le sont qu'insuffisamment, il en est l'ait mention d é taillée au procès-verbal indiqué à l'article 11, et le permis d e navigation ne p e u t être délivré s u i s que la commission, après une nouvelle e x p e r t i s e , ait spécifié d a n s u n nouveau p r o c è s verbal qu'il a été s a t i s f i t à toutes s e s observations ou réserves. Pour ces visites complémentaires, la commission sera en droit de déléguer un ou plusieurs de ses m e m b r e s . Dès qo il a été satisfait aux preseiiptions de la commission, il est délivré, aussitôt que possible, et au plus t a r i , dans les vingiqu lire h e u r e s , un permis de navigation qui est valable jusqu'il la visite suivanie. Art. 11. — Si, au c mr» d ' u n e des visites périodiques 2 éventuelles indiquées a l'article o, il est reconnu que les conditions de sécurité ou de salubrité, prescrite par l'article 1 , ne sont pas remplies ou ne ie s o n t q u ' i n s u l ï i s a m m e n t , l'administrateur de l'inscription maritime suspend le. permis de navigation jusqu'à ce qu'il ait été donné entière satisfaction à ses observations ou réserves. S'il j u g e qu'il y a lieu d'en prononcer le retrait définitif il en réfère immédiatement au ministre de la m a r i n e , q u statue dans les lormes indiquées aux articles itt et suivants ci-après. Ail. J>. - Aux colonies, la visite des navires neufs ou nouvellement francisés sera faite par une commission dont fera partie l'officier chargé de la police de la navigation m a ritiH e et dont les m e m b r e s seront n o m m é s p a r Je Gouverneur. Celte commission se composera, autant que possible, des uiémes éléments que celle prévue a l'article 4 de la p r é s e n t e loi. Dans le cas où la constitution des commissions, ou la nomination des experts p r é s e n t e ' a i e n t des nitlicul es, il en e r

e r


24

serait référé an m i n i s t r e de la m a r i n e , q u i , a p r è s avoir pris l'avis de la c o m m i s s i o n instituée à l'article 1 9 , fixera d a n s q u e l l e s conditions c e s c o m m i s s i o n s p o u r r o n t être c o n s t i t u é e s et les e x p e r t s d é s i g n é s . La visite d e s navires en c o u r s de service sera faite p a r une c o m m i s s i o n c o m p o s é e de l'officier ou fonctionnaire c h a r g é de la police d e la navigation m a r i t i m e et des deux e x p e r t s n o m m é s par le G o u v e r n e u r . Le Gouvern e u r d é s i g n e r a le p r é s i d e n t de cette c o m m i s s i o n . La visite d e s n a v i r e s en partance s o n faite par l'officier ou le fonctionnaire c h a r g é de la police de la navigation m a r i t i m e , lequel p o s s é d e ra t o n s les pouvoirs conférés par l'article 7 de la p r é s e n t e loi à l'inspecteur d e la n a v i g a t i o n . Le capitaine q u i n ' a c c e p tera pas la décision prise par cet officier ou fonctionnaire p o u r r a en a p p e l e r au G o u v e r n e u r qui devra s t a t u e r d a n s les v i n g t . q u a t r e h e u r e s . Il p o u r r a ê t r e appelé de la décision du G o u v e r n e u r au m i n i s t r e de la m a r i n e . A r t . 1(3. — A l ' é t r a n g e r , les visites des n a v i r e s neufs ou n o u v e l l e m e n t francisés sont effectuées sous l'autorité d e s c o n suls g é n é r a u x , c o n s u l s .ou vice-consuls de Fran :e, qui c o n s t i t u e r o n t , d a n s les limites du possible, des c o m m i s s i o n s s e m blables à celles p r é v u e s à l'article \ et à l'article 6 de la p r é s e n t e loi. tics visites auront lieu d a n s les m ê m e s formes el il m e s l de m ê m e pour la d é l i v r a n c e iu p e r m i s de n a v i g a t i o n . D a n s le cas où la c o n s t i t u t i o n d e s c o m m i s s i o n s ou la n o m i nation d e s e x p e r t s p r é s e n t e r a i e n t des difficultés, il en serait référé au m i n i s t r e de la m a r i n e q u i , a p r è s avoir pris l'avis de la c o m m i s s i o n i n s t i t u é e a l'article 19, fixera d a n s quelles c o n d i t i o n s ces c o m m i s s i o n s p o u r r o n t ê t r e c o n s t i t u é e s ou les e x perts désignés. A r t . 1 7 . — L o r s q u ' u n navire, visé ii l'article 1 et c o n s t r u i t pour se r e n d r e d a n s le poil de F r a n c e ou d'Algérie où il doit effectuer s o n p r e m i e r a r m é n i e n ! , il doit p r é a l a b l e m e n t s u b i r les formalités precriles par les p a r a g r a p h e s 1, 4 et 8 d e l'article 1 et par l'article 4 ; il reçoit, d a n s les c o n d i t i o n s i n d i q u é e s aux articles 12. 13 et 14, u n p e r m i s piovisoire de n a vigation. L o r s q u ' u n n a v i r e visé ii l'article 1 c o n s t r u i t en F r a n c e el d e s t i n é a u n e m a r i n e é t r a n g è r e , doit q u i t t e r le lieu où il a été c o n s t r u i t pour son port de d e s t i n a t i o n , il doit préal a b l e m e n t , si le voyage doit d u r e r plus de q u a r a n t e - h u i t h e u r e s , s u b i r les formalités p r e s c r i t e s par les p a r a g r a p h e s 1, 4 et 8 de l'article I ' et p a r l'article 4 de la p r é s e u l e loi, ei reçoit d a n s les c o n d i t i o n s des articles 12, 13 el 14 un p e r m i s p r o e r

e r

e r

e


-

25 —

visoire de navigation ; si le voyage dure moins de q u a r a n t e huit h e u r e s , les p r e s c r i p t i o n s du paragraphe l du p r é s e n t article lui sont applicables. e r

CHAPITRE

I V . — COMMISSION

SUPÉRIEURE.

Art. 18. — Les décisions prises p a r l e s c o m m i s s i o n s , visées aux articles I, 4, 6 et 8 d e la présente loi, pourront faire l'objet de pourvois devant le m i n i s t r e de la marine qui d e v r a , d ' u r g e n c e , t r a n s m e t t r e , pour a v i s , les pourvois et r é c l a m a t i o n s du propriétaire, ou du capitaine du n a v i r e à la commission s u périeure instituée à l'article 19 c i - a p r è s . Celte c o m m i s s i o n d o n n e également au ministre d e la marine son avis sur les dispositions spéciales que celui-ci p e u t être a m e n é à p r e n d r e pour l'application de la p r é s e n t e loi et n o t a m m e n t pour la constitution d e s c o m m i s i o n s p r é v u e s a u x articles 4 , 15 et 16 ou la nomination d e s e x p e r t s prévus aux articles 6, l o et 16 d a n s les colonies ou dans les ports é t r a n g e r s . Art. 19. — La commission supérieure prévue à l'article précédent est c o m p o s é e ainsi qu'il s a i t : deux s é n a t e u r s , t r o i s d é p u t é s , un m e m b r e du Conseil d ' É t a t , le Directeur d e l à navigation et d e s pèches m a r i t i m e s au ministère de la m a r i n e , le Directeur de la m a n n e m a r c h a n d e et des transports au ministère du c o m m e r c e , un olïicier général de la m a r i n e , un officier général ou s u p é i i e u r d u g é n i e m a r i t i m e , u n olïicier général on s u p é r i e u r mécanicien de la m a r i n e , l ' I n s p e c t e u r g é n é r a l des s e r v i c e s s a n i t a i r e s d e F r a n c e , un m e m b r e du Conseil s u p é r i e u r de s a n t é de la m a r i n e , d e u x a r m a t e u r s ou r e p r é s e n t a n t s d e s sociétés d ' a r m e m e n t , un négociant, r e p r é s e n tant des c h a r g e u r s , un r e p r é s e n t a n t d e s a s s u r e u r s m a r i t i m e s île nationalité française, un r e p r é s e n t a n t d ' u n e société française de classification, de nationalité française, un capitaine au long c o u r s , ayant au moins q u a t r e a n s de c o m m a n d e m e n t à •la mer en cette qualité, un olïicier mécanicien breveté de \ classe de la m a r i n e m a r c h a n d e , a y a n t au m o i n s q u a t r e ans d e navigation 'maritime en cette q u a l i t é , deux inscrits m a r i t i m e s a p p a r t e n a n t , l'un au personnel du p o n t , l'autre au p e r s o n n e l de la m a c h i n e , ayant au m o i n s soixante mois de n a v i g a t i o n . T o u s les m e m b r e s de cette commission sont n o m m é s par le m i n i s t r e de la marine pour ttois a n n é e s , a l'exception des a r m a t e u r s , du négociant et des a s s u r e n t s, qui s e r o n t n o m m e s , pour le m ê m e t e m p s , par le m i n i s t r e du c o m m e r c e et de l'ind u s t r i e . Le c a p i t a i n e au long cours, l'officier mécanicien de la r o


26

m a r i n e m a r c h a n d e et les inscrits m a r i t i m e s , sont n o m m é s par le ministre de la m a r i n e sur les listes p r é s e n t é e s par les g r o u p e m e n t s i n t é r e s s é s . Les deux a r m a t e u r s ou r e p r é s e n t a n t s des s o ciétés d ' a r m e m e n t s o n t n o m m é s par le m i n i s t r e du c o m m e r c e et de l ' i n d u s t r i e sur d e s listes p r é s e n t é e s par les g r o u p e m e n t s i n t é r e s s é s . Dans les c a s prévus au p a r a g r a p h e 3 des articles 15 et 16, le d i r e c t e u r compétent au d é p a r t e m e n t d e s colonies ou le directeur des consulats au d é p a r l e m e n t des affaires é t r a n g è r e s , selon le c a s , sont appelés à faire partie de la c o m mission s u p é r i e u r e et ont voix délibérative pour l e s affaires qui les c o n c e r n e n t . Art. 2 0 . — Les i n t é r e s s é s sont avisés de la r é u n i o n de la c o m m i s s i o n et a d m i s , s'ils le d e m a n d e n t , à p r é s e n t e r , l e u r s o b s e r v a t i o n s qui d o i v e n t être c o n s i g n é e s au p r o c è s - v e r b a l . La c o m m i s s i o n doit d o n n e r son avis d a n s le délai de dix j o u r s au p l u s , sauf le cas d ' e n q u ê t e ou d'expertises s p é c i a l e s .

TITRE I I . R É G L E M E N T A T I O N

D U

TRAVAIL e r

CHAPITRE 1 .

A DES

BORD

DES

NAVIRES.

OFFICIERS. e r

Arl. 2 1 . — Les navires visés à l'article 1 , qui ont u n e j a u g e b r u t e d'au moins 700 t o n n e a u x et qui naviguent au long c o u r s , doivent avoir a bord avec le c a p i t a i n e , pour le service du pont, au inoins un officier en second et un lieutenant d i p l ô m é s . L e s n a v i r e s d'une j a u g e b r u t e s u p é r i e u r e a 1.000 t o n n e a u x , n a v i g u a n t au cabotage international ou au grand cabotage national et a c c o m p l i s s a n t des voyages les é l o i g n a n t de plus de 4 0 0 milles de tout p o r t français de la m é t r o p o l e , devront avoir à bord, avec le capitaine, pour le service du pont, au m o i n s un officier en second el un l i e u t e n a n t . Les n a v i r e s n a v i g u a n t au long c o u r s qui ont rivait s de 701) tonn e a u x , m a i s p l u s de 2 0 0 tonneaux de j a u g e b r u t e , doivent, avoir à b o n i , avec le capitaine, pour le service du pont, au m o i n s un ollicier en second diplômé. L e s n a v i i e s d'une j a u g e brute i n f é r i e u i e h 1 , 0 0 0 t o n n e a u x , m a i s s u p é r i e u r e à 2 0 0 t o n n e a u x , naviguant au cabotage international ou au grand cabotage national H accomplissant eVcs voyages b ' S éloignant de plus de 100 milles de tout por: IrançaU de la m é t r o p o l e , doivent avoir à bord, avec le c a p i t a i n e , pour le service du p o n t , au m o i n s un officier en s e c o n d .


— 27 — Art. 2 2 . — A la mer et d a n s les rades foraines, le personnel olïicier du pont et celui des machines marchent par q u a r t s , il y a deux q u a r t s an moins p o u r le personnel olïicier de port ; il y en a trois pour celui d e s m a c h i n e s , dans tous les eas où le personnel des machines comprend lui mémo trois quarts. Tout mécanicien chef de quart doit être breveté. Aucun officier du bord ne p e u refuser son concours quelle que soit la durée des heures de service qui lui sent comm a n d é s . Mais l'organisation des quarts doit être réglée de façon qu'aucun officiel du pont n'ait à faire plus de douze heures de service par jour et qu'aucun officier des machines n'ait à faire plus de huit heures, dans tous les eas où le p e r sonnel des machines comprend lui-même trois q u a r t s . Hors les circonstances de force majeure et celles où le salut du navire, des personnes e m b a r q u é e s ou ce la cargaison est en jeu, circonstances dont le capitaine est seul j u g e , toute heure de service, commandée au delà des limites fixées par le paragraphe précédent d o n n e lieu à une allocation supplémentaire proportionnelle, qui ne peut être moindre de 1 franc par heure de service accomplie en plus du service normal. Art. 2 3 . - Dans le port ou sur u n e rade abritée, le personnel officier ne doit, en dehors d e s circonstances d e force majeure, qu'un service de dix h e u r e - par jour. Cependant, le j o u r de l'arrivée, ainsi que le jour du départ, les périodes cumulées de services en rade ou d a n s le port et de service à la mer pourront atteindre douze heures pour tout le personnes officier, sans d o n n e r l i a obligatoirement à aucune rémunération supplémentaire, à la londition toutefois q u e c e s j o u r s d ' a r m é e e t de départ ne se r e p r o d u i s e n t pas plus de deuxfois par s m a i n e ; dans le cas contraire, les dispositions d e s p a r a g r a p h e s 2 et 3 de l'article précédent sont applicables. CHAPITRE

II. -

DF. L'ÉQUIPAGE.

A d . %\. — A la mer et sur les r a i e s foraines, l'équipage du pont et celui des machines marchent par q u a r t s . Le personnel du pont compren I deux quarts au moins. L'effectif de cette catégorie de personnel doit être ca.'culé de manière à n'exiger de ch;.que homme en faisant partie que douze heures de travail par j o u r . Art. ê a . — Le personnel des machines comprend trois quarts d a n s la navigation au long cour-, ainsi que dans la navigation au cabotage international ou au grand cabotage


— 28 — n a t i o n a l , l o r s q u e le navire accomplit des voyages l'éloignant d e 4 0 0 m i l l e s de tout port français de la m é t r o p o l e et si la jauge b r u t e est s u p é r i e u r e a 1,000 tonneaux Le r è g l e m e n t d ' a d m i n i s t r a t i o n publique prévu à l'article 5 4 ci-après, d é t e r m i n e r a les a u t r e s cas dans lesquels l'équipage d e s m a c h i n e s doit être r é p a r t i en trois q u a r t s . C h a q u e quart du personnel des m a c h i n e s doit c o m p r e n d r e an m o i n s un h o m m e par trois fourneaux. Le chauffeur, p e n d a n t son q u a r t , n e doit pas ê t r e d i s t r a i t du s e r v i c e de la chauffe, si ce n'est pour les b e s o i n s u r g e n t s d e la m a c h i n e . L ' a r m a t e u r ou le capitaine est tenu de faire c o n n a î t r e aux h o m m e s qui vont s ' e n g a g e r et et de d é c l a r e r lors de la confection du rôle d ' é q u i p a g e , à la suite des conditions d ' e n g a g e m e n t , la composition de l ' é q u i p a g e et le n o m b r e de fourneaux existant d a n s la chaufferie. A bord d e s n a v i i e s a vapeur <»ù le service de la m a c h i n e comprend trois q u a r t s , la tenue en étal des m a c h i n e s est a s s u r é e p a r le p e r s o n n e l des m a c h i n e s , en d e h o r s d e s h e u r e s de q u a r t et sans qu'il p u i s s e r é c l a m e r d'allocation s u p p l é m e n t a i r e pourvu q u ' a u c u n h o m m e n'y soit employé plus d ' u n e h e u r e s u r v i n g t - q u a t r e . A bord d e s n a v i r e s où le p e r s o n n e l de la m a chine ne c o m p r e n d que doux q u a r t s , le travail de t e n u e en état des m a c h i n e s effectué en d e h o r s d e s h e u r e s de q u a r t d o n n e lieu h l'allocation s u p p l é m e n t a i r e prévue c i - d e s s u s . Dans tous les cas, à c h a q u e quart le p e r s o n n e l des m a c h i n e s , de c o n c e r t avec celui du pont, a s s u r e l ' e n l è v e m e n t d e s e s c a r b i l l e s . A r l . 2 6 . — Aucun h o m m e de l'équipage du p o n t ou des m a c h i n e s ne peut reiuser ses s e r v i c e s , quelle q u e soit la d u r é e d e s h e u r e s de t r a i l qui lui sont c o m m a n d é e s . Mais, h o r s le cas de force majeure et ceux où le salut du n a v i r e , d e s p e r s o n n e s e m b a r q u é e s ou de la cargaison est en j e u , cas d o n t le capitaine e s t s e u l j u g e , toute h e u r e de travail c o m m a n d é e au delà d e s limites fixées p a r les articles 2 4 et 2 5 d o n n e lieu à u n e allocation s u p p l é m e n t a i r e dont le m o n t a n t sera réglé par les c o n t r a i s et u s a g e s . Le capitaine du naviie doit faire m e n tion dans son rapport de mer, ainsi «pie s u r le j o u r n a l du bord, d e s c i r c o n s t a n c e s e x c e p t i o n n e l l e s visées au p a r a g r a p h e 3 des articles 2 2 et 2 du p r é s e n t article. Celte mention sera visée s u r le journal du bord par u n r e p r é s e n t a n t , soit du p o n t , soit des machines. A i t . 2 7 . — Si le navire e s t dans le port ou sut u n e r a d e a b r i t é e , l ' h o m m e d'équipage n ' e s t tenu que d a n s les c i r c o n s t a n c e s d e force m a j e u r e à travailler plus de dix h e u r e s par v , ,


29 j o u r , service de veille compris, pour le p e r s o n n e l du p o n t , et plus de huit h e u r e s pour le personnel des machines. Cependant, le jour de l'arrivée ainsi que le jour du départ, les périodes cumulées de service en rade ou dans le port et de service h la mer pourront atteindre douze h e u r e s pour le personnel du pont, sans donner lieu obligatoirement à aucune r é m u n é r a t i o n s u p plémentaire, à la condition toutefois que ces jours d'arrivée et de départ ne se reproduisent pas plus de deux fois par semaine ; dans le cas contraire, les dispositions du paragraphe 2 de l'article précédent sont applicables. A r t . 2 8 . — Le dimanche sera, autant que possible, le j o u r affecté au repos hebdomataire. Toutefois, le capitaine pourra choisir un autre jour pour t o u t o u partie de l'équipage. Dans les ports et r a d e s abritées de France et des colonies, l'équipage du navire ne doit être employé le jour du repos hebdomadaire a un travail q u e l c o n q u e , que si ce travail ne peut être diiféré. En m e r , sauf les circonstances de force majeure et celles où le salut du navire, des personnes e m b a r q u é e s et de la cargaison est e n j e u , circonstances dont le capitaine e s t seul juge, l'équipage ne doit être tenu d'exécuter, le jour du repos hebdomadaire, que les travaux indispensables pour la sécurité et la conduite du navire, le service des machines, les soins de propreté quotidiens, l'approvisionnement et Je service des personnes e m b a r q u é e s . Les soins de propreté ne pourront occuper la bordée de quart plus de deux heures le matin. Hors les circonstances de force majeure et celles où le salut du navire, des personnes e m b a r q u é e s ou de la cargaison est en j e u , et sauf la nécessité de pourvoir à l'approvisionnement et au service des personnes embarquées, toute heure de travail commandée le jour du r e p o s hebdomadaire dans le port ou sur rade, donne lieu à l'allocation s u p p l é m e n t a i r e prévue à l'article 26 de la p r é s e n t e loi. CHAPITRE III. —

D I S iNOVICES E T DES

MOUSSES.

A r t . 2 9 ; — L'inscription provisoire sur les registres de l'inscription m a r i t i m e et l ' e m b a r q u e m e n t , à titre professionnel, sont interdits p o u r les enfants âgés de moins de treize ans r é volus. Ceux-ci peuvent toutefois être inscrits provisoirement et embarqués si, étant âgés de douze ans au moins, ils sont titulaires <iu certificat d'études primaires. L'inscription provisoire est s u b o r d o n n é e a la présentation d'un certificat d'aptitude physique délivré à titre gratuit par un médecin désigné p a r l'au-


— 30 — torilé m a r i t i m e ; si le certificat ne c o n s t a t e l ' a p t i t u d e de l ' e n fant q u e pour un g e n r e de n a v i g a t i o n , celui-là seul est p e r m i s . A r t . 3 0 . — Le service des n o v i c e s el d e s m o u s s e s à bord d e s navires visés a l'article 1er est r é g l e p a r les a r t i c l e s 2 4 , 2 5 . 2 6 et 27 p r é c é d e n t s et relatif au travail d e s é q u i p a g e s du p o n t et d e s m a c h i n é s ; mais ce s e r v i c e est s u b o r d o n n é , i n d é p e n d a m m e n t des d i s p o s i t i o n s de l'article p r é c é d e n t , aux d i s p o s i t i o n s spéciales qui suivent, a) L ' e m b a r q u e m e n t d e s m o u s s e s n'ayant p a s quinze ans r é v o l u s au m o m e n t du d é p a r t du navire esl d é s o r m a i s i n t e r d i t sur tout n a v i r e a r m é pour ies g r a n d e s pèches de T e r r e - N e u v e et d ' I s l a n d e , b) S u r tout n a v i r e visé à l'article 0e , il esl i n t e r d i t d e faire faire le s e r v i c e d e s q u a r t s de n u i t , de huit h e u r e s du soir a q u a t r e h e u r e s du mat i n , aux novices et m o u s s e s , et la d u r é e totale de leur travail n e p o u r r a d é p a s s e r la d u r é e r é g l e m e n t a i r e du travail du p e r s o n n e l . L e u r travail s u p p l é m e n t a i r e sera r é t r i b u é . Les m o u s s e s et les novices ne p o u r r o n t ê t r e e m p l o y é s au travail d e s chaufferies ni des s o u t e s . c.) Le n o m b r e de novices el d e m o u s s e s à e m b a r q u e r s u r i e s d i t s n a v i r e s est d é t e r m i n é à r a i s o n d'un m o u s s e ou d ' u n novice par quinze h o m m e s ou fraction de quinze hommes d'équipage. r

CHAPITRE

IV.

DE

LA NOURRITURE

EMBARQUÉ SUR

DU PERSONNEL

LES NAVIRES.

A r l . 3 1 . — Il est i n t e r d i t à tout p r o p r i é t a i r e de navire de c h a r g e r à forfait le capitaine ou un m e m b r e q u e l c o n q u e de i ' é t a l major de ce navire de la n o u r r i t u r e du p e r s o n n e l e m b a r q u é . L e s a l i m e n t s d e s t i n é s à l'équipage doivent ê t r e s a i n s , de b o n n e q u a l i t é , en q u a n t i t é suffisante et d ' u n e n a t u r e a p p r o p r i é e au voyage e n t r e p r i s . La composition de la ration distribuée d e v r a ê t r e é q u i v a l e n t e à celle p r é v u e pour les m a r i n s de la liotte. P o u r l ' a c c o m p l i s s e m e n t et le c o n t i ô l e de c e l l e p r e s c r i p t i o n , u n tableau d ' é q u i v a l e n c e sera établi par un a r r ê t é m i n i s t é r i e l , ce tableau fixera la ration m a x i m u m de b o i s s o n s a l c o o l i q u e s qui p o u r r a ê t r e e m b a r q u é e et d i s l i i b u é e . Le tableau d ' é q u i v a lence c i - d e s s u s prévu et la c o m p o s i t i o n des r a t i o n s d i s t r i b u é e s s e r o n t affichés d ' u n e m a n i è r e p e r m a n e n t e d a n s les p o s t e s du p e r s o n n e l . A c h a q u e d i s t r i b u t i o n , le p e r s o n n e ! du pont et celui d e s m a c h i n e s p o u r r o n t faire choix a l o u r d e rôle d ' u n de hoirs m e m b r e s p o u r vérifier les q u a n t i t é s d i s t r i b u é e s . L e s r e t r a n c h e m e n t s opérés p a r le c a p i t a i n e s u r les d i s t r i b u t i o n s d o n n e r o n t lieu, sauf le cas de force m a j e u r e el celui de r e t r a n c h e -


-

31

-

ment de boisson fermentée prononcé à litre de peine dans les comblions prévues par le décret du 2 1 mars 1852, à une i n demnité représentative du r e t r a n c h e m e n t opéré. Les c i r c o n s tances de force majeure sont constatées sur procès-verbaux s i g n é s du capitaine, du médecin du bord, s'il y en a un, et des deux représentants du personnel du navire ci-dessus indiqués. C H A P I T R E V. —

Dispositions

spéciales.

Art. 3 2 . — Les dispositions des articles 2 1 . 2 2 , 2 3 , 2 4 , 25, 2 6 , 27 et 2 8 et le paragraphe B de l'article 30 ne sont pas applicables aux navires a r m é s à la pêche, quel que soit le tonnage de ces navires et quel que soit le genre de pèche qu'ils pratiquent, il eu est de m ê m e pour les bâtiments de commerce de moins de 200 tonneaux de jauge brute et pratiquant des n a v i g u i o n s a u t r e s que le long cours et le cabotage international. Le règlement d'administration publique prévu à l'article 5 1 c i - a p r è s d é t e r m i n e r a les conditions dans lesquelles le travail sera organisé à bord des catégories des bâtiments visés aux deux paragraphes qui p r é c è d e n t .

TITRE

III.

PÉNALITÉS. er

CHAPITRE I . —

Propriétaires

ET

Armateurs.

Art. 3 3 . — Est puni d ' u n e amende de 100 a 1,000 francs, tout armateur ou propriétaire d'un navire visé a l'article l , q u i a fait naviguer son navire sans qu'il s u i t muni du permis de navigation exigé par cet article. E-t également p u n i d u n e amende de lui) à 1,000 francs, pour chaque infraction constatée, tout a r m a t e u r ou propriétaire qui ne se conforme pas aux prescriptions des articles 21 à 31 de la présente loi et si celles des règlements d'administration publique prévus aux articles 5 3 et 5 1 ci-après. B r

Art. 3 1 . — Est p u n i d'une a m e n d e de 200 à 2 , 0 0 0 francs et d'un e m p r i s o n n e m e n t de huit j o u r s à six mois o n d e l u n e de ces deux peines seulement, tout armateur ou propriétaire qui a continué à faire naviguer un navire visé à l'article 1 dont le permis de navigation a été suspendu en vertu de l'article H d e l à présente loi. E s t p u n i , pour chaque infraction constatée, d'une amende d e 4 0 0 à 4 , 0 0 0 lianes et d ' u n emprisonnement d'un mois à un an ou de l'une de ces deux er


— 32

-

p e i n e s s e u l e m e n t , tout a r m a t e u r nu propriétaire qui a fait n a viguer un n a v i r e visé a l'article l pour lequel le p e r m i s de navigation a été refusé ou retiré par application d e s articles 1 3 et 14 de la p r é s e n t e loi. er

Art. 3 5 . — E s t puni d ' u n e a m e n d e de 100 a 1.000 francs, tout a r m a t e u r ou p r o p r i é t a i r e qui a fait n a v i g u e r un navire v i s é a l'article 1 avec un p e r m i s de navigation p é r i m é , h m o i n s que la déchéance du p e r m i s ne soit s u r v e n u e en c o u r s de r o u t e . e r

Art. 3 6 . — Dans les cas* prévus aux trois articles p i é c é d e n t s , l ' a r m a t e u r ou propriétaire qui c o m m a n d e l u i - m ê m e son n a v i r e p e u t , i n d é p e n d a m m e n t d e s peines dont il est p a s sible en vertu d e s d i l s a r t i c l e s , ê t r e puni par le m i n i è r e de la m a r i n e du retrait du t e m p o r a i r e ou définitif de la faculté de commander. CHAPITRE

II. —

CAPITAINE

ET

ÉQUIPAGES.

Ait. 3 7 . — Le capitaine qui a c o m m i s p e r s o n n e l l e m e n t , ou d'accord avec l ' a r m a t e u r ou p r o p i i é t a i r e d u n a v i r e , les i n fractions p r é v u e s et r é p r i m é e s par les articles 3 3 , 3 4 et 3 5 , est p a s s i b l e des pénal né s p r é v u e s a u x d i t s a r t i c l e s . A r t . 3 8 . — Les peines p r o n o n c é e s c o n t r e le capitaine p o u r r o n t ê t r e réduites au quart de celles p r o n o n c é e s c o n t r e l ' a r m a t e u r ou propriétaire, s'il est prouvé que le capitaine a reçu un o r d r e écrit ou verbal de cet a r m a t e u r ou p r o p r i é t a i r e . A r t . 3 0 . — T o u t m e m b r e de l'équipage qui aura p r o v o q u é u n e visite à bord en s'appuyant s c i e m m e n t sur des allégations i n e x a c t e s , sera puni de six j o u r s à trois m o i s de prison ; s'il n'y a pas eu m a u v a i s e foi de sa p a r t , la peine de l ' e m p r i s o n n e m e n t p o u r r a d e s c e n d r e a u - d e s s o u s de six j o u r s . CHAPITRE III. —

RÉCIDIVE,

COMPÉTENCE,

PRESCRIPTION.

x \ i t . 4 0 . — L e s peines d ' a m e n d e et d ' e m p r i s o n n e m e n t p r é v u e s a u x articles 3 3 à 35 i n c l u s et aux articles 3 7 , 3 8 et 3 9 p e u v e n t être p o r t é e s au double en cas de récidive. 11 y a récidive l o r s q u e le c o n t r e v e n a n t a s u b i , d a n s les douze mois qui p r é c è d e n t , u n e c o n d a m n a t i o n pour des faits réprimés p a r la présente loi. A r t . i l . — Les infractions p r é v u e s par la p r é s e n t e loi s o n t de la c o m p é t e n c e des t r i b u n a u x c o r r e c t i o n n e l s .


-

33 —

Art. 42. — L e s dispositions de l'article 163 du Code pénal et de la loi du 26 m a r s 1 8 0 1 . sur le sursis h l'exécution de la peine, sont applicables aux infractions p r é v u e s par la présente loi. Art. 4 3 . — Dans les cas prévus par.la présente loi, l'action publique et l'action civile se prescrivent dans les conditions fixées par les articles 6 3 6 et 6 3 8 du Code d'instruction criminelle. Art. 44. — En cas de négligence ou de m a n q u e m e n t d ' u n e nature quelconque d a n s l'exercice de leurs fonctions, c o m mis par des m e m b r e s de la commission prévue à l'article 4 OU des e x p e r t s dont la nomination est prévue aux articles 6 et 8 et qui ne sont ni officiers, ni fonctionnaires en activité de service, le m i n i s t r e de la m a r i n e , ou le ministre du c o m m e r c e et de l'industrie suivant le c a s , pourra prononcer la radiation m o m e n t a n é e ou définitive de ces m e m b r e s de la liste g é n é rale prévue au p a r a g r a p h e 13 de l'article 4 . La radiation est prononcée sur l'avis de la commission s u p é r i e u r e i n s tituée par l'article 19. Les dispositions des p a r a g r a p h e s I et 2 d e l'article 177 du Code pénal sont applicables aux m e m b r e s ' de la commission et aux experts visés au paragraphe I ' du présent article. Celles des ailicles 179 et 180 du m ê m e Code sont applicables aux a r m a t e u r s et propriétaires des navires, ainsi qu à l e u r s capitaines ou autres r e p r é s e n t a n t s . e

Art. 4 5 . — L e montant des s o m m e s provenant d e s a m e n d e s prononcées eu vertu de la présente loi est versé pour moitié à la caisse des invalides de la Marine, pour moitié à la caisse de prévoyance des marins fiançais.

TITRE IV. DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Art. 4o. — Toute clause de contrat ( r e n g a g e m e n t c o n traire aux dispositions des articles 21 à 30 précédents e l a u x règlements d'administration publique qui les c o n c e r n e n t est nulle de plein droit. Art. 47 — Dans tons pression de capitaine qui concernant le capitaine, remplit effectivement les

les articles de la présente loi l'exy figure doit être comprise c o m m e maître ou patron, ou celui qui en fonctions, 3


— 34 — Arl. 4 8 . — A p a r t i r de la p r o m u l g a t i o n de la p r é s e n t e l o i , le p e r m i s de n a v i g a t i o n , institué pour la navigation d ' a g r é ment par l'article 1 de la loi du 2 0 juillet 1 8 9 7 , prend le nom de permes de p l a i s a n c e . e r

Art. 4 9 . — l a p r é s e n t e loi esl applicable à la navigation d e p l a i s a n c e , sauf en ce qui c o n c e r n e les a r t i c l e s 2 1 à 3 1 (titre 11. c h a p i t r e s l, II, III et I V ) . — Un r è g l e m e n t d ' a d m i nistration publique spécial, r e n d u a p r è s avis du Conseil s u p é r i e u r de la n a v i g a t i o n maritime, d é t e r m i n e r a , pour l e s n a vires de plaisance de p l u s de 2 5 t o n n e a u x , les c o n d i t i o n s d ' a p plication d e s d i t s a r t i c l e s 2 1 a 31 el celles a u x q u e l l e s d e v r o n t satisfaire les p r o p r i é t a i r e s de c e s navires pour avoir le droit d'en e x e r c e r le C o m m a n d e m e n t . Art. 5 0 . — I n d e p e n d a m m e n t d e s dispositions de la p r é s e n t e loi, l e s n a v i r e s affectés au t r a n s p o r t des émigrants ou à un service postal r e s t e n t s o u m i s au r é g i m e spécial a u q u e l ils s o n t a s s u j e t t i s , soit par les lois et d é c r e t s relatifs à l ' é m i g r a t i o n , soit p a r les c a h i e r s des c h a r g e s c o n c e r n a n t l ' e x p l o i t a t i o n de services maritimes postaux. Art. 5 1 . — Les m e m b r e s d e s c o m m i s s i o n s p r é v u e s aux a r t i c l e ; 4, 6 , 8 et 9 , qui n e s o n t n i officiers, ni f o n c t i o n n a i r e s en activité de s e r v i c e , recevront des r é t r i b u t i o n s sur les fonds du budget du d é p a r t e m e n t de la m a r i n e . Ils ne s e r o n t pas assujettis, en r a i s o n d e ses f o n d i o n s , a la c o n t r i b u t i o n d e s patentes. A r t . 5 2 . — La visite avant mise en service et les visites p é r i o d i q u e s d o n n e r o n t lieu à la p e r c e p t i o n d'un droit qui s e r a de 5 c e n t i m e s par t o n n e a u de j a u g e brute p o u r les n a v i r e s a r m é s au l o n g e u n s et de 3 c e n t i m e s pour les navires a r m é s au cabotage ou à la p è c h e . Le droit, sera dû par le p r o p r i é t a i r e du navire v L i t é . qui sera e x e m p t de t o u s a u t r e s frais. Les visites de p a r t a n c e d o n n e r o n t lieu, quelle q u e soit la n a t i o n a l i t é du n a v i i e , à la perception d ' u n droit de vingt francs ( 2 0 fr. ) pour les n a \ i r e s a r m é s au long cours ou au cabotage i n t e r n a t i o n a l , et de dix francs (|I0 fr. ) pour les navires a r u i ' s au c a b o t a g e n a t i o n a l . Les visites de p a r t a n c e faites aux n a v i r e s a r m é s à la g r a n d e pêche seront g r a t u i t e s , de m ê m e q u e celles facultativeme.it fait- s aux navires a r m é s au b o r n a g e ou à la petite p è c h e . Il ne p o u r r a pas ê t r e p e r ç u d'un d r o i t de visite par m o i s pour le m ê m e navire, i a p r é s e n t a t i o n du d e r n i e r certificat de visite, met;-


35

tionnant que le droit a été acquitté, justifiera d e son pavement dans tous ports français. Les visites exceptionnelles donneront lieu : à la perception d'un droit de v i n g t francs (20 fr.) pour les navires armés au long cours ou au cabotage international, a la perception d'un droit de dix francs (10 fr .) pour les navires se livrant aux. autres n a v i g a t i o n s . Ce droit sera à la charge des armateurs, sauf d a n s le cas de réclamation de l'équipage reconnue non fondée ; d a n s ce eas, l'administrateur de l'inscription maritime retiendra le montant de ce droit sur les salaires des plaignants dont la m a u v a i s e foi aura été r e c o n n u e . Art. 53. — Un règlement d'administration publique, r e n d u sur la proposition du ministre de la marine et du ministre du commet ce et de l'industrie après avis du conseil supérieur de la navigation maritime, fixera: 1° Les r e n s e i g n e m e n t s , dessins et plans que devra contenir toute demande adressée a l'administrateur de l'inscription maritime par le propriétaire d'un navire de plus de 25 tonneaux de jauge b r u t e , en vue d'obtenir un permis de navigation; 2" le cube d'air d e s locaux affectés à l'habitation de l'équipage et des personnes embarquées et les dispositions générales propres à en assurer la salubrité, l'installation d e : couchettes, lavabos et autres détails afférents à ses locaux, les m e s u r e s de propreté et d'entretien qui y seront observées et les a m é nagements nécessaires a la bonne conservation des vivres tt des boissons; 'A" les conditions que devront remplir les a p p ; reils à vapeur, qu'il s'agisse d'un navire à vapeur ou à p r o pulsion mécanique ou d un navire compoitant des appareils a v a p e u r ; 4" r é m u n é r a t i o n des instujiacnts nautiques et de tous les objets d'armement et de rechange qui devront ê t i « obligatoirement à bord de tout navire, ainsi «pie les conditions auxquelles doivent satisfaire ces différents i n s t r u m e n t s ou o b j e t s pour remplir leur destination ; 5 r é m u n é r a t i o n des installations, embarcations, appareils ou engins de sauvetage collectifs ou individuels, ainsi que les communications, en cas de sinistre du navire, avec la terre ; (>" le détail du matériel médical et pharmaceutique établi d'après h durée de la navigation et le chiffre du personnel e m b a r q u é ; 7° les règles g é n é rales d'après lesquelles sera calculé le 'i i an t d'eau maximum et seront apposées les marques qui devront indiquer ce maximum sur la coque des navires, règle pour li détermination desquelles il sera l'ait appel au concours des sociétés de classification r e c o n n u e s par le ministre de la marine ; 8° le§ U


— 36

-

r è g l e s générales d ' a p r è s lesquelles se;a calculé, pour les navires à p a s s a g e r s , le nombre maximum de c e u x - c i ; 9° les règles d ' a p r è s lesquelles il pourra être exigé un médecin à bord des navires de c o m m e r c e ; 10° les délaits relatifs au fonctionnement dr la commission supérieure et à la procédure à s u i v r e p o u r les a p p e l s , avis, e n q u ê t e s et e x p e r t i s e s ; 11° les c o n ditions d a n s lesquelles la p r é s e n t e loi et les r è g l e m e n t s d ' a d m i n i s t r a t i o n publique rendus pour a s s u r e r son exécution seront portés a la connaissance des i n t é r e s s é s . I es prescriptions de ce règlement d'administration publique qui e n t r a î n e r a i e n t d e s modifications notables d ' a m é n a g e m e n t , d'installation ou de construction ne deront pas applicables aux navires en service au moment de la mise en v i g u e u r de la loi. A r t . 5 1 . — Un règlement d'administration publique, r e n d u sur la proposition du ministre de la marine et du m i n i s t r e du Commerce et de l ' i n d u s t r i e , après avis du conseil s u p é r i e u r de la navigation m a r i t i m e , d é t e r m i n e r a : 1° Celles des prescriptions q u i ne seront pas applicables, ou qui ne seront applicables que s o u s certaines r é s e r v e s aux n a v i r e s en service au m o m e n t de la mise en vigueur de la présente loi ; 2° les c i r c o n s t a n c e s d a n s lesquelles l'autorité m a r i t i m e p o u n a exiger q u e le service du pont, p o u r les officiers, soit organisé en plus de deux q u a r t s ; 3° l e s cas aut r e s que ceux indiqués au p a r a g r a p h e L de l'article 3 5 , d a n s lesquels le personnel des m a c h i n e s devra c o m p r e n d r e t r o i s q u a r t s ; 4° les conditions d a n s lesquelles le travail sera o r g a n i s é sur les navires visés a l'article 3 2 de la p r é s e n t e loi ; 5° ies exceptions q u e , d'une m a n i è r e g é n é r a l e , devra c o m |,ort r la i églerm ntalion du travail édictée par les articles 21 ii 3 0 inclus, que ces e x c e p t i o n s soient m o t i v é e s par la brièveté d e s t r a v e r s é e s , la fréquence et la durée des séjours d a n s lis p o r t s , la n a t u r e du service a u j u e l le navire est d e s tiné, ou pour toute autre c a u s e . r

Art. 5 5 . — Les bâtiments de c o m m e r c e ou de p ê c h e de m o i n s de 2 5 tonneaux de jauge brute seront s o u m i s à une visite a n n u e l l e . Un règlement d'administration publique d é t e i m i u e i a l e s formes dans lesquelles il sera p r o c é d é a ces visites, ainsi que les c o n d i t i o n s d a n s lesquelles sera a s s u i é e la sai vcillance p e r m a n e n t e des appareils à vapeur ou à pro pulsion m é c a n i q u e . Art. 5 0 . — Les navires de plus de 2 5 tonneaux ne seront plus soumis à d ' a u t r e s visites q u e celles prescrites par les


— 37 — articles I, 5 et 7 de la p r é s e n t e loi. La présente loi sera mise en vigueur six mois après la promulgation des r è g l e m e n t s d'aministration publique prévus aux articles 5 3 et 5 4 . Toutefois, pour les navires actuellement en service, le m i nistre de la m a r i n e p o u r r a a c c o r d e r des délais en raison de l'état actuel de leurs aménagements et de l'importance du matériel de la c o m p a g n i e ou d e la maison d ' a r m e m e n t à l a qnelle ils a p p a r t i e n n e n t , de m a n i è r e à faciliter l'application progressive des Impositions de la p r é s e n t e loi. A r t . 5 7 . — Sont abrogés, à partir de la mise en vigueur des r è g l e m e n t s d'administration publique p r é v u s par la prés e n t e loi, tous textes de lois, d é c r e t s , r è g l e m e n t s , circulaires ayant pour objet la visite des bâtiments, et n o t a m m e n t les dispositions y relatives du l è g l e m e n t du roi du 13 février 1785, des d é c r e t s du 4 juillet 1853, du décret du 19 n o vembre 1859, et du décret du 2 juillet 1894. S e r o n t é g a l e m e n t abrogés, à partir de la mise en viguer d e la p r é s e n t e loi, le décret (lu 1er février 1893, et tous les actes relatifs à r e m b a r q u e m e n t des novices et des m o u s s e s à bord des navires de c o m m e r c e et de pèche, notam ment le décret-loi et décrets des 2 3 m a r s 1852, 15 m a r s 1862 et 2 mai 1863. Est abrogé le d e u x i è m e p a r a g r a p h e de l'article 76 du décret-loi disciplinaire et pénal pour la marine m a r c h a n d e du 2 i mars 1852. Sont a b r o g é e s d ' u n e m a n i è r e g nérale, toutes dispositions des lois, décrets (H r è g l e m e : is a n t u a e u r s en ce qu'elles ont de c o n t r a i r e à la p r é s e n t e loi. La p r é s e n t e loi, délibérée et ad .ptée par le Sénat et par h C h a m b r e des d é p u t é s , sera e x é c u t é e comme loi de l ' É l i t . Fait a Rambouillet, le 17 avril

1907. A.

FALL1ÈRES.

Par le Président de la République : Le Ministre Gaston

de ta

marin*,

THOMSON.

Le Ministre du Commerce êi de l'Industrie p. i,. MILLIÈS-LACROIX


- 38 — Direction de la navigation et des pêches maritimes : Bureau

de la Navigation

maritime.

Paris, le 21 septembre 1908. RAPPORT

AU

PRÉSIDENT

d'un

décret

pour

l'exécution

avril

1907,

time

et

de

portant

D E LA

RÉPUBLIQUE

règlement

des articles

concernant

la réglementation

suivi

FRANÇAISE,

d'administration

publique

53 et 54, n° 1, de la loi du

la sécurité

17

de la navigation

mari-

du travail à bord des

navires

commerce. Monsieur le Président,

L'article 53 de la loi du 17 avril 1907, concernant la s é c u rité de la navigation maritime et la réglementation du travail à bord des navires de c o m m e r c e , a laissé à un règlement d'administration p u b l i q u e , rendu s u r la proposition du Ministre de la marine et du Ministre du c o m m e r c e et de l'industrie, a p r è s avis du Conseil s u p é r i e u r de la navigation maritime, le soin de d é t e r m i n e r les dispositions destinées à assurer la sécurité et l'hygiène du bord. L'étendue de cet acte, son i m p o r t a n c e el l'attentiod m i n u tieuse avec laquelle il importait d'en e x a m i n e r les t e r m e s , expliquent la longueur du t e m p s écoulé e n t r e la p r o m u l g a t i o n de la loi et son a c h è v e m e n t . La réunion de Ions les éléments d'étude, renseignements, avis et d o c u m e n t s n é c e s s a i r e s a occupé une grande partie de cette période, il a p a r u , en effet, indispensable d'appeler les autorités m a r i t i m e s d e s ports à faire connaître leurs observat i o n s et p r o p o s i t i o n s , basées sur leur expérience des défectuosités et des lacunes de l'ancienne réglementation. De plus, les a r m a t e u r s , d'une part, les inscrits maritimes, d'autre part, oui été invités à fournir l'exposé de leurs desiderata. Enfin, de n o m b r e u x d o c u m e n t s sur les législations étrangères susceptibles de servir d'indications onl été réunis, traduits el classés, s u i vant les questions auxquelles ils se rapportaient. Le dépouillement cl l'étude de tous les renseignements recueillis au c o u r s de celte vaste enquête onl ensuite été effec-


-

3 9

-

t u é s a v e c s o i n et t o u t e s les p r o p o s i t i o n s f o r m u l é e s o n t mit l'objet, j u s q u e d a n s lés m o i n d r e s détails, d ' u n e x a m e n a p p r o f o n d i . A p r è s l ' A d m i n i s t r a t i o n d e la m a r i n e , le C o n s e i l s u p é r i e u r d e la n a v i g a t i o n m a r i t i m e a d û f o u r n i r , à s o n t o u r , u n effort c o n s i d é r a b l e . Au c o u r s d e s e s d é l i b é r a t i o n s , c o m m e n c é e s en f é v r i e r 1 9 0 8 et p o u r s u i v i e s j u s q u ' à c e s d e r n i e r s j o u r s , il s'est efforcé d e c o n c i l i e r , d a n s la p l u s l a r g e m e s u r e p o s s i b l e , les i n t é r ê t s d e s a r m a t e u r s a v e c c e u x d e s p e r s o n n e s e m b a r q u é e s et d e n ' i m p o s e r à l ' a r m e m e n t n u l l e c h a r g e qui ne fùt i n d i s p e n s a b l e p o u r a s s u r e r la s é c u r i t é d e la n a v i g a t i o n et l ' h y g i è n e d e s é q u i p a g e s e t d e s p a s s a gers. L ' a r t i c l e 5 4 , n ° 1, d e la m ê m e loi d i s p o s a n t q u ' u n r è g l e m e n t d ' a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e d é t e r m i n e r a les p r e s c r i p t i o n s a p p l i c a b l e s a u x n a v i r e s e n s e r v i c e a u m o n i e n l d e sa m i s e en v i g u e u r , il a p a r u / p i e ce t e x t e d e v a i t p r e n d r e p l a c e à la fin .du r è g l e m e n t c o n c e r n a n t la s é c u r i t é d e la n a v i g a t i o n . La p l u s g r a n d e p r u d e n c e a p r é s i d é a u c h o i x d e s e s d i s p o s i t i o n s el il n'a é!e e x i g é d e s b â t i m e n t s d o n t il s'agil q u e les a m é l i o r a t i o n s d e d é t a i l r e c o n n u e s i n d i s p e n s a i d e s el faciles à e x é c u t e r . De p i n s , le b é néfice d e s d i s p e n s e s q u i font l'objel d u c h a p i t r e i n t i t u l é « Dispositions transitoires» a paru devoir être étendu aux navires e n c o n s t r u c t i o n , qui seront a c h e v é s avant l'expiration d'un d é l a i d e d e u x a n n é e s à p a r t i r d e la m i s e e u v i g u e u r d e la loi. T e l e s t , M o n s i e u r le P r é s i d e n t , l ' e s p r i t d a n s l e q u e l a é t é é l a b o r é le p r o j e t d e r è g l e m e n t d o n t ii s ' a g i t , q u e le C o n s e i l d ' E t a l a a d o p t é d a n s sa s é a n c e d u 7 a o ù l d e r n i e r et q u e n o u s a v o n s l ' h o n n e u r de s o u m e t t r e à voire haute sanction. N o u s v o u s p r i o n s d ' a g r é e r , M o n s i e u r le P r é s i d e n t , de notre profond respect.

Le Ministre

de la Marine,

Le Ministre et de

GASTON

du

l'hommage

Commerce

l'Industrie,

THOMSON, JEAN

CRUPPJ


-

40 —

DECRET partant règlement d'administration publique pour l'exécution des articles 53 et 54, n° 1, de la loi du 11 avril 1907, concernant la sécurité de la navigation maritime et la réglementation du travail à bord des navires de commerce. Du 21 s e p t e m b r e L E P R É S I D E N T D E LA R É P U B L I Q U E

1908. FRANÇAISE,

S u r (e r a p p o r t du Ministre de la m a r i n e et du .Ministre du c o m m e r c e et de l ' i n d u s t r i e : Vu la loi d u 17 avril 1907, c o n c e r n a n t la sécurité de la navigation m a r i t i m e et la r é g l e m e n t a t i o n du travail à bord des navires de c o m m e r c e et, n o t a m m e n t , les articles 5 3 et 5 4 , n" 1, ainsi c o n ç u s : c< Art. 5 3 . — Lu règlement d ' a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e , r e n d u s u r la proposition d u Ministre de la m a r i n e et du Ministre du c o m m e r c e et d e l'industrie, a p r è s avis du Conseil s u p é r i e u r de la navigation m a r i t i m e , fixera : « 1° Les r e n s e i g n e m e n t s , dessins et plans que d e v r a c o n t e nir toute d e m a n d e adressée à l ' a d m i n i s t r a t e u r de l'Inscription m a r i t i m e p u r le p r o p r i é t a i r e d'un navire de plus d e 2 5 t o n n e a u x cle j a u g e b r u t e , en vue d'obtenir u n p e r m i s de n a v i g a t i o n ; ((2° Le c u b e d'air des locaux affectés à l'habitation de l'équipage et des p e r s o n n e s e m b a r q u é e s , et les dispositions générales p r o p r e s à en a s s u r e r la salubrité, l'installation des c o u c h e t t e s , lavabos et a u t r e s détails afférents à ces locaux, les m e s u r e s d e p r o p r e t é et d'entretien qui y seront observées et les a m é n a g e m e n t s n é c e s s a i r e s à la b o n n e c o n s e r v a t i o n des vivres et (les boissons ; « 3° Les conditions que d e v r o n t r e m p l i r les a p p a r e i l s à v a p e u r , qu'il s'agisse d'un navire à v a p e u r ou à p r o p u l s i o n m é c a n i q u e , ou d'un navire c o m p o r t a n t des appareils à v a p e u r ; e

« 4 L ' é n u m é r a t i o n des i n s t r u m e n t s n a u t i q u e s et d e t o u s les objets d ' a r m e m e n t et de rechange q u i d e v r o n t être obligatoirem e n t à b o r d de tout navire, ainsi (pie les conditions auxquelles doivent satisfaire ces différents i n s t r u m e n t s p o u r r e m p l i r leur destination ; « 5° L ' é n u m é r a t i o n des installations, e m b a r c a t i o n s , a p p a reils ou e n g i n s de sauvetage que d e r v a p o s s é d e r le navire en


41

v u e d ' a s s u r e r le s a u v e t a g e c o l l e c t i f o u i n d i v i d u e l , a i n s i q u e l e s c o m m u n i c a t i o n s , e n c a s d e s i n i s t r e , d u n a v i r e a v e c la t e r r e ; 6 ° Le d é t a i l d u m a t é r i e l m é d i c a l el p h a r m a c e u t i q u e , é t a b l i p a p r è s la d u r é e d e n a v i g a t i o n el le chiffre d u p e r s o n n e l e m b a r qué ; « 7 ° L e s r é g i e s g é n é r a l e s d ' a p r è s l e s q u e l l e s sera c a l c u l é le t i r a n t d ' e a u m a x i m u m el s e r o n l a p p o s é e s les m a r q u e s qui d e v r o n t i n d i q u e r ce m a x i m u m s u r la c o q u e des n a v i r e s , r è g l e s p o u r la d é t e r m i n a t i o n d e s q u e l l e s il s e r a l'ail appel a u c o n c o u r s d o s o c i é t é s d e c l a s s i f i c a t i o n r e c o n n u e s par le M i n i s t r e d e la marine ; 8 ° L e s r è g l e s g é n é r a l e s d ' a p r è s l e s q u e l l e s sera c a l c u l é , p o u r les n a v i r e s à p a s s a g e r s , le n o m b r e m a x i m u m d e c e u x - c i ; ce 9 ° L e s r è g l e s d ' a p r è s l e s q u e l l e s il pourra ê t r e e x i g é u n m é decin à bord des navires de c o m m e r c e : « 1 0 ° L e s d é t a i l s r e l a t i f s a u f o n c t i o n n e m e n t d e la C o m m i s s i o n s u p é r i e u r e et à la p r o c é d u r e à s u i v r e p o u r l e s a p p e l s , a v i s , e n q u ê t e s et e x p e r t i s e s ; 0

« 1 1 L e s c o n d i t i o n s d a n s l e s q u e l l e s la p r é s e n t e loi et l e s règlements d'administration publique rendus pour assurer son e x é c u t i o n s e r o n t p o r t é s à la c o n n a i s s a n c e des i n t é r e s s é s . « L e s p r e s c r i p t i o n s d e ce r è g l e m e n t d ' a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e qui entraîneraient des modifications notables d'aménagement, d'installation ou de construction ne seronl p a s applicables a u x n a v i r e s e n s e r v i c e a u m o m e n t d e la m i s e e n v i g u e u r d e la l o i . Art. 5 4 . — Un r è g l e m e n t d ' a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e , r e n d u s u r l a p r o p o s i t i o n d u M i n i s t r e d e la marine et d u M i n i s t r e d u c o m m e r c e el d e l ' i n d u s t r i e , après a v i s d u C o n s e i l s u p é r i e u r d e la n a v i g a t i o n m a r i t i m e , d é t e r m i n e r a : « 1 ° Celles d e s p r e s c r i p t i o n s q u i n e s e r o n t p a s a p p l i c a b l e s o u q u i ne s e r o n t a p p l i c a b l e s q u e sons c e r t a i n e s r é s e r v e s a u x n a v i r e s e n s e r v i c e a u m o m e n t d e la m i s e e n v i g u e u r d e la p r é sente loi; c 2° Vu l e s r è g l e s el t a b l e s d i t e s d e « franc b o r d » d r e s s é e s p a r la s o c i é t é d e c l a s s i f i c a t i o n r e c o n n u e d u « B u r e a u V e r i t a s » '*>••

(1) La Société d u s e p t e m b r e 1908,

« Bureau Veritas » a été r e c o n n u e par a r r ê t é d u 5


_

42

-

Vu l'avis du Conseil supérieur de la navigation maritime ; Le Conseil d'Etal e n t e n d u , DÉCRÈTE : CHAPITRE

PREMIER.

