Page 1

-

12

De lu révision. Art. 17 — U n e c o m m i s s i o n m é d i c a l e c o m p o s é e d e trois m é d e c i n s militaires, d o n t u n m é d e c i n d e réserve n e résidant p a s d a n s l'arrondissement, est c h a r g é e , avant la s é a n c e publiq u e d u conseil d e revision, de l'examen préalable d e s j e u n e s g e n s qui e n font la d e m a n d e , qu'ils soient inscrits sur les lab i a u x d e r e c e n s e m e n t o n qu'ils soient ajournés d e s classes précédentes. L a c o m m i s s i o n e x a m i n e c h a c u n d'eux s é p a r é m e n t , a p r è s avoir pris c o n n a i s s a n c e d e s dossiers et r e n s e i g n e m e n t s sanitaires le c o n c e r n a n t et note s o n aptitude o u son inaptitude a u x diverses a r m e s et services d e l'armée, c o n f o r m é m e n t à ses caractéristiques m o r p h o l o g i q u e s et à ses dispositions professionnelles. Elle peut d e m a n d e r au conseil d e revision q u e les sujets d o u t e u x soient s o u m i s a u n e expertise médicale et r e n v o y é s p o u r cet e x a m e n devant d e s m é d e c i n s spécialistes, militaires o u civils, agréés parle ministre o u qu'ils soient m i s en observation d a n s u n hôpital, sans attendre l'incorporation. L e s j e u n e s g e n s qui ne se rendent pas a la convocation, s'ils n e s'y font pas représenter o u s'ils n'ont pas o b t e n u u n délai, son! présentés au consolide revision, c o m m e p r é s u m é s « b o n p o u r le service a r m é » . L a composition de la c o m m i s s i o n médicale et son fonctionn e m e n t seront fixés par u n e instruction générale d u ministre d e la guerre. Art. 1 8 . — L e conseil d e revision est c o m p o s é : Du préfet, président; a s o n défaut, d u secrétaire général et, exceptionnellement, d u vice-président d u conseil d e préfecture ou d'un conseiller d e préfecture d é l é g u é par le préfet ; D'un m e m b r e d u conseil général d u d é p a r t e m e n t autre q u e le représentant élu d a n s le canton o ù la revision a lieu, désig n é par la c o m m i s s i o n d é p a r t e m e n t a l e , c o n f o r m é m e n t a l'article 8 2 d e la loi d u 1 0 août 1 8 7 1 ; CHAPITRE H. —

D ' u n m e m b r e d u conseil d'arrondissement, autre qu'un représentant élu d a n s le c a n t o n o ù la revision a lieu, désigné c o m m e ci-dessus ; à défaut d e conseil d'arrondissement, le conseiller d'arrondissement est r e m p l a c é par u n d e u x i è m e m e m b r e d u conseil général ;


13

D'un officier général ou supérieur désigné par l'autorité m i litaire. E n cas de partage des voix, celle du président est prépondérante. L e c o m m a n d a n t de recrutement, u n m é d e c i n militaire on, à défaut, un m é d e c i n de réserve, ne résidant pas d a n s l'arrondissement et désigné par l'autorité militaire, assistent le conseil de révision. L e conseil ne peut statuer qu'après avoir e n tendu l'avis d u m é d e c i n . Cet avis est consigne dans u n e colonne spéciale, en face d e c h a q u e n o m , sur les tableaux d e r e c e n s e m e n t . L e c o m m a n d a n t d e recrutement est e n t e n d u , d a n s l'intérêt de la loi, tontes les fois qu'il le d e m a n d e , et peut faire сonsigner ses observations au procès-verbal de la séance. L e sous-préfet de l'arrondissement et les maires des c o m m u n e s auxquelles appartiennent les j e u n e s g e n s appelés d e vant le conseil d e révision assistent aux séances. Ils ont le droit d e présenter des observations. E u cas d ' e m p ê c h e m e n t des m e m b r e s du conseil général o u d u conseil d'arrondissement, le préfet les fait suppléer d'office par des m e m b r e s appartenant à la m ê m e a s s e m b l é e q u e l'absent, ces m e m b r e s , désignés d'office, n e p e u v e n t être les représentants élus d u canton o ù la revision a lieu. D a n s les colonies, les attributions du préfet et d e s conseillers d'arrondissement sont dévolues aux g o u v e r n e u r s ou à leurs délégués et aux conseillers généraux. D a n s les colonies o ù il n'exisle pas d e conseillers g é n é r a u x , d e s décrets règleront la composition des conseils d e revision. Art. 1 9 . — L e conseil d e revision se transporte d a n s les divers cantons. Il peut, sur l'autorisation du ministre, visiter les jeunes g e n s d'un canton au chef-lieu d'un autre canton d u m ê m e départernent; d a n s ce cas, les jeunes g e n s reçoivent, s'ils en font la d e m a n d e , le m o n t a n t de leurs frais de transport p o u r l'aller et le retour. A l'ouverture d e la séance, les tableaux d e recrutement 'e c h a q u e c o m m u n e sont e x a m i n é s et lus à haute voix. L e s j e u n e s g e n s sont présentés par le président de la c o m mission médicale o u son délégué, qui tait connaître l'avis d e


-

14

-

la c o m m i s s i o n sur c h a c u n d'eux en ce qui c o n c e r n e son aptitude aux diverses a r m e s ou services de l'armée ; les observalions ayant un caractère strictement médical sont faites à huis clos. Le conseil d e revision, après avoir e n t e n d u , s'il y a lieu, es jeunes g e n s , leurs parents ou représentants d a n s leurs observations, rend sss décisions en séance publique. L a décision concernant les conscrits s o u m i s a l'expertise médicale visée à l'article 1 7 est renvoyée à la séance finale d u conseil de révision, qui statue sur le vu d e s certificats établis par les m é d e c i n s experts, en dehors d e !a présence des intéressés; ceux-ci sont avisés ultérieurement de cette décision. L e conseil de revision statue é g a l e m e n t sur les réclamations pré entées ainsi q u e sur les causes d'exemption prévues par l'article 2 0 de la présente loi. 11 e x a m i n e la situation d e s o m i s et prend a leur égard l'une d e s décisions suivantes : Sont excusés ceux qui, ayant d é p o s é huit jours au m o i n s avant la réunion d u conseil u n e d e m a n d e tendant à justifier leur non-inscription sur le tableau de r e c e n s e m e n t des a n n é e s précédentes, prouvent q u e l'omission d e leur n o m sur le tableau n e peut être i m p u t é e à leur négligence. Sont, au contraire, annotés c o m m e devant être incorporés d a n s u n corps éloignés de leur domicile : 1° L e s o m i s c o n d a m n é s par les tribunaux par application d e l'article 8 6 ci-après; 2° C e u x dont les excuses n'ont pas été a d m i s e s . D a n s le cas o ù u n e intention frauduleuse a été relevée, le conseil renvoie ces jeunes g e n s devant les tribunaux. Si les jeunes gens ne se rend< nt p a s a la convocation d u conseil d e revision, s'ils ne s'y font pas représenter o u s'ils n'ont pas obtenu un délai, ils sont déclarés b o n s pour le service a r m é et incorporés dans un corps de troupe. A leur arriv é e au corps, ils sont s o u m i s à un e x a m e n médical et présentés devant une. c o m m i s s i o n d e referme qui statue sur leur cas. L a présomption d'origine prévue par l'article 47 n e joue p o u r e u x qui à part rede la décision d e la c o m m i s s i o n de r é f o r m e . En cas le mobilisation, il peut être f o r m é plusieurs c o m missions médicales et plusieurs conseils d e révision d a n s u n m ê m e département.


15

-

Art. 2 0 . — A u point d e v u e des aptitudes physiques, le conseil d e révision classe les jeunes g e n s présentés en q u a t r e catégories : 1° C e u x qui sont r e c o n n u s b o n s p o u r le servie a r m é : 2° C e u x qui, étant atteints d'une infirmité relative sans être faibles d e constitution, sont r e c o n n u s b o n s pour le service auxiliaire ; 3° C e u x qui, étant d'une constitution physique trop faible, sont ajournés à u n nouvel e x a m e n ; 4° C e u x chez qui u n e constitution générale m a u v a i s e o u certaines infirmités déterminent u n e i m p o t e n c e fonctionnelle, partielle o u totale et qui sont e x e m p t e s de tout service militaire, soit a r m é , soit auxiliaire. Il est délivré aux jeunes g e n s de ces d e u x dernières catégories, p o u r justifier d e leur situation, u n livret individuel qu'ils sont tenus d e présenter h toute réquisition d e s autorités militaires, judiciaires o u civiles. L e s h o m m e s d e s 2 et 4 catégories et les réformés par la c o m m i s s i o n de réforme sont astreints à se présentere à subir l'examen d'une c o m m i s s i o n de r é f o r m e : e

e

1° A la date d u passage de leur classe d a n s la disponibilité ; 2° Cinq ans après la visite p r é c é d e n t e : 3° Cinq ans après cette s e c o n d e visite. Toutefois, les e x e m p t é s et réformés qui présenteraient des infirmités, maladies o u mutilations irrémédiables sont dispensés de ces trois e x a m e n s . L a liste des causes d'exemption et d e réforme entraînant cette dispense sera arrêtée par u n e instruction ministérielle sur l'aptitude physique au service militaire. L e s h o m m e s d e la 2 catégorie sont, e n outre, astreints, p e n d a n t la durée de leur service actif, à subir l'examen d'une c o m m i s s i o n de réforme au bout d e six m o i s d e service et a u bout d'un an d e service. L e s h o m m e s d e la 2 catégorie r e c o n n u s à l'un q u e l c o n q u e d e s e x a m e n s susvisés aptes a u service a r m é , sont i m m é d i a t e ment classés d a n s la l catégorie . e

e

r e

Les e x e m p t é s et réformés reconnus aptes au service militaire sont i m m é d i a t e m e n t s o u m i s a u x obligations d e leur classe d'âge.


-

16

-

L'emploi de c h a c u n est fixé d a n s la m e s u r e d u possible, suivant ses aptitudes professionnelles, physiques et m o r p h o ­ logiques Art 21. — L e s jeunes g e n s ajournés à un n o u v e l e x a m e n du conseil de révision sont astreints à comparaître à n o u v e a u devant le conseil de révision du саnton devant lequel ils ont c o m p a r u , a m o i n s d'une autorisation spéciale ies admettant à comparaître d e v a n t u n autre conseil Ceux qui, lois de cе d e u x i è m e e x a m e n , sent r e c o n n u s aptes au service a r m é ou auxiliaire, font un an et d e m i de service ; ceux qui n e sont susceptibles d'être classés ni « b o n service a r m é », ni « b o n service auxiliaire » seul ajournés ou e x e m p l e s . jeunes g e n s ajournés h ce second e x a m e n sont astreints à comparaître à n o u v e a u , l'année suivante, devant le conseil d e révision d u canton devant lequel ils ont c o m p a r u , a m o i n s d'une autorisation spéciale les a d m e t t a n t à comparaître devant u n autre conseil; c e u x qui, lors d e ce troisième e x a m e n , sont r e c o n n u s aptes au service a r m é o u au service auxiliaire font u n an le service; ceux qui n e sont susceptibles d'être classés ni « b o n service a r m é », ni « b o n service auxiliaire » sont ajournés ou e x e m p t é s . Les jeunes g e n s ajournés à ce troisième e x a m e n sont astreints a comparaître à n o u v e a u l'année suivante, devant le conseil d e revision, d a n s les conditions indiquées aux d e u x précédents alinéas; Ceux qui, lois d e ce q u a t r i è m e e x a m e n , sont reconnus aptes au service a r m é o u a u service auxiliaire font six m o i s d e service. L e s autres sont définitivement exemptés. L a réforme temporaire n° 2 (cause n o n attribuable au service) est renouvelable p o u r les h o m m e s d u contingent d a n s les m ê m e s conditions et selon les m ê m e s règles q u e l'ajourn e m e n t . Par contre, le t e m p s passé e n r é f o r m e temporaire n° 1 (cause attribuable au service) c o m p t e c o m m e service actif. L e s ajournés, r e c o n n u s b o n s p o u r le service a r m é ou auxiliaire, c o m m e les réformés temporaires sont, après leur p a s sage d a n s la première réserve, astreints a u x obligations d e leur elasse d âge. Art. 2 2 . — L ' u n les d e u x frères inscrits la m ê m e a n n é e sur les tableaux d e r e c e n s e m e n t o u fuient partie d u m ê m e appel, et e n cas d e désaccord entre e u x , le plus j e u n e , peut obtenir, sur sa d e m a n d e , un sursis lui permettant d e n'être


17

-

incorporé qu'après l'expiration du t e m p s obligatoire d u service d e l'autre frère. Il e n est d e m ê m e de celui qui, a u m o m e n t des opérations d u conseil de révision, a un frère accomplissant la d u r é e légale d u service actif. L e jeune soldat qui a obtenu u n sursis d'incorporation dans les conditions prévues au présent article a la faculté d'y ren o n c e r ultérieurement. Il en fait la d e m a n d e écrite au c o m m a n d a n t d u bureau de recrutement d e son domicile, m a i s s o n incorporation n'a lieu qu'avec celle d e la fraction appelée i m m é d i a t e m e n t après sa renonciation. Art. 2 3 . — E n t e m p s de paix, d e s sursis d'incorporation d'un an, renouvelables d'année en a n n é e , jusqu'à l'âge d e vingt-cinq ans, peuvent être accordés a u x j e u n e s g e n s qui en fout la d e m a n d e , qu'ils aient été; classés par les conseils d e révision dans le service a r m é o u dans le service auxiliaire. A cet effet, ds doivent établir q u e , soit à raison d e leur situation de soutiens de famille, soit clans l'intérêt d e leurs études, soit pour leur aapprentissage,soit p o u r les besoins d e l'exploitation agricole, industrielle, c o m m e r c i a l e à laquelle ils appartiennent, soit à raison d e leur résidence à l'étranger, il est indispensable qu'ils ne soient pas enlevés i m m é d i a t e m e n t à leurs travaux. L e s jeunes g e n s qui ont obtenu u n sursis d'incorporation d'un an, renouvelable, n e sont incorporés, s'ils ont c o m m e n c é à jouir d u sursis qui leur a été accordé, qu'à l'expiration dudit sursis. i n d é p e n d a m m e n t des sursis renouvelables d'année en a n n é e , u n sursis d'incorporation de six m o i s peut être accordé u n e fois d a n s l'intérêt des études, de m a n i è r e à a m e n e r la fin de la p é riode des sursis à coïncider avec la fin d o la période scolaire et l'incorporation d u demi-contingent. L e s sursis acco'dés, p o u r études, a u x étudiants en m é d e cine, e n p h a r m a c i e o u en chirurgie dentaire, ou a u x élèves vétérinaires peuvent être accordés jusqu'à vingt-sept a n s . L e s d e m a n d e s de suvsis adressées aux maires, d a n s les d e u x m o i s qui précèdent les opérations d u conseil de revision, sont instruites par lui; le conseil municipal d o n n e son avis motivé. Elles sont e n v o y é e s au préfet et transmises par lui, avec ses observations, au conseil d e revision qui statue. 2


18

-

L e s d e m a n d e s d e sursis d'incorporation, qui n'ont p u être formulées au cours d e la session ordinaire d u conseil d e révision cantonal, sont e x a m i n é e s d a n s u n e session extraordinaire tenue au m o i s d'octobre. L e sursis d'incorporation ne confère a u c u n e dispense. Les jeunes g e n s qui ont obtenu d e s sursis d'incorporation sur leur d e m a n d e suivent le sort d e leur classe d'âge, à partir lu m o m e n t o ù i!s ont rempli leurs obligations d a n s le service actif et d a n s la disponibilité. E n t e m p s d e guerre, l'effet d e s sursis accordés en vertu d u présent article o u d e l'article précédent est s u s p e n d u et ces jeunes g e n s sont appelés avec leur classe d'âge. Art. 2 1 . — L e s familles d e s militaires appelés d e l'armée d e terre et d e l'armée d e m e r remplissant effectivement, avant leur départ p o u r le service, les devoirs d e soutiens indispensables d e famille ont droit, sur leur d e m a n d e , e n t e m p s d e paix, à u n e allocation journalière fournie par l'Etat, p e n d a n t la p r é s e n c e de ces jeunes gens sous les drapeaux. L e n o m b r e d e s allocations n e pourra dépasser 1 0 p. 0/0 d u contingent. D a n s celte limite, les allocations aux familles r e c o n n u e s nécessiteuses sont accordées d'abord a u x familles d e s jeunes g e n s appelés p o u r accomplir leur t e m p s d e service actif, qui sont mariés et pères d e famille, ensuite, a u x veuves et a u x families de q u a t r e enfants et plus, et, afin, a u x autres familles nécessiteuses. Cette allocation est m a j o r é e e n raison d u n o m b r e d e s enfants âges d e m o i n s d e seize a n s à la c h a r g e o u soutien d e famille. L e chiffre d e l'allocation est iixé à 1 fr. 6 0 et celui de la majoration à 6 0 c e n t i m e s p o u r le p r e m i e r enfant, à 7 0 centimes p o u r le s e c o n d , à 8 0 c e n t i m e s p o u r le troisième, à 1 fr. p o u r le quatrième, c h a q u e enfant e n sus d u q u a t r i è m e enfant a droit à u n e majoration supérieure d e 2 0 c e n t i m e s à celle d u précédent. P o u r les familles résidant hors d e F r a n c e , les tarifs sont fixés p a r décret. L e s familles d e s e n g a g é s ont droit a u x m ê m e s allocations que celles d e s h o m m e s d u contingent, m a i s s e u l e m e n t p e n d a n t la d u r é e légale d u service obligatoire. L e s m ê m e s allocations sont d u e s a u x familles des militaires qui, p e n d a n t leur p r é s e n c e s o u s les d r a p e a u x , justifient d e


- 19

-

leur qualité de soutiens indispensables de famille. L e u r n o m b r e n e peut pas dépasser 2 p. O/O du contingent. L'allocation a pour peint de départ, soit le jour de l'incorporation, soit le jour du dépôt de la d e m a n d e à la mairie, dans le cas o ù le dépôt est postérieur à l'incorporation. L e s m ê m e s allocations sont dues, pendant durée des périodes d'instruction, aux famiiles des h o m m e s des réserves qui, au m o m e n t de leur convocation, remplissent effectivement les conditions de soutiens indispensables de famille, Leur n o m b r e n e peut dépasser 1 2 p. 0/0 du n o m b r e des h o m m e s appelés m o m e n t a n é m e n t sous es drapeaux; D a n s celle limite, les allocations doivent être accordées ainsi qu'il est dit au deuxième alinéa d u présent article L e s crédits nécessaires au p a y e m e n t des allocations prévues au présent article sont inscrits au budget du ministère de hygiène, d e l'assistance et de la prévoyance sociales. L e s d e m a n d e s sont adressées par les familles au maire de la c o m m u n e , lien est d o n n é récépissé, Elles doivent c o m p r e n d r e à l'appui : 1° L e relevé des contributions payées par la famille et certifié par le percepteur ; 2° U n état certifié par le maire de la c o m m u n e et indiquant le n o m b r e et la position des m e m b r e s de la famille vivant sous le m ê m e toit ou séparément, les revenus et les ressources de chacun d'eux. Les d e m a n d e s formulées après l'incorporation doivent être a c c o m p a g n é e s , en outre, des pièces ci-dessus, d e l'étal signalétique et des services du militaire en cause. L e conseii municipal é m e t sur chaque d e m a n d e u n avis m o tivé. L e dossier ainsi constitue est transmis au préfet qui, dans le m o i s , provoque u n e enquête de la gendarmerie sur la situation matérielle de la famille et é m e t u n avis motivé. L e dossier ainsi complété reste déposé à la mairie p e n d a n t quinze jours, Acte de ce dépôt est notiiié au d e m a n d e u r . Celuici peut en prendre connaissance et présenter par écrit ses observations. -A l'expiration de ce délai de quinzaine, le maire transmet le dossier à u n conseil c o m p o s é d u juge d e paix, président, d u contrôleur des contributions directes, d u receveur de l'enre-


20

gistrement, d'un délégué d u b u r e a u d'assistance et d'un délég u é d e sociétés d e secours mutuels a p p r o u v é e s . C e conseil statue sur la d e m a n d e d'allocation. S a décision doit être motivée : elle est r e n d u e e n séance publique et notifiée d a n s la huitaine par le greffier, tant a u d e m a n d e u r qu'au préfet d u d é p a r t e m e n t . Cette notification portera l'indication d u délai d'appel. D a n s le m o i s de cette notification, appel peut être interjeté, tant par le d e m a n d e u r q u e par le préfet d u d é p a r t e m e n t . C e t appel est m o t i v é . 11 est porté devant le tribunal civil le l'arrondissement qui statue en c h a m b r e d u conseil, sur pièces et s a n s frais, l'intimé ayant été appelé à fournir u n e r é p o n s e écrite a u x motifs invoq u e s d a n s lacté d'appel qui lui aura é t é notifié. Lorsqu'il s'agit d e familles résidant à l'étranger et remplissant les conditions d u présent article, les d e m a n d e s d'allocation sont adressées au consul de la ville d e leur résidence qui les instruit et statue par des décisions m o i r é e s , c o m m u niquées a u x intéressées et a u ministre d e s affaires étrangères. U n r è g l e m e n t d'administration publique d é t e r m i n e r a les conditions d'application d u présent article. Art. 2 5 . — S o n t considérés c o m m e ayant satisfait à l'appel d e leur classe: 1° L e s jeunes g e n s sous les d r a p e a u x e n vertu d'un e n g a g e m e n t o u ayant terminé leur service en vertu d'un e n g a g e ment ; 2 ° L e s j e u n e s m a r i n s portés sur les registres matricules d e l'inscription m a r i t i m e , c o n f o r m é m e n t a u x règles prescrites p a r la loi sur l'inscription m a r i t i m e d u 2 4 d é c e m b r e 1 8 9 6 . L e s j e u n e s m a r i n s qui se font rayer d e l'inscription m a r i t i m e sont tenus d'en faire la déclaration au m a i r e d e leur c o m m u n e d a n s les d e u x m o i s , d e retirer une expédition d e leur déclaration et d e la soumettre au préfet d u d é p a r t e m e n t s o u s les peines p r é v u e s à l'article 9 4 ci-après. il- sont tenus d'accomplir d a n s l'aimée active le t e m p s d e service prescrit par la présente loi ; toutefois, le t e m p s déjà passé par e u x au service militaire de l'Etat est déduit d e la d u r c i légale d u service. Art. 2 0 . — L o r s q u e les j e u n e s gens portés sur les tableaux d e r e c e n s e m e n t ont fait d e s déclarations d o n t l'admission ou


21

-

le rejet d é p e n d d e la décision à intervenir sur des questions judiciaires relatives à leur état o n à leurs droits civils, le consseil d e revision ajourne sa décision o u n e p r e n d q u ' u n e décision conditionnelle. L e s questions sont jugées contradictoirement avec le préfet à la requête d e la partie la plus diligente. L e tribunal civil d u lieu d u domicile statue s a n s délai, le ministère public e n t e n d u . L e délai d e l'appel et d u recours e n cassation est d e q u i n z e jours francs à partir d e la signification d e la décision attaquée. L e recours est, ainsi q u e l'appel, dispensé d e la c o n s i g n a lion d ' a m e n d e s . L'affaire est portée directement d e v a n t la c h a m b r e civile. L e s actes faits e n exécution d u présent article sont visés p o u r t i m b r e et enregistrés gratis. L e s p a r a g r a p h e s 2 , 3, 1, 5 et 6 d u présent article sont applicables a u cas prévu par l'article 6 d e la présente loi. Art. 2 7 . — H o r s les cas prévus par les articles 6 et 2 G , les décisions d e s conseils d e revision sont définitives. Elles p e u v e n t n é a n m o i n s être attaquées d e v a n t le Conseil d'Etat p o u r i n c o m p é t e n c e , excès d e p o u v o i r o u violation d e la loi, L e recours a u Conseil d'Etat n'a p a s d'effet suspensif. L'appelé peut toujours r é c l a m e r le bénéfice d e l'annulation, m ê m e si elle est p r o n o n c é e sur le recours d u ministre f o r m é d a n s l'intérêt d e la loi L e s décisions p e u v e n t être aussi revisées par les conseils d e revision e u x - m ê m e s , p o u r l'un d e s motifs ci-après: erreur matérielle d a n s les pièces sur le v u desquelles la décision a été prise, défaut d e justification i m p u t a b l e a u x fonctionnaires o u agents civils o u militaires c h a r g é s d'établir les pièces o u d e les transmettre. L a d e m a n d e d e revision est e x a m i n é e d a n s la session q: i suit i m m é d i a t e m e n t la découverte d e l'erreur. Elle est introduite p a r le ministre d e la g u e r r e , soit d'office, soit à la requête d e l'intéressé. Art. 2 8 . — A p r è s q u e le conseil d e revision a statué sur la situation des jeunes g e n s ainsi q u e sur toutes les réclamations auxquelles les opérations peuvent d o n n e r h e u , les listes À et B d u r e c r u t e m e n t cantonal d e la classe sont définitivement a r rêtées et signées p a r l e conseil d e revision ainsi q u e par les m a i res d e s c o m m u n e s intéressées.


-

22

L a liste A c o m p r e n d les jeunes g e n s nés avant le 1er juin d e l'année d e naissance d u contingents la liste B c o m p r e n d les j e u n e s g e n s nés à partir d u 3er juin de l ' a n n é e de naissance d u contingent. C e s listes, établies c h a c u n e par ordre alphabétique et divisées c h a c u n e en sept parties, c o m p r e n n e n t : 1 L e s j e u n e s g e n s déclarés propres au service a r m é , saut ceux visés au paragraphe 6°; 2° L e s jeunes g e n s (lassés d a n s le service auxiliaire de l'arm é e , sauf ceux visés au paragraphe 6 ° ; 3° L e s jeunes gens liés au service en vertu d'un e n g a g e m e n t , d'un r e n g a g e m e n t , d'un brevet o u d'une c o m m i s s i o n , et les jeunes m a r i n s inscrits ; 4° L e s jeunes g e n s exclus en vertu des dispositions d e l'article 4 ; 5° L e s jeunes g e n s qui sont ajournés c o n f o r m é m e n t a u parag r a p h e 3° de l'article 2 0 ; 6 L e s jeunes g e n s qui ont obtenu u n sursis c o n f o r m é m e n t a u x articles 9 2 et 2 3 ; 7° L e s e x e m p t é s . Art. 2 9 . — Il est tenu, par subdivision d e région, u n registre matricule sur lequel sont portés tous les jeunes g e n s inscrits sur les listes d e recrutement cantonal. C e registre c o m p o r t e u n exemplaire des empreintes digitales des jeunes soldais. Il m e n t i o n n e l'incorporation d e c h a q u e h o m m e inscrit o u la position d a n s laquelle il est laissé et, successivement, tous les c h a n g e m e n t s qui p e u v e n t survenir d a n s sa situation jusqu'à sa libération définitive. T o u t h o m m e inscrit sur le registre matricule doit recevoir u n livret individuel c o m p o r t a n t ses empreintes digitales et, à partir d u m o m e n t o ù il est libéré d u service actif, u n fascicule indiquant ses obligations e n cas d e mobilisation. L'intéressé est tenu d e présenter s o n livret et s o n fascicule à toute réquisition des autorités militaires, judiciaires o u civiles. 0

0

L e livret doit être m i s à jour, e n particulier au point de v u e professionnel, à c h a q u e passage d a n s une des catégories fixées p a r le d e u x i è m e alinéa d e l'article 2 de la présente loi. E n cas d'appel, o u d e rappel à l'activité, o u de convocation p o u r des périodes d'exercices, la présentation d u livret indivi-


23

-

d u e l et d u fascicule doit avoir lieu d a n s les vingt-quatre h e u r e s d e la réquisition. E n tout autre cas, le délai est d e huit jours. CHAPITRE III. —

D u recrutement

des

cadres.

Art. 3 0 . — L e s jeunes g e n s a d m i s a u x écoles militaires assurant le r e c r u t e m e n t des officiers d e carrière contractent u n e n g a g e m e n t d'une d u r é e égale a u t e m p s qui doit s'écouler jusqu'à leur sortie d e s différentes écoles, a u g m e n t é d e six a n s . Get e n g a g e m e n t est résilié p o u r c e u x qui n'ont p a s satisfait a u x e x a m e n s d e sortie o u qui o n t quitté l'école p o u r u n e cause q u e l c o n q u e . L e s p r e m i e r s sont astreints à u n e a n n é e d e service d a n s u n c o r p s d e troupe, o ù ils entrent c o m m e soldats, les s e c o n d s doivent parfaire, c o m m e soldats o u sous-officiers, la d u r é e légale d u service, la d u r é e d e leur service actif postérieur à leur départ d e l'école n e p o u v a n t être inférieure à u n a n . L e s j e u n e s g e n s a y a n t satisfait a u x e x a m e n s d e sortie sont n o m m é s sous-lieutenants d a n s l'armée active. E n ce qui c o n c e r n e l'école polytechnique, c e u x d e ces j e u n e s g e n s qui, ayant satisfait a u x e x a m e n s d e sortie, sont classés d a n s u n service civil d e l'Etat sont autorisés à d o n n e r leur d é m i s s i o n d'officiers d e l'armée active à l'expiration d'une a n n é e d e service a c c o m p l i e c o m m e officiers, partie à l'école d'application, partie d a n s u n c o r p s d e troupe. Ils sont alors versés d a n s le cadre des officiers d e réserve. C e u x q u i quitteraient le service civil d e l'Etat a v a n t la fin d e l'engagement p r é v u a u p r e m i e r alinéa d u présent article sont tenus d'en compléter, d a n s l'armée active, c o m m e officiers d e réserve, la d u r é e intégrale. L ' e n g a g e m e n t p r é v u a u p r e m i e r alinéa est résilié p o u r c e u x d e s j e u n e s g e n s d e ladite école qui, a y a n t satisfait a u x e x a m e n s d e sortie, n'ont o b t e n u a u c u n d e s e m p l o i s d e m a n d é s p a r e u x . C e s jeunes g e n s n e sont p a s , contrairement a u x dispositions d u troisième alinéa d u présent article, n o m m é s s o u s lieutenants d a n s l'armée active, m a i s ils accomplissent, à leur sortie d e l'école, u n e a n n é e d e service, d o n t six m o i s d a n s u n peloton d'élèves officiers d e réserve, à la fin desquels ils se présentent a u c o n c o u r s d'officiers d e réserve ; ils t e r m i n e n t ensuite leur a n n é e d e service d a n s u n c o r p s d e t r o u p e o ù ils sont a d m i s c o m m e officier d e réserve, c o m m e sous-officier o u c o m m e simple soldat suivant le résultat d u c o n c o u r s .


-

24

-

L ' e n g a g e m e n t p r é v u a u p r e m i e r alinéa n e peut être résilié p o u r les j e u n e s g e n s qui entrent à l'école polytechnique après la limite d'âge ordinaire. Art. 3 1 . — P e u v e n t être n o m m é s officiers d e c o m p l é m e n t , e n outre d e c e u x visés a u x articles suivants : 1°- L e s militaires ayant servi d a n s l'armée active c o m m e officiers ; 2° L e s militaires ayant servi d a n s l'armée active c o m m e s o u s officiers s'ils ont a c c o m p l i a u m o i n s cinq a n s d e service actif o u suivi les c o u r s d'un des pelotons d'élèves officiers d o réserve p r é v u s à l'article 3 2 et subi avec succès le c o n c o u r s d'officier d e réserve, sauf exception d e l'article 3 7 e n ce qui c o n c e r n e les étudiants e n m é d e c i n e , e n p h a r m a c i e o u e n art dentaire, et les élèves des écoles vétérinaires accomplissant leur service actif d a n s le service d e santé o u le service vétérinaire ; 3° L e s sous-officiers a y a n t o b t e n u , soit à l'expiration d u service actif, soit a u cours d'une période d'instruction v o l o n taire o u obligatoire, le certificat d e chef d e section. L e M i nistre fixe, c h a q u e a n n é e , le n o m b r e d e s places d e sous-lieutenant d e réserve qui sont réservées à cette catégorie, sans q u e ce n o m b r e puisse être inférieur a u d i x i è m e d e s places disponibles. Art. 3 2 . — C h a q u e a n n é e , d a n s u n certain n o m b r e d e villes d e garnison, le Ministre d e la guerre organise d e s pelotons d'élèves officiers d e réserve. L e s c o n c o u r s d'admission à ces pelotons ont lieu d'après les règles lixées p a r u n e instruction ministérielle. Art. 3 3 . — T o u s les j e u n e s Français incorpores, appelés o u engagés, p a r d e v a n c e m e n t d'appel p e u v e n t , à leur entrée a u corps, d e m a n d e r leur a d m i s s i o n à u n peloton préparatoire a u peloton d'élèves officiers d e réserve; l'admission à ce peloton préparatoire est p r o n o n c é e à la suite d'un e x a m e n spécial. L a d u r é e d e l'instruction a u peloton préparatoire est d e six m o i s , à la suite desquels les j e u n e s g e n s visés a u présent article sont a d m i s , après c o n c o u r s , d a n s u n peloton d'élèves officiers d e réserve. L a d u r é e de l'instruction a u peloton d'élèves officiers d e réserve est d e six m o i s , à la suite desquels les jeunes g e n s reçus a u c o n c o u r s sont n o m m é s officiers d e réserve o u sous-officiers et terminent e n cette qualité leur service actif.


-

25

-

Les e n g a g é s et rengagés p e u v e n t se présenter d a n s les c o n ditions fixées ci-dessus, a u c o n c o u r s d'admission a u peloton d'élèves officiers d e réserve qui p r é c è d e d'un a n l'expiration d e leur contrat. Art. Si. — U n e préparation militaire supérieure a y a n t p o u r objet la formation d e futurs officiers d e réserve est instituée à l'usage d e s j e u n e s Français d e s établissements d'enseignement d e tous ordres ( écoles civiles, facultés, universités, instituts, etc.), d a n s lesquels le niveau m o y e u d e s études est jugé suffis a m m e n t élevé; s o n p r o g r a m m e , portant e n principe sur d e u x a n n é e s d'études, est arrêté p a r le Ministre d e la guerre d'accord a v e c les autres ministres intéressés. U n r è g l e m e n t d'administration p u b l i q u e fixera la liste d e ces établissements qui seront classés e n d e u x catégories : D ' u n e part, c e u x p o u r lesquels, e n raison d u r é g i m e intérieur appliqué, d u caractère d e l'enseignement professé, d e la nature d e s d i p l ô m e s d e l'Etat o u brevets équivalents délivrés e n fin d'études, la préparation militaire supérieure sera o r g a nisée et obligatoirement d o n n é e à tous les élèves. D'autre part, c e u x d a n s lesquels la préparation militaire supérieure, facultative, n e p o u r r a être d o n n é e qu'aux élèves réalisant déjà certaines conditions d e scolarité m i n i m a , à p r é ciser p a r le r è g l e m e n t susvisé. L e s j e u n e s g e n s ayant suivi les c o u r s d e s établissements précités qui e n fin d e scolarité : 1° O n t o b t e n u le brevet d e p r é p a r a t i o n militaire supérieure; 2° O n t acquis le brevet o u d i p l ô m e délivré p a r l'un d e s établissements d e la p r e m i è r e catégorie, ou s'ils o n t a p p a r t e n u à u n établissement d e la d e u x i è m e catégorie, réalisé certaines conditions d e scolarité m i n i m a , à fixer p a r le r è g l e m e n t susvisé ; S o n t a d m i s d e droit sur leur d e m a n d e d a n s u n peloton d'élèves-officiers d e réserve a u m o m e n t d e l'incorporation d u demi-contingent. Ils sort autorisés à se p r é s e n t e r a s c o n c o u r s d'officiers d e réserve a p r è s six m o i s d e p r é s e n c e a u peloton S'ils sent n o m m é s officiers d e réserve o u sous-officiers, ils t e r m i n e n t e n cette qualité u n a n d e service actif; s'ils n'ob tiennent p a s la m o y e n n e p o u r être n o m m é s sous-officiers ils


26

-

rentrent d a n s la règle c o m m u n e et terminent leurs dix-huit m o i s d e service actif Art. 3 5 . — T o u t jeune français âgé d e plus d e dix-huit a n s , p o u r v u d u brevet d e préparation militaire supérieure, qui n'a p a s satifait a u x conditions d e scolarité requises p o u r entrer d e droit d a n s u n peloton d'élèves-officiers d e réserve, peut se présenter avant s o n incorporation a u c o n c o u r s d'admission à u n peloton d'élèves-offieiers d e réserve. S'il est reçu à ce c o n c o u r s , et si après six m o i s d e peloton il est n o m m é officier d e réserve o u sous-officier, il termine e n cette qualité u n a n d e service actif ; sinon, il t e r m i n e dix-huit m o i s d e service actif. Art. 3 6 . — L e s c o n c o u r s p o u r officiers d e réserve ont lieu à l'expiration d e la période d'instruction d e s pelotons. L e n o m b r e total des places d'officiers (sous-lieutenant d e réserve o u assimilés ) à attribuer d a n s les diverses a r m e s o u Services, ainsi q u e la m o y e n n e des points à obtenir p o u r être admissible, sont fixés par le ministre d e la guerre. L e s candidats sont n o m m é s sous-lieutenants d e réserve o u assimilés d e s a r m e s et services, p a r ordre d e classement et jusqu'à c o n c u r r e n c e des places disponibles. Ils terminent e n cette qualité leurs dix-huit m o i s d e service actif. L e s candidats placés i m m é d i a t e m e n t après ceux-ci, qui ont o b t e n u u n e m o y e n n e supérieure à celle fixée, sont n o m m é s sous-officiers d a n s u n corps d e troupe, e n s u r n o m b r e d e l'effectif d e s sous-officiers. Ils terminent e n cette qualité leurs dixhuit m o i s d e service actif. L e s candidats qui n'ont p a s o b t e n u la m o y e n n e fixée term i n e n t leur service actif c o m m e simples soldats. Ils p e u v e n t être, ultérieurement, n o m m é s c a p o r a u x o u brigadiers et s o u s ofticiers. Art. 3 7 . — L e s étudiants e n m é d e c i n e , e n p h a r m a c i e o u e n art dentaire, et les élèves des écoles vétérinaires accomplissent leur service actif d a n s le service d e santé o u le service vétérinaire. D a n s les facultés d e m é d e c i n e et d e p h a r m a c i e , d a n s les écoles le plein exercice o u préparatoires d e m é d e c i n e et d e p h a r m a c i e , d a n s les écoles vétérinaires, il est institué u n e préparation militaire supérieure spéciale, d o n t les différents p r o g r a m m e s , portant sur d e u x a n n é e s d'études, sont arrêtés


— 27 — après entente entre le ministre d e la guerre, d'une part, le ministre d e l'instruction publique o u le ministre d e l'agriculture, d'autre p a r t ; elle est facultative: 1° L e s étudiants o u anciens étudiants e n m é d e c i n e , e n p h a r m a c i e , o u e n art dentaire, et les élèves o u anciens élèves d e s écoles vétérinaires, qui ont o b t e n u le brevet d e préparation militaire supérieure spéciale accomplissent, e n fin d e sursis : a) U n a n d e service, d o n t six m o i s c o m m e m é d e c i n s , p h a r m a c i e n s , dentistes o u vétérinaires auxiliaires, et six m o i s c o m m e m é d e c i n s , p h a r m a c i e n s o u vétérinaires aides-majors d e 2 classe d e réserve, o u dentistes militaires d e 2 classe, s'ils sont : Docteurs e n m é d e c i n e ; O u n o m m é s a u c o n c o u r s internes titulaires d e s hôpitaux d a n s u n e ville d e faculté et p o u r v u s d e seize inscriptions valitëes ; O u p o u r v u s d u d i p l ô m e d e p h a r m a c i e n , d e chirurgien-dentiste o u d e vétérinaire civil ; b) U n a n d e service actif c o m m e m é d e c i n s , p h a r m a c i e n s , dentistes o u vétérinaires auxiliaires, s'ils sont s e u l e m e n t : Possesseurs d e d o u z e inscriptions validées d e m é d e c i n e ; O u possesseurs d e huit inscriptions validées d e p h a r m a c i e ; O u possesseurs d e huit inscriptions validées d e chirurgie-dentaire ; O u a d m i s e n 4° a n n é e d a n s u n e école vétérinaire ; 2 ° L e s autres étudiants o u élèves qui n'ont p a s o b t e n u le brevet d e préparation militaire supérieure spéciale, sont incorporés e n fin de sursis p o u r dix-huit m o i s d a n s u n e section d'infirmiers, s'ils sont étudiants e n m é d e c i n e , e n p h a r m a c i e o u e n chirurgie dentaire, et d a n s u n r é g i m e n t m o n t é s'ils sont élèves vétérinaires. S'ils rentrent d a n s u n e des catégories é n u m é r é e s a u x p a r a g r a p h e s a ) et b) ci-dessus, ils suivent, p e n d a n t six m o i s , d e s cours d'application spéciaux et terminent leurs dix-huit m o i s d e service actif : C e u x d e s catégories é n u m é r é e s a u p a r a g r a p h e a) six m o i s c o m m e m é d e c i n s , p h a r m a c i e n s dentistes o u vétérinaires auxiliaires, et six m o i s c o m m e m é d e c i n : , p h a r m a c i e n s o u vétérinaires aides-majors d e 2 classe d e réserve, o u dentiste militaires d e 2 classe ; e

e

e

e


-

28

-

C e u x des catégories é n u m é r é e s a u p a r a g r a p h e b) c o m m e m é d e c i n s , p h a r m a c i e n s , dentistes o u vétérinaires auxiliaires. Art. 3 8 . — L e s officiers d e réserve sont tenus d e d e m e u r e r officiers d e réserve et d e rester, e n cette qualité, c o n s t a m m e n t à la disposition d u ministre d e la guerre, jusqu'à leur passage d a n s la d e u x i è m e réserve, d a n s les conditions p r é v u e s à l'article 4 0 . Art. 3 9 . — L e s docteurs e n m é d e c i n e et les p h a r m a c i e n s d i p l ô m é s a d m i s directement, après c o n c o u r s , d a n s le c o r p s d e santé militare o u d a n s le corps d e santé coloniale ; et les vétérinaires a d m i s c o m m e aides-majors d e 2 classe, élèves à l'école d'application d e cavalerie, doivent avoir a c c o m p l i leurs obligations, telles qu'elles sont définies par l'article 3 7 d e la présente loi, avant leur n o m i n a t i o n c o m m e aides-majors d e T classe d e l'armée active. Toutefois, la durée d e s services effectifs qu'ils auront a c c o m p l i s c o m m e m é d e c i n s , p h a r m a c i e n s o u vétérinaires auxiliaires, o u c o m m e m é d e c i n s , p h a r m a c i e n s o u vétérinaires aides-majors d e 2 classe leur c o m p t e p o u r la détermination d e leur prise d e rang, sans rappel d e solde, d a n s le grade d e m é d e c i n , p h a r m a c i e n o u vétérinaire aide-major d e 2e classe d e l'armée active. e

e

T I T R E III Service militaire. er

1 . — Bases du service. Art. 4 0 . — L a d u r é e d u service c o m p t e , p o u r la p r e m i è r e fraction d u contingent, d u 1 0 m a i d e l'année suivant celle d u r e c e n s e m e n t ; p o u r la d e u x i è m e fraction, d u 1 0 n o v e m b r e d e cette m ê m e a n n é e et l'incorporation d u contingent a lieu, a u plus tard, les 2 0 m a i et 2 0 n o v e m b r e . P o u r les jeunes g e n s d o n t l'incorporation a été retardée e n vertu d e s articles 2 2 et 2 3 , la d u r é e d u service c o m p t e d u prem i e r jour d u m o i s d e leur incorporation effective. P o u r les engagés, elle c o m p t e d u jour d e leur e n g a g e m e n t , et p o u r les autres jeunes gens visés à l'article 5, d u jour d e leur incorporation. t e m p s d e paix, c h a q u e a n n é e , au 1 0 n o v e m b r e et a u 1 0 mai les militaires qui o n t accompli le t e m p s d e service prescrit d a n s le service actif, d a n s la disponibilité d a n s la première réserve, d a n s la d e u x i è m e réserve, sont respectivement CHAPITRE


-

29

-

classés d a n s la disponibilité, d a n s la p r e m i è r e réserve, d a n s la d e u x i è m e réserve o u libérés à titre définitif. M e n t i o n d e ces divers passages et d e la libération est faite s u r le livret individuel. D a n s le cas o ù les circonstances l'exigeraient, le G o u v e r n e m e n t est autorisé à conserver t e m p o r a i r e m e n t s o u s les d r a p e a u x la fraction d e classe qui a terminé ses dix-huit m o i s d e service. Il e n rend c o m p t e a u x C h a m b r e s , i m m é d i a t e m e n t si elles sont e n session, et d a n s les huit jours après leur réunion, si elles sont h o r s session. D a n s le m ê m e cas, et p e n d a n t leurs d e u x a n n é e s d e service d a n s la disponibilité, les h o m m e s p e u v e n t être appelés s o u s les d r a p e a u x par ordre individuel. Les officiers d e réserve, les sous-officiers n o m m é s après avoir subi le c o n c o u r s d'officiers d e réserve et qui ont a c c o m p l i d o u z e m o i s d e service actif d a n s les conditions p r é v u e s a u x articles 3 4 et 8 5 d e la p r e s q u e loi. les m é d e c i n s , les p h a r m a c i e n s dentistes et vétérinaires auxiliaires d e réserve et les affectés spéciaux, à q u e l q u e classe qu'ils appartiennent, p e u v e n t être rappelés s o u s les d r a p e a u x , d a n s les m ê m e s conditions. L e G o u v e r n e m e n t r e n d c o m p t e d e cette décision a u x C h a m b r e s , i m m é d i a t e m e n t si elles sont e n session, et d a n s les huit jours a p r è s leur réunion, si elles sont h o r s session. D a n s le m ê m e cas, tout h o m m e d e la disponibilité o u d e ta p r e m i è r e réserve peut être autorisé à contracter u n r e n g a g e m e n t d e six m o i s , d'un a n o u d e dix-huit m o i s d a n s les troupes métropolitaines, qu'elles q u e soient laquelle il a quitté l'activité et la d u r é e d e s o n service antérieur. L e n o m b r e d e s r e n g a g e m e n t s , d a n s c h a q u e corps,est fixé p a r le Ministre d e la guerre. E n t e m p s de guerre, les passages d'une catégorie à l'autre n'ont lieu qu'après l'arrivée d e la classe n o u v e l l e m e n t incorp o r é e . Cette disposition est exceptionellement applicable, d è s le t e m p s d e paix, a u x h o m m e s servant a u x colonies. E n t e m p s d e guerre, la libération des h o m m e s ayant t e r m i n é la d u r é e légale d e s obligations militaires peut être ajournée jusqu'à la cessation des hostilités. E n t e m p s d e guerre, le Ministre p e u t appeler p a r anticipation la totalité d e la dernière classe révisée.