R e n s e i g n e m e n t s , dessins et p l a n s que doit contenir toute d e m a n d e de p e r m i s de navigation. e r

Article 1 . La d e m a n d e formée par le propriétaire d'un navire de plus de 25 tonneaux de jauge brute, en vue d'obtenir le permis de navigation visé par l'article premier de la loi du 17 avril 1907, indique, i n d é p e n d a m m e n t des mentions prescrites à l'article 10 de ladite loi : 1° Le n o m du constructeur du navire, le lieu de construction et la date de la mise à l'eau ; 2° Le n o m b r e m a x i m u m d ' h o m m e s d'équipage ( p o n t , m a chine, service général ) auxquels peuvent être affectés les locaux du b o r d ; 3° La cote que possède le navire sur le registre d'une société de classification reconnue, si le propriétaire désire bénéficier des dispositions prévues en faveur des navires c o t é s . Elle doit m e n t i o n n e r en o u t r e , s'il s'agit d'un navire à p r o pulsion mécanique, à vapeur ou a u t r e , ou d'un navire c o m p o r tant des appareils à v a p e u r ou des m o t e u r s m é c a n i q u e s : 1° Le système des machines motrices et leur puissance en chevaux de 75 kilogrammètres par seconde indiquée sur les pistons; 2° Les dispositions générales de l'appareil m o t e u r , n o m b r e et type des machines alternatives ( n o m b r e de et n o m b r e des hélices), nombre et types des turbines des turbines de m a r c h e avant et a r r i è r e ) , haute pression ;

à savoir: cylindres (nombre et basse

8" Les m o t e u r s auxiliaires de toute n a t u r e ; 4° Le n o m b r e des chaudières et leur type, avec l'indication d ' u n . n u m é r o d'ordre distinctif pour c h a c u n e d'elles; 5° Le système de tirage (forcé ou n a t u r e l ) ; le n o m b r e des foyers de chaque chaudière principale ou auxiliaire, le n o m b r e total de foyers de chaudières principales ainsi que la surface totale de grille de ces foyers et la surface de grille de c h a c u n


43

d ' e u x ; enfin, la répartition des foyers dans les d i v e r s e s c h a u f feries. La surface de grille ci-dessus envisagée se mesure, pour les chaudières à tubes de flamme, depuis l'origine du foyer jusqu'au plan de la plaque à tubes a r r i è r e . Pour les chaudières à tubes d'eau, cette surface se mesure j u s q u ' à l'autel ; 6° La surface de chauffe el la capacité intérieure de chacune des chaudières ; 7° Le n u m é r o du timbre exprimant en kilogrammes, p a r centimètre c a r r é , la pression effective m a x i m u n sous laquelle ces appareils doivent fonctionner; 8° Le n o m b r e ei la description des s o u p a p e s de s û r e t é ; 9* S'il y a lieu, le n o m b r e , la capacité et le timbre des récipients de vapeur placés à nord : 10' Le nom des c o n s t r u c t e u r s de ces divers a p p a r e i l s , le lieu de la construction el la date de mise en service, comptée à dater du lancement, ou, si ces appareils avaient déjà servi avant leur e m b a r q u e m e n t , soit sur un autre navire, soit à t e r r e , la date à laquelle r e m o n t e l e u r p r e m i è r e mise en fonctionnement. S'il s'agit d'un navire nouvellement acquis à l'étranger, mais de construction a n c i e n n e , avant reçu, postérieurement â son lancement, des appareils à vapeur neufs ou usagés, la d e m a n d e doit faire connaître la date de la mise en service, telle qu'elle ressort des pièces officielles ou authentiquées par l'autorité consulaire. Art. 2. — A la d e m a n d e son! jointes les pièces s u i v a n t e s : 1° Un plan d'ensemble du navire, figurant les cales, les soutes, les a m é n a g e m e n t s affectés à l'équipage et aux passagers, u n plan ou croquis d o n n a n t r e m p l a c e m e n t el la disposition des cloisons étanches et indiquant, en particulier, le système d'épuisement des divers c o m p a r t i m e n t s et les portes é t a n c h e s . P o u r les navires construits à l'étranger, il peut être suppléé à l'absence de plan par une description détaillée des a m é n a g e m e n t s du navire ; 2° Des d o c u m e n t s étaJWisssant que le tirant d'eau m a x i m u m a été déterminé conformément a u x indications de l'article 1 1 3 du présent décrel Lorsque le propriétaire désire bénéficier des dispositions prévues p a r la loi en faveur des navires cotés au registre d'une société de classification reconnue p a r le Ministre de la m a r i n e , c o n f o r m é m e n t à l'article p r e m i e r de la loi du 17 avril 1907, il


_

44

-

produit un certificat de classification d é l i v r e par ladite société et constatant : a) Que le n a v i r e possède la première cote définie d a n s l'arrêté ministériel admettant la société au bénéfice des disposit i o n s de ta loi du !7 avril 1907 ;

b) S'il y a lieu, que le registre de ladite s o c i é t é mentionne que le navire p o s s è d e la marque

s p é c i a l e de c l o i s o n n e m e n t

indiquant qu'il est subdivisé e n u n nombre de c o m p a r t i m e n t s lui p e r m e t t a n t de flotter avec l'un quelconque de ces c o m p a r timents envahi par l'eau : c) S'il s'agit d ' u n navire acquis à l ' é t r a n g e r , qu'il satisfait aux c o n d i t i o n s exigées pour l'attribution de la p r e m i è r e cote. P o u r les n a v i r e s munis d'appareils à p r o p u l s i o n mécanique, à vapeur ou autres, il esl fourni en o u t r e : I" Un plan détaillé et coté des machines el des chaudières et u n d e s s i n d é t a i l l é et coté des s o u p a p e s de sûreté. P o u r les n a v i r e s acquis à l ' é t r a n g e r , il peut être suppléé à l'absence de plan par u n e d e s c r i p t i o n d é t a i l l é e des a m é n a g e m e n t s du n a v i r e ; 2° Des d o c u m e n t s officiels, ou authentiqués p a r l'autorité

c o n s u l a i r e , s'ils p r o v i e n n e n t de l'étranger, é t a b l i s s a n t la date de mise en s e r v i c e des appareils m o t e u r s existant à bord. P o u r les n a v i r e s c o t é s au registre d'une s o c i é t é de classifica-

tion reconnue, il e s l p r o d u i t u n certificat de classification des machines et chaudières d é l i v r é p a r l a d i t e s o c i é t é et c o n s t a t a n t que ces a p p a r e i l s o n t satisfait a u x c o n d i t i o n s e x i g é e s p o u r l'at-

tribution d e la première cote. Art. 3 . A l'appui des d e m a n d e s de permis de navigation formulées dans les cas prévus à l'article ô de la loi d u 17 a v r i l 1907, le propriétaire d u navire tait c o n n a î t r e : I" L e s points s u r lesquels se trouvent m o d i f i é e s les i n d i c a t i o n s qu'il a f o u r n i e s à l'appui p e r m i s de n a v i g a t i o n ;

d e s d e m a n d e s p r é c é d e n t e s de

2° L a d a t e à Laquelle il désire s o u m e t t r e s o n n a v i r e à la visite; 3° La d a t e île la d e r n i è r e visite a n n u e l l e ; l)

4 La date d e la visite en cale sèche; 5° La date de la mise e n s e r v i c e des chaudières principales et auxiliaires, ainsi que celle d e la dernière épreuve hydraulique. Si le d é l a i réglementaire pour la visite en r a i e sèche n'expire p a s en m ê m e temps que ie d é l a i réglementaire p o u r la visite


— 45 — annuelle, le propriétaire fait connaître, en outre, s'il désire soumettre la carène à l'examen de la commission de visite instituée p a r l'article 6 de la loi. Lorsque le navire est coté au registre d'une société de classification r e c o n n u e , le propriétaire joint à la d e m a n d e un document extrait dudit registre el établissant que le navire p o s s è d e toujours la p r e m i è r e cote. Le propriétaire qui réclame une visite extraordinaire à la suite d'avaries graves ou de notables c h a n g e m e n t s d a n s la construction ou les a m é n a g e m e n t s du navire précise, dans sa d e m a n d e , les circonstances de l'accident et d o n n e le détail des r é p a r a t i o n s ou transformations exécutées. Il indique la date à laquelle il désire soumettre son navire à la commission p o u r constatation de la b o n n e exécution des travaux de réparation ou de transformation. Si le navire est coté au r e c o n n u e , le propriétaire dite société et constatant le contrôle de la société, p r e m i è r e cote.

registre d'une société de classification produit u n certificat é m a n a n t de l a que les travaux ont été exécutés sous de façon à justifier le maintien de la

Art. 4. — La d e m a n d e de p e r m i s de navigation formée p a r le propriétaire d'un navire étranger e m b a r q u a n t des passagers dans un port français doit, lorsque le navire ne bénéficie pas de la dispense p r é v u e aux articles 3 et 5 de la loi d u 17 avril 1907, contenir les renseignements et d o c u m e n t s é n u m é r é s aux articles 1 à ci-dessus. CHAPITRE II.

Prescriptions relatives à l'hygiène et à la salubrité. SECTION

PREMIÈRE.

LOCAUX A F F E C T É S AU P E R S O N N E L DU BORD ET AUX PASSAGERS

Art. 5, — Les locaux affectés au personnel doivent r e p r é senter au m i n i m u m , en d e h o r s des bouteilles et poulaines, un cube d'air de 8 m. cubes 500 et une surface horizontale de 1 m. carré 50 par personne. Pour le calcul du volume d'air ne sont pas déduits les lits, les objets de couchage, les lubies et les sièges.


— 46 — Les locaux affectés spécialement au couchage doivent repré­ senter, au minimum, un volume de 2 m. cubes 150 et une sur­ face horizontale de 1 m. carré 15 par personne. L'indication du nombre maximum d'hommes qui peuvent être logés dans chaque compartiment réservé au couchage est marquée en creux sur la porte ou sur l'écoutille dudit compar­ timent. Art. 6. — Lu hauteur des locaux affectés à l'équipage, mesu­ rée (ie la face supérieure des barrots du pont formant plancher à la face supérieure des barrots du pont fornianl plafond, ne peut pas rire inférieure à ! m. 83. Art. 7. — Dans les locaux affectés au personnel, les ponts formant plancher et plafond, ainsi que les parois, doivent être étanches. Si le pont formant plancher des locaux réservés au couchage est en bois ou recouvert de bois, ses coutures doivent être cal­ fatées; s'il est en tôle, il doit être recouvert d'un enduit ou d'une substance mauvaise conductrice de la chaleur et d'un entretien facile. Lorsque ie plafond des locaux réservés au couchage est formé par un pont découvert en tole, la surface extérieure de ce pont doit être recouverte d'un bordé en bois. La face inférieure des ponts eu tôle, découverts ou non, ne doit, être recouverte d'au­ cun soufflage, à moins qu'il ne soit appliqué directement sur la tole. Les parois de tous les locaux affectés au personnel du bord sont recouverts d'une peinture de couleur claire ou d'un enduit lavable. Sur les navires à coque métallique, les parois latérales des locaux réservés au couchage ne doivent pas être vaigrées; mais un garnissage en bois de 0 ni. M) de hauteur doit être placé, par le travers de chaque couchette, contre le bordé extérieur et contre toute cloison métallique. Les écubiers (tes chaînes d'ancre ne peuvent déboucher dans les compartiments réservés au couchage du personnel (fui ne doivent contenir ni guindeau, ni cabestan, ni aucun appareil analogue. Art. S.

Les écoutilles des compartiments situés au-dessous


47

des Idéaux affectés au personnel du bord sont munies de ferme­ tures hermétiques. Les locaux affectés au logement de l'équipage sont séparés par des cloisons ou par des ponts étanches ou dûment calfatés, des locaux destinés à recevoir les marchandises, les approvi­ sionnements et Je matériel du bord, ainsi que des cuisines, lampisteries, magasins à peinture, water-closets el parcs à bes­ tiaux. Aucun tuyautage de vapeur, à l'exception de celui des appa­ reils de chauffage et de celui du guindeau. ne peu! passer dans les locaux affectés à l'équipage. Lorsque le tuyautage du guin­ deau passe dans ces locaux, il doit être spécialement protégé. Art. 9.— Des penderies spéciales, situées en dehors du poste de couchage, sont destinées à recevoir séparément les vêtements de travail des hommes de pont el ceux du personnel des ma­ chines. Art. 10. -— Les postes d'équipage sont garnis d'armoires ou de caissons en nombre égal au nombre maximum d'hommes d'équipage pouvant être logés dans le poste. Ils sont munis de sièges et de tables pouvant donner place aux deux tiers de l'effectif pour lequel il a été prévu des postes de couchage. Chaque homme d'équipage doit avoir à son usage exclusif, soit un hamac, soit une couchette. Des locaux séparés, ayant leurs accès distincts, sont réservés aux groupes d'hommes de l'équipage d'origine africaine ou asia­ tique. Ils contiennent les moyens de couchage eu usage dans les pays d'origine de cette partie de l'équipage et représentent un volume d'air minimum de i m. cubes loi) par homme. Les hamacs, lorsque ce mode 'de couchage est employé, doivent être accrochés à une distance de ! mètre au moins, soit des cloisons, soit les uns des autres. Les couchettes ont au minimum I m. (S;: de longueur sur 0 m. 60 de largeur. Il ne peut y avoir, en aucun cas, plus de deux couchettes su­ perposées. Les couchettes sans accès indépendant sou! interdites. Lorsqu'il est fait usage de couchettes superposées, le fond de la couchette inférieure doit être au moins à .30 centimètres au-


— 48 — dessusdusol et le fond de la couchette supérieureà mi-distance cutre le fond de la couchette inférieure et le pont. Aucune couchette ne peutêtre placée au-dessous des manches à air, ni au-dessous des bittes, lorsque celles-ci sont fixées direc­ tement sur un poid en tôle. Art. 1 1 . — Les locaux réservés à l'équipage sont pourvus, si l'époque de l'année ou les zones maritimes traversées le com­ portent, d'appareils de. chauffage, qui ne peuvent, en aucun cas, être à combustion lente. Lorsque les poêles sont placés sur un pont en bois, celui-ci doit être protégé par une plaque métallique. Les poêles et cheminées sont entourés d'un grillage métal­ lique démontable. S'ils ont une clef d'obturation,'celle-ci est pourvue d'un cran d'arrêt empêchant la fermeture complète. Art. H . -Les diffrents locaux sont éclairés de jour par des hublots latéraux ou des verres prismatiques de pont, par des sabords ou des claires-voies. L'éclairage de nuit est assuré au moyen d'un nombre suffisant d'appareils d'éclairages fixes. Lorsqu'il est possible de le faire sans danger, il est établi sur chaque bord un nombre de hublots en rapport avec les dimensions des compartiments qu'ils éclairent. Art. 13. Tous les locaux distincts affectés à l'habitation de l'équipage sont pourvus de deux manches à air au moins, placées aux deux extrémités du compartiment et destinées, l'une à aspirer l'air trais, l'autre à évacuer l'air vicié. Les manches à air comportent une partie fixe et une partie mobile et amovible terminée par un pavillon. La partie fixe des manches à air doit s'élever au-dessus du pont supérieure une hauteur minimum de 0 m. 6 0 ; le pavillon doit s'élever au-dessus des pavois et au-dessus des superstructures placées dans le voisinage et susceptibles de gêner le fonctionnement des manches. Les claires-voies des locaux affectés à l'équipage sont, à moins d'impossibilité, disposées de manière à s'ouvrir. Dans ce cas, et à condition que la hauteur de leur hiloire au-dessus du pont soit au moins égale à 0 m. 60, elles peuvent remplacer la manche ;'i air d'évacuation ci-dessus prévue. La manche à air d'évacuation peut également être rempla­ cée par un ou plusieurs champignons ; mais en cas d'adoption


— 49 — de ce dispositif pour les postes situés sous le pont supérieur, la hauteur de l'orifice des champignons doit être au moins égale à celle des pavois; elle doit être de 0 m. 60, s'il n'existe pas de pavois. Sur les dunettes, gaillards et roufs, cette hau­ teur et relie des entourages des claires-voies peuvent être ré­ duites à 0 m. 30. Les cabines et locaux divers affectés aux officiers ou au per­ sonnel du bord sont munis, toutes les fois que la chose est possible, d'un dispositif d'évacuation de l'air vicié. Il en est de même d e s bouteilles, poulaines et lavabos. Art. I \. Il est disposé, dans deux des angles du poste d'équipage, deux dalots ou conduits servant à l'écoulement des eaux sur le pont ou dans la cale. Ces ouvertures doivent être munies d'un système de ferme­ ture hermétique. Art. 15. Les cuisines el le four de la boulangerie sont placés sur le pont supérieur, dans les superstructures ou, en cas d'impossibilité, dans un entrepont supérieur. La ventilation des cuisines est assurée par des manches à air ou par tout autre dispositif convenable. Lorsque le plancher des cuisines est en bois, il doit être protégé par une plaque métallique. Les cloisons en bois dans le voisinage des fourneaux sont protégées de la môme façon. Art. 16. Les bouteilles ei poulaines sont placées dans les parties supérieures du navire; elles sont construites et disposées de façon à éviter les mauvaises odeurs. Sur les navires à coque métallique, le sol des poulaines est formé d'un revêtement imperméable ou d'un revêtement jointif se prêtant facilement au lavage : des dispositions sont piises pour que les poulaines puissent être nettoyées à grande eau; leurs cloisons en tôle ne peuvent pas être recouvertes de bois; elles sont munies d'appuis convenablement disposés. Les bouteilles sont pourvues d e chasses d'eau abondantes. Sur tout navire, il est exigé au moins une bouteille ou une poulain» . Lorsque le personnel du bord comprend 10 personnes ou davantage, mais est inférieur à "20 personnes, il doit y avoir au moins une bouteille et une poutaine. Lorsque le personnel du bord comprend de ÏÔ à 40 per­ sonnes, il doit y avoir ."! places dans la poulaine. Au-dessus 1

4


— 50 — de ce chiffre, il est prévu une place en plus par 40 o u frac­ tion de 4-0 personnes. Art. 17. - Lorsque le personnel de la machine comprend plus de 10 hommes, indépendamment des officiers, un local spécial, pourvu d'un robinet distributeur d'eau douce, est affecté aux soins de propreté de ce personnel. Ce local, qui est placé autant que possible au-dessus de la ligne de flottaison et au voisinage des chaufferies, doit être de dimensions telles que toute nue bordée de quart puisse en taire usage simultanément. Des locaux analogues sont affectés sur les navires à vapeur aux soins de propreté du personnel du pont et des agents de service lorsque l'effectif de chacune de ces deux catégories dépasse 1 5 . Lorsqu'il existe des robinets d'eau chaude à l'usage de tous les passagers, il en est également installé dans les locaux p r é ­ vus aux précédents paragraphes. Des dispositions sont prises pour qu'il puisse être distribué une t'ois par semaine p o u r le lavage du linge 10 litres d'eau douce par homme*. Il est. délivré à chaque homme du personnel des machines, après les changements de quart, 10 litres d'eau douce. Art. 1^. — Les couchettes et hamacs sont garnis par l'ar­ mement, ou le personnel, suivant les usages et les contrats d'engagement, d'objets de couchage qui comportent, dans tous les cas. un matelas et deux couvertures. Les objets de couchage fournis par l'armement sont désin­ fectés une fois par an, au moins. Le varech des matelas est renouvelé chaque année ou lorsqu'une maladie s'est déclarée à lion t. Les objets de couchage individuel apportés par le person­ ne! n é s ont introduits à bord qu'après avoir été passé à l'étuve. Art. 19. — Les locaux affectés au logement de l'équipage sont nettoyés à fond après chaque voyage au long cours ou tous les mois (tour les autres navigations. Ils sont désinfectés ou repeints lorsqu'il s'est produit à bord une maladie sus­ pecte ou une affection contagieuse. Art. "20. — Les dispositions précédentes sont applicables aux navires de pêche sous réserve des atténuations ci-dessous indiquées.


— 51 — Les locaux affectés au couchage doivent représenter un volume d'air d'au moins -2 m. cubes 150. La hauteur de planche à planche ne doit pas être infé­ rieure à 1 m. 83. Si le pont formant plafond esl eu tôle, il doil être recou­ vert d'un bordé en bois. Le pont formanl plancher esl en bois ou recouvert d'une substance isolante. Les parois el meubles soni recouverts d'une peinture ou enduit lavable. L'éclairage de jour est assuré par des hublots de côté ou des verres prismatiques dans le pont ou par des claires-voies. Lorsqu'il est possible de le faire sans danger, il est établi sur chaque bord un nombre de hublots en rapport avec les di­ mensions des compartimente qu'ils éclairent. L'éclairage de iiiiil est assuré au moyen d'appareils fixes. L'échelle de descente el le capot doivent être d'un accès focile; le capot doit pouvoir être fermé hermétiquement pour empêcher l'eau de tomber dans le poste. I n espace esl réservé en dehors du poste pour recevoir les effets cirés. Il est choisi de telle façon qu'on puisse y dé­ poser ces effets avant de pénétrer dans le poste et gagner eusuite ce dernier sans cesser d'être à l'abri. Cu moyen de chauffage est fourni pour chaque logement. Quand il y est installé un fourneau de cuisine, une ouverture spéciale est pratiquée pour dégager le produit de la combus­ tion. Le cubed'air doit en ce cas être augmenté de 0 m. cube 100 par chaque homme. Une manche ;'i air avec pavillon est placée en un endroit convenable pour introduire l'air frais. L'évacuation de l'air vicié esl assurée par une autre manche, des champignons, cols de cygne o u tout autre moyeu efficace. Art. 21. — Sur tous les navires de pêche, il est exigé au moins une poulaine qui doit être installée de telle façon qu'elle [misse être boulonnée, tantôt à l'avant, tantôt à l'ar­ rière, selon les nécessités de la pèche. Lite doit contenir lieux places lorsque le personnel comprend de 30 à 40 hommes, el trois places lorsqu'il comprend plus de '/0 hommes. Les poulaines sont couvertes et munies d'appuis solides. 11 n'est jamais exigé de bouteille. Art 22. — Les prescriptions des articles 5 à 15 s'appli­ quent aux navires de plaisance ayant plus de 350 tonneaux; elles soni remplacées, pour les navires qui ont moins de 350 tonneaux, par les dispositions suivantes;


— 52 — Les locaux affectés au couchage de l'équipage doivent a v o i r d'air d'au m o i n s 2 m. cubes 150 par h o m m e . Si le pont f o r m a n t plafond est en tôle, il d o i t ê t r e recou­ vert d ' u n bordé en b o i s . Le p o n t formant p l a n c h e r d o i t ê t r e en bois ou r e c o u v e r t d ' u n e s u b s t a n c e i s o l a n t e . Les parois et je m e u b l e s sont recouverts d ' u n e peinture ou e n d u i t lavable. L'éclairage est assuré par des hublots de côté ou d e s v e r r e s prismatiques d a n s le pont, ou par d e s claires-voies. L'échelle de descente et le capot doivent être d'un a c c è s facile; le capot doit p o u v o i r être fermé hermétiquement pour empêcher l'eau de tomber d a n s le poste, Une manche à air avec pavillon est placée e n u n e n d r o i t c o n v e n a b l e p o u r i n t r o d u i r e l'air I r a i s . L'évacuation d e l'air vicié esl assurée p a r u n e a u t r e manche, ou p a r d e s champi­ gnons, c o l s ih,' cygne ou tout autre moyen efficace. un v o l u m e

Art. 23. S u r t o u s les n a v i r e s , d e quelque n a t u r e qu'ils soient, les cabines d o i v e n t représenter u n v o l u m e d ' a i r a u m o i n s égal à 3 m. cubes 500 par p e r s o n n e . Pour le c a l c u l de ce volume d ' a i r , lis lits, les objets de literie, les t a b l e s les sièges ne sonl p a s déduits.

Art. 24. S u r a u c u n navire, les passagers d'entrepont ne être logés d a n s un entrepont i n t é r i e u r à c e l u i qui est situé immédiatement au-dessus de la ligne de flottaison en charge. Les locaux affectés habituellement ou temporairement a u couchage d e s passagers d ' e n t r e p o n t sont séparés des compar­ timents v o i s i n s par d e s c l o i s o n s . Dans toul local destiné au couchagedes passagers d'entrepont, le n o m b r e m a x i m u m d e personnes p o u v a n t y être a d m i s e s est affiché d'une façon apparente. Art. 25. Le s couchettes onl au minimum 1 m. 83 de lon­ gueur sur 56 centimètres de l a r g e u r . Le fond d e s COUChettes i n f é r i e u r e s doil e l l e au m o i n s à 15 centimètres a u - d e s s o u s d u soi ci le fond des couchettes supé­ doivent

rieures à 7 0 centimètres au m o i n s d u fond d e s couchettes de la rangée i n f é r i e u r e . S u r les navires d e pêche transportant d e s p a s s a g e r s , les cou­

chettes p e u v e n i être remplacées par des hamacs. Les entreponts affectés a u logement d e s passagers sont p o u r ­ v u s d'échelles ayant u n e largeur minimum d e 80 c e n t i m è t r e s . Le n o m b r e de panneaux el celui des é c h e l l e s sont déterminés


— 53 — comme s u i t , e n raison du nombre de passagers auquel est affecté l'entrepont : Au-dessous de 50 passagers: Un panneau. Une é c h e l l e . De 5 0 à 149 passagers: Un panneau. Deux échelles. De 150 à 199 passagers: Un panneau. Trois échelles. A partir de 200 passagers : Deux panneaux Quatre échelles Ou u n g r a n d panneau m u n i de quatre échelles.

Les compartiments affectés aux passagers d'entrepont, a i n s i que l e u r s a c c è s et dépendances, doivent être convenablement éclairés p e n d a n t le j o u r . L'éclairage de nuit doit être assuré p a r d e s appareils fixes. Les d i s p o s i t i o n s prévues pour l'aération d o i v e n t être telles que c e l l e - c i soit assurée d a n s t o u t e s les circonstances. Art. 20. — Les lieux d ' a i s a n c e s destinés aux passagers s o n t p l a c é s d a n s les parties supérieures du navire; Ils sont abrités c o n t r e l e s intempéries et c o n t r e la mer et m u n i s d'appuis con­ venablement d i s p o s é s . Des cabinets distincts s o n t réserves aux femmes. Ceux qui affectés a u x hommes s o n t p o u r v u s d ' u r i n o i r s .

sont

Les cabinets d e s hommes comme ceux des femmes peuvent comporter un collecteur commun el p l u s i e u r s p i a r e s . Dans ce dernier cas, les places sont séparés les unes des autres par d e s cloisons en tôle a y a n t u n e hauteur au moins égale à un mètre. Un écran, autant que possible en tôle, est placé devant compartiment.

chaque

Le n o m b r e minimum de places est d e d e u x , si le nayire ne

transporte p a s p l u s d e 100 p a s s a g e r s . A u - d e s s u s d e 1 0 0 pas­ sagers, il est exigé une place supplémentaire p a r 75 passagers en

plus.

U n e chasse d'eau e n é t a t c o n t i n u b l i e d a n s t o u s les l i e u x d ' a i s a n c e s .

de fonctionnement est é t a ­

Art. 27. S u r tout navire destiné a transporter d e s p a s s a ­ gers d e p o n t p o u r des voyages comportant des traversées dont la d u r é n o r m a l e d e p o r t à port dépasse i8 h e u r e s , u n l o c a l spécial est affecté a u x s o i n s d e propreté de ces passagers. Art. 28. Il est t e n u sur chaque navire un registre destiné à recevoir les réclamations des passagers qui auraient des plaintes e t observations à formuler. Le capitaine peut égale-


— 54 — ment y consigner les observations qu'il jugerait utile, ainsi que les faits qu'il lui paraîtrait important de faire attester par les passagers. Ce registre, coté el paraphé par l'Administrateur de l'Ins­ cription maritime, doit être communiqué à toute réquisition aux autorités el commissions chargées de la surveillance du navire. Art. 29. Sur tout над ire destiné à effectuer des traversées de plus de 48 heures <t devant embarquer plus de 100 per­ sonnes, x compris le personnel du bord, il doit être installé un hôpital. Cet hôpital est placé dans un endroit convenablement éclai­ ré et aéré, soit sur le pont, soit dans le premier entrepont: il est isolé le plus complètement possible des locaux occupés par l'équipage et par les passagers. i

L'hôpital est divisé en deux compartiments affectés", l'un aux hommes, l'autre aux femmes. Il est exigé un lit par 40 per­ sonnes embarquées, jusqu'à concurrence de 200 personnes. A partir de ce chiffre, il est prévu un lit par 60 personnes en plus. . A l'hôpital sont annexés : 1° une pharmacie pouvant servir île salle d'opérations et ayant des dimensions suffisantes pour recevoir un lit articulé du modèle ordinaire el pour permettre Ja circulation autour de ce lit; 1° une salle de bains; 3° des lieux d'aisances; 4° une chambre d'isolement comprenant le quart des lits d'hôpital imposé par le paragraphe 3 du présent article. Le cube d'air des hôpitaux doit représenter au minimum i mètres cubes pour chaque personne pouvant y prendre place. La hauteur sous plafond ne peut pas être inférieure à 1 m. 83. Les couchettes doivent être en métal peint, verni ou galva­ nisé; elles doivent avoir, au minimum, 1 m. 83 de longueur et 0 m. 00 de largeur intérieure et être disposées de telle sorte que leur plus grande dimension soit placée eu bordure d'un pas­ sage ayant une largeur au moins égale à 1 mètre. Tant dans l'hôpital que dans les entreponts, quelques lits ayant une largeur de 0 m. 80 sont réservés aux femmes en­ ceintes ou en couches. 11 ne peut n'être dressé que la moitié des couchettes de l'hô­ pital. En aucun ca$ elles ne peuvent Ctce su^erpooées.. ;


— 55 — SECTION II. AMÉNAGEMENTS N É C E S S A I R E S A LA CONSERVATION ET

DES VIVRES

D E S BOISSONS.

Art. 30. — Les cambuses affectées à la garde et à la con­ servation des approvisionnements sont exclusivement réservées à cet usage. Elles sont isolées des locaux h a b i t é s et fermées à clef. Toutefois sur les navires de pèche, les armoires servant de cambuses peuvent ouvrir sur les locaux habiles par le capi­ taine. Aucun tuyau de vapeur ne doit passer parles cambuses. Lorsqu'il est percé des ouvertures dans les parois verticales de ces compartiments, elles sont garnies de châssis en toile métallique. Les cambuses sont pourvues d'armoires et d'étagères en quantité suffisante, surélevées au-dessus d u parquet, d e façon à permettre le nettoyage de celui-ci. Les soutes où le vin est c o n s e r v é son! aérées el d ' u n e tem­ pérature aussi peu élevée que p o s s i b l e . Art. 31. — Les navires doivent être approvisionnés d'eau potable.. Les récipients à eau d o u c e , généralement connus sous le nom de caisses à eau et de charniers, n e peuvent pas être en bois. Cette d i s p o s i t i o n n e s'applique p a s , toutefois, aux barils de galère d e s embarcations. Elle ut s'applique pas non plus aux navires de pêche opérant a v e c s a l a i s o n à bord, qui sont autorisés à embarquer l'eau p o t a b l e dans des barriques neuves ayant subi le trait en lent nécessaire pour assurer u n e b o n n e 1

conservation de l'eau.

Les récipients à eau douce sont revêtus a l'intérieur d'un enduit, ciment ou autre, d'épaisseur convenable. Ils sont munis d'un tuyau d'air, disposés de façon à ne pas permettre l'introduction de corps étrangers, d'un bouchon de vidange et d'une ouverture assez large p o u r q u ' u n homme puisse s'y introduire en vue de leur n e t t o y a g e et de leur visite. Celte ouverture est disposée de façon à pouvoir être hermé­ tiquement fermée dans l'intervalle des visites. Les caisses à eau douce s o n t placées, autant que possible, dans la cale et surélevées au-dessus du vaigrage. Elles sont munies d'un tuyau d e sonde. Luc sonde spéciale e^t placée au voisinage dudit tuyau.


— 56 — Une pompe reliée à un tuyautâge spécial est exclusivement affectée à la manutention de l'eau des c a i s s e s à eau d'alimentation. Les j o i n t s d e s tuyaux et des caisses ne sont j a m a i s faits avec des c o m p o s é s du plomb.

L'équipage doit d i s p o s e r , pour s o n usage exclusif, d e r é c i ­ p i e n t s de dimensions convenables. S u r l e s n a v i r e s a v a p e u r , u n c h a r n i e r est r é s e r v é au p e r s o n n e l du pont el un autre person­ nel de la m a c h i n e : ils sont p l a c é s au voisinage des p o s t e s . Los récipients sont, nettoyés à fond au moins tous les trois m o i s o u à la suite de l'apparition d'un€ épidémie attribuable à l'eau d u bord. Art. /52. Les navires à vapeur el les navires à v o i l e s p o u r ­ v u s d'une c h a u d i è r e , qui s o n t a r m é s au lon,L, r c o u r s , et d o n t l'effectif, équipage et p a s s a g e r s , d é p a s s e 50 personnes, doivent être m u n i s d'un appareil à distiller l'eau de mer.

CHAPITRE III. Appareils m o t e u r s SECTION PREMIÈRE. APPAREILS A VAPEUR.

Art. 3 8 . — La chambre des machines motrices et la chambre de chauffe doivent 6tre de dimensions suffisantes pour que toutes les opérations tant de la conduite et de l'entretien cou­ rant des machines que de la chauffe PI de l'entretien courant des chaudières puisse s'effectuer s o i s danger. Des dispositions sont prises pour que le charbon cl les escar­ billes ne puissent pénétrer sous le parquet de chaufferies. A oel effet, des gardes et des écrans on tôle sont adaptés sur les chaudières et partout où il est besoin. Des précautions sont prises également pour éviter l'engagement des pompes de cale des chaufferies La chambre de chauffedoil offrir aux chauffeurs des moyens àe retraite facile dans deux directions au moins. Une bonne ventilation de la ehambre des machines et de la chambre de chauffe doil être assurée nu moyen des manches k air ou de tout autre système do ventilation artificielle.


57

Toutes les ouvertures pratiquées au-dessus du local des chaudières sont munies d'un grillage métallique pourvu de vo­ lets, permettant de les recouvrir par mauvais temps, à moins qu'elles ne soient surmontées par des claires-voies. Aucune l'orge à l'eu ouvert ne doil être installée dans les chambres des machines et chaudières, à moins que ces compar­ timents ne soient aérés d'une façon spéciale ou <|u*ii existe un tuyau d'évacuation des produits de la combustion. Lorsque cette installation a lieu, le plancher el les parois de \Û forge sont en tôle ou recouvert de feuillesde tôle d'un millimètre au moins d'épaisseur. Sur les navires de plus de 200 tonneaux, lorsque le compar­ timent des machines n'esl pas placé à l'arriére, un tunnel ou galerie de visite étanche s'étend de la cloison du presse-étoupes à la cloison arrière du compartiment des machines. L'entrée du tunnel doit être pourvue d'une porte étanche pouvant se manœuvrer d'un pont situe au-dessus de la flottaison en charge. La hauteur et la largeur du tunnel doivent être suffisantes pour permettre de procéder aisément aux travaux de répara­ tion et d'entretien de la ligne d'arbres Autant que possible, il est prévu, au-dessus d e s cylindres ei dans le tunnel, d e s dispositifs facilitant le démontage des cylindres et de la ligne d'arbres. La chambre des machines esl reliée avec le poste de comman­ dement du navire au moyen d'un télégraphe transmetteur d'ordres à répétition et d'un téléphone ou d'un porte-voie. Sur les navires d e moins de 200.tonneaux, le télégraphe n'esl pas exigé; mais il doit exister un timbre d'appel eu même temps qu'un porte-voie. Lorsque les appareils auxiliaires ne sont pas placés dans le compartiment des machines et chaudières principales, les locaux qui leur sont affectés sont isolés des compartiments voisins par des cloisons métalliques auxquelles, sur les na­ vires en bois, peuvent être substituées des cloisons LUI bois recouvertes de feuilles de tôle d'un millimètre au moins d'é­ paisseur. O s locaux sont largement éclairés et aérés. Les ponts au-dessous des chaudières auxiliaires sont en tôle ou recouverts, soit d'une couche de ciment, soit d'un enduit approprié,


— 58 — Art. 3 4 Les machines el les chaudières principales ou auxiliaires sont solidemenl construites el soigneusement assu­ jetties en p l a c e , d e façon qu'aucun déplacemenl ne p u i s s e se produire par suite des mouvements d u uavire. f)es appareils d é préservation, tringles, masques o u man­ chons, s o n t étabjis d e manière à mettre les personnel à l'abri d e s accidents auxquels pourrait les exposer l'approché d e s parties mobiles. Des m a i n s c o u r a n t e s s o n t p l a c é e s le l o n g d e s parois d u t u n n e l et de ta chambre d e s machines. Art. 35. - A u - d e s s u s d e 500 c h e v a u x indiqués, tes ma­ chines à mouvement alternatif sonl i m m i e s d'un appareil à vapeur démise en train el d e renversement d e marche.

Pour les machines d'une puissance moindre, le dispositif de mise e n train et d e r e n v e r s e m e n t d e marche doit, s'il est à l»ras, être construit d e telle s o r t e q u e le personnel d e quart p u i s s e le manœuvrer a i s é m e n t el rapidement. Toutes les m a c h i n e s m o t r i c e s alternatives développant une p u i s s a n c e indiquée Supérieure à 800 c h e v a u x s o n t p o u r v u e s d ' u n vireurà vapeur. I n v i r e n t ' à bras est e x i g é a u - d e s s u s de 300 chevaux.

A l t . 3 6 . — L e s t u y a u x de v a p e u r s o n t disposés d e façon à pouvoir se dilater el se contracter sans fatigue a n o r m a l e el être facilement purgés. Les robinets de p u r g e s o n t m u n i s d e tuyaux d e d é c h a r g e de manière à é v i t e r tout accident au personnel. Les t u y a u x placés s u r le p o u ! s o n t s e m e n t et p o u r v u s d'un garnissage être m u n i s d e p u r g e s .

recouverts d'un e n c a i s ­ convenable ; ils d o i v e n t

L e s t u y a u x d e v a p e u r , ainsi que le tuyautage g é n é r a l d u n a v i r e , sont peints avec les couleurs el s e l o n les dispositions conventionnelles adoptées p o u r les bâtiments d e la Hotte d e

guerre. A r t . 37. Le condenseur esl m u n i d e p o r t e s et d e r e g a r d s p e r m e t t a n t d e le v i s i t e r ¡'1 d e le nettoyer a i s é m e n t . A i l . 38. - Toutes les machines à mouvement a l t e r n a t i f développant u n e p u i s s a n c e indiquée supérieure à 500 che­ vaux sont pourvues des dispositifs nécessaires pour le relevé des diagrammes de pression.


— 59 — Art. 39. Les navires à vapeur de plus de 600 tonneaux sont pourvus d'un guindeau à vapeur ou à moteur mécanique à commande directe, d'une puissance proportionnée au poids des ancres el des chaînes. Le tuyautage de vapeur du guindeau et les tuyaux de va­ peur des treuils sont, autant que possible, placés sur le pont. Toutes les parties eu mouvement sont munies des masques mettant les personnes à l'abri des accidents. Art. 40. Les chaudières sont construites et disposées de façon que toute paroi, en contact, par une de ses tares, avec la flamme ou les gaz, soit baignée par l'eau sur sa face opposée. Le niveau de l'eau est maintenu, dans chaque chaudière, à une hauteur de marche telle qu'il soit en moyenne à 10 centi­ mètres au moins au-dessus du plan pour lequel la condition précédente cesserait d'être remplie, dans la position normal) du navire. Cette hauteur peut, toutefois, être réduite jusqu'à 10 centimètres pour (es chaudières de petites dimensions. 1

La position limite est indiquée d'une manière très apparente au voisinage du tube de niveau mentionné ci-après. Les prescriptions énoncées au présent article ne s'appliquent point : l'Aux sécheurset surchauffeurs de vapeurâ petits éléments distincts de la chaudière : i A des surfaces relativement peu étendues et placées de manière à ne jamnis rougir, même lorsque le feu est poussé à son maximum d'activité, telles que les tubes ou les parties de cheminées qui traversent le réservoir de vapeur en envoyant directement à la cheminée principale les produits de la com­ bustion, ou telles que les faisceaux de luises isolés de façon à former surchauffeur; u

5° Aux générateurs dits « à petits éléments »> et aux généra­ teurs dits « a production de vapeur instantanée >, lorsque la circulation y est assez intense pour que les parties de la surface de chauffe voisine de la surface libre m soif pas susceptibles d'être portés au rouge, quelle que soit l'activité de la chauffe. 1

Art. 41. Chaque chaudière est munie de deux appareils indicateurs de niveau indépendants l'un de l'autre, suffisam­ ment espacés el placés de façon a rester constamment visibles pour l'agent chargé de l'alimentation.


— 60 — L'un au moins de ces indicateurs est un tube en verre où est muni d'une lame de verre, la lame ou le tube étant disposé de manière à pouvoir être facilement nettoyé et remplacé au besoin. Des précautions sont prises contre le danger provenant des éclats de verre en c a s de bris des tubes, au moyen de disposi­ tions qui ne fassent pas obstacle à la visibilité du niveau. L'indicateur est convenablement éclairé en tout temps. L'autre appareil indicateur de niveau peut être un système de trois robinets étages, ou de deux seulement pour les petites chaudières. Sur les chaudières fonctioimanl sous une pression supérieure à 8 kilogrammes, les robinets de jauge sont munis d'un dispositif permettant de les fermer à distance. Les chaudières qui oui des foyers sur plusieurs façades sont pourvues, sur chacune de celles-ci, des appareils indicateurs 4n niveau de l'eau. Les indicateurs de niveau soid munis de robinets de fermetwrf permettant de remplacer le verre sans danger pour l'opé­ rateur. Les robinets de fermeture peuvent être manœuvrésau moyeu d'un d i s p o s i t i f permettant de les fermer simultanément à dis­ lance; toutefois te d i s p o s i t i f de manœuvre à distance des robinets de fermeture n'es; pas exigé si l'appareil indicateur «le niveau porte des soupapes automatiques fonctionnant eu cas de rupture de verre. Art. 'd. — Chaque chaudière est munie d'au moins deux soupapes de sûreté, à ressort, convenablement installées, cal­ culées, et chargées de manière : I" Que chacune d'elle puisse .suffire pour évacuer à elle seule toute la vapeur produite, quelle que soit l'activité du feu, sans que la pression effective dépasse de plus de I 10«' la pression indiquée par le timbre ; i" Qu'elle se soulève avant que la pression excède de l/20 celle qui est indiquée par le timbre. Les mesures nécessaires sont prises pour que l'échappement de la vapeur ou de l'eau chaude ne puisse pas occasionner d'accident. Les réchauffeurs d'eau d'alimentation sont munis d'appareils de termeturi permettant d'intercepter leur communication avec les chaudières; ils portent une soupape de sûreté réglée eu e


— 61 — égard a leur timbre et suffisante pour limiter, d'elle-même et en toute circonstance, la pression au taux fixé ci-dessus. il en est de même pour les surchauffeurs de vapeur, à moins que les dispositions (irises n'excluent l'éventualité d'une élé­ vation de la pression au-dessus du timbre. Sont soumis aux mêmes dispositions les récipients de formes diverses d'une capacité de plus de 100 litres, qui reçoivent de la vapeur empruntée à un générateur distinct, en excep­ tant, toutefois : 1° Ceux dans lesquels des dispositions matérielles efficaces empêchent la pression effective de la vapeur de dépasser 300 grammes par centimètre carré; 2° Les cylindres de machines avec ou sans enveloppes, les enveloppes de turbines, les tuyauteries. Les soupapes de sûreté de ces récipients et appareils peuvent être placées directement sur eux ou sur le tuyau de vapeur , entre le robinet el le récipient ou l'appareil. Il n'est exigé qu'une seule soupape pour les chaudières dont la surface de grille est inférieure à 45 décimètres carrés. Art. k'\ Aucune soupape de sûreté placée sur les chau­ dières n'a un diamètre inférieur à 32 millimètres. La levée ne doit pas être limitée à moins du quart de leur diamètre pour les soupapes «à simple siège. Les soupapes de sûre lé sont posées directement sur la chau­ dière, ou bien, s'il existe une tubulure de raccordement, celleci est aussi courte que po sible. Aucune partie de celte tubulure ou du luyaulage placé en aval des soupapes n'a une section inférieure à leur section totale. Les soupapes sont munies de purges ou de dispositifs per­ mettant l'écoulement de l'eau condensée. L'une des soupapes au moins est munie d'un appareil permettanl de la soulever, et manœuvrable de la chambre de chauffe. Cet appareil est disposé de telle sorte qu'il n'augmente p a s la charge de la soupape. Les ressorts sont protégés et disposés de telle sorte qu'ils ne puissent subir de fatigues anormales. Des dispositions sont prises pour empêcher une projection des clapets en cas de rupture des ressorts. Art. 4 4 . - Toute chaudière est en communication avec deux appareils d'alimentation indépendants, convenablement instal-


—62— lés, chacun de ces appareils devant pouvoir suffire aux besoins de la chaudière dans foules les circonstances. L'un deux au moins fonctionne par des moyens indépendants de la machine motrice du navire. Les chaudières placées à bord des navires à voiles, des pon­ tons, dragues, porteurs, el les chaudières auxiliaires des na­ vires à vapeur peuvent n'avoir qu'un seul appareil d'alimenta­ tion lorsque haïr pression est inférieure à 7 kilogrammes el leur surface de chauffe à 30 mètres carrés. Chaque appareil d'alimentation esl muni d'un régulateur, soupape ou clapet, fonctionnant automatiquement et placé au point d'insertion du tuyau d'alimentation qui lui est propre. Les régulateurs ont un robinet intermédiaire perrnettanl deles visiter. Lorsque plusieurs corps de chaudières sont en communi­ cation, le régulateur d'alimentation esl obligatoire pour chacun

d'eux. Art. 4 5 . Chaque prise de vapeur pour machines princi­ pales ou auxiliaires est inunie d'une soupape ou d'un robinet d'arrêt de vapeur placé à l'origine du tuyau de conduite de vapeur sur la chaudière même. La prise de vapeur pour mai bines principales doit, autant que possible, pouvoir se c o m m a n d e r du pont supérieur.

Art. 4-6. Chaque corps de chaudière cylindrique est muni d'un appareil (robinet ou soupape) d'extraction de fond et d'un appareil d'extraction de surface, placés directement sur la chaudière. Sur les chaudières à tube d'eau, un seul appareil d'extrac­ tion est exigé. Des dispositions sont prises pour permettre le contrôle facile de l'ouverture el de la fermeture des robinets d'extraction. Les tuyaux d'extraction conduisant à l'extérieur sont munis de robinets à leurs aboutissements sur le bordé et sur la chaudière. Lorsqu'un même luyan d'extraction dessert plusieurs corps de chaudière, il est muni de robinets ou soupapes empêchant

l'eau d'extraction de passer d'une chaudière dans l'autre. L'appareil d'extraction de fond doil pouvoir se manœuvrer du parquet des chaufferies. Art. 4 7 . Chaque chaudière est munie d'un manomètre eu bon état, placé de manière à être constamment visible pour


— 63 — le chauffeur et gradué de manière indiquer en kilogrammes par centimètre carré la pression effective de la vapeur dans la chaudière. Ce manomètre est convenablement éclairé en tout temps. Une marque très apparente indique, sur l'échelle du ma­ nomètre, la limite que la pression ne doit pas dépasser. Tout manomètre es! muni d'un robinet permettant de l'iso­ ler de la chaudière. Les chaudières qui ont des loyers sur plusieurs façades sont munies d'un manomètre sur chacune d'elles. Des manomètres, reliés à chaque corps de chaudière, sont placés dans la chambre des machines lorsque celle-ci n'est pas contiguë à la chaufferie et en libre communication avec elle. Tout récipient où appareil à vapeur, pour lequel une sou­ pape de sûtreté esl exigée, doit cire pourvu d'un manomètre. Art. 4 8 . — Les chaudières sonl munies d'un ajutage terminé par une bride de 4 centimètres de diamètre et de 5 millimètres d'épaisseur disposée pour recevoir un manomètre vérificateur. Une tubulure analogue est prévue pour l'essai de pression hydraulique dans la partie haute de la chaudière, à moins que l'appareil d'obturation du trou d'homme ne puisse être utilisé pour cet essni. Art. 49. Chaque chaudière est pourvue de trous d'hom­ me, trous de sel et regards nécessaires pour son inspection, son nettoyage et son entretien. Aucun trou d'homme n'est muni de portes en fonte de 1er. Les chaudières dont les dimensions sonl trop faillies pour qu'on puisse y pénétrer pour les visiter sont munies de Irons de piquage eu nombre suffisâ'nl pour permettre de les exami­ ner entièrement par l'extérieur. Art. 50. Les monte escarbilles sont disposés de façon à fonctionner sans danger pour le personnel. Sur les navires à vapeur de plus de 800 chevaux indiqués, ces appareils doivent être actionnés par des moteurs inécaniques, à vapeur ou autres. Art. 51. - Les soûles à charbon sont isoléesdes chaudières. Les tuyaux traversant les soutes sont protégés contre les chocs par d e s encaissements solides.


— 64 — Les soûles à p é t r o l e et les compartiments du double rend employés, s u r les navires à coque métallique, à l'emmagasinage d u combustible liquide, sont soigneusement isolés des chaudières. L'échantillonnage de l e u r s parois est renforcé et le rivetage des joints entièrement étanche. Si les s o û t e s ne s o n t p a s isolées des cales ou compartiments contigus p a r d e s cofferdams, u n e tôle v e r t i c a l e de faible h a u t e u r est établie parallèlement à la c l o i s o n et s u r t o u t e s o n é t e n d u e , de façon à former, au piëd d e celle-ci. une c u n e t t e ou se réunissent les égouts et suintements de la c l o i s o n . L e s compartiments d e s d o u b l e s fonds employés à l'emma­ gasinage d u pétrole s o n t isolés d e s compartiments v o i s i n s par d e s cofferdams formés par d e u x varangues étanches. L'épui­ s e m e n t de ces cunettes el cofferdams a lieu au m o y e n d ' u n e

p o m p e spéciale.

Les pompes employées à la manutention du pétrole s o n t e x c l u s i v e m e n t réservées à cet usage. Des r o b i n e t s ; (MI nombre suffisant p o u r r é d u i r e a i d a n t que possible les fuites en c a s d e rupture de tuyautage s o n t dis­ posés s u r le tuyautage du pétrole. L e s soutes à pétrole s o n t m u n i e s d ' u n tuyautage de vapeur

ou d e tout

autre

dispositif p e n n e ! t a n t

de les débarrasser,

a p r è s vidange, d e s g a z combustibles. A r t . 5 2 . A v a n t leur mise à bord, les chaudières n e u v e s doivent subir c h e z le constructeur une première ( ' p r e u v e ré­ glementaire. , . La c h a u d i è r e esl présentée pour c e t t e épreuve a v a n t d'être revêtue d ' a u c u n g a r n i s s a g e c a l o r i f u g e .

L'épreuve c o n s i s t e à soumettre la chaudière à m u pression hydraulique supérieure à la p r e s s i o n effective q u i ne doit pas être dépassée d a n s le service. Le temps p e n d a n t lequel est maintenue la pression d'épreuve doit être suffisant pour permettre l ' e x a m e n d e toutes l e s p a r 1

lies de la c h a u d i è r e . En p r i n c i p e , il d o i t varier e n t r e 5 et

10 m i n u t e s .

La charge d ' é p r e u v e esl égale au double de la p r e s s i o n ef­ fective q u i n e doit pas être dépassée d a n s le s e r v i c e , s a n s que la surcharge p u i s s e e x c é d e r 10 kilogrammes.


— 65 — L'épreuve n'est pas exigée pour l'ensemble d'une chaudière dont les diverses parties, éprouvées séparément, sont réunies par des tuyaux placés sur tout leur parcours en dehors du foyer et des conduits de flamme et dont les joints peuvent être facilement démontés. Les réchautfeurs d'eau sous pression, les sécheurs et les surchautfeurs de vapeur sont considérés comme chaudières ou parties de chaudières pour tout ce qui est dit au para­ graphe précédent. Les tuyaux de vapeur, ainsi que les collecteurs d'ailimentation, sont essayés à l'atelier, au double de la pression qu'ils supportent en service. Le chef de rétablissement où se fait l'épreuve fournil la main-d'œuvre et les appareils nécessaires à l ' o p é r a t i o n . Toute chaudière neuve provenant de l'étranger est éprou­ vée, avant sa mise à bord, dans le port désigné par le pro­ priétaire du navire, à moins que celui-ci, n'ait joint à sa de­ mande un certificat émanant d'une autorité reconnue et authen­ tiqué par te consul de France dans le lieu où a été construite la chaudière, certificat constatant que l'épreuve réglementaire a été effectuée chez le constructeur. Art. 53. — Toute chaudière neuve présentée après sa mise à bord porte une plaque d'identité indiquant : 1° Le nom du constructeur ; 2° Le lieu, l'année et le numéro d'ordre de fabrication; 3° Un numéro d'ordre par corps de chaudière, si le navire en possède plusieurs. Elle est disposée pour subir à froid l'épreuve réglementaire ci-après définie : L'épreuve a lieu à une pression comportant une surcharge égale à la moitié de la pression ellèctive que doit indiquer le timbre sans jamais être inférieure à un demi-kilogramme, ni supérieure à 0 kilogrammes. Le temps pendant lequel est maintenue la pression d'épreuve doit être suffisant pour permettre l'examen de toutes les par­ ties de la chaudière. En principe, il doit variei' entre Ô et 10 minutes. Apres que la chaudière ou partie de la chaudière a été éprou­ vée avec succès, il y est apposé un ou plusieurs timbres indi­ quant en kilogrammes, par centimètre carré, la pression elïèe5


— 66 — tive que la vapeur ne doit pas dépasser. Les timbres sont poinçonnés et reçoivent trois nombres indiquant le jour, le mois et l'année de la mise en s e r v i c e . Lu de ces timbres est placé de manière à être toujours apparent. L'épreuve n'est pas exigée pour l'ensemble d'une chaudière dont les diverses parties, éprouvées séparément, sont réunies par des tuyaux placés sur tout leur parcours en dehors des foyers et des conduits de flamme, et dont les joints peuvent être facilement démontés. Pour les chaudières qui ne doivent pas être soumises a u chauffage à feu nu, les c o n d i t i o n s des épreuves sont les mêmes que pour les récipients de vapeur. Pour cette épreuve, le bord fournil la main-d'œuvre et les appareils nécessaires. Ensuite la chaudière es! mise en pression pour permettre de vérifier si les soupapes de sûreté sont en b o n état de fonction­ nement et si elles o n t un débouché suffisant. Art. 54. — Sont soumis aux épreuves ci-dessus, suivies du timbrage, les récipients de formes diverses d'une capacité de plus de 100 litres qui reçoivent de la vapeur empruntée à un générateur distinct, lorsque leur communication avec l'atmos­ phère n'est point établie par des m o y e n s excluant toute pres­ sion effective notable. Cette disposition ne vise pas les cylindres à vapeur ni les enveloppes des turbines. Toutefois les récipients dont il s'agit ne sont soumis, pour l'épreuve prévue à l'article 5 2, comme pour l'épreuve prévue a l'article C>">, qu'à une surcharge d'épreuve égale à la moitié de la pression maximum à laquelle ils peuvent fonctionner sans que cette surcharge puisse excéder 4 kilogrammes par centi­ mètre carré. Sont assimilées aux récipients les chaudières dans lesquelles la vaporisation est obtenue n o n p a r le chauffage àfeu nu, mais au moyen de réactions chimiques ou autres sources de chaleur ne produisant jamais que des températures modérées ainsi que les réservoirs dans lesquels de l'eau à haute température est emmagasinée à l'effet de fournir un dégagement de ,vapeur ou de chaleur, quel qu'en soit l'usage. y

Art. 55. — La visite annuelle des appareils à vapeur com­ porte u n examen extérieur et intérieur des machines et des chaudières principales et auxiliaires.


— 67 — Art. 56. — Les machines motrices et auxiliaires des navires sont soumises tous les quatre ans à des constatations plus complètes. Les chaudières principales et auxiliaires de ces navires sont soumises également, au moment des visites périodiques, à des constatations plus complètes, tous les quatre ans, jusqu'à leur douzième année, et tous les deux ans à partir de leur dou­ zième année. Art. 57. — Pour la visite des machines principales, prévue à l'article précédent, les coussinets de palier sont démontés, les cylindres ouverts et les pistons soulevés ; les tiroirs, ainsi que toutes les pompes de la machine, sont démontés. Le tuyaulage, les boîtes d'aspiration, crépines et boîtes égyptiennes sont dégagés et nettoyés. Toutes les parties de la machine et de la ligne d'arbres subissent ensuite une visite complète '. Les machines auxiliaires sont soumises à une visite analogue comportant les démontages qui sont jugés utiles. 8

Art. 58. — Pour les chaudières principales et auxiliaires, la visite prévue à l'article 56 est précédée d'une épreuve sous pression hydraulique. Avant cette épreuve, les foyers et boites à feu sont piqués et nettoyés, afin de pouvoir relever leurs dimensions dans les par­ ties susceptibles de se déformer lorsque la chaudière est.en pression. L'épreuve a lieu à une pression comportant une surcharge égale à la moitié de la pression effective qu'indique le timbre sans être inférieure à un demi-kilogramme, ni supérieure à 6 kilogrammes. Le temps pendant lequel est maintenue la pression d'essai doit être suffisant pour permettre l'examen, de toutes les parties de la chaudière. En principe, il doit varier entre cinq et dix minutes. Après l'épreuve hydraulique, la chaudière est ouverte et vidée de manière qu'elle puisse être examinée dans toutes ses parties. Art. 59. — Lorsqu'une chaudière neuve est mise à bord d'un navire dans les six mois qui suivent une visite périodique, la chaudière est, au point de vue des visites et épreuves ulté­ rieures, considérée comme ayant été mise en service au mo­ ment de cette visite.