-

30

-

Art. 4 1 . — N e c o m p t e pas p o u r les a n n é e s de service exigéeS par ia présente loi d a n s le service actif, la disponibilité et les réserves, le t e m p s rendant lequel u n militaire d u service actif, de la disponibilité o u dos réserves a subi, e n vertu d'un jugement, u n e peine ayant eu p o u r effet de l'empêcher d'accomplir, au m o m e n t fixé, tout o u partie des obligations d'activite qui lui sont imposées par la présente loi o u par les e n g a g e m e n t s qu'il a souscrits. C e s h o m m e s sont tenus d e remplir leurs obligations d'activité, soit à l'expiration de leurs peines s'ils appartiennent au service actif, soit a u m o m e n t de l'appel qui suit leur élargissement s'ils font partie des réserves. Toutefois, quelles q u e soient tes déductions d e service ainsi Opérées, les h o m m e s qui e n sont l'objet sont libérés definitivement, e n m ê m e t e m p s q u e la classe à laquelle ils appartiennent. CHAPITRE

II.—

D u service actif.

Art. 4 2 . — L e contingent à incorporer c h a q u e semestre est f o r m é par les jeunes gens inscrits d a n s la première o u la d e u x i è m e partie des listes de recrutement cantonnai et par c e u x dont l'incorporation, ayant été retardée e n vertu des articles 2 1 , 2 2 et 2 3 , doit avoir lieu d a n s ledit semestre. Il c o m p r e n d e n outre, les jeunes gens qui ont été autorisés à contracter l'engagement spécial dit d e d e v a n c e m e n t d'appel. L e s jeunes gens appelés sous les d r a p e a u x sont m i s , à dater d u 10 m a i et d u 1 0 n o v e m b r e , à la disposition d u ministre d e la guerre; p o u r accomplir la durée légale d u service. Ils sont classés d a n s les différents corps de troupe, suivant les règles fixées par le ministre. A u c u n d'eux n e peut être l'objet d'une affectation spéciale qui n e serait pas c o n f o r m e à ces règles Art. 4 3 . — Sont affectés à l'armée d e m e r : I Les h o m m e s fournis par l'inscription maritime ; 2° Les h o m m e s qui ont été a d m i s à s'engager o u à contracter u n r e n g a g e m e n t d a n s l'armée d e m e r , suivant les conditions spéciales à celle-ci ; 3 ° Les jeunes gens qui, a u m o m e n t des opérations d u c o n seil de révision, auront d e m a n d é à entrer d a n s l'armée d e m e r et auront été reconnus aptes à ce service et a u x spécialités professionnelles d e m a n d é e s par le ministre de la m a r i n e ;


-

31

4° L e s h o m m e s d u contingent d o n t le ministre d e la m a n n e p o u r r a d e m a n d e r l'affectation à l'armée d e m e r . C h a q u e a n n é e , après les opérations de larévision,leministre d e la marine fait connaître au ministredelaguerrele n o m b r e d ' h o m m e s d u contingentqu'ilconviendraitd'affecterà l ' a r m é e d e m e r e n vertu d e s dispositions d e s paragrapjes, 3 et 4° d u présent article, avec leur répartition p a r catégorie d e professionnels. P o u r c h a q u e catégorie d e professionnels, les jeunes gens visés a u p a r a g r a p h e 8° sont pris e n premier lieu. Les hommes versés d'office dans l'armée de mer, en vertu du paragraphe 4° du présent article; ne peuvent, sans leur c o n s e n t e m e n t , être destinés à des batiments ou forces navales stationnés e n p e r m a n e n c e hors d'Europe o u d u bassin m é d i terranéen, ni à des services à terre e n d e h o r s d e s mêmes régions. Art. M. — S o n t affectés a u x troupes coloniales : o

I L e s Français astreints a u service militaire d a n s les c o n ditions et p a y s d e protectorat visés à l'article 9 7 ; 2 L e s h o m m e s qui ont été a d m i s à s'engager o u à contracter u n r e n g a g e m e n t d a n s lesdites troupes suivant les conditions spéciales déterminées a u x articles 6 1 à 8 5 ci-après ; 3° L e s jeunes g e n s qui, a u m o m e n t des opérations d u conseil d e révision, ont d e m a n d é à entrer d a n s les troupes coloniales et o n t été r e c o n n u s aptes à ce service ; 4° A défaut d'un n o m b r e suffisant d ' h o m m e s c o m p r i s d a n s les catégories précédentes, les jeunes g e n s d u contingent métropolitain qui ont été affectés p a r le recrutement a u x troupes coloniales. L e s h o m m e s versés d'office d a n s les troupes coloniales' n e peuvent, sans leur c o n s e n t e m e n t , être affectés à d e s unités stationnées e n p e r m a n e n c e hors d ' E u r o p e o u d u bassin méditerranéen. Art. 4 5 . - Les militaires engages, a u c o u r s d e leurs dixhuit premiers m o i s d e service, et les militaires appelés, a c c o m plissant la durée légale d u service, auront droit, e n d e h o r s d u d i m a n c h e et "des jours fériés, à d e s permissions jusqu'à c o n currence d e vingt-cinq jours. 0

Toutefois ces permissions p o u r r o n t être s u p p r i m é e s e n cas d e punition grave. L e s h o m m e s exerçant la profession d'agri-


- 32 culteurs peuvent, d e préférence a u x autres, obtenir leurs permissions a u m o m e n t des travaux des c h a m p s . Ces é p o q u e s seront déterminées p o u r c h a q u e d é p a r t e m e n t p a r les c o m m a n d a n t s d e régions, après avis d u conseil général. L e total des permissions peut être porté à trente-cinq jours par les chefs hiérarchiques des engagés o u appelés visés au premier paragraphe, p o u r reconnaître leur m a n i è r e d e servir. Les militaires renvoyés outre-mer. auxquels les nécessités d e service o u le défaut d e ressources n'ont pas p e r m i s d e profiter d e tout o u partie d e leurs permissions, auront croit d'en bénéficier e n u n e seule fois, i m m é d i a t e m e n t avant leur libération L e s dispositions d u présent article n e sont pas applicables a u x militaires incorporés sur leur d e m a n d e d a n s l'armée d e m e r . Art. 4 6 . — Les militaires qui, p e n d a n t la durée d e leur service ont subi des punitions d'arrêt de rigueur, d e prison o u d e cellule, d'une durée supérieure à huit jours, sont m a i n t e n u s a u corps, après la libération d e leur classe o u l'expiration d e leur e n g a g e m e n t , pendant u n n o m b r e d e jours égal a u n o m b r e d e journées d'arrêt de rigueur, d e prison o u d e cellule qu'ils ont subies, déduction faite des punitions n'excédant pas huit jours. Cette disposition n'est pas applicable a u x militaires qui, a u m o m e n t d e la libération de leur classe o u de l'expiration d e leur e n g a g e m e n t , sont e n possession d u grade d e sous-officier o u celui de caporal o u d e brigadier, o u qui sont soldats d e 1re classe, si les punitions ont été e n c o u r u e s par e u x antérieurem e n t à leur nomination. C e u x des militaires dont la conduite a été satisfaisante depuis leurs punitions peuvent bénéficier d'une réduction partielle o u m ê m e totale, après c o m p a r u t i o n devant u n conseil de discipline régimentaire d o n t la composition est réglée par décret. Art. 4 7 . — L a présomption d'origine, instituée par l'article 5 d e la loi d u 31 m a r s 1919, joue à dater d u jour d e la visite d'incorporation qui devra avoir lieu a u plus tard d a n s les trois m o i s d e l'arrivée a u corps. Sont considérés a cet égard c o m m e nouvellement incorporés les militaires o u m a r i n s d e tous grades et d e toutes p r o v e n a n c e s qui ont e u u n e interruption d e service supérieure à trois m o i s par suite d'absence irrégulière, d e congé, d e m i s e e n non-activité o u e n disponibilité, d e radiation des contrôles d e l'armée active.


C H A P I T R E III. —

33

-

Du service dans les réserves.

Art. 48. — Les h o m m e s envoyés dans la disponibilité ou dans les réserves sont affectés aux divers corps de troupe et services ou aux emplois prévus à l'article 5 2 de In présente loi. Ils sont tenus de rejoindre leur corps o u leur poste en cas de mobilisation générale ou partielle, ordonnée par décret, en cas de rappel par ordre individuel et en cas d e convocation pour des périodes d'exercices. A l'étranger, les ordres de mobilisation, de rappel ou de. convocation sont transmis par les soins des agents consulaires de France. Le rappel de la disponibilité et de la première réserve peut être l'ait d'une manière distincte et indépendante pour l'armée de terre et pour farinée de mer. Il peut être fait pour une ou plusieurs ou toutes les régions, pour u n ou plusieurs cantons et, s'il y a lieu, distinctement par a r m e ou par subdivision d'arme, il y a lieu par classe en c o m m e n ç a n t par la m o i n s ancienne. E n cas d'agression ou m e n a c e d'agression caractérisée par le rassemblement de forces étrangères e n a r m e s , le rappel à l'activité peut être ordonné par a r m e ou par subdivision d'arme, pour, une ou plusieurs, o u pour la totalité des classes dans u n e zone déterminée, Les m ê m e s dispositions sont applicables à la deuxième réserve. Toutefois, afin de limiter les rappels des h o m m e s appartenant à la deuxième réserve, au n o m b r e nécessité par des besoins spéciaux, temporaires o u locaux, ces rappels peuvent toujours s'effectuer individuellement et sans c o m m e n c e r obligatoirement par la classe la m o i n s ancienne. Art. 49. - Les h o m m e s de la disponibilité et de la première réserve sont assujettis à prendre part à des périodes d'exercices dont le n o m b r e et la durée sont fixés par le ministre de la guerre, sans que leur durée totale puisse excéder huit semaines. Les officiers de réserve, les sous officiers n o m m é s après avoir subi le concours d'officiers de service et qui ont accompli douze mois de service actif, c o n f o r m é m e n t a u x articles 3 4 , 35 et 3 7 de la présente loi, les médecins, les pharmaciens, les dentistes o u vétérinaires auxiliaires peuvent être convoqués pour des périodes d'exercices dont le n o m b r e et la durée sont 3


— 34 —

fixés p a r le ministre d e la guerre, sans q u e leur d u r é e totale puisse excéder quatre m o i s . P e u v e n t être dispensés d e ces exercices, sur l'avis d u consul d e F r a n c e , les jeunes gens qui ont établi leur résidence à l'étranger, h o r s d'Europe et des p a y s limitrophes d e la M é d i terranée et qui occupent u n e situation régulière. L e s militaires d e la d e u x i è m e réserve p e u v e n t être, e n t e m p s d e paix, astreints à des exercices spéciaux d o n t la d u r é e totale n'excédera p a s sept jours. P e u v e n t être dispensés des périodes d'exercices les h o m m e s qui ont été classés clans le service auxiliaire, ainsi q u e les affectés spéciaux p r é v u s à l'article 5 2 . L e s militaires de la disponibilité et des réserves c o n v o q u é s à u n e période d'exercices o u à u n exercice spécial n e p e u v e n t obtenir a u c u n a j o u r n e m e n t , sauf e n cas d e force m a j e u r e d û m e n t justifié ; les bénéficiaires d'ajournement sont rappelés p o u r u n e période similaire, soit l'année suivante, soit d e u x a n s après. E n a u c u n cas, l'ajournement n e peut être accordé d e u x fois d e suite p o u r la m ê m e période d'instruction. D a n s le cas o ù les circonstances l'exigeraient, le G o u v e r n e m e n t est autorisé à conserver provisoirement sous les d r a p e a u x , a u delà d e la période réglementaire les h o m m e s appelés à u n titre q u e l c o n q u e p o u r accomplir u n e période d'exercices. Il e n rend c o m p t e i m m é d i a t e m e n t a u x C h a m b r e s , si elles sont e n session, et d a n s les huit jours après leur réunion si elles sont hors session. Art. 5 0 . — L e s h o m m e s désignés d a n s les articles 5 et G c o m m e devant être incorporés d a n s les bataillons d'infanterie légère d'Afrique et qui n'ont point été jugés dignes d'être e n v o y é s d a n s d'autres corps, a u m o m e n t o ù ils sont libérés d u service actif, restent affectés, lors d e leur passage d a n s la réserve, a u x bataillons d'infanterie légère d'Afrique. E n t e m p s d e paix, ils accomplissent leurs périodes d'exercices d a n s d e s unités désignées p a r le ministre d e la guerre. L e s dispositions d u p a r a g r a p h e précédent sont applicables a u x h o m m e s qui, après avoir quitté l'armée active, ont e n c o u r u les c o n d a m n a t i o n s spécifiées a u x articles 5 et 6, sauf décision contraire d u ministre d e la guerre, après e n q u ê t e sur leur c o n duite depuis leur sortie d e prison.


— 35 —

Art. 51. — I n d é p e n d a m m e n t des périodes d'instruction auxquelles ils p e u v e n t être astreints, les officiers d e réserve p e u v e n t accomplir sur leur d e m a n d e u n e période d e quinze jours avec solde, les a n n é e s o ù ils ne sont p a s c o n v o q u é s . L a d u r é e de ces périodes volontaires p e u t être portée à trente jours p o u r les pilotes d e l'aéronautique militaire, qu'ils soient officiers o u sous-officiers d e réserve. Art. 5 2 . — E n cas d e mobilisation, nul n e peut se prévaloir d e la fonction o u d e l'emploi qu'il o c c u p e p o u r se soustraire a u x obligations d e la classe à laquelle il appartient. P e u v e n t être affectés, soit a u x corps spéciaux c o m p o s é s d e militaires des réserves, soit à leur e m p l o i o u profession d u t e m p s d e paix, suit à u n e m p l o i similaire, avec o u sans c h a n g e m e n t d e résidence, les h o m i n e s d u service auxiliaire, les h o m m e s d u service a r m é appartenant à la d e u x i è m e réserve, d o n t l'activité professionnelle est indispensable soit à la satisfaction d e s besoins d e l'armée, soit a u fonctionnement des administrations publiques, soit a u maintien de la vie é c o n o m i q u e d u pays. E n cas d e nécessité absolue, les h o m m e s d u service a r m é appartenant à la p r e m i è r e réserve, p e u v e n t aussi recevoir u n e affectation spéciale, m a i s u n i q u e m e n t p o u r la satisfaction des besoins d e l'armée. Les affectations spéciales p r é v u e s a u présent alinéa n e p e u v e n t être p r o n o n c é e s qu'en faveur d e s h o m m e s exerçant leur profession o u titulaires d e leur e m p l o i depuis d e u x a n s a u m o i n s à partir d e leur passage d a n s la première réserve. E n cas d e mobilisation, les affectés spéciaux font partie d e l'armée et sont justiciables des tribunaux militaires. Ils reçoivent c o m m e salaire d e base les allocations et prestations c o r r e s p o n d a n t à leur grade militaire. Ils p e u v e n t être relevés d e leur e m p l o i et alièctés à u n corps d e troupe ordinaire ; i n v e r s e m e n t les h o m m e s mobilisés d a n s les corps d e troupe ordinaires peuvent, e n cas d e besoin, être placés d a n s l'affectation spéciale. H o r s le cas demobilisation, lorsque les circonstances l'exigeront, les affectés spéciaux p o u r r o n t être appelés s o u s les d r a p e a u x p a r décret r e n d u e n conseil des ministres, quelle q u e soit la classe à laquelle ils appartiennent. L e G o u v e r n e m e n t e n r e n d c o m p t e a u x C h a m b r e s , i m m é d i a t e m e n t si elles sont e n session et d a n s les huit jours après leur réunion si elles sont h o r s session.


— 36 —

U n r é g l e m e n t d'administration publique fixera les conditions d'application d e s dispositions d u présent article. Il d é t e r m i n e ra n o t a m m e n t les catégories d e professions qui p e u v e n t c o m porter d e s affectations spéciales, les classes d e réserves d a n s lesquelles ces affectations p o u r r o n t être p r o n o n c é e s , la c o m p o sition d e s c o m m i s s i o n s d'inspection chargées d e s'assurer, d è s la mobilisation, q u e les affectations spéciales intervenues sont indispensables ; ce règlement d'administration publique sera inséré a u journaj officiel. Art. 5 3 . — L e s h o m m e s d e la disponibilité et d e s réserves appelés e n cas d e mobilisai ion, rappelés p a r application d e s articles 4 0 , 4 8 et 5 2 ci-dessus o u c o n v o q u é s p o u r d e s exercices, sont considérés s o u s tous les rapports c o m m e d e s militaires d u service actif et s o u m i s d è s lors à toutes les obligations i m p o s é e s p a r les loiset règlements e n vigueur. Art. 5 4 . — L o r s q u e les h o m m e s d e la disponibilité et d e s réserves m ê m e n o n présents s o u s les d r a p e a u x , sont revêtus d e la tenue militaire o u d'un insigne militaire réglementaire, ils doivent à tout supérieur hiérarchique, e n u n i f o r m e , les m a r q u e s extérieures d e respect prescrites p a r les r è g l e m e n t s militaires et sont, c o m m e d e s militaires en c o n g é , passibles d e peines disciplinaires. Art. 5 5 . — T o u t h o m m e inscrit sur le registre matricule est astreint, s'il se déplace, a u x obligations suivantes : 1° S'il se déplace p o u r c h a n g e r d e domicile o u d e résidence il fait viser, d a n s le délai d'un m o i s , s o n livret, individuel p a r la g e n d a r m e r i e d o n t relève la localité o ù il transporte s o n domicile o u sa résidence ; 2° S'il se déplace, p o u r v o y a g e r , p e n d a n t plus d e d e u x m o i s , il fait viser s o n livret, a v a n t s o n départ, p a r la g e n d a r m e r i e d e sa résidence habituelle. 3 ° S'il v a se fixer à l'étranger, il fait d e m ê m e viser s o n livret avant s o n départ et doit, e n outre, d è s s o n arrivée, p r é venir l'agent consulaire d e F r a n c e le plus voisin, qui lui d o n n e récépissé d e sa déclaration et envoie copie d e celle-ci, d a n s jes huit jours, a u ministre d e la guerre. A l'étranger, s'il se déplace p o u r c h a n g e r d e résidence, il e n prévient, a u départ et à l'arrivée, l'agent consulaire d e F r a n c e qui e n i n f o r m e le ministre d e la guerre. Lorsqu'il rentre en F r a n c e , il se c o n f o r m e a u x prescriptions d u p a r a g r a p h e 1 d u présent article. er


- 37 L e s h o m m e s qui se sont c o n f o r m é s a u x présent article ont droit, s'il y a lieu, e n cas o u d e rappel s o u s les d r a p e a u x , à d e s délais p o u r rejoindre, calculés d'après la distance à

prescriptions d u d e mobilisation supplémentaires parcourir.

C e u x qui n e s'y sont p a s c o n f o r m é s sont considérés c o m m e n'ayant p a s c h a n g é d e domicile o u d e résidence. Art. 5 6 . — T o u t citoyen n o n e n c o r e d é g a g é d e toutes obligations militaires est tenu d e fournir à l'autorité militaire les r e n s e i g n e m e n t s qui pourraient lui être d e m a n d é s c o n c e r n a n t sa profession o u ses capacités. L a c o r r e s p o n d a n c e relative à cet objet a lieu e n franchise ; à l'étranger, elle est transmise p a r l'agent consulaire d e F r a n c e . L'intéressé doit r é p o n d r e e x a c t e m e n t , et a u plus tard d a n s les trente jours qui suivent la remise d u questionnaire, a u x questions qui lui sont posées. Tel qui s'abstiendrait d e r é p o n d r e o u ferait u n e déclaration inexacte est passible d e s sanctions p r é v u e s à l'article 9 2 . Art. 5 7 . — L e s h o m m e s d e la disponibilité et d e s réserves ainsi q u e les h o m m e s dispensés de la p r é s e n c e effective s o u s les d r a p e a u x p a r application d e l'article 9 8 d e la présente loi sont, e n t e m p s d e paix, justiciables d e s tribunaux ordinaires et passibles d e s peines édictées p a r le c o d e d e justice militaire, lorsque ayant été r e n v o y é s d a n s leurs foyers depuis m o i n s d e six m o i s , ils c o m m e t t e n t l'un d e s c r i m e s o u délits p r é v u s et punis p a r les articles suivants dudit c o d e : « A r t . 2 2 3 et 2 2 4 . — Voies d e fait et outrages envers u n supérieur. » P o u r l'application d u p r e m i e r p a r a g r a p h e d e c h a c u n d e ces articles, le fait incriminé n'est considéré c o m m e ayant e u lieu à l'occasion d u service q u e s'il est le résultat d'une v e n g e a n c e contre u n acte d'autorité légalement exercé. L e d e u x i è m e parag r a p h e d e ces m ê m e s articles n'est applicable q u e d a n s les cas o ù le supérieur et l'inférieur seraient l'un et l'autre revêtus d'effets d'uniforme o u d'un insigne militaire réglementaire. « Art. 2 2 5 . — Rébellion. » Cet article n'est applicable qu'aux h o m m e s revêtus d'effets d'uniforme o u d'un insigne militaire réglementaire. « Art. 2 2 9 . —

A b u s d'autorité. »


38

-

P o u r l'application d e cet article, il est nécessaire q u e le supérieur et l'inférieur soient l'un et l'autre revêtus d'effets d'uniforme o u d'un insigne militaire réglementaire. Art. 5 8 . — L e s h o m m e s d e la disponibilité et d e s réserves, air q u e les h o m m e s dispensés de la présence effective sous les d r a p e a u x , par application d e l'article 9 8 d e la présente loi, p e u v e n t se marier sans autorisation. Ils restent s o u m i s n é a n m o i n s à toutes les obligations d u service i m p o s é e s à leur classe. T o u t h o m m e d e réserves, à la naissance d'un enfant, passe d e droit d a n s la classe d e mobilisation d o n t le millésime est inférieur d e d e u x unités à celui d e sa classe d e mobilisation d u m o m e n t . T o u t réserviste, père d e quatre enfants vivants, passe d e droit et définitivement d a n s la d e u x i è m e réserve. L e s pères d e six enfants vivants sont et d e m e u r e n t affectés à la dernière classe d e la d e u x i è m e réserve. Toutefois, ces dispositions n e p e u v e n t entraîner a u c u n e réduction d a n s la d u r é e totale des obligations militaires. Il n'est pas tenu c o m p t e , en matière d e c h a n g e m e n t d e classe, des déclarations qui n'ont pas été faites d a n s le délai d'un m o i s avant la publication d u décret d e mobilisation, sauf d a n s le cas o ù ces déclarations résultent d'une situation nouvelle. Art. 5 9 . — T o u t militaire appartenant au service actif, à la disponibilité o u a u x réserves, qui cesse d'être apte a u service a r m é , peut être versé d a n s le service auxiliaire, r é f o r m é parc o n g é n ° 1 o u n° 2, r é f o r m é t e m p o r a i r e m e n t par c o n g é n° 1 o u n° 2 par la c o m m i s s i o n d e réforme d e la subdivision o ù il se trouve o u , en cas de besoin d ' e x a m e n spécial, par la c o m mission d e réforme c o m p é t e n t e la plus voisine. L a réforme temporaire est renouvelable p o u r les militaires d e la disponibilité et des réserves. Art. 6 0 . — U n e c o m m i s s i o n d e r é f o r m e est c o m p o s é e d e quatre m e m b r e s militaires appartenant a u cadre actif o u a u x réserves, savoir : U n m é d e c i n inspecteur o u principal, président ; U n m é d e c i n - m a j o r d e lre o u d e 2 classe ; D e u x officiers appartenant a u x corps d e troupe, désignés p a r le général c o m m a n d a n t la subdivision et ayant u n g r a d e inférieur à celui d u m é d e c i n inspecteur o u principal, président. E u cas de partage des voix, celle du président est p r é p o n dérante. e


- 39 U n fonctionnaire d e l'intendance et le c o m m a n d a n t d u b u reau d e recrutement de la subdivision o u , à défaut d e celui-ci d a n s les troupes d'occupation, a r m é e s , etc., u n officier d e corps d e troupe, désigné à cet effet, assistent à la c o m m i s s i o n d e réforme. E n outre, u n officier et u n m é d e c i n d u corps doivent être présents à la séance d e la c o m m i s s i o n d e r é f o r m e p o u r ce qui c o n c e r n e les h o m m e s d e leur corps. T I T R E IV Engagements, rengagements,

commissions

Art. 61. — T o u s Français o u naturalisés Français, a u x t e r m e s d e s articles 12 et 13 de la présente loi, ainsi q u e les jeunes g e n s appelés à figurer sur les tableaux d e r e c e n s e m e n t o u autorisés par les lois à servir d a n s l'armée française, p e u v e n t être a d m i s à contracter u n e n g a g e m e n t a u x conditions suivantes: o

I P o u r entrer d a n s les troupes métropolitaines, avoir dixhuit a n s a c c o m p i s ; d a n s les troupes coloniales, avoir dix-huit a n s accomplis et contracter u n e n g a g e m e n t d'une durée telle q u e leur séjour h o r s d e la F r a n c e puisse être d e d e u x a n n é e s à partir d e l'âge d e vingt ans, cette dernière condition n e s'appliquant pas a u x jeunes gens résidant a u x colonies o u d a n s les p a y s d e protectorat o u d e m a n d a t , s'ils s'engagent d a n s les corps d e troupes stationnés d a n s les p a y s qu'ils habitent ; 2° N'être pas mariés ; 3 ° N'avoir e n c o u r u a u c u n e des c o n d a m n a t i o n s t o m b a n t sous le c o u p d e l'article 5 d e la présente loi ; 4° Jouir d e leur droit civil ; 5° Etre d e b o n n e s vie et m œ u r s ; 6° P o u r les jeunes gens d e m o i n s d e vingt a n s , être p o u r v u s d u c o n s e n t e m e n t d e leur père, m è r e o u tuteur. E n cas d e divorce o u d e séparation d e corps, le c o n s e n t e m e n t d e celui d e s é p o u x a u q u e l la garde a été confiée est nécessaire et suffisant. L'engagé est tenu, p o u r justifier des conditions prescrites ci-dessus, d e produire u n extrait d e s o n casier judiciaire et u n certificat délivré p a r le m a i r e d e s o n dernier domicile. L e certificat doit contenir le signalement d u j e u n e h o m m e qui veut s'engager et m e n t i o n n e r la durée d u t e m p s p e n d a n t lequel ü a été domicilié d a n s la c o m m u n e .


-

40

L e s e x e m p t é s p e u v e n t , jusqu'à l'âge d e trente-deux a n s a c c o m plis, être a d m i s à contracter des e n g a g e m e n t s , s'ils ont acquis les conditions d'aptitude p h y s i q u e exigées. L e s conditions relatives soit à l'aptitude p h y s i q u e et à l'admissibilité clans les différents corps d e l'armée, à l'époque d e l'année o ù les e n g a g e m e n t s p e u v e n t être contractés, soit a u n o m b r e m a x i m u m d ' e n g a g e m e n t s à recevoir c h a q u e a n n é e d a n s les différents corps d e troupes, sont déterminées p a r décrets insérés a u Journal officiel. Il n e peut être reçu d ' e n g a g e m e n t s q u e p o u r les t r o u p e s coloniales, les corps d'infanterie, les chars d e c o m b a t , les c o r p s d e cavalerie, d'artillerie, d u génie, d'aéronautique et p o u r le train d e s équipages militaires. A r t . 6 2 . — L e s jeunes g e n s réunissant les conditions prév u e s à l'article 61 ci-dessus p e u v e n t contracter, p o u r les troupes métropolitaines, d e s e n g a g e m e n t s d e trois, quatre et cinq a n s , et p o u r les troupes coloniales ou les corps métropolitains stationnés hors d e F r a n c e , des e n g a g e m e n t s d e d e u x , trois, quatre et cinq a n s , s o u s réserve, toutefois, p o u r les troupes coloniales, d e la restriction i m p o s é e par l'alinéa I d e l'article 6 1 . L e service militaire c o m p t e , pour les e n g a g é s , d u jour d e la signature d e l'acte d ' e n g a g e m e n t . Ils passent d a n s la disponibilité o u d a n s la p r e m i è r e réserve, suivant le cas, à l'expiration d e leur service actif et suivent d è s lors le sort d e la demi-classe incorporée d a n s le s e m e s t r e d e leur e n g a g e m e n t . P o u r la détermination d e l'époque a partir d e laquelle ils servent an delà de la d u r é e légale, les e n g a g é s sont réputés avoir les m ê m e s obligations légales d'activité q u e celles i m p o s é e s a u x h o m m e s d u demi-contingent incorporé d a n s le s e m e s t r e d e leur e n g a g e m e n t . L e s jeunes g e n s qui contractent u n e n g a g e m e n t ont le droit d e choisir leur a r m e et leur corps, sous réserve d e s c o n d i tions d'aptitude p h y s i q u e exigées p o u r leur subdivision d ' a r m e . Toutefois, le minisire de la guerre peut, d a n s l'intérêt d u service, p r o n o n c e r d'office, e n t e m p s d e paix, le c h a n g e m e n t d e c o r p s d'un e n g a g é , et, e n t e m p s d e g u e r r e , le c h a n g e m e n t d e c o r p s et d ' a r m e . Les e n g a g e m e n t s sont reçus a u x dates fixées par le ministre de la g u e r r e . L e s j e u n e s g e n s résidant a u x colonies, d a n s les p a y s d e protectorat o u territoires a m a n d a t autres q u e les p a y s m é d i -

soit

o


- 41 t e r r a n é e n s p e u v e n t contracter, outre les e n g a g e m e n t s d a n s les troupes coloniales, u n e n g a g e m e n t d'au m o i n s trois a n s p o u r servir d a n s les troupes métropolitaines, e n F r a n c e o u d a n s les pays m é d i t e r r a n é e n s , leur transport à l'aller et au retour est à la c h a r g e d e l'Etat. Art 6 3 . — L e s j e u n e s g e n s réunissant les conditions prév u e s à l'article 6 1 ci-dessus, âgés d'au m o i n s dix-huit a n s et p o u r v u s d u brevet d e préparation militaire élémentaire, sont a d m i s à contracter, d a n s les troupes métropolitaines, a u x dates lixées par le ministre de la guerre, d a n s le corps d e leur choix, et jusqu'à c o n c u r r e n c e d u n o m b r e fixé par le ministre p o u r c h a q u e corps, un e n g a g e m e n t spécial dit d e d e v a n c e m e n t d'appel, d'une d u r é e égale au t e m p s d e service actif. L e s jeunes g e n s âgés d'au m o i n s dix-huit a n s , remplissant les conditions d'aplitude p h y s i q u e et désireux d'allei se fixer, à l'expiration d e leur service actil, e n Algérie, d a n s les colon i e s pays de protectorat o u territoires a m a n d a t , ainsi qu'à l'étranger, p e u v e n t contrarier, d a n s les m ê m e s conditions, u n e n g a g e m e n t d e d e v a n c e m e n t d'appel d'une durée d e d e u x a n s , avec faculté d'être m i s en c o n g é au bout d e dix-huit n o u s d e service, à la condition d e quitter la F r a n c e d a n s u n délai d e six mois après leur m i s e en c o n g é et d e faire certifier, c h a q u e a n n é e , p e n d a n t cinq a n n é e s consécutives, leur p r é s e n c e d a n s le pays o ù ils ont déclaré se fixer par le représentant attitré d e l'Etat fiançais, faute d e quoi ils seront rappelés s o u s les d r a p e a u x jusqu'à l'achèvement des obligations militaires résultant d e leur e n g a g e m e n t . L a faculté d e contracter u n e n g a g e m e n t p a r d e v a n c e m e n t d'appel cesse, p o u r l'intéressé, d u j o u r d e l'incorporation d u demi-contingent qui précède celui a u q u e l il appartient. Art. 64. - E u t e m p s d e guerre, tout Français, d o n t la classe n'est p a s mobilisée, est a d m i s à contracter, d a n s u n corps d e s o n choix, u n e n g a g e m e n t p o u r la d u r é e d e la guerre. Les h o m m e s exclus d e l'armée p e u v e n t , avec l'autorisation d u ministre d e la guerre o u d u ministre d e s colonies, suivant la catégorie à laquelle ils appartiennent, être autorisés à contracter u n e n g a g e m e n t p o u r la durée d e la guerre a u litre d e s b a taillons d'infanterie légère d'Afrique. Les étrangers âgés d'au m o i n s dix-sept a n s p e u v e n t être autorisés à contracter u n e n g a g e m e n t , p o u r la d u r é e d e la guerre, a u titre d'un c o r p s quelconque, d e l'armée française


42

-

Art. 65. — EN cas d e guerre continental, u n décret p e u t autoriser l'acceptation, c o m m e e n g a g é s p o u r la d u r é e d e la guerre, d e s j e u n a s Français a y a n t dix-sept a n s . C e décret fixe les conditions d a n s lesquelles ces e n g a g e m e n t s sont reçus. Le t e m p s ainsi passé s o u s les d r a p e a u x est, p o u r ces e n gagés. déduit de la d u r é e légale d u service actif. Art. 66. L e s e n g a g e m e n t s sont contractés d a n s les c o n ditions prescrites p a r les articles 3 4 , 3 5 , 3 6 , 3 7 , 3 8 , 5 9 , 4 0 , 4 2 et 4 4 , d u c o d e civil, d e v a n t les m a i r e s d e s chefs-lieux d e c a n t o n e n F r a n c e , d e v a n t les officiers d e l'état civil désignés p a r décret, h o r s d e la m é t r o p o l e . L e s conditions relatives à ces e n g a g e m e n t s sont insérées d a n s l'acte m ê m e . Lecture intégrale d e l'acte doit être d o n n é e a u x c o n t r a c tants avant la signature et m e n t i o n d e cette lecture est faite à la fin d e l'acte. D è s qu'il a reçu u n e n g a g e m e n t , le m a i r e est tenu d'aviser le c o m m a n d a n t d e recrutement, d o n t relève l'engagé. Cet officier p r e n d les m e s u r e s nécessaires p o u r faire délivrer à l'engagé o u faire e n v o y e r à s o n domicile, u n e feuille d e d é p l a c e m e n t p o u r rejoindre s o n corps. Art. 6 7 . — L e s militaires e n activité qui c o m p t e n t a u m o i n s six m o i s d e service p e u v e n t c o n t a c t e r , a v e c le c o n s e n t e m e n t d u conseil d u r é g i m e n t d a n s lequel ils doivent servir, s'ils sont s o u s officiers, o u d u chef d e ce corps, s'ils sont c a p o r a u x , brigadiers o u soldats, et sauf recours hiérarchique a u ministre contre le refus d e ce c o n s e n t e m e n t , u n r e n g a g e m e n t d e six m o i s , 1 a n , 1 8 m o i s , 2 , 3, 4 et 5 a n s renouvelable jusqu'à u n e d u r é e totale d e 15 a n s d e service. Toutefois la d u r é e d e s r e n g a g e m e n t s successifs q u e p e u v e n t contracter les h o m m e s incorporés d a n s les bataillons d'infanterie légère d'Afrique, a u titre d e ces corps, est réduite p o u r c h a c u n à 6 m o i s ou 1 an. L e s militaires d u service auxiliaire n e p e u v e n t contracter leur p r e m i e r r e n g a g e m e n t qu'au cours d u dernier s e m e s t r e d u service actif; ils sont m a i n t e n u s d a n s le service auxiliaire j u s qu'à la fin d e leur r e n g a g e m e n t . D a n s tous les cas, le p r e m i e r r e n g a g e m e n t date d u j o u r de l'expiration légale d u service actif. L e s militaires libérés p e u v e n t é g a l e m e n t , d a n s les m ê m e s conditions contracter des r e n g a g e m e n t s d e 2 a n s a u m o i n s


-

43

-

d a n s les m ê m e s troupes métropolitaines et d e 3 a n s a u m o i n s d a n s les troupes coloniales, s o u s réserve q u e ces r e n g a g e m e n t s n e les maintiendront p a s a u service, c o m m e rengagés, a u delà d e trent-six a n s d'âge. Art. 6 8 . — L e s sous-officiers, c a p o r a u x , brigadiers et soldats d u service a r m é et d u servce auxiliaire p e u v e n t , après 5 a n s d e service et avec le c o n s e n t e m e n t d u conseil d u rég i m e n t o u d u chef d u c o r p s d a n s lequel ils doivent servir, ainsi qu'il a été spécifié à l'article précédent, et sauf recours hiérarchique a u ministre contre le refus d e ce c o n s e n t e m e n t , recevoir u n e c o m m i s s i o n leur conférant le droit d e servir jusqu'à u n e d u r é e totale d e 1 5 a n n é e s . Cette c o m m i s s i o n p e u t être renouvelée d a n s les m ê m e s conditions, par période d e 5 a n s jusqu'à 2 5 a n s d e service, si les aptitudes p h y s i q u e s d u c o m m i s s i o n n é lui permettent d e continuer à servir d a n s l'armée. E n outre, les militaires c o m m i s s i o n n é s , o c c u p a n t des e m p l o i s d é t e r m i n é s p a r le ministre d e la guerre, p e u v e n t c o n server leur c o m m i s s i o n jusqu'à l'âge fixé p a r le ministre, sans q u e cet â g e puisse dépasser soixante aus. L e s militaires libérés depuis m o i n s d e 2 a n s , m ê m e s'ils o n t plus d e trente-six a n s d'âge, p e u v e n t être c o m m i s s i o n n é s s o u s les réserves et d a n s les conditions qui précèdent, m a i s exclusivement p o u r les e m p l o i s visés au précédent alinéa. E n t e m p s d e paix, les militaires c o m m i s s i o n n é s ont le droit d e d o n n e r leur démisssion, m a i s ils n e peuvent quitter le service qu'après avois reçu notification d e l'acceptation d e cette démission. L a décision d u ministre d e la guerre doit être transmise d a n s u n délai m a x i m u n d e trois m o i s , a u g m e n t é , h o r s d e F r a n c e , d e s délais d e distance, à partir d e la date d e la remise d e la démission. L'acceptation peut e n être différée, et p o u r le t e m p s jugé nécessaire p a r le ministre, d a n s les c o r p s o u unités appelés à faire m o u v e m e n t p o u r u n e c a u s e q u e l c o n q u e , ainsi q u e d a n s les c o r p s e n opérations et chargés d e missions spéciales, d a n s les conditions qui seront fixées p a r décret. E n t e m p s d e guerre, les démissions sont interdites. Art. 6 9 . — Les militaires d e la g e n d a r m e r i e sont recrutés p a r m i les militaires o u les anciens militaires a y a n t a c c o m p l i u n t e m p s d e service au m o i n s égal à la d u r é e légale d u service actif.


-

44

-

L e s candidats doivent être m u n i s d u c o n s e n t e m e n t d u conseil d e r é g i m e n t d u c o r p s d a n s lequel ils servent, o u bien, p o u r ce qui c o n c e r n e les candidats libérés, avoir été l'objet d'une e n q u ê t e favorable d e la g e n d a r m e r i e d e leur domicile. Ils sont classés d'après leur g r a d e et d a n s c h a q u e g r a d e d'après le t e m p s d e service qu'ils o n t a c c o m p l i a u delà d e la d u r é e légale, s o u s réserve toutefois d e s c o n d i tions m i n i m a d'aptitude i m p o s é e s . L e s candidats classés élèves g e n d a r m e s p e u v e n t être titularisés g e n d a r m e s à partir d e l'ép o q u e où ils ont atteint l'âge de vingt-cinq a n s . L e s candidats a u x e m p l o i s d e d o u a n i e r s , d"agents d e p o lice, d e g a r d e s forestiers, c o m p t e tenu d e s dispositions fixées p a r la loi d u 3 0 janvier 1 9 2 3 , e n ce q u i c o n c e r n e la p r o p o r t i o n réservée a u x candidats militaires et a u x priorités fixées p o u r les invalides d e guerre, seront classés d'après leur g r a d e et d a n s c h a q u e g r a d e d'après le t e m p s d e service qu'ils o n t a c c o m p l i a u delà d e la d u r é e légale. L e s conditions et modalités d'application des dispositions qui p r é c è d e n t seront fixées p a r décret. Art. 7 0 . — L e s militaires d e tous g r a d e s p e u v e n t contracter u n r e n g a g e m e n t o u être c o m m i s s i o n n é s d a n s le c o r p s d a n s lequel ils servent o u o n t servi, o u d a n s tout autre c o r p s , p o u r v u q u e le n o m b r e d e s c o m m i s s i o n n é s o u r e n g a g é s n'y atteigne p s la proportion fixée à l'article 7 3 ci-après. D a n s le cas o ù le r e n g a g e m e n t o u le c o m m i s s i o n n e m e n t est d e m a n d é p o u r u n autre c o r p s , l'avis d u chef de c o r p s d a n s lequel le militaire sert o u a servi est obligatoire. L e s gradés c o n s e r v e n t leur g r a d e . Toutefois, d a n s le cas o ù ils r e n g a g e n t o u c o m m i s s i o n n e n t d a n s u n e a r m e autre q u e leur a r m e d'origine, o u d a n s le r é g i m e n t d e s s a p e u r s - p o m p i e r s d e Paris s'ils n'y a p p a r t i e n n e n t déjà, ils p e u v e n t n'être a d m i s à r e n g a g e r o u à c o m m i s s i o n n e r q u e c o m m e s i m p l e soldat. Le ministre de la g u e r r e p e u t , d a n s l'intérêt d u service e n t e m p s d e paix, p r o n o n c e r , d'office le c h a n g e m e n t "de c o r p s et d ' a r m e , d'un militaire r e n g a g é o u c o m m i s s i o n n é . A r t . 7 1 . — T o u t militaire d e s troupes métropolitaines p e u t d e m a n d e r s o n passage d a n s les t r o u p e s coloniales, à c o n d i tions d'avoir a u m o i n s d e u x a n s et trois m o i s d e service à a c c o m p l i r . S'il est lié a u service p o u r u n e d u r é e m o i n d r e , il peut d e m a n d e r à porter cette d u r é e à d e u x a n s et trois m o i s .