— 68 — Si la mise à bord se fail après les six mois qui suivent la visite périodique, c'est à partir de la visite périodique suivante que se compte la durée du service de la chaudière. Art. 60. — Lorsqu'une chaudière ayant déjà servi est pla­ cée à bord d'un navire en service, cette chaudière est, au point de vue des visites et épreuves ultérieures, considérée comme ayant, au moment de la visite périodique suivante, un âge ex­ primé par un nombre entier d'années, qui s'obtient en aug­ mentant ou en diminuant l'âge réel de la chaudière .suivant que la fraction d'année écoulée au moment de la visite pério­ dique est supérieure ou inférieure à six mois. Art. 61. — En dehors des époques indiquées à l'article 56, la visite de chaudières comportant des constatations plus complètes est exigée : 1° Lorsqu'une chaudière ayant déjà servi est placée à bord d'un navire en service ; 2° Lorsque la chaudière a subi une réparation notable ; 8* Lorsqu'elle est remise en service plus d'un an après l'expiration du dernier permis périodique de navigation. Cette visite peut être exigée également lorsqu'à raison des conditions dans lesquelles la chaudière fonctionne, il y a lieu par la Commission d'en suspecter la solidité. La chaudière est ensuite remise en ordre de marche, atin de permettre un essai sous vapeur des chaudières et du tuyautage de vapeur. Pour cet essai, !e tuyautage de vapeur est, s'il le faut, dégarni soit entièrement, soit dans le voisinage des brides. Au moment de la visite annuelle ou d'une visite de qua­ trième année, le propriétaire du navire peut demander que le timbre de ses chaudières soit abaissé. Dans ce cas, l'épreuve hydraulique décrite à l'article 52 est effectuée sur la base du nouveau timbre et celui-ci est poinçonné comme il a été dit plus haut au lieu et place de l'ancien timbre. Art. 62. — Sont dispensés des visites, constatations et essais prévus aux articles qui précèdent, les navires dont les propriétaires ont joint à la demande de permis de navigation un certificat délivré par une société de classification reconnue par le Ministre de la Marine et établissant que le navire pos­ sède la première cote.


— 69 — Art. 63. — L'inspecteur de La navigation a qualité pour prendre connaissance du journal du bord et du journal de la machine. Le journal de la machine, coté et paraphé par l'Administra­ teur de L'Inscription maritime et visé chaque jour par le ca­ pitaine, est tenu par les soins du Chef mécanicien qui y con­ signe tous les faits concernant le fonctionnement et l'entre­ tien des appareils à vapeur. SECTION II. APPAREILS MOTEURS AUTRES QUE LES APPAREILS A VAPEUR.

Art, 64. — Les moteurs à pétrole sont solidement assujet­ tis en place sur un carlingage renforcé. Il en est de même des appareils de chargement et de renversement de marche, Si l'on emploie une hélice réversible, le dispositif de com­ mande est simple et robuste. Autant que possible, il se ma­ nœuvre du pont supérieur. Au-dessous du moteur est placé soit une cuvette étanche, soit un carter, disposé de telle sorte que toutes les huiles de combustible liquide s'y rassemblent. Si l'allumage du moteur si; fait au moyen -de brûleurs, ou par contact avec une partie de la culasse non chemisée et portée au rouge, les précautions nécessaires sont prises pour que le pétrole ou les vapeurs de pétrole ne puissent venir en contact avec le brûleur ou le dispositif qui en tient lieu. Si l'allumage se tait au moyen de l'électricité, les canalisa­ tions doivent être, autant que possible, placées sous tubes de plomb. En tout cas, toutes les précautions doivent être prises pour éviter les courts-circuits, aussi bien dans la canalisation que dans les appareils générateurs. S'il existe des accumulateurs électriques, ils doivent être placés dans un local spécial largement aéré, Sauf autorisation de la Commission de visite prévue, sui­ vant les cas, à l'article 4 ou à l'article 6 de la loi, qui fixe, alors, les précautions à prendre pour l'emmagasinage du com­ bustible liquide et pour l'installation du tuyautage, il est in­ terdit d'employer, sur les navires de plus de 25 tonneaux de jauge, des moteurs utilisant des hydrocarbures ayant une température é'ignition spontanée inférieure à 60* centigrades.


— 70 — Si la mise en marché se fait à l'aide d'un hydrocarbure plus inflammable, les récipients qui le contiennent doivent être placés dans un rocal spécialement ventilé, en dehors de la chambre du moteur et au-dessus de la flottaison en charge. Au-dessous du réservoir, il est disposé une cuvette métallique pourvue d'un tuyau destiné à évacuer les fuites à l'extérieur. Les soutes à pétrole doivent être disposées sur les navires à coque métallique, comme il est dit plus haut. Sur les na­ vires en bois, le pétrole est emmagasiné dans des caisses spé­ ciales, en forte tôle, rivées et soudées; il peut aussi être em­ magasiné de la même manière sur les navires à coque métal­ lique. Ces caisses sont placées dans un compartiment spécial, lar­ gement ventilé et dont les parois sont en tôle, ou garnies de feuilles de tôle ou de plomb. Ce compartiment est isolé du compartiment du moteur. Il est muni d'un dispositif permettant d'évacuer ou d'épuiser le pétrole provenant des fuites qui pourraient se produire. Des dispositions sont prises pour permettre la visite des caisses, leur remplissage et leur vidange. U i réservoir de service, d'une contenance maximum corres­ pondant à 10 heures de marche, peut être placé dans le com­ partiment du moteur. Pour la pêche côtière, la provision du combustible nécessaire à une sortie peut être emmagasinée dans le compartiment du moteur. . Le tuyau tage d'amenée du pétrole doit être en cuivre rouge avec joints à cône rodés et brasés ou à bagues. Art. 65. — La disposition des moteurs â gaz pauvre, moteurs électriques et de leurs accessoires fait l'objet d'un examen spé­ cial de la Commission qui procède à la première visite. Cette Commission fixe, dans chaque cas, les conditions auxquelles doit satisfaire l'installation. CHAPITRE IV. Instruments et documents nautiques. — Objets m e n t et de rechange.

d'arme­

Art. 66. — Les navires de plus de 25 tonneaux affectés à une navigation de long cours, de cabotage international ou de grand cabotage national sont pourvus au moins des instruments et documents nautiques, ainsi que des objets d'armement et de rechange, dont les nomenclatures figurent à l'article suivant. S'ils se livrent à une navigation autre q i e celles qui sont pré-


—71 — v u e s c i - d e s s u s , ils doivent, e n principe, être pourvus des mêmes instruments et d u même matériel, s a u f les r é d u c t i o n s et excep­ t i o n s e x p r e s s é m e n t indiquées a u x tableaux s u s v i s é s . Toutefois la Commission de visite p e u t d i s p e n s e r d ' a v o i r à b o r d de ces navires c e u x des i n s t r u m e n t s et o b j e t s qui s o n t

marqués d ' u n

astérisque, lorsqu'il est r e c o n n u que c e s d i s p e n s e s n e peuvent a v o i r d'inconvénients. Art. 6 7 .

NOMENCLATURE des instruments et documents nautiques dont les navires doivent être pourvus, et conditions auxquelles doivent satisfaire ces instruments. (Abréviations

: A , L o n g c o u r s . — B . C a b o t a g e i n t e r n a t i o n a l e t grand cabotage national. )

OBJETS.

A.

B.

Chronomètre*..

2

El

Montre d'habitacle.

1

1

Baromètre

2

Thermomètre.

1

I

Sextant*

2

I

Longue-vue*.... Jumelle m a r i n e . . Compas complets.

1

OBSERVATIONS.

Les chronomètres doivent être suspendus a la cardan dans des boîtes tjxées dans un local où ils soient le plus possible à l'a­ bri des trépidations, secousses, variations de température, etc. Les vapeurs doivent, en outre, avoir une montre d'habitacle dans la machine. Un des baromètres doit être enregistreur sur les navires au long cours qui doivent en avoir deux. Un de plus sur les vapeurs pour la machine. Les sextants doivent être m u ­ nis de tous leurs accessoires.

I

1

2 Un par poste de barre et un Le nombre autre pour les relèvements, si nécessaire suivant les ceux-ci ne peuvent être pris installations. avec un compas de barre. En tous cas, jamais moins de deux compas, dont un au moins com­ pensé, ajusté avant le départ et muni d'alidades et de sa table de déviation. De plus, un com­ pas de rechange avec alidade et un comnas sur chaque e n barcation de sauf étage.


— OBJETS.

A.

Rose des vents Loch marin et acces­ soires Loch à hélice* Cartes et instructions nautiques(1) Ouvrages

nautiques

( C o n n a i s s a n c e des temps ou éphémerides Annuaire des marées. Livre des phares et fa­ naux pour le voyage à entreprendre (1). Rapporteur Compas à pointes sèches Fanaux de roule verrines Matériel signaux de jour et nuit, de brume et détresse.

ou de de de

Sonde avec plombs..

Sondeur du système Thompson ou autre équivalent * Code international des signaux et serie complète de pavillons* Table d'azimut

72

— OBSERVATIONS.

B

2

I

2

i

En plus de celle appartenant au c o m p a s .

! N'est exigé que sur les navires Suivant le a passagers. voyage à entreprend re

i

I

de

1

chaque sorte.

2

Le livre des phares et fanaux devra être tenu à jour au moyen des fiches du service hydrogra­ phique .

1

2 2 En quantité suffisante pr permettre de se confor­ mer aux r è ­ glements en vigueur. 2 3 1 1 I

1

1

1

t

Dont une d'au-moins 200m A exiger seulement sur les na­ vires a vapeur transportant des passagers.

Sur les navires en fer ou en acier.

(1) Les cartes, instructions et ouvrages nautiques doivent être à la disposition de l'officier de quart quand la terre ou des feux sout en vue.


— 73 — N O M E N C L A T U R E D E S O B J E T S D'ARMEMENT E T D E R E C H A N G E DONT L E S N A V I R E S DOIVENT Ê T R E P O U R V U S , E T CONDITIONS AUXQUELLES DOIVENT SATISFAIRE CES OBJETS.

A. —

Armement.

OBJETS.

OBSERVATIONS.

Ancres, chaînes, gre lins, a u s s i è r e s . . . .

Le nombre, les dimensions ou le poids des ancres, chaînes, grelins et aussières doivent être conformes aux indications des ta­ bleaux réglementaires du bureau Veritas pour les dimensions, le type et l'affectation du navire envisagé. Les navires possédant, à l'un des registres de classification reconnus, la première cote, sont considérés comme pourvus des ancres, chaînes, grelins et aussières ré­ glementaires

C r é e m e n t et v o i l u r e . . Complet en bon état. Hache, herminette, pince, repoussoir à chaîne et emmanché, marteau, tranche, égoïne, scie, masse, clous, vis, etc. Outillage de charpenSur les navires en bois, chevilles et gourtier nables, bordage de chêne, ayant environ 6 mètres de longueur sur 0m 25 de largeur et 0m 05 d'épaisseur. Outillage de calfat. Un maillet et cinq fers, En quantité suffisante pour calfater environ 5 p. 100 de la superficie du pont supérieur, superstructures comprises, et des œuvres mortes. 150 kilogrammes environ (n'est exigé que Ciment à prise rapide. pour le long cours et le cabotage interna­ tional). Goudron 59 litres environ. Étoupe t i c

lirai ou mas­

Ne sont exigés que si le navire est en fer ou en acier, ou s'il est a propulsion mécani­ que, vapeur ou autre. L'outillage c o m ­ porte notamment un cliquet avec m è c h e . Tôle de fer ou d'acier, de 2 mètres carrés de surface environ et de l'épaisseur de la tôle l'ôle de fer ou d'acier la plus faible du borde, sans dépasser et rivets 12 millimètres. 20 kilogrammes de rivets assortis.

Forge et outillage de forgeron


— 74 — B. — Objets de rechange pour tous les navires.

OBJETS.

Palans de fortune pour la manœuvre du gouvernail Manilles d'assemblage des drosses Manilles d'assemblage des chaînes d'ancre. Manilles de jonction sur l'ancre Prélarts de r e c h a n g e . .

OBSERVATIONS.

Gréés et frappés sur des boucles convena­ b l e m e n t disposées. Un jeu. Deux par chaîne. Une par ancre. Deux pour les navires destinés au long c o u r s , au cabotage international ou a u grand cabotage national ; un pour les navires affectés à d'autres navigations.

Accessoires de pompes Un jeu de rechange par pompe. à bras Filin assorti pour ma­ Environ 1 kilogramme par 3 tonneaux de nœuvres courantes jauge nette. Les navires ayant des rides en et amarrages filin ont en plus une pièce de rides. Ridoirs

Deux par mât carré.


Espars de rechange des navires ayant des mâts

Voiles de rechange pour navires a voiles goëlettes. Espars de rechange pour navires ayant des mâts en plusieurs parties.

Voiles de rechange pour navires ayant 2 phares carrés.

Espars pouvant faire vergue de perroquet

Espars pouvant faire à b. pib le. vergue de perroquet

a. Espars p o u v a n t faire mât de perroquet oui vergue de hunier volant .

b.

Petit foc Grand foc Grande voile Misaine Hunier complet Perroquet c o m p l e t . . . Petit f o c . Grand foc V o i l e goëlette a. Espars pouvant faire vergue de hume, ou mât de hune et de perroquet

V O I L E S , ESPARS.

i

1 \

1

\

1

2

i

I

2

1

i

i

1

1

1

1

\

caps.

2

\

des

en deçà

LONG COURS

2

1 1 1

LONG COURS au delà des caps.

2 (espars suivant gréement).

espars s u i v a n t gréement).

2

2 (espars suivant gréement).

2 lespars suivant gréement;

\

1

1 1

1

international et grand cabotage national.

CABOTAGE

C. — Objets de rechange spéciaux aux navires à voiles.

Pourlesn a v i r e s a y a n t p l u s de 2 mâts carrés, en p l u s : un h u n i e r comptet et une bas v o i l e , et, pour la navigation audelàdes caps Horn ou de HonneEspérance, un perroquet c o m p i e i .

Plus, pour les navires de long cours, une quan­ tité de toile à voile suf­ fisante pour compléter le jeu des v o i l e s en vergue avec les rechan­ ges ci-contre.

OBSERVATIONS.

— 75 —


— D. — Objets de rechange

76 — spéciaux

aux LONG

navires

vapeur.

COURS,

cabotage interna­ OBJETS.

à

AUTRES

tional, grand cabotage

navigations.

national.

Coussinets de bielle.

Clapets de pompes

de cale

Boulons avec écrous

pour liges de piston ou tète de bielle.. pour pied de bielle. pour paliers d'arbres à manivelles pour accouplement d'arbres s'ils sont métal­ liques s'ils sont en caout­ chouc

alimentaires, Sièges de clapets ( s'ils sont amo­ vibles j Segments de piston Ressorts de soupape de s û r e t é . . . . Tubes de niveau d'eau (verre).. . . Manomètre Tubes de chaudière. . Tubes de condenseurs. Barreaux de grille ... Manche à incendie en t o i l e . . . Lampe p o u r feux électriques. l a m p e s de sûreté Outils de chauffe.

1 paire.

»

2 2

1

2

1

1

I jeu.

1

I jeu.

1

3 jeux. 1/2 jeu jeu. jeu. 1 jeu. 2 jeux plus 1 2 . 1 (pour 2 corps de chaudière.) 1

1

jeu. jeu.

2 jeux. jeu.

1/2'

1/2 1,2

jeu. jeu.

1 jeu plus 6.

1

5p.100 lu nombre total. 4 p. 1 0 0 du nombre total. 1/2 jeu.

! I jeu. 2 1 jeu.

1

1

jeu.

1 I

jeu.

On doit avoir, en outre, les principales clefs de démontage el un nombre suffisant de tampons pour tubes, si les chaudières sont a tubes de flamme Sur les navires affectés au transport de charbon ou d'autres marchandises dangereuses, il doit y avoir à bord quatre lampes de sûreté Sur les navires pourvus d'une installation élec­ trique, les rechanges indispensables sont exigés, suivant le type des appareils employes.


— 77 — E. —

Plans

dont

doit

VOILIERS.

Plan du gouvernail et étambot. Echelle de charge. Coupe au maitre. Plan de voilure. Plan général d'aménagement. Plan des chaudières auxiliaires et des soupapes. Plan du ballast et du tuy utage, s il y a lieu.

être

muni

tout

navire.

VAPEURS.

Plan du gouvernail, étambot et propulsieur. Echelle de charge. Coupe au maitre. Plan général d'amenagement. Plan des chaudières et des sou­ papes. Plan du ballast et du tuyautage de remplissage, épuisement et tuyaux de vapeur deux expé­ ditions). Plan des cales et faux ponts don­ nant le cubage de chaque com­ partiment. Plan de la machine. Plan de l'installation électrique et du service d'incendie.

Art. 68. — Sur tout navire ayant un appareil à gouverner éloigné de l'arrière, il doit y avoir, au-dessus du gouvernail, un appareil à gouverner de secours. A cet effet, la tète du gouvernail porte deux dispositifs de manœuvre indépendants, barre franche, secteur ou manchon à bras, disposés de telle façon que l'un puisse suppléer l'autre et que les palans de fortune puissent s'y fixer. Sur les navires de plus de 800 tonneaux développant plus de 500 chevaux indiqués, il est exigé un servo-moteur ayant sur la chaudière une prise de vapeur distincte des prises de vapeur principales. La roue de commande du servo-moteur est reliée à un indicateur de l'angle de barre, qui doit être dis­ posé de telle sorte que, lorsque l'index se dirige vers la direc­ tion marquée bâbord ou gauche, le safran du gouvernail soit porté sur bâbord ou sur la gauche, et que lorsque l'index se dirige vers la direction marquée tribord ou droite, le safran du gouverneur soit porté tribord ou sur la droite. Art. 69. — Les navires affectés à une navigation de long cours, de cabotage international ou de grand cabotage natio-


— 78 — nal doivent être munis de fanaux et autres signaux prescrits par les règlements en vigueur. Tous ces fanaux et signaux doivent avoir la puissance requise et être en bon état de service. Les porte-fanaux et écrans doivent être solides; les fanaux sont abrités autant que possible contre la mer. S'il est fait usage de lampes électriques, des fanaux de secours en bon état de service, utilisant un autre genre d'éclairage et ayant la puissance requise, sont disposés à proximité et prêts à être mis en place en cas de besoin. Pour chaque chronomètre réglementaire, l'état absolu et la marche sont déterminés. Si le navire est pourvu d'une installation»électrique, la régu­ lation des compas doit être faite les dynamos étant successive­ ment en marche et au repos. Art. 70.—Les navires de plaisance doivent être pourvus des instruments et documents nautiques ainsi que des objets d'ar­ mement et de rechange énumérés ci-dessous ; a. Sur les yachts pour le commandement' desquels il n'est exigé qu'un patron : Cartes et instructions nautiques ; Livres des phares ; i compas de route et 1 compas de relèvement, à moins que le compas de route ne comporte une alidade ; \ rapporteur; 1 compas à pointes sèches ; 1 baromètre anéroïde ; 1 sonde avec plombs, de 100 mètres; 1 jumelle marine; b. Sur les yachts pour le commandement desquels il n'est exigé qu'un capitaine de yacht : En plus des objets indiqués au paragraphe a ci-dessus : 1 sextant ou octant; 1 chronomètre ou une montre de torpilleur ou une montre à secondes ; Connaissance des temps ou éphémérides ; c. Sur les yachts pratiquant le grand cabotage ou le long cours : Les objets indiqués aux paragraphes a et b ci-dessus, le


— 79 — chronomètre et une montre de torpilleur pouvant servir de compteur. Le tableau A de l'article 67 s'applique en ce qui concerne les ancres et les chaînes, le gréement et la voilure. Le tableau B s'applique en ce qui concerne les manilles d'assemblage des drosses et chaînes d'ancres. Le tableau G ne s'applique pas; mais il doit y avoir a b o r d des voiles de rechange en bon état, et en nombre suffisant suivant le gréément du yacht. Le tableau D s'applique en faisant usage, dans tous les cas, de la colonne intitulée. « autres navigations ». Le tableau E ne s'applique pas. CHAPITRE Y. Installations,

embarcations, appareils de sauvetage.

ou

engins

SECTION PREMIÈRE. INSTALLATIONS.

Art. 7 1 . — Tout navire à voiles doit avoir au moins deux pompes à bras de puissance convenable, munies chacune d'un tuyautage fixe d'aspiration à la cale. Si le navire comporte, à l'arrière de la cloison d'abordage, deux ou plusieurs compartiments étanches, il doit avoir, dans chacun de ces compartiments, un tuyau d'aspiration provenant de chacune des deux pompes à bras. Le eoqueron avant des navires en fer et en acier est épuisé par une pompe à bras spéciale.' Les navires en fer ou en acier pourvus de water-ballast ou de cales à eau ayant une capacité supérieure à 100 tonnes doivent être munis, pour le remplissage et la vidange de ces compartiments, d'un système de pompage à vapeur alimenté par une cliau lière auxiliaire. Ces compartiments sont, en outre, desservis par des pompes à bras spéciales. Les aspirations sont, autant que possible, placées à Farrière des compartiments. Elles sont munies de crépines. 11 doit y avoir, dans chaque compartiment, non compris les"


— 80 — roquerons, une archipompe s'etendant depuis les fonds jusqu'à un pont situé au-dessus de la flotlaison en charge, et (fins laquelle sont disposés les tuyaux d'aspiration des pompes de cale. Cette archipompe doit avoir les dimensions suffisantes pour que l'on puisse y travailler avec facilité et être accessible par le pont supérieur et par l'entrepont. Les entreponts sont pourvus de tuyaux d'orgue pour l'écou­ lement des eaux dans la cale. Tous les compartiments doivent être pourvus de tuyaux de sonde disposés de façon à être toujours accessibles. Toutes les vannes et tous -les robinets placés sur le tuyau* tage des pompes en dehors des archipompes doivent être manœuvrables d'un pont situé au-dessus de la flottaison en charge, et d'un endroit du pont toujours accessible. Les six premiers alinéas seulement du présent article s'ap­ pliquent aux navires de pèche et aux navires de plaisance. Sur les navires de plaisance, lorsque le lest est placé dans l'intérieur du navire, des dispositions doivent être prises pour ne pas gêner l'acheminement des eaux vers les aspirations des pompes. Art. 7 1 — Les navires à voiles de plus de 200 tonneaux ont une pompe à lavage placée à l'avant ou à l'arrière, ayant sa prise d'eau installée de telle façon (pie le tuyautage ne passe pas dans les cales. Cette pompe est munie de raccords et de manches à incendie permettant de refouler l'eau dans toutes les parties du navire. Les navires de plus de 800 tonneaux ont, en plus de la pompe visée par le paragraphe précédent, une pompe à incendie portative à bras, aspirante et refoulante, munie de manches et autres accessoires permettant de l'utiliser pour envoyer de l'eau dans toutes les parties du navire. Art. 73. — Les navires à vapeur ont deux pompes à vapeur (ou au moins une pompe de cale mue par la machine et un petit cheval), permettant d'assécher tous les compartiments, à l'exception des coquerons, puits aux chaînes, et autres com­ partiments de faiole capacité. Ces pompes sont pourvues d'une boite égyptienne placée audessus du parquet, d'un accès et d'un démontage faciles. Chaque cale est desservie, en outre, par une pompe à bras •se manœuvrant d'un pont situé au-dessus de la flottaison en


— 81 — charge ; il en est de même du coqueron avant, lorsqu'il ne sert pas de water-ballast. Au lieu des pompes à bras requises dans chaque cale, il peut être lait emploi d'une pompe unique à volant placée au-dessus de la flottaison en charge et reliée au tuyautage d'aspiration des pompes de cale à vapeur. Dans les navires ayant un douille tond sans puisard, les as­ pirations des pompes de raie sont doublées el placées aux bouehains, de pari el d'autre du double fond. Les aspirations sont, autant que possible, placées au point le plus bas des compartiments. Liles sont munies de crépines disposées de façon à pouvoir être facilement visitées et netto­ yées. Les entreponts sont munis de tuyaux d'évacuation ou tuyaux d'orgue permettant l'écoulement des eaux dans la cale. Toutefois, les entreponts situés à une grande hauteur audessus de la flottaison encharge peuvent être munis de dalots évacuant à travers la mureille. Tous les compartiments sont pourvusse tuyaux de sonde disposés de façon à être toujours accessibles. Le tuyautage des water-ballast' doit.-être étanche jusqu'au pont supérieur et dis­ posé de manière que.Teau ne puisse se répandre dans les cales ou dans lès puisards des cales. Les tuyaux de pompe sont solidement tixes à leur-passage à travers'les cloisons: ils doivent être protégés sur' toute la. longueur des cales à marchandises et des soutes. Toutes les vannes et tous les robinets places sur le tuyautage des pompes, en dehors du compartiment des machines et chaudières, doivent être manoeuvrables d'un pont situé audessus de la flottaison,en charge et d'un endroit du pont tou­ jours, accessible. Les tuyaux d'aspiration des pompes de cale et leur robinet­ terie sont disposes de telle-sorte qu'ils ne permettent pas y l'eau de passer d'un compartiment à l'autre. Le tuyautage d'épuisement des cales est entièrement indé­ pendant du tuyautage de remplissage et d'épuisement des waterballast. Les deux catégories de tuyaux doivent aboutir à des boites de distribution distinctes et être installées de manière à rendre impossible l'introduction accidentelle de l'eau dans le navire. Sur les navires de moins de 200 tonneaux, un injecteûr 6


— 82 — peut remplacer le petit cheval prévu ci-dessus comme moyeu d'épuisement. Un plan détaillé de tout l'arrangement du tuyautage d'épui­ sement des cales et du tuyautage de remplissage et d'épuise­ ment des water-ballast, roquerons, cales à eau, est placé en vue dans un endroit où les officiers du pont et de la machine puissent le consulter facilement. Les six premiers alinéas et le dernier sont seuls applicables aux navires de pêche. Sur ces navires, plusieurs compartiment» dune même cale peuvent être desservis par une même aspi­ ration. Aii. 74. Sur tous les navires à vapeur de plus de 200 tonneaux, une pompe à vapeur reliée à un tuyautage fixe spé­ cial est affectée particulièrement au service d'incendie. Cette pompe doit pouvoir être alimentée indistinctement par les chaudières principales ou par la chaudière auxiliaire. Le tuyautage lixe placé sur le pont supérieur est muni de bouches pour la fixation de manches flexibles à incendie. La disposition de ces bouches et la longueur des manches doivent être telles qu'elles permettent d'atteindre toutes les parties du navire. Ces mêmes navires sont munis, en outre, d'une pompe à incendie portative se manœuvrant à bras et pourvue d'une manche flexible spéciale. Un dispositif pour l'extinction des incendies est installé dans les soutes, ainsi que dans les cales et entreponts, à moins que le navire ne soit exclusivement affecté au transport de mar­ chandises incombustibles ou non spontanément inflammables. Les soutes à poudre sont pourvues de robinets permettant de les noyer et de tous autres dispositifs nécessaires. Les ouvertures pour prises d'eau ou évacuations percées dans la muraille sont munies, à toucher le bordé, ou aussi près que possible de celui-ci, de robinets ou soupapes disposés de façon à pouvoir être manœuvres facilement et avec rapidité du dessus du parquet des machines ou d'un endroit situé au-des­ sus de la flottaison en charge, et à rester en tout temps acces­ sibles. Cette prescriptou ne s'applique pas à l'évacuation des dalots du pont supérieur, des lavabos et des water-closets, non plus qu'à l'évacuation (les conduits à escarbilles, dont l'orifice inté­ rieur est placé au-dessus de la flottaison. Ces ouvertures peuvent être munies de simples clapets.


— 83 — Lorsqu'il existe une boite de prise d'eau générale en acier coulé ou en tôle, elle doit ère très fortement échantillonnée et solidement assujettie sur le bonté; elle esl munie d'une crépine. Toutes les dispositions ci-dessus s'appliquent aux navires de pèche, sauf celle qui est relative à la pompe à incendie portative. Art. 75. — Les prescriptions des articles 1:\ et 74 s'ap­ pliquent aux navires à propulsion mécanique autres que les navires à vapeur, sous réserve, toutefois, des modifications nécessitées par le système des appareils moteurs. Il doit y avoir, sur tous les navires de plus de 800 tonneaux, à voiles, à vapeur ou à propulsion mécanique, dix seaux et deux haches à incendie au moins; au-dessous de 800 tonneaux, cinq seaux et une hache à incendie seulement sont exigés. Des appareils extincteurs d'un modèle éprouvé, grenades ou autres, sont placés dans tous les couloirs et locaux affectés au logement collectif des passagers et de l'équipage, dans les cambuses et dans les compartiments contenant des marchan­ dises dangereuses. SECTION EMBARCATIONS

II.

ET ENGINS DE SAUVETAGE.

Art. 76. Le nombre des embarcations, appareils et engins de sauvetage dont un navire doit être pourvu varie suivant que ce navire est affecté ou non au transport des passagers. Tout navire ayant à bord plus de dix personnes, non com­ pris le capitaine, maître ou patron, les officiers et les hommes d'équipage, est réputé affecte au transport des passagers, alors même qu'il ne sera pas habituellement employé à ce service. Art. 77. — Les navires sont répartis, en outre, suivant ta nature de leur voyage, telle qu'elle ressort de la déclaration pré­ vue à l'article l du présent règlement, en deux catégories, savoir: l catégorie. Navires accomplissant des voyages au long cours ou des voyages au cabotage eu dehors des parages visés dans la catégorie suivante. 2 catégorie. — Navires ou bateaux accomplissant des voyages : Dans les estuaires ou embouchures des fleuves; Dans les baies et rades, qu'elles reçoivent directement la nier du large ou qu'elles soient fermées ; Entre les côtes de France, de Corse ou d'Algérie, d'une part, et les iles qui bordent ces côtes à moins de ?»0 milles, d'autre part ; ei

l t

e


— 84 — Pour les courtes excursions en mer ; Dans les lacs, bassins et étangs d'eau salée. Art. 78. — Les embarcations de sauvetage appartiennent à l'un des types suivants: Type n° 1. - Embarcation de construction appropriée, en bois ou en métal, d'une capacité d'au moins 3 mètres cubes, et dont la flollabilité est assurée par l'un des dispositifs suivants : a. Laissons à air étanches ayant une capacité au moins égale à 10 p. 100 de la capacité de l'embarcation, mesurée comme il est dit à l'article 84. b. Caissons à air ou garnitures insubmersibles ayant une ilottabilité égale à celle de l'embarcation visée au paragraphe à. Cette flottabilité est assurée, pour moitié au moins, au moyen de caissons à air ou de garnitures insubmersibles placés à l'in­ térieur de l'embarcation et, poni' le reste, par une ceinture gar­ nie de substances insubmersibles placée à l'extérieur. Le volume des garnitures insubmersibles doit être supérieur de 25: p. 100 à celui des caissons à air qu'elles remplacent. Type m t . - Embarcation de construction appropriée, en bois ou en métal, d'une capacité d'au moins 3 mètres cubes, dont la tlottabilité, inférieure de moitié au plus à celle d'une embarcation de type n° 1, est assurée par les mêmes dispositifs, les garnitures insubmersibles étant placées, en totalité ou en partie,-à l'intérieur ou à l'extérieur. Type n° 3. Embarcation en bois, de construction appro­ priée et d'une capacité d'au m o i n s m è t r e s cubes. Les caissons à air ou les garnitures insubmersibles des em­ barcations en métal, appartenant aux types n° 1 ou n° 2, doivent donner un excédent de tlollabilité assurant à ces em­ barcations une tlottabilité totale égale à celle des embarcations eu bois. Art 79. Sous réserve des dispositions prévues à l'article 87, tout navire à. passagers de la première catégorie doit avoir à bord des embarcations de sauvetage dont le nombre et la capaci lé totale sont tixés par le tableau ci-après. La moitié au moins des embarcations de sauvetage prescrites pai' ledit tableau doit appartenir au type n° 1, et offrir, dans son ensemble, une capacité au moins égale à la moitié de celle qui est inscrite dans la troisième colonne dudit tableau. :


85 —

Les autres embarcations de sauvetage peuvent appartenir indistinctement à l'un quelconque des types, sans toutefois qu'il puiss y en avoir plus de deux du type n° 3. TABLEAU indiquant le nombre minimum d'embarcations de sauvetage que doivent avoir à bord les navires à passagers de la 1 catégorie et la capacité minimum que doit repré­ re

senter l'ensemble de res embarcations. (1)

(1) Pour les navires dont la jauge brute est inférieure à 200 tonneaux, une seule embarcation du type n° 1 ou n° 2 est exigée.


— 86 — Art. 80. — Sous réserve des dispositions prévues à l'article 87, tout navire à passagers de la 2 catégorie doit avoir à bord: Au moins deux embarcations de sauvetage des types n° 1 ou n° 2, à raison d'une de chaque bord, s'il a 100 tonneaux de jauge brute ou davantage ; Au moins une embarcation de l'un de ces types, s'il a une jaugé brute intérieure à 100 tonneaux. e

Art. 8 1 . Sous réserve des dispositions prévues à l'article 87, tout navire de la 1 ou de la 2 catégorie, non destiné au transport des passagers, doit avoir à bord autant d'embarca­ tions de sauvetage des types définis à l'article 78, qu'il est nécessaire pour contenir le personnel du bord ; la moitié au moins de ces embarcations doit appartenir aux types n° 1 ou n° 2. Art. 82. — L'une au moins des embarcations du bord doit avoir les dimensions sulïisanles et être pourvue des installa­ tions utiles pour lui permettre de porter sans danger la plus grosse des ancres à jel et de la relever. Toutefois, lorsque le poids de cette ancre excède 500 kilogrammes; il suffit qu'il y ait à bord des embarcations pouvant la porter en étant accou­ plées. Art. 8 3 . - - Les caissons à air des embarcations de sauve­ tage doivent être solides et parfaitement étanches. Ils ont, au maximum, 1'»20 de longueur. Les caissons des embarcations en bois sont en cuivre, laiton ou autre substance solide el durable. Ceux des embarcations métalliques peuvent être confectionnés avec le même métal que la coque et faire corps avec celle-ci. La garniture insubmersible des embarcations de sauvetage est confectionnée en liège plein, kapok ou autre substance re­ connue de flottabilité au moins égale, recouvert de toile peinte. Pour évaluer la puissance de tlottabilité de cette garniture, par rapport à celle des caissons à air, il est admis qu'un vo­ lume donné de caissons à air équivaut au même volume de liège augmenté d'un quart. Art. 84. - - La capacité d'une embarcation s'obtient en pre­ nant les six dixièmes du produit, en mètres cubes, de la lon­ gueur hors bordé par la largeur hors bordé et par le creux. Le creux des embarcations dont la t'argue est munie d'ouver­ tures pour les avirons se mesure seulement à partir du fond 4e ces ouvertures. r e

e


— 87 — Il est déduit de la capacité, calculée comme ci-dessus, des embarcations à moteur mécanique, à vapeur ou autre, répon­ dant aux conditions fixées par l'article 78, l'espace qu'occupent le moteur et ses accessoires, espace qui est réputé égal au produit en mètres cubes de la longueur totale des appareils évaporatoire et moteur par la largeur extrême et par le creux de l'embarcation. Dans le cas où le moteur est à pétrole, à essence ou à alcool, il n'y a lieu à aucune déduction de la capacité, mais il est tenu compte du poids du moteur, comme il est indiqué à l'article suivant. Art. 85. — Le nombre de personnes que peut contenir une embarcation s'obtient en divisant la capacité intérieure de cette embarcation par 0 m. cube 250, s'il s'agit d'une embarcation du type n° 1 et par 0 m. cube 200, s'il s'agit d'une autre embarcation. Toutefois, si l'embarcation est pourvue d'un moteur à pétrole, â essence ou à alcool, le nombre des personnes pouvant y prendre place est réduit du nombre obtenu en divisant par 90 le poids total exprimé en kilogrammes des moteurs, ligne d'arbres, hélice, accessoires, approvisionnement et réservoirs nécessaires à la propulsion mécanique. Art. 80. — Les embarcations sont installées de manière à pouvoir être promptement mises à la mer. Toute embarcation doit pouvoir être dégagée de ses chantiers et de ses saisines facilement et sans l'aide d'aucun instrument. La moitié au moins des embarcations prévues par les articles précédents sont placées sous portemanteaux et installées de manière à pouvoir être mises â l'eau en moins de cinq minutes, si elles sont placées à l'intérieur, en moins de deux minutes, si elles se trouvent déjà à l'extérieur, ces durées étant comptées à partir du moment où le personnel de manœuvre est réuni à son poste. Lorsqu'une seule embarcation suffit, elle est disposée de manière à pouvoir être mise à l'eau indifféremment d un bord ou de l'autre. Sur les navires à voiles, les embarcations de sauvetage sont placées de telle façon qu'elles ne gênent pas les manœuvres. Chaque embarcation de sauvetage est munie de : Un jeu complet d'avirons avec leurs sauvegardes, plus un armement de rechange pour un banc;


88 —

Deux tampons pour chaque nable, attachés à l'embarcation avec des aiguillettes ou des chaînettes ; Un jeu et demi de dames ou tolets en fer galvanisé attachés à l'embarcation par de solides aiguillettes ; Un grappin ; Un gouvernail et sa barre attachés par des sauvegardes moulés el prêts à servir, ou un aviron de queue ; l u e bosse de 35 mètres de longueur au moins ; Une gaffe ; Un seau et une écope ; Une boite de signaux pyrotechniques et ce qui est nécessaire pour leur inflammation ; l'n coffre pour serrer les menus objets de matériel. Les embarcations du type u° I doivent, au nombre de \ au moins et dans la limite du fiers du nombre total des embar­ cations du navire, être munies d'un armement supplémentaire comprenant : lieux hachettes ; Au moins un niât et une voile avec le gréement correspondant ; Une corde fixée en guirlande tout autour de l'embarcation à l'extérieur; Lu compas; Quatre litres au moins d'huile grasse, avec un dispositif con­ venable pour le filage de l'huile : l'n fanal garni, pouvant brûler au moins pendant .huit heures. Le matériel d'armement ci-dessus est maintenu dans lès em­ barcations par des jarretières ou des rabâns faciles à larguer» Pour les embarcations placées sous portemanteaux, les garants des palans doivent avoir une longueur suffisante ; le croc de la poulie inférieure ne doit pas s'engager sous les bancs; les étuis et capots sont tenus en place par un procédé per­ mettant de les larguer sans perte de temps; des échelles de corde à marche et des tireveilles sont disposées pour permettre de descendre dans les embarcations, le navire étant lège. Art. 87. — Lorsque sur les navires à passagers de la l ca­ tégorie, les embarcations de sauvetage prescrites par le tableau annexé à l'article 79 n'offrent pas une place suffisante pour tontes les personnes présentes à bord, il y est adjoint assez d'embarcations d'espèces et de dimensions quelconques ou de radeaux de sauvetage pour (pie la capacité totale des différ e


— 89 — rentes embarcations et des radeaux dépasse la capacité mini­ mum inscrite dans la troisième colonne du tableau, des trois quarts au moins sur les "navires de 5,000 tonneaux de jauge et au-dessus, de moitié au moins sur les autres. Il ne peu! être exigé toutefois plus d'embarcations supplé­ mentaires ou de radeaux de sauvetage qu'il n'est nécessaire pour contenir ou porter, avec les embarcations réglementaires, toutes les personnes qui. au cours du voyage, seront présentes à bord. De même,*lorsque, suivies navires à passagers de la V ca­ tégorie, le nombre des personnes présentes à bord est inférieur à celui que peuvent contenir, d'après la règle fixée à l'article §5, les embarcations spécifiées au tableau de l'article 79, le capitaine est autorisé à ne conserver que le nombre de ces embarcations nécessaires pour contenir toutes les personnes qui, au cours du voyage, seront présentes à bord. Sur les navires à passagers de la 2 catégorie, il doit y avoir à bord, en dehors des embarcations prévues à l'article 80, des embarcations supplémentaires d'espèces et de dimensions quel­ conques, OU des flotteurs individuels ou non, en nombre suffi­ sant, pour pouvoir contenir, porter ou soutenir, avec les em­ barcations exigées, toutes les personnes qui, au cours du voyage, seront présentes à bord. Art. 88. — Les radeaux de sauvetage sont construits, soit avec des caissons à air étanches en cuivre, en laiton, en zinc ou en fer galvanisé, très solides et dont les compartiments n'aient pas plus de î 20 de longueur, soit avec des éléments en liège plein ou autre substance reconnue de flottabilité ("gale, récouverts de toile peinte. Art. 89. Le nombre de personnes que peut supporter un radeau de sauvetage à caissons métalliques est déterminé par le volume des caissons à air étanches dont il dispose à raison de 12 personnes par mètre cube. Lorsque les radeaux de sauvetage comportent, au lieu de caissons à air, des éléments en liège plein ou autre substance reconnue de flottabilité égale recouverts de toile peinte, le vo­ lume de ceux-ci doit être supérieur d'un quart à celui des caissons à air. Ari. 90. — Les radeaux de sauvetage soni installés à bord de manière à pouvoir être promptement mis à la mer. Les radeaux sont munis d'attrapes en ligne terminés pai' de e

e

m


— 90 — petits flotteurs, d'avirons en nombre proportionné à leur di­ mension et d'une bosse d'au moins 35 mètres. L'armement comprend, en outre, un mât de fortune et sa voile. Ce matériel est maintenu sur les radeaux par des jarretières ou des rabans faciles à larguer. Art. 9 1 . — Est considéré comme flotteur tout corps insub­ mersible, tel qu'un liège ou un caisson placé sur le pont de manière «à pouvoir être facilement mis à l'eau. Il doit être entouré d'une ligne en guirlande et offrir une périphérie suffi­ sante pour (pie chaque personne qu'il est destiné à soutenir dispose, pour s'appuyer, d'un espace horizontal de 0 3 0 au moins, mesuré suivant le bord extérieur du flotteur. Le liège en grains, déchets ou copeaux, ne doit pas entrer dans la construction ou la fabrication des éléments des radeaux de sauvetage ou des flotteurs, non plus qu'aucune autre subs­ tance sans cohésion. 11 ne doit pas être fait usage des flotteurs ayant besoin d'être gonflés au moment d'être utilisés. Le nombre de personnes qu'un flotteur peut soutenir s'ob­ tient en divisant par 15 le poids de fer exprimé en kilogrammes, complètement immergé, que le flotteur peut soutenir sans couler. Les flotteurs sont disposés de façon à pouvoir être dégagés aisément en cas de sinistre. Art. 92. — Tout navire, à quelque catégorie qu'il appartienne, doit avoir à bord autant de bouées de sauvetage que d'embar­ cations et autant de gilets, plastrons, cordelières ou brassières de sauvetage qu'il y a de personnes embarquées; niais il ne peut, en aucun cas, y avoir à bord moins de deux bouées. Une au moins des bouées de sauvetage embarquées soit sur les navires de la première catégorie, soit sur les navires de la deuxième catégorie transportant des passagers, doit être lumi­ neuse. Art. 93. — Les bouées de sauvetage doivent être confection­ nées avec du liège plein, du kapok ou une autre substance de flottabilité au moins égale. Le liège en grains, déchets ou copeaux, ne doit jamais entrer dans la construction ou la fabrication des bouées de sauvetage, non plus qu'aucune autre substance sans cohésion. Elles doivent pouvoir flotter au moins pendant ï\ heures n1


— 91 — consécutives en soutenant, sans couler, une masse de 1er, complètement immergée, du poids de 15 kilogrammes. Toutes les bouées de sauvetage doivent être garnies de filières ; une au moins de chaque bord doit, de plus, être mu­ nie de tireveilles avec flotteurs. Les bouées de sauvetage doivent être placées à bord en des endroits aisément accessibles pour tous, et particulièrement pour les officiers et hommes de quart. Elles doivent pouvoir être facilement et rapidement déta­ chées, sans l'aide d'aucun instrument. Art. 9 1 . — Les plastrons, gilets, cordelières et brassières de sauvetage doivent pouvoir tlotter pendant au moins vingtquatre heures en soutenant, sans couler, une masse de fer, complètement immergée, du poids de 8 kilogrammes. L'emploi de plastrons, gilets, cordelières ou brassières de sauvetage ayant besoin d'être gonflés au moment d'être utilisés esf interdit. Une notice affichée dans les cabines et entreponts affectés aux passagers et dans les postes d'équipage indique, pour chaque personne, l'emplacement où se trouve la brassière, le gilet, la cordelière ou le plastron qui lui est réservé et contient des instructions pour l'usage de ces objets. Sur les naviresde la deuxième catégorie, ces brassières, gilets, cordelières ou plastrons sont placés sur le pont en des endroits toujours facilement accessibles sans l'intervention des hommes du bord. Art. 95. Toutes les embarcations, ainsi que les radeaux, flotteurs, bouées, plastrons, gilets, cordelières et brassières de sauvetage portent extérieurement le nom du navire auquel ils appartiennent ainsi (pie l'indication de son port d'immatriculation. Les embarcations, radeaux et flotteurs, sauf sur les navires de plaisance, indiquent le nombre des personnes qu'ils peuvent contenir, porter ou soutenir. L'inventaire des objets d'armement et des vivres qu'ils ren­ ferment y est, en outre, inscrit. Art, 9b. — Tout navire ayant des compartiments étanches en nombre suffisant pour qu'il puisse flotter avec l'un quel­ conque de ses compartiments envahi par l'eau peut n'avoir à bord que la moitié des embarcations supplémentaires et radeaux prévus par l'article 87 du présent règlement : mais cette dis-


— 92 — pense ne s'étend, en aucun cas, aux plastrons, gilets, corde­ lières et brassières de sauvetage. Art. 97. — Il doit y avoir à bord de tout navire: a. Un appareil porte-amarres d'une portée de 200 mètres ou moins comportant de préférence l'emprunt de la voie aé­ rienne; el pourvu de deux lignes de rechange. Si le navire est pourvu uniquement de fusées porte-amarres, il doit en posséder au moins trois, enfermées dans des caisses métalliques étanches. h. Un appareil de va-et-vienl susceptible d'assurer les com­ munications avec la terre, cl les instructions afférentes à l'usage de ce appareil. Art. 98. A chaque visite de partance, ou tous les trois mois au moins si les visites de partance sont faites chaque mois, l'Inspecteur de la navigation peut exiger qu'une embarcation, qu'il désignera, soit mise à l'eau eu sa présence afin de cons­ tater le bo'n état de-fonctionnement des portemanteaux et autres appareils. Il peut se faire présenter à chaque visite le journal du bord, de l'examen duquel il doit résulter: a. Qu'il est fait, une fois par semaine, sur les navires à passagers, un exercice général au cours duquel tous les officiers et tous les hommes de l'équipage doivent se porter aux postes qui leur sont assignés pour la manœuvre des embarcations et pour la défense contre l'incendie. b. Que, sur tous les navires. ¡1 est fait, après chaque arme­ ment et deux fois au moins dans le courant de chaque année, une mise à l'eau effective de toutes les embarcations de sauve­ tage el, tous les mois, un exercice de mise en dehors de celles de ces embarcations qui sont placées sous portemanteaux. c. Que tous les engins de sauvetage subissent chaque mois une visite permettant de constater qu'ils sont en état de servir en cas de besoin. Art. 99. A bord des navires de la l"' catégorie, les em­ barcations de sauvetage sont pourvues d'un approvisionnement en eau potable et en biscuit de bonne qualité ou son équivalent eu conserves, calculé à raison de 2 kilogr. oui) de biscuit et de 6 litres d'eau pour chacune des personnes pouvant y prendre place. Art. 100. Ces vivres et boissons sont enfermés dans des


— 93 — barils de galère à fermeture étanche, mais facilement démon­ table. Ils sont renouvelés tous les quinze jours au moins. Les embarcations ne doivent contenir aucun objet en dehors de ces approvisionnements et de leur armement. Art. 101. Tout bâtiment de pèche doit avoir à bord au moins une embarcation de sauvetage appartenant à l'un des types déterminés par l'article 78, les embarcations de pêche, dorys et warys, étant assimilées aux embarcations du type n° 3 sans condition de capacité. Art. 102. Sous réserve des dispositions prévues au der­ nier alinéa de l'arbre H7, tout bâtiment de pêche transportant des marins pêcheurs passagers doit avoir à bord au moins deux embarcations de sauvetage appartenant à l'un des types déter­ minés par l'article 78 du- présent règlement. Les bâtiments qui emploient pour la pèche des embarcations s'éloignah'l du navire sont approvisionnés de torches, fusées ou autres aililires permettant, partëmpsde brume, de faire rallier ces embarcations. Les embarcations expédiées de la cote de Terre-Neuve ou. des navires* pour pêcher sur les bancs de Terre-Neuve portent à l'arrière et à l'avant, sur chaque bord, le nom du bâtiment duquel elles dépendent et celui du port d'attache de ce bâti­ ment. Elles sont pourvues d'un compas, d'un aviron de re­ change, d'au moins i kilogr. 500 de biscuit et de 6 litres d'eau. Art-. 103. — Les navires de plaisance sont assimilés aux navires de la 2 catégorie. ?

Tout navire de plaisance, sauf les yachts de course, doit avoir à sou bord : S'il a moins de 100 tonneaux, une embarcation propre au sauvetage, dont le cubage pourra être de moins de 3 mètres cubes ; Entre 100 et 200 tonneaux, une ou plusieurs embarcations propres au sauvetage, dont le cubage total doit être de 3 mètres cubes ; . Au-dessus de 200 tonneaux, deux embarcations propres au sauvetage, dont le cubage doit être, pour chacune, de 3 mètres cubes. Sont applicables aux navires de plaisance le premier para­ graphe de l'article. 92, les deux premiers paragraphes de l'ar­ ticle 94, le premier alinéa de l'article 95 jusqu'aux mots «aux-


— 94 — quels ils appartiennent ». Les marques peuvent être placées à l'intérieur des embarcations et des engins de sauvetage. Est aussi applicable le premier alinéa de l'article 98. Les dispositions de l'article 97 ne sont applicables aux na­ vires de plaisance que lorsque ces navires jaugent plus de 350 tonneaux. CHAPITRE VI. Matériel médical et pharmaceutique. Art. 104. — Tout navire doit être pourvu du matériel mé­ dical et pharmaceutique déterminé par les nomenclatures et tableaux annexés au présent règlement. Art. 105. — Lorsqu'il existe un local affecté à la pharmacie, les médicaments toxiques sont renfermés dans une armoire spéciale fermant à clef, dite « armoire aux poisons ». Si le navire ne comporte pas de pharmacie, les médicaments to­ xiques sont enfermés dans un coffre spécial ou dans un com­ partiment du coffre réglementaire distinct et fermant à clef. Art 100. — Les appareils, ustensiles et instruments de chi­ rurgie sont disposés dans des armoires ou caisses spéciales distinctes de celles qui contiennent les médicaments. Les objets de pansement sont également enfermés dans un coffre ou un compartiment a part. Ces différents coffres doivent toujours être placés dans des locaux facilement accessibles. Art. 107. - La liste de tous les médicaments, objets ou us­ tensiles contenus dans un coffre ou une armoire est inscrite sur le fond du couvercle du coffre ou sur la porte de l'armoire. Sur les navires ne comportant pas de local affecté à la pharmacie, lorsque l'importance du matériel médical et phar­ maceutique exige la répartition de ce matériel entre plusieurs caisses, la caisse contenant les médicaments pour l'usage in­ terne, celle dans laquelle sont renfermés les médicaments pour l'usage externe et celle qui est réservée aux objets de panse­ ment sont de couleurs différentes ou portent des signes exté­ rieurs permettant de les reconnaître facilement. Art. 108. — Les récipients sont munis d'étiquettes indiquant très lisiblement le nom des médicaments qu'ils contiennent. Les liquides toxiques sont placés dans des fioles ou flacons portant des étiquettes en papier rouge orangé et une bande


— 95

circulaire en papier de même couleur, de 1 à 3 centimètres de largeur, selon la dimension des récipients, collée sur toute leur circonférence. Ces mêmes dotes sont munies dune seconde étiquette en papier rouge orangé sur laquelle le mol POISON est imprimé ou écrit en lettres majuscules. Art. 109. — Les médicaments sensiblçs à faction de la lu­ mière sont conservés dans des récipients en verre jaune ou noir et les herbes médicinales dans des bocaux en verre ou dans des boites en fer-blanc. Les médicaments ne peuvent être conservés dans des sacs en papier qu'autant que ces sacs sont renfermés à leur tour dans des récipients en verre ou des boites en fer-blanc. Pour les poudres médicamenteuses divisées par paquets, chaque paquet doit être pourvu d'une étiquette lisible indiquant le nom de la substance et son poids, et son usage interne ou externe. Art. 110. — Les coffres à médicaments, objets de panse­ ment, appareils et instruments.de chirurgie, sont visités dans les ports de France, lorsque six mois se sont écoulés depuis la dernière visite. Cette visite a lieu, soit à bord, soit au bureau de l'Inscrip­ tion maritime, si le propriétaire ou son représentant le désire, en présence du capitaine ou de son délégué, et du médecin du navire, s'il y en a un. Elle est effectuée, sur la réquisition de l'Inspecteur de la navigation, par le médecin membre de la Commission prévue à l'article i de la loi du 17 avril 1907, sous réserve, le cas échéant, de l'application des lois des 1 août 1905 et 25 juin 1908 sur la répression des fraudes. Une fois visités, les coffres sont scellés et placés dans un local fermant à clef; si les médicaments sont placés dans une phar­ macie, ce local doit être fermé à clef. Tout navire est muni d'une instruction médicale approuvée par le Ministre de la marine; s'il y est embarqué un médecin, il doit en outre y avoir à bord un exemplaire du Codex français. Art. 111. — Tout navire destiné à naviguer au long cours ou à effectuer, au cabotage international ou au grand cabotage national, des traversées d'une durée normale de plus de 48 heures, et devant embarquer plus de 100 personnes, est pour­ vu d'un appareil à désinfecter autorisé suivant tes prescriptions des règlements en vigueur et conforme à un modèle approuvé par le Conseil supérieur de santé de la marine. er


— 96 — Il doit être de dimension suffisante pour permettre de désin­ fecter tes objets de literie. CHAPITRE VII. Règles de calcul du tirant d'eau maximum. Marques de franc-bord. Art. 112. — Tous les navires, quelle que soit leur affectation, doivent porter sur leur coque, au milieu de la longueur de chaque bord, une marque déterminant, d'une façon apparente, la limite supérieure d'immersion qu'il est licite d'atteindre. Cette marque, dite « marqué de franc-bord », consiste en un disque de 300 millimètres de diamètre, peint en blanc ou. en jaune sur un fond foncé ou en noir sur un fond clair, t r a ­ versé par une ligne horizontale de 460 millimètres de long, dont l'arête supérieure passe par le centre du disque. Le disque et la ligne horizontale ont une largeur de 25 mil­ limètres. L'arête, supérieure de la ligne horizontale indiqué ta ligne de charge maximum d'été en eau de mer. Sa position est déter­ minée comme il est dit à l'article 113 ci-après. Sur les navires à vapeur, la marque de franc-bord propre­ ment dite est complétée par des marques correspondant au franc-bord en eau douce, au franc-bord d'hiver, au franc-bord dans l'Atlantique Nord et au franc-bord d'été dans les mers tropicales. Sur les navires à voiles, la marque de franc-bord proprement dite est complétée par des marques correspondant au francbord en eau douce et au franc-bord d'hiver. Toutes ces marques complémentaires consistent en des lignes horizontales de 230 millimètres de longueur et de 25 millimètres de largeur, peintes de la même couleur que le disque et disposées perpendiculaire­ ment à une ligne verticale tracée à Dm 52 à l'avant du centre du disque. La ligne correspondant au franc-bord en eau douce est diri­ gée vers l'arrière ; les autres lignes sont dirigées vers l'avant. Art. 113. — Au-dessus du disque est tracée une ligne hori­ zontale, dite « ligne de pont réglementaire » peinte de la même couleur que le disque, ayant 30 centimètres de longueur avec une épaisseur de 25 millimètres et dont le milieu est à l'aplomb du centre du disque.


— 97 — La position de l'arête supérieure de cette ligne par rapport au pont du navire et la distance (franc-bord) de cette arête su­ périeure au rentre du disque, ainsi que la position, par rap­ port au centre du disque, des diverses marques complémen­ taires ci-dessus définies, doit répondre aux indications portées sur un certilical qui est établi conformément aux prescriptions d'un règlement de IVanc-bord dressé p a r une société de classi­ fication reconnue et approuvée par un décret rendu sur le rap­ port du Ministre de la marine, après avis du Conseil supérieur delà navigation maritime. Le certificat susvisé doit émaner (Tune société de classifica­ tion reconnue. Art. 114. — Les documents relatifs au franc-bord peuvent porter, pour les navires à voiles, l'indication des réductions dont chacun de ces navires bénéficie dans certains états déchar­ gement, conformément aux dispositions du règlement prévu à l'article précédent. Art. 115. Outre ces marques de franc-boni, lenaviredoit porter, sur l'étrave et sur l'étainbot (étambot arrière des va­ peurs) et d'un bord au moins, une échelle de tirant d'eau en décimètres, pointée au burin, peinte en noir sur fond clair, ou en blanc ou jaune sur fond foncé, et disposée de telle sorte que la partie inférieure de chaque chiffre corresponde au tirant d'eau qu'il indique. CHAPITRE VIII. Calcul du nombre m a x i m u m de passagers. Art. 116. — Lorsque le service auquel le navire est affecté, suivant la déclaration contenue dans le permis de navigation, comporte des traversées dont la durée normale de port à port dépasse 48 heures, le calcul du nombre maximun de passa­ gers qui peuvent être logés à bord se fait suivant les règles ci après : Pour les passagers de cabine, les cabines avec ou sans cabi­ net de toilette doivent représenter au minimum un volume d'air de 3 500 par personne. Pour les passagers d'entrepont, les entreponts supérieurs et les superstructures affectés ou logement des passagers doivent représenter, pour chaque passager ( non compris les enfants de moins de 8 ans) un volume de 2 ' 750; m 3

m

7


— 98 — Ce volume est porté à 3 mètres cubes pour l'entrepont in­ férieur. Les enfants au-dessous d'un an ne sont pas comptés dans le calcul du nombre de passagers et deux enfants de plus d'un an et de moins de 8 ans sont comptés pour un passager. Lorsqu'un hôpital est installé à demeure sur le navire, le nombre de personnes qu'il peul contenir, eu égard au cube d'air, cidre dans l'évaluation du nombre total des passagers d'entrepont qui peuvent être admis à bord. Les passagers de pont doivent disposer d'une surface hori­ zontale de 1 15 par personne. m 3

Art. 117. - Pour être admis à transporter des marins pê­ cheurs entre la France et Saint-Pierre et Miquelon ou inver­ sement; les bâtiments pêcheurs ou chasseurs doivent avoir, au moins, 109 tonneaux de jauge brute. CHAPITRE IX. Personnel médical. Art. 118 Tout navire français, à voiles ou à vapeur, dont l'effectif, équipage et passagers réunis, atteint le chiffre de 100 personnes, et qui fait une traversée dont la durée normale dé­ passe 18 heures, doit avoir à bord un docteur en médecine. Il lui est adjoint un second médecin si l'effectif de l'équipage et des passagers réunis atteint le chiffre de 1,200 personnes el si la traversée doit durer plus de sept jours. Art. 119. — Sur les navires ayant un médecin, lorsque le nombre des personnes embarquées dépasse 300 et lorsque le vayage comporte des traversées de [dus de trois jours, ce mé­ decin est toujours assisté d'une personne exclusivement affectée au service médical. S'il y a plus de 1,200 personnes à bord, il est affecte à ce même service une seconde personne. Art. 120. Sur les navires ne comportant pas de médecin, le capitaine, à qui il appartient de donner des soins aux ma­ lades, conserve les clefs des coffres à médicaments et en est responsable.


— 99 — CHAPITRE X. Fonctionnement de la Commission supérieure. Procédure. Art. 121. Le Président de la Commission supérieure ins­ tituée par l'article 19 de la loi du 17 avril 1907 est nommé par le Ministre de la Marine. La Commission ne peut délibérer valablement que si la moi­ tié, au moins, des membres sont présents. Les résolutions de la Commission sont prises à la majorité des voix. En cas de partage, la voix du président est prépon­ dérante. Art. 122. — Les réclamations contre les décisions des Com­ missions instituées en vertu des articles L li et 8 de la lot «lu 17 avril 1907 doivent être tonnées, dans un délai de trois jours francs à partir du jour du l'Administrateur de l'Inscrip­ tion maritime aura fait notification par écrit de la décision à l'armateur ou au capitaine. Elles sont motivées et déposées entre les mains de l'Administrateur, qui en donne un récépissé détaché d'un registre à souche. Art. 121. — L'Administrateur avise par la voie télégraphique le Ministre de la Marine de la réclamation et il lui transmet immédiatement la réclamation avec le procès-verbal dresse par la Commission dont la décision est attaquée. Dès la réception de cet avis, le Ministre convoque télégraphiquement les membres de la Commission supérieure. Celleci doit se réunir dans le délai maximum de trois jours francs à compter de la réception de l'avis télégraphique adressé au Ministre par l'Administrateur, les jours fériés n'étant pas com­ pris dans ce délai. Le dossier relatif à la réclamation est remis au président de la Commission avant la séance pour laquelle la Commission est convoquée. Art. 124. - Informé télégraphiquement par le Ministre de la Marine de la date et de l'heure de la réunion de la Commis­ sion supérieure, l'Administrateur de l'Inscription maritime porte, sans retard, ce renseignement à la connaissance de l'ar­ mateur, du propriétaire ou du capitaine qui a formé la récla­ mation et retire récépissé de cette communication,


— 100 — Art. 125. — Lorsque la Commission supérieure ne croit pas pouvoir prendre une décision sur le simple examen de la récla­ mation de l'armateur ou du capitaine et du procès-verbal de la Commission locale, elle peut faire procéder à telles enquêtes ou expertises qu'elle juge nécessaires. Les enquêtes peuvent être confiées à un ou plusieurs de ses membres qui se rendent à bord du navire en cause. La Commission ne peut désigner des experts ayant pris pari aux opérations des commissions locales qui ont donné lieu à la réclamation. Le résultat des enquêtes el des expertises est consigné dans des rapports écrits. Art. 126. Dans les colonies, la réclamation doit être re­ mise au Gouverneur ou au fonctionnaire délégué par lui à cet effet. Il en est délivré récépissé. Le Ministre de la Marine est saisi par càblogramme et. après avoir pris lavis de la Commission supérieure, t'ait connaître sa décision par la même voie. A l'étranger, la réclamation est remise à l'autorité consulaire et la même procédure qu'au paragraphe précédent est suivie. Art. 127. — Lorsque l'avis de la Commission supérieure est provoqué eu vertu de l'article £4 de la loi du 17 avril 1907, il est donné connaissance aux intéressés des actes de négli­ gence ou des manquements dans l'exercice de leurs fonctions qui leur seuil reprochés. I n délai de cinq jours irrnu^ leur est imparti pour présen­ ter leur défense soit par écrit, soit en comparaissant person­ nellement devant la Commission supérieure. CHAPITRE XI. Dispositions générales. — Publicité à donner à la loi et aux règlements d'administration publique. Art. 128. Pour les navires de commerce ayant moins de 200 tonneaux, pour les navires de pêche au-dessous de 200 tonneaux, s'ils sont à voiles, et au-dessous de 250 tonneaux, s'ils sont à vapeur ou à propulsion mécanique, pour les na­ vires de plaisance de moins de 200 tonneaux, pour les yachts rte ceurse et pour les navires ayant des affeçtatioMS spéciales, le Ministre de la Marine peut, sur l'avis de la Commission su­ périeure, dispenser partiellement des prescriptions contenues


— 101 — dans les chapitres précédents, à Pexception des chapitres 3 et 7, s'il est reconnu que cette dispense ne peut avoir d'incon­ vénient. Art. 129. Le texte de la loi du 17 avril 1907, ainsi que celui des règlements d'administration publique rendus en exé­ cution de ses prescriptions, doit se trouvera bord des navires de plus de 25 tonneaux et être communiqué par le capitaine, sur leur demande, aux personnes embarquées. 11 doit également être mis à la disposition des inscrits mari­ times, dans tous les quartiers et préposais de l'Inscription maritime. CHAPITRE XII. Dispositions transitoires. Art. 130. Les navires de plus de 25 tonneaux de jauge brute en service au moment de la mise en vigueur de la loi du 17 avril 1907 sont soumis aux dispositions suivantes: e

I Renseignements

que doit contenir toute demande de île navigation.

permis

A l'appui de la première demande de permis périodique de navigation, le propriétaire doit fournir les renseignements énumérés à l'article :) du présent décret. 2"

Prescriptions

relatives a l'hygiène et à la

salubrité.

Les postes d'équipage sont munis de sièges et de labiés pour la moitié de l'effectif pour lequel il a été prévu des postes de couchage. Sont applicables les dispositions des paragraphes 2, .1 et i de l'article 7, des paragraphes 1 et 2 de l'article S, les articles 11, 12 et 13 du présent règlement. Sur les navires à passagers se livrant au long cours, des dispositions doivent être prises pour l'isolement des personnes malades, lorsque plus de 100 personnes sont embarquées si­ multanément à bord. Aucune modification n'est apportée aux installations ctes hôpitaux existant avant la mise en vigueur de la loi en ce qui concerne les dimensions et la disposition des couchettes, fo coursives et des locaux annexes desdits hôpitaux.


— 102 — 3°

Appareils à vapeur.

Aucune modification n'est exigée dans les dispositions des machines et appareils, lorsqu'elles sont conformes aux pres­ criptions des règlements antérieurs, Les machines et chaudières en service sont soumises aux visites et épreuves prévues au présent règlement, à l'exception de l'épreuve initiale. Toutefois, les surcharges d'épreuve ne dépasseront pas celles auxquelles les appareils étaient antérieurement soumis en ver­ tu du décret du 1er février 1893. 4°

Instruments et documents nautiques, objets et de

d'armement

rechange.

Tous les instruments et documents nautiques visés aux ta­ bleaux de l'article 67 sont exigés. Tous les objets d'armement et de rechange prévus auxdits tableaux sont exigés en principe; la Commission qui procède à la première visite du navire peut admettre des tolérances suivant les cas. 5° Installation, embarcations, appareils de sauvetage.

ou engins

Les navires sont en principe soumis, en ce qui concerne les embarcations et engins de sauvetage aux dispositions du pré­ sent règlement, à l'exception de celles qui seraient reconnues, par la première commission de visite, devoir entraîner des modifications notables d'aménagement et d'installation par rapport aux dispositions qui leur étaient imposées par le dé­ cret du 20 juin 1903. 6°

Matériel

médical el

pharmaceutique,

Les coffres à médicaments composés conformément aux nomenclatures antérieures à la mise en vigueur de la loi seront admis pendant dix-huit mois. 7°

Règles de calcul du tirant d'eau marimum, franc-bord.

marques

de

Tous les navires sont astreints à la réglementation concer­ nant le franc-bord. Lorsque le navire est présenté à la Com­ mission de visite, les marque? de franc-bord doivent être appo­ sées conformément aux prescriptions des articles 112 à 115,


— 103

à moins que le navire n'ait reçu, avant la promulgation du règle­ ment d'administration publique, des marques de franc-bord apposées sous le contrôle d'une société de classification recon­ nue connue il est dit à l'article 1 , n° 1 de la loi. e r

Calcul du nombre

maximum

de

passagers.

Les propriétaires de navires ne sont tenus de modifier le nombre maximum de passagers fixé en vertu d'actes antérieurs. 9° Toutes les dispositions contenues dans les chapitres 9, JO et 11 leur sont applicables. Art. 131. — Sous réserve des dispositions spéciales aux na­ vires de pêche et de plaisance contenues aux chapitres 1 à 11 du présent règlement et dont peuvent se prévaloir les navires de pêche et de plaisance en service au moment de la mise en vigueur de la loi du 17 avril I90.7, ces navires sont soumis aux prescriptions de l'article 130, sous les réserves suivantes: Pour les navires dépêches, le numéro 2 est remplacé par la disposition suivante : N° 2. Locaux. Les parois et meubles sont recouverts d'une peinture ou enduil lavables. L'éclairage de jour esl assuré par des hublots de côté, par des verres prismatiques dans le pont ou par des claires-voies. Lorsqu'ils ne présentent pas de danger, il est établi sur chaque bord un nombre de hublots en rapport avec les dimensions des compartiments qu'ils éclairent. L'éclairage de nuit EST assure au moyen d'appareils tixes. L'échelle de descente et le capot doivent être d'un accès fa­ cile; le capot doit pouvoir être fermé hermétiquement pour empêcher l'eau de tomber dans le poste. l u espace est réservé en dehors du poste ou dans le poste même pour recevoir les effets cirés. Lu moyen de chauffage est fourni pour chaque logement. Quand il y est installé un fourneau de cuisine, une ouverture s p é c i a l e s ! pratiquée pour dégager le produit delà combustion^ Lue manche à air avec pavillon est placée en un endroit convenable pour introduire l'air frais. L'évacuation de l'air vicié est assurée par nue autre manche, des champignons, COLS de cygne ou tout autre moyen efficace. Pour les navires [de plaisance, le numéro 2 est remplacé p a r la disposition suivante :


— 104 —

N° 2. Locaux. Les parois et les meubles sont recouverts d'une peinture ou d'un enduit lavables. L'éclairage est assuré par des hublots de coté ou des verres prismatiques dans le pont et par des claires-voies. L'échelle de descente et le capot doivent être d'un accès fa­ cile; le capot doit pouvoir être fermé hermétiquement pour empêcher l'eau de tomber dans le poste. Art. 132. — Les navires en construction au moment de la publication du présent décret seront soumis aux prescriptions des chapitres 1 à 11 du présent règlement s'ils ne sont pas mis en service dans un délai maximum de deux ans, à partir de là même date. Art. 133. La justification d'un permis de navigation ou d'un certificat reconnu équivalent audit permis ne sera exigée des navires étrangers embarquant des passagers dans un port français que six mois après la mise en vigueur de la loi. Art. 134. — Le Ministre de la marine et le Ministre du com­ merce et de l'industrie sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel et inséré au Bulletin des lois. Fait à Rambouillet, le 21 septembre 1908.

LE MINISTRE

GAston

A. FALLIÉRES. Par le Président de la République: DE la marine. Le Ministre du commerce THOMSON.

et

de

l'industrie, JEAN CRUPPI.

Direction de la .Navigation et des Pêches maritimes : Bureau de la Navigation maritime. Paris, le 20 septembre 1908.

suivi d'un décret portant régiraient d'administration publique pour l'exécution de l'article 54, n 2, 3, 4 et 5, de la loi

RAPPORT AU P R É S I D E N T D E LA RÉPUBLIQUE, F R A N Ç A I S E , os

du 17 avril 1 9 0 7 , concernant la sécurité de la navigation maritime el la réglementation du travail à bord des navires

de commerce. MONSIEUR L E P R É S I D E N T , os

Aux termes de l'article 54, n 2, 3, 4 et 5, de la loi du 17


— 105 — avril 1907, concernant la sécurité de la navigation maritime et la réglementation du travail à bord des navires de commerce, un règlement d'administration publique, rendu sur la proposi­ tion du Ministre de la marine et du Ministre du commerce et de l'industrie, après avis du Conseil supérieur de la Navigation maritime, doit : 1° Fixer les règles organisant les quarts pour l'état-major du pont et le personnel des machines. 2° Organiser le travail à bord des bâtiments de pèche de plus de 25 tonneaux et sur les bâtiments de commerce de plus de 25 et de moins de 200 tonneaux pratiquant des navigations autres que le long cours et le cabotage international; .">° Déterminer les exceptions que, d'une manière générale, doit comporter la réglementation du travail édictée par les ar­ ticles 21 à 80 de la loi, que ces exceptions soient motivées par la brièveté des traversées, la fréquence et la durée des séjours dans les ports, la nature du service auquel le navire est des­ tiné, ou pour toute autre cause. Nous avons l'honneur de vous proposer, Monsieur le Prési­ dent, de vouloir bien revêtir de votre haute sanction le p r o ­ jet de ce règlement, qui a été délibéré et adopté par le Conseil d'État dans sa séance du 7 août dernier. Pour en arrêter les dispositions, qui constituent une nou­ veauté dans la réglementation maritime, nous nous sommes constamment etl'orrés de donner satisfaction à celles des re­ vendications des équipages qui nous ont paru légitimes tout en gardant le souci des intérêts de la navigation et de la nécessité de ne pas imposer à l'armement français des obligations exces­ sives, qui l'auraient po<é en état d'infériorité vis-à-vis de la concurrence étrangère. Les armateurs et les inscrits maritimes, également représentés au sein du Conseil supérieur de la Navi­ gation maritime, nous ont aidés à mener à bonne lin celte œuvre de conciliation, qu'il est permis de considérer comme constituant une réglementation du travail équitable et con­ forme aux intentions du législateur. Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'hommage de notre profond respect. Le Ministre de la

Marine,

GASTON T H O M S O N .

Le Ministre et de JEAN

du c o m m e r c e l'industrie, CRUPPI.


— 106 — portant règlement d'administration publique pour l'exécution de l'article 54, n 2, 3, 4 et 5, de la loi du 17 avril 1907, concernant la sécurité de la navigation maritime et la réglementation du travail à bord des navires de commerce.

DÉCRET

os

( Du 20 septembre LE

P R É S I D E N T D E LA

1908.)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE,

Sur le rapport du Ministre de la marine et du Ministre du commerce et de l'industrie ; Vu la loi du 17 avril 1907, concernant la sécurité de la na­ vigation maritime et la réglementation du travail à bord des navires de commerce et, notamment, l'article o4 ainsi conçu: (( Un règlement d'administration publique, rendu sur la pro­ position du Ministre «le la marine et du Ministre du commerce et de l'industrie, après avis du Conseil supérieur de la Navi­ gation maritime, déterminera : «

r

« i" Les c i r c o n s t a n c e s d a n s lesquelles l'autorité maritime pourra exiger que le service du pont, pour les officiers, soit organisé en plus de deux quarts; « ">° Les cas, autres que ceux indiqués au paragraphe pre­ mier de l'article 25, dans lesquels le personnel des machines devra comprendre trois quarts; (f i° Les conditions dans lesquelles le travail sera organisé sur les navires visés à l'article :\i de la présente loi; « 5° Les exceptions que. d'une manière générale, devra comporter la réglementation du travail édictée par les articles 21 à 80 inclus, que ces exceptions soient motivées par la briè­ veté «les traversées, la fréquence et la durée des séjours dans les ports, la nature du service auquel le navire est destiné ou pour toute autre cause ; Vu l'avis du Conseil supérieur de la .Navigation maritime; Le Conseil d'État entendu, DÉCRÈTE :

CHAPITRE PREMIER. Organisation des quarts pour l'état-major du pont e t 1g p e r s o n n e l d e s m a c h i n e s . er

Article 1 . — Sur les navires ayant à bord, avec le capitaine,


— 107 — au moins deux officiers, le service du pont est organisé en plus de deux quarts pour les officiers, dans les cas ci-après, savoir: Sur les navires à voiles, lorsqu'ils sont armés pour une des­ tination de long cours au delà des caps llorn ou de BonneEspérance : Sur les navires à vapeur: a. Lorsqu'ils ont une jauge brute d'au moins r>,000 tonneaux ; h. Lorsqu'ils doivent effectuer une traversée d'une durée nor­ male de plus de dix j o u r s : r. Lorsque le voyage qu'ils doivent accomplir comporte, soit à la mer, soit dans les ports, un service continu entraî­ nant, pour l'un des officiers, plus de douze heures rétribuées de travail supplémentaire par période de sept jours consécutifs. Arl. 2. — Sur les navires de commerce autres que ceux qui sont désignés à l'article 25 de la loi du 17 avril 1907, ayant 200 tonneaux et au-dessus de jauge 'brute, le service des ma­ chines doit être organisé en trois quarts, quand l'organisa lion à deux quarts aurait pour effet d'imposer au personnel de la machine plus de 10 heures de travail par jour pendant plus de deux jours consécutifs. CHAPITRE II. Réglementation du travail à bord des b â t i m e n t s de pêche de plus de 25 tonneaux et sur les b â t i m e n t s de com­ merce de plus de 25 et de moins de 2 0 0 tonneaux, pra­ t i q u a n t des navigations autres que le long cours et le cabotage international. SECTION BATIENTS

re

1

DE PÊCHE DE PLUS DE

25

TONNEAUX.

Art. 3. — A bord de tout navire armé aux grandes pêches, il doit y avoir, avec le capitaine, un second possédant soit le brevet de capitaine au long cours, de lieutenant au long cours ou de maître au cabotage, soit le diplôme d'élève ou d'officier de la Marine marchande et, au moins, un autre officier. A titre transitoire, pourront exercer les fonctions de second ou d'officier, les marins qui, au moment d e la mise en vigueur du présent règlement, auront en fait, exercé durant deux campagnes de pèche les fonctions de second sur des navires de grande pèche.


—108— Art. 4. - Tout mécanicien chargé de la conduite de la ma­ chine sur un bâtiment de pêche à propulsion mécanique doit être breveté. Tout mécanicien chef de quart sur un bâtiment de pêche à vapeur d'au moins 500 chevaux doit être breveté. A titre transitoire, sont dispensés de toute autre justification les hommes qui, au moment de la mise en vigueur du présent règlement, auront exercé durant deux campagnes de pêche les fonctions de chef mécanicien ou de mécanicien chef de quart suivant les ras. Art. 5 . — Les bâtiments dépêche de plus de 25 tonneaux, seloignant habituellement du port pendant une durée de plus de 72 heures, sont soumis aux dispositions suivantes : En roule, le personnel du pont comprend deux quarts au moins ; le personnel de la machine comprend deux ou trois quarts suivant que la durée normale du voyage pour se rendre sur les lieux de pêche est inférieure ou non à iS heures; Sur lés lieux de pêche, il est accordé chaque jour aux hommes un repos minimum de 8 heures, qui peut être réduit à 6 heures pendant 5 jours au plus. Dans le port ou sur une rude abritée, le travail du person­ nel du pont ne peut être prolongé pendant plus de 10 heures, si ce n'est pour le déchargement du poisson ; le travail du personnel de la machine ne doit pas excéder 9 heures. Art. 6. — L'organisation du service à bord incombe au capi­ taine du navire; il lui appartient, notamment, de fixer l'heure à laquelle commence la journée de travail pour le roulement . des quarts, ainsi que la durée de chaque quart. Le tableau réglant l'organisation du travail à la mer, établi par le capitaine du navire, visé par l'inspecteur de la navigation et consigné sur le journal de bord, est affiché dans les postes d'équipage. Les modifications apportées à ce tableau eu cours de route sont, également consignées sur le journal de bord et affichées dans les postes d'équipage. Art. 7. — Aucun homme de l'équipage d'un navire de pèche ne peut refuser ses services, quelle que soit la durée des heures de travail qui lui sont commandées. Mais hors les cas de force majeure et ceux où soit le salut


—109— du navire (»u de l'équipage, soit la conservation des engins el des produits de pêche est en jeu, eus dont le capitaine est juge, toute heure de travail commandée au delà des limites fixées par l'article 5 donne lieu à une allocation supplémentaire. Le capitaine du navire doit faire mention, sur le journal du bord, des circonstances exceptionnelles visées au paragraphe précédent. Art. 8. — Il est tenu sur chaque navire un registre coté et paraphé par l'Administrateur de l'Inscription maritime. Le capitaine y relate les Circonstances exceptionnelles, men­ tionnées au livre de bord, qui l'ont amené à ordonner des heures de travail supplémentaires. Lorsque ces heures de travail donnent droit à des allocations supplémentaires, le décompte des allocations, avec la désigna­ tion des bénéficiaires, est inscrit sur le registre. Ces mentions sont visées par un représentant du personnel du pont ou du personnel de la machine, suivant les cas. Le registre est mis à la disposition des membres de l'équi­ page, qui peuvent y consigner leurs observations. Art. % - Le taux de la rémunération des heures supplé­ mentaires, réglé selon les contrats et usages, est porté au rôle d'équipage ainsi qu'au registre prévu à l'article précédent. Art. 1 0 . — Les représentants du personnel du pont et du personnel des machines sont pris, chaque semaine, dans cha­ cune des deux catégories, par roulement suivant l'ordre du rôle d'équipage, le premier étant tiré au sort. Ce tirage au sort est effectué par le capitaine en présence d'un délégué du personnel du pont et d'un délégué du per­ sonnel des machines, le jour du départ du navire. Les novices et les mousses ne peuvent jamais être appelés à représenter le personnel. Art. 1 1 . — De 8 heures du soir à 4 heures du matin, les mousses et les novices ne peuvent être employés à aucun tra­ vail autre que celui de la pèche, sans (pie ce travail puisse, d'ailleurs, se prolonger pendant plus de trois jours consécutifs suivis de quatre jouis d'interruption. Ils doivent, en tous cas, être assurés d'un repos minimum


— 110 — et non interrompu de 8 heures, sur 24 et d'autres repos qui complètent le total à 12 heures. Les mousses et les novices âgés de moins de 18 ans ne peuvent être embarqués sur les d o n s de péché. Art. 1 2 . — Lorsque le personnel des machines n'a pu, en route, bénéficier du repos hebdomadaire à raison des exigences du service, le capitaine doit, autant que possible, accorder ce repos soit collectivement, soit par roulement et dans la mesure où les hommes en ont été privés. Ce repos est accordé dès qUe le navire t'ait escale dans un port ou sur une rade abritée rie* France, des colonies françaises ou de l'étranger, si la durée de cette escale permet de donner ledit repos à la moitié au moins du personnel visé ci-dessus. SECTION II. B Â T I M E N T DE COMMERCE D E P L U S D E 25

E T D E MOINS DE

200

TONNEAUX D E J A U G E B R U T E E T P R A T I Q U A N T DES NAVIGA­ T I O N S A U T R E S QUE L E LONG COURS E T L E CABOTAGE I N T E R ­ NATIONAL.

Art. 13. — Tout mécanicien chargé de la conduite de la ma­ chine à vapeur sur un bâtiment de commerce de 25 à 200 ton­ neaux de jauge brute pratiquant des navigations autres que le long cours et le cabotage international doit être breveté. Art. 14. - Sur ces navires, hors les cas de force majeure et ceux où le salut du navire, des personnes embarquées ou de la cargaison est en jeu, cas dont le capitaine est juge et qu'il doit mentionner au livre de bord, aucun homme de l'équipage du pont ne peut être astreint à faire, sans une rémunération supplémentaire calculée conformément aux contrats et usages, pour les six jours de travail de la semaine, plus de 72 heures de travail, s'il appartient au personnel du pont, et plus de 54 heures, lorsqu'il fait partie du personnel de la machine et que le service de la machine est réglé à deux quarts. Art. 15. — Les dispositions des articles 6, 8, 9, 10 et 12 sont applicables aux navires visés à la présente section. CHAPITRE III. Exceptions et dispositions spéciales. Art. 16. — Sur les navires de commerce de 200 tonneaux


— 111 — et au-dessus de jauge brute, ¡1 peut n'y avoir soit pour te pont, soit pour la machine, qu'une seule bordée lorsque, à raison de la brièveté des traversées, le service du bord peut être organisé de manière à satisfaire, pour un intervalle de 2 i heures, aux conditions suivantes : 1° La durée totale du travail ne dépasse pas 12 heures pour le personnel du pont, et il heures pour le personnel de la ma­ chine; 2° Le service ne comporte pas plus do 7 heures de travail consécutif, sur le pont, et [dus de 5 heures de travail consécu­ tif dans la machine ; 3° Le personne bénéficie d'un repos ininterrompu heures au inoins.

de 6

En ce qui concerne les heures de travail supplémentaires* ces navires sont soumis, quel que soit leur tonnage, aux règles tixées par l'article I ï ci-dessus. Art. 17. — Les prescriptions des articles 21 à 28 de la loi du 17 avril 1907 ne s'appliquent pas aux navires employés à des opérations de pilotage, de renflouage, d'assistance ou de sauvetage. Il en est de même pour les navires employés à des opéra­ tions de remorquage, pourvu que la durée du travail ne dé­ passe pas 72 heures sur le pont et M heures dans la machine pendant les six jours de travail de chaque semaine. Art. 18. — Les dispositions du deuxième paragraphe de l'ar­ ticle 25 de la loi du 17 avril 1907 ne sont pas applicables, lorsqu'un corps ou groupe de chaudières comporte, dans une même chaufferie, 1 fourneaux ou \ portes, mais que la sur­ face totale de grille n'excède pas: 1° 7 m. carrés 30, s'il s'agit de chaudières ordinaires à retour de flamme, fonctionnant au tirage naturel ; 2° 7 m. carrés, s'il s'agit de chaudières à tubes d'eau, fonc­ tionnant au tirage naturel; 3° 6 m. carrés, s'il s'agit de chaudières fonctionnant au tirage forcé par soufflage. 4° 5 m . carrés, s'il s'agit de chaudières fonctionnant au tirage forcé accéléré.


— 112 — Lu surface des grilles ci-dessus envisagée se mesure, pour les chaudières à tubes de flamme, depuis l'origine du foyer jusqu'au plan de la plaque à tubes arrière. Pour les chaudières à tubes d'eau, cette surface se mesure jusqu'à l'autel. Les dispositions du deuxième paragraphe du même article 25 ne sont pas applicables, lorsque le navire est pourvu d'installations automatiques ou possède des moyens de chauffage réduisant le travail du personnel. Art. 19. - Quand, par suite d'un cas de force majeure, le navire se trouve privé, au cours d'un voyage, d'un des officiers, soit du pont, soit de la machine, prévus par la loi du 17 avril 19(17 et par le présent règlement, le capitaine doit pourvoir à son remplacement à la première escale dans un port de France ou d'Algérie. Toutefois, le capitaine peut être déchargé de cette obligation par l'Administrateur de l'Inscription maritime du poil d'escale, si, eu égard à la durée de cette escale et aux ressources du port, ce fonctionnaire déclare que le remplacement ne peut être ef­ fectué; cette déclaration est mentionnée au rôle d'équipage. Ait. 20. — Le Ministre de la marine et le Ministre du com­ merce et de l'industrie sont chargés, chacun enee qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel et inséré au Bulletin des lois. Fait à Rambouillet, le 20 septembre 1908. A. FALLIÈRES. Par le Président de la République : Le

Ministre de la

marine,

Le Ministre du commerce et de

GASTON

l'industrie,

THOMSON.

Jean CRUPPI.


— 113 — DÊCRET modifiant le Règlement d'administration publique du 21 septembre 1908, sur la sécurité de la navigation maritime et l'hygiène à bord des navires de commerce. ( DU 4 a o û t

LE

1910. )

P R É S I D E N T DE LA R E P U B L I Q U E

FRANÇAISE,

Sur le r a p p o r t du M i n i s t r e de !a Marine et d u M i n i s t r e d u

Commerce et de l ' I n d u s t r i e : Vu la loi du 17 a v r i l 1 9 0 7 , c o n c e r n a n t la s é c u r i t é de, la n a v i g a t i o n m a r i t i m e e t la r é g l e m e n t a t i o n d u t r a v a i l à b o r d l e s n a v i r e s de c o m m e r c e ; Vu l e R è g l e m e n t d ' a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e , d u 21 s e p t e m ­ bre 1 9 0 8 , s u r la s é c u r i t é d e la n a v i g a t i o n m a r i t i m e et L'hy­ giène à bord des navires de c o m m e r c e ; Vu l ' a v i s d u C o n s e i l supérieur d e la N a v i g a t i o n m a r i t i m e ; Le Conseil d ' E t a t e n t e n d u , DÉCRÈTE :

ARTICLE P R E M I E R .

Le p a r a g r a p h e 1° d e l ' a r t i c l e 2 d u R è g l e m e n t d ' a d m i n i s ­ t r a t i o n - p u b l i q u e s u s v i s é d u 2 1 septembre 1 9 0 8 e s t a i n s i completé : « P o u r l e s b a t e a u x d e p è c h e a u - d e s s o u s d e 1 0 0 tonneaux d e j a u g e b r u t e , ce p i a n p e u t ê t r e r e m p l a c é p a r u n e d e s c r i p tion d é t a i l l é e du n a v i r e e t d e s e s a m é n a g e m e n t s . » art. 2. L ' a r t i c l e 2 0 d u R è g l e m e n t d ' a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e susvis é d u 2 1 s e p t e m b r e 1 9 0 8 e s t m o d i f i é a i n s i qu'il s u i t : « A R T . 2 0 . L e s prescriptions c o n t e n u e s d a n s l e s articles 5 a 17 i n c l u s n e s o n t pas a p p l i c a b l e s a u x b a t e a u x d e p è c h e « Ceux-ci devront satisfaire aux disposition c i - d e s s o u s : « L e s locaux afféctés a u c o u c h a g e d o i v e n t r e p r é s e n t e r u n volume d'air d ' a u moins 2 m . c. 1 5 0 par h o m m e . « La h a u t e u r d e s l o c a u x A F F E C T E S à L'équipage, m e s u r é e d e la f a c e s u p e r i e u r e d e s b a r r o t s du pont f o r m a n t p l a n c h e r à la face s u p é r i e u r e d e s h a r r o t s d u p o n t f o r m a n t p l a f o n d , ne p e u t pas être inférieure a 1 m. 8 3 . « Si l e pont f o r m a n t p l a f o n d e s t e n t ô l e , il doit être r e c o u v e r t d ' u n b o r d é e n b o i s . L e pont f o r m a n t p l a n c h e r e s t e n bois ou r e c o u v e r t d ' u n e s u b s t a n c e i s o l a n t e . L e s p a r o i s et

8


— 114 — m e u b l e s s o n t r e c o u v e r t s d ' u n e p e i n t u d e c l a i r e ou e n d u i t lavable. « Aucun tuyautage de vapeur, a l'exception de celui d e s a p p a r e i l s d e c h a u f f a g e et d e celui du g u i n d e a u , n e p e u t p a s ­ s e r d a n s l e s l o c a u x affectés a l ' é q u i p a g e . « L o r s q u e le t u y a u t a g e d u g u i n d e a u p a s s e d a n s c e s l o c a u x , il doit ê t r e s p é c i a l e m e n t p r o t é g é . « L e s p o s t e s d ' é q u i p a g e s o n t g a r n i s d ' a r m o i r e s et d e c a i s ­ s o n s e n n o m b r e égal a u n o m b r e m a x i m u n d ' h o m m e s d ' é q u i ­ p a g e p o u v a n t ê t r e l o g é s d a n s le p o s t e . I l s s o n t m u n i s d e s i è g e s el d e tailles p o u v a n t d o n n e r p l a c e à la m o i t i é au m o i n s d e l'effectit p o u r l e q u e l ont é t é p r é v u s c e s p o s t e s de c o u c h a g e . « C h a q u e h o m m e d ' é q u i p a g e doit avoir à s o n u s a g e e x c l u ­ sif soit un h a m a c , soit, n u e c o u c h e t t e . « L e s h a m a c s , lorsque ce mode de couchage est employé, d o i v e n t ê t r e a c c r o c h é s à u n e d i s t a n c e d e I m è t r e au m o i n s , soit d e s cloisons, soit les u n s d e s a u t r e s . « L e s c o u c h e t t e s o n t a u m i n i m u m 1 m . 83 d e l o n g u e u r s u r 0 m . 00 d e l a r g e u r . « Il n e p o u r r a j a m a i s y a v o i r p l u s d e d e u x r a n g s d e c o u c h e t t e s s u p e r p o s é e s s u r l e s n a v i r e s a r m é s à la g r a n d e p ê c h e d e T e r r e N e u v e ou d ' I s l a n d e . Il p o u r r a y a v o i r t r o i s c o u c h e t t e s s u p e r p o s é e s s u r les autres n a v i r e s d e p è c h e . « L o r s q u ' i l e s t fait u s a g e d e c o u c h e t t e s s u p e r p o s é e s , le fond d e la c o u c h e t t e i n f é r i e u r e doit ê t r e a u m o i n s à 0 m . 30 a u - d e s s u s d u s o l . E n t r e c h a c u n e des c o u c h e t t e s il d e v r a ê t r e m é n a g é un i n t e r v a l l e d e 0 m . 60, c o m p t é d e p l a n c h e e n p l a n c h e . L u i r e le d e s s u s d u f o n d d e la c o u c h e t t e s u p é r i e u r e et la l a c e i n f é r i e u r e d e s b a r r o t s d u p o n t , il d e v r a ê t r e m é n u g é un e s p a c e d ' a u m o i n s 0 m . 05. L o r s q u ' i l y a u r a t r o i s c o u c h e t t e s , l ' i n t e r v a l l e s e r a a u g m e n t e d e 0 m . 10. « L ' é c l a i r a g e d e j o u r est a s s u r é p a r d e s h u b l o t s d e c ô t é ou d e s v e r r e s p r i s m a t i q u e s d a n s le p o n t , bu p a r d e s c l a i r e s - v o i e s . « L o r s q u ' i l est p o s s i b l e d e le taire s a n s d a n g e r , il e s t é t a ­ b l i , s u r c h a q u e b o r d , un n o m b r e d e h u b l o t s e n r a p p o r t a v e c l e s dimensions des compartiments qu'ils éclairent. « L ' é c ' a i r u g e d e nuit e s t a s s u r e au m o y e u d ' a p p a r e i l s t i \ e s . « L ' é c h e l l e d e d e s c e n t e et l e s c a p o t s d o i v e n t ê t r e d ' u n a c c è s lacile ; le c j p o t doit p o u v o i r ê t r e fermé h e r m é t i q u e m e n t p o u r e m p ê c h e r l'eau de t o m b e r d a n s le p o s t e . « Un e s p a c e est r é s e r v é e n d e h o r s d u p o s t e p o u r r e c e v o i r les effets c i r é s . 11 e s t c h o i s i d e telle façon q u ' o n p u i s s e y d é -


— 115

poser ces effets avant de pénétrer dans te poste et gagner ensuite ce dernier sans cesser d'être à l'abri. « Un moyen de chauffage est fourni pour chaque logement ; il ne peut, en aucun cas. être l'ait usage d'appareils à combus­ tion lente. « Quand il est installé un f o u r n e a u de cuisine dans le poste ; une ouverture spéciale est pratiquée pour dégager le produit de la combustion Le euh', d'air doit, dans ce cas, être augmenté de 0" H)0 par chaque homme. « Lorsque les poêles sont placés sur un pont, en bois, celuici doit être protégé par un • plaque métallique. < ; Les poêles et cheminées sont entourés d'un grillage métal­ lique démontable. « S'ils ont une clef d'obturation, celle-ci est pourvue d'un cran d'arrêt empêchant la fermeture complète. « Une manche à air avec pavillon est placée en un endroit convenable pour introduire l'air frais. L'évacuation de l'air vicié est assurée par une autre manche, des champignons, cols de cygne ou tout autre moyen e f f i c a c e . « 11 est disposé dans deux angles des postes d'équipage deux conduits ou dalots servant a l'écoulement des eaux s u r le pont ou dans la cale. C e s ouvertures doivent être munies d'un système de fermeture hermétique. « Les dispositions des articles 18 et 19 sont applicables aux bateaux de pêche. » 1C

ART.3.

Le deuxième paragraphe de l'article 31 du Règlement d'administration publique susvisé, du 21 septernbie 1908, est modifié ainsi qu'il suit : « Les récipients à eau douce, généralement connus sous le nom de C c d s s e s à eau et de charniers, ne peuvent être en bois. Celle disposition, toutefois, ne s'applique pas aux barils de galère des embarcations. Lile ne s'applique pas non plus aux navires de pêche opérant avec >alaison à bord qui sont autorisés a embarquer l'eau potable dans des barriques saines et propres, neuves ou n'ayant contenu que de l e a u , du vin ou leau-de-vie, et ayant subi le traitement nécessaire pour assurer une bonne conservation de l'eau. » A R T . 4. Les articles 101 et 102 du Régleme ît d'administration pu-


— 116 — blique susvisé, du 21 septembre 1908, p r e n n e n t respective­ m e n t les n 100 et 1 0 1 . L'article 100 prend le n° 102, et il est modifié c o m m e suit : « L'eau destinée aux embarcations prévues aux articles 99, 100 et 101 est renfermée d a n s des barils de galère a fermeture é t a n c h e , mais facilement démontable. « L'approvisionnement doit être renouvelé t o u t e s les semaines. « Les vivres sont renfermés dans des boîtes m é t a l l i q u e s étanches et d'ouverture facile ; leur approvisionnement doit être v i s i t é au moins tous les trois mois par l'autorité c o m p é ­ tente, et renouvelé s'il y a lieu. « Les embarcations de sauvetage ne doivent contenir aucun objet en dehors de ces approvisionnements et de leur a r m e ­ ment. » os

ART.

5.

L'article 123 du Règlement d'administration publique s u s visé, du 21 s e p t e m b r e 1908, est modifié ainsi qu'il suit : « L ' a d m i n i s t r a t e u r avise par la voie télégraphique le Mini tre de la Marine de la réclamation et lui t r a n s m e t i m m é d i a t e ­ ment la réclamation avec le procès-verbal dressé par la Commission d o n t la décision est a t t a q u é e . « Le Ministre convoque par la voie postale, et au besoin p a r l a voie télégraphique, les m m b r e s de la Commission s u p é r i e u r e . Celle-ci doit se réunir dans le délai m a x i m u m de trois j o u r s francs à partir de la réception de l'avis adressé à ses m e m b r e s . « Le dossier iviatil a la réclamation est ternis au président de la Comn.i-sion avant la s é a n c e pour laquelle la Commission est convoquée.» АКТ. 0. Le Ministre de la Marine et le Ministre du Commerce et de l'Industrie sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au JavrnaJ, officiel et inséré au Bulletin (tes loin. Fait à Rambouillet, le 4 août 1910. A. FALLIÈRES.

Par le P r e s i d e n t de la République : Le Ministre de la Marine, DE

LAPPPIERE. Le Ministre

du Commerce

et

Jean DUPUY.

de

l'Industrie,


— 117 — DÉCHET

mortifiant le Règlement d'adminstration du 2 0 septembre 1 9 0 8 .

publique

( Du 4 août 1910. ) L E P R É S I D E N T DE LA R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ,

S u r le r a p p o r t «lu M i n i s t r e d e la M a r i n e et du M i n i s t r e C o m m e r c e et de I I n d u s t r i e ; Vu la loi ou 1 7 a v r i l

1907,

du

c o n c e r n a n t la s é c u r i t é d e la n a v i ­

g a t i o n m a r i t i m e et le t r a v a i l à b o r d d e s n a v i r e s d e c o m m e r c e ; Vu le R è g l e m e n t d ' a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e d u 20 s e p t e m ­ b r e 1 9 0 8 , sur l ' o r g a n i s a t i o n du t r a v a i l à b o r d d e s n a v i r e s d e c o m m e r c e e t de p ê c h e ; Vu l ' a v i s d u C o n s e i l Le C o n s e i l d ' E t a l

supérieur

d e la N a v i g a t i o n

maritime;

entendu.

DÉCRÈTE : ARTICLE

PREMIER.

L e s a r t i c l e s 3 , 7 et i i d u R è g l e m e n t d'administration p u b l i q u e s u s v i s é , d u 20 s e p t e m b r e 1 9 0 8 , s o n t m o d i f i é s a i n s i qu'il suit : < ' • A R T . 3 . A bord de tout navire a r m é a u x g r a n d e s p ê c h e s , il d o i t y a v o i r , a v e c le CAPITAINE, u n s e c o n d p o s s é d a n t s o i t u n b r e v e t o u d i p l ô m e lui p e r m e t t a n t d e c o m m a n d e r le n a v i r e , s o i t le b r e v e t d e c a p i t a i n e a u l o n g c o u r s , d e l i e u t e n a n t a u l o n g c o u r s o u d e c a p i t a i n e a u c a b o t a g e , s o i t le d i p l ô m e d ' é l è v e on d'officier d e la m a r i n e m a r c h a n d e , e t au m o i n s u n a u t r e officier d i p l ô m é o u a y a n t lait à u n t i t r e q u e l c o n q u e d e u x c a m ­ p a g n e s de g r a n d e pêche. « S e r o n t d i s p e n s é s de c e s c o n d i t i o n s et p o u r r o n t e x e r c e r les f o n c t i o n s de s e c o n d les m a r i n s q u i , a n t é r i e u r e m e n t ; u 3 1 d é c e m b r e 1 9 1 2 , a u r o n t e n fait e x e r c é d u r a n t d e u x c a m p a g n e s d e g r a n d e p ê c h e l e s lonc.t i o n s d e s e c o n d , ou q u i , a v a n t fait <leux c a m p a g n e s d e g r a n d e p ê c h e , a u r o n t j u s t i f i é , e n p a s s a n t u n e x a m e n s p é c i a l , q u ' i l s p o s s è d e n t les c o n n a i s s a n c e s n a u t i ­ q u e s n é c e s s a i r e s p o u r a s s u r e r la s é c u r i t é d e la n a v i g a t i o n . « A R T . 7 . A u c u n h o m m e de l ' é q u i p a g e d ' u n n a v i r e de p ê c h e n e p e u t r e f u s e r s e s s e r v i c e s , q u e l l e q u e soit la d u r é e d e s h e u r e s de travail qui l u i s e n t c o m m a n d é e s . u M a i s , h o r s le c a s d e f o r c e m a j e u r e e t c e u x o ù s o i t le s a l u t


— 118 — du navire ou de l'équipage, soit la conservation des engins et des produits de pêche est en jeu, eas dont le capitaine est juge, foule heure de travail commandée au delà des limites fixées par l'article 5 donne lien à une allocation supplémentaire dont le montant est fixé dans les contrais d'engagement. « Le capitaine du navire doit faire mention, sur le journal de bord, des circonstances exception relies visées au paragra­ phe précédent. ART. 11. Les mousses et novices doivent être assurés, dans tous les cas, d'un repos minimum et non interrompu de huit heures sur vingt-quatre el d'autres repos qui complètent le total de douze heures. « De 8 heures du soir et 4 heures du matin, les mousses et les novices ne peuvent eue employés à aucun autre travail qu'à celui de la pêche. « Ce travail de nuit ne peut d'ailleurs se prolonger pétulant plus de trois jours consécutifs suivis de quatre jours </'interrup­ tion sur tes navires de grande pêche, et plus de deux nuits con­ sécutives sur les autres navires de pêche. « Les mousses et les novices de m uns de 17 ans ne cire embarqués sur les doris de pèche » ART.

peuvent

2.

Le Ministre de la Marine et le Minière du Commerce el do l'Industrie sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel el au Bulletin des lois. Fait à Rambouillet, le 4 août 1910. A. FALLIÈRES. Par le Président de la République :

Le Ministre de la Marine, DE LAPPEYRÈRE. Le Ministre,

du Commerce el de JEAN DUPUY.

l'Industrie,


— 119 — Direction centrae de la Navigation et des Pèches maritimes : Bureau de la Navigation maritime. Paris. le 21 juin 1 9 1 2 . F R A N Ç A I S E suivi d'un décret modifiant le règlement d'administration publique du 21 septembre 19.08. sur lasécuritéde la navigation maritime et l'hygiène à bord des navires de commerce (1).

R A P P O R T AU P R É S I D E N T D E LA R É P U B L I Q U E

MONSIEUR

LE P R É S I D E N T .

Le r è g l e m e n t d'administration publique du i l septembre 1908, rendu en exécution de l'article 5 3 de la loi du 17 avril 1907, sur la sécurité de la navigation maritime et l'organisation du travail à b o r d d e s navires de commerce, a déterminé, dans son article 1 , les renseignements que les propriétaires des n a v i r e s d o i v e n t fournira l'appui de ,1a d e m a n d e qu'ils forment en vue d'obtenir le premier p e r m i s de navigation. e r

er

La formule qui ligure au numéro 5 dudit article I , et qui détermine les règles à suivre pour le c a l c u l de la surface de grille d e s foyers, doni l$s dimensions d o i v e n t être indiquées par les propriétaires des navires, a d o n n é lieu à c e r t a i n e s criti­ ques, et j'ai reconnu qu'il convenait en effet de la modifier. D ' a u t r e pan, le même règlement a fixe, d a n s s e s a r t i c l e s liti et 67, la nomenclature d e s instruments et documents n a u t i ­ ques et des o b j e t s d'armement et de rechange d o n t ces navires doivent être pourvus, suivant la n a v i g a l i » m qu'ils pratiquent.

Or l'article 66 a l'ail entier d a n s la même catégorie, au point d e vue d u matériel d o n t ils doivent être porteurs, les navires affectés à une n a v i g a t i o n de long c o u r s , de cabotage international ou de grand cabotage n a t i o n a l . L'expérience a démontré que cette uniformité de traitement, pour d e s bâti­ ments effectuant des p a r c o u r s très différents, offrail des i n c o n ­ vénients et qu'il était e x c e s s i f d ' i m p o s e r les m ê m e s o b j e t s d'armement et de r e c h a n g e à u n navire faisant la traversée de C a l a i s à Douvres et à u n navire partant de la Baltique pour aller jusqu'au fond de la m e r N o i r e . J'ai d o n c r e c o n n u la nécessité d ' i n t r o d u i r e dans l'article 66 la d i s t i n c t i o n e x i s t a n t déjà d a n s la loi du 17 avril 1907, aux articles "21 et 25, e n t r e les navigations é l o i g n a n t le navire de iOO nulles de tout port f r a n ç a i s el celles qui é l o i g n e n t le


— 120 — navire dé moins de 400 milles, ce dernier pouvant se contenter d'un matériel plus réduit et moins coûteux. En outre, j'ai été amené à apporter à l'article 07, qui con­ tient la nomenclature même des instruments et documents nautiques et des objets d'armement e1 de rechange, quelques légères modifications ou adjonctions qui ne peuvent être qu'avantageuses pour la sécurité de la navigation maritime. Par ailleurs, j'ai constaté que, d'après l'article 86 du même règlement d'administration publique, le matériel dont les embarcations de sauvetage doivent être pourvues ne comprend obligatoirement un compas qui sur les embarcations du type u I. au nombre de \ au moins cl dans la limite du tiers du nombre total des embarcations du navire. 0

Cette disposition s'explique lorsqu'il s'agit de bâtiments transportant des passagers, visés par l'article 79 dudii règle­ ment et tenus, en raison de leur genre de navigation, d'avoir des embarcations de sauvetage appartenant pour moitié au type n 1 : en cas de sinistre; les embarcations du type n" 1 deviennent en effet chefs de groupe, et indiquent la route à suivre aux embarcations non munies de compas. Ces!, du reste, dans cet esprit qu'elle a été adoptée par les rédacteurs du règlement de 1900. f'Ile ne parait pas, d'autre part, devoir présenter d'inconvé­ nients graves, si l'on envisage des bâtiments à passagers, visés à l'article 80 du même règlement, qui peuvent n'avoir à bord que des embarcations du type n" 2, les bâtiments de cette catégorie ne s'éloiguant pas de la côte. Mais, il eii est autrement en ce qui concerne les navires de commerce ou de pèche qui, n'étant pas destinés au transport des passagers (art. 81 et 100 [ancien 104] du règlement), ne sont pas obligés de posséder des embarcations du type n° I bien qu'effectuant des voyages qui les éloignent des côtes autant «pie les bâtiments munis obligatoirement d'embarcations de ce type. Leurs équipage* devraient, eu cas de naufrage, se réfugier sur des canots dont aucun n'est pourvu d'un compas. Pour remédier à cette situation, j'ai l'honneur de vous pro­ poser d'incorporer à l'article 86 du règlement de 1908 la dis­ position nouvelle qui lait l'objet de l'article 2 du projet de décret que je soumets ci-joint à votre haute sanction, d'accord avec M. le Minisire du Commerce et de l'Industrie, et qui a


121 —

reçu l'adhésion du Conseil supérieur de la Navigation maritime et celle du Conseil d'Etat. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'hommage de mon profond respect. Le, Ministre 4e la Marine. DELCASSÉ.

DÉCRET modifiant le règlement d'administration publique du 21 septembre 1908, sur la sécurité de la navigation maritime et hygiène a bord des navires de commerce. ( Du 21 juin 1912. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE,

Sur le rapport du Ministre de du Marine et du Ministre du Commerce et de l'Industrie ; Vu la loi du 17 avril 1907, concernant la sécurité de la navigation maritime et la réglementation du travail à bord (tes navires de commerce ; Vu le règlement d'administration publique du 21 septembre 1968 sur la iècurité de la Navigation maritime et l'hygiène à bord des navires de commerce ; Vu l'avis du Conseil supérieur de la Navigation maritime ; te Conseil d'Etat entendu, DÉCRÈTE : e r

e r

Art. l . - Le numéro 5 de ('article 1 du règlement-d'ad­ ministration publique du 21 septembre 1908 esl remplacé par la disposition suivante : «5° Le système de tirage (forcé ou naturel); le nombre des foyers de chaque chaudière principale ou auxiliaire, le nombre total de foyers de chaudières principales ainsi que la surface iotale de grille de ces foyers et la surface de grille de chacun d'eux; enfin la répartition des foyers dans les diverses chaufferies. La surface de grille ci-dessus envisagée se mesure, pour les chaudières à tubes de tlamme, depuis l'origine du barreau le plus voisin du foyer ou, si la sole n'est pas pleine, depuis la limite de ta partie perforée jusqu'au plan de la pla­ que à tubes arrière. Pour les chaudières à tubes d'eau, cette surface se mesure jusqu'à l'autel. » Art. i . Les articles 66 et 07 du règlement d'administra-


— 122 —

tion publique du 21 septembre 1908 sont modifiés ainsi qu'il suit : « Art. 66. Les navires de p l u s de 25 tonneaux, affectés soit à une navigation do l o n g cours, s o i t à des navigations de cabotage international ou de grand cabotage national, les éloi­ gnant de plus de 400 m i l l e s de tout port français, s o n pourvus an moins des instruments et des documents nautiques, ainsi que des objets d'armement et de rechange dont les nomencla­ tures figurent à l'article suivant. « S'ils se livrent à une navigation autre que celles qui sont prévues ri-dessus, ils doivent, en principe, être pourvus des mêmes instruments et du même matériel, sauf les réductions et exceptions expressément indiquées aux tableaux de l'article 67. Toutefois la Commission de visite peut dispenser d'avoir à bord de ces navires ceux des instruments et objets qui sont marqués d'une astérique, lorsqu'il est reconnu que ces dispen­ ses ne peuvent avoir d'inconvénients. » « Art. 67. Nomenclature des instruments et documents nautiques dont les navires doivent être pourvus, et conditions auxquelles doivent satisfaire ces instruments. » (Abréviations: A. Long cours. — B. Cabotage international et grand cabotage national éloignant de plus de 500 milles de tout port français.

A.

B.

OBSERVATIONS.

Chronomètre*

2

1

Montre d'habitacle.

I

1

Baromètre

2

1

Thermomètre

I

Les chronomètre s doivent être suspendus à la cardan dans des boites fixées en un lieu ou ils soient le plus possible à l'abri des trépi­ dations, secousses, variations de temperature. etc. Les navires a vapeur doivent, en outre, avoir une montre d'habitacle dans la machine. lin des baromètres doit être enregistreur sur les navires au long o u r s , qui doivent en avoir leu\. Un de plus sur les navires à vapeur pour la machine.

OBJETS.

1


—123— OBJETS

л.

в.

OBSERVATIONS.

Sextant*

2

i

Les sextants doivent être munis de tous leurs acces­ soires

Longue-vue*.... Jumelle marine. Compas complets

1 2

1

Le n o m b r e n é c e s s a i r e suivant les installations

Rose d e s v e n t s . . . . Loch marin et ac­ cessoires. Loch a hélice* Cartes et instruc­ tions nautiques(1) Ouvrages nautiques Connaissance d e s t e m p s ou éphémérides : annuaire des marées : livre des p h a r e s e t fanaux pour le voyage a entre­ prendre ) (1). Rapporteur Compas a pointes sêches.

1

2

1

2

i

1

i

Un par poste de barre et un autre pour les relève­ ments, si ceux-ci ne peuvent être pris avec un compas de barre En tout cas. jamais moins de deux compas, dont un au moins fixé, com­ pensé, et reglé, ajusté avant le départ et muni d'alidades et de sa table de déviation. De plus, un compas de re­ change avec alidade et un compas sur chaque embar­ cation de sauvetage. En plus de celle qui a p ­ partient au compas.