-

45

-

L e militaire gradé des troupes métropolitaines, qui passe d a n s les troupes coloniales, ne conserve son gracie qu'en cas d'insuffisance d u n o m b r e des gradés d a n s le corps troupe o ù il entre. L e c o m m i s s i o n n é conserve le sien. Ces dispositions sont applicables aux militaires de la légion étrangère, naturalisés Français. Les militaires des troupes colonialespeuventpasserdansles troupes métropolitaines avec l'autorisation d u ministre d e la guerre. Les d e m a n d e s de permutation entre sous-officiers peuvent être admises d a n s les conditions déterminées par le ministre. Art. 7 2 . — Les rengagements sont contractés devant les fonctionnaires de l'intendance, o u à défaut, devant l'officier qui les supplée, dans la forme prescrite par l'article 6 6 ci-dessus, sur la preuve q u e le contractant peut rester o u être a d m i s d a n s le corps p o u r lequel il se présente. Les c o m m i s s i o n s sont délivrées dans les m ê m e s conditions. Art. 7 3 . — D a n s les troupes métropolitaines, le n o m b r e m a x i m u n d e sous-officiers de c h a q u e corps de troupes p o u vant être autorisés à rester sous les drapeaux a u delà de la durée légale d u service, e n vertu d'une c o m m i s s i o nd'unreng a g e m e n t o u d'un e n g a g e m e n t a u cours duquel ils sopt de v e n u s sous-officiers, est fixé a u x trois quarts d e l'effectif total des militaires d e ce grade. L e n o m b r e m a x i m u n des cap o r a u x et brigadiers est fixés a u x d e u x tiers d e l'effectif total des militaires de ce grade. Sont exceptés des dispositions d u précédent alinéa les corps de troupes indigènes stationnés sur le territoire d e la Métropole et d e l'Afrique d u N o r d et les corps d e troupes d'occupation o u e n opération. D a n s les troupes coloniales et le régiment de sapeurs-pompiers de Paris, le n o m b r e des rengagés o u c o m m i s s i o n n é s peut atteindre la totalité d e l'effectif. Art. 74. — Tout caporal, brigadier o u soldat lié a u service p o u r u n e durée supérieure à la durée légale e n vertu d'un engagement, d'un r e n g a g e m e n t o u d'une c o m m i s s i o n , a droit, à partir d u jour o ù il a satisfait à ses obligations légales d'activité, à u n e haute p a y e journalière dont les tarifs sont fixés par décret. E n t e m p s d e guerre, la haute paye est m a i n t e n u e pendant toute la d u r é e des hostilités a u x c a p o r a u x , brigadiers et sol-


— 46 —

dats d o n t l'engagement, te r e n g a g e m e n t o u la c o m m i s s i o n étaient en cours à l'ouverture des hostilités, sauf d a n s le cas o ù ils sont p r o m u s sous-officiers. Les militaires de la disponibilité et des réserves rappelés à la mobilisation et les engagés p o u r la durée de la guerre, e n vertu des articles 6 4 et 6 5 d e la présente loi, n'ont pas droit à la haute p a y e . Toutefois les engagés p o u r la d u r é e de la guerre qui, par leur âge, sont dégagés d e toute obligation militaire, reçoivent la haute p a y e d a n s les m ô m e s conditions q u e les militaires d e carrière de m ê m e grade et de m ê m e a n cienneté. Art. 7 5 . — T o u t militaire qui contracte u n e n g a g e m e n t o u r e n g a g e m e n t de manière à porter son service à u n e durée totale excédant d'une a n n é e a u m o i n s la durée de ses obligations légales d'activité, a droit à u n e prime. Toutefois, la p r i m e n'est pas d u e p o u r les e n g a g e m e n t s prévus par l'article 30 d e la présente loi. Jusqu'à la cinquième a n n é e de service inclusivement et jusqu'à la dixième a n n é e inclusivement p o u r les militaires faisant partie des troupes coloniales o u de certains corps m é t r o p o litains désignés par le ministre d e la guerre, les r e n g a g e m e n t s d o n n e n t droit à p r i m e . E n cas d e mobilisation, le t e m p s passé sous les d r a p e a u x après l'expiration d'un contrat qui était en cours à l'ouverture des hostilités o u après l'expiration d e la durée légale de service, n'entre pas e n ligne d e c o m p t e d a n s le calcul des années de service ouvrant droit à la p r i m e de r e n g a g e m e n t ; les m i litaires de la disponibilité et des réserves rappelés à la m o b i lisation et les engagés p o u r la durée d e la guerre, e n vertu des articles 6 4 et 6 5 d e la présente loi, n'ont pas droit à la prime. L e taux d e la p r i m e varie suivant le t e m p s q u e l'engagé o u le rengagé s'engage à passer sous les drapeaux, et suivant le corps où il s'engage à servir. Les tarifs des primes des sousofficiers, des caporaux, brigadiers, et soldats sont fixés par décret. Si, dans le cours d'un e n g a g e m e n t o u d'un rengagement, le tarif de la p r i m e vient à être a u g m e n t é , le militaire bénéficie d u tarif n o u v e a u p o u r le t e m p s d e service qui lui reste à accomplir d'après son contrat ; il e n est d e m ê m e e n cas d'affectation à u n corps.ou le tarif est plus élevé o u e n cas de nomination a u grade d e sous-officier.


- 47 Les regles relatives a u p a y e m e n t de la prime sont, fixées par décret; elle peut n'être acquise en totalité à l'engagé ou au rengagé qu'au m o m e n t de sa libération. Elle peut être payée en partie à l'engagé au m o m e n t de son arrivée au corps ou rengagé le jour de la signature de l'acte. Elle peut être aussi affecté, avec le consentement o u sur la d e m a n d e de l'intéressé, au p a y e m e n t d'annuités servant à l'acquisition d'un bien rural avec le concours des caisses de crédit rural. D a n s ce cas, la prime est majorée de 2 0 p. 100. Le réliquat peut être payé soit par annuités égales, soit en u n seul versement, à l'engagé ou au rengagé au m o m e n t où il quitte le service. La partie de la prime constituant le dernier versement est augmentée de l'intérêt à 5 p. 100. Toutefois, dans les troupes coloniales, la prime peut être payée en totalité à l'engagé au m o m e n t de son arrivée au corps, au rengagé le jour de la signature de l'acte. Art. 76. — Les sous-officiers ayant satisfait à leurs obligations légales d'activité et servant c o m m e engagés, rengagés ou commissionnés ont droit à une solde spéciale mensuelle, dont les tarifs sont fixés par décret. Cette solde exclut toutes allocations en nature autres que celles qui peuvent être attribuées aux troupes eu c a m p a g n e ou q u e les allocations réglementaires relatives à l'habillement. et au logement. E n temps de guerre, la solde mensuelle est maintenue, pendant toute la durée des hostilités, aux sous-officiers dont l'engagement, le rengagement ou la commission étaient en cours à l'ouverture des hostilités. Les militaires de la disponibilité et des réserves, rappelés a la mobilisation et les engagés pour la durée de la guerre, en vertu de aiticles 64 et 65 de la présente loi n'ont pas droit à la solde mensuelle. Toutefois, les engagés pour la durée de la guerre qui, par leur âge, sont dégagés de toute obligation militaire reçoivent la solde mensuelle dans les m ê m e s condit i o n s q u e les militaires de carrière de m ê m e grade et de m ê m e ancienneté. Art. 7 7 . — L e s militaires n o n officiers ayant accompli au moins cinq ans de service sont dispensés de la moitié des périodes d exercices de la première réserve. Art. 7 8 . — Les militaires non officiers qui quittent les drapeaux après quinze ans de service effectif ont droit à une pen-


48 -

sion proportionnelle à la d u r é e d e leur service ; a p r è s vingtcinq ans d e service, ils o n t droit a u n e p e n s i o n d e retraite. Les sous-officiers titulaires d'une p e n s i o n propoitionnello font partie, d u jour d e leur libération et p e n d a n t cinq a n s , d e la p r e m i è r e r é s e r v e ; ils t e r m i n e n t ensuite d a n s la d e u x i è m e reservelad u r é e légale d e leurs obligations militaires. L e s s o u s officiers titulaires d ' u n e p e n s i o n d e retraite sont m a i n t e n u s , d u jourdeleurlibération et p e n d a n t cinq a n s , d a n s la d e u x i è m e réserve. L e s militaires qui obtiendraient, c o n f o r m é m e n t a u x dispositions prévues à l'article 6 8 d e la présente loi, d'être c o m m i s s i o n n é s après avoir quitté les d r a p e a u x n e p e u v e n t r é c l a m e r la pension d e retraite o u la pension proportionnelle q u ' a p r è s avoir servi cinq a n s e n celte nouvelle qualité. L e s militaires e n g a g é s , r e n g a g é s o n c o m m i s s i o n n é s qui, a p r è s avoir servi cinq a n s au m o i n s a u delà d e la d u r é e légale, sont formé; a v a n t d'avoir acquis d e s droits h la p e n s i o n proportionnelle touchent, p e n d a n t u n t e m p s égal h la d u r é e d e leurs services, effectifs, u n e solde d e réforme égale a u montant de la p e n s i o n proportionnelle de leur grande, En cas d e r é f o r m e temporaire, la même solde leur est allouée p e n d a n t la d u r é e entiere d e ladite reforme. Si, e n raison d e l'origine des blessures o u infirmité qui o n t entraîné la r é f o r m e , le sous-officier a bénéficié e n outre d ' u n e p e n s i o n d'invalidité, temporaire o u p e r m a n e n t e , il peut opter p o u r la pension susdite o u p o u r la solde d e r é f o r m e , et, d a n s c e dernier cas, le p a y e m e n t d e la p e n s i o n est s u s p e n d u aussi l o n g t e m p s q u e le titulaire jouit d e la solde d e r é f o r m e . Art. 7 9 . — L e s dispositions d e s arlieles 7 4 à 7 7 sont applicables a u x militaires d o n t le contrat est e n c o u r s a u m o m e n t d e la p r o m u l g a t i o n d e la présente loi et à c o m p t e r d e celte promulgation. L e s sous-officiers r e n g a g é s c o m p t a n t cinq a n s o u plus d e service ne sont admis à c o m m i s s i o n n e r qu'après l'expiration d u contrat e n cours. P o u r les militaires actuellement e n service d o n t la d u r é e légale d e service était d e trois o u d e u x a n s , le droit à la h a u t e p a y e , à la p r i m e d ' e n g a g e m e n t o u d e r e n g a g e m e n t et, le cas é c h é a n t , à la solde m e n s u e l l e , n'est ouvert qu'à partir d u c o m m e n c e m e n t d e la q u a t r i è m e a n n é e o u d e la troisième a n n é e d e service.


-

49

-

Art. 8 0 . — Tout militaire engagé o u rengagé sous le régime d e la présente loi, ayant accompli 5 à 10 années de services ininterrompus, peut, au m o m e n t o ù il quitte le service, recevoir u n pécule d'une valeur de 5,000 à 10,000 francs selon la durée de ses services. Toutefois ce droit n'est ouvert a u x militaires engagés o u l'engagés présents sous les drapeaux avant la promulgation de la présente loi q u e s'ils souscrivent, avant l'expiration de leur contrat en cours, u n rengagement de 3 ans a u m i n i m u m , ne portant pas la durée de leurs services à plus de 15 ans. L e pécule est payable par l'Etat en u n seul versement c o m m e fonds de premier établissement. Il peut, avec le consentement ou sur la d e m a n d e d u militaire, être affecté sans préjudice des s o m m e s dues e n exécution des dispositions de l'article 75 ( 0 alinéa) ci-dessus de la présente loi, à l'achat d'une petite propriété rurale ; l'intéressé ayant la faculté de d e m a n d e r p o u r le surplus de la valeur d u bien acquis u n prêt à u n e caisse de crédit agricole par application de la loi d u 5 août 1 9 2 0 . L'intérêt afférent à ce prêt est bonilié de 0 fr. 2 5 p. 1 0 . à raison d e c h a c u n des enfants légitimes de l'emprunteur, vivants et âgés de m o i n s de seize ans. L'attribution d'un pécule dans les conditions ci-dessus fixées par le présent article de loi entraîne p o u r le bénéficiaire impossibilité de rengager o u de commissionner ultérieurement, ainsi q u e forclusion de tous droits à l'obtention d'un emploi civil réservé. L'intéressé conserve son droit d'option pendant les six m o i s qui suivent sa libération ; mais l'option u n e fois faite est définitive. e

U n règlement d'administration publique déterminera les conditions, taux et modalités d'application des dispositions qui font l'objet d u présent article de loi, ainsi q u e les garanties exigibles des intéressés. Art. 8 1 . — Tout militaire engagé o u rengagé qui, étant sous les drapeaux, subit u n e condamnation, soit à la peine des travaux publics, soit à celle de l'emprisonnent p o u r u n e durée d e trois m o i s a u m o i n s , est d é c h u de tous ses droits à la haute p a y e et à la dispense des périodes d'instruction. L e militaire qui a encouru la peine des travaux publics est également déchu de ses droits à la pension proportionnelle. 4


-

50

-

E n outre, si la c o n d a m n a t i o n t o m b e s o u s le c o u p d e l'article 5 o u d e l'article 6 (§ 7 ) d e la présente loi, il est dirigé, à l'expiration de sa peine, sur u n bataillon d'infanterie légère d'Afrique. L a m ê m e m e s u r e est prise à l'égard d e l'engagé o u r e n g a g é qui, a y a n t été, p a r u n seul j u g e m e n t , déclaré c o u p a b l e d'un c r i m e o u d'un délit militaire o u d'un d e s c r i m e s et délits spécifiés a u x p a r a g r a p h e s 1° et 2 d e l'article 5, a été c o n d a m n é à la peine d e s travaux publics p a r application d e l'article 1 3 5 d u c o d e d e justice militaire. L e s dispositions d e s trois derniers alinéas d e l'article 6 sont applicables a u x militaires dirigés sur les bataillons d'Afrique e n exécution d u présent article. L e droit à la haute p a y e est t e m p o r a i r e m e n t s u s p e n d u : 1° P o u r tout militaire e n g a g é o u rengagé, e n v o y é p a r m e s u r e disciplinaire d a n s u n e section spéciale, p e n d a n t la d u r é e d e s o n séjour d a n s cette section ; 2° P o u r tout r e n g a g é d e s régiments étrangers, d e s régim e n t s d e tirailleurs indigènes et d e s bataillons d'infanterie légère d'Afrique, e n v o y é , p a r m e s u r e disciplinaire d e son corps, p e n d a n t la d u r é e d e s o n séjour à ladite section ; 3° P o u r tout militaire e n g a g é o u rengagé, p e n d a n t le c o u r s d e s punitions supérieures à huit jours d e prison et d e s p u n i tions d e cellule. Art. 8 2 . — L'admission d'office à la retraite proportionnelle et la révocation des sous-officiers c o m m i s s i o n n é s sont p r o n o n cées p a r le ministre, d'après l'avis d'un conseil d'enquête constitué suivant les règlements militaires e n vigueur. Cet avis n e p e u t être modifié qu'en faveur d e l'intéressé. L e s m ê m e s sanctions sont p r o n o n c é e s d a n s les m ê m e s f o r m e s p a r le général c o m m a n d a n t le c o r p s d ' a r m é e , délégué d u ministre, à l'égard d e s c a p o r a u x , brigadiers et soldats c o m missionnés. L a c o m m i s s i o n p e u t être, e n outre, retirée d e plein droit lorsque, ayant été délivrée e n vertu d'un, e m p l o i o u d'un traité déterminé,, cet e m p l o i est s u p p r i m é , o u le traité résilié, o u qu'il vient à expiration. D a n s ce cas, l'intéressé peut n é a n m o i n s d e m a n d e r le r e n o u v e l l e m e n t d e sa c o m m i s s i o n , p a r p é riode d e cinq a n s , jusqu'à 2 5 a n s d e services si ses aptitudes p h y s i q u e s lui permettent d e rentrer d a n s le service général o u d'occuper u n autre e m p l o i . n


-

51

-

Art. 83. — L a rétrogradation et la cassation des sousofficiers rengagés est prononcée par le ministre de la guerre, d'après l'avis d u conseil d'enquête constitué suivant les règlements militaires en vigueur; celle des brigadiers ou caporaux rengages est prononcée, dans les m ê m e s conditions, par le général c o m m a n d a n t le corps d'armée, délégué d u minisire. L'avis du conseil d'enquête ne peut être modifié qu'en faveur de l'intéressé. Art. 8 4 . — Les engagés ou rengagés p o u r une période portant leur service militaire actif à cinq ans au m o i n s sont admis à bénéficier soit de l'instruction professionnelle organisée dans l'armée, soit de l'instruction professionnelle donnée dans les établissements civils du lieu où ils tiennent garnison. Ils sont également préparés, s'il y a lieu, à subir les e x a m e n s nécessaires pour obtenir certains emplois civils. L'organisation de l'instruction professionnelle dans l'armée, les conditions dans lesquelles l'engagé o u le rengagé pourra suivre l'instruction professionnelle donnée dans les établissem e n t s civils seront déterminées par des instructions ministérielles. Art. 8 5 . — D e s emplois civils sont réservés aux militaires ayant servi, par engagement, rengagement ou commission, au delà de la durée légale, dans les conditions déterminées par une loi spéciale. TITRE V Dispositions pénales. Art. 8 6 . — Toutes fraudes o u m a n œ u v r e s par suite desquelles u n jeune h o m m e a été omis sur les tableaux de recensement sont déférées aux tribunaux ordinaires et punies d'un emprisonnement d'un mois à u n an. Sont déférés aux m ê m e s tribunaux et punis de la m ê m e peine : 1° Les jeunes gens appelés qui, par suite d'un concert frauduleux, se sont abtenus de comparaître devant le conseil de revision ; 2 Les jeunes gens qui, à l'aide de fraudes ou m a n œ u v r e s , se font exempter par u n conseil de revision, sans préjudice de peines plus graves en cas de iàux. Les auteurs ou complices sont punis des m ê m e s peines. 8


-

52

Si le jeune h o m m e omis a été condamné c o m m e auteur ou complice de fraudes ou manœuvres, les dispositions des articles 16 et 19 de la présente loi sont appliquées. Le jeune h o m m e indûment exempté est rétabli en tête de la première partie de la classe appelée, après qu'il a été reconnu que l'exemption avait été indûment accordée. Art. 87. — Tout h o m m e prévenu de s'être rendu impropre au service militaire, soit temporairement, soit d'une manière permanente, dans le but de se soustraire aux obligations imsosées par la présente loi est puni, en temps de paix, d'un emprisonnement d'un an à cinq ans et privé de ses droits civils et politiques. En temps de guerre, la peine applicable est celle de la réclusion, sous réserve des peines plus graves prononcées par le code de justice militaire, les tribunaux militaires étant seuls compétents, dans tous les cas, et à l'égard de tous les inculpés. Sont également déférés aux tribunaux, et punis de m ê m e s peines les jeunes gens qui, dans l'intervalle, entre la clôture des listes cantonales et leur incorporation, se sont rendus coupables de la m ê m e infraction. À l'expiration de leur peine, les individus condamnés à moins de deux ans d'emprisonnement sont mis à la disposition du ministre de la guerre pour tout le temps du service militaire qu'ils doivent à l'Etat et sont envoyés dans une section spéciale. Ceux qui sont condamnés à deux ans d'emprisonnement et plus, sont exclus de l'armée et mis à la disposition du ministre de la guerre dans les conditions fixées par l'article 4 de la présente loi pour achever d'exécuter les obligations auxquelles ils sont soumis. Les complices sont punis des peines prévues aux alinéas 1er et 2 du présent article, et, s'ils n'ont pas encore terminé I la durée légale de leur service actif, les dispositions du 4 ali"néa leur sont applicables. Si les complices sont des docteurs en médecine, des officiers de santé ou des pharmaciens, les peines encourues pourront être portées au double, indépendamment d'une amende de mille francs (1,000 francs) à trois mille francs (3,000 francs, ) sous réserve des peines plus graves prévues par le code de justice militaire. Art. 88. — Les militaires ou civils appelés à participer aux opérations du conseil de revision, ou à celles des commissions e

(


— 53 — médicales militaires prévues aux articles 1 7 et 1 9 , à l'effet d e d o n n e r leur avis ou de statuer, qui ont reçu d e s d o n s o u agréé des p r o m e s s e s p o u r être favorables a u x jeunes g e n s e x a m i n é s , sont punit d'un e m p r i s o n n e m e n t d e d e u x m o i s à d e u x ans, sans préju ice des peines plus graves p r o n o n c é e s par l'article 262 d u code d e justice militaire, q u a n d il s'agit de militaires ayant courais le délit p r é v u par ledit article. Cette peine leur est appliquée, soit qu'au m o m e n t des d o n s ou p r o m e s s e s , ils aient déjà été désignés p o u r assister au c o n seil d e revision, o u faire partie îles c o m m i s s i o n s prévues a u x articles 1 7 et 19, soit q e e les d o n s o u p r o m e s s e s aient été agréés en prévision des fonctions qu'ils auraient a remplir. Il leur est défendu, sous la m ê m e peine, d e rien recevoir, m ê m e p o u r u n e e x e m p t i o n justement p r o n o n c é e . C e u x qui leur ont fait des d o n s o u p r o m e s s e s sont punis d e la m ê m e peine. C e s dispositions sont applicables en cas d e rappels d ' h o m m e s des réserves à l'activité pour u n e cause q u e l c o n q u e . Art. 8 9 . — T o u t fonctionnaire o u officier publie, civil o u militaire qui, sous quelque prétexte q u e ce soit, a autorisé o u a d m i s des exclusions ou e x e m p t i o n s autres q u e celles déterm i n é e s par la présente loi, o u qui a arbitrairement d o n n é u n e extension ou consenti u n e réduction, soit à la durée, soit a u x règles ou conditions des appels, des e n g a g e m e n t s o u r e n g a g e ments et des c o m m i s s i o n s est coupable d'abus d'autorité et puni des peines portées d a n s l'article 1 8 5 d u code p é n a l sans préjudice des peines plus graves prononcées par ce c o d e d a n s les autres cas qu'il a prévus et des peines p r o n o n c é e s par l'article 2 6 1 d u coide d e justice militaire, q u a n d il s'agit d e militaires coupables d'un des crimes prévus par ledit article. L e s m ê m e s dispositions sont applicables e n cas de rappels d ' h o m m e s de réserves à l'activité p o u r u n e cause q u e l c o n q u e . Art. 9 0 — T o u t j e n n e soldat appelé o u tout autre militaire d a n s ses foyers, rappelé a l'activité, à qui u n ordre d e route a été régulièrement notifié et qui, hors le cas d e force de m a jeure, n'est pas arrivé à sa destination au jour fixé par cet ordre est, après u n délai de trente jours en t e m p s de paix, considéré c o m m e insoumis et puni des peines portées par l'article 2 3 0 d u c o d e de justice militaire. S o n t é g a l e m e n t considérés c o m m e insoumis tout e n g a g é volontaire et tout mlitaire qui, après renvoi d a n s ses foyers,


- 54 a contracté u n e n g a g e m e n t si, hors le cas de force m a j e u r e , ils n e sont pas arrivés à leur destination, ci t e m p s d e paix d a n s les t r e n t e jours qui suivent le jour fixé parleur feuille de route. La notification d< l'ordre d e route est faite par u n agent c e la fore publique au domicile d el'appelle; en cas d'absence d e celui-ci, elle est faite au m a i r e d e la c o m m u n e d a n s laquelle l'appelé a été porté sur la liste d e r e c e n s e r o n t . D a n s tous les cas, il est dressé par l'agent procès-verbal de la notifiation. L e délai d'insoumission est porté en t e m p s d e paix a d e u x m o i s p o u r les h o m m e s affectés à des corps de l'intérieur, qui d e m e u r e n t en Algérie, en Tunisie, a u M a r o c , o u hors de F r a n c e e n E u r o p e , et pour les h o m m e s affectés à d e s corps d e l'Ah ï q u e d u Nord, qui d e m e u r e n t en E u r o p e ; à six m o i s pour les h o m m e s d e m e m a u t d a n s tout autre p a y s . Si l'insoumis appartient à u n corps mobilise o u faisant partti d e troupes en opérations, o u si s o n corps est stationné sur u n terrritoire c o m p r i s d a n s la z o n e des a r m é e s , les délais fixés par les paragraphes ler et 2 sont réduits a d e u x jours, et ceux fixés par le paragraphe 4 sont réduits d e moitié. D a n s ce cas, les n o m s des i n s o u m i s sont affichés, p e n d a n t toute la durée d e la mobilisation o u d e s opérations, d a n s toutes les c o m m u n e s d u canton de leur domicile; les i n s o u m i s qui sont c o n d a m n é s sont, à l'expiration d e leur peine, e n v o y é s d a n s u n e section spéciale. D a n s a u c u n cas, le t e m p s p e n d a n t lequel les h o m m e s vises a u x paragraphes qui précèdent n'ont pas été présents s o u s les d r a p e a u x , n e c o m p t e d a n s les a n n é e s d e service exigées. L a prescription contre l'action publique résultant d e l'insoumission n e c o m m e n c e à courir q u e d u jour o ù l'insoumis a atteint l'âge d e cinquante a u s . Art. 9 1 . — Q u i c o n q u e est r e c o n n u coupable d'avoir s c i e m m e n t recelé ou pris à son service u n h o m m e recherché p o u r insoumission o u d'avoir favorisé son évasion est p u n i d'un e m p r i s o n n e m e n t qui n e peut excéder six m o i s o u d'une a m e n d e qui n e peut excéder cinq cents francs. L a m ê m e peine est p r o n o n c é contre c e u x qui, par d e s m a n œ u v r e s coupables, ont e m p ê c h é o u retardé le départ des jeunes soldats. Si le délit a été c o m m i s a l'aide d'un attroupement, la peine est double.