N'est exigé que sur les navires à passagers.

Suivant le voyage a entreprendre. 11

chaque

de

sorte.

L e livre des phares et fa­ naux doit être tenu a jour au moyen des fiches du ser­ v i c e hydrographique.

2 2

1 2

(1) Les cartes, instructions et ouvrages nautiques doivent être a la disposition de l'officier de quart quand la terre ou des feux sont en vue.


—124— OBJETS.

A.

B.

OBSERVATIONs.

Fanaux de route ou En q u a n t i t é suffisante pour permettre de se verrines. Matériel conformer aux reglede signaux de jour ments on v i g e u r . de de nuit, de bru­ me et de détresse. Sondo avec plombs.

3

2

Sondeur permettant do sonder en vi­ tesse*.

1

1

Code international des signaux et série complète de pavillons*.

1

I

Table d'azimut . . .

1

I

Dont une d'au moins 200 mètres. A exiger seulement sur les navires à vapeur transportant des passagers.

Sur les navires en fer ou on acier.


—125— Nomenclature des objets d'armement et de rechange dont les navires doivent être pourvus et conditions auxquelles doivent satisfaire ces objets. A.

ARMEMENT.

OBSERVATIONS.

OBJETS.

Ancres, c h a î n e s , aussières.

grelins,

Le nombre, les dimensions ou le poids des ancres, chaînes, grelins et aussières doivent être conformes aux indications des tableaux réglementaires du bureau Véritas pour les dimensions, le type et l'affectation du navire envisagé. Les navires possédant, à l'un des re­ gistres de classification reconnus, la pre­ mière cote sont considérés comme pour­ vus des ancres, chaînes, grelins et aussières réglementaires. Gréement et v o i l u r e . . . . Complet eu bon état. outillage de charpentier Hache, herminette ou ciseau a 6 ars, pince, repoussoir à chaîne et emmanché, marteau, tranche, égoïne, scie, masse, clous, vis. etc. Sur les navires en bois, chevilles et gournables, bordâge de chêne ayant e n ­ viron 6 mètres de longueur sur 0 2 5 de largeur et 0 05 d'épaisseur. Un maillet et cinq l'ers. Outillage de calfat En quantité suffisante pour calfater Etoupe, brai ou mastic. cm b o n 5 p. 100 de la superficie du pont supérieur, superstructures comprises, et des œuvres mortes. 150 kilogrammes environ. Ciment à prise rapide*.., 50 litres environ. Goudron. Ne sont exigés que si Je navire est en Forge et outillage de forfer ou en acier, ou s'il est a propulsion geron*. mécanique. L'outillage comporte n o ­ tamment un cliquet avec mèche, des masses, tranches et poinçons emmanches pour chasser les rivets, ainsi que les tranches dites « ravageurs », Tôle de fer ou d'acier de 2 mètres Tôle de fer ou d'acier et carrés de surface environ et de l'épais­ boulons. seur de la tôle la plus faille du bordé, sans dépasser 12 millimètres. 20 kilogrammes de boulons assortis. m

m


— B.

126

OBJETS DE RECHANGE POUR TOUS LES NAVIRES.

OBJETS.

Palans de fortune pour la ma­ nœuvre du gouvernail. Manilles d'assemblage des drosses Manilles d'assemblage des chaînes d'ancre. Manilles de jonction sur l'ancre. Prélarts de rechange Accessoires de pompe de cales. . Filin assorti pour manœuvres courantes et amarrages.

Ridons

OBSERVATIONS.

Créés et frappés sur des boucles convenablement disposées. Un jeu. Une par chaîne. Une par ancre. Un pour chaque panneau. Un jeu de rechange par pompe. Environ 1 kilogr. par 3 tonneaux de jauge nette, Les navires ayant des rides en filins ont, en plus, une pièce de rides. Deux par mal carré.


— 127 — C.

O B J E T S D E R E C H A N G E S P É C I A U X AI X N A V I R E S A V O I L E S .

VOILES, ESPARS.

toiles de rechange pour navires ayan 2 phares carrés. Voiles de rechange pour navires a voiles goëlette.

Petit foc Grand foc. Grande voile Misaine Hunier complet . . . Perroquet compiet. Petit foc. . . . Grand f o c . . . . Voile goëlette.

Espars de rechange pour navires ayan 2 phareS carrés.

Espars pouvant faire vergue de hunier volant ou mât de perroquet. b. Espars pouvant faire vérgue de perroquet c. Pièces de bois de 3 mètres pouvant servir a faire des jumelles de mâts.

Navires gréés en goëlette.

a. Espars suivant le genre de gréement, à fixer par la C o m m i s s i o n . . . b. Pièces de bois pouvant servir a faire des jumelles

LONG

LONG

COURS

COURS

CABOTAGE INTER­ NATIONAL

et grand au delà e n deçà cabotage des national au delà de caps. caps. 400 milles.

I I

I I 2

I

i I

1 2 1

CABO­

TAGE.

1

1 1

1

2

1 1 1

1

1

1

1

1

1

2

1

2

1

2

1

1 I

PETIT

a.

1

1

1

1 1

1

OBSERVATIONS. — Plus, pour les navires de long cours, une quantité de toile à voile suffisante pour compléter le jeu des voiles majeures en vergue avec les rechanges ci-dessus. Pour les navires ayant plus de deux niais carrés, en [dus un hunier complet et une basse voile, et, pour la navigation au delà des caps Horn ou de Bonne-Espérance, un perroquet complet. Les màts de charge et autres pièces de bois n'ayant pas un e m ­ ploi dans la mâture du navire sous voiles peuvent être admis comme pièces pour j u m e l l e s .


—128— D.

OBJETS DE R E C H A N G E

SPÉCIAUX

AUX N A V I R E S A V A P E U R .

100

COURS,

cabotage interna­ OBJETS

tional, grand cabotage national.

Coussinets de bielle. pour tiges de piston ou tête de bielle.. pour pied de bielle. boulons pour paliers d'arbres avec écrous à manivelles . . . pour accouplement d'arbres de cale s'ils sont metalliques Clapets de cale s'ils sont en de pompes caoutchooue. alimentaires Sièges de clapets s'ils sont amo­ vibles ). . Segments de piston* Ressorts de soupape de s û r e t é . . . . Tubes de niveau d'eau (verre) Manomètres Tubes de chaudière Tubes de condenseurs. Barreaux de grille Manche à incendie en toile Lampe pour feux électriques (s'il y a l'électricité à bord ). Lampes de sûreté. Outils de chauffe. Matières pour joints d'eau et de vapeur

AUTRES

navigations.

I paire. 2 2

! I

2

I

I jeu

1 jeu.

I jeu.

! jeu.

3 jeux. 1/2 jeu.

2 jeux. 1/2 jeu.

1 jeu. 1 jeu. 1 jeu. 2 jeux plis 12. 1 pour 2 corps de chaudière.) 5 p. 100 du nombre total. 4 p. 100 du nombre total. 1/2 jeu. 1

1/2 jeu 1,2 jeu.

1 jeu. 2 I jeu.

1 jeu plus 6.

1

I I jeu. I I jeu.

On doit avoir, en outre, les principales clefs de démontage et un nombre suffisant de tampons pour tubes, si les chaudières sont a tubes de flamme Sur les navires affectés au transport de charbon ou d'autres marchandises dangereuses, il doit y avoir à bord quatre lampes de sûreté Sur les navires pourvus d'une installation élec­ trique, les rechanges indispensables sont exigés, suivant le type des appareils employes.


— 129 — E.

PLANS

DONT DOIS

Ê T R E MUNI TOUT NAVIRE

ENTRE

EN

SERvice

P O T É R I E U R E M E N T A LA DATE DE MISE EN V I G U E U R D E LA LOI F a c u l t a t i f s p o u r les navires en bois a u - d e s s o u s d e 3 0 0 t o n n e a u x ) .

NAVIRES A VAPEUR.

VOILIERS.

Plan du gouvernail et

étambot.

Echelle de charge Coupe au maître Plan de voilure Plan général d'aménagement.

Pian d u g o u v e r n a i l , propulseur.

étambot

et

E c h e l l e de c h a r g e . Coupe au m a î t r e . Plan g é n é r a l Pian papes.

d'aménagement.

d e s c h a u d i è r e s et d e s

sou-

Plan des chaudières auxiliaires Pian du tuyautage des cases et ballast deux expéditions}. et des soupapes. Pian les cales et faux-pont: don­ Plan du ballast et du tuyautage nant le cubage de chaque compar­ d'aspiration aux cales. timent. Plan de la machine. Plan de l'installation électrique et du service d'incendie. Plan des puisards, vannes et portes étanches et de leur manœuvre deux expéditions ).

Art. 3. — L'article 86 du règlement d'administration oublique du 21 septembre 1908 est complété par la disposition suivante qui prend place immédiatement avant le dernier paragraphe : « Sur tout navire ne possédant pas d'embarcation de sauve­ tage du type n° 1 , l'embarcation de sauvetage n° 2 (ou 1 une au moins des embarcations de ce type, si le navire en possède plusieurs) doit être pourvue d'un compas.» Art. 4. — Le Ministre de la Marine et le Ministre du Commerce et de l'Industrie sont chargés, chacun en qui le concer­ ne, de l'exécution du prèsent décret, qui sera publié au Journal officiel et inséré au Bulletin

des lois. l'ait à Paris, le 21 juin 1912.

A. FALLIÈRES. Par le Président de la République : Le Ministre de la Marine, Le Ministre du Commerce DELCASSÉ. et de l'Industrie, FERNNAD

DAVID.

9


— 130 — Direction centrale de la Navigation et des Pèches maritimes : Bureaudela navigation maritime Paris,

le 7 m a r s

1913.

RAPPORT AU P R É S I D E N T D E LA R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E

d'un décret modifiant

le règlement d'administration

du21 septembre 1908 maritime et de l'hygiene MONSIEUR

sur la sécurité de la à bord des navires de

suivi

publique navigation commerce.

LE P R É S I D E N T ,

Aux termes des articles 78, 81 et 100 (nouveau) du règlement d'administration publique du 21 septembres 1908, concernant la sécurité de la navigation maritime, tout bâtiment de pêche doit avoir à bord autant d'embarcations de sauvetage qu'il est nécessaire pour CONTENIR le personnel DU bord: la moitié au moins de ces embarcations doit appartenir aux types n° 1 OU n° 2, et les embarcations de pêche, doris PU warys, sont assimi­ lées aux embarcations du type n° 3 sans conditions de capacité. Or il se trouve que certains Iles navires de pèche (goélettes et trois-màts goélettes de l'armement de Saint-Malo, Granville et Cancale ) sont de dimensions trop réduites pour permettre d'embarquer, outre les doris de pèche et ceux de rechange, un canot de sauvetage n° 9 réglementaire-capable de contenir la moitié de l'équipage, cela sans apporter aux opérations de la pèche une entrave catégorique. Certains autres DE ces navires de pêche ( trois-mâts goëlettes de l'armement de Fécamp) peuvent bien, etand donnés leurs aménagements, embarquer un CANOT de l'espèce et en sont effec­ tivement d'ores ET déjà MUNIS, en prévision des opérations éventuelles DE deschouage, MAIS on ne peut songer à imposera ces navires L'installation DES porte-manteaux réglementaires, et LA manœuvrE DE mise à l'EAU de L'embarcation en question DANS CES conditions rudimentaires n'exige pas moisi d'une di­ ZAINE d'hommes, effectif supérieur à CELUI demeurant sur le navire pendant LES opérations de pèche. OR LES doris EN bois, que plus de vingt-cinq ans de pratique ont consacrés et que les MARINS Terreneuviers manœuvrent avec une habilité consommée ET UNE confiance absolue, constituent pour c e u x - C I , incontestablement, l'embarcation de sauvetage idéale, AUSSI facile à mettre à L'eau rapidement qu'à rembar­ QUER. D'AUTRE part, l'addition de flotteurs insubmersibles, si elle EST exigée par la législation EN vigueur pour permettre l'as-


— 131 — similation de ces doris à des embarcations de sauvetage n° 2 doit se faire sans aucune modification du principe de l'embar­ cation et dans des conditions qui permettes d'en libérer celleci aisément pour la pêche. Les expérience méthodiques faites par la Commission spé­ ciale que j'ai instituée ont amené celle-ci à la conclusion qu'un doris du type usuel présentant au moins 3 mètres cubes de capacité intérieur offrait des conditions de navigabilité satisfai­ sante avec un chargement maximum de cinq hommes. D'autre part, l'application à fin te! doris, avec cette limitation du per­ sonnel à y embarquer, des prescriptions réglementaires touchant les garnitures insubmersibles des embarcations de sauve­ tage du type n° 2 , conduit à l'adaptation de bourrelets de liège ou de kapok de 12 centimètres de diamètre et de 6 m . 60 de développement total au minimum (longueur précisément égale à celle des lisses des doris usuels); ta Commission a constaté, d'accord avec les armateurs, capitaines et marins présents, que cette adaptation pouvait se faire dans des conditions acceptables au point de vue de la facilité d'emboîtage des doris, soit que les uns fussent munis de bourrelets Intérieurs et les autres de bourrelets extérieurs, soit que la liaison du bourrelet à l'embarcation fui faite avec un mou suffisant par des bouts de bitord passés dans des troifs pratiqués à travers tes mem­ brures, parrallèlemeu! a la quille. Les considération! qui précédée! m'ont conduit à préparer le projet de décret ci-apres, qui a été soumis à l'examen du Conseil supérieur de la navigation maritime et aux délibérations du Conseil d"Etat, el que j'ai l'honneur, d'accord avec M. le Ministre du Commerce el de l'Industrie, de soumettre à votre haute sanction. Je vous prie d'agréer. Monsieur le Président, l'hommage de mon profond respect. LE Ministre

de

PIERRE

la

marine,

BAUDIN.

DÉCRET modifiant le règlement d'administration publique du 21 septembre 1 9 0 8 , sur la sécurité de la navigation mari­ time et l'hygiène à bord des navires de commerce. (Du 7 mars 1913.) LE

PRÉSIDENT

DE

LA

RÉPUBLIQUE

FRANÇAISE.

Sur le rapport du Ministre de la Marine et du Ministre du Commerce et de l'Industrie ;


— 132 — Vu la Soi du 17 avril [907 concernant la sécurité de la navi­ gation maritime et la réglementation du travail à bord des na­ vires de commerce ; Vu le règlement d'administration publiqie du 24 septembre 1908, sur la sécurité de la navigation maritime et l'hygiène à bord des navires de commerce, modifié par le décret du 4 août 1910 ; Vu l'avis du Conseil supérieur de la Navigation maritime; Le Conseil d'Etat entendu, DÉCRÈTE : e r

Article 1 . — Les dispositions de l'article 100 du règlement d'administration publique du 21 septembre 1908, modifié par le décret du 4 août 1910, sur la sécurité de la navigation mari­ time et l'hygiène à bord des navires de commerce, sont rempla­ cées par les dispositions suivantes : « Art. 100. - Tout bâtiment de pêche doit avoir à bord au moins une embarcation de sauvetage appartenant aux types n° 1 ou n° 2 déterminés par l'article 78. les embarcations de pêche, doris ou warys, étant, quelle que soit leur capacité, assimilées aux embarcations du type n° 3. « Toutefois aucune embarcation des types n° 1 ou n° 2 n'est exigée à bord des bâtiments utilisant pour la pêche des doris ou warys d'au moins 3 mètres cultes de capacité intérieure, si des doris ou warys munis d'un boudin de kapok ou de liège de 0 m. 12 de diamètre et d'une longueur d'au moins 6 m. 6 ) ou de tout système de garnitures insubmersibles équivalant, y sont affectés au sauvetage, et si les embarcations de ce genre sont en nombre suffisant pour contenir, en portant chacune cinq hommes au maximum, tout le personnel du bord. « Chacun de ces doris ou warys est muni des objets énumérés ci-après: « 2 jeux d'avirons et de tolets; « 1 écope ou un autre objet analogue pouvant servir à vider l'embarcation ; « 1 compas; « 1 signal pyrotechnique et un fanal avec ce qui est néces­ saire pour les allumer.


— 133 — « 4 j o u r s d e v i v r e s e t d'eau à r a i s o n d e 600 g r a m m e s d e b i s ­ c u i t e l d e 1 litre d ' e a u p a r h o m m e e t par jour.

« L e s d o r i s o u w a r y s munis d e g a r n i t u r e s

insubmersibles

s o n t s é p a r é s d e s d o r i s o u warys ordinaires e t n e sont e m p l o y é s p o u r la p è c h e q u a d é f a u t de c e s derniers. Il d o i t t o u j o u r s e n ê t r e g a r d é à b o r d u n n o m b r e suffisant pour contenir, à r a i s o n

d e c i n q hommes par embarcation, le personnel r e s t é s u r le navire.» Art. 2 . Le Ministre de la M a r i n e et le Ministre du Com­ merce et de l'Industrie sont c h a r g é s , c h a c u n en ce qui le c o n ­ c e r n e , de l'exécution du présent décret, qui s e r a publié au Journal officiel et inséré au Bulletin des lois.

Fait à Paris, le 7 mars 1913. R . POINCARÉ Par le Président de la R é p u b l i q u e ,

Le Ministre PIERRE

de la

Marine,

BAUDIN.

Le Ministre du Commerce et de l ' I n d u s t r i e .

GUIS'HAU.


BULLETIN OFFICIEL DE

G U Y A N E

LA

F R A N Ç A I S E

N° 11.

N O V E M B R E 1913.

SOMMAIRE Pages. N° 397. — Arrêté du 15 novembre 1913 relatif à la publicité à donner aux décisions pronon tant interdiction ou nom­ mant un conseil judiciaire N° 398. — Arrêté du 13 novembre 1913 fixanl les emoluments alloués aux greffiers de la Cour et des Tribunaux de la colonie N° 399. — Arrêté du 13 novembre 1913 réglementant les dispo­ sitions applicables aux permissions de voirie concer­ nant les routes ou chemins classés de l'Ile-de-Cayenne. N° 400. — Arrêté du 22 novembre 1913. — Promulgation du dé­ cret du 18 octobre 1913, fixant le maximum des dé­ penses obligatoires incombant à la colonie Décret du 18 octobre 1913 fixant la nomenclature et le maximum des dépenses obligatoires du Service local de la Guyane pour les exercices 1 9 1 4 - 1 9 1 3 . . . . N° 401. — Arrêté du 28 novembre 1913 autorisant la création d'une société à Saint-Laurent du Maroni sous la de­ nomination L'Amicale 544 N° 402. — Décision du 28 novembre 1913 réglant l'allocation de l'indemnité de déménagement aux militaires de tous grades en service a la Guyane et à la charge du bud­ get colonial, aux officiers et agents détachés hors cadres a l'Administration pénitentiaire ou appelés a servir sur les établissements pénitentiaires de la Guyane N° 403 à 413. — Nominations, m u t a t i o n s , congés, etc

38

528

529

534

541

541

544 546


— 528 — N° 397. — A R R Ê T É relatif à la publicité à donner aux dé­ cisions prononçant interdiction on nommant un conseil judiciaire. 15 novembre 1913. LE

GOUVERNEUR

p . i.

de la Guyane française,

Vu la loi du 16 m a r s 1893, relative à la publicité à donner a la décision qui p o u r r i t un i n d i v i d u d ' u n conseil j u d i c i a i r e : Vu le d é c r e t d u 9 mai 1893 : Vu l'article 66 de l ' o r d o n n a n c e d u 27 a o û t

1828;

S u r le rapport d u Procureur général, Chef du s e r v i c e judi­ ciaire : Le Conseil privé entendu, AVONS A R R Ê T É

Article

e r

1 .

ET ARRÊTONS

ce qui suit :

Le registre spécial s u r lequel l e s greffiers

i n s c r i v e n t , a p r è s vérification a u x r e g i s t r e s d e l'étal civil d e l'identité des i n d i v i d u s qu'ils concernent, les extraits som­ maires d e s jugements ou a r r ê t s portant soit interdiction ou nomination de conseil judiciaire, soit m a i n - l e v é e d'interdiction ou d e c o n s e i l j u d i c i a i r e , est divisé e n n e u f c o l o n n e s , c o m p r e ­ nant :

1° Le nom de famille d e l'interdit ou de l'individu pourvu d'un conseil judiciaire, ses prenoms et surnoms, les n o m s et prénoms de son père et d e sa mère, la d a t e et le lieu d e sa n a i s s a n c e , s o n d o m i c i l e et sa p r o f e s s i o n ; 2 la d é s i g n a t i o n d u T r i b u n a l o u d e la Cour d ' a p p e l q u i a prononcé l'interdiction ou n o m m é le conseil judiciaire, la date et la n a t u r e de la déci­ sion d e v e n u e définitive ; 3° la d a t e d e la t r a n s m i s s i o n p a r l ' a v o u é d e l'extrait s o m m a i r e d u j u g e m e n t et d e l'arrêt; 4° la

d a t e d e la mention par le greffier s u r le registre spécial; 5° la date d e l'envoi p a r le greffier à l'avoué du certificat c o n s t a t a n t l ' a c c o m p l i s s e m e n t d e la formalité ; 6° la d é s i g n a t i o n d e la j u r i ­ d i c t i o n q u i a d o n n é main-levée d e l'interdiction ou d u c o n s e i l j u d i c i a i r e , la d a t e et la nature d e la décision devenue d é f i n i ­ t i v e ; 7° la d a t e d e la t r a n s m i s s i o n par l ' a v o u é de l'extrait s o m m a i r e d u j u g e m e n t o u d e l'arrêt p o r t a n t m a i n - l e v é e ; 8° la d a t e d e la m e n t i o n par le greffier s u r le r e g i s t r e s p é c i a l ; 9° la d a t e d e l'envoi p a r le greffier à l ' a v o u é d u certificat c o n s t a t a n t

l'accomplissement d e la formalité.


—529— Art. 2. - Ce registre est tenu s o u s la surveillance du Pro­ cureur de la République, qui vérifiera l'exactitude des mentions q u i y seront portées. Art. 3 . L'extrait sommaire du jugement ou de l'arrêt contient, outre l e s n o m s et demeure de l'avoué qui l'a obtenu, les indications portées a u x numéros 1° et 2° ou 6° de l'article 1 du présent décret. L'avoué envoie cet extrait par lettre recommandée, suivant les c a s , au greffier d u T r i b u n a l civil du lieu de naissance du défendeur ou au greffier du T r i b u n a l civil d e la S e i n e , a u c u n acte de dépôt n'est d r e s s . Le greffier t r a n s m e t à l'avoué, par lettre recommandée, le certificat constatant l'accomplissement de la formalité. e r

Art. 4. il est alloué à l ' a v o u e dé première i n s t a n c e p o u r redaction el la transmission de l'extrait s o m m a i r e de Juge­ ment, y compris les Irais de recommandation ,de la lettre, un la

émolument de 9 f r a n c s . Art. 5. Le P r o c u r e u r général, Chef du s e r v i c e j u d i c i a i r e , est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera e n r e ­ gistré et communiqué partoul où b e s o i n sera, publié au Journal officiel et inséré au Bulletin officiel de la colonie.

Cayenne, le 15 n o v e m b r e 1913. DIDELQT

Par le Gouverneur : Le Procurent

général.

GEORGES LÉVY.

N° 3 9 8 . — ARRÊTÉ fixant les émoluments alloués aux greffiers de la Cour et des Tribunaux de la colonie (15 novembre 1913.) LE

GOUVERNEUR

p. i..de la Guyane

française,

Vu l'article 66 de l'ordonnance organique d u 27 a o ù t 1828: Vu l'article ! 1 de la loi d u 24 a v r i l 1833 :

Vu l'arrêté du 28 septembre 1852, déterminant qui donnent d r o i t à d e s a l l o c a t i o n s a u x

pour chaque

a c t e le p r i x

de

la

greffiers

fixant

rétribution.;

C o n s i d é r a n t q u e les a l l o c a t i o n s fixées p a r p l u s en r a p p o r t a v e c la situation d e la est j u s t e , e n o u t r e , d e l'aire b é n é f i c i e r les

ont

les actes et

cet

arrêté

ne

colonie; qu'il greffiers d e la


— 530 — Guyane des rétributions accordées à ceux de la Métropole; Vu lés avis favorables émis par la Cour d'appel et le Tribunal de 1re instance de Cayenne ; Sur le rapport du judiciaire ;

Procureur général, Grief du service

De l'avis du Conseil privé, ARRÊTÉ: e r

Article rapporté.

1 .

L'arrêté susvisé du 28 septembre 1852 est

Art. 2. après :

- Les

GREFFIERS AURONT

Art. 3. Les percevront :

greffiers er

(Art,

1

droit aux

émoluments

des Tribunaux de

§ 1, décret du 24 mai

re

1

ci-

instance

1854.)

1° Pour tout dépôt de copies collationnées des contrats translatifs de propriété 4 fr. 50 (Art.

er

1

§ 2, décret du 24 mai

1854.)

2° Pour

tout extrait à afficher i 1 fr. 50 Plus, par chaque acquéreur en sus, lorsqu'il y a des lots distincts 0 fr. 75 er

(Art. 1 ,

§ 3 décret du 24 mai

1854.)

3° Pour-soumission de caution, avec dépôt de pièces, dé­ claration affirmative, déclaration de surenchère Ou de colli­ mami, certificat relatif aux saisies-arrêts sur cautionnement et aux condamnations pour faits de charge, acceptation bénéficiaire, renonciation à communauté ou à succession. 3 fr. » (Art. 1 , § 4, décret du 24 mai 1851.) er

4° Pour bordereau ou mandement de collocation, certificat ce propriété 3 fr. » Si le montant du bordereau ou du mandement s'élève à 3,000 francs ou si le certificat de propriété s'applique à un capital de pareille somme, l'émolument est de. . . 4 fr. 50 er

(Art. 1 , § 5, décret du 24 mai

1854.)

5° Pour opérer le dépôt d'un testament olographe, ou mystique, non compris le transport, s'il y a lieu .. 9 fr. »


— 531 — er

(Act. 1

§ 6, décret du 24 mai 1854.)

6° Pour communication d e s pièces et des procès-verbaux ou états de collocation, d a n s les procédures d'ordre et d i s t r i b u t i o n par contribution, quelque soit le n o m b r e d e s p a r ­ ties, si la somme à distribuer n'excède, p a s 10,000

francs

7 fr. 50

Si elle dépasse ce

chiffre.

15

fr. »

er

(Art 1 , § 7, décret du 24 mai 1854.) 7° Pour tout a c t e , déclaration ou certificat fait o u t r a n s c r i t a u greffe, et qui ne d o n n e p a s lieu à u n e m o l u m e n t p a r ­ t i c u l i e r , quel que soil le n o m b r e d e s p a r t i e s . . . . . . . 2 fr. 25 (Art. 1 , er

§ 8

décret du

24

mai

1854.)

8° P o u r c o m m u n i c a t i o n , s a n s d é p l a r e m e n t , d e pièces d o n t le d é p ô t e s t c o n s t a t é p a r un acte d u greffe 1 fr. 50

Dans les affaires où il y a constitution d ' a v o u é , c e d r o i t n e peut être perçu qu'une fois pour chaque avoué à qui la commu­ nication est faite, quel que s o i t le n o m b r e d e s p a r t i e s et à la c h a r g e de justifier d'une réquisition écrite en marge d e Pacte de d é p ô t . er

(Art. 1 , § 9, décret du 24 mai 1854.) 9° P o u r recherche des actes, j u g e m e n t s et faits o u rendus d e p u i s plus d'une a n n é e et d o n t

ordonnances il n'est pas

demandé expédition : P o u r la premiere année indiquée Pour chacune des années suivantes

0

fr. 0

75 fr. 50

er

(Art. 1 , § 10, décret du 24 mai 1854.) 10° Pour chaque légalisation d'acte, même de l'état civil Toutefois,

0 fr. 40 les légalisations d'ailes délivrés s u r papier libre

aux administrations publiques ne seront payées qu'à raison de 0. 2 5 , sur états dressés p a r les greffiers à la fin dé chaque

trimestre. e r

(Art. 1 , § 11. décret du 24 mai 1854.) 11° Pour l'insertion au tableau placé d a n s l'auditoire du tribunal de chaque extrait d'acte ou de jugement soumis à cette formalité 0 fr. 7 5


— 532 — (Art.

er

1,

§ 12, décret du 2 4 mai 1854.)

12° P o u r visa d'exploits

0

fr.

40

er

(Art. 1 , § 13, décret du 24 mai 1854.) — Lés greffiers ont droit à l'émolument de 0,10 pour l'inscription des émises au rôle (Cassal. 16 février 1863. Circul. Garde des sceaux, 2

juillet

1864.)

13° Pour la mention de chaque acte sur le répertoire prescrit par l'article 66 de l'ordonnance du 31 décembre 1828, sur l'enregistrement ( matières civile et correctionnelle ). et pour l'inscription de chaque cuise au rôle ( matière civile) .. ... 0 fr. 10 (Arrêté du 28 septembre 1852.) 14° Pour expédition d'un acte de n a i s s a n c e , de décès, de publication de m a r i a g e 1 fr. 5 0 15° P o u r expédition d'un acte de m a r i a g e d e d i v o r c e ou d'adoption

2 fr. 5 0

16° P o u r rédaction d e s tables décennales de l'état civil, par

chaque

nom

,.... (Pas de

0 fr. 0 8 texte.)

17° P o u r reconstitution de registres de suite d e p e r l e ou d e détérioration:

l'étal civil,

par

Par chaque acte d e mariage ou d e divorce . . . 0 fr. 9 0 P a r c h a q u e acte d e n a i s s a n c e , d e décès, d e publication de mariage 0 fr. 75 Par chaque mention portée en marge, et chaque table 0 fr. 4 0 er

(Art. 1 , ordonnance

er

du 1 octobre 1841.)

18° P o u r c o m m u n i c a t i o n , s a n s déplacement, c a h i e r d e s c h a r g e s d r e s s é pour p a r v e n i r à la v e n t e des biens immeubles que du procès-verbal d ' e x p e r ­

tant du judiciaire

tises ; 2 2 fr. 50 Quand l'expertise a été ordonnée en matière de licitation 18 fr. » ( C e droit sera payé p a r la p a r t i e poursuivante t o r s du pre­ mier dépôt au greffe soit d u procès-verbal d ' e x p e r t i s e , soit du cahier des charges).


— 533 — (Art. 6 décret du 9 mai 1893.) L'allocation prévue à l'ar­ ticle 3, n° 13, doit se cumuler avec celle dé l'article 6, n° 3 (Cassat. 16 f é v r i e r 1863. Circul, Garde des sceaux. 2 juillet 1864. 19° P o u r la m e n t i o n s u r le registre s p é c i a l d e l'extrait s o i n m a i n d u jugement o u de l'arrêt portant soit interdiction o u n o m i n a t i o n d e c o n s e i l judiciaire, soit main-levée d'interdiction ou de conseil judiciaire 3 fr. » Art. 4. Ils percevront, p a r chaque rôle d'expédition, en matière

civile et c o m m e r c i a l e

0 fr. 90

((Art.6,décret du24 mai 1854.) Art.

5.

Le

greffier de la Cour d'appel a u r a droit au double

d e s a l l o c a t i o n s établies p a r les n

os

7, 8, 9, 10, 11, 12 et 13

d e l'article 3 et par l'article 4 d u p r é s e n t arrêté. Art. 6. Indépendamment des allocations fixées aux articles 9 et suivants du décret d u 16 février 1807, l e s greffiers de j u s t i c e d e paix percevront les émoluments fixés p a r le décret du 8 février 1895, p o u r la procédure de saisie-arrét sur les s a l a i r e s et p e t i t s traitements des ouvriers et employés, er

(Art. 1 décret du 24 mai 1871.) Art. 7.— Il e s t a l l o u e aux greffiers de la Cour d ' a p p e l et d e s Tribunaux d e 1 instance, comme remboursement du pa­ pier timbré (en m a t i è r e s civile et commerciale): 1° P o u r chaque arrêt o u j u g e m e n t r e n d u à la requête des parties, c e u x de simple remise exceptés 1 fr. 20 2° Pourchaque acte porté sur un registre timbré. 0 fr. 60 re

er

(Art. 1 , décret du 24 mai 1871.) 3° P o u r chaque mention portée s u r u n r e g i s t r e timbré, y compris le répertoire e n matières civile et c o r r e c t i o n n e l l e , et indépendamment dé l'émolument p r é v u a u n° 13 de l'ar­ ticle 3

0 fr. 25

(Art. 3, décret du 24 novembre 1871.) 8. — Il est alloué a u x greffiers d e la j u s t i c e d e p a i x . à titre de remboursement d u p a p i e r timbré: 1° P o u r chaque j u g e m e n t porté s u r la feuille d ' a u d i e n c e . Art.

c e u x d e r e m i s e exceptés

2° P o u r chaque jugement d e r e m i s e

0 fr. 8 0

0 fr. 25

3° P o u r le procès-verbal d e conciliation i n s c r i t s u r u n re­ gistre t i m b r é

0 fr. 60


— 534 — 4° P o u r le procès-vérbal sommaire constatant que les parties n'ont pu ètre conciliées 0 fr. 30 5° Pour chaque mention sur un registre timbré. 0 fr. 25 Art. 9. — Le décret du 10 février 1807 et l'ordonnance du 10 octobre 1841, c o n c e r n a n t le tarif des frais en m a t i è r e c i v i l e et le tarif des ventes d'immeublés ; le décret du 18 juin 1811. contenant le tarif d e s frais en m a t i è r e criminelle, correctionnelle et de simple police : le décret du 18 juin 1880, portarli fixation des émoluments des greffiers du T r i b u n a ! de commerce ; l'ord o n n a n c e du 18 septembré portant tarif en matière d'expropriation pour c a u s e (rutilile publique, continueront à ètre appliqués tels qu'ils ont été promulgués,, a i n s i que tous a u t r e s tarifs régulièremeht promùlgués, et n o n contraires au présent arrété. Art. 10. Le Procuréur général, Chef du service judiciaire, est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui s e r a enregistré et Communiqué partout où besoin s e r a , public au Journal officiel et inséré au Bulletin officiel d e la colonie.

Cayenne, le 15 novembre 1918. DIDELOT. Par

le G o u v e r n e u r :

Le Procureur général, GEORGES LÉVY.

N° 399. — ARRÊTE réglementant les dispositions appli­ cables aux permissions de voirie, concernant les routes ou chemins classés de l'Ille-de-Cayenne. 15 n o v e m b r e LE

GOUVERNEUR

1913

p, i. de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828 ; Vu les arrêtés des 10 octobre 18G3, 10 avril 1865, 13 août 1808, portant classement des roules de l'Ile-de-Cayenne ; Considérant que l'Administration est chargée d'assurer la libre circulation sur les routes ainsi que l'uniformité dans les règles relatives aux constructions et aux plantations, de pro­ noncer sur les diverses demandes faites par les particuliers, d'empêcher ou de poursuivre les contraventions en matière voirie ;


535

C o n s i d é r a n t q u e les d é c i s i o n s ou a r r ê t é s s p é c i a u x , a n n o n c é s p a r l ' a r r ê t é du 10 o c t o b r e 1 8 0 3 ( a r t . 12) et q u i d e v a i e n t n o ­ t a m m e n t d é t e r m i n e r les obligations d e s p r o p r i é t a i r e s river a i n s , e n ce qui c o n c e r n e les c o n s t r u c t i o n s , les p l a n t a t i o n s , l e s d é p ô t s , e t c . , é t a b l i s ou à é t a b l i r le l o n g d e la v o i e p u ­ blique, n'ont jamais été pris ; C o n s i d é r a n t q u ' i l est I n d i s p e n s a b l e : tant p o u r s u p p r i m e r les d o m m a g e s c a u s é s aux r o u t e s de l ' I l e - d e - C a y e n n e q u e pour é v i t e r q u e l'ou s o i t d a n s l ' o b l i g a t i o n de d r e s s e r d e s p r o c è s v e r b a u x d e c o n t r a v e n t i o n , d e f a i r e c o n n a î t r e ou d e r a p p e l et a u x p r o p r i é t a i r e s r i v e r a i n s l e u r s d r o i t s et l e u r s d e v o i r s ; S u r la p r o p o s i t i o n

d u C h e f du s e r v i c e d e s T r a v a u x p u b l i e s

et d e s Mines et l'avis c o n f o r m e de M.

le P r o c u r e u r

général,

Chef du service j u d i c i a i r e ; Le

Conseil

privé

entendu,

ARRÊTE : e r

Article 1 . — Les dispositions ci-après seront applicables a u x p e r m i s s i o n s d e v o i r i e c o n c e r n a n t l e s r o u t e s ou C h e m i n s c l a s s é s de l'IIe-de-Cayenne d é s i g n é s c i - a p r è s : 1° R o u t e c o l o n i a l e n° 2 , de C a y e n n e au D é g r a d - l e s - C a n n e s (boulevard Jubelin, Baduel, Rémire-Béauregard, Dégrad-des C a n n e s ) a r r ê t é du 10 o c t o b r e 1 8 6 3 ; 2° R o u t e c o l o n i a l e n° 3 , d u k i l o m è t r e 7 d e la r o u t e n° 2 à la p r i s e d ' e a u d u R o r o t a ( a r r ê t é du 1 3 a o û t 1 8 6 8 ) ; 3° C h e m i n v i c i n a l d e C a y e n n e au D é g r a d - d e s - C a n n e s p a r M o n t j o l y et la C ô t e ( a r r ê t é d u 10 a v r i l 1865) ; 4° C h e m i n v i c i n a l dit d e C a b a s s o u a l l a n t d e la r o u l e d e la M a d e l e i n e au b o u r g d e R é m i r e - B e a u r e g a r d s u r la r o u t e n° 2 (11 juillet

1866);

5° C h e m i n d ' i n t é r ê t c o m m u n de C a y e n n e à A p p r o u a g u e dit d e M a t o u r y , p a r t i e c o m p r i s e e n t r e la r o u t e de la M a d e l e i n e e t le b o u r g d e M a t o u r y ( a r r ê t é du 10 a v r i l 1 8 0 5 ) ; 6° C h e m i n v i c i n a l d e M o n t a b o , d u c a m p S a i n t - D e n i s à M o n t a ­ bo et B o u r d a et R o u t e coloniale n° 2 ( a r r ê t é d u 10 a v r i l 1 8 6 6 ) ; CHAPITRE

1

e r

.

A L I G N E M E N T S ET AUTORISATIONS DIVERSES.

Section

I

Dispositions

générales.

Art. 2 — Nul ne pourra, s a n s y être p r é a l a b l e m e n t a u t o r i s é , faire a u c u n o u v r a g e d e n a t u r e à i n t é r e s s e r ta c o n s e r v a t i o n d e


— 536 — la voie publique on la facilité de la circulation sur le sol ou le long des chemins el spécialement : 1° Faire sur ces chemins ou leurs dépendances a u c u n e tranchée, ouverture, dépôt de pierres, terres, lumiers, d é ­ combres ou autres m a t i è r e s : 2° Y enlever du gazon, du gravier, du sable de la terre ou autres matériaux ; 3° Y étendre aucune espèce de p o d u i t s ou m a t i è r e s ; 4° Y déverser des eaux quelconques, de manière à cau­ ser d e s d é g r a d a t i o n s . 5° Etablir sur les fossés des barrages, écluses passages p e r m a n e n t s ou temporaires ; 6° Construire, reconstruire on réparer aucun bàtiment, m u r ou clôture quelconque, a la limite des c h e m i n s ; 7° Ouvrir des fossés, planter des arbres, bois taillis ou haies le long desdits chemins; 8° Etablir des puits ou citernes a une distance moindre que celle fixée par l'arrêté d'autorisation. Toute d mande à fin d'autorisation desdits ouvrages ou travaux devra être présentée sur papier timbré et adressée au Gouverneur. Art. 3. — l e s autorisations seront données par le Gouvereur, sur l'avis du service des Travaux publics. Art. 4. — Dans aucun cas, le service des Travaux publies ne pourra donner d'autorisations verbales. L e s autorisations devront faire l'objet d'un arrêté dont une expédition sera r e m i s e aux parties intéressées. Elles ne seront valables que pour un an, à partir de la date des arrêtés et sont périmées de plein droit, si l'on n'en a pas fait usage avant l'expiration de ce délai. Art. 5. — Toute autorisation de quelque nature qu'elle soit réservera expressément les droits des t i e r s ; elle stipu­ lera, pour les ouvrages a établir sur la voie publique ou ses dépendances, l'obligation d'entretenir constamment ces o u ­ vrages en bon état, les arrêtés d'autorisation porteront q u e ces autorisations seront révocables, soit dans le cas où le per­ missionnaire ne remplirait pas les conditions imposées, soit si la nécessité en était reconnue dans un but d'utilité publique.

S e c t i o n I I . — Plantations

d'arbres

et de haies.

Art. G. — Aucuue plantation d'arbres ne pourra être effec-


— 537 — tuée le long et joignant les chemins qu'en observant les d i s ­ tances fixées par l'arrêtè d'autorisation. Les arbres de h a u t e futaie ne pourront être plantes à moin de ceux mètres en arrière de l'alignement de la route et les arbres fruitiers à moins de un m è t r e cinquante en arrière de ce même alignement. Les plantations laites a n t é r i e u r e m e n t à la publication du p r é s e n t arrêté et à des distances m o i n d r e s que celles qu'il prescrit pourront être c o n s e r v é e s , mais elles ne pourront être renouvelées qu'à la charge d'observer les distances fixées. Art. 7. — Les baies sèches, barrières, palissades, clôtures a claire-voie on levées en terre formant clôture seront placées : Dans les traverses, Sur l'alignement fixé par les c o n s t r u c ­ tions, et, hors les traverses, de m a n i è r e a ne pas empiéter sur. les talus de déblai ou de remblai du chemin ni s u r ses dépendances. Les clôtures visées ci-dessus, posées antérieur, ment a la publication du présent arrêté, devront être posées à la limite p r é v u e pour les chemins ou à la limite d e s propriétés rive­ raines dans un délai maximum de six m o i s . La délimitation, qui devra ètre d e m a n d é e par les proprié­ taires r i v e r a i n s , avant l ' e x p i r a t i o n de ce d e r n i e r délai, sera faite par un agent du service des Travaux p u b l i c . Art. 8 . — L e s haies v i v e s ne pourront être plantées à une distance de la limite extérieure des chemins moindre de cin­ quante

Centimètres.

Art. 9 . — Les haies vives plantées antérieurement à !a publication du présent a r r ê t é , a des distances m o i n d r e s que celleS prescrites par l'article 8, pourront être c o n s e r v é e s ; mais elles ne pourront être renouvelées qu'à la charge d'ob­ server cette distance.

Section I I I . —

Elagage.

Art. 1 0 . — Les arbres, les branches, les haies et les racines qui avanceraient sur le sol des chemins seront cou­ p é s à l'aplomb des limites de ces c h e m i n s , à la diligence des propriétaires ou des fermiers. Art. 11. — Si le propriétaire ou le fermier négligeait ou refusait de se conformer ans p r e s c r i p t i o n s q i précé­ d e n t , i l en serait dressé procès-verbal pour être statué par l'autorité c o m p é t e n t e .


538

S e c t i o n I V . — Fossés appartenant

à des

particuliers.

A r t . 1 2 . —- L e s p r o p r i é t a i r e s r i v e r a i n s ne p o u r r o n t o u v r i r •les fosses le l o n g d ' u n c h e m i n a une d i s t a n c e d e la l i m t e d u c h e m i n m o i n d r e de un m è t r e c i n q u a n t e c e n t i m è t r e s . A r t . 1 3 . — T o u t p r o p r i é t a i r e qui a u r a fait o u v r i r d e s fussés s u r s o n t e r r a i n , le l o n g d ' u n c h e m i n , d e v r a , e n t r e t e n i r c e s f o s s é s de m a n i è r e à e m p ê c h e r q u e les e a u x n u i s e n t a la v i a b i ­ lité d u c h e m i n . A r t . 14. — Si les f o s s é s o u v e r t s p a r d e s p a r t i c u l i e r s s u r l e u r t e r r a i n , le l o n g d ' u n c h e m i n , a v a i e n t u n e p r o f o n d e u r tel e q u ' e l l e pût p r é s e n t e r d e s d a n g e r s p o u r la c i r c u l a t i o n , l e s p r o ­ p r i é t a i r e s s e r o n t t e n u s d e p r e n d r e les d i s p o s i t i o n s q u i l e u r s e r o n t p r e s c r i t e s p o u r a s s u r e r la s é c u r i t é du p a s s a g e ; i n j o n c ­ tion l e u r s e r a faite à cet effet p a r le S e r v i c e d e s T r a v a u x p u ­ blics .

S e c t i o n . V . — Etablissements d'ouvrages divers joignant ou traversant la voie publique. A r t . 1 5 . — L ' é c o u l e m e n t d e s e a u x n e peut, ê t r e d a n s l e s fossés d e s c h e m i n s .

intercepté

L e s a u t o r i s a t i o n s p o u r r é t a b l i s s e m e n t par les p r o p r i é t a i r e s r i v e r a i n s , d ' a q u e d u c s et d e p o n c e a u x s u r l e s f o s s é s d e s c h e ­ m i n s , r é g l e r o n t le m o d e d e c o n s t r u c t i o n , les d i m e n s i o n s à d o n n e r a u x o u v r a g e s et les m a t é r i a u x à e m p l o y e r ; e l l e s stipu­ l e r o n t t o u j o u r s la C h a r g e d e l ' e n t r e t i e n par l ' i m p é t r a n t et le r e t r a i t de l ' a u t o r i s a t i o n d o n n é e d a n s le c a s o ù les c o n d i t i o n s p o s é e s n e s e r a i e n t p a s r e m p l i e s , ou q u ' i l s e r a i t r e c o n n u que c e s o u v r a g e s n u i s e n t à l ' é c o u l e m e n t d e s e a u x on à la c i r c u l a t i o n . H o r s les t r a v e r s e s d e s villes ou b o u r g s , d e s p a s s e r e l l e s e n b o i s p o u r r o n t ê t r e a u t o r i s é e s p o u r r é t a b l i r la c o m m u n i c a t i o n e n t r e le c h e m i n et les p r o p r i é t é s r i v e r a i n e s : e l l e s d e v r o n t t o u ­ j o u r s ê t r e é t a b l i e s de m a n i è r e à ne pas d é f o r m e r le profil nor­ mal d u c h e m i n . A r t . 1 6 . — Les a u t o r i s a t i o n s pour l'établissement de c o m ­ m u n i c a t i o n s , d e v a n t t r a v e r s e r les c h e m i n s v i c i n a u x , i n d i q u e ­ r o n t l e s m e s u r e s à p r e n d r e p o u r assurer la facilité et la s é c u r i t é d e la c i r c u l a t i o n . A r t . 1 7 . — T o u t p r o p r i é t a i r e a u t o r i s é à faire u n e c l ô t u r e o u à e x é c u t e r d e s o u v r a g e s s u r l e sol d e la voie p u b l i q u e p e u t ,


— 539 — avant de commencer ses travaux. demander au Service des Travaux publics qu'il soit procédé à la vérification de l'im­ plantation des ouvrages. Cette vérification est, dans ce cas, faite sans retard par le service compétent. Art. 18. — Les échafaudages ou dépens de matériaux qu'il pourra être nécessaire de (aire sur le sol des chemins seront éclairés la nuit. Leur saillie sur la voie publique sera de un mètre cinquante au plus. Ils seront disposés de manière a ne pas entraver l'écoulement des eaux sur la roule Ou ses dépen­ dances. CHAPITRE II. —MESURESDE Section I . —

POLICE

Dispositions

ET DE CONSERVATION.

générales.

Art. 19. — 11 est défendu d'une manière absolue: 1° De laisser stationner, sans nécessité, sur les chemins et leurs dépendances aucune voiture, machine ou instrument aratoire, ni aucun troupeau, bêlé de somme ou de trait ; 2° De mutiler les arbres qui y sont plantés, de dégrader les bornes, poteaux et tableaux indicateurs, parapets des ponts et autres ouvrages ; 3° De dépaver les lits chemins ou dépendances ; 4° D'enlever les pierres, les fers, bois et autres matériaux destinés aux travaux ou déjà mis eu œuvre; 5° De jeter sur lesdits chemins ou dépendances des pierres ou autres matières provenant des terrains voisins; 6° De les parcourir avec des instruments aratoires, sans avoir pris les précautions nécessaires pour éviter toute dégra­ dation ; 7° De dété forer les berges, talus, fossés ou les marques indicatives de l e u r l a r g e u r ,

8° De labourer ou cultiver leur sol; 9° D'y faire ou d'y laisser paître aucune espèce d'animaux; 10°D'yfaire aucune anticipation ou usurpation ou a u c u n ouvrage qui puisse apporter un empêchement an libre écoule­ ment des eaux ; 11° D'établir aucune excavation ou construction sous la voie publique ou ses dépendances. Art. 20, — Les propriétaires des terrains supérieurs bor­ dant les chemins vicinaux sont tenus d'entretenir toujours en


— 540 — bon état l e s r e v ê t e m e n t s ou l e s m u r s c o n s t r u i t s p a r e u x et destinés à soutenir ces terrains. A r t . 2 1 . — Si la c i r c u l a t i o n s u r u n c h e m i n v e n a i t à ê t r e i n t e r c e p t é e p a r u n e oeuvre q u e l c o n q u e , n o t a m m e n t p a r d e s a r b r e s l o m b e s d e s p r o p r i é t é s r i v e r a i n e s , le s e r v i c e d e s Travaux publics y pourvoirait d ' u r g e n c e . En c o n s é q u e n c e , a p r è s u n e s i m p l e s o m m a t i o n é c r i t e du s e r vice d e s T r a v a u x p u b l i c s , l'arbre s e r a i t e n l e v é ou l ' œ u v r e s e r a i t d é t r u i t e d'office et les lieux r é t a b l i s d a n s l e u r a n c i e n é t a t , a u x l i a i s et r i s q u e s d e o u i il a p p a r t i e n d r a i t et s a n s p r é j u d i c e d e s p o u r s u i t e s à exercer c o n t r e q u i de droit.

Section I I .

Ecoulement

naturel

des eaux.

A r t . 2 2 . — L e s p r o p r i é t é s RIVERAINES s i t u é e s e n c o n t r e b a s d e s c h e m i n s vicinaux sont assujetties a recevoir l e s eaux qui découlent naturellement de c e s chemins. LES p r o p r i é t a i r e s d e CES t e r r a i n s n e p o u r r o n t faire a u c u n e œ u v r e q u i tende a e m p ê c h e r le libre é c o u l e m e n t d e s e a u x q u ' i l s s o n t t e n u s d e r e c e v o i r ET a LES F a i r e s é j o u r n e r d a n s les f o s s é s o u refluer s u r le s o l d u c h e m i n . A r t . 23. — L ' a u t o r i s a t i o n d e t r a n s p o r t e r l e s e a u x d ' u n côté à l ' a u t r e d ' u n c h e m i n v i c i n a l n e set a d o n n é e q u e s o u s la r é s e r v e d e s d r o i t s d e s t i e r s . Il y s e r a t o u j o u r s s t i p u l é , p o u r l ' A d m i n i s t r a t i o n , la f a c u l t é d e f a i r e s u p p r i m e r l e s c o n s t r u c ­ t i o n s f a i t e s , si e l l e s é t a i e n t m a l e n t r e t e n u e s ou si e l l e s d e v e ­ n a i e n t n u i s i b l e s à la v i a b i l i t é du c h e m i n .

S e c t i o n I I I . — Mesures ayant pour des voyageurs.

objet

la

sûreté

A r t . 2 4 . — Il e s t i n t e r d i t d e p r a t i q u e r , d a n s l e v o i s i n a g e des c h e m i n s vicinaux, d e s excavations de q u e l q u e nature q u e c e s o i t , s i c e n ' e s t à un m è t r e c i n q u a n t e a u m i n i m u m , à p a r ­ t i r d e la l i m i t e d e s d i t s c h e m i n s . A r t . 2 5 . — L e s e r v i c e d e s T r a v a u x p u b l i c s Veillerai a la s o l i d i t é d e s c o n s t r u c t i o n s b o r d a n t les c h e m i n s et p r e n d r a l e s m e s u r e s n é c e s s a i r e s p o u r s a u v e g a r d e r TA s é c u r i t é d e s p a s s a n t s . C H A P I T R E III. —

POURSUITE ET

RÉPRESSION

DES CONTRAVENTIONS. A r t . 2 0 . — T o u t e s c o n t r a v e n t i o n s aux d i s p o s i t i o n s du p r é s e n t a r r ê t e sont c o n s t a t é e s p a r p r e c è s - v e r b a u x d e s agents d u s e r v i c e d e s t r a v a u x p u b l i c s et p a r l e s g e n d a r m e s . A r t . 2 7 . — L e présent a r r ê t é sera e n r e g i s t r é et c o m m u n i -


541

q u é p a r t o u t où b e s o i n s e r a , i n s é r é et publié au Journal Bulletin

officiels

et au

de la c o l o n i e .

C a y e n n e , le loi n o v e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. P a r le G o u v e r n e u r :

L'ingénieur. Chef da service des Travaux publics et des Mines. GAIAN.

N° 4 0 0 . — ARRETE. — Promulgation du décret du 18 octobre 1913, fixant le maximum des dépenses obligatoires incombant à la colonie. ( 22 n o v e m b r e 1913. ) Le

Gouverneur

p . i. d e

la G u y a n e f r a n ç a i s e ,

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 2 7 a o û t 1 8 2 8 ; Vu le d é c r e t d u 18 o c t o b r e 1913, p a r l a n t f i x a t i o n de la n o m e n c l a t u r e et d u m a x i m u m d e s d é p e n s e s o b l i g a t o i r e s i n c o m b a n t a la c o l o n i e , p o u r l e s a n n é e s 1914-1915, ARRÊTE. : er

A r t i c l e 1 . — E s t p r o m u l g u é d a n s la c o l o n i e , p o u r y ê t r e e x é c u t é d a n s s a f o r m e e t t e n e u r , le d é c r e t d u 18 o c t o b r e 1913, p o r t a n t f i x a t i o n d e la n o m e n c l a t u r e e t d u m a x i m u m des d é p e n s e s o b l i g a t o i r e s a la G u y a n e , p o u r l e s a n n é e s 1911 et

1915. A r t . 2 . — Ce présent a r r ê t é s e r a , a v e c le t e x t e p r o m u l g u é , e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t o ù b e s o i n s e r a , i n s é r é et publié au Journal officiel e t au Bulletin officiel d e la c o l o n i e . C a y e n n e , le 22 n o v e m b r e

1913. DIDELOT.

Par le Gouverneur : Le Secrétaire général p.

i.,

DEBUC. DÉCRET. L e PRésident de la R é p u b l i q u e française, S u r le rapport du Ministre d e s colonies ; Vu l'article 33 de la loi d e finances du 13 avril 1900 ;


— 542 — La section des finances, de la guerre, de la marine et des colonies, du Conseil d'Etat entendu. DÉCRÈTE : er

Article 1 . — La nomenclature et le maximum des dépenses obligatoires du budget du Service local de la Guyane, pour les exercices 1914-1915, sont fixés conformément au tableau ci-annexé. Art. 2. — Le Ministre des colonies est chargé de l'exécu­ tion du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française et de la colonie de la Guyane, et inséré au Bulletin

des lois et au Bulletin

officiel du Ministère des colo­

nies. Fait à Paris, le 18 octobre 1913. R.

POINCARÉ.

Par le Président de la République : Le M i n i s t r e des J.

colonies,

MOREL.

TABLEAU fixant la nomenclature dépenses obligatoires du budget la Guyane, pour les exercices

NUMÉROS

NOMENCLAUTRE

DES

et le maximum des du Service local de 1914-1915.

CHAPITRES.

MONTANT.

d'ordre.

1

Dettes e x i g i b l e s

2

Gouvernement

Mémoire.

colonial :

1° Traitement, frais de représentation et déplacement du Gouverneur 2° Frais de premier établissement 3° Cabinet du Gouverneur et personnel du Gouvernement 4° Matériel 3

Secrétariat

4,000 15,060 4,090

général :

o

1 Personnel. 2° Materiel. . . .

i

f

50,000

72,000

3.000

Justice : o

1 Personnel. 2° Materiel. ..

160,000 50,000


— 543 — NUMEROS

d'ordre.

5

6 7

NOMENCLATURE DES CHAPITRES.

MONTANT.

Douanes : 1° Personnel Trésorerie :

1° Personnel 2° Matériel et Irais divers s

9

10 11

12 13

.. ..