— 55 —

Si le délinquant est fonctionnaire public, e m p l o y é ou agent de l'Etat, des départements et des c o m m u n e s o u ministre d'un culte subventionné la peine peut être portée jusqu'à d e u x années d ' e m p r i s o n n e m e n t , et il est, e n outre, c o n d a m n é à u n e a m e n d e qui ne peut excéder deux mille francs. Sont exceptées des dispositions pénales prévues par le présent article les personnes d é ignées d a n s le dernier paragrap h e de l'article 2-48 d u code pénal. Art. 9 2 . — E n t e m p s de paix, les militaires e n congé dans leurs foyers, attendant leur passage dans la disponibilité, les h o m m e s de la disponibilité et des réserves qui, étant rappelés à l'activité en vertu de la loi, par voie d'affiches ou par ordres d'appel individuels, n e se sont pas, hors le cas d e force m a jeure, rendus le jour fixé au lieu indiqué par les affiches o u ordres d'appel, eu qui, étant c o n v o q u é s d'urgence et sans d é lai, oui excédé le t e m p s strictement nécessaire pour se rendre à leur destination, peuvent être contraints par l'autorité militaire à rejoindre leur poste. Ils sont passibles d'une punition disciplinaire. Si, sur notification faite e n la forme indiquée à l'article 9 0 , à la résidence déclarée, et en cas d'absence, au maire d u d o micile, d'un ordre de route individuel leur réitérant l'ordre d e rejoindre, les h o m m e s désignés au paragraphe précédent ne se présentent pas à leur destination dans les quinze jours suivant le jour fixé par cet ordre, ils sont considérés c o m m e ins o u m i s et passibles des pénalités de l'insoumission. Lorsqu'ils appartiennent à un corps mobilisé o u faisant partie de troupes en opérations, ou lorsque leur corps est stationné sur un territoire compris dans la zone des a r m é e s , les militaires rappelés autrement q u e par voie d'ordre de mobilisation, a u m o y e u d'affiches o u d e publication sur la voie publique, sont déclarés insoumis si, sur notification directe d'un ordre de route, ils ne se rendent pas à leur destination d a n s les deux jours suivant le jour fixé par cet ordre. E n cas de mobilisation, les militaires rappelés sont déclarés insoumis si, hors le cas de force m a j e u r e , ils ne se sont pas c o n f o r m é s aux m e s u r e s prescrites par l'ordre de route contenu d a n s leur livret pour assurer leur arrivée à destination. Par exception aux dispositions qui précèdent, les h o m m e s se trouvant dans It cas prévu à' l'article 5 o de le présente loi n e seront, en cas de mobilisation ou de publication sur la voie


-

56

-

publique, sont déclarés i n s o u m i s q u e s'ils ont excédé d e quinze jours en t e m p s d e paix, o u de d e u x jours d a n s les cas prévus aux paragraphes 3 et 4 ci-dessus, les délais strictement nécessaires p o u r se rendre par les voies les plus rapides directement de leur résidence à la destination qui leur est assignée. L e s dépositions des paragraphes 3, 4 et 5 de l'article 9 0 sont applicables a u x h o m m e s visés par le présent article. T o u t h o m m e qui n'a pas rejoint au jour indiqué par l'ordre d'appel qui lui a été adressé pour d e s m a n œ u v r e s o u exercices peut-être astreint, par l'autorité militaire, à faire o u à c o m p l é t e r d a n s u n corps d e troupe le t e m p s d e service p o u r lequel il était appelé. S o n t passibles d e s peines disciplinaires les h o m m e s d e la disponibilité et d e s réserves ayant contrevenu a u x obligations qui leur sont i m p o s é e s par les articles 2 9 , 5 5 et 5 6 d e la présente loi. l e s punitions disciplinaires infligées a u x h o m m e s d e s réserves d a n s leurs foyers n e peuvent pas excéder huit d e prison. C e m a x i m u m est réduit à quatre jours pour les h o m m e s a p p a r tement à la d e u x i è m e réserve. L'autorité militaire assure l'exécution d e ces punitions d a n s les locaux disciplinaires d e s corps les plus rapprochés. Art. 9 3 . — L e s dispositions des articles 9 0 et 9 2 sont a p plicables a u x militaires de tout grade. A u x peines prévues à l'article 2 3 0 d u c o d e de justice militaire, s'ajoute la destiuution si l'insoumis est titulaire d'un grade d'officier et si l'insoumission a eu lieu en t e m p s d guerre. Art. 9 4 . — L e s h o m m e s liés a u service dans les condi lions m e n t i o n n é e s à l'article 2 5 ci-dessus, qui n'ont pas fait les déclarations prescrites audit article, seront déférés aux tribunaux ordinaires et punis d'une a m e n d e 16 à 200 fr. Ils peuvent, e n outre, être c o n d a m n é s à u n e m p r i s o n n e m e n t d e quinze jours à trois m o i s . E n t e m p s de guerre, la peine est double. Art. 9 5 . — L e s peines édictées par les articles 8 8 , 8 9 et 91 de la présente loi sont applicables a u x tentatives d e s délits p r é v u s par ces articles. Art. 90. — P o u r toutes les peines prononcées e n verte d e la présente loi, les juges peuvent, e n t e m p s d* paix et e n t e m p s


-

57

-

d e guerre, accorder les circonstances atténuantes ; l'application e n est faite aux c o n d a m n é s , soit c o n f o r m é nent à l'ARticle 4 6 3 d u c o d e pénal, soit c o n f o r m é m e n t à l'article I d e la loi d u 1 9 juillet 1 9 0 1 , modifiée par a loi lu 2 7 avril 1 9 1 6 . er

T I T R E VI R e c r u t e m e n t e n Algérie, d a n s les colonies et p a y s de protectorat.

Art. 9 7 . — L e s dispositions de la présente loi sont aoplicahles e n Algérie, en Tunisie et au M a r o c et d a n s toutes les autres colonies o u pays de protectorat. irt. 9 8 . — E n d e h o r s d e s exceptions motivées et d o n t il serait fait m e n t i o n d a n s le c o m p t e r e n d u p r é v u par 1'article 1 0 3 ci-après, les Français, naturalisés Français résidant d a n s u n e colonie, u n pays d e protectorat o u u n territoire à m a n d a t , autres q u e l'Algérie, la Tunisie ou le M a r o c , quel q u e s o u le I e u o ù ils sont inscrits sur les listes d e recrutement, sont incorporés d a n s les corps les plus voisins. exceptionnellement, si, d a n s certains cas fixés par arrêté ministériel, il ne se trouve pas d e corps d e troupes stationné a proximité suffisante, ces jeunes g e n s sont dispensés d e la p r é s e n c e effective sous les d r a p e a u x . D a n s te cas o ù cette situation viendrait à se modifier avant qu'ils aient atteint l'âgie d e trente a n s révolus, ils seraient appelés d a n s le corps de troupes le plus voisin p o u r y recevoir l'instruction militaire p e n d a n t un laps d e t e m p s qui n e pourrait dépasser six m o i s . L e s Français o u naturalisés Français nés à l'étranger, hors d'Europe o u d e s p a y s limitrophes d e la Méditerranée et y résidant sont, sur leur d e m a n d e , a d m i s à bénéficier des dispositions prévues a u x d e u x alinéas qui précèdent. Ils accomplissent, d a n s ce cas, leur service militaire d a n s u n des corps français les plus voisins, suivaut la répartition arrêtée par décret r e n d u sur la proposition des minstres d e la guerre et d e s affaires étrangères, sous réserve des dispositions contenues à l'alinéa précédent. C e s dispositions sont é g a l e m e n t applicables a u x Français et naturalises Français qui se sont établis à l'étranger, hors d'Europe et des p a y s limitrophes d e la Méditerranée, s'ils ont quitté la F r a n c e avant l'âge d e dix huit a n s , o u , d a n s le cas d e la négative, s'ils n'ont p u , p o u r cause d'inaptitude physique, contracter r e n g a g e m e n t p r é v u à l'article 6 3 d e la présente loi.


-

58 —

P a r dérogation a u x dispositions d u d e u x i è m e alinéa d u présent, article, les jeunes g e n s bénéficiaires d e dispense p e u v e n t sans ci perdre ; bénéfice, être autorisés p a r le ministre d e la guerre, sur l'avis c o n f o r m e des g o u v e r n e u r s d e s colonies o u d e s représenta, ils d e l'Etat français à l'étranger, à faire e n F r a n c e , p o u r a c h e v e r leurs études, d e s séjours supérieurs à trois m o i s , à condition : 1° D e se faire régulièrement inscrire d a n s u n e faculté o u d e suivre les cours d'une école d e l'Etat o ù r e c o n n u e p a r l'Etat et d e produire, c h a q u e a n n é e , u n certificat d'assiduité; 2° S a u f p o u r les Français n é s à l'étranger h o r s d ' E u r o p e et du bassin méditerranéen et y résidant, d e quitter la F r a n c e avant l'âge d e trente a n s et d e séjourner d a n s les colonies, pays de protectorat o u p a y s étrangers susvisés, jusqu'au p a s sage de leur classe d a n s la d e u x i è m e réserve, avec faculté toutefois, p e n d a n t cette période d e résidence obligatoire, d e faire e n F r a n c e , c h a q u e a n n é e , u n séjour d e trois m o i s o u d e six m o i s tous les d e u x a n s . F a u t e d e q u o i l'intéressé serait incorporé p o u r effectuer le t e m p s d e service actif légal. A r t . 9 9 . — L e s conditions spéciales d e r e c r u t e m e n t d e s étrangers et d e s indigènes seront fixées p a r d e s décrets, j u s qu'à ce qu'elles aient été réglées p a r d e s lois spéciales. E n c e qui c o n c e r n e l'Algérie, u n projet d e loi sera présenté a u x C h a m b r e s d a n s les six m o i s qui suivront la p r o m u l g a t i o n d e la présente loi. T I T R E VIL Dispositions particulières.

A r t . 1 0 0 . — L'article 5 , le c i n q u i è m e p a r a g r a p h e d e l'article 6, le d e u x i è m e p a r a g r a p h e d e l'article 5 0 et le p a r a g r a p h e troisème d e l'article 6 1 n e s'appliquent p a s a u x h o m m e s a y a n t bénéficié d e la loi d u 2 6 m a r s 1 8 9 1 , à moins qu'ils n'aient été c o n d a m n é s p o u r avoir fait métier d e souteneur. E n cas d'inconduite grave d u r a n t leur présence s o u s les d r a p e a u x , les h o m m e s appelés o u e n g a g é s visés a u p a r a g r a p h e ci-dessus p e u v e n t , a p r è s u n délai m i n i m u m d e trois m o i s d e puis leur incorporation, être e n v o y é s d a n s u n bataillon d'infanterie légère d'Afrique. L'envoi est p r o p o s é p a r le chef d e corps, sur avis c o n f o r m e d u conseil d e discipline, et p r o n o n c é par le ministre d e la guerre.


-

59

-

Les inscrits visés au paragraphe 2 d e l'article 7 d e la loi d u 24 d é c e m b r e 1 8 9 6 sont s o u m i s a u x dispositions d u présent article et peuvent également, e n cas d'inconduite grave, recevoir par décision ministérielle la m ê m e destinationqueles h o m m e s d u recrutement. Art. 1 0 1 . — P o u r tout ce qui regarde l'application de la présente loi, les règles relatives a u x personnels des troupes coloniales ( a r m e s o u subdivisions d'armes coloniales) sont également applicables, d a n s des conditions qui seront fixées p a r décret, à tous les personnels des a r m e s et services n e c o m p o r t a n t pas d e subdivision Coloniale et servant, soit dans des formations d e ces a r m e s m services stationnéesenperm a n e n c e hors d'Europe et d u bassinméditerranéen,soitdans toute autre formation desdites a r m e s o u servicescommevolontaires pour être e m p l o y é s hors d'Europe et d u bassin mediterranéen. Art. 1 0 2 . — L e s dispositions transitoires suivantes sont prises p o u r passer d u régime de la loi d u 21 m a r s 1 9 0 5 , m o difiée par la loi d u 7 août 1 9 1 8 , a u régime d e la présente loi. L e s jeunes gens des classes 1919 et plus jeunes, sortis e n 1 9 2 1 et 1 9 2 2 de l'une des grandes écoles visées à l'article 2 3 d e la loi d u 2l m a r s 1 9 0 5 modifiée par la loi d u 7 août 1913, o u actuellement élèves d a n s ces écoles, ne feront à leur sortie qu'un a n d e service c o m m e sous-lieutenant d e réserve. L e s jeunes gens d e la classe 1 9 1 9 qui, ayant obtenu u n sursis d'incorporation, ont été mobilisés avant le 11 n o v e m b r e 1918, o u qui, se trouvant e n pays envahis, ont été mobilisés après cette date, seront libérés a u bout d e dix-huit m o i s d e service d'après la date d e leur incorporation. L e s sursitaires d e la classe 1 9 1 9 , n o n visés a u précédent alinéa, ainsi q u e ceux des classes 1920, 1921, 1922, seront a u torisés à bénéficier des dispositions prévues a u x articles 31 à 3 7 d e la présente loi, et si, par application d e ces articles, ils sont fait officiers de réserve o u sous-officiers, ils termineront, e n cette qualité, u n t e m p s d e service actif égal à celui a c c o m pli par leur classe d'âge d i m i n u é d e six m o i s . L e s h o m m e s des classes 1919 et antérieures ayant accompli plus de cinq ans d e service actif seront dispensés d e la moitié des périodes d'exercices d a n s la réserve. E n 1923, les jeunes gens d'au m o i n s dix-huit a n s r e m plissant les conditions physiques d'aptitude et p o u r v u s d u cer-


60

tïficat d'aptitude militaire institué par la loi d u 8 avril 1903 seront, a d m i s à contracter d a n s le corps de leur choix et jusqu'à concurrence d u n o m b r e fixé p a r le minstre p o u r c h a q u e corps, u n engagemi nt spécial dit d e d e v a n c e m e n t d'appel, p o u r accomplir le m ê m e t e m p s d e service actif qui sera ultérieurem e n t fixé par la classe 1923. Ces e n g a g e m e n t s seront a d m i s au m o m e n t de l'incorporation d e c h a c u n des demi-contingents d e la classe 1923. Les jeunes gens nés d a n s le premier semestre d e l'année pourront contracter leur e n g a g e m e n t a u m o i s d e m a i et les jeunes gens nés d a n s le d e u x i è m e semestre a u m o i s d e m a i o u au m o i s d e n o v e m b r e . L e s dispositions de l'article 2 d e la présente loi, relatives à la nouvelle durée d u service dans les réserves, sont applicables à toutes les classes n o n encore dégagées d'obligations militaires. L a disposition d u m ê m e article fixant à u n a n et d e m i la d u rée d u service actif est applicable a u x classes 1 9 2 2 et suivantes. D a n s les trois départements d u H a u t - R h i n , d u Bas-Rhin et de la Moselle, les jeunes gens appartenant a u x classes des a n n é e s antérieures à l'année de la promulgation d e la présente loi, réintégrés d a n s la nationalité française o u ayant obtenu cette nationalité en vertu d u traité d e Versailles qui, à l'âge de vingt-six a n s , seront minstres des cultes n e seront appelés à a u c u n service actif, m a i s versés d a n s les services auxiliaires o ù ils suivront le sort d e leur classe, sous réserve qu'ils exerceront leur ministère d a n s u n des trois départements susvisés. Art. 1 0 3 . — C h a q u e année, après l'incorporation d u d e u x i è m e contingent d e la classe, le G o u v e r n e m e n t fera connaître a u x Chambres: 1 L'effectif des militaires de carrière français existant d a n s l'année ; 2° L'effectif des militaires indigènes d e toutes catégories, en distinguant ceux qui sont militaires d e carrière ; 3- L'état d u r e m p l a c e m e n t de la m a i n - d ' œ u v r e militaire par la m a i n - d ' œ u v r e civile ; 4° L'état d'organisation de la mobilisation civile, é c o n o m i q u e et industrielle, afin d e permettre a u x C h a m b r e s d'envisager e n toute connaissance de cause, et e n tenant c o m p t e d e la situation politique extérieure, les m e s u r e s à prendre p o u r réaliser u n e nouvelle réduction d e la durée d u service.


- 61

-

Après l'incorporation totale d e la classe 1925, le G o u v e r n e m e n t fera connaître a u x C h a m b r e s les conditions d'application d e la présente loi et s'il juge possible de réduire, p o u r les classes 1926 et suivantes. le temps de service actif. Art. 1 0 4 . — L a présente loi est applicable d a n s les départements d u Haut-Rhin, d u Bas-Rhin et d e la Moselle. L a loi d u 21 m a r s 1905, modifiée par la loi d u 7 août 1913, et, d'une manière générale, toutes dispositions contraires à celles d e la présente loi sont et demeurent abrogées. L a présente loi, délibérée et adoptée p a r le Sénat et par la C h a m b r e des députés, sera exécutée c o m m e loi d e l'Etat. Fait à Rambouillet, le I avril 1923. er

A. M I L L E R A N D Par le Président de la République Le ministre de la guerre et des pensions,

MAGINOT.

CERTIFIÉ CONFORME:

Le Secrétaire-archiviste, J.

BAZILE-OCTUVON.

CAYENNE. — Imprimerie d u G o u v e r n e m e n t .


BULLETIN

OFFICIEL

DE LA

G U Y A N E

F R A N Ç A I S E

N° 7. J U I L L E T 1923.

S O M M A I R E . Pages

N° 302. — Arrêté du 3 juillet 1923 relatif à la célébration de la Fête nationale 301 N° 303. — Arrêté d u 6 juillet 1023 p r o m u l g u a n t le décret d u 30 avril 1923 modifiant le décret d u 10 janvier 1920 •relatif à l'organisation des services extérieurs d e l'Administration des d o u a n e s 302 Décret d u 3 0 avril 1923 modifiant le décret d u19janvier 1920 retatif à l'organisation des services extérieurs 4 e l'Administration des d o u a n e s 303 N° 304. — Décision d u 10 juillet 1 9 2 3 chargeant M . La horde ( L é o n - D o m i n i q u e ) . Secrétaire général p . i., d e l'expédilion des affaires courantes et urgentes p e n d a n t absence d u G o u v e r n e u r d u chef-lieu 304 N° 305. — Arrêté d u 13 juillet 1023 p r o m u l g u a n t la loi d u 4 juin 1923 modifiant le tarif des d o u a n e s en ce qui con. cerne les crayons simples, en pierre o u e n ardoise naturelle... 303 Loi d u 4 juin 1923 modifiant le tarif des d o u a n e s e n ce qui concerne les crayons simples, e n pierre o u e n ardoise naturelle 306 N° 300. — Arrêté d u 13 juillet 1923 p r o m u l g u a i t la loi d u 11 juin 1923 modiliant le tarif n° 0325 d u tarif général des d o u a n e s (produits chimiques) en ce qui concerne l'anthraquinone 306 19


-

300

Pages Loi d u 44 juin 1923 modifiant le n° 0326 du tarif général des douanes (produits chimiques) en ce qui concerne Tanthraquinone 307 N° 307. — Arrêté fixant les taxes applicables aux correspondances radio télégraphiques échangées par la station de Cayenne avec la Martinique, la Guadeloupe et au-delà 308 N° 308. — Arrêté du 16 juillet 1923 relatif à la délivrance des titres de m o u v e m e n t dans le service des Contributions indirectes 310 N° 309. — Arrêté d u -16 juillet 1923 sur la police des salles de spectacles

.

343

N ° 310. — Arrêté d u 16 juillet 4923 concédant une pension de retraite à ¡VI. Léger Léopold), planton de 2e classe du service d u Port 314 N° 311. _ Arrêté d u 16 juillet 1923 réglementant le transport par m e r des marchandises d'un port à u n autre de la Guyane sous le régime d u cabotage 315 N° 312. — Arrête d u 16 juillet 1923 abrogeant celui d u 16 novembre 1012 portant allocation d'indemnité de déplacement de séjour aux m e m b r e s d u Conseil général et de la Commission coloniale se rendant aux réunions desdits Conseil ou Commission ou étant charges de mandats spéciaux par le chef de la colonie. 347 N° 313. — Arrêté du 10 juillet 1923 modifiant les dispositions de l'article 32 de l'arrête local du 31 décembre 1924 319 N° 314. _ Arrêté du 24 juillet 1923 promulguant la loi du 19 avril 1923 modifiant la loi du 11 janvier 1892 portant établissement du tarif général des douanes 32O Loi d u 19 avril 1923 modifiant la loi d u 11 janvier 4892 portant établissement d u tarif général des douanes 320 N° 315. — Arrêté du 27 juillet 1923 promulguant le décret du 30 mai 1923, déterminant, pour la Guyane, les limites de la m e r et le point de cessation de la salure des eaux dans les fleuves et rivières de la colonie.— Rap. 323 Décret d u 30 mai 1922 déterminant, pour la Guyane, les limites de la m e r et le point de cessation de la salure des eaux dans lesfleuvesetrivière de la colonie 324 N° 316 _ Arrêté d u 27 juillet 1023 remplaçant les m e m b r e s absents d u Conseil colonial d'hygiène de la Guyane française 325 N° 317. _ Décision du 2s juillet 1923 autorisant l'installation de l'Institut local d'hygiène dans I immeuble Darredeau, rue Louis-Blanc a Cayenne 326 N° 318. _ Arrêté du 30 juillet 1923. — Répartition entre les distilleries de la colonie du contingent de 149 hectolitres d'alcool pur attribué a la Guyane 327


- 301

-

Pages N° 319. — Décision d u 31 juillet 1923 chargeant M . Pécarrère (Henri), chef de bureau hors classe des Secrétariats généraux des colonies, des fonctions intérimaires de Secrétaire général de la Guyane 323 N° 320. — Arrêté du 31 juillet 1923. — Délégation d'attribution au Secrétaire général du Gouvernement de la Guyane 330 N° 321. — Arrêté du 3! juillet 1023 promulguant le décret d u 23 mai 1923 portant modifications au décret du 4 août 1914 sur les déclarations. — Rapport 332 Décret du 23 mai 4923 portant modifications au décret du 4 août 1914 sur les déclarations 333 N° 322. — Arrêté du 34 juillet 1023 promulguant le décret d u 1er juin 1923 portant modification à l'article 117 du décret du 30 décembre 1012, sur le régime financier des colonies. — Rapport 334 Décret du 1er juin 1923, portant modification à l'article 117 du décret d u 30 décembre 1012, sur le régime financier des colonies 336 N° 323 à 341. — Nominations, mutations, congés,

N° 302.

etc

A R R E T É relatif à la célébration de la Fête

342

nationale

(3 juillet 4923.) L E G O U V E R N E U R p. r. de la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 27 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u 6 juillet 1 8 8 0 , instituant u n e Fête Nationale annuelle et l'arrêté d u 2 6 août 1 8 8 0 , p r o m u l g u a n t ladite loi à la G u y a n e ; S u r la proposition d u Secrétaire général, ARRÊTE :

Article 1er. — Les dispositions suivantes seront prises à l'occasion de la Fête nationale: L e vendredi 13, retraite a u x flambeaux à 21 heures; Le s a m e d i 1 4 , au lever d u soleil, le pavillon national sera arboré a u fort C é p é r o u , sur tous les bateaux sur rade ainsi qu'à tous les édifices publics. Art. 2. — D e s secours seront distribués a u x indigents d a n s toutes les mairies d e la colonie. Art. 3. — L e p r o g r a m m e des réjouissances et divertissements publics sera arrêté au chef-lieu par u n comité c o m p o s é d e : M . le Maire, président

;


— 302 — U n adjoint ou un conseiller municipal désigné par le Maire; Le chef du service des Travaux publics : Le lieutenant de Port ; U n officier désigné par le c o m m a n d a n t d'Armes; Le commissaire de la Police municipale; Le chef du service des Travaux de la ville. Ce comité se réunira sur la convocation de son président et s'adjoindra des commissaires, à désigner par lui pour l'organisation et la surveillance des jeux et des réjouissances. Dans les autres c o m m u n e s , le p r o g r a m m ed e s réjouissances sera arrêté par les Maires assistés de leurs adjoints. • Art. 4. — Le soir d u 1 4 juillet tous les édifices et établissements publics seront illuminés. U n feu d'artifice sera tiré à 21 heures. Art. 5. — Les bureaux des diverses administrations, les écoles, les Chantiers, ateliers ou établissements dépendant des divers services seront fermés le samedi 1 4 . Art. 6. — Les Chefs d'administration, de services et d e corps sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution d u présent arrêté, qui sera publié ei affiché partout où besoin sera, inséré au Journal officiel et au Bulletin officiel de la Colonie. Cayenne, le 3 juillet 1923.

E. CANTAU. N° 3 0 3 . - A R R Ê T E promulguant le décret du 30 avril 1923 modifiant le décret du 19 janvier 1920 relatif à l'organisation des services extérieurs de l'Administration des douanes. ( 6 juillet 1923 )

p . i. de la Guyane française, V u l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret du 1 9 janvier 1920; V u l'insertion au Journal officiel de la république française d u décret du 3 0 avril 1923 relatif à l'organisation des services extérieurs del'Administrationdes douanes, LE G O U V E U R N E U R

ARRÊTE:


— 303

-

er

Article I . — Est promulguéd a n s la colonie, pour y être appliqué dans sa forme et teneur, le décret du 3 0 avril 1 9 2 3 modifiant le décret du 19 janvier 1920 relatif à l'organisation des services extérieurs de l'Administration des douanes. Art. 2. — L'Inspecteur principal, chef d u service des douanes, est chargé de l'exécution du présent arrêté, Qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, publié et inséré au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 6 juillet 1923. E. C A N T A U . DÉCRET L E P R É S I D E N T de la République française, V u le décret d u 19 janvier 1920, modifié par décrets des 1er août 1 9 2 0 , 24 décembre 1921, 2 4 avril et 27 octobre 1 9 2 2 , 17 janvier et 7 février 1923, relatifs à l'organisation des services extérieurs de l'Administration des Douanes; Sur le rapport du Ministre des finances. DÉCRÈTE:

Article Ier — Les articles 3 et 61 du décret du 19 janvier 1 9 2 0 sont modifiés ainsi qu'il suit: « Art. 3 .!.. Parag. 4. — L'accession au grade d'Inspecteur est subordonnée aux résultats d'un e x a m e n d'aptitude qui a lieu a n nuellement. Les conditions, etc Parag. nouveau. — Lorsque l'intérêt du service l'exige, les receveurs principaux de lre classe peuvent être appelés, de n o u veau, aux fonctions Qu'ils ont a b a n d o n n é s pour occuper u n emploi de comptable. Les nominations de l'espèce sont faites sur la proposition d u Directeur général, après délibération d u Conseil d'Administration ; les intéressés sont réintégrés dans les grade et classe dont ils étaient titulaires antérieurement; en aucun cas ils n'ont droit au remboursement de leurs frais de déplacement. Art. 61. (nouvelle rédaction ) — A titre provisoire et jusqu'au1erjanvier 1930, lorsque le tableau de candidatures pour le grade d'Inspecteur, dressa à la suite de l'examen d'aptitude annuel, sera insuffisant pour faire face aux besoins, les emplois


- 304 — disponibles pourront être attribués a u x agents e n possession d u grade d e contrôleur rédacteur e n chef, Contrôleur e n chef, Contrôleur-rédacteur principal, vérificateur principal, receveur articulier d e I catégorie, o u a u x capitaines d e1erclasse âgés de 5 0 a n s a u m o i n s et inscrits, p a r ordre alphabétique, à u n tableau d ' a v a n c e m e n t spécial dressé c h a q u e a n n é e à cet effet, d a n s les f o r m e s prévues à l'article 16 d u présent décret. » Art. 2 . — L e Ministre d e finances est chargé d e l'exécution d u présent décret. Fait à Paris, le 3 0 avril 1923. A. M I L L E R A N D .

p

r e

Par le Président de la République:

le Ministre des finances,

CM. DE LASTEYRIE. N° 3 0 4 . — DÉCISION chargeant M . I a b o r d e ( L é o n - D o m i nique), Secrétaire général p. i. de l'expédition des affaires, courantes et urgentes pendant l'absence du Gouverneur du chef-lieu. (10juillet 1928.) L E G O U V E R N E U R p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 21 m a i 1 8 9 8 s u p p r i m a n t les fonctions d e directeur d e l'Intérieur cl portant création d e s Secrétariats g é n é r a u x , e n s e m b l e la circulaire ministérielle d u 8 juin 1 8 9 8 ; V u le décret d u 2 juillet 1 9 1 3 modifiant les règles d e recrut e m e n t et la situation administrative d e s Secrétaires g é n é raux ; Vu la circulaire ministérielle d u 23 m a i 1922; V u le prochain départ e n tournée d u C h e f d e la colonie. DÉCIDE :

Article 1er. — M. Laborde ( L é o n - D o m i n i q u e ) , Secrétaire général p. i. d u G o u v e r n e m e n t , aura, par autorisation d u G o u v e r n e u r , la signature d e s affaires courantes (courrier m i nistériel excepté) pendant l'absence d u G o u v e r n e u r d u cheflieu. Art. 2 . — L e s pièces à signer p a r M . L a b o r d e porteront la m e n t i o n suivante :


- 305 « Pour le G o u v e r n e u r et par autorisation ) « Le Secrétaire général p. i., »

Art. 3 . — L a présente décision sera enregistrée et comm u n i q u é e partout où besoin sera.

Cayenne, le 1 0 juillet 1 8 2 3 . E. C A N T A U . N° 3 0 5 . —

A R R Ê T E promulguant la loi du 4 juin 1923 des douanes en ce qui concerne Us pierre ou en ardoise naturelle.

modifiant le tarif crayons simples, en

(13 juillet 1923.)

p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u 11 janvier 1 8 9 2 portant établissement d u tarif général des d o u a n e s métropolitain ; LE GOUVERNEUR

V u le décret d u 2 9 n o v e m b r e 1 8 9 2 portant application d e ladite loi à la G u y a n e française; V u l'arrêté d u 0 janvier 1893 p r o m u l g u a n t à la G u y a n e la loi d u 11 janvier 1 8 9 2 et le décret d u 2 9 n o v e m b r e suivant; V u la loi d u 2 9 m a r s 1 9 1 0 modifiant et complétant la loi d u 11 janvier 1892 ; S u r la proposition d e l'Inspecteur principal, chef d u service des D o u a n e s , ARRÊTE:

Article ler. — Est p r o m u l g u é e à la G u y a n e française p o u r y être exécutée e n sa f o r m e et teneur, la loi d u 4 juin 1923 modifiant le tarif des d o u a n e s e n ce qui concerne les crayons simples, e n pierre o u e n ardoise naturelle. Art. 2 . — L'Inspecteur principal, chef d u service d e s D o u a n e s , est chargé de l'exécution d u présent arrêté qui, avec le texte à p r o m u l g u e r , sera publié et inséré a u Journal et au Bulletin officiels d e la colonie. G a y e n n e , le 13 juillet 1923. E,

CANTAU.


306

-

LOI modifiant le tarif des douanes en ce qui concerne les crayons simples, en pierre ou en ardoise naturelle. (4 juin 1923. ) L e Sénat et la C h a m b r e des Députés ont adopté, ; L e Président d e lz R é p u b l i q u e p r o m u l g u e la loi d o n t la teneur suit : Article unique. — Est complété c o m m e suit le tableau A a n n e x é à la loi d u 1 1 janvier 1 8 9 2 portant établissement d u tarif d e s D o u a n e s et modifié par les lois s u b s é q u e n t e s :

L a présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et p a r la C h a m b r e des Députés, sera exécutée c o m m e loi d e l'Etat. Fait à Paris, le 4 juin 1 9 2 3 . A. M I L L E R A N D . Par le Président de lA R é p u b l i q u e : Le Minisire

du

et de LUCIEN

Commerce

L'Industrie. Le Ministre des Finances, DIOR. Ch DE L A S T E Y R I E .

N° 3 0 0 . — A R R Ê T E promulguant la loi du 11 juin 1 9 2 3 modifiant le n° 0 3 2 6 du tarif général des douanes (produits chimiques) en ce qui concerne l'anthraquinone. (13 juillet 1923.) LE GOUVERNEUR

p.

i.

de la G u y a n e française,

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u 11 janvier 1 8 9 2 portant établissement d u tarif général des d o u a n e s métropolitain ;


-

307

-

V u le décret d u 2 9 novembre 1822 portant ampliation de ladile loi à la Guyane française; V u l'arrêté d u 6 janvier 1893 promulguant a la G u y a n e la loi du 11 janvier 1892 et le décret du 2 9 novembre suivant; Vu la loi du 2 0 mars 1910 modifiant et c o m p l é t a n t la loi du 11 janvier 1892 ; Sur la proposition de l'Inspecteur principal, chef d u service des douanes, ARRÊTE:

Article.1er.— Ksi promulguée à la Guyane française pour y être exécutée en sa forme et teneur, la loi d u 1 1 juin 1 9 2 3 modifiant le n° 0326 du tarif général des douanes (produits chimiques| en ce qui concerne l'anthraquinone. Art. 2 . — L'Inspecteur principal; chef du service d e s . douanes, est chargé de l'exécution du présent arrêté qui, avec le texte à p r o m u l g u e r sera p u b l i c et inséré au Journal et a u Bulletin officiels de colonie. Cayenne, le 13 juillet 1923.

L. C A N T A U .

LOI

modifiant

le n° 0326 du tarif général des douanes (proen ce qui concerne l ' a n t h r a q u i n o n e .

duits chimiques)

(11 juin 1923.)

Le Sénat et la C h a m b r e des députés ont adopté; Le Président d e la République promulgue la loi dont la teneur suit : Article unique. — Le n° 0 3 2 6 d u tarif des douanes (produits chimiques) est modilié c o m m e suit:


-

308

L a présente loi, délibérée et a d o p t é e p a r le S é n a t et p a r la C h a m b r e d e s d é p u t é s , sera exécutée c o m m e loi d e l'Etat. Fait à Paris, le 1 1 juin 1 9 2 3 . A.

MILLERAND.

Par le Président de la République: Le Ministre du commerce et de l'Industrie, LUCIEN D I O R .

Le, Ministre des Finances, CH. DE L A S T E Y R I E .

N° 3 0 7 . — A R R Ê T É fixant les taxes applicables aux correspmdances radio-télégraphiques échangées par la station de Cayenne avec la Martinique, la Guadeloupe et au delà. (13 juillet 1923).. LE G O U V E R N E U R p . i. d e la G u y a n e française, Vu l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 a o û t 1 8 2 8 ; Vu l'arrêté d u 4 février 1 9 1 4 ;


-

309

-

E n s e m b l e celui d u 1 4 avril 1 9 2 1 portant réorganisation d u personnel des Postes, Télégraphes, T é l é p h o n e s de la G u y a n e française ; V u l'arrêté n° 8 8 6 d u 2 6 s e p t e m b r e 1 9 2 2 relatif à la taxation et à la distribution d e s messages p a r le service des Postes, Téléphones, Télégraphes de le colonie ; V u l'arrêté n° 4 3 1 en date d u 1 9 m a i 1 9 2 3 relatif à l'exploitation des posies radio-électriques appartenant à la colonie ; V u la d é p ê c h e ministérielle n° 2 5 3 7 en date d u 1 9 m a i 1 9 2 3 relative a u x taxes applicables a u x correspondances radio-télégraphiques entre la G u y a n e , la Martinique, la G u a d e l o u p e et a u delà. S u r la proposition concertée d u Secrétaire général et du Chef d u service des Postes, Télégraphes, Téléphones, ARRÊTE :

Article I e r . — Les taxes applicables a u x correspondances radio-télégraphiques échangées par la station d e C a y e n n e avec la Martinique, la G u a d e l o u p e et au delà sont les suivantes : 1° Relations G u y a n e Martinique 1 fr.72 or ; 2° Relations G u y a n e p o u r a u delà Martinique 1 fr. 6 2 or plus la taxe correspondant a u parcours entre la Martinique et le bureau de destination ; 3° Relations G u y a n e , G u a d e l o u p e l fr.96 o r ; 4° Relations G u y a n e p o u r a u delà G u a d e l o u p e l fr.86 or plus la taxe correspondant a u parcours entre la G u a d e l o u p e et le bureau d e destination. Art. 2. —- L e Secrétaire général et le C h e f d u service des Postes, Télégraphes, Téléphones sont chargés, c h a c u n e n ce qui le concerne, de l'exécution d u présent arrêté qui sera e n registré ci publié a u Journal et au Bulletin officiels d e la colonie. Cayenve, le 1 3 juillet 1923.

E. C A N T A U .


- 310 — N° 3 0 8 . — A R R Ê T É relatif à la délivrance des titres de vement dans le service des Contributions indirectes.

mou-

( 16 juillet 1923. ) LE GOUVERNEUR .p. i, de la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 19 mai 1908 approuvant la délibération d u Conseil général d u 10 janvier 1907 fixant le m o d e d'assiette, le tarif et les règles de perception d e la taxe d e c o n s o m m a tion sur les spiritueux ; V u le décret d u 12 m a i 1 9 2 0 approuvant la. délibération d u Conseil général, d u 11 août 1919 relative a u régime des spiritueux à la G u y a n e ; V u l'arrêté du 2 3 septembre 1 9 2 2 chargeant les postes d e gendarmerie de la délivrance des congés dans les localités dépourvues d'agents des contributions indirectes; V u l'arrêté d u 2 7 avril 1923 rattachant; le service des contributions indirectes à celui des d o u a n e s ; V u la délibération de la C h a m b r e de c o m m e r c e en date d u 2 2 m a i 1 9 2 3 relative à la délivrance des congés pour les m a r c h a n d s en gros ; Sur la proposition de l'Inspecteur principal, chef du service des douanes et contributions indirectes; L e Conseil privé entendu, ARRÊTE :

Article 1er. — Les congés, sans lesquels a u c u n enlèvement o u transport de spiritueux pour une destination quelconque ne saurait être effectué sous peine de contravention, pourront être désormais délivrés en G u y a n e , c o m m e d a n s la Métropole, par les m a r c h a n d s en gros aux conditions suivantes. N e pourront toutefois bénéficier d e cette faveur les m a r c h a n d s en gros ayant leurs magasins dans un rayon inférieur à 3 0 0 mètres de la plus proche distillerie. Art. 2. — Les m a r c h a n d s en gros, possédant u n i q u e m e n t d a n s leurs magasins ou leurs débits des alcools libérés d'impôt, sont seuls autorisés-à se délivrer à e u x - m ê m e s des congés p o u r la sortie et le transport de ces spiritueux. Ces titres d e m o u v e m e n t seront extraits par les intéressés des registres à souche délivrés par le service des contributions indirectes, dont la souche, formant déclaration d e l'expéditeur, sera


— 311 —

remplie ci signée par e u x - m ê m e s c o m m e vendeurs et dont le volant, constituani le congé proprement dit, sera également rempli, signé et délivré par leur soins aux transporteurs a u x lieu et place des agents des contributions indirectes. Les souches des carnets épuisés devront être rapportées au service des contributions indirectes pour obtenir u n nouveau carnet. Art. 3. — Le droit de Ofr. 2 0 ( timbre c o m p r i s ) d u pour les congés sera perçu d'avance au m o m e n t de la délivrance des registres à souche, préalablement revêtus du cachet du service des contributions indirectes, tenant lieu de timbre, pour la totalité des cent, titres de m o u v e m e n t constituani chaque registre. Art. 4 . — Les congés délivrés par les marchands en gros dans les conditions ci-dessus indiquées devront être établis dans la forme prescrite par les règlements des contributions indirectes et porter toutes les indications (quantité et dégré des spiritueux, n o m s et domiciles de l'expéditeur et du destinataire, date et l'heure de l'enlèvement, délai et m o d e de transport) permettant aux agents des contributions indirectes et des douanes, aux gendarmes, agents de police, etc. de s'assurer, en cours de route, de la provenance et de la destination des alcools transportés. Art. 5. — Le délai de transport des spiritueux, variable suivant la distance à parcourir et le m o d e de locomotion adopté, doit être limité au temps strictement nécessaire pour effectuer le transport. Tout abus ou irrégularité constaté soit dans le délai de transport accordé, soit dans la tenue d u registre et la délivrance des congés, soit dans les énonciations des titres de m o u v e m e n t donnera lieu au reirait immédiat de la laveur accordée aux marchands en gros de se délivrer à e u x - m ê m e s des congés pour le transport de leurs alcools libérés d'impôt. Dans ce cas n o n seulement le prix des timbres déjà versés, rie sera pa.s remboursé aux intéressés mais encore les contraventions, auxquelles ils se seront exposés, seront constatées et poursuivies conformément à la réglementation en vigueur. S u outre les détenteurs des registres de congé devront se prêter à toutes les vérifications que le service des contributions indirectes jugera utile d'effectuer sur place ou ailleurs. Art. G. — En dehors de l'exception prévue et réglementée par les articles précédents, la délivrance des congés est assurée indifféremment par les fonctionnaires des contributions


312

-

indirectes o u des d o u a n e s d a n s les localités o ù il existe des agents d e ces d e u x régies financières. D a n s les localités o ù il n'existe pas d e représentants o u service d e s d o u a n e s et c o n tributions indirectes, telles q u e Iracoubo et K o u r o u , la g e n d a r m e r i e continuera, c o n f o r m é m e n t a u x dispositions d e l'arrêté n ° 8 7 5 d u 2 3 s e p t e m b r e 1 9 2 2 , à assurer la délivrance et le visa des congés. Art. 7. — C o n f o r m é m e n t a u x dispositions d e l'article 3 1 d e la délibération d u Conseil général d u 1 0 janvier 1 9 0 7 , a p p r o u vée par le décret d u 1 9 m a i 1 9 0 8 , toutes les contraventions relatives à la réglementation et à la circulation des spiritueux, à l'exception d e celles relevées à l'intérieur des distilleries et d o n t la constatation appartient exclusivement a u x agents d e s contributions indirectes, peuvent être poursuivies par u n o u plusieurs officiers d e police judiciaire , g e n d a r m e s o u douaniers à la requête d u chef d u service des contributions indirectes. Art. 8. — D a n s les localités o ù il n'existe p a s d'agents des contributions indirectes, les douaniers, et, d a n s celles o ù il n'existe a u c u n préposé des d o u a n e s o u des contributions indirectes, les g e n d a r m e s sont autorisés à tenir les c o m p t e s p r é v u s par le décret d u 1 2 m a i 1 9 2 0 p o u r les m a r c h a n d s e n gros et les détaillants d e spiritueux. Ils peuvent, par suite, saisir tout excédent ressortant d e la balance des c o m p t e s a u m o m e n t des inventaires, ainsi q u e toute quantité transportée et introduite sans expédition et dresser procès-verbal p o u r ces contraventions. Ils peuvent é g a l e m e n t constater et p o u r suivre les infractions à l'arrêté d u 3 1 d é c e m b r e 1 9 1 7 fixant à 5 5 ° le degré alcoolique apparent des tafias et r h u m s v e n d u s d a n s la c o n s o m m a t i o n locale e n observant les prescriptions relatives a u x prélèvements d'échantillons, q u a n d la quantité saisie le permettra. Art. 9. — L'Inspecteur principal, chef d u service des d o u a n e s et contributions indirectes, est chargé d e l'exécution d u présent arrêté, qui sera enregistré et publié a u Journal et a u Bulletin officiels d e la colonie. C a y e n n e , le 1 6 juillet 1 9 2 3 .

E. C A N T A U .


— N°309.

313

— A R R Ê T E sur la police des salles de spectacles. (16 juillet 1923. )

p. i. d e la G u y a n e française, V u l'article 1 0 8 $ 0 0 d e l'ordonnance organique d u 2 7 août 1828; V u l'article 2 d u décret d u 21 m a i 1 8 9 8 , s u p p r i m a n t a u x colonies les fonctions de Directeur d e l'intérieur; V u la nécessité d e prescrire d e s m e s u r e s p o u r assurer le b o n ordre et la sécurité d a n s les salles d e spectacles et autres lieux de réunion ; S u r la proposition d u Secrétaire général et d u Procureur général ; L e Conseil prive entendu, LE GOUVERNEER

ARRÊTE: er

Article I . — A u c u n e salle d e spectacles, d e bal o u attire établissement d u m ê m e genre ne peut être ouverte a u public qu'après u n e déclaration faite a u Commissariat d e police, et d a n s les localités o ù il n'en existe p a s , à la Mairie d e la c o m m u n e et après qu'il aura été constaté q u e cette salle offre d e s garanties p o u r tout ce qui concerne l'ordre, la sécurité et la salubrité publics. Art. 2. — C h a q u e établissement doit être p o u r v u d e tous les a m é n a g e m e n t s nécessaires p o u r prévenir les incendies, et permettre e n cas d e sinistre, u n e p r o m p t e organisation d e s secours. Art. 3. — Lors m ê m e q u ' u n établissement reçoit la lumière électrique, il doit être installé des l a m p e s à huile, e n n o m b r e suffisant p o u r faciliter le départ d u public, e n cas d e rupture d u courant. Art. 4. — A u c u n e pièce, c h a n s o n , film o u spectacle quelc o n q u e ne peut être présenté a u public sans l'autorisation préalable d u C o m m i s s a i r e de police et, à son défaut, d e l'autorité municipale. Art. 5. — Il est défendu d e pénétrer d a n s les salles o ù le public est a d m i s avec des a r m e s quelconques, d'y a m e n e r d e s chiens, d'y fumer, d e parler à haute voix p e n d a n t les représentations. T o u s les spectateurs, des d e u x sexes, doivent être d é couverts. Art. 6. — Il est interdit d e troubler les spectacles p a r d e s clameurs, sifflets répétés o u autres m a r q u e s d'improbation.


314

-

Art. 7. — Toute contravention aux dispositions qui précèdent sera punie d'un e m p r i s o n n e m e n t de 1 à 5 jours et d'une a m e n d e de 1 à 45 francs, où de l'une de ces deux peines seulem e n t , sans préjudice de toutes autres sanctions pénales ou administratives qu'il y aurait lieu de prendre. Art. 8. — Les Commissaires de police, et dans les localités o ù il n'en existe pas, l'autorité municipale, sont chargés de l'exécution du présent arrêté, qui sera affiché dans les établissem e n t s dont s'agit, publié aux Journal et Bulletin officiels de la colonie, et enregistré partout où besoin sera. Cayenne, le 10 juillet 1923. E. C A N T A U .

N° 3 1 0 . — A R R E T É concédant une pension de retraite à M . Léger (Léopold), planton de 2 classe du service du Port. ( 16 juillet 4923. ) LE GOUVERNEUR p. i. de la G u y a n e française, Vu l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté en date du 12 juin 1 9 2 3 admettant M. Léger ( l é o p o d ) , planton de 2e classe a faire valoir ses droits a nue pension de retraite à litre d'ancienneté de service; e

V u les articles 2 5 , 2 7 et 2 8 de règlement du 2 0 avril 1891 sur l'établissement et l'organisation d'une caisse locale de

retraite a h Guyane ; Sur la proposition d u Secrétaire général, АRRÊTE: er

Article 1 . — Il est concédé à M Légar ( Léopold ), planton de 2 classe du service du Port, une pension annuelle sur la Caisse locale de retraite des employés de la G u y a n e se décomposant c o m m e suit: Pension principale l,502 » Majoration 1,120 » e

f

Ensemble

2.028

Art. 2. — Cette pension c o m m e n c e r a à courir à compter d u 6 avril 1923 date à laquelle M . Léger a été rayé des contrôles de l'activité.


- 315 Art. 3. - L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel etauB u l l e t i nofficiel de la colonie. U n e ampliation sera A d r e s s é e à M . le Directeur général d e la Glisse des Dépôts et Consignations et à M . le TrésorierPayeur d e la G u y a n e . C a y e n n e , le 16 juillet 1 9 2 3 . E. C A N T A U .

N° 3 1 1 . — A R R E T É réglementant le transport par mer des marchandises d'un port à un autre de la Gayane sous le régime du cabotage. ( 16 Juillet 1923.)

p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u les articles 2 et 6 d u titre III de la loi d u 2 2 août 4 7 9 1 constituant le code des d o u a n e s ; V u les articles 74 et 7 5 de la loi d u 8 floréal a n XI sur les douanes : V u le décret d u 16 février 1895, rendu applicable à la G u y a n e par l'arrêté d u 6 avril suivant et p r o m u l g u a n t d a n s la colonie les lois douanières précitées ; S u r la proposition d e l'Inspecteur principal, chef d u service des d o u a n e s et contributions indirectes ; L e Conseil privé entendu, LE GOUVERNEUR

ARRÊTE :

Article Ier. — L e cabotage, c'est-à-dire le transport par m e r des marchandises d'un port à u n autre d u m ê m e p a y s , est réservé e n principe, e n G u y a n e au pavillon français. Toutefois, en raison de ta rareté des c o m m u n i c a t i o n s , les v a peurs et voiliers étrangers arrivant dans la colonie avec u n c h a r g e m e n t à destination de plusieurs ports sont autorisés, après d é d o u a n e m e n t de la totalité de leur c h a r g e m e n t a u b u reau de d o u a n e d e p r i m e abord, à transporter sous passavants d e cabotage la partie d e leur cargaison destinée à d'autres ports de la G u y a n e n o n ouverts a u c o m m e r c e extérieur.


— 316 —

Art. 2. — Les marchandises expédiées en cabotage doivent avant, tout c h a r g e m e n t , faire l'objet au bureau d e départ, ctes déclarations indiquant leur espèce, quantités, poids et valeurs. Ces expéditions, qui doivent a c c o m p a g n e r les marchandises, qu'elles concernent, jusqu'à leur destination, sont des passavants, s'il s'agit de marchandises françaises ou francisées, o u des acquits à caution, s'il s'agit de marchandises n o n d é d o u a n é e s , b a n s ce dernier cas, n u e caution garantissant le paiement ultérieur des droits au bureau de destination est exigée. E n a u c u n cas la présentation de passavants o u d'acquits à caution n e peut dispenser les capitaines de la production des manifestes de sortie d a n s les conditions actuellement exigées. Art. 3. — Les passavants n e sont délivrés q u e p o u r les traitsports effectués sous le régime d u cabotage entre les ports d e C a y e n n e , Suint-Laurent, Maroni, S i n n a m a r y , Régina et SaintGeorges, où il existe des b u r e a u x o u postes d e d o u a n e . A titre exceptionnel, il peut également en être délivré p o u r les ports de K o u r o u et d'Iracoubo. Les acquits à caution n e peuvent être délivrés q u e p o u r les marchandises transportées e n suspension de droits entre C a y e n n e et Saint-Laurent et vice versa, à l'exclusion de tout autre port. Art. 4. — Toutes ces expéditions, passavants o u acquits à caution sont indistinctement établies en double expédition a u port d ' e m b a r q u e m e n t sur les m ê m e s formules i m p r i m é e s , disposées e n conséquence. Elles sont enregistrées, a u b u r e a u d e d o u a n e d e départ et soumises successivement a u contrôle d u vérificateur et a u visa des agents d u service actif, chargés d e constater la mise à bord des marchandises. A l'arrivée à destination, les passavants, d û m e n t signés a u verso par les destinataires des marchandises, sont considérés c o m m e déclarations d'entrée. A p r è s constatation par le service actif d u n o m b r e de colis débarques, les passavants sont d é chargés par le b u r e a u d e destination et renvoyés par ce dernier a u x b u r e a u x d'émission. Les acquits à caution d o n n e n t lieu a u bureau d e destination à des déclarations de mise à la c o n s o m m a t i o n o u à l'entrepôt établies d a n s les conditions ordinaires. Art. 5. — Les passavants établis à Iracoubo, K o u r o u , et autres ports d e la colonie n o n surveillés par le service des


- 317 d o u a n e s o u à destination d e ces ports, sont s i m p l e m e n t visés a u départ et déchargés à l'arrivée p a r les secrétaires d e mairie, g e n d a r m e s o u agents de police de ces localités. A titre exceptionnel, les c h a r g e m e n t s d e bois d e rose, d e balata et autres produits d u crû de la colonie effectués sur les points d u littoral, n o n p o u r v u s d'agents d e d o u a n e o u d e police, sont dispensés d e la production d u passavant à l'arrivée c o m m e au départ. Art. 6. — L e s i m p r i m é s nécessaires à rétablissement d e s passavants d e cabotage et des acquits à caution et, e n g é néral, d e toutes les déclarations d'entrée o u d e sortie p o u r la c o n s o m m a t i o n , l'entrepôt o u la réexportation p e u v e n t être cédés a u c o m m e r c e par les b u r e a u x et postes d e d o u a n e a u prix d e revient de O fr. 2 5 par i m p r i m é . L e s s o m m e s ainsi recouvrées par le personnel d e s d o u a n e s seront prises e n recette d a n s les écritures c o m p t a b l e s d e ce service sous la r u brique : (( Remboursement d u prix d e s p l o m b s et des i m p r i m é s ». Il sera tenu à la direction des d o u a n e s u n c o m p t e courant des quantités d'imprimés destinés a u c o m m e r c e adressées à c h a q u e chef d e b u r e a u o u d e poste et d e s recettes réalisées par ces derniers à ce titre. Art. 7. — L'Inspecteur principal, chef d u service d e s d o u a n e s et contributions indirectes, est chargé de l'exécution d u présent arrêté, qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera C a y e n n e , le 1 6 juillet 1 9 2 3 . E. C A N T A U .

N°312.— ARRETE abrogeant tant allocation d'indemnités membres du Conseil général

celui du 16 novembre 1912 porde déplacement et de séjour aux et de la Commission coloniale se rendant aux réunions desdits Conseil ou Commission ou étant changés de mandats spéciaux par le Chef de la colonie. (16 juillet 1923. ) LE GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 2 3 d é c e m b r e 1878 portant institution d'un Conseil général à la G a y a n e française, modifié et c o m p l é t é par les décrets des 2 8 août 1 8 8 2 , 2 1 février 1 8 8 5 el 2 juillet 1 8 8 7 ;


318

-

V u le décret d u 1 8 juin 1 9 1 2 modifiant l'article 2 d u décret précité d u 2 3 d é c e m b r e 1 8 7 8 ; V u l'arrêté local d u 1 6 n o v e m b r e 1 9 1 2 portant allocation d'indemnités d e d é p l a c e m e n t et d e séjour a u x m e m b r e s d u Conseil général et d e la C o m m i s s i o n coloniale ; V u le décret du 11 s e p t e m b r e 1 9 2 0 s u p p r i m a n t la f o r m a lité d e l'approbation ministérielle pour certains arrêtés d e s G o u v e r n e u r s et G o u v e r n e u r s g é n é r a u x ; V u l'arrêté d a 31 d é c e m b r e 1921 portant r è g l e m e n t sur le r é g i m e des d é p l a c e m e n t s d u personnel rétribué sur les fonds d u b u d g e t local o u des b u d g e t s spéciaux d e la colonie; V u l'arrêté en date d e ce jour, abrogeant, en tant qu'elles c o n c e r n e n t les Conseillers g é n é r a u x et les Conseillers m u n i c i p a u x d e la colonie, les dispositions d o l'article 3 2 d e l'arrêté précité ; V u la d é p ê c h e ministérielle du 19 avril 1 9 2 3 , n° 10, timbrée Direction politique. — 3 B u r e a u ; S u r la proposition d u Secrétaire général ; e

L e Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE ! er

Article 1 . — L e s dispositions de l'arrêté d u 1 0 n o v e m b r e 1 9 1 2 sont a b r o g é e s et remplacées par les suivantes : « Il est alloué, a c o m p t e r d e ce jour, sur les ressources or«dinaires d u b u d g e t d e la colonie ( d é p e n s e s facultatives) et « d a n s la limite d e s crédits volés à cet effet, c h a q u e - a n n é e p a r « le Conseil général, u n e indemnité d e d é p l a c e m e n t et d e « s é j o u r de 2 5 francs par jour aux Conseillers g é n é r a u x autres « q u e le R e p r é s e n t a n t d e la colonie au P a r l e m e n t , qui p o u r « p r e n d r e part a u x réunions d u Conseil général et d e la C o m « mission coloniale, seront obligés d e se transporter à plus d e « d e u x kilomètres d e leur résidence. « L e s Conseillers g é n é r a u x qui auront à se déplacer d a n s « le cas spécifié ci-dessus auront é g a l e m e n t droit aux m o y e n s d e «transport e n nature o u , à défaut, à u n e i n d e m n i t é d e 2 5 0 <( p o u r c h a q u e kilomètre parcouru. « E n d e h o r s d e s sessions ceux qui a m o n t à se déplacer p o u r «exécuter des m a n d a t s spéciaux dont ils auront été c h a r g e s « p a r le Chet d e la colonie, a m o n t droit au r e m b o u r s c m e n t «des Irais résultant d e l'exécution de ces m a n d a t s . » f


-

319

-

Art. 2. — Le présent arrêté sera enregistré cl c o m m u n i qué partout où besoin sera, publié et inséré au tournai et au Bulletin officiels de la colonie. C a y e n n e , le 16 juillet 1923. E. C A N T A U .

N° 3 1 3 . — ARRÊTÉ de

l'arrêté

modifiant les dispositions de l'article 32. local du 3 1 décembre 1921.

( 16 juillet 1923. ) L E GOUVERNEUR p i. de la Guyane française, V u l'ordonnance organique du 27 août 1828 ; V u l'arrêté local du 31 décembre 1921 portant règlement sur le régime des déplacements du personnel rétribué sur les tonds du budget local ou des budgets spéciaux de la colonie, n o t a m m e n t l'article 32 dudit arrêté; V u les instructions contenues dans la dépêche ministérielle du 19 avril 1923, n° 19, timbrée « Direction politique, 3 bureau »; Sur la proposition du Secrétaire général ; e

L e Conseil privé entendu, ARRÊTE : er

Article 1 . — Sont abrogées en tant qu'elles concernent les Conseillers généraux et les Conseillers municipaux de la colonie, les dispositions de l'article 3 2 de l'arrêté local du 31 décembre 1921 portant règlement sur le régime des déplacements du personnel rétribué sur les tonds du budget local ou des budgets spéciaux de la colonie. Art. 2. — Le présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i que partout où besoin sera, publé et inséré au Tournai officiel et au Bulletin officiel du la colonie. Cayenne, le 16 juillet 1923. E. C A N T A U .


— 320 — N° 3 1 4 . — A R R Ê T É promulguant la loi du 19 avril 1923 modifiant la loi dU 11 janvier 1892 portant établissement du tarif général des douanes. ( 2 4 juillet 1923. )

p. i. de la G u y a n e française, Vu l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u 11 janvier 1802 portant établissement d u tarif général des d o u a n e s métropolitain; V u la loi d u 29 m a r s 1910 modifiant et complétant la loi d u 11 janvier 189:2 ; V u le décret d u 2 8 mars 1921 portant relèvement d u tarif général des d o u a n e s à l'importation; S u r la proposition d e l'Inspecteur principal, chef d u service des d o u a n e s , LE G O U V E R N E U R

ARRÊTE : er

Article I . — Est promulguée à la G u y a n e française, pour y être exécutée e n sa forme et teneur, la loi du 19 avril 1923 m o difiant la loi d u 11 janvier 1892, portant établissement d u tarif général des douanes ; Art. 2. — L'Inspecteur principal, chef d u service des douanes, est chargé d e l'exécution d u présent arrêté qui sera, avec le texte à p r o m u l g u e r , publié et inséré au Journal et a u Bulletin officiels d e la colonie. C a y e n n e , le 2 4 juillet 1923.

Par autorisation: Le Secrétaire général p. i., LABORDE.

LOI

modifiant la loi du il janvier 1892 portant établissement du tarif général des douanes. L e Sénat et la C h a m b r e des Députés ont adopté, L e Président d e la R é p u b l i q u e p r o m u l g u e la loi dont la teneur suit : Article 1 . — L e tableau A a n n e x é à la loi de d o u a n e d u i l janvier 1892, révisée par la loi d u 29 m a r s 1910, est m o difiée ainsi qu'il suit : ER


- 321 -

NUMÉRO

du

tarif d'entrée

316

DÉSIGNATION DES

MARCHANDISES.

60

UNITÉ

Valeur

60

TARIF de percepgénéral tion.

1° Figurant dans une pharmacopée officielle.

idem

Médicaments composés non dénommés (I):

2° N'y Ggurant pas, mais portant en caractères arppaernts et en langue française, tant sur le récipient même du produit que sur son conditionnement extérieur, le nom usuel et la dose de substances actives (à l'exclusion des dénominations et formules chimiques), ainsi que le nom et l'adresse du fabricant (2)

ii

TARIF

minimum.

15

15

prohibée prohibée

3° N'y figurant pas et ne portant pas les mentions ci-dessus visées

(1) Non compris les sérums, vaccins, virus, toxines et produits similaires. (2) Les médicaments désignés sous le n u m é r o 2 et originaires d e pays qui n'assurent pas il la France des avantages équivalents pour l'importation de ses médicaments sur leur territoire sont prohibés.

Art. 2 . — L e s droits sont calculés d'après le prix d e vente inscrit sur les flaçons, boîtes, paquets, etc. D a n s le c a s o ù cette indication n e sera pas m e n t i o n n é e sur les c o n t e n a n t s , la


— 322 valeur sera établie selon les règles générales pour l'établiss e m e n t et le contrôle d e la valeur imposable. L e prix d e s contenants et d e s emballages servant a u c o n ditionnement intérieur est c o m p r i s d a n s la valeur imposable et taxé au m ê m e droit q u e le c o n t e n u . Toutefois, les e m b a l l a g e s et contenants d e s catégories imposables p e u v e n t être a d m i s s é p a r é m e n t à leur droit propre, lorsque la d e m a n d e e n est faite d a n s les déclarations. Art. 3 . — E s t prohibée l'importation e n F r a n c e , e n Algérie et d a n s les colonies et possessions françaises, d e s produits, r e m è d e s , appareils et instruments anticonceptionnels o u présentés c o m m e e n ayant les propriétés, alors m ê m e q u e cette indication serait m e n s o n g è r e . L a présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et la C h a m b r e d e s Députés, sera exécutée c o m m e loi d e l'Etat. Fait à Paris, le 1 9 avril 1 9 2 3 . A.

MILLERAND;

Par le Président de la République : Le Président du Conseil. Ministre des Affaires étrangères,

Le Ministre du Commerce et de l'Industrie,

R. P O I N C A R É .

LUCIEN DIOR.

Le Ministre dés Finances

Le Ministre de l'Hygiène,del'Assistance etdela Prévoyance sociales;

CH. DE L A S T E Y R I E .

PAUL S T R A U S S .

Le Ministre de l'Intérieur, MAURICE

Le Ministre dey Colonies,

maunoury.

A. SARRAUT.

Le Ministre del'Instructionpublique et des Beaux-arts, LÉON BÉRARD.


- 323 — N° 315. — A R R Ê T É promulguant le décret du 3 0 mai 1923, déterminant, pour la Guyane, les limites de la mer et le point de cessation de la sature des eaux dans les fleuves et rivières de la colon c. ( 2 7 juillet 1923. ) LE G O U V E R N E U R p i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 a o û t 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1 9 0 0 relative à la p r o m u l g a t i o n d e s lois et décrets a u x colonies ; V u le décret d u 3 0 m a i 1 9 2 3 d é t e r m i n a n t , p o u r la G u y a n e , les limites d e la m e r et le point d e cessation d e la salure d e s e a u x d a n s les fleuves et rivières d e la colonie ; S u r la proposition d u C h e f d u service d e s T r a v a u x publics, M i n e s , Ports et Rades,, ARRÊTE : e r

Article I . — Est p r o m u l g u é e n G u y a n e française, p o u r y être exécuté e n sa f o r m e et teneur, le décret susvisé d u 3 0 mai 1923. Art. 2 . — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 2 7 juillet 1 9 2 3 . Pаr autorisation :

Le Secrétaire

général

p.

LABORDE.

R A P P O R T AU PRÉSIDENT de la République française, Paris, le 30 m a i 1923.

Monsieur le Président, U n décret d u 21 janvier 1852 a fixé pour la Métropole, les conditions d a n s lesquelles sont déterminées les limites d e la m e r ainsi que le point de cessation de la salure des e a u x d a n s les fleuves et rivières affluant directement o u indirectement à la m e r . L e G o u v e r n e u r d e ia G u y a n e a d e m a n d é q u e d e s m e s u r e s a n a l o g u e s , adaptées aux circonstances locales, soient prises


— 324 — p o u r celle colonie afin d'éviter toutes contestations éventuelles ainsi q u e certains a b u s préjudiciables au d o m a i n e public m a ritime. Tel est l'objet d u présent décret q u e j'ai l'honneur de soumettre a votre haute sanction. Je vous prie d'agréer, M o n s i e u r le Président, l ' h o m m a g e de m