30.000 2.500

1° Enseignement secondaire ( s u b v e n t i o n au lycée ) 2° Enseignement primaire : I n s p e c t i o n . . Autres depenses du service

18,000 140,000

Instruction

publique :

Gendarmerie : 1° Personnel 2° Matériel Police générale

15

16 17 18

135.000 60,000 25,000

Prisons : 1° P e r s o n n e l 2° Matériel Grosses réparations et entretien de bâti­ ments affectés aux services publics.

4 0,000 4 2.000 25,000

Service sanitaire : a) Police sanitaire.

14

100.000 25.000 4.000

2° Matériel 3° I m p r e s s i o n s des budgets et c o m p t e s . .

12.000 4.000

1° Personnel. 2° Matériel...

b) I n s t i t u t d ' h y g i è n e et l a b o r a t o i r e d e bactériologie c) S e r v i c e de p r o p h y l a x i e assistance p u b l i q u e , enfants a s s i s t e s a l i é ­ nés, lépreux Accessoires de solde. Missions d'inspection F o n d s pour dépenses diverses et i m p r é v u e s . Inscriptions maritimes

14,000 15,000 20,000 75.000 15.000 20,009 4,000

Vu pour être annexé au décret du 4 8 octobre 1 9 1 3 , Le Ministre J.

des

colonies,

MOREL. 36


544

N° 401. ARRÊTÉ autorisant la création d'une Société, à Saint-Laurent-du-Marônï, sous la dénomination L'Amicale. ( 28 novembre 1913 ) LE GOUVERNEUR

p.

i.

de

la

Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 27 août 1 8 2 8 ; Vu la demande formulée p a r M. O c t a v e B e l l e v u e , e n vue d'être autorisé à fonder u n e S o c i é t é , à Saint-Laurént-du-Maroni, s o u s la dénomination L'Amicale. Vu les status annexés à ladite demande : Vu l'arrêté local d u 4 avril 1849, sur les réunions et a s s o c i a ­ t i o n s , ensemble l'article 291 d u code pénal ; Vu les a v i s é m i s par le P r o c u r e u r général et le Maire de Saint-Laùrent-du-Maroni : S u r la p r o p o s i t i o n du S e c r é t a i r e général, ARRETE :

Article 1er.

Est

autorisée l a création a S a i n t - L a u r e n t - d u -

Maroni, s o u s la d é n o m i n a t i o n L'Amicale,

d ' u n e S o c i é t é d o n t les

statuts d e m e u r e r o n t a n n e x é s au présent a r r ê t é . Art. 2. A u c u n e modification ne p o u r r a ê t r e apportée ces statuts sans l'autorisation

à

administrative.

Art.3. — Le S e c r é t a i r e général est c h a r g é d e l ' e x é c u t i o n d u qui s e r a enregistré et communiqué p a r t o u t où b e s o i n sera. Cayenne, le 28 novembre 1913.

présent arrêté,

D I D E L O T . Par

le G o u v e r n e u r :

Le Secrétaire général p . i., E. DEBUC. N ° 402. — D É C I S I O N réglant l'allocution de l'indemnité de déménagement aux militaires de tous grades en service à la Guyane et à la charge du budget colonial, aux officiers et agents détachés hors cadres à l'Administration pénitentiaire ou appelés à servir sur les établissements pénitentiaires de la Guyane. 28 novembre 1943. L EG O u v e r n e u rp,

i. de la Guyane

française,

Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828 ;


— 545 — Vu le d é c r e t d u 8 s e p t e m b r e 1 9 1 0 , p o r t a n t r è g l e m e n t sur le s e r v i c e des I r a i s d e d é p l a c e m e n t des m i l i t a i r e s i s o l é s aux c o l o n i e s et d a n s l e s p a y s d e p r o t e c t o r a t ; C o n s i d é r a n t que l e s c o n d i t i o n s d a n s l e s q u e l l e s s e p r a t i q u e n t les d é m é n a g e m e n t s d e s militaires de tous grades en service en G u y a n e e t p a y é s s u r le b u d g e t c o l o n i a l , d e s officiers et a g e n t s e n s e r v i c e il. C . à l ' A d m i n i s t r a t i o n p é n i t e n t i a i r e , p e r m e t t e n t de r é d u i r e l ' i n d e m n i t é d e d é m é n a g e m e n t p a r a p p l i c a t i o n d e l'article 18 du d é c r e t précité ;

Vu la d é p ê c h e 3929;

ministérielle

du

11

septembre

1912,

S u r la p r o p o s i t i o n c o n c e r t é e du D i r e c t e u r d e l ' A d m i n i s t r a ­ t i o n p é n i t e n t i a i r e , du D i r e c t e u r de l ' I n t e n d a n c e et d u C o m ­ mandant supérieur d e s Troupes, DÉCIDE : er

Article 1. L ' a l l o c a t i o n d e l ' i n d e m n i t é de d é m é n a g e m e n t a u x m i l i t a i r e s d e t o u s g r a d e s e n s e r v i c e à la G u y a n e e t à la c h a r g e d u b u d g e t c o l o n i a l , a u x officiers et a g e n t s d é t a c h é s h o r s c a d r e s à l ' A d m i n i s t r a t i o n p é n i t e n t i a i r e ou a p p e l é s à s e r v i r s u r l e s é t a b l i s s e m e n t s p é n i t e n t i a i r e s d e la G u y a n e , e s t r é g l é e c o m m e suit ; 1° D a n s t o u s l e s d é p l a c e m e n t s d é f i n i t i f s p o u r l e s q u e l s m o y e n s d e d é m é n a g e m e n t ( m a i n - d ' œ u v r e et t r a n s p o r t ) sont pas tournis en nature, l'indemnité de d é m é n a g e m e n t a l l o u é e e n t o t a l i t é d ' a p r è s le t a r i f p r é v u a u t a b l e a u a n n e x é décret du 8 s e p t e m b r e 1 9 1 0 ;

les ne est au

2° D a n s les d é p l a c e m e n t s définitifs e n t r e C a y e n n e et les p é n i t e n c i e r s e t vice versa, e n t r e l e s p é n i t e n c i e r s d u M a r o n i e t l e s I l e s - d u - S a l u t e t K o u r o u et rice versa, e n t r e l e s I l e s - d u S a l u l e t K o u r o u et vice versa, l ' i n d e m n i t é s e r a r é d u i t e d e m o i t i é q u a n d les m o y e n s de d é m é n a g e m e n t ( m a i n - d ' œ u v r e et transport ) auront été fournis. 3° D a n s Saint-Jean port d a n s l'indemnité

les d é p l a c e m e n t s définitifs e n t r e S a i n t - L a u r e n t et et vice versa, la f o u r n i t u r e d e s m o y e n s d e t r a n s ­ les c o n d i t i o n s d u p a r a g r a p h e p r é c e d e n t r é d u i r a des deux tiers.

Art. 2. — L e Directeur de l'Administration pénitentiaire, l e D i r e c t e u r d e l ' I n t e n d a n c e e t le C o m m a n d a n t s u p é r i e u r d e s


—546— Troupes sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exéc u t i o n de la pRÉSENTE décision, qui sera insérée au Journal officiel de la colonie, communiquer et enregistrée partout O Ù besoin sera. Cayenne, le 28 novembre 1913. DIDELOT. par le Gouverneur : Le Directeur de l'Administration pénitentiaire. J. BARRE.

Le Commandant supérieur des Troupes du groupe des Antilles, G. RICHARD.

NOMINATIONS, MUTATIONS, CONGÉS, ETC.

N° 403. — Par décret du 17 octobre 1913 et par arrêté du Ministre de l'Agriculture, en date du même jour, ont été pro­ mus et nommes dans l'ordre du Mérite Agricole : A u g r a d e d'Officier : M. Ch. Blagny, Procureur de la République. A u g r a d e de C h e v a l i e r : M. K. Gober, Maire de Cayenne.

N° 404. — Par arrêté du Gouverneur, en date de 6 no­ vembre 1913, M. Ilalmus ( Emmanuel, a été agréé garde parti­ culier des concessions de balata, situées dans le Haut-Maroni, et appartenant à M. F. Rambaud.

N° 405. — Par arrêté du Gouverneur, en date du 11 NOvembre 1913, M. Léonce-Victor-Marius Pindard a été agréé garde particulier du placer « Espoir-lnini », SITUÉ dans le Haut-Maroni, et appartenant À MM. Gougis frères. N° 406. Par arrêté du Gouverneur, en date du 11 novembre 1913, pris en Conseil privé, sur le rapport du Pro­ cureur général, chef du service judiciaire, a été rendu execu-


— 547 — toire l ' a r r ê t d e la C o u r d ' a s s i s e s d e la G u y a n e f r a n ç a i s e du 2 0 m a i 1 9 1 3 , qui a c o n d a m n é l e n o m i n e B é r e n g e r ( N a p o l é o n J u l e s ), r e l é g u é collectif, n u m é r o m a t r i c u l e 1 0 9 3 8 . à cinq a n s d e r e c l u s i o n . p o u r c o m p l i c i t é d e vol q u a l i f i é .

N° 4 0 7 . — P a r a r r ê t é d u G o u v e r n e u r , e n d a t e d u 15 n o v e m b r e 1 9 1 3 , pris en Conseil p r i v é , sur le r a p p o r t d u P r o ­ c u r e u r g é n é r a l , chef du service judiciaire, le service d e s h u i s s i e r s pour l ' a n n é e j u d i c i a i r e 1 9 1 3 - 1 9 1 4 , a é t é r é g l é ainsi qu'il suit : MM . S a n i l e et M a r i e - C l a i r e , a la C o u r d ' a p p e l : C h a r l e s Joseph et B a r t h é l e m i , a u T r i b u n a l de p r e m i è r e instance ; R i p é r y , à la J u s t i c e de p a i x .

№ 4 0 8 . — Par décision n o v e m b r e 1 9 1 3 , M. L a m o r a l a Sinnamary, a été appelé à en remplacement numérique

d u G o u v e r n e u r , e n d a t e d u 18 ( L o u i s ) , garde rural de 2 classe c o n t i n u e r ses s e r v i c e s à K o u r o u , de l'agent Hilaire ( V a l e n t i n ) . e

M. H i l a i r e ( V a l e n t i n ) , g a r d e r u r a l d e 2e c l a s s e à K o u r o u , a été appelé à c o n t i n u e r s e s services a S i n n a m a r y en remplacement numérique de l'agent Lamoral ( L o u i s ) .

N° 1 0 9 . — P a r a r r ê t é d u G o u v e r n e u r e n d a t e d u 19 n o v e m b r e 1 9 1 3 , pris sur la p r o p o s i t i o n d u P r o c u r e u r g é n é r a l , chef du service judiciaire, ont é t é provisoirement nommés : 1° C o n s e i l l e r à la C o u r d ' a p p e l d e la G u y a n e , M . M o n t a g n o l i , c o n s e i l l e r - a u d i t e u r , e n r e m p l a c e m e n t d e M. d e Kersaut-Galy, en congé ; 2° C o n s e i l l e r - a u d a t e u r a l a C o u r d ' a p p e l d e la G u y a n e , M. S o c r a t e , j u g e d e p a i x à S i n n a m a r y , e n r e m p l a c e m e n t de M. M o n t a g n o n , a p p e l é a d ' a u t r e s f o n c t i o n s . N° 4 1 0 . — P a r a r r ê t é d u G o u v e r n e u r e n d a t e d u 19 n o v e m b r e 1 9 1 3 . p r i s s u r la p r o p o s i t i o n d u Procureur g é n é r a l ,


— 548 — chef d u s e r v i c e j u d i c i a i r e , M . Malicieux e x e r c e r a les f o n c t i o n s d ' h u i s s i e r d a n s l ' é t e n d u e du t e r r i t o i r e o ù il a é t é a c c r é d i t é e n qualité, de g a r d e p a r t i c u l i e r , par l ' a r r ê t é du 8 o c t o b r e 1 9 1 3 .

N° 4 1 1 .

P a r d é c i s i o n d u G o u v e r n e u r , d u 21 n o v e m b r e

1 9 1 3 , un congé

de convalescence de

s i x m o i s , a p a s s e r à la

M a r t i n i q u e , est a c c o r d é à M. P é n a v è r e , p o r t e - c l e f s de 1re c l a s s e .

№ 19l3,

4 1 2 . — P a r d é c i s i o n d u G o u v e r n e u r , d u 21 n o v e m b r e un congé de convalescence de trois mois à passer d a n s

la c o l o n i e , e s t a c c o r d é

a M. D é s e r t , p l a n t o n

du

Secrétariat

général.

N° 4 1 3 . — P a r d é c i s i o n d u G o u v e r n e u r , e n d a t e d u 2 8 n o ­ v e m b r e 1 9 1 3 , M M . Mirza ( V i c t o r ) , Z é p h i r ( E u g è n e ) et D a r r e d e a u ( A n t o i n e ) ont é t é n o m m é s m e m b r e s d e la c o m m i s s i o n a d m i n i s t r a t i v e d u B u r e a u d e bienfaisance d e C a y e n n e .

CERTIFIÉ

Le Signé :

CONFORME :

Secrétaire-archiviste, EM.

GUERLAIN.

CAYENNE — Imprimerie

du Gouvernement.


BULLETIN

OFFICIEL DE LА

GUYANE

FRANÇAISE N° 12.

DÉCEMBRE

1913.

S O M M A I R E .

Pages.

N° 444. — Circulaire ministérielle du 2 décembre 1913 suivie de celle du 20 mai 1912. relative à la promotion du 14 juillet 1912 des recompenses de la Mutualité et pro­ motions suivantes . . 550 Circulaire ministérielle du 20 mai 1912. — Promotion du 14 juillet 1912 des récompenses de la Mutualité et promotions suivantes 551 N° 445. — Circulaire ministérielle du 19 décembre 1943 au sujet de la notation des heures 555 № 416, — Circulaire ministérielle du 22 décembre 1 9 1 3 . — Appli­ cation de la loi du 29 juillet 1913 sur le secret et la liberté du vote 555 er

№ 447. — Décision du 1 décembre 1913 portant qu'en char­ pentier de marine sera adjoint a la commission de visite des navires 562 № 448 — Arrêté du 1 décembre 1913 complétant celui du 46 septembre 1913. dispensant de la francisation cer­ taines catégories d'embarcations 563 N° 449. — Arrêté du 40 décembre 1913 relatif à la constitution de la commission de visite des navires neufs, pris eu ap­ plication de l'article 2 du decret du 8 juillet 1913, 45 et 4 de la loi du 17 avril 1907. . . 564 № 420. — Arrête du 10 décembre 1913 relatif a la constitution de la commission de visite des navires en service, er

40


— 550 — Pages. d e l ' a r t i c l e 2 d u décret d u 8 j u i l let 1913 et 15 d e la l o i d u 17 avril 1907. s u r l a s é c u ­ p r i s en a p p l i c a t i o n

r i t é de la navigation m a r i t i m e e t la réglementation d u travail à b o r d d e s n a v i r e s d u c o m m e r c e . . . . . . . 567

N° 421. — Arrêté

d u 10 d é c e m b r e 1913 d é s i g n a n t l e Lieute n a n t de port d e Cayenne pour r e m p l i r l e s fonctions d ' i n s p e c t e u r de la n a v i g a t i o n m a r i t i m e 509

N° 422. —

D é c i s i o n d u 13 décembre 1913 a c c o r d a n t l a f r a n c h i s e télégraphique pour l e s c o r r e s p o n d a n c e s urgentes qu'il p o u r r a i t ê t r e n é c e s s a i r e d'échanger e n t r e l e m é ­ d e c i n - m a j o r du p é n i t e n c i e r d e s H o c h e s d e K o u r o u et

le c o m m a n d a n t

de l a brigade d e gendarmerie de

Sinnamary

570

N° 423. — Arrêté d u 13 décembre 1913 r e l a t i f débits auxiliaires d e timbres-poste

à la c r é a t i o n

de 571

N° 424. — Décision d u 31 décembre 1913 décernant au Receveura d j o i n t d e s P o r t e s u n témoignage officiel de satis­ faction

572

N° 425. —

A r r ê t é d u 31 d é c e m b r e rôles supplémentaires assimilées pour l'année

N° 426. —

Arrête d u

rôles

31

décembre

supplémentaires

1913 r e n d a n t exécutoires trois de contributions directes o u 1913

1943

573 rendant

exécutoires trois

de t a x e s c o m m u n a l e s

pour

1913

575

N° 527. — Arrêté du 31 d é c e m b r e 1913 m o d i f i a n t l'article 6 de l ' a r r ê t é du 2s septembre 4903. p o r t a n t règlement s u r l'administration

e t la Comptabilité d e s c o m m u n e s . . .

576

N° 528. — Arrêté du 34 décembre 1913 rendant exécutoire un rôle supplémentaire de t a x e s c o m m u n a l e s pour 1 9 4 3 . . . . 577 № 429. — A r r ê t é d u 34 d é c e m b r e 1913. — C o m m i s s i o n de c l a s ­ s e m e n t c h a r g é e d e dresser le tableau d'avancement d u p e r s o n n e l du c a d r e l o c a l d u S e c r é t a r i a t g é n é r a l . 578 os

N

430 à 446. —

Nominations,

mutations, congés, etc

579

N° 414. - CIRCULAIRE MINISTERIELLE suivie de celle du 20 mai 1912, rélative à la promotion du 14 juillet 1 9 1 2 des récompenses de la Mutualilé et promotions suivantes. (Ministère des Colonies. Contreseing.

— S e r v i c e du S e c r é t a r i a t e t — 1 Section.) re

Paris, le 2 décembre 1913. M . le M i n i s t r e d u T r a v a i l et de la P r é v o y a n c e s o c i a l e v i e n t d ' a p p e l e r m o n a t t e n t i o n s u r la n o n o b s e r v a t i o n p a r l e s Sociétés de S e c o u r s M u t u e l s a y a n t l e u r s i è g e a u x C o l o n i e s , d e s p r e s c r i p -


— 551 — t i o n s de la circulaire ministérielle du 20 mai 1912, aux termes de laquelle les sociétés de 1 0 0 à 1,000 adhérents ne doivent pas proposer pour des récompenses de la Mutualité plus d'un candidat par 250 membres ou fraction de 250 membres. J'ai l'honneur, en conséquence, de vous adresser un exem­ plaire de cette circulaire en vous priant de veiller à ce que les associations intéressées s'y conforment exactement et indiquent, en outre, sur les notices individuelles qui doivent accompa­ gner leurs étais de propositions, la durée de services effectifs rendus par leurs candidats aux œuvres mutuelles. Vous voudrez, bien, en outre, ne pas perdre de vue, la cir­ culaire n° 5365 du 3 novembre 1911, aux termes le laquelle les notices de propositions pour distinctions honorifiques doivent toujours être établies eu double expédition et l'aire l'ob­ jet d'un état récapitulatif, par ordre de préférence. Je vous prie de m'accuser réception de la présente circulaire.

J.-B.

MOREL.

CIRCULAIRE MINISTÉRIELLE. Promotion du 14 juil­ let 1912 des récompenses de la Mutualité et promotions suivantes. et de la Prévoyance sociale: Direction de la Mutualité.)

(Ministère du Travail

P a r i s , l e 20 m a i

LE

Ministre

DU T R A V A I L

ET

à Messieurs

DE

les

LA

1912.

PRÉVOYANCE

SOCIALE

Préfets.

Conformément a une c i r c u l a i r e d'un de mes prédécesseurs, VOUS d e v e z m e l'aire propositions e n v u e

parvenir pour

le 10 j u i n prochain vos

de la promotion du 14 j u i l l e t des r é ­ compenses de la Mutualité. J'ai l'honneur de v o u s rappeler à cette o c c a s i o n qu'aux t e r m e s de l'article 39 de la loi d u 1

e r

avril 1898, les récom­

penses de la Mutuatité s o n t e x c l u s i v e m e n t réservées aux m e m b r e s d e s sociétés de s e c o u r s mutuels l i b r e s o u approuvées, régies p a r cette loi. V o u s n ' a v e z d o n c à tenir a u c u n c o m p t e (les p r o p o s i t i o n s qui v o u s s e r a i e n t adressées p a r d e s sociétés n o n régies par la loi d u 1 avril 1 8 9 8 . er


— 552 — Pour répondre à un VŒU ÉMis à plusieurs reprises pur les représentants de la Mutualité, je ne saurais trop vous recomm a n d e r , d'autre part, de ne comprendre dans vos présentations que des candidatures pour lesquelles vous aurez été. saisi (Tune proposition par une société de secours mutuels, ou qui au­ raient l'agrément d'une Société de Secours mutuels. Il convient, en effet, qu'aucun mutualiste ne puisse être récompensé sans l'assentiment de la société «à laquelle il a été appelé à rendre

des services et qui est seule en situation d'apprécier exactement (Importance de ces services. Je vous rappellerai également que les distinctions de la Mutualité ne sauraient être attribuées que pour récompenser des services effectifs rendus aux sociétés de secours mutuels. 11 est donc indispensable que les candidats exercent des fonc­ tions dans la société dont ils font partie ou contribuent à la prospérité de celle-ci par leur activité, leurs conseils, ou de

quelque autre façon. La simple qualité de membre participant, quelle que soit la durée du secrétariat, ne constitue pas un titre à une récompense et ne peut motiver une proposition. Pour que je puisse utilement examiner les candidatures que vous me soumettrez, vous aurez soin de bien indiquer sur les

notices des intéressés les fonctions exercées et leur durée, ou les services justifiant votre proposition. Ces renseignements me sont absolument indispensables pour apprécier en connais­ sance de cause les titres des candidats.

Ayant été amené a remarquer que, dans certains dépar­ tements, le nombre de propositions concernant une même

société était tout à fait bois de proportion avec l'effectif social, j'ai pensé qu'il y avait lieu de limiter d'une façon g é n é r a l e

nombre de propositions susceptibles d'être présentées pour une même société. J'ai décidé, en conséquence, que pour les

sociétés de 100 à 1,000 membres, il ne devrait pas m'être pré­ senté, par les préfectures, en vue de chaque promotion, plus d'un candidat par 250 membres, ou fraction de 250 membres, cette proportion s'augmentant pour les sociétés de plus de 1,000 membres d'une unité par 500 membres ou fraction de

500 membres. En ce qui concerne les sociétés de moins de 100 membres, elles ne pourront être l'objet de proposition qu'une fois par an, Vous voudrez bien dorénavant vous renfermer dans

ces limites en opérant une scrupuleuse sélection entre les can­ didats et en établissant entre les sociétés un juste équilibre suivant l'importance de leurs services.


—553— En ce qui concerne les s o c i é t é s s ' é t e n d a n t au delà d u dépar­ tement o ù est fixé l e u r s i è g e , elles d e v r o n t c o n t i n u e r à m ' a er

dresser directement, a v a n t le 1 5 ratai, et le 1

novembre de

chaque a n n é e , l e u r s p r o p o s i t i o n s d e récompenses p o u r c e u x de leurs s o c i é t a i r e s d o m i c i l i é s e n d e h o r s d u d é p a r t e m e n t de leur s i è g e , en s e c o n f o r m a n t à la c i r c u l a i r e d e m o n p r é d é c e s ­ seur e n d a t e d u 10 m a i 1 9 1 1 . T o u t e f o i s , il m ' e s t a p p a r u qu'il v o u s appartenait d'examiner v o u s - m ê m e l e s p r o p o s i t i o n s de ces s o c i é t é s e n c e q u i concernait l e s candidats d o m i c i l i é s

dans voire département. J'aurai d o n c s o i n d e v o u s transmettre c e s p r o p o s i t i o n s au fur et à m e s u r e d e l e u r r é c e p t i o n . , et a u plus t a r d , l e s 2 5 m a i et 10 n o v e m b r e . V o u s v o u d r e z b i e n , a p r è s leur i n s t r u c t i o n , l e s c o m p r e n d r e , s'il y a l i e u , d a n s l'ensemble de v o s p r é s e n t a t i o n s , e n n e d é p a s s a n t p a s p o u r c h a q u e s e c t i o n le n o m b r e d e p r o p o s i t i o n s p r é v u p o u r l e s sociétés, c e n o m b r e é t a n t c a l c u l é e n l ' e s p è c e d ' a p r è s l'effectif d e la s e c t i o n .

J'appellerai v o t r e a t t e n t i o n , e n terminant, s u r c e r t a i n e s prescriptions d e s c i r c u l a i r e s a n t é r i e u r e s d e m o n d é p a r t e m e n t auxquelles il est i n d i s p e n s a b l e q u e v o u s v o u s c o n f o r m i e z pour l ' é t a b l i s s e m e n t d e vos listes d e p r é s e n t a i i o n . Ces l i s t e s d o i v e n t m ' ê t r e a d r e s s é e s e n double expédition ; seul le recto d o i t être e m p l o y é p o u r l e u r confection, chaque feuille n e c o n t e n a n t pas p l u s (le c i n q p r o p o s i t i o n s e t u n i n t e r v a l l e d e p l u s i e u r s l i g n e s é t a n t r é s e r v é e n t r e c h a c u n e d ' e l l e s . Le n o m d e s c a n d i d a t s doit,

d'autre p a r t , ê t r e inscrit p a r c a t é g o r i e d e d i s t i n c t i o n et par o r d r e alphétique. Enfin, l e s n o t i c e s i n d i v i d u e l l e s a c c o m p a g n a n t

l'état de proposition, classées

dans

répertoire

doivent

être

groupées

p a r société et

l'ordre numérique d ' i n s c r i p t i o n d e s s o c i é t é s au

départemental.

A toutes t i n s u t i l e s , je c r o i s d e v o i r v o u s informer q u e t o u t e p r o p o s i t i o n complémentaire q u i m e p a r v i e n d r a i t a p r è s l'envoi de votre é t a t général d e p r é s e n t a t i o n , n e p o u r r a être examinée par mes services, l e s promotions d e v a n t être é t a b l i e s d a n s un

t r è s c o u r t délai.

Je v o u s e n v o i e la présente circulaire e n plusieurs exem­ p l a i r e s p o u r q u e v o u s p u i s s i e z la Communiquer à M e s s i e u r s les Sous-préfets. Le Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale, LÉON

BOURGEOIS.


— 554 — MINISTÈREDUTRAVAIL

NOTICE

et de

RELATIVE A UNE DEMANDE DE RÉCOMPENSE

LA PREV0YANCE SOCIALE

HONORIFIQUE DE LA MUTUALITÉ.

Société de Secours N O M B R E

deS

Honoraires. Hommes Femmes Enfants.

Parti­ cipants .

mutuels

approuvée ou libre (1)

Membres

S I T U A T I O N

F I N A N C I È R E

d

Recettes annuelles..

fondée le. à........

F o n d s de r é s e r v e . .

Dépenses

Arrondissement d . . . Département d

(N° Section de

.

F o n d s de r e t r a i t e s . .

/

: m e m b r e s (2)

Nom du candidat Prénom le plus usité Autres p r é n o m s

Profession et

domicile...

Date et lieu de naissance. Moralité Fonctions

Actuelles . .

dans

la Société.

intérieures

(Indiquer la durée de chacune d'elles en spécifiant si elles sunt gratuites ou rétribuées. ) Services divers rendus a la mutua­ lité en dehors des litros ci-dessus. Recompenses mutualistes antérieures décernées par le Ministre de l'Intérieur ou par le Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale (Indiquer leur nature et la date à laquelle elles ont été décernées. | Autres distinctions décernées par le Gouvernement

Récompense demandée par la société : OBSERVATIONS ET PROPOSITIONS DU PRÉFET. (1) Biffer l'une des deux indications. (2) Donner s'il y a lieu ces renseignements.


— 555 — N° 415. -

CIRCULAIRE MINISTERIELLE, de la notation des heures.

ait sujet

Ministère des c o l o n i e s — Services Militaires, — 1 Bureau. 1 Section e t Secrétariat et Contreseing.) ER

re

P a r i s , le 19 décembre 1913. LE

M I N I S T R E DES COLONIES à Messieurs les Gouverrneurs généraux, les Gouverneurs des colonies et l'Administrateur des

Iles Saint-Pierre

et

Miquelon.

A la suite de la décision prise par l'Administration dés Postes et Téléphoner et par l'Administration des Chemins d e fer d'adopter l a notation des heures de 0 à 24, c e t t e m e s u r e s'est généralisée et le Ministre de la guerre, par circulaire d u 5 juin 1912, a rendu la nouvelle notation réglementaire pour les Troupes métropolitaines e t coloniales stationnées e n France. Cette disposition, qui simplifie les documents de service e t supprime d e s causes d'erreurs importantes, doit, p o u r éviter toute confusion, être uniformément adoptée p a r l e s Services c i v i l s et militaires qui ont des relations fréquentés entre eux et la Métropole. J'ai, en conséquence, l'honneur de vous faire connaître que j'ai décidé de rendi e obligatoire, aux colonies, la nota­ tion des heures de 0 à 24 dans les ordres, instructions, comptes rendus et e n général dans tous les documents ayant un caractère officiel. Cette décision sera applicable dès réception de la presente C i r c u l a i r e , qui s e r a insérée au Journal officiel de la colonie. Le Ministre

des

colonies,

LEBRUN.

N° 416. — CIRCULAIRE MINISTÉRIELLE. Application de la loi du 29 juillet 1913, sur le secret et la liberté du vote.

(Ministère des Colonies. — Service du Secrétariat et Contreseing. — 2 Section.) e

P a r i s , le 2 2 d é c e m b r e 1 9 1 3 .

Comme suite à la circulaire de mon prédécesseurd u 14 août, n° 875, relative à l'application dans les colonies représentées


556 —

au P a r l e m e n t d e la loi d u 29 j u i l l e t s u r le s e c r e t et la liberté d u v o t e , a i n s i q u e la s é c u r i t é d e s o p é r a t i o n s é l e c t o r a l e s , j ' a i l ' h o n n e u r d e v o u s faire c o n n a i t r e q u ' u n e c o m m i s s i o n I n t e r m i ­ n i s t é r i e l l e , i n s t i t u é e p a r a r r é t é du 30 o c t o b r e d e r n i e r et c o m p o s é e de représentants des D é p a r t e m e n t s de l'Interieur et d e s C o l o n i e s , a é t é c h a r g é e d ' é t u d i e r les c o n d i t i o n s d ' a p p l i c a t i o n d a n s les d i t e s c o l o n i e s , d e la loi p r é c i t é e d u 29 juillet 1913. C e l l e a s s e m b l é e q u i a t e r m i n é ses t r a v a u x a é l a b o r é d e u x p r o j e t s d e d é c r e t qui viennent d ' ê t r e t r a n s m i s au C o n s e i l d ' E t a t e t elle a c o m p r i s d a n s l'un d e u x q u e je vous a d r e s s e ci j o i n t , l e s c o l o n i e s de la R é u n i o n , de la M a r t i n i q u e , de la G u a d e l o u p e et d e la G u y a n e . D è s q u e la h a u t e A s s e m b l é e a u r a d é l i b é r é sur c e t t e affaire j e n e m a n q u e r a i p a s d e v o u s eu aviser. E n v u e d e l ' a p p l i c a t i o n d e la loi a u x p r o c h a i n e s é l e c t i o n s législatives, je vous prie de vous r e p o r t e r , à titre d'indication, aux d i s p o s i t i o n s d e la c i r c u l a i r e d e M . le S o u s - S e c r é t a i r e d ' E t a t a l ' I n t é r i e u r sur la r é v i s i o n d e la l i s t e é l e c t o r a l e p u b l i é e au Journal officiel d u 17 d é c e m b r e 1913.

Le Ministre

des

colonies,

A . LEBRUN.

Le Ministre de l'Inférieur

à Messieurs les Préfets.

Paris, le 16 décembre 1913. A l ' o c c a s i o n de la p r o c h a i n e r e v i s i o n d e s listes é l e c t o r a l e s , et a d d i t i o n n e l l e m e n t aux i n s t r u c t i o n s d e la c i r c u l a i r e n° 172 d u 23 décembre 1 9 1 2 , j'appelle votre attention s u r certaines q u e s t i o n s p r a t i q u e s p o r t a n t s u r la c o m b i n a i s o n d e s d i s p o s i ­ t i o n s du d é c r e t r é g l e m e n t a i r e d u 2 février 1852, d e s lois d u 7 j u i l l e t 1874 (art. 5 § 2 et 5 avril 1884 a r t . 14 avec c e l l e s des a r t i c l e s 1 et 2 d e la loi du 29 j u i l l e t 1 9 1 3 .

I INTERDICTION DES INSCRIPTIONS

MULTIPLES

e r

L ' a r t i c l e 1 d e la loi du 28 juillet 1913 a i n s t i t u é u n e p r o ­ c é d u r e d e s t i n é e à e m p ê c h e r la p l u t a l i t é d e s i n s c r i p t i o n s , q u i p e r m e t t a i t , j u s q u ' i c i , d e p r e n d r e p a r t à des é l e c t i o n s d i s t i n c t e s d a n s des c o m m u n e s différentes. L ' é l e c t e u r inscrit s u r p l u s i e u r s listes

peut :


être

557

Choisir librement une

liste

porté : 2° N ' e x p r i m e r a u c u n e

s u r l a q u e l l e il

v o l o n t é , mais ê t r e

mis

est

habile à

en

demeure

d'opter.

Opter ;

4° Ne p a s

opter.

§ 1. — C h o i x d'une l i s t e p a r l ' é l e c t e u r i n s c r i t dans plusieurs communes. La plupart des électeurs a c t u e l l e m e n t i n s c r i t s sur p l u s i e u r s l i s t e s se m e t t r o n t d ' e u x - m ê m e s en r è g l e a v e c la loi d u 2 9 j u i l l e t 1913. A cet effet, ils d e v i e n t faire c o n n a î t r e , a v a n t le 10 j a n v i e r , par écrit ou v e r b a l e m e n t , l e u r i n t e n t i o n a u m a i r e d e la c o m m u n e de leur c h o i x , en lui i n d i q u a n t , e n m i t r e , les a u t r e s c o m m u n e s où ils é t a i é n t a n t é r i e u r e m e n t inscrits. C e m a g s t r a t m u n i c i p a l d é l i v r e r a récépissé d é c e t t e d é c l a r a t i o n , et v o u s notifiera ce с h o i x , dont v o u s d e v r e z a v i s e r , s a n s d é l a i , v o t r e c o l l è g u e d u d é p a r t e m e n t i n t é r e s s é , q u i en i n f o r m e r a de même les m a i r e s des c o m m u n e s m e n t i o n n é e s d a n s la d é c l a r a t i o n a u x fins de r а d i a t i o n d e s i n t é r e s s é s .

§ 2

L'électeur inscrit s u r p l u s i e u r s listes peut n'exprimer aucun choix a (Dénonciation de la pluralité

d'inscriptions.

Le l é g i s l a t e u r d e 1913 a d o n n é à la fois au m a i r e et à t o u s l e s é l e c t e u r s lé droit de d é n o n c e r a la commission m u n i c i p a l e d e r é v i s i o n des l i s t e s é l e c t o r a l e s , i n s t i t u é e p a r l ' a r t i c l e I d e la loi du 7 j u i l l e t 1871, les i n s c r i p t i o n s m u l t i p l e s d o n t ils a u r a i e n t c o n n a i s s a n c e , h u i t j o u r s au m o i n s a v a n t la c l ô t u r e d e s l i s t e s , c ' e s t - à - d i r e j u s q u ' a u 2 3 m a r s . Mais il c o n v i e n t d'appeler l ' a t t e n t i o n d e s m a i r e s et d e s é l e c t e u r s s u r les i n c o n v é n i e n t s q u i r é s u l t e r a i e n t d e s d é n o n c i a t i o n s e f f e c t u é e s à celle d a t e e x t r ê m e , p u i s q u e les o p t i o n s et l e s i n s c r i p t i o n s d'office q u i e n s e r a i e n t la c o n s é q u e n c e n e p o u r r a i e n t ê t r e e f f e c t u é e s q u e p o s t é r i e u r e m e n t au 31 m a r s . E R

D ' a u t r e p a r t la c o m m i s s i o n m u n i c i p a l e se s a i s i r a e l l e - m ê m e d e i n s c r i p t i o n s m u l t i p l e s d o n t e l l e a u r a acq l i s c o n n a i s s a n c e , au cours d e s o n t r a v a i l d e r é v i s i o n , d u 1 au 10 j a n v i e r . e r

A p r è s l'affichage d e s t a b l e a u x r e c t i f i c a t i f s , la c o m m i s s i o n s e r é u n i r a , s u r c o n v o c a t i o n du m a i r e , p o u r e x a m i n e r les i n s ­ c r i p t i o n s multiples que lui a u r o n t é t é d é f é r é e s .


— 558 — b) Mise en demeure

d'option,

Après examen des dénonciations d ' i n c r i p t i o n s multiples, la c o m m i s s i o n a d r e s s e r a , s'il y a l i e u , à l ' é l e c t e u r en c u i s e u n e m i s e e n d e m e u r e l ' i n v i t a n t à o p t e r d a n s les h u i t j o u r s p o u r u n e liste u n i q u e C e t t e m i s e en d e m e u r é lui s e r a a d r e s ­ s é e par l ' i n t e r m é d i a i r e d u m a i r e d e la c o m m u n e où il h a b i t e e n f r a n c h i s e p o s t a l e , c o m m e t o u t e s les c o m m u n i c a t i o n s r e l a ­ t i v e s à la r e v i s i o n d e s l i s t e s é l e c t o r a l e s . L e m a i r e d e v r a en a c c u s e r r é c e p t i o n cl c e r t i f i e r q u ' e l l e a é t é r e m i s e à l ' é l e c t e u r intéressé. D a n s le silence de comme franc.

la l o i ,

ce délai

devra

être considéré

La c o m m i s s i o n se r é u n i r a p o u r p r e n d r e c o n n a i s s a n c e d e la r é p o n s e d e l ' é l e c t e u r i m m é d i a t e m e n t a p r è s l ' e x p i r a t i o n d u d é l a i d ' o p t i o n . E l l e p o u r r a m ê m e , p o u r é v i t e r t o u t r e t a r d , fixer la d a t e d e sa p l u s p r o c h a i n e r é u n i o n , a u c o u r s d e l a s é a n c e o ù s e r o n t e x a m i n é e s les d é n o n c i a t i o n s d ' i n s c r i p t i o n s m u l ­ t i p l e s . Le m a i r e d e v a n é a n m o i n s a d r e s s e r d e s c o n v o c a t i o n s i n d i v i d u e l l e s à c h a c u n d e s m e m b r e s d e là c o m m i s s i o n .

§ 3.

— O p t i o n de l ' é l e c t e u r .

Q u a n d l ' é l e c t e u r a o p t é d a n s les h u i t j o u r s il m a i n t e n u , d e p l e i n d r o i t , s u r la l i s t e de s o n c h o i x .

doit être

D e p l u s , s'il o p t e p o u r la l i s t e d e la c o m m u n e d ' o ù la m i s e e n d e m e n d e . lui a é t é a d r e s s é e , la c o m m i s s i o n a d m i n i s t r a t i v e , a p r è s a v o i r c o n s t a t é l ' o p t i o n , c h a r g e r a le n u i r e d ' e n a v i s e r p a r v o t r e i n t e r m é d i a i r e , les m a i r e s d e s c o m m u n e s i n t é r e s s é e s a u x lins d e r a d i a t i o n d e l ' o p t a n t d e s a u t r e s l i s t e s é l e c t o r a l e s . S i , au c o n t r a i r e , il o p t e p o u r la liste d ' u n e c o m m u n e a u t r e q u e celle o ù s o n i n s c r i p t i o n a é t é m i s e e n c a u s e , la c o m m i s ­ s i o n , a p r è s a v o i r r a d i é l ' o p t a n t , a v i s e r a le m a i r e d e la c o m m u n e où l'électeur désire être inscrit, aux fins d'inscription. E l l e a v i s e r a é g a l e m e n t , s'il y a l i e u , d e l ' o p t i o n les m a i r e s d e s a u t r e s c o m m u n e s i n t é r e s s é e s , aux fins de r a d i a t i o n . A c e t t e o c c a s i o n , je c r o i s d e v o i r v o u s r a p p e l e r que l ' a r t i c l e 2 d e la loi d u 2 9 j u i l l e t 1 9 1 3 , e n d é c i d a n t q u e l e s c o n t r i b u a ­ b l e s n o n r é s i d a n t s d o i v e n t a v o i r figurer p e n d a n t c i n q a n n é e s a u m o i n s au r ô l e d e s c o n t r i b u t i o n s d i r e c t e s ou d e s p r e s t a t i o n s e n n a t u r e p o u r ê t r e m a i n t e n u s s u r la l i s t e é l e c t o r a l e , a p r e s ­ c r i t , i m p l i c i t e m e n t , q u ' u n é l e c t e u r n e p o u r r a ê t r e a d m i s , eu


—559— qualité de contribuable, à exercer cinq a n n é e s de c o n t r i b u t i o n

l ' o p t i o n q u e s'il r é u n i t l e s

exigées.

J ' a j o u t e que, d ' a p r è s la j u r i s p r u d e n c e r é c e n t e d e la cour d e c a s s a t i o n , seuls sont a d m i s c o m m e p r e u v e de l'inscription s u r l e s r ô l e s l e s c e r t i f i c a t s d é l i v r é s p a r l e s p e r c e p t e u r s ; la c o u r s u p r ê m e a, eu effet, r e j e t é d e u x p o u r v o i s a p p u y é s s u r d e s c e r t i f i c a t s d e m l i r e s , c e s m a g i s t r a t s m u n i c i p a u x n'ayant p a s , d ' a p r è s elle, q u a l i t é pour certifier les i n s c r i p t i o n s d e cette n a t u r e . Or, a u x t e r m e s d e l ' a r t i c l e 96 d e l ' I n s t r u c t i o n g é n é r a l e s u r la c o m p t a b i l i t é p u b l i q u e , l e s p e r c e p t e u r s n e p e u v e n t c o n ­ s e r v e r l e s r ô l e s au delà d e t r o i s a n s . à l ' e x p i r a t i o n desquels i l s d o i v e n t les d é p o s e r a u x a r c h i v e s d e s p r é f e c t u r e s o u d e s s o u s - p r é l e c t u r e s . En p r é s e n c e de c e s d i s p o s i t i o n s , j ' a i d e m a n ­ d é à M. le M i n i s t r e d e s f i n a n c e s d ' e x a m i n e r s'il n e lui s e r a i t p a s p o s s i b l e d e m o d i f i e r l ' a r t i c l e 96 d e l ' I n s t r u c t i o n v i s é e e n portant c i n q a n s le d é l a i m i n i m u m d e c o n s e r v a t i o n d e s r ô l e s . M a i s , d è s m a i n t e n a n t , j e v o u s prie d e v o u l o i r b i e n , d ' u n e pare, p o r t e r la j u r i s p r u d e n c e c i - d e s s u s r e l a t é e â la c o n n a i s ­ s a n c e d e s m a i r e s , et d ' a u t r e p a r t , p r e n d r e t o u t e s l e s d i s p o s i tions u t r e s pour q u e les rôles d e s deux d e r n i è r e s a n n é e s q u e l e s p e r c e p t e u r s ont l'ait d é p o s e r aux a r c h i v e s soit d e v o t r e p r é ­ f e c t u r e , soit d e s s o u s - p r é f e c t u r e s de v o t r e d é p a r t e m e n t , p u i s ­ s e n t être f a c i l e m e n t et d e la m a n i è r e la p l u s p r a t i q u e m i s à la d i s p o s i t i o n de c e s f o n c t i o n n a i r e s , en v u e d e la d é l i v r a n c e d e s certificats d'inscription qui p o u r a i e n t leur être d e m a n d é s .

§ 4 R e f u s d'option e t m a i n t i e n

d'office.

L e s i l e n c e d e l ' é l e c t e u r doit ê t r e c o n s i d é r é c o n ç u e u n r e l u s d e d é t é r e r à la m i s ; e n d e m e u r e , et l ' o p t i o n , e n d e h o r s d e s délais, se trouve frappée de f o r c l u s i o n . En c a s d e n o n Option, l'intéressé s e r a m a i n t e au s u r la liste d e la c o m m u n e ou s e c t i o n d e c o m m u n e où il c o m p t e r a u n e r é s i d e n c e d e s i x m o i s et r a y é d e t o u t e s l e s a u t r e s l i s t e s . L a r é s i d e n c e de s i x m o i s é t a n t u n e s i m p l e q u e s t i o n d e fait, a u c u n e difficulté s é r i e u s e ne s a u r a i t s e p r o d u i r e à c e s u j t. D'ailleurs, deux degrés de juridiction garantissent à I électeur l e r e s p e c t de s e s d r o i t s . Si la c o m m u n e où l ' é l e c t e u r c o m p t e six m o i est c e l l e où a e t é p r i s e l ' i n i t i a t i v e d e la m i s e l ' é l e c t e u r s e r a m a i n t e n u s u r la liste et le m a i r e d i l i g e n c e p o u r a v i s e r d e ce m a i n t i e n l e s m a i r e s intéressées.

de résidence en d e m e u r e , devra user de les e m m e n é s


— 560 — P a r c o n t r e , si la c o m m u n e où l ' é l e c t e u r c o m p t e s i x m o i s d e r é s i d e n c e n ' e s t p a s c e t t e ou a é t é p r i s e l ' i n i t i a t i v e d e h m i s e eu d e m e u r e , l ' é l e c t e u r sera r a y é d e la l i s t e d e la c o m ­ m u n e o ù il aura é t é m i s e n d e m e u r e d ' o p t e r et le m a i r e d o n n e r a avis de cette radiation aux m a i r e s des c o m m u n e s intéressées. Enfin, s i l ' é l e c t e u r n ' e s t p a s inscrit s u r la liste é l e c t o r a l e d e sa r é s i d e n c e le m a i r e de la r é s i d e n c e s o u m e t t r a la q u e s t i o n d e l ' i n s c r i p t i o n d'office à la c o m m i s s i o n a d m i n i s t r a t i v e , e t , e n c a s de refus d e c e t t e d e r n i è r e m o d i f i c a t i o n en s e r a faite à l ' é l e c t e u r qui p o u r r a s e p o u r v o i r d e v a n t la c o m m i s s i o n m u n i ­ cipale de j u g e m e n t . II MESURES A PRENDRE POUR PRÉVENIR LES INSCRIPTIONS MULTIPLES.

D é s o r m a i s tQUt é l e c t e u r qui v o u d r a o b t e n i r u n c h a n g e m e n t d ' i n s c r i p t i o n d e v r a a c c o m p a g n e r sa d e m a n d e e n i n s c r i p t i o n d ' u n e d e m a n d e e n r a d i a t i o n de la l i s t e d e s o n d o m i c i l e é l e c t o ­ r a l a n t é r i e u r pour ê t r e t r a n s m i s e au m a i r e d u d i t d o m i c i l e . A ce s u j e t , j e v o u s r e c o m m a n d e d e s i g n a l e r a u x m u n i c i ­ p a l i t é s q u ' a u x t e r m e s d u p a r a g r a p h e final d e l ' a r t i c l e 1 d e la loi d u 2 9 juillet 1 9 1 3 , « toute fraude dans la délivrance ou la production d'un certificat d'inscription ou de radiation des listes électorales s e a p u n i e d e s p e i n e S p o r t é e s a l ' a r t i c l e 12» de la m ê m e loi et par c o n s é q u e n t , r e n d s o n a u t e u r p a s s i b l e l ' u n e a m e n d e d e 100 à 150 fr., et d ' u n e m p r i s o n n e m e n t d ' u n m o i s à un a n , snas p r é j u d i c e d e la p e r t e d e s d r o i t s c i v i q u e s pend a n t « deux ans au m o i n s e t c i n q a n s a u p l u s », et que si le coupable est fonctionnaire de l'ordre administratif ou judiciaire, agent ou préposé du Gouvernement ou d'une administraition publique ou chargé d'un ministère de service public, la peine sera portée au double. er

T a n d i s q u e la loi p r é v o i t l e s p r é c a u t i o n s à p r e n d r e p o u r é v i t e ! les i n s c r i p t i o n s m u l t i p l e s l o r s q u e la d e m a n d e d ' i n s c r i p ­ tion est f o r m é e p a r l ' i n t é r e s s é , elle n ' o r g a n i s e a u c u n e p r o c é ­ d u r e de m ê m e nature à l'encontre des inscriptions effectuées s o i t d'office p a r ta c o m m i s s i o n m u n i c i p a l e , soit s u r la d e m a n d e d'un tiers électeur. Il n ' e s t p a s d o u t e u x q u e le l é g i s l a t e u r d e 1 9 1 3 a laissé i n ­ t a c t s les d r o i t s c o n s a c r é s p a r l e s t e x t e s a n t é r i e u r s au profit d e s c o m m i s s i o n s m u n i c i p a l e s et d e s t i e r s é l e c t e u r s ,


561

D ' a c c o r d a v e c M. le g a r d e d e s s c e a u x et M . le r a p p o r t e u r d e la loi d u 29 juillet 1913 d e v a n t la C h a m b r e d e s d é p u t é s , j ' e s ­ time toutefois q u e les c o m m i s s i o n s m u n i e pales d e v r o n t s ' e n ­ t o u r e r d e t o u t e s les g a r a n t i e s d é s i r a b l e s ; v a u t rte f a i r e d r o i t a u x d e m a n d e s d ' i n s c r i p t i o n s é m a n a n t de t o u t e personne a u t r e que l ' i n t é r e s s é lui m ê m e . I a n s c e b u t , et s a n s p r é j u g e r d e s p r o d u c t i o n s c o m p l é m e n ­ t a i r e s que la j u r i s p r u d e n c e de la c o u r s u p r ê m e p o u r r a u l t é ­ r i e u r e m e n t rendre nécessaires, je suis d'avis qu'elles devront i n f o r m e r l e s i n t é r e s s é s d e s d e m a n d i s l e s c o n c e r n a n t , et les i n v i t e r et; m ê m e t e m p s à p r o d u i r e s o i t u n certificat d e r a d i a ­ t i o n , s o i t u n e d é c l a r a t i o n d e n o n i n s c r i p t i o n s u i v a n t le c a s . Les m ê m e s justifications devront ( g a i e m e n t être apportées d e v a n t la c o m m i s s i o n p a r c e u x de s e s m e m b r e s q u i p r e n d r a i e n t l'initiative de p r o p o s e r d e s i n s c r i p t i o n s d'office.

III CLOTURE DE LA LISTE ÉLECTORALE SOUS LE RÉGIME DE LA LOI DU 29 JUILLET 1913. B i e n q u ' a u x t e r n i e s d e la loi d u 2 9 j u i l l e t 1 9 1 3 , l ' é l e c t e u r i n s c r i t s u r p l u s i e u r s listes é l e c t o r a l e s ait, p o u r opter, huit j o u r s à d a t e r d e la n o t i f i c a t i o n d e la m i s e e n d e m e u r e ( q u i , elle, p e u t n e p a r t i r q u e d u 24 m a r s ) , la l o i n o u v e l l e n e s a u r a i t , en a u c u n c a s , avoir p o u r c o n s é q u e n c e d e r e p o r t e r i m p l i c i t e ­ m e n t à u n e d a t e u l t é r i e u r e au 3 m a r s la c l ô t u r e de la l i s t e électorale. E n effet, en p r é v o y a n t l e s d é l a i s e x t r ê m e s e n c a s d e m i s e e n d e m e u r e d ' o p t i o n , la loi d e 1913 n ' a u t o r i s e q u ' e x c e p t i o n n e l l e m e n t l ' i n s c r i p t i o n , a p r è s le 31 m a r s , des é l e c t e u r s s o u ­ mis à option ; d'après cette disposition d'exception. ceux-ci d e v r o n t ê t r e p o r t é s s u r les t a b l e a u x rectificatifs c o m p l é m e n t a i r e s d r e s s é s eu vue d e s é l e c t i o n s d a n s c h a q u e c o m m u n e e t

p u b l i é s cinq jours avant la réunion des

électeurs.

IV INSCRIPTION SUR LA LISTE ÉLECTORALE DES ÉLECTEURS NON RÉSIDANTS ET DES CITOYENS FRANÇAIS ÉTABLIS A L'ETRANGER. Q u a n t a l ' i n s c r i p t i o n s u r la l i s t e é l e c t o r a l e d e s é l e c t e u r s n o n r é s i d a n t s et d e s c i t o y e n s f r a n ç a i s é t a b l i s a l ' é t r a n g e r , j e n e p u i s q u e v o u s l a i s s e r le s o i n d e v o u s t é f é r e r à la c i r c u l a i r e


— 562 — de m o n prédécesseur du 9 s e p t e m b r e toutes judications utiles

1 9 1 3 , qui v o u s d o n n e

E n v o u s i n s p i r a n t d e la p r é s e n t e c i r c u l a i r e . je v o u s p r i e d ' a d r e s s e r à M M . l e s m a i r e s de v o t r e d é p a r t e m e n t des i n s ­ t r u c t i o n s précises s u r les obligations qui leur incombent p o u r l ' a p p l i c a t i o n d e la n o u v e l l e l o i . Il vous a p p a r t i e n d r a , e n o u t r e , d e v e i l l e r , au moment de ta revisión des listes électorales à ce q u e le p r i n c i p e de l ' u n i t é d ' i n s c r i p t i o n soit a p p l i q u é d a n s t o u t e l ' é t e n d u e d e votre d é ­ p a r t e m e n t en i n t e r v e n a n t , s'il y a l i e u , p a r l ' e n t r e m i s e d e vos d é l é g u é s , a u p r è s d e s c o m m i s s i o n s m u n i c i p a l e s d e r é v i s i o n . E n f i n , a i n s i q u e je l'ai d u r e s t e i n d i q u é p l u s h a u t , v o u s d e v r e z s e r v i r d ' i n t e r m é d i a i r e p o u r la t r a n s m i s s i o n d e s a v i s d ' o p t i o n , d ' i n s c r i p t i o n et d e r a d i a t i o n , s p é c i a l e m e n t l o r s q u e c e s a v i s c o n c e r n e r o n t un électeur i n s c r i t e n m ê m e t e m p s d a n s un o u p l u s i e u r s a u t r e s d é p a r t e m e n t s . (1) J e vous p r i e d e v o u l o i r bien m ' a c c u s e r réception s o u s le t i m b r e « B u r e a u des affaires p o l i t i q u e s » de la p r é s e n t c i r c u l a i r e , qui vous e s t e n v o y é e en n o m b r e suffisant d ' e x e m p l a i r e s p o u r que NOUS p u i s s i e z e n r e m e t t r e u n e a c h a c u n d e MM. les sousp r é f e t s , a p r è s e n a v o i r c o n s e r v é d e u x p o u r le s e r v i c e de v o s bureaux. Pour le Ministre de l'intérieur :

Le Sous-Secrétaire RAOUL

d'Etat,

PÉRET.

(1) Pour Paris, les avis d'option, d'inscription et de radiation devront être adressés à M. le Préfet de la Seine.

N° 417.— DÉCISION portant qu'un charpentier de marine sera adjoint à la commission de visite des navires. (1 d é c e m b r e 1913.) er

LE

G O U V E R N E U R p . i.

de

la

Guyane

française.

Vu la d é c i s i o n d u 20 juillet 1912, p o r t a n t constitution d e s commissions c h a r g é e s de la visite d e s n a v i r e s ayant l e u r p o r t d'attache d a n s la colonie; Considérant qu'il e s t nécessaire d'adjoindre à la c o m m i s s i o n de visite d e s n a v i r e s de plus de 2 5 tonneaux un m e m b r e pos-


563

sédant les connaissances techniques v o u l u e s pour l'examen de la coque desdits navires : S u r la proposition du Chef du service de l'Inscription maritime. DÉCIDE

La commission c h a r g é e de la Visite d e s navires à ou à voiles de p l u s d e 25 tonneaux s e r a composée, en outre d e s membres désignés dans la décision p r é c i t é e du 20 juillet 1912: D'un charpentier de marine, à la désignation du Chef du ser­ vice de l'Inscription maritime. Art. 2. — Le Chef du service de l'Inscription maritime est chargé de l'exécution de la présente décision, qui sera enregis­ trée et communiquée p a r t o u t où b e s o i n s e r a . Cayenne, le 1 décembre 1913. Article vapeur

er

1 .

er

DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Chef du service de maritime,

l'Inscription

C. LASSALLE.

N° 418. ARRÊTÉ complétant celui du 16 septembre 1913 dispensant de la francisation certaines catégories d'embar­ cations. ( 1

er

decembre 1913 )

LE GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française,

Vu l'arrêté du 16 septembre 1913, dispensant certaines ca­ tégories d ' e m b a r c a t i o n s de la formalité de la f r a n c i s a t i o n ; S u r la proposition du Chef d u service de r i n s c r i p t i o n m a ­ ritime, ARRÊTE : er

er

1 . — L'article 1 de l ' a r r ê t e précité du 16 sep­ tembre 1913 est complété c o m m e suit : S o n t a u t o r i s é s à naviguer sous p a v i l l o n français, s a n s être Article

a s t r e i n t s à la f o r m a l i t é d e la f r a n c i s a t i o n :

«

Les embarcations dé tout tonnage qui se livrent au rades de la c o l o n i e » .

b a t e l a g e d a n s l ' i n t é r i e u r d e s p o r t s et


— 564 — Art. 2. Le Chef du s e r v i c e de l'Inscription maritime est chargé du l'exécution du présent arrêté, qui sera enregistré et communiqué partout où b e s o i n s e r a , i n s é r é et publié au Jour­ nal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne le 1 décembre 1913. er

DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Chef du service, de l'Inscription maritime C. LASSALE.

419. — ARRÊTÉ relatif à la constitution de la com­ mission de vis le des navires neufs, pris en application de l'article 2 du décret du 8 juillet 1913, 15 et 4 de la loi du 17 avril 1907. •

( l u d é c e m b r e 1913.

Le GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française, Vu l'ordonnance organique d u 2 7 août 1828; Vu la loi d u 17 avril 1 9 0 7 . s u r la sécurité d e la n a v i g a t i o n et

la réglementation d u travail à b o r d d e s n a v i r e s d e commerce; Vu les règlements d'administration p u b l i q u e d e s 2 0 et 21 s e p t e m b r e 1908, modifies p a r les décrets d u 10 a v r i l 1 9 0 9 , 4 août 1 9 1 0 , 21 juin 1 9 1 2 et 7 m a r s 1913, r e n d u s en exécution

d e s articles 53 et 54 d e la loi d u 17 avril 1 9 0 7 ; Vu le décret d u 8 juillet 1913, rendant e x é c u t o i r e d a n s les c o l o n i e s françaises et p a y s d e protectorat autres que L'Algérie, le Maroc et la T u n i s i e la loi d u 17 a v r i l 1 9 0 7 et les r è g l e m e n t s

qui y font suite ; Vu le décret du 8 juillet 1913, désignant les p o r t s des c o l o ­ n i e s françaises et d e p a y s d e protectorat où s e r o n t i n s t i t u é e s les commissions d e visite d e s n a v i r e s d e commerce a y a n t l e u r port d'attache en F r a n c e o u en Algérie ;

Vu la circulaire d u Ministre des colonies d u 31 juillet 1913, p o u r l'application de la loi précitée d a n s les colonies françaises, a u x navires a v a n t l e u r port d'attache en France, ARRÊTE : Article

re

1 . — La commission chargée des c o n s t a t a t i o n s

visées à l'article bâtiments

er

1

de la loi du 17 avril

1907 à bord d e s

n o u v e l l e m e n t c o n s t r u i t s ou nouvellement acquis à


—565— l'étranger s e r a composée a i n s i qu'il s u i t , p a r application d e s articles 15 et 4 de l a d i t e loi et d e l ' a r t i c l e 2 d u d é c r e t d u 8 juillet

1943:

Le Chef du service d e l'Inscription maritime, président, o u , en cas d'empêchement, un fonctionnaire o u agent d e ce service spécialement désigné à cet effet ; Le c a p i t a i n e o u lieutenant d e p o r t , c h a r g é d e s fonctions d ' i n s p e c t e u r de la n a v i g a t i o n : Un m é d e c i n d e s T r o u p e s c o l o n i a l e s o u . à d é f a u t , u n m é ­ decin civil: Le Chef d u s e r v i c e d e s T r a v a u x p u b l i c s d e la c o l o n i e , à défaut d ' u n ingénieur d e s c o n s t r u c t i o n s navales en activité ou e n r e t r a i t e o u d ' u n i n g é n i e u r civil d e n a t i o n a l i t é f r a n ç a i s e : l'n c a p i t a i n e a u l o n g cours a y a n t accompli e n cette q u a l i t é au m o i n s quatre a n s d e commandement, à d é f a u t u n c a p i t a i n e au l o n g c o u r s s a n s c o n d i t i o n d e c o m m a n d e m e n t o u u n c a p i t a i n e au g r a n d cabotage ( brevet s u p é r i e u r ) : Un autre n a v i g a t e u r , s o i t u n c a p i t a i n e a u l o n g c o u r s , soit, à d é f a u t , u n capitaine a u g r a n d c a b o t a g e également muni d u b r e v e t supérieur, lorsqu'il s'agit d e n a v i r e s à v a p e u r ou a pro­ p u l s i o n mécanique, a y a n t accompli a u m o i n s quatre années d e n a v i g a t i o n o u l ' u n e d e c e s qualités o u , à d é f a u t , s a n s c o n d i t i o n d e n a v i g a t i o n , u n r e p r é s e n t a n t des c o m p a g n i e s f r a n ç a i s e s d ' a s suralices m a r i t i m e s : l'n officier m é c a n i c i e n d e la m a r i n e m a r c h a n d e e n a c t i v i t é o u e u retraite, à d é f a u t , u n mécanicien non officier d e la m ê m e m a r i n e o u u n m é c a n i c i e n civil d e n a t i o n a l i t é f r a n ç a i s e ;

l'n

représentant d e s armateurs et u n représentant d u p e r ­

s o n n e l s o i t d u p o n t , soit d e s machines, soit du s e r v i c e g é n é r a l , s e l o n la visite d o n t il s ' a g i t , p r e n n e n t p a r t a u x délibérations d e la c o m m i s s i o n a v e c voix d e l i b e r a t i v e , le représentant d u p e r s o n n e l devant a v o i r 60 m o i s d e n a v i g a t i o n . A d é f a u t , il p o u r r a être choisi s a n s condition de navigation ; Le C h e f d u service d e l ' I n s c r i p t i o n maritime d r e s s e r a , au commencement de c h a q u e a n n é e , u n e liste g é n é r a l e d e s per­ sonnes rentrant dans les catégories ci-dessus é n o n c é e s et suscep­ tibles d e faire partie de la commission d e visite p r é v u e à l ' a r t i c l e 4 d e la loi du 7 a v r i l 1907. Cette liste sera s o u m i s e à l ' a p p r o ­ b a t i o n d u Chef d e la c o l o n i e . Le C h e f d u s e r v i c e d e l'Inscription m a r i t i m e d é s i g n e r a sur c e t t e l i s t e , p a r r o u l e m e n t , à m o i n s d ' i m p o s i b i l i t é , e n tenant c o m p t e d e s absences et autres empêchements; l e s m e m b r e s de


— 566 — la commission, qui seront Chargés, pendant une période déter­ minée, de toutes les visites des bâtiments nouvellement cons­ truits ou nouvellement acquis à l'étranger. Le représentant des armateurs sera désigné par le Chef du service de l'Inscription maritime sur les listes dressées par la Chambre de commerce de la colonie. Le capitaine au long cours et le représentant du personnel naviguant seront désignés par le Chef du service de l'Inscrip­ tion maritime d'après les éléments dont ou disposera sur place. Les membres de la commission ne devront pas avoir encouru de condamnation pour infraction à la loi du 17 avril 1907. Ils seront n o m m é s par décision du Chef de la colonie qui, en outre, désignera le président, lorsque le Chef du service de l'Inscription maritime sera empêché ainsi que les suppléants, s'il y a possibilité, lorsque les titulaires seront empêchés. Art. 2. — La commission se réunira sur la convocation de son président, après demande du capitaine formulée par écrit et remise au service de l'Inscription maritime. Le président fixera l'heure de la visite qui devra être effectuée au plus tard, sauf le cas de force majeure, dans les q u a r a n t e huit h e u r e s de la d e m a n d e . Lue embarcation sera mise par le capitaine à la disposition de la commission pour se rendre à bord et pour son retour à t e r r e , et pendant toute la durée de la visite. Art. 3. — Les membres de la commission qui ne seront ni officiers ni fonctionnaires en activité de service rétribués sur les fonds du budget de l'Etal ou de la colonie recevront, sur les fonds du budget local, dans les conditions prévues par l'ar­ ticle 2 du décret du 8 juillet 1913, des rétributions dont le m o n t a n t sera fixé ultérieurement. Art. 4. — Le Chef du service de l'Inscription maritime est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera enregistré et communiqué partout où besoin sera, inséré et publié au Jour­ nal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. (Mayenne, le 10 décembre 1913, DIDELLOT. Le Chef

Par le Gouverneur : du service de l'Inscription maritime, C.

LASSALLE


— 567 — N°

420. - ARRÊTÉ relatif à la constitution de la commission de visite des navires ce, service, pris en application de l'article 2 du décret du 8 juillet 1913 et 15 de la loi du 17 avril 1907, sur la sécurité de la navigation maritime et la réglementation du travail à bord des navires de commerce.

(( 10 décembre 1913. LE GOUVERNEUR

p. i, de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 21 août 1828 ; Vu la loi du 17 avril 1907, Concernant la sécurité de la na­ vigation et la réglementation du travail à bord des navires de commerce, notamment les articles 5, 6 et 15 de cet acte lé­ gislatif; Vu les règlements d'administration publique des 20 et 21 septembre 1908, modifiés par les décrets des 10 avril 1909; 4 août 1910, 21 juin 1912 et 7 mars 1913, rendus en exécu­ tion de la loi du 17 avril 1907 ; Vu le décrit du 8 juillet 1913, désignant les ports des colo­ nies françaises et des pays de protectorat où seront instituées les commissions de visite des navires de commerce ayant leur port d'attache en France ou en Algérie, prévues à l'article 15 de la loi du 17 avril 1907 ; Vu la circulaire du Ministre des colonies, en date du 31 juillet 1913, pour l'application de ladite loi et des règlements qui y font suite ; Vu l'arrêté en date de ce jour, instituant la commission prévue a l'article 15 de la loi du 17 avril 1907, pour la visite des navires neufs ou nouvellement acquis à l'étranger; Sur la proposition du Chef du service de l'inscription ma­ ritime, ArrÊTE : er

Article 1 . — La visite des navires en cours de service sera faite par une commission composée ainsi qu'il suit : Le Chef du service de l'Inscription maritime, chargé de la police de la navigation maritime, président, qui peut déléguer en son lieu et place le capitaine ou lieutenant de port remplis­ sant les fonctions d'inspecteur de la navigation; Le même capitaine ou lieutenant de port ou, lorsque ce fonctionnaire sera délégué par le Chef de service de l'Inscrip-


— 568 — tion m a r i t i m e , un c a p i t a i n e au l o n g c o u r s o n , à d é f a u t , u n c a p i t a i n e au c a b o t a g e a y a n t le b r e v e t s u p é r i e u r ; Le Chef d u s e r v i c e des T r a v a u x p u b l i c s q u i peut d é l é g u e r u n c o m m i s p r i n c i p a l d e s T r a v a u x o u , s e l o n le c a s , u n m é c a ­ nicien ; Un m é d e c i n d e la m a r i n e , à d é f a u t , u n m é d e c i n d e s T r o u p e s c o l o n i a l e S ou un m é d e c i n c i v i l , o u tout a u t r e e x p e r t p r é v u it l ' a r t i c l e 1 d e l ' a r r é t é p r é c é d e n t , en d a t e d e ce j o u r . er

L e s m e m b r e s d e c e t t e c o m m i s s i o n s o n t n o m m é s et r e m ­ p l a c é s p a r d é r i s i o n du Chef d e la c o l o n i e , s u r la p r o p o s i t i o n du C h e f lu s e r v i c e de l'Inscription maritime A r t . 2 . — La c o m m i s s i o n s e r é u n i r sur la c o n v o c a t i o n d e son p r é s i d e n t , après d e m a n d e du c a p i t a i n e f o r m u l é e par écrit et r e m i s e au s e r v i c e d e l ' I n s c r i p t i o n m a r i t i m e . L e P r é s i d e n t fixera l ' h e u r e d e a v i s i t e , q u i d e v r a ê t r e effec­ t u é e a u p l u s t a r d , s a u f le c a s d e force m a j e u r e , d a n s l e s q u a r a n t e - h u i t h e u r e s de la d e m a n d e . U n e e m b a r c a t i o n s e r a m i s e à la d i s p o s i t i o n d e la c o m m i s ­ s i o n p a r le c a p i t a i n e pour s e r e n d r e à bord et s ' e n r e t o u r n e r à t e r r e et p e n d a n t t o u t e la d u r é e d e la v i s i t e . A r t . 3. — L e s m e m b r e s d e la c o m m i s s i o n q u i n e s o n t ni officiers, n i f o n c t i o n n a i r e s e n a c t i v i t é d e s e r v i c e r é t r i b u é s s u r les f o n d s d u b u d g e t d e l ' E t a t ou du b u d g e t l o c a l , r e c e v r o n t , s u r l e s f o n d s du b u d g e t l o c a l , d e s r é t r i b u t i o n s d o n t le m o n t a n t sera fixé u l t é r i e u r e m e n t . A r t . 4 i . — Sont abrogées toutes rieures c o n t r a i r e s au p r é s e n t a r r ê t é .

les

Impositions

anté-

A r t . 5. — Le C h e f du s e r v i c e d e l ' I n s c r i p t i o n m a r i t i m e est c h a r g é de l ' e x é c u t i o n du p r é s e n t a r r ê t é , q u i s e r a e n r e g i s t r é et communiqué p a r t o u t où b e s o i n s e r a , et i n s é r é a u Journal officiel et au Bulletin officiel de la c o l o n i e . C a y e n n e , le 10 d é c e m b r e

1913.

DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Chef du service de l'Inscription maritime, C.

LASSALLE.


— 569 —

N° 421 ARRÊTÉ désignant le lieutenant de Port de Сayenne pour remplir les fonctions d'Inspecteur de lu navi­ gation

maritime

10 décembre 1913. LE G O U V E R N E U R

p

i.

de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828; Vu l'article 7 de lu. loi du 17 avril 1907. concernant la sécu­ rité de la navigation maritime et la réglementation d u travail à b o r d des n a v i r e s de commerce ; Vu les règlements d'administration publique des 20 et 21 s e p t e m b r e 1908 modifiés par les décrets des 10 avril 1909, 4 août 1910, 21 juin 1912 et 7 mars 1913; Vu la circulaire du Ministra des colonies du 31 juillet 1913, p o u r l'application de la loi du 17 avril 1907 dans les colonies françaises aux navires ayant leur port d'attache en France. Constitution des commissions de visite des navires de commerce. Sur la

proposition

du Chef du

service

de 1 Inscription mari"

time, ARRÊTE : re

Article 1 . - Le capitaine ou lieutenant de Port de Cayenne est désigné pour remplir les fonctions d'Inspecteur de la navi­ gation maritime. Il exercera, sous l'autorité du Chef du service de l'Inscrip­ tion maritime, toutes les attributions dévolues par la loi du 17 avril 1907, à l'inspecteur de la navigation. Art. 2. — Le Chef du service de l'Inscription maritime est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera enregistré et communiqué partout ou besoin sera, inséré et publié au Jour­ nal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 10 décembre 1913. DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Chef du service de l'Inscription maritime, C.

LASSALLE.


— 570 — N° 422. DÉCISION accordant la franchise télégraphique pour les correspondances urgentes qu'il pourrait être néces­ saire d'échanger entre le Médecin-major du pénitencier des Roches de Kourou et le Commandant de la brigade de Gen­ darmerie, de Sinnamary. (13 décembre 1913. GOUVERNEUR p .

LE

i. de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828; Vu l'arrêté local d u 15 octobre 1885, r é g l a n t le l i g n e télégraphique de la Guyane f r a n ç a i s e :

service

de la

Vu l'arrêté local d u 11 j u i n 1913, relatif à l'installation et

au fonctionnement d u bureau télégraphique de Cayenne; Vu la lettre e n date du 11 novembre 1913, p a r laquelle M. la Capitaine, commandant le détachement de Gendarmerie d e le Guyane, demande la franchise p o u r la correspondance télégra­ phique qui p o u r r a i t ê t r e échangée e n t r e le Médecin du péniten­ cier d e s Roches d e K o u r o u el la b r i g a d e de Gendarmerie de Sinnamary : Sur

Le

la

Secrétaire général; privé entendu,

proposition

Conseil

du

DÉCIDE :

Article

er

1 . — La franchise télégraphique est

a c c o r d é e , dans le c a s d e m a l a d i e , d'accidents, ou d e tout a u t r e c a s g r a v e , pour l'échange de t é l é g r a m m e s officiels e n t r e la b r i g a d e de Gendar­

merie de Sinnamary et l'officier d u c o r p s d e S a n t é e n résidence a u pénitencier d e s Roches de K o u r o u et vice-versa. A r t . 2 . — Le Secrétaire général et le Receveur-comptable d e s P o s t e s s o n t chargés, c h a c u n en ce qui le concerne, de l'exé­

cution d e la présente décision, qui sera enregistrée et commu­ niquée p a r t o u t o ù besoin sera. Cayenne, le 13 décembre 1913 DIDELOT. Par le Gouverneur : Le Secrétaire E.

général DEBUC.

p. i.,


— 571 — N° 4 2 3 . — АRRÊТÉ relatif à la création de timbres-postes.

de débits

auxiliaires

13 d é c e m b r e 1903. L E GOUVERNEUR p , i. de la G u y a n e

française.

Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 2 7 a o û t 1 8 2 8 ; Vu l e s a r t i c l e s 1 3 9 , 154, 1 6 1 , 163 et 5835 de l ' i n s t r u c t i o n g é n é r a l e s u r lu service d e s P o s t e s ; Vu l ' a r r ê t é du ,26 d é c e m b r e 1 8 8 2 , c r é a n t à C a y e n n e d e s distributions auxiliaires de timbres poste ; Vu l ' a r r ê t é d u 9 f é v r i e r 1 8 8 5 , f i x a n t le t a u x d e la r e m i s e a c c o r d é e a u x p e r s o n n e s a u t o r i s é e s à ténir un débit a u x i l i a i r e de t i m b r e s - p o s t e ; Vu l ' a r r ê t é du 2 8 f é v r i e r 1912 c r é a n t u n d é b i t a u x i l i a i r e de timbres poste à S a i n t - L a u r e n t - d u - M a r o n i ; C o n s i d é r a n t les f a c i l i t é s q u i résulteront d e la c r é a t i o n d a n s l e s divers q u a r t i e r s de la ville de C a y e n n e et d a n s l e s c o m ­ m u n e s r u r a l e s , d e n o u v e a u x débits a u x i l i a i r e s d e t i m b r e s - p o s t e ; os

Vu les p r o p o s i t i o n s c o n t e n u e s d a n s l e s l e t t r e s n 2 8 e t 3 7 , des 5 et 8 n o v e m b r e 1 9 1 3 , d u R e c e v e u r - c o m p t a b l e , c h e f d u service d e s Postes et Téléphones ; Le Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE :

Article 1 . — Des débits a u x i l i a i r e s d e t i m b r e s - p o s t e , p l a c é s sous la s u r v e i l l a n c e i m m é d i a t e du R e c e v e u r des P o s t e s , p o u r r o n t ê t r e créés s u i v a n t les b e s o i n s d a n s l e s d i v e r s q u a r ­ t i e r s d e la ville de C a y e n n e e t d a n s l e s c o m m u n e s r u r a l e s importantes. er

Art. 2 . — L ' a u t o r i s a t i o n d e t e n i r u n d é b i t d e l i m b r e s - p o s t e s e r a a c c o r d é e p a r d é c i s i o n du G o u v e r n e u r , s u r la p r o p o s i t i o n d u C h e f du s e r v i c e l e s P o s t e s , à toute p e r s o n n e h o n o r a b l e , d i g n e d e la c o n f i a n c e de l ' A d m i n i s t r a t i o n . La d e m a n d e é t a b l i e à c e t effet d e v r a ê t r e a c c o m p a g n é e d ' u n c e r t i f i c a t v i s é p a r l e s e r v i c ê d e la v o i r i e , a t t e s t a n t q u e le d é b i t à c r é e r doit fonction o r d a n s u n e m a i s o n s i t u é e à u n e d i s t a n c e d e q u a t r e c e n t s mètres a u m o i n s d e t o u t b u r e a u d e P o s t e s , o u de tout d é b i t auxiliaire d e t i m b r e s . L e m ê m e certificat d e v r a être fourni e n c a s d e d é m é n a g e m e n t u l t é r i e u r .


— 572

A r t . 3 . — Les d é b i t a n t s de t i m b r e s - p o s t e s o n t t e n u s de s ' a p p r o v i s i o n n e r au bureau d e s P o s t e s du c h e f - l i e u de l e u r c o m m u n e . Leurs d e m a n d e s devront être autant que possible d ' u n e v a l e u r m u l t i p l e d e c n q f r a n c s . Elles s e r o n t i m m é d i a t e ­ ment exécutées s e u l e s , c e l l e s qui s e r o n t d e p o s é e s p e n d a n t la p r é s e n c e d u g r a n d c o u r r i e r n e s e r o n t s e r v i e s q u ' a p r è s le d é p a r i de ce courrier L e u r a p p r o v i s i o n n e m e n t d e v r a ê t r e suffisant p o u r les be­ s o i n s d ' u n m o i s et c e m p o s é d e m a n i è r e a r é p o n d r e a u x a p p l i ­ c a t i o n s les p l u s u s i t é e s d e s t a r i f s . A r t . 4. — Il e s t a c c o r d é a u x d é b i t a n t s a u x i l i a i r e s d e t i m b r e s - p o s t e d û m e n t a u t o r i s é s , u n e r e é m i s e d e ei;:q p o u r c e n t s u r l e m o n t a n t bruit d e s t i m b r e s - p o s t e , à la charge, d ' e n p a y e r c o m p t a n t la v a l e u r . A r t . 5. — L e s d é b i t s a u x i l i a i r e s de t i m b r e s p o s t e s o n t o u ­ v e r t s t o u s l e s j o u r s d e la s e m a i n e , d e 7 h e u r e s d u m a l i n à 5 h e u r e s d u s o i r ; les d i m a n c h e s et j o u r s de fête j u s q u ' à 1 1 h e u r e s du matin. A r t . 6. — S o n t et d e m e u r e n t r a p p o r t é e s p o s i t i o n s c o n t r a i r e s au p r e s e n t a r r ê t é .

toutes

les dis"

À r t . 7 . — L e R e c e v e u r - c o m p t a b l e , C h e f du s e r v i c e d e s P o s t e s , e s t c h a r g é d e l ' e x é c u t i o n du p r é s e n t a r r ê t é , qui s e r a e n r e g i s t r é et communiqué p a r t o u t où b e s o i n s e r a , et inséré! a u Journal officiel et au Bullettin officiel d e la c o l o n i e .

C a y e n n e , le 1 3 décembre

1913. DIDELOT.

P a r le Gouverneur : Le Receveur-comptable, Chef du service des Postes et Téléphones. GÉNOT.

424. DECISION décernant au Receveur-adjoint des Postes un témoignage officiel de satisfaction. ,

LE GOUVERNEUR

(

31

décembre 1913. )

p. i. de la Guyane française,

Vu l'ordonnance organique de 1828 ; Vu le r a p p o r t d u Receveur-comptable, Chef de l'avis conforme du Secrétaire g é n é r a l .

service,

et


— 573 — DÉCIDÉ : er

Article 1 , Un témoignage officiel de satisfaction e s t dé­ cerné à M. A u g u s t e Q u i n t r i e - L a m o t h e . Receveur-adjoint d e s P o s t e s , pour l'intelligence, le zèle et le dévouement dont il a fait preuve d a n s la direction d e s travaux de réfection du nouveau réseau téléphonique. A r t . 2 . - Le Secrétaire général et le Chef du P o s t e s s o n t chargés, chacun e n ce qui le concerne, tion de la présente décision, qui sera enregistrée pirquée p a r t o u t o ù b e s o i n s e r a , insérée e t publiée officiel et a u Bulletin officiel de la c o l o n i e . Cayenne, le 31 décembre

service d e s de l'exécu­ et çommuau Journal

1913. DIDELOT.

N° 425. - ARRÊTÉ rendant plémentaires, de con tribu lions l'aninée 1 9 1 8 .

exécutoires trois rôles directes ou assimilées

sup­ pour

(31décembre 1913.)

L E GOUVERNEUR p . i. d e l a G u y a n e f r a n ç a i s e , Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e c e l l e du 22 août 1 8 3 2 ;

du 2 7 août

1 8 2 8 , modifié

par

Vu le d é c r e t c o l o n i a l d u 11 j u i l l e t 1 8 3 7 , s u r l ' a s s i e t t e , la r é p a r t i t i o n et la p e r c e p t i o n d e s c o n t r i b u t i o n s p u b l i q u e s à la Guyane ; Vu le d é c r e t d u 1er a v r i l 1 8 5 8 , q i r e n d a p p l i c a b l e à la G u y a n e la loi d u 2 1 a v r i l 1 8 1 0 s u r l e m i n e s ; Vu l ' a r r ê t é local du 2 8 m a i 1 8 0 0 , p o r t a n t r è g l e m e n t sur les p o u r s u i t e s e n m a t i è r e d e c o n t r i b u t i o n s directes e t a s s i m i l é s , Vu le d é c r e t d u 2 3 d é c e m b r e 1 8 7 8 . p o r t a n t i n s t i t u t i o n d'un C o n s e i l général à la G u y a n e f r a n ç a i s e Vu le d é c r e t d u 5 a o û t 1 8 8 1 , c o n c e r n a n t l ' o r g a n i s a t i o n et la c o m p é t e n c e d e s C o n s e i l s d e c o n t e n t e u x a d m i n i s t r a t ! . ! ; Vu le d é c r e t du 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 , s u r le s e r v i c e lit a n c i e r des colonies ; Vu Г а г . è i e l o c a l d u 2 8 j a n v i e r 1 8 8 1 . r e n i a n t e x é c u t o i r e la deliberati)!) d u C o n s e i l g é n é r a l , r e l a t i v e a n x m o d i f i c a t i o n s a p p o r t é e s a ' a l é g i s l a t i o n l e s p a t e n t e s e n v i g u o u r d a u f La c o l o n i e ; Vu le ^ 3 d e l ' a r t i c l e 3 3 d e la foi d é s finances d u 1 3 a v r i l 1901);


— 574 — Vu la délilM'ir](ion e n riàle d u 2 1 d é c e m b r e 19 ¡ 2 , p r l a q u e l l e le C o n s e i l g £ n r a l a fixé le t a r i f d e s t a x e s e ' c o n t r i b u t i o n s l o c a l e s p o u r l ' a n n é e 1 9 1 3 e*t l ' a r r ê t é local d u 2 8 d é c e m b r e 1 9 1 2 , r e n d a n t , e x é c u l o i r e la l i i e d é l i b é r a t i o n ; :

Le C o n s e i l privé e n t e n d u , ARRÊTE : e r

Article 1 . — Sont r e n d u s exécutoires trois rôles mentaires de contributions directes ou assimilées, p o u r l ' a n n é e 1 9 1 3 , a u profit le la c o l o n i e , s a v o i r :

supplé­ élab'is,

C a y e n n e :

[mpùi locatif Patentes Poids et m e s u r e s Centimes additionnels.

89 1)00

F

». 8 0

116 M O i 9 14 f

l,loo 8i Roura : Patentes Poids et m e s u r e s

75 * 0 75 75 75 Rémire.

Patentes P o i d s et m e s u r e s

02 50 0 75 03 25 l,^J4

84

Art. — L e p r é s e n t a r r ê t é s e r a e n r e g i s t r é «-t « • a n i . n u n i q n é p a r t o u t o n b e s o i n s e r a , i n s é r é e t p u b l i é a u Journal officiel et a u Bulletin olfickl d e la c o l o n i e . C a v e M n e , l e 31 d é c e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT. Par le Gouverneur : Le

Secrétaire

E

général

DEBUC..

p. i ,


— 575 — V

4 2 0 . — .4 {RÈfE rendant exécutoires trois rôles ^élé­ mentaires dr tares eomm mates pair l'unie l'.ilil. 34 d é c e m b r e 1943. L E GouvERîsÉtfR

|>. i. d e la G u y a n e

bancaire,

Vu l ' a r t i c l e 2 2 d o l ' o r d o n n a n c e organique d u 2 7 a o û t 1 8 2 ^ , m o d d i é e p a r c« IJe d u 2 2 a o û t 1 8 3 3 ; Vu l ' a i r ê l é l o c a l d u 2 8 m a i 1 8 0 0 . p o r t a n t r c g l e n n ni s u r l e s p o u r s u i t e s e n m a t i è r e d e c o n t r i b u t i o n s d i r e c t e s et a s s i m i l é e s ; Vu l ' a r r ê t é l o c a l d u 1 0 o c t o b r e I 8 t f 8 , c r é a n t l ' i m p ô t des p r e s t a t i o n * a u \ c h e m i n s cl c a n a u x v i c i n a u x ; Vu l e s d é c l s d e s 15 o c t o b r e 1 8 7 9 e t 1 7 d é c e m b r e H 9 2 , p o r l a . n l o r g a n i s a t i o n d e s m u n i c i p a l i t é s à la G u y m e f r a n ç a i s ; Vu l ' a r r ê t é d u 2 8 s e p t e m b r e 1 9 0 3 , p o r t a i . I r è g l e m e n t s u r l ' a d m i n i s t r a t i o n e t la c o m p t a b i l i t é d e s c o m m u n e s ; Vu le d é c r e t d u 2 0 n o v e m b r e 1 8 8 2 , s u r le <e--vi.ee f i n a n c i t des colonies ; Vu le t a r i f e> t a x e s c o m m u n a l e s p o u r l ' a n n é e I 9 i 3 ; Le C o n s e i l p r h é e n t e n d u , ARRÊTE : • r

A r t i c l e I * . - S o n t r e n lus e x é c u t o i r e s ( r o i s r ô l e s s u p p l é ­ m e n t a i r e s de .axes c o m m u làles, établis, p o e r l'année 1 9 1 3 , au piofit d e s c o m m u n e s s u i v a n t e s : Rémire : I icence de cabaret Poids et m e s u r e s T a x e s u r l< s v o i t u r e s a t t e l é e s

?T 5 0 2 75 6 00 10

1

25

lracoubo.

Licence d e c a b a r e t loi

12 5 0

s ei m s u r e s

2 75 15

Maiourj. T a x e s u r les v o i l u r e s a t t e l é e s Art. 2 . — Le p r é s e n t arrêté sera q u é p a r t o u t o ù b e s o i n s e r a , i n s é r é et et a n Bulletin officiel d e la c o l o n i e . C a v e n n e , le 3 1 d é c e m b r e 1 9 1 3 .

12 0 0 m r >islré et c o m m u n i ­ u b l i é au Journal officiel

1)1 O h P a s le G o u v e r n e u r : Le Secrétaire E.

général DEI5I <

p.

t.,

98

L O I


-

576

-

427. * ~ ARRETE modifiant l'article 6 d< l'arrêté du 28 septembre /.'05, partant règlement sur l'admini.-di ilion et la comptabilité des communes. 31 d é e m b r e LB

GOUVERNEUR p .

t'.H3.

i. d e la Guyane fra ç a i s e ,

Vu l ' o i ' i l o n n a n c c oi g a n i q n e 'Hi 2 7 a o û t 1*828 ; Vu l ' a r t i c l e 6 d e l ' a n é t é l o c a l du 2 8 s e p t è m b r « f 9 0 3 , p o r ­ t a n t r è g l e m e n t s u r l ' a d o . u ï i s t r a t i o n et la c o m p t a b i l i t é d» s communes ; Vu la d e m a n e d u Cuns'feil m u n i c i p a l d e Mafia, t o n d a n t à c e q u e la m u n i c i p a l i t é s o i t a u t o r i s é e a e n g a g e r , s u r si m , d e s t a c t u r e s , d e s d é p e n s e s s u r l e s Créd t s o u v e r t s an b u d g e t d e la c o m m u n e , j u s q u ' à c o n c u r r e n c e d e 1 , 0 0 0 f r a n c s ; S u r la p r o p o s i t i o n d u S e c r é t a i r e Le Ci nseil p r i v é

entendu,

Arrêté : r

Article r .

généra] ;

*

Le p r e m i e r p a r a g r a p h e d, l ' a j i i c l e 6 s u s v i s é

de l ' a r r ê t é d u 2 8 s e p t e m b r e 1 9 0 3 e s t m o i i i i é aimu q u ' i l suit . v< L " s m u n i c i p a l i t é s p a v e n t e n g a g e r - l e - uVp m .e> s u r l e * e r é i b h o u v e r t s à , l e u r - b u d g e t s i l $ u r si-u j é l F a c t u r e s , po< r les 'ravaiix de réparation ordinaire o u d'eu'.icti n et pour h s e n t r e p r i s e s ou f o u r n i t u r e s d o n t le m o u l a n t n ' e x c è d e p a s 1 , 5 ) 0 f r a n c s p o u r la c o m m u n e d e M a y e n n e , 1 , 0 0 0 f r a n c s 1

« « <c «

« pour l e s DommntfèS de Mana e t S i n n a m a n , « pour les autres c o m m u n e s . »

ei 5 0 0 f r a n c s

Ait 2 . — Le Secrétaire général e s t c l n r g é de l'exécution du p r é s e n t a n q u i sér.i e n r e g i s t r é e t c o m m u n i q u é pat t o n t où b e s o i n s e r a , c l i n s é r é a u Journal o / / c n / e t au lïul e in of­ ficiel d e la c o l o n i e .

et** ',

f

C a y e n n e , le 31 d é c e m b r e

1913. D 1 D E L O T .

Par le G o u v e r n e u r :

Le Secrétaire E.

général

DEBUC.

p. ?..


— 577 — N° 128. — ARRÊTÉ rendant exécutoire un ioie taire ds taxes communales pour i$V>.

supplémen­

; 3 ) décembre 1 9 1 3 . LE

QOUVERNEUR

p . i. d e la G u y a n e

française,

Vu l ' a r t i c l e 2 2 d e l'ordonnance o r g a n i q u e du 2 7 a o û t 1 8 2 8 , m o d i f i é e par c e l l e d u 2 2 a o û t 1 8 3 3 ; Vu l ' a r r ê t é l o c a l d u iH m a i i860, p o r t a n t r è g b m ni sut l e s p o u r s u i t e s e n m a t i è r e d e c o u n i m b o n s d i r e c t e s ci a s s i m i l é e s - ; Vu l ' a r r ê t é l o c a l du 1 0 o c t o b r e 1 8 6 8 , c r é a n t l ' i m p ô t d e s p r e s t a t i o n s aux c h e m i n s et c a n a u x vicinaux : V i i l e s d é e n t s d e s 1 5 o c t o b i é 1 8 7 0 e t 17 d é c o u br.e 1 8 9 2 , p o r t a n t o r g a n i s a t i o n d e s m u n i c i p a l i t é s à la G u y a n e f r a n ç a i s e ; Vo l ' a r r ê t é «in 2 8 s e p t e m b r e 1 9 0 3 , p o r t a n t r è g f e m é i l s u r l ' a d i n i h i s i r a t i o n e t la c o m p t a b i l i t é d e s c o m m u n e s ; Vn le d é c r e t d u 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 , sur l e s e r v i c e financier (les c o l o n i e s ; Vu le tarif d e s t a x e s c o m m u n a l e s

pour l'année 1 9 1 3 ;

Le Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE ; r

A r t i c l e if . — E s t r e n d u e x é c u t e i r e u n rôle s u p p ! t a i r e d e t a x e s c o m m u n a l e s , é t a b l i , p o u r l ' a n n é e 1 9 1 3 , a' d e la c o m m u n e d e C a y e n n e , s a v o i r : •• ' C i b r o u e t s et v o i l u r e s C h e v a u x , m u l e t s et â n e s L i c e n c e s de c a b a r e t s et cafés Taxes de boulangerie Poids et mesures T a x e s u r les v é l o c i p è d e s -

...

0_5 407 2,180 375 2 5 530

r

nieuprofit

00 50 00 l'O 0')00

-4,1 4 i ' 5 0 Art. 2 . — Le Secrétaire général est c h a r g é d e l'exécution d u p r é s e n t a r r ê t é , q u i s e r a e n r e g i s t r é et c o m n i u i r o i é p a r t o u t où b e s o i n s e r a , i n s é r é e t p u b l i é au Journal officiel et au L'ulletin officiel |de la c o l o n i e . C a y e n n e , le 31 d é c e m b r e 1 9 1 3 . DIDELOT.

Par le Gouverneur : Le Secrétaire K

générât bl-BUC.

p.

i.,


— 578 — N° 4 2 9 . — ARRÊTÉ. — Commission de classement chargée d'adresser le tableau d'avancement du personnel du cadre lo­ cal du Secrétariat général. M décembre

1913.

L E G O U V E R N E U R [> i. d e la G u y a n e Vu l ' o r d o n n a n c e

française,

organique du 27 août 1 8 2 8 ;

Vu l ' a r t i c l e 2 2 du d é c r e t d u 2 4 n o v e m b r e 1 9 1 2 , p o r t a n t réorganisation du personnel d e s Secrétariats généraux d e s co­ lonies ; Vu l e s i n s i n u i o n s - o n t e n u e s d a n s la c i r c u l a i r e m i n i s t é ­ r i e l l e u n 11 m a r s I 9 L . n ° G, r e l a t i v e s à l ' a p p r o b a t i o n du «lit déciet ; Vu l a d é p ê c h e m i n i s i d ' i e l l e e n d a t e no 2 1 , 1

du 2 0 o c t o b r e ' 1 9 1 3 ,

ARLÈTE :

A r t i c l e l e ' . — La C m m i s s i o n d e c l a s s e m e n t , c h a r g é e d e d r e s s e r le t a b l e a u d'av; n c e m e n t du p e r s o n n e l d u c a d r e l o c a l d u S e c r é t a r i a t g é n é r a l le la G u y a n e , e s t c o m p o s é e a i n s i q u ' i l suit : Le S e c r é t a i r e g é n é n Le Chef du I

3

-

e r

,

président;

bure, u du Secrétariat généra! ;

e

-

Un c o m m i s p r i n c i p a l d u S e c r é t a r i a t

g é n é r a l d é s i g n é p a r le

Gouverneur. A r t . 2 — L e s d é l i b é r a t i o n s d e la t o m i n i s s i o n n e s o i n va­ l a b l e s q u e si t r o i s ou cinq d e s e s m e m b r e s s o n t p r é s e n t s . Àr.t. 3 . — L e p r é s e n t a r r ê t é s e r a e n r e g i s t r é et c o m m u n i ­ q u é p a r t o u t o ù b e s o i n s e r a , p u b l i e et i n s é r é a u Bulletin <>/'ciel et a u Journal officiel d e la c o l o n i e . C a y e n n e , le 3 1 d é c e m b r e 1 9 1 3 . D IDE LOT.

Par l e Gouverneur : Le Secrétaire

général p. i.,

E . DEBTC


— 579 — M) \! IS A I 1OX S, M U I A T I 0 > 3 , COSC ES, ETC. \ ° 430. — Suivant avis du Chef du service colonial de .Nantes, du 6 novembre 1913, oui obtenu des eo^gésçte con­ valescence de 3 mois: MM. (ianty, préposé dés Douanes; jusqu'au 0janvier 1914; Porte, préposé des Douanes, jusqu'au 7 février 1914. № 431. — Par arrêté du Gouverneur, en dat. du 2 décembre 1913, M. Aupia (Egidius) a été agréé gar m part jeu'ier des concessions de la Soi iété anonyme du nlaeer « Enfin », à Ma a, des concessions île la société du placer » Souvenir », n ' 23 ¡92350-3633- 635-3636-3643-06и et 773, ;onsi quede celles aux noms du M Vf. Jules et Léonce Melkior et Auge te Beaujoie, situées dans la Haute-.Vlana. № 432. — Suivant lettre du Gouverneur, de la Ma fi­ ni q n e du 8 décembre 1913, par décision tu 6 décembre, prise après avis du Conseil de Santé, une prolongation de congé' de convalescence de t r o i s mois, à passer à la Mar'iniqne, va­ lable du 0 décembre 1913 au 31 mars 1914 inclus, a été accordée à M Samte-Crofs ( Antoine), dactylographe an caoi et du Gouverneur de la Guyane. № Ш. Par décision du (iouveriieur, en date du 11 décembre 1913, prise sur la proposition du Chef du service de l'Instruction publique, M Menât (Joséphine) est nommée maîtresse de couturé à l'école mixte de Matoury. mé

№ 4 3 1 . — Par arrêté du Couve neur, eu date du 13 dé­ cembre 1913, pris en Conseil privé, ont é;e déclarées nulles et de nul effet, les délibérations du Conseil municipal de Sinnamary de la session ordinaire du mois d'août 1913, dans leurs pailies ayant trait à des critiques déplacées à l'égard de l'Ad­ ministration supérieure. № ÍS5. - Par décision du Gouverneur, en date du 15 décembre 1913, le Collège et les Ecoles publiques de la colonie


seront fermés

du

580 —

mercredi;2l dé£emf)rê

au lundi

5

janvier

prochain. № 436'. — S u i v a n t l e t t r e d u G o u v e r n e u r d e la G u a d e ­ l o u p e '¡1 1 ô décembre I 9 ' 3 , u n congé d e cou v a ' e s c n é e d e t r o i s m o i s , v a l a b l e J U S Q U ' a u l<S lévrier 1 9 1 4 , faisant s u i t e a un c o n g é a d m i r n - d r a t ' l , a été' â c e d r d o a VI. B a z i l t - O c t u m i l , p o i t e - c i e f s à la P r i s o n d e C a y j e n n é .

№ 4 3 7 . — Р ч ai voté d u G o u v e r n e u r , e n d a t e du 1С d é ­ c e m b r e ' 9 1 3 , p r i s si la p r o p o s i t i o n d u P r o c u r e u r g é n é r a l , C h e f d'u s e r v i e , j u d i c e m e , \ i . P o l u s ( P a u l i n a s ' , g r e f f i e r de. la J u s t i c e d e paix d e С vcunfc, a é t é a p p e l é à p r e n r e les f o n e l i o n s * i з i » t il e s i t i l i r a i r e . • !

N°4 3 8 .— P.<R d é r i s i o n d u G o u v e r n e u r , e n d a t e d u 1 8 d é c e m b r e 1 9 : 3 , prise s u r la p r o p o s i t i o n d u PROCIUEUR g é n é r a l , C h e l d u s e r v i c e j u d i ( ;а.Ье, u n c o n g é d e e o n v a l e s e e n e e d o s i x jjiïois, p o u r e n j o u i r ' * I F r a n c e ' , a é t é a c c o r d é à M. I , é v y . I V o ­ c e "-,!• g ' M K ' r a l , . * b e l d u SERVICE j u d i c i a i r e d e la G u y a n e f r a n ­ çaise. *Л ",

4 3 9 . — P a r a . r è t é du G o u v e r n e u r , e n d a t e d i 18 d é ­ cembre $ 9 1 3 , M. D e , n a t , P r é s i d e n t d e la C o u r d ' a p p e l d e la (>u\ I. , E S I p r o v i s o i r e m e n t n o m m é P r o c u r e u r g é n é r a ' , C h e f d u s e r v i c e j u d i c i a i r e , e n r e m p l a c e m e n t e t p e n d a n t la d u r é e u u c o n g é a c c o r d é a u t i t u l a i r e , M. L é v v .

N° 4 4 0 . — P a r a r r ê t é du Gouverneur, en date du 4 9 d é ­ c e m b r e 1 0 1 3 , p r i s sur la p r o p o s i t i o n du Procureur général, chef du service judiciaire, ont été provisoirement nommés: 1" Président de la Cour d'appel, M. .\esty. conseiller à la même Cour, en remplacement de M. Delprat, appelé à d'autres fonctions : 2- C o n s e i l l e r a la Cour d'appel, M. Socrute, juge de paix à Sinnamary, en r e m p l a c e m e n t de M. A'esty. p r é c é d e m m e n t a p ­ pelé à d ' a u t r e s fonctions ;


— 581 — 3° ConseifleFauditeur'au même siège, M. Lhuerre, avocat, ea remplacement de M. Moutagjiou.

№ i41. — P a r d c c i s i o n d u G o u v e r n e u r en d a t e du i\ d é c e m b r e 1 9 1 3 . | r i s e s u r la p r o p o s i t i o n du Chef du s e r v i c e de rinstruciion publique, M Boris («Lucelle) a (dé n o m m é e fiireetrice de 1 racole d e s P i l l e s d e Cayenne, en r e m p l a c e m e n t de iM"' B o r n o v i l l e , m i s e à la r e t r a i t e . l l e

e

X U â . — P a r d é c i s i o n du m ê m e j o u r , prise sfirja p r o p o ­ sition d u Chef d u s e r v i c e d e P I r t s t r u c t i o n p u b l i q u e . M . L a p o n e ( P a u l ) a é t é n o m m é D i r e c t e u r d e 1 É c o l e d e s G a r ç o n s de C a y e n n e , en r e m p l a c e m e n t de M. B o r n o v i l j e , n u s à la retraite.

№ Aï.]. — P a r a r r ê t é du G o u v e r n e u Y , e n ' d a t e du 31 d é ­ c e m b r e 1 9 1 3 . p r i s sur la p r o p o s i t i o n du P r o c u r e u r g é n é r a l . C&efdp s e r v i c e j u d i c i a i r e p i-> ont été p r o v i s o i r e m e n t n o m m é s ;

\ ° C o n s e i l l e r à la Coin d ' a p p e l d e C a y e n n e , M. P é r i s s e , p r o c u r e u r d e 1* R é p u b l i q u e au M a r o n i , en r e m p l a c e m e n t de M. Ne s h , a p p e l é à d ' a n t r e s f o n d i o n s : 2° Lie. t e n a n t d o j u g e d i T r i b u n a l de l ° i n s t a n c e d e C a y e n n e , M. Lh lerre . C o n r a d ) , a v o c a t , en r e m p l a c e m e n t d e M. L é o p o b l L é g e r , p n é édi m m e n t a p p e l é b d ' a u t r e s f o n c t i o n s ; r

r

3° P i o c u r e u i d e la R é p u b l i q u e au T r i b u n a l de l « i n s t a n c e du Mai o u i , Ai. ( T i é r i u s - C b é r y , j u g e - s u p p l é a n t à C a y e n n e , en r e m p l a c e m e n t d e M. P é r i s s e ; 4" C o n s e i l l e r a u d i t e u r à là Coup, d ' a p p e l de C a y e n n e M . So*, c r a t e , j u g e d e paix a S i n n a m â r y . en r e m p l a c e n n - n t de M ; M o n tagnon. t

N" | 4 4 . — P a r a r r é i e du G o u v e r n e u r , en d a t e du 31 iiéc « m b r e 1913, pris s u r la p r o p o s i t i o n du P r o c u r e u r g é n é r a i , Chef d u s e r v i c e j u d i c i a i r e p . i , M. C a s t e l , juge s u p p l é a n t près, du T r i b u n a l de i i n s t a n c e de. C a y e n n e , est p i o y i s o i r e m e n t n o m m é j u g e d é paix en la m ê m e ville, en r e m p l a c e m e n t de .M. K i b e s , en c o n g é , r e

42


— 582 — Aux termes du même arrêté, est rapporté celui du 9 mai 1912 nommant M. Félix Amusa»!, juge He prix provisoire à Cayenne. № Î45. Par arrêté du Gouverneur, on date du 3 1 décetnbre 1 9 1 3 pris sur la proposition du Procureur général, Chel >u service judiciaire p. i., un congé de six mois, pour affaires personnelles, a été accord» à M . S a n i l e Léon), huis­ sier à Cayenne. 1

Par le même an été. M. lialmus Gabriel), ancien huissier a été nommé huissier provisoire près la Cour et les Tribunaux de la colonie en remplacement et durant l'absence de M.Sanite.

N" Hr>. — Par décision du P r o c u r e u r général, Chef du service judiciaire, en date du 12 décembre 1913, la peine de la censure avec r é p r i m a n d e a été prononcée contre M Prévôt, notaire, pour faute disciplinaire. e

CERTIFIÉ

Le

CONFORME :

Secrétaire-archiviste,

Signé': En. GUERLAIN.

CAYENNE — i m p r i m e r i e

du g o u v e r n e m e n t .


PAGES.

TABLE ALPHABÉTIQUE DES MATIÈRES. ANALYSE.

DATES.

A administrateurs 1912. 15

NOV

coloniaux.

p o r t a n t réorganisation du corps administrateurs coloniaux

Décret

Administration

Jes

133

pénitentiaire.

1907. lit juillet. Loi relative à la suppression de l'envoi dans les colonies pénitentiaires des femmes récidivistes

428H

Arrêté ministériel déterminant le programme du concours pour legrade de c o m m i s prin­ cipal rédacteur de 2e classe de l'Adminis­ tration pénitentiaire coloniale

2 M!

Dépêche ministérielle au sujet du concours de commis prineir al rédacteur de 2 classe de l'Administration pénitentiaire c o l o n i a l e . .

214

Arrêté portant cession de main-d'œuvre pé­ nale au Service local pour réfection du réseau téléphonique

305

Loi rendant applicable aux colonies la loi du 19 juillet 1907, elative a la suppression de l'envoi dans les colonies pénitentiaires des femmes récidivistes.

428

Arrêté prorogeant de trois ans la cession de main-d'œuvre pénale accordée au Service loeal pour le Jardin d'essais de la colonie.

390

1913

5 mars.

1913. S murs..

1913. 4 juin.

1913. S août. . .

1913. 16 août.

e

B Banque. 1912. 2'i decernb. Loi portant prorogation du privilège des Banques coloniales et des statuts desdites Banques...., 43

12-1


PAGES

— 584 — DATr.S.

AXALY F,.

4913 18 mars.

Arrête' supprimant la distribution du divi­ dende de la Banque pour le deuxième se­ mestre de l'exercice 4911-1912

122

Arrêté autorisant la distribution d'un divi­ dende de la Banque pour le deuxième semestre 4912

123

1943. 4 & a o û t . . . Arrêté autorisant la distribution d ' u n divi­ dende de la Banque pour le | e semestre 4943.

39»

1913. 18 mars.

r

m Biblio-theqce. 1913. 9 août.

Arrêté autorisant le versement au Trésor du . montant des dépôts de garantie effectués par les abonnés à la Bibliothèque publique « Alexandre -Franconie »

389

Bienfaisance. 1943. 42 sept.

Arrêté réglant le fonctionnement du Bureau de bienfaisance de la commune de Bémire aimi que les attributions de la commission administrative de cet établissement

421

c Caisse d'épargne. 1913. 29 mars.

Circulaire ministérielle portant modifica­ tions a l'instruction du ! c mai 4905, sur les succursales régimentaires tie la Caisse nationale d'épargne

3821

Caisse de réserve. 4913. 31 mai. . . Arrêté autorisant le versement a la caisse de réserve du Service local de l excédent de • recettes de l'exercice 1942

27!)

1913. 16 s e p t . . > Arrêté. -— Prélèvement à la caisse de réserve.

430


P.VI ES •

PAGES

— 585 —

ANALYSE,

Cérémonies

publiques.

-1912. l O d é c e t n b . Décret relatif a u s c é r é m o n i e s p u b l i q u e s , ' , préséances. honneurs civils et militaires d a n s les c o l o n i e s et pays d e p r o t e c t o r a t dépendant d u Ministère des c o l o n i e s . . . .

1913. 27 jaiiv. .

Instruction p o u r l ' a p p l i c a t i o n d u d é c r e t d u 10 d é c e m b r e ' 9 1 2 . relatif a u x c é r é m o n i e s p u b l i q u e s , pi' s é a n c e s , h o n n e u r s c i v i l s e t militaires dans les colonies et pays d e protectorat ^ d é p e n d a n t d u .Ministère d e s colonies m

92

108:

Chambre d'agriculture. 1913! ï o e t o b .

D é c i s i o n portapj r e n o u v . Ilernenl. d u m a n d a t des m e m b r e s d e la ( h a m b r e d ' a g r i c u l t u r e .

486

Chambre de commerce. 1913. 27 j u i n .

D e c i s i o n c o n v o q u a n t les é l e c t e u r s c o n s u l a i r e s p o u r l'élection d e q u a t r e m e m b r e s d e la Chambre de c o m m e r c e «

340

Cbemins de 1er. 19(2. 23décëiïib

Circulaire ministérielle. — Tirage au sort d e s o b l i g a t i o n s d e s c h e m i n s d e 1er d e l'Etat.

'.7

CoIJfge electoral. |il!3 4 mars

A r i e l e c o n v o q u a i , t le c o l l è g e e l e c t o r a l d e la 3 c i r c o n s c i . p t i o n . à l'effet d'élire u n c o n ­ s e i l l e r général

N0

Ai réte p o r t a n t c o n v o c a t i o n d u c o l l è g e é l e c ­ toral d e la c o m m u n e d e Réni ire. ",

255,

Arrête portant c o n v o c a t i o n d u c o l l è g e é l e c toial de l'Approiiague

413

, ;

1 9 ( 3 . 10 m a i .

1

1913. 3 s e p t ,


PAGES.

— 586 — ANALYSE.

DATES.

Commissions diverses. 1913. 3 janv.

1913. 14 mars.

1913. 5 avril.

Décisk*. — Prime d'encouragement à la culture. — Nomination d'une commission Arrêté nommant une commission d'examiner un projet d'arrêté, par le service judiciaire, au sujet veaux émoluments à allouer aux de la colonie

17

chargée prépare de nou­ greffiers 118

Décision fixant la composition de la commis­ sion chargée d'élaborer le programme du concours agricole de -1913

153 i

Décision nommant une comi iission spéciale, a l'effet d'examiner le nouveau projet dé­ réglementation minière présenté par M. l'Ingénieur Gajan, chef du service des Tra­ vaux publics et des Mines de la c o l o n i e . .

342

juillet. Décision fixant la date de la réunion de la commission chargée d'ex; miner I état des marins qui sollicitent u m pension, pour cause il'inlirmités ou un secours sur la caisse de Prévoyance et désignant les membre* de cette commission

358

1913. 28 juin.

1913. 1

e r

Communes (comptabilité). 1913. 31 décemb. Arrêté modifiant l'article 0 de l'arrêté du 28 septembre 1903, portant règlement sur l'administration et la comptabilité des communes C o m p t e s de 1913. 22 mars.

576

gestion.

Arrêté donnant quitus a M. de Saint-Quentin, receveur du 3 bureau de l'Enregistre­ ment de Cayenne, pour sa gestion du 16 janvier 1906 au 3i mai -1907 e

129|


587 — PAGES.

ANALYSE.

DATES.

Concessions d'eau. 1913.

13 octob.

Décision rapportant celle du 18 janvier 1898, disposant qu'il ne sera plus accordé, j u s ­ qu'à nouvel ordre, de concession d'eau sur le parcours des conduites d'amenée des eaux de Rorota-Rémire *

493

Concours. Voir

Secrétariat

général. Mines,

Concours Voir Commissions

Travaux

Port,

publics,

etc.

agricole".

diverses.

Congés. 1913. 20 février. Décret concédant des congés de maternité spéciaux au personnel féminin en service aux colonies

152

Circulaire ministérielle au sujet de la con­ cession des congés administratifs aux fonc­ tionnaires originaires des colonies

289

Dépêche ministérielle au sujet des autorités ayant qualité pour accorder les congés aux agents civils du commissariat et aux comp­ tables des matières aux colonies

387

1913. 17 mars

1913. 23 août.

Conseil d'Etat. 1913. 10 j a m

Décision du Conseil d'Etat. — Rejet de la re­ quête des sieurs Poré, Caristan et consorts. Conseil

1913. 3 j u i n .

208

municipal.

Arrêté autorisant une session extraordinaire du Conseil municipal de Rémire

298

1


PAGES.

— 588 —

ANALYSE.

DATES.

Contributions et t a x e s . 1913.

2 2 m a r s . . Arrêté r e n d a n e x é c u t o i r e s seize r o l e s prin-J a n a u x (le contributions d i r e c t e s o u a s s i m i - j lées p o u r l'année 1913 • • I 127

1913. 3 avril

1 9 1 3 . 2 3 avril

. . Arrête r e u d a n l e x é c u t o i r e s o n z e r ô l e s p r i n - j . c i p a u x d e taxes communales p o u r l'année i 1913 • I 149

..

1913. 2 3 a v r i l . . .

Arrêté

r e n d a n i e x é c u t o i r e s d e u x rùles prin­ c i p a u x d e taxes c o m m u n a l e s pour 1 9 1 3 . .

I90i

\ r r ê l e portant classification d e s d é b i t s d e pain a la je classe d e s p a t e n t e s d e ('.avenuej P<»ur ! 9 ! 3 | 191 l9

1943.

1913.

5 r u a i . . . . Arrête r e n d a n i e x é c u t o i r e s d e u x r ô l e s p r i n ­ cipaux d e contributions directes ou assi­ m i l é e s p o u r l ' a n n é e 1Ô13 h juillet. .

Arrêté r e n d a n t e x é c u t o i r e u n r ô l e p r i n c i p a l j de c o n t r i b u t i o n s d i r e c t e s o u a s s i m i l é e s ! pour Tannée ¡ 9 1 3 . : I ::6I

1 9 1 3 . 2 3 s e p t . . . . Arrête r e n d a n t e x é c u t o i r e un rôle p r i n c i p a l de t a x e s c o m m u n a l e s d e M o n t s i u é r v p o u r 1913.: • :.*.. 1913. 2 3 s e p t . . .

1913.

I*

1

Arrête r e n d a n i plémentaires 1913

442

e x é c u t o i r e s sept r ô l e s s u p ­ d e laves c o m m u n a l e s p o u r 443

Arrête r e n d a n t e x é c u t o i r e u n r ô l e p r i n c i p a l de c o n t r i b u t i o n s d i r e c t e s o u a s s i m i l é e s p o u r 1913

444

Arrête r e n d a n t [ e x é c u t o i r e s sept r ô l e s s u p ­ p l é m e n t a i r e s d e contributions d i r e c t e s ou a s s i m i l é e s p o u r 1913

445

o c t o b . Arrête rendani e x é c u l u n - u n rôle supplé­ m e n t a i r e d e c o u t r i b u . i o n s d i r e c t e s et assi­ milées pour 1913.,,

483

23 sept...

4913. 2 3 sept.

1913.

232


PATES.

PAGES.

— 589 —

ANALYSE.

1913. 31 décemb, Arrêté rendant exécutoires trois rôles sup­ plémentaires de contributions directes ou assimilées pour l'année 4913

573

4913. 31 décemb, Arrêté rendant exécutoires trois rôles sup­ plémentaires de taxes communales pour 1913

575

4913.3! decern I). Arrête rendant exécutoire un rôle supplé­ mentaire de taxes communales pour 1943.

577

Convention de c o m m e r c e et d e n a v i g a t i o n . 4942. 28 février

4912. Vi oc toh.

Décret portant promulgation de la conven­ tion de commerce et de navigation, signée a Paris le 19 août 4914, entre la France et le Japon

324

Circulaire ministérielle. — Application du traité franco-japonais aux colonies

323

Crédits. 1943. 7 j a n v . .

4943. 7 j a n v . .

1943. 29 mai...

1943. 34 mai.. 4913. 8 sept.. 1913. 23 s e p t . .

Arrêté portant ouverture d'un crédit de 600.000 francs au titre du budget de l'exer­ cice 4943

1\

Arrêté portant ouverture d'un crédit supplé­ mentaire global de 7,025 francs au budget local de l'exercice 4942. chapitres 3 et 49.

22

Arrête portant ouverture de crédits supplé­ mentaires à divers chapitres du budget de ¡9 2. et s élevant ensemble u la somme de 117,889 t'r. 07 cent

249

Arrêl • portant annulation des crédits distri­ bués au titre de l'exercice 4912

280

Arrêté portant ouverture d'un crédit sup­ plémentaire

414

Arrêt'. Ouverture d'un crédit mentaire de 3.446 fr. 05 cent

440

supplé-


PACKS.

— 590 —

ANALYSE.

DATES

D

Démission-. 1913.

27

août .

Arrêté portant acceptation de la démission d* M. Gondou, Maire de l'Approusgue.. 1

394

Dépenses obligatoires 1913. 11 a o û t , .

Décret

1913. t S o c t o b .

Décret fixant la nomenclature et le maxi­ m u m des dépenses obligatoires du Service local d€ la Guvane pour les exercices 1914-1945 ...!

fixant la nomenclature et des dépenses obligatoires

Destruction 1 0 1 3 . tO sept.

des

le

maximum 48Í

541

fourmis-manioc.

Décision.—! ne équipe composée d'un contre­ maître ci il et d( deux condamnés est constituée a Cayonne en vue de procéder à la destruction des fourmis-manioc

41 (i

Douanes. 1943. l e janv . Arrête fixant le traitement des c o m m i s et agents métropolitains des brigades et des matelots des douanes

10

Décision fixant les indemnités a payer aux matelots, mécanicien, charpentier et au patron des Douanes

12;

4913. 13 février. Arrêté portant fermeture du poste des doua­ nes de Tourcpé a l'Approuague

53:

\i [VU- portant création d'un poste de douane a (embouchure du Matai o u i , sur I Approuague

53

1913. 13 lévrier. Arrêté ouvrant le poste des douanes du Mataroni a la perception des droits de circula­ tion sur l'or

S4

1913

l^janv...

1913. 13 lévrier.


PATES.

P.H3.

5 août.

591 — PAGES j

ANALYSE

toi relative à l'établissement douanier colonial

du

regime 471

1

Eaux t h e r m a l e s . 942. l / d ë c e m b . Décret portant modification du déere! du 44 novembre 4904. réglant la situation du personnel colonial dans les slat.on ; ther­ males et hvdrominéraks 1913.

1913.

2 juillet.

Circulaire ministérielle relative a u classe­ ment de la station thermale i e Korl ou; ^ Tunisie)

252

3501

12 juillet. Circulaire ministérielle relative à la gratuite des eaux à Contrexévilte

357

Circulaire ministerielle relative a u classe­ ment des stations thermales de Hride-lesDains et de Salias-Mouliers fSavoie)

383

1913 5 août...

Enquêtes. 4913. 8 mars .

1913.

4913.

1913.

1913.

19 mars.

10 avril.

9juin..

Ii juin.

Décision ouvrant une'empiète de commoao et; inçommodo au sujet de l'installation d'une distillerie

90

Decision ouvrant une empiète de cum modo et incomIIHHIO à l'Oyapoc

424

Décision ouvrant une enquête de eommodö et incommoda au sujet de l'installation d'une usine

472

Decision portant ouverture d d u e enquête de

commoâo et inçommodo au sujet de l'acqui­ sition d'un immeuble a Mana

30<j

Décision o u v r a n t u n e e n q u ê t e de commodo et inçommodo s u r u n e d e m a n d e d instal­ lation d ' u n e b o u l a n g e r i e a Cayenne,

320'


DATES.

PAGES.

— 592 —

ANALYSE.

Enregistreront. 1913. 19 mars.

)écision instituant un j u i \ d'examen pour l'Enregistrement

12:

Examen. Voir Inscription maritime, Minte, Ports, Hades, etc..

Travaux publics. Enregistrement,

Expulsion, 1913,

16 s e p t .

rrêté enjoignant au nommé ('.rave (Joseph) de g >rtir du territoire de la Guyane fran­ çaise.

426

Extradition. 1913. 23 j u i n .

irculaire ministérielle au sujet de la con­ vention .'d'extradition franco-belge du 15 août 1874

349

F Fête patronale. 1913. 27 janv.

rrêté fixant te jour de la fête patronaje de la commune de. Maçonna

28

Fi Mil's. 1913. 22 sept

décision autorisant la construction a Cayenne de deux fours pour ia fabrication du pain. ! . 3 9

Franchise télégraphique. 1913. I3décemb.

et ision accordant la franchise télégraphique pour les correspondances urgei tes qu'il pourrait être nécessaire d'échanger entre le médecin-major du pénitencier des floches de Kourou et le commandant de 11 brigade j de gendarmerie de Sinnamary i ,)70


DATES

ANALYSE.

PAGES.

— 593 —

G Gendarmerie. I9Ì3. o juillet.

I9!3.

2::

sept

Arrête portant a p p l i c a t i o n aux officiers et m i l i t a i r e s de la G e n d a r m e l e d e la (lu . a r e d e s d i s p o s i t i o n s d u d icrel du 25 septei il; 'e 1911 sur les p a s s a g e s

з,и

Arrêté portant a p p l i c a t i o n a e x officiers et n ilitaires de la G e n d a r m e r i e d e la G u y a n e des d i s p o s i t i o n s du d é c r e t d u 25 septeiat) *e lui I sur les p a s s a g e s

441

Géologie. ¡ 9 1 2 . 2 7 decorni»

Circulaire ministérielle. — Phénomènes de g é o l o g i e p o u v a n t se r e n c o n t r e r a u x c o l o ­ nies ......

87

Gouvernement. 19-13. 31 a o û t . .

Décision c h a r g e a n t M. D i d e l o t . S e c r é t a i r e général, des fonctions intérimaires de G o u v e r n e u r de la G u y a n e

396

Gi e l l e s . 1932, ! d è e e m b .

1913.

¡0

IlOA

C i r c u l a i r e m i n i s t é r i e l l e au sujet d'un et il annuel à fournir au Département concer­ n a n t le r a p p o r t dos greffes

83

Arrêté fixant les é m o l u m e n t s a l l o u e s a u x greffiers de la Cour et des T r i b u n a u x <!e la c o l o n i e

529

H Hôpitaux. ¡913. 7 octoh.

Circulaire ministérielle relative à l'hospita­ l i s a t i o n d e s f o n c t i o n n a i r e s en c o n g é . — U ô p i t a u v et s a n a t o r i a

477


ANALYSE.

i

DATES.

PAGES.

— 594 —

1

Immeubles. 1913. 14 m a r s . . Arrêté autorisant la commune de Cayennc à faire l'acquisition de l'ancien immeuble des Frères de PIoérmel

119

1913. 29 a o û t . . . Arrêté autorisant la commune de Mana à faire l'acquisition de l'immeuble \ c r n e u i l

394

Imprimerie. 1913. 11 juillet. Arrêté fixant a 1,400 francs l'an la solde coloniale des ouvriers de 7« classe de l'Im­ primerie du Gouvernement

367

Indemnité. 1913. 29 janv.

1913. 29 janv.

1913. 28 n o v . ,

Décision. — Indemnité ment

lixe de déménage­

Arrêté retablissan l'indemnité le 5 francs prévue à l'article 15 do l'arrêté du o oc­ tobre 1892

29

30

Décision réglant l'allocation de l'indemnité de déme i a g e m / i t aux militaires de tous grades en service a la Guyane et a la charge du budget colonial, aux officiers et agents delach s hors cadres à l'Administratioi pénitentiaire ou appelés à servir sur les établissements pénitentiaires de la Guyana 544 ;

Inscription maritime. 1912. S sept

Décret por anl rè lement d'adminiitration publique en exe ution dos articles 262 et 2 o 3 d u C< de de ( ammerec. sur le tarif des fiais de traitement et de rapatriement des marins mi coin nerce délaissés hors de France pour cause de maladie ou de bles­ sures. — Annexes

ml


PAGES.

— 595 —

ANALYSE.

DATES.

•1913. 21 lévrier. I Décision concernant le visa des .ôles d'équi p a i e et les muta*ions à y opérer

60

Cire ilaire ministérielle portant modification di décre! du 8 septembr 194 , modifiant le tarif d- s frais le trait, men et de rapa­ triement les m; rins du co unerce. — Rapport.

310

4943. 18 avril.. IArrêté auto isant c>rtaine< caté >ries d'embi rcatior ¡ cà nav guer s( as p¿ ilion françî is, sans être as reintes a la i -ancisation.

474

1943. 10 mars.

:

4913. (8 avril

Arrêté fixant les conditions érigées pour conduire au bo nasrc et pou l'obtention des brev 'is et certificats c o k n i a u x men­ ti, m i m é s m

tiln Ill du d é c r e t du 24 de­

cern lue 191.1

174

\n< le approuvant les programmes des exa­ mens pour le co nmandeineni des bateaux a voiles et à vapeur ou à propulsion mé­ canique armes au bornage :>u au petit cabotage

176

Décision oi vrant un exaim n poi r l'obtention du brevet de maître au p< lit cabotage colonial

33«.

1913. 16 s e p t . .

Arrêté dispensant certaines cat zories d'em barcations du permis de cire dation

424

1913. 16 sept.

Arrêté dispensant certaines catégories d'em­ barcations de la francisation

42:

1913. 31 octob.

Arrêté fixant le programme des examens de capitaine au grand cabotage

500

Arrête fixant les conditions exigées pour la conduite des navires armés ai grand cabo­ tage

516

1913. h ' d é c e m b . Décision portant qu'un charpe itier de ma­ rine sera adjoint à la commission de \isite des navires

562J

4913. 48 avril.

4943. 2 0 j u i n . .

1913. 31 octob.


\ , ; a l y : Iv

DATES.

1913. I

E R

PAGES

— 596 —

décemb, Irrêle complétant celui du 16 sepfen bre 1913, dispensant de la francisation cer­ taines catégories d'embarcations

Ж

1913. l O d é e o m b . Arrête relatif a la constitution de la comn ission de visite des navires neufs, j nis en application de l'article 2 du décret du 8 juillet 1913, 15 et 4 de la loi du 17 avril 1907. . . . . . . . . .

564

1913. ¡0 décemb, Arrêté relatif à la constitution de la commis­ sion de visite des navires e.i service, pris en application de l'article 2 du décret du 8 juillet -1913 et 15 de la loi du 17 avril 1907, sur la sécurité de la navigation ma­ ritime et la réglementation du travail a bord des navires du commerce.

567

1913. l O d é c e m b . Arrêté désignant

le Lieutenant de port de Cayenne pour remplir les fonctions d'ins­ pecteur de la navigation maritime

Voir Navigation

manti

Inspecteurs

ne. dés

colonies.

1913. 4 février. . Décret lisant le régime des avances à faire aiix Inspecteurs des colonies envoyés en mission Instruction

569

258

publique.

1913. 18 m a r s . . Décret modifiant celui du 17septembre 1906, sur l'organisation du Collège de Cayenne.

248

1913. 2 « a v r i l . . . Arrêté portant création d'une école profes­ sionnelle a avenue

196

Arrêté réglementant l'examen du certificat ( e lin d'études normales

362

18 octob. Décision portant mutations dans le person­ nel de l'renseignement primaire

494

1913. 4 j u i l l e t . .

1913.


DATES.

PAGES.

— 597 — ANALYSE.

Interdiction. 1943. fer sept.

Arrêté portant interdiction dt séjourner à Cayenne et autour du chef-! eu au trans­ porté libéré Desjeux ( l£rr esl-FrançoisMarie:

411

J Justice. 1943. 6 août.

¡913. l o n o v . .

C i r c u l a i r e m i n i s t é r i e l l e a u sujet de l'examen d ' a p t i t u d e a u x fonctions j u d i c i a i r e s m é ­ tropolitaines

384

Arrêté relatif à la publicité v donner aux décisions prononçant interdn lion ou nom­ mant un cooseii judiciaire

528

L Légalisation. 1 9 1 3 . 4 3 février

I913. 49 mars.

Décision donnant la délégation de la signa­ ture des actes à légaliser à l. Guerlain, c o m m i s principal du Sécrétai at g é n é r a l . . Arrêté chargeant M. Guerlain ( Chef de cabinet du Gouvern galisation des signature? app actes à transmettre hors de sur ceux venant de l'intérieui

55

unmanuel), ur, de la lé­ sées sur les a colonie et 425

Libérés (surveillance les).

1913. 5 mai

Arrêté reproduisant les dispositions de l'ar­ ticle S d e arrêté du 11 juin I »05, relatif à h surveillance des libères s o u m i s à l'obli­ gation de la résidence eu a I interdiction de séjour

231

Limites du port de baint-Laurenl. 4913. 34 août.

Arrêté tixant les limites du po t de SaintLaurent du Mai\mi

396


ANASi'SË

D U ÏS.

PAGES.

— 598

Listes électorales. 1913.31 ortoi).

Arrêté. — Revision des listes électorales pour Vi n u é e ! 9 I 4

;i:N

:

I

Loi de finances. 1913. 13 février. Circulaire m i n i s t é r i e l l e au sujet de l'appli­ c a t i o n d e s d i s p o s i t i o n s d e l'article 127 de la l o i d e f i n a n c e s d u 1 3 j u i l l e t 1 9 1 1 . . . . . .

2 H

M Musées. 1913. 9 sept.

Dépêche ministérielle au sujet du transport g r a t u i t d e c o l l e c t i o n s o f f e r t e s auv. mus< par d e s f o n c t i o n n a i r e s c o l o n i a u x

4Hj

Mutualité. 1912 2 0 m a i .

1913. 2 déeemb.

Circulaire ministérielle. — Promotion du U j u i l l e t 1 9 1 2 d e s r é c o m p e n s e s d e la M u t u a lité e t p r o m o t i o n s s u i v a n t e s

554

C i r c u l a i r e m i n i s t é r i e l l e s u i v i e de c e l l e d u 2 0 m a i 1 9 1 2 , r e l a t i v e à l a p r o m o t i o n d u ¡4 j u i l l e t 1 9 1 2 d e s r é c o m p e n s e s d e la .Mutua­ l i t é et p r o m o t i o n s s u i v a n t e s

530

N Navigation maritime. 1113. 8 février.. C i r c u l a i r e m i n i s t é r i e l l e r e l a t i v e a 1 a p p l i c a ­ tion réciproque des réglementations fran­ ç a i s e e t n é e r l a n d a i s e c o n c e r n a n t la s é c u r i t é d e la n a v i g a t i o n m a r i t i m e . — é q u i v a l e n c e d e s certificats et p e r m i s de n a v i g a t i o n respectifs

1 9 1 3 . 8 f é v r i e r . JArrêté

ministériel relatif a u m ê m e o b j e t . . .

406 :io


599

DATES.

1 9 l 3 . 8 juillet

1913. 8 juillet

— PAO ES.

WUYSE.

i Décret déclarant exécutoires dans les colonies françaises autres que l'Algérie, le Maroc et la Tunisie la loi d u 47 avril 1907. ainsi que divers actes concernant la navigation maritime Bntktih supplèmeûtain n° 40). D < ret désignant les ports d e s colonies fran­ çaises et pays de protectorat où peuvent s'effectuer les visites des navires prévues à l'article I o d e la loi du 47 avril \W1 {Bul­

letin supplémentaire o" 4(0

.

| 1913. 31 juillet. C i r c u l a i r e ministérielle. — Application de la loi du I 7 avril 4907, dans les colonies fran­ çaises. a u \ navires ayant leur port d'attache en France —Constitution des c o m m i s s i o n s de visite d e s navires de c o m m e r c e . — Rapport [Bulletin supplémentaire u ° 4 0 ; . . ' 11)13. 8 OCtob.

Arrête promulguant dans la colonie le décret du 8 juillet T9Í3, déclarant exécutoires dans les colonies françaises autres que l'Algérie, le Maroc et la Tunisie la loi d u 17 avril 4907. ainsi q u e divers actes c o n ­ cernant la navigation maritime Bulletin supplf.ncnlairc

Voir inscription

n° 40)

maritime.

.Notation des heures. 4 913. lOdecemb. Circulaire ministérielle a u sujet de la n o t a lalion des heures

555

P Paiements. f!)l3. 40 février. Arrêté ministériel modifiant les articles I I et 12 de l'arrêté du 44 mai 1 8 0 3 . relatif au* paiements à effectuer en France, en .dgérie et aux colonies pour le compte des budget? des colonies autres q u e l'InduChine ,., 44

210


ANALYSE-

DATES.

PAGES.

— 600 —

Passages. t 9 H . 25 sept.. .

4 9 H . 27 octofo.

1913. 6 m a r s . .

1913. 3.juillet..

4913. 7 juillet.

t 9 1 3 . 19 sept.

Décret tion

p o r t a n t modification à l a r é g l e m e n t a ­ s u r l e s p a s s a g e s du personnel colonial.

244

Circulaire ministérielle. — Instructions pour l'application du décret du 25 septembre t o i i. portant modification sur les passages du personnel colonial

242!

Circulaire ministérielle.— Pièces éventuelles à foui mil'. — Etats numériques des passa­ gers embarques au compte du chapitre « Frais de roule du budget colonial » . . .

380

Arrête portant concession de passages gra­ tuits en faveur des familles'des fonction­ naires, employés et agents en service dans la colonie

360

Arrête ministériel réglant les conditions d'application du décret du 25 septembre 19i I. relativement à la concession de pas­ sages gratuits aux familles des fonction­ naires et agents de l'Administration pé­ nitentiaire coloniale rejoignant leur p o s t e a l'expiration d'un congé de convalescence accordé avant qu'ils aient accompli la période réglementaire de séjour colonial.

331

Arrêté- portant concession de pass,- g es gra­ tuits en faveur des familles des fonction­ naires, employes et agents en service dans la colonie

53 ¡

Paternité. 4912. 46 n o v

»912

21 nov

Loi modifiant l'article340 du code civil (Re­ connaissance judiciaire de la paternité na­ turelle. — Rapport

43

Décret porta».t promulgation de la loi du 4j mars 1909, abrogeant celle du i ' m a i s i N99

4(3


ANALYSE

DATES.

PAGES .

— 601 —

Pension'. 19¡2.

20 nov

Circulaire ministérielle au sujet <ies d a i s détailles d e s services des fonctionnaires titulaires d'emplois conduisant à pension sur Ilditt

Voir

lie

7

frailes.

Percepteur. 1913.

-13 février»;Arrêté fixant le tarif des remises allouées au percepteur de Cayenrie pour les recouvre­ ments effectués au compte du Service loeal

5'

Plan-din eleur. 1013.

1013.

il juil et. arrêté — Nouveau plan-dineetéurdu bour:

16 sept

de Remire. — tnquête réglementaire-<..

36«

. . Arrêté portant homologation du nouveau plan-directeur du bourg de la commun» de Rémire ,

42

Postes et téléphones. 1913.

1913. 1913.

:j m a i . . . . Arrêt' autorisant l e s e n v o i s de tonds (billets et groups) s o n s chargement en franchis; entre divers services de la colonie

22

Ш е с е г а Ь , arrêté relatif à la création de débits a u \ i - j lianes de tiinb;cs-poslc

5"

31 decorni. Décision décernant au lieee\eur-;idjoinl dePostes u n témoignage officiel de satis­ faction

.".7

Prescription. 1913.

4 j a n v . . . . Arrêté portant versement au Service loe;l d'une somme de 6.224 fr. ;>;> < eut , v e r s e e ;: i Trésor sous l e litre « Proçluit de mar­ chandises abandonnées en ¿luuane « e t atteinte, pur lu p t o s u j p u o i i .

i.


PAGES

— 602 —

ANALYSE.

I U TES.

Primes. 491*. 20 février. Arrêté portant interprétation del'article2 de l'arrêté du b janvier iul_'. sur les ¡ rim< s à la culture. Voir Commissions

59

diverses

Prison. 1943. 13 février. Arrêté modifiant l'article tS0 de celui du 20 janvier 1890, portant règlement sur le set vice des prisons .••

58

Procès. 4909. 4 m a r s . .

e r

Loi portant abrogation de la loi du I mars 1899, relative a la revision des procès cri mincis et correctionnels

17

Promulgation. 4943, 3 jan v . .

1913. 9 j a n v .

Arrêté promulguant la loi du 16 novembre 4912 et îe décret du 21 novembre 1912 (Reconnaissance judiciaire de la paternité naturelle et revision des procès criminels et correctionnels

12

Arrêté promulguant le décret du 20 no\ ombre 1912, modifiant l'article - 3 du décret du 29 décembre 1903, sur la solde des troupes coloniales stationnées aux colonies.— Rup port

23

1913. 4J j a n v . . JArrêté portant promulgation à la Guyane de la loi du 29 août 4905, n'autorisant toute vente d'îles, d'îlots, de ciiâteaux-fprts, natteries ou forts du littoral, déclassés, que par une loi et après avis favorable des conseils supérieurs du Ministère d e l à ma rine et du Ministère de la guerre 1913. 13 mars. J A r r ê t é promulguant le décretdu 10 déceinbr | 4912, relatif aux ceremonies publiques, ' préséances, honneurs civils et militaires

92


ANALYSE.

DATES.

10!:?. I?) mars.

1 9 1 3 . 31 m a n

1913.

1913.

1913

4 avril

19 avril

21 mai

1953. 2 í mai

\ i T ê l t ! promulguant à la Guyane française la loi du 24 décembre 4912. portant p r o ­ rogation du privilège des Banques c o l o ­ niales et des statuts desdites Banques

i2i

Vrrélé promulguant a la Guyane française le décret du 45 n o v e m b r e 1942. portant réor­ ganisation d u corps d e s administrateurs coloniaux. — Rapport

13(1

Arrêté portant p r o m u l g a t i o n d u décret du 20 février 1043. concédant des congés de m a ­ ternité spéciaux au personnel féminin en service aux colonies

1943, 30 m a i .

4913. 30 m a i .

1913. 3 0 mai,

151

Arrêté promulguant le décret d u 30 décembre •1912, sur te régime financier des colonies. - Rapport (Bulletin supplémentaire n° 4 / . Arrêté. — Promulgation d u décret d u 7 mars 1943. modifiant celui d u 5 août 4940, con­ cernant tes Travaux publics

23!

arrêté. ~r- Promulgation d u décret du 25 sep­ t e m b r e 4914, modifiant la réglementation des passages

J0Í3. 27 m a i .

PAGES.

— 603 —

2-5«

Arrêté.— Promulgation d u décret d u 48 mars 1913, modifiant celui d u 47 septembre 4906, sur l'organisation du Collège de C a y e n n e . — Rapport

I n été promulguant le décret du 17 décembre 1012, portant modification du décret d u 44 novembre 1904, réglant la situation du personnel colonial dans les stations ther­ males et h y d r o m i n é r a l e s . — Rapport

250

Arrêté promulguant le décret du 4 février 1943 fixant le régime des avances à faire aux Inspecteurs des colonies envoyés en m i s s i o n . — Rapport

236

Arrêté. — Promulgation d u décret du 24 no­ v o , . I re i 912 réorganisant les Secrétariats généraux des colonies.

25a


DATES.

1 0 ( 3 . 44 j u i n .

PAGES.

— 604 —

ANALYSE,

Arrête.

Promulgation

«lu

décret du s

sep­

tembre 1D12. s u r la t a r d ' d e s frais d e trai­ tement el d e rapatrieir.eni d e s m a r i n s d u

commerce délaissés ' n u s de F r a n c e «•anse d e maladie ou de blessures 4913. 4 0 j u i n .

4913.

10 sept.

4948. 49 sept.

1043, 20 sept.

pour

Arrêté promulguant le décret du 2S février 4912. portant promulgation d e la conven­ tion de-commerce e t de navigation, signée a Paris le 49 août 1914, entré la France et le Japon ,

32

Arrêté promulguant la loi «lu s août 1913. rendant applicable la loi du 19 juillet. 190", relative à la suppression de l'envoi dans les colonies pénitentiaires des femmes récidiv isles

42:

Arrête. — Promulgation du décret du 2 juillet 1943, modifiant les règles de recru­ tement et l,i situation administrative des Secretaires généraux des colonies. — Rap­ port

432

Arrêté portant p r o m u l g a t i o n à la G u y a n e d e la loi «lu 7 a,Mil 1.913, s u r le r e c r i i ' e -

inent d e l'armée 1943.

27 sept.

4913. 4 octol).

4913, 2 2 n o v .

30:

h kl

Arrêté portant promulgation de la loi du 5 août I1H3, modifiant le régime douanier des produits d'origine coloniale

4X4

Arrêté. — Promulgation du décret du II août 4913, fixant la nomenclature et le m a x i m u m des dépenses obligatoires. — Rapport

48

Arrêté. —

Promulgation du décret du Is o c tobre 4 9 4 3 , lixant le maximum des dépenses obligatoires incombant à la colonie 54 '

[Protection delà propriété intellectuelle 1912

30 nov

Circulaire ministérielle. —- Protection d e la propriété intellectuelle

48


I) VIES.

PAGES.

— 605 —

A'NALI SI

R Régime financier. 1912-30 (léceinb. Décrel sur le régime financier des colonies (Bulletin supplémentaire n° ï / . . "

Reteiînes. 1913. 49 a où I..

Circulaire ministérielle au sujet des retenues en vertu d'oppositions ou de saisies-arrêts.

385]

Retraites. Arrêté admettant M. Daude (Hubert-Gaston), porte-clefs de J classe à la prison de Cayenne, a taire valoir ses droits à une pension île retraite sur la caisse l o c a l e . .

234

Arrêt» portant concession d'une pension de retraite a Al. Daude ( Hubert-Gaston }, porte-clefs de T classe à la Prison civile de Cayenne.. ' .

304

I 9 i 3 8 octob. . . Arrêté admettant M. Galliot (Henry-Josephlidgar a faire valoir ses droits a u n e pen­ sion de retraite

490

1913. 9 o c t o b . . . Arrêté p o r t a i l concession d'une pension a M Galliot iHenry-Joseph-Edgar)

m

19-13. 6 mai.

ro

4913. \ j u i n . . .

e

Voir

Pension.

S Sanatoria. Voir

Hôpitaux.

Sanlé. 1913. 21 janv.

Circulaire ministérielle au sujet du rapatrie­ ment des officiers du service de Santé et

des infirmiers

,

,

«.

88


I PAGES

— 606 —

ANALYSE.

DATES.

1913. 34 janv..%

Arrête relatif a u x visites tement p o u r l a « l i s s e

medicales de 1912

du

recru

33

4913. 6 février I Arrêté relatif aux opérations «lu conseil «le revision cl a la visite médicale des jeunes gens au lieu de leur risideûce

4!)

4913. 0 l e v r i e r e . Arrêté relatif aux opérations du conseil cíf revision et a la visite médicale des jeuneyens inscrits sur les tablèeux de recense­ ment

3<)

4 9 1 3 . 19 m a i .

Arrêté confiant le service de la vaccination] dans les c o m m u n e s rurales à une sage femme diplômée 236

4913. \ o c t o b .

Arrêté relatif aux o peni lions du conseil de revision et à la visite médicale des j e il nésj gens an lieu de leur résidence

487

Arrêté relatif "a la visite médicale «les jeunes gens inscrits sur les tableaux de recouses ment

4.SS

1043. h o e l o b .

Sécrétai iat g é n é r a l . 4912. 24 nov

j Décret portant réorganisation du personnel des Secrétariats généraux des c o l o n i e s . . .

07

Décision déléguant à M. Dolólo!. Secrétaire général, la signature des affaires courantes, j

26

4 9 1 3 . 22 jan v..

1943. U

mars

4 9 1 3 . 22 m a t s

Circulaire ministérielle. — Réorganisation du personnel des Secrétariats généraux. « Instructions » Decision déléguant a M. Dideîot, Sec re lai re J general, la signature des иП'а ires courantes.

1943. 28 avril. i

i

Arrêté ministériel. — Concours pour ['emploi de sous-chef do bureau de 2 classe des

2W

120

e

Secrétariats génerauv

"

205


ANALYSE.

DATES.

1913.4juin..

1913. 4 j u i n .

1913. 1 j u i l l e t . er

1913. 2 j u i l l e t .

1913. 31 a o û t .

1913. 9 s e p t

PAGES

— 607 —

Arrêté fixant le s u p p l é m e n t c o l o n i a l d u per­ s o n n e l d u c a d r e local d u S e c r e t a r i a t g é n é ral

299

Arrête fixant l'effectif d u c a d r e l o c a l d u S é ­ cretariat général

300

Arrêté p o r t a n t c o m p o s i t i o n d e la c o m m i s s i o n de c l a s s e m e n t chargée d e d r e s s e r le ta­ bleau d ' a v a n c e m e n t d u p e r s o n n e l d u c a d r e local du Secretariat g é n é r a l

359

D é c r e t m o d i f i a n t l e s r è g l e s de r e c r u t e m e n t et l a s i t u a t i o n a d m i n i s t r a t i v e d e s S e c r e ­ ti, i r e s g é n é r a u x . -

436

D é c i s i o n n o m m a n t M. D e b u c , S e c r é t a i r e g é ­ néral i n t é r i m a i r e . .

397

Arrêté usant l e supplément colonial d e s commis p r i n c i p a u x et c o m m i s d u c a d r e local d u Secrétariat général du Gouver­ nement d e la Guyane égal a la s o l d e d ' E u ­ rope fixée par l'article 2 d u d é c r e t d u 2 5 novembre 1912

415

1913.

20 s e p t

A r r ê t é fixant l'effectif d u c a d r e l o c a l d u S e ­ crétariat général .

438

1913.

3 0 octob.

Arrêté o u v r a n t u n c o n c o u r s à C a y e n n e e n v u e d e l ' a d m i s s i o n a l ' e m p l o i d e commis de 3 c l a s s e d u S e c r e t a r i a t g é n é r a l

499

e

1913. 3 1 d é c e m b . A r r ê t é . -

Commission de classement char­ g é e d e d r e s s e r le t a b l e a u d ' a v a n c e m e n t du p e r s o n n e l d u c a d r e local d u S e c r é t a -

riat g é n é r a l .

. .. Service

1913 5

mai

. . . . .

578

local.

Arrête présentant le compte du Service local pour l'exercice 1911

232

Sociétés. 1913. 19 a v r i l .

Arrêté a u t o r i s a n t la c r é a t i o n d ' u n e s o c i é t é à Mana, s o u s la d é n o m i n a t i o n L'Union....

182


DATES.

ANALYSE,

1 9 1 3 . 28 a v r i l . . . Arrête a u t o r i s a n t la création d'une s e c t i o n d e l ' a s s o c i a t i o n professionnelle d u personnel civil de l'Administration pénitentiaire.. 1 9 1 3 . 13 j u i n . . .

1913. 24 juin

1913. 28 nov

PAGES.

— 608 —

¡99

arrêté a u t o r i s a i t la création d'une société à S a i n t - L a u r e n t d u Maroni, s o u s la d é n o m i ­ nation L'Union Guyanaise

309

Arrêté autorisant la c r é a t i o n à Cayenne l'une société sportive dénommée L'Association Guyanaise

33S

Arrêté autorisant la création d'une société a Saint-Laurent du Maroni sous la dénomination L'Amicale

544

Stations Voir Eaux

thermales.

thermales. Successions.

1913. 13 février. Arrête — Successions deshérentes a t t e i n t e s par la prescriptìon t r e n t e n a i r e ! 9 I 3 . 19 a v r i l .

Ariète mettant à la disposition du Curateur aux s u c c e s s i o n s v a c a n t e s u n e s o m n e de duex c e n t s francs, a titre de fonds de prévoyance

57

182

Suspension. 1913

2 mai

Arrête s u s p e n d a n t d e s e s f o n c t i o n s pour trois m o i s , M. Vernet ( B o n o s e . m a i r e de la c o m m u n e d e Sinnamary

224

T Télégraphe. 1913. 11 j u i n . .

Arrêté relatif à l'installation et a u f o n c t i o n n e ment d u b u r e a u t é l é g r a p h i q u e de C a y e n n e . Voir

Franchise.

307


PAGES.

— 609 —

ANALYSE.

DATES.

Travaux publics, Mines, Port, Rades et Semaphores. Décision l i a n t la solde de M. Gajan ( C h . Bernard), ingénieur de 1 classe d u cadre général des travaux publies des colonies, chef du service des Travaux publics de la Guyanne française

27

Décret modifiant celui du 5 août 1910, con­ cernant les Travaux publics

239

Arrête réglant l'organisation et le fonctionnen e n t d u service des Travaux publics et des Mines de la Guyane française

154

1 9 1 3 . 7 a v r i l . . . Arrêté portant organisation des cadres locaux des Travaux publics et des Mines

160

Arrêté fixant les diverses i n d e m n i t é s allouées au personnel des travaux publics et dès Mines e n service en Guyane

164

Arrêté fixant le taux annuel des c o m p l é ­ ments de s o l d e à allouer, en Guyane française, aux fonctionnaires et agents du cadre général d e s travaux publics e t des Mines des colonies

167

1913. 27 j a n v .

er

1913. 7

1913.

mars.

7 avril.

1913. 7 avril.

1913.

7 avril

..

1913. 7 avril

Arrêté fixant les frais de tournée a allouer aux fonctionnaires et agents du service! des Travaux publics et des Mines, pour! déplacement dans l'étendue du service! auquel ils sont attaches 168

1 9 1 3 . 1 8 avril

Arrêté désignant le port de Caverne c o m m e port d'attache des navires

175

Arrêté portant c a s s e m e n t des agents actuellement attaches au service des Travaux publics et des m i n e s , dans le cadre local institué en Guyane française par arrêté du 7 avril 1913.. .......................

183

Décision portant affectation des e m p l o y é s du service des Travaux publics

187

1 9 1 3 . 23 avril.

1913.

23 avril.


PAGES.

— 610 —

DATES.

ANALYSE.

1913. 23 avril.

Arrêté fixant l e s i n d e m n i t é s a l l o u é e s a u x a g e n t s d u s e r v i c e d e s T r a v a u x p u b l i c s et des M i n e s

189

Arrêté fixant l e s m e s u r e s d i s c i p l i n a i r e s a p ­ plicables au personnel d e s cadres locaux des T r a v a u x p u b l i e s et d e s M i n e s d e la Guyane française

192

Arrèté créatn u n s e r v i c e régi p a r é c o n o m i e au service d e s Travaux o u b l i e s . .

194

D é c i s i o n n o m m a n t M. F l o r u s ( S a i n t - O m e r . c e m m i s d e s t r a v a u x p u b l i c s , agent spécial d u s e r v i c e régi p a r é c o n o m i e d e s T r a v a u x publics

195

1913. 2 3

1913.

avril.

2 6 avril.

1913. 26

avril.

1913. 2 m a i . . .

1913. 2 m a i . .

1913. 2 m a i . .

1913.

2 mai...

1913. 2 m a i . . .

1913. 2 m a i . .

A r r ê t é fixant la d a t e cence personnelle Arrêté f i x a n t la nelle

1913. 2 m a i . . . ,

d é la l i ­

218

l'orme d e la l i c e n c e p e r s o n ­

219

A r r ê t é fixant la f o r m e d u titré d é l i v r é a u ti­ tulaire du permis d'exploration forestière.

220

Arrêté fixant les p i è c e s j u s t i f i c a t i v e s d ' i d e n t i t é a p r o d u i r e a l ' a p p u i d e s d e m a n d e s d e LI­ CENCES p e r s o n n e l l e s

220

Arrêté fixant le d é l a i maximum d ' i n s t r u c tion dos d e m a n d e s de licences perse celles.

221

Arrêté p o r t a n t

d é s i g n a t i o n d e s bureaux c h a r g é s d e la d é l i v r a n c e d e la l i c e n c e p e r s o n ­

nelle.. 1913. 2 m a i . . .

d'exigibilité

.

.

222

Arrêté fixant la t o l é r a n c e a c c o r d é e à la position d e s p o t e a u x - s i g n a u x b o r n a n t les périmètres des permis forestiers

223

Arrêté p o r t a n t fixation d e s i n s i g n e s d e s g a r d e s a s s e r m e n t é s e m p l o y é s a b. p o l i c e des périmètres d e s permis forestiers

224


611

ANALYSE.

DATES.

PAGES.

Arrété fixant la composition dos c o m m i s ­ sions d'adjudication de travaux faits pour le compte dos c o m m u n e s . .

225

Décision fixant les indemnités à accorder aux surveillants militaires détaches sur les chantiers des travaux effectués par les transportés affectés aux Travaux publics.

226

Décision fixant les gratifications en denrées pouvant être accordées aux transportés affectés aux Travaux publics

227

Arrété complétant celui du 2 mai 1913, qui fixe les pièces justificatives d'identité à produire a l'appui des demandes de li­ cences personnelles

255

Arrêté rapportant l'arrété du 23 avril 1913. n° 280, fixant les mesures disciplinaires applicables au personnel des travaux pu­ bi ics et des Mines

302

4 j u i n . . . . Arrêté fixant les mesures disciplinaires appli­ cables au personnel des cadres locaux des Travaux publics et des Mines de la Guyane française .

302

Arrête désignant le livret dont les libérés astreints ou non a la residence sont por­ teurs, comme pièce tenant lieu de licence personnelle

321

Arrête complétant ceux des 2 et 30 mai 1913, fixant les pièces justificatives d'identité a produire a l'appui des demandes de licences personnelles

322

Arrête modifiant I'article 2 de l'arrêté n° 200. créant un service régi par économie au service des Travaux publics

36

1913. 31 juillet, Arrêté modifiant celui du 27 novembre 1909. rendant applicable aux entrepreneurs de ! la Guyane le bordereau des prix des tra­ vaux

368

1913.

5 mai.

1913. 5 mai

1913. 5 m a i .

1913.

30

mai

1913. 4 j u i n . .

1913

1913. 14 juin,

1913. 16 j u i n

1913. 5 juillet, I


DATES.

ANALYSE.

PAGES.

— 612 —

31 juillet. Arrêté fixant les attributions de l'officier du port de la Guyane, residant a C a y e n n e . . .

369

1913. 31 juillet. Arrêté portant modifications a celui du 7 lé­ vrier 1907, qui fixe le tarif des sommes a déposer par les demandeurs en conces­ sions de mines

373

1913

1943. 16 août..

1913. 16

Arrête fixant le prix de remboursement des panneaux destines au bornage des conces­ sions forestières : —

39

a o û t . . Arrêté rendant applicables au lieutenant de port les dispositions de l'arrêté du 7 avril] 1913, fixant les frais de tournées à allouer aux fonctionnaires et agents du service des travaux p u b l i c s . . 396

1913. 12 s e p t . . . Arrêté portant ouverture l'en examen pour l'obtention des brevet! de mécanicien de 1re et de 2e classe du commerce

417

1913. 16 s e p t . . . Arrêté attribuant aux matelots du Port, a titre provisoire, une indemnité de vivres de un franc cinquante centimes par jour en remplacement de la ration de vivres qu'ils touchent actuellement en n a t u r e . . .

42

octob. Arrêté portant déchéance du permis d'ex­ ploitation forestiere accordé à la Compa­ gnie des Mines d'or du Maroni pour cause de renonciation

482

1913. 9 o c t o b . . . Arrêté portant institution du comité consultatif des Mines

491

1913. 27 o c t o b . . Arrêté fixant le programme du concours a remploi de commis des Travaux publics et des Mines

495

er

1913. 1

Troupes 1912. 2 août.. . Circulaire ministérielle relative à l'allocation de la haute-paye aux sous-officiers, capo­ raux-fourriers et brigadiers-fourriers pu­ nis d'arrêts de rigueur

4


PAGES.

— 613 —

DATES.

ANALYSE.

1912. 21 sept.

Circulaire ministérielle relative à l'admission des périodes d'instruction accomplies dans la réserve dans le décompte des services donnant droit a la haute-paie, à la solde mensuelle des sous-officiers et à la solde progressive des officiers.

5

Décision ministérielle — Notification d'une circulaire ministérielle (Guerre) du 2 a o ù t 1912, r e l a t i v e à l'allocation de l a h a u t e paye aux sous-officiers, caporaux-fourriers et brigadiers-fourriers punis d'arrêts de rigueur

3

Décision ministérielle. — Notification d'une circulaire ministérielle (Guerre] du 21 septembre 1942, relative à l'admission des périodes d'instruction accomplies dans la réserve dans le décompte des services donnant droit à la prime, a la solde progressive des officiers.

5

Décret modifiant l'article 23 du décret du 29 décembre 1903, sur la solde des troupes coloniales stationnées aux colonies

24

1912. 18

nov

1912. 18 nov

1912. 20 nov

1912. 28 nov.

Circulaire ministérielle. — Remboursement d o s dépenses effectuées pour les militaires hors cadres

40

1912. 16 décemb. Circulaire ministérielle. — Situation mili­ taire des fonctionnaires coloniaux en congé en France

42

Instructions au sujet de la situation mili­ taire des fonctionnaires coloniaux en congé en France

43

Arrêté modifiant la composition de la rati m de base, sa valeur représentative et l'in­ demnité complémentaire des sous-officiers de la Guyane pendant l'année 1913

31

1912. 16 décemb

1913. 29 janv.

1913. 3 Mars.

Circulaire ministérielle autorisant les commandants supérieurs des troupes à main­ tenir exceptionnellement aux colonies.


PATES.

1913. 1er a v r i l . ,

1943. 7 avril..

PAGES.

— 614 —

ANALYSE.

jusqu'à l'arrivée de leur succésseur, les mliitaire des troupes coloniales c o n s e n t a n ! a prolonger leur séjour au de la de la li­ m i l e réglementaire

243

Instructions ministerielles (Guerre) relatives aux attributions des autorités civiles et militaires en activité h o r s cadres aux c o ­ lonies . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

290

circulaire ministérielle. — fonctionnaires c o l o n i a u x France

356

affectation en

congé

des en

Arrête fin Gouverneur de la M a r t i n i q u e m o ­ difiant la composition de la ration de base des troupes stationnées à la Martinique, a la Guadeloupe et à la Guyane et l'indemnité complémentaire des sous-officiers de la Guyane cl de la Guadeloupe

290

Circulaire ministérielle.— Mesures à prendre pour assurer l'affectation en cas de mobi­ lisation des fonctionnaires coloniaux en congé en France

354

1913. 19 j u i l l e t . Circulaire ministérielle. — Situation mili­ taire des fonctionnaires coloniaux en congé en France

353

1913. 7 août.

Loi modifiant les lois des cadres de l'infan­ terie, de la cavalerie, de l'artillerie, et du génie, en ce qui concerne l'effectif des uni­ tés et fixant les conditions du recrutement de l'armée active et la durée du service dans l'armée active et ses réserves

448

1913. 13 octob,

Circulaire ministérielle autorisant les officiers de réserve des troupes coloniales a accomplir aux c o l o n i e s des stages volon­ taires avec solde d'une durée de deux a n s . .

58 i

1 9 1 3 . 28 a v r i l .

1913. 2 j u i n . .

U Usine électrique. 1913. 3 février.

Arrêté relatif a u régime de là comptabilité de l'Usine électrique

48


DATES.

PAGES.

— 615 —

ANALYSE.

V W i l l y d ' Î l e s , d ' î l o t s , de c h â t e a u x forts. 190. 29 août

Loi n'autorisant toute vente d i t e s , d'ilots, de châteaux-forts. batteries pu loris du !ili., : Lasses. nue par une loi et après avis favorable d e s conseils supérieurs du Ministère de la marine et du Ministère de

la

guerre

...

26

V é r i f i c a t i o n de c a i s s e s . 1913. 19 mai.

Décision. — Désignation des fonctionnaires délégués à la vérification des caisses et portefeuilles des comptables des deniers ; publics.

238

Voirie. 1913. 15 nov.

Arrête réglemenant les dispositions appli­ cables aux permissions de voirie concernant les routes Ou chemins classés de l'Ilede-Cayenne

534

Vole. 1913. 22 d é c e m b . Circulaire ministérielle. — Application de la

loi lu 29 jommet 1943 sur le secret et la 555

45


TABLE DES NOMS. A Aimé J . . . . . . . . . . .

Albon Em Alfré Alphée Ed Amusant F Amusant P

Argiris T Arras L Auguste F Aupra E Aymond.

201

. ..

342 185

37 376 307 582 376

377 378 344 579 376

B Bally Barbier G Barre A . - J . - X Barrière Barthélemi L . - F . - X 473 Barthelemy (G. fils) Barthélemy G . p è r e ) . • • • 521 Bissières 238 Bathilde J Baudin R. 185 1 8 9 283 Bayonne BAzil Octuvon J . 200 238 400

Bazil

OCTUVON.

(ST-J)

BEAUjoie A BELLAY L Bellevue O Benoît A Bêrenger N . - J )

283

343

399 374 43 547 376

522 519 398

399 376

519

530

222 579 37 544 377 547

Borland J -M) 18 1 5 4 342 Blagny (Ch) 61 282 285 Blanchet ( A . - L . - A ) Boquillon ( C h ) Boris L . Dlle)

521 546 344 35 581

Bornoville E

581

Bornoville ( Dur Boudoute G. (Dlle) Bourdeaux C Bourgarel (E-P ) Bourgarel F Bourquin F Bourquin J 399 B o u t i nG . BRASSÉ

H

581 525 345 60 3 7 6 398 495 487 521 200

Brémont Buan

358 1 4 5 520 522

Clanis G. Clarin F . ( Veuve ) Cléry F.d Clotilde D Cocoville F Collomb. . . . Constant F Corbin B Coutard E . - E Couzinet Cupidon Curon K Cyr Athis J. Cirus A Сyrus ( veuve)

34 377 36 400 36 144 473 61 401 1 8 154 401 61 376 1 8 154 371 145 185 188 1 9 0 377

с Cadio CaLus d Calumey M. (dlle) Canale Canon ( B . - F . - O ) Caristan Castel J . - J . - L . - R ) Chambaud Charlery G 185 Charrol A Chatellier H Chaux L Chérius-Chéry Cité A Claire Clairis J

375 202 . 495 376 203 208 235 5 2 0 581 343 1 8 8 189 284 143 З98 2 8 2 283 581 522 З76 473

D Damas A Daniel H

185

1 8 8 190 375 473

Darquitain ( J . - M . - V ) Darredeau A

374 548


— 617 — Daude. G

234

304

DELPRAT

281

Didier H Didier ( M . H. Em) Dolmare L Doré P Dorfer. Dorlin Dorwling-Cartier

378

David 35 200 Debuc E n 119 397 401 Deheaulme ( L . - M . - P . - J . ) ... Delpal 344

282 521 374 282 580

Demont L 285 Dérie V 398 DubouFg P Desert 548 Duchesne F Desjeux ( E . P. M) 411 Dulice A Devez G. (Dr) 416 487 Duvigneau E Did lot ( P . - J . - H ) 2 6 126 374 396 397

90 144 378 521 358 519 3 2 1 . 343 Ch 37

100 519 524 185

36 62 189 190

E Elizé E Elostl A.

285

Euphrasius J

524 185 188 189

400

F Faula M . ................ Faure G Félicien J Ferdinand A. J Ferjus

Fidèle Firmin A Fieury L Florusot. O Franceschetti. .

398 185 3 4 3 413 378 282

519 378 202 185 188 195 3 9 9 358 4 8 9

G Gajan (Ch.-B) ..... ..27 Galliot F Galliot ( H . - J . - E ] 490 Galinot Jean Ganguilhem Ganty Garagnon (J.-F.-I Garret

Gasquet ( dame) Gaster P Gaumont E . - E Gautrez Em Gendarme ( A.-E.-H) Germain G 143 375

342 487 491 482 200 579 374

344 3 7 6

202 839

473 36 524 146 374 523

Geynet 35 Ginies G 202 Gober E 18 119 154 342 546 Godissard T 1 2 6 283 Gondou . . . . ( Philippe) 394 399 413 Gougis (frères) 284 5 4 6 Grant 12a Grasset 201 Grave J 426 Gregoire 143 3 4 3 Gregoire H, (Veuve) 377 Guerlain Em 52 125 146 374

Guidice.

33

Guinguingoin A

284

II Halmus Em Halmus F . Halmus G Harmois ( G . - E . - A ) Hellio. . Henry A

546 495 520 58a 200 202 187 487

Herard L Hersil F Hilaire V Honorien E Horth L

377 36 35 5 4 7 285 338


— 618 — I 37

Isabelle A.

344

Iqui J .

28

J

... 143

Jem С Jean-Baptiste. Jean-Louis E Jérôme

141

Joseph В . . Joseph (Ch... Joseph E . Joseph T h . E.. . . Joseph Reinette В. Judes.. . . . . . . . . .

6a 343 . . . 282

Jaiton A Jardon

185 176 185 190 . . . 376

522 37

547 521

52o ....146

376

К 524

Karаkу P. Kerbec Th.

Kersaint-Gilly

1 0 0 523

(de).

547

487

L Labdouche E . . . 345 Le Boucher F . . 35 1 1 9 126 1 4 6 340 A D 374 Lanbor. 208 2 3 5 Lédi Laborde L. D. . . . . 358 40 521 L e f e b v r ed'ArgentL . . »u3 . 8 3 \% Laborieux . . 524 i,éóppldLege? R. i i ÍÍ.-I 28 i 5aá 58 : kesagg L..'. áo« S>< Lafont A. ( Pité) 494 Зс, Lafontaine E. (Dlle) 144 377 L e v e q u e . 586 Laanne F . V 201 Lévy 36 Famoral L 35 5 2 3 547 •Lewost ' «5 58: Lancet G . . . . 283 Llinerre С Lonv .' 2 0 8 2З.' Laporte P 282 581 л43 5 7 I Larmaillard . . 208 235 !,i)nvi¡! F 1

Lissalle

358

Litidine A Laudernet Laupénie M Laurenceau LeBel F Blond F,

495 519 377 35 282 284 285 . 145 47З

144

Loos

Fou o Doiivil'e J Fee I b". (Düe) Lucien fi Lune íí

• ..

1

^ ; ... . 4" '<>'3fil 1 85 187 1 ß'

M Malicieux F . 5 i 2 548 Marcel F ( veuve J 3c 7 Marchetti A 21л 201 Marie-CUire 5 M.irie-Claire E i¿6 Marie-Sainte 34 > Marivat В i 8 5 188 1 8 9 37 5 Marot ( G . M. C. j . . . . 52 i.¡6 З 7 4 Щ

Martial L Marital С ( Dame ) Martinot A Muthurin E

154

. 4уэ 4uo 187

Maza A M

374

Mekior J

5 2 2 579

6 2 2 570 374 4 9 5 525

Melkior L Ménopol Merckel E (Dlle) Millieunne G . . .

487

Minidoqùe Mirza V Montagnoli

35 548 581

520

547

Moutigny A (Veuve)

344. З77

Mo:eau J. [ Dame ) Motáis. ;

37 2 8 2 52


— 619 — N Noléon Nullier Nonone H . . . . Nonome L..

Nelone M. . 343 Nesty 145 5 1 3 580 5 8 1 Nienât J . ( Dame) 579 Niénat V 524 Nisus

J

P (Dame)

119 . . 341 144 201

400

O 35¡ З 7 4 284

Octáville ( R. L. M Orième

Othello R . (Dlle) Ova R

144

344

377 374

P Pain

,

Panéla Parlat J . C. M. Pascal .Ch Paterne Ed Pavani V . I Pénavere H. Perins. . 282 Perlet. E. Petit G Pezet J . L . . . 1 2 6 201 Philibert Philibert G 154 Pinaud Pindard L. V. M

Pita S. . . . . Plutus F Poliard R Polus P 144 399 Poré. 208 Porte 398 Poupon E ( Dlle ) . . . . . . . . .

36

523 (Dlle) 400 135 1 8 8 . 61 377 36 378 548 284 581 E 202 61 185 190 2 0 2 3 9 9 520 154 200 519 3 3 51 . 546

Poupon

345 6 3 144 377 473 58o 235 579 495 200

F

Pradell F . R. . Prévot E Prudence A Prudent J Prüd kotnñie J Puel

375 580 399 400 4 8 7 . . ., 284 487 35

Q Q ueste1

A

Quintr.is.

Qirintrie-Faniothe A 5?3 Oiiiiitrie-FainotheGh ( d ' ^ l / i a o 44¿

:-6

3; 6

R Rademajrche ('.. A. E Raíiali -Ramhaud F bayijtrm R ;Regina Tli 5Ré»is F Renoux E Pubes Ricbardseii

3 7 4 Ripérv 20 » Riyitrez A 3;<5 3 2 2 5.'16 Roben J . . . . 3 4 4 dF-dcies ,F . . .• •"; 38 5/3 Romüey E 18 8 9 5.>-4 Roseíte G 5 ¿ 4 5a 5 Rose!te H 2 8 5 5 8 1 Rosb.e 62

s Saba J Saba | B . N ) Saccharin (L. E . ) Sacccharin Ph

3 6 Saint-Felix 0 40 0 Saint-Méran 2 8 2 343 Saint-Philippe J 246 Saint-Quentin ( d e )

547 34i 3 5 i43 284 :

49*» 3oS 18 487 3 58

185 188 1 8 9 164 341 129


— 620 — Sanite L . E . A. J 575 Séguiguol 60 Seraplin C 400 Sirder L.-P.-S 521 Socrate 145 523 547 580 581 Suréna Ed 284 Sylvandre C 145

Saint-Quentin H . (de) 440 Sainte-Claire 400 Sainte-Claire H 185 1 8 9 Sainte-Claire R. Dlle ) 525 Sainte-Croix A. 400 579

376

Sampiéri Sanite

L

547

582

T Talenville E . .-J Tardon Télasco F Tell Thébyne A Théolade R

Thibet Thomes Tinait S Titi Tonli H Troudart

375 154 3 4 2 36 309 35 341

376 35 62 119 144 472

Y Valette Valette R. (Dlle) Valey G. M. E. E Valognes (Dame). . Verderoza C Vernet B Verneuil J

6 1 202 378 282 203 63 495 224 3 0 7 395

Verthois A. (Dlle) Vertun E Vieilhedert Vienne Vienne C. (Dame) Virgile

63

285 495 . . . . 522 37 154 495 525 376

w Walrand Weishaupt F

2 8 3 3 4 4 523 Wilfrid G 6 1 202 Y

Yeucamma

3 7 6 522

z Zéphir E

548

377 398


Bulletin officiel de la Guyane française (1913)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Bulletin officiel de la Guyane française (1913)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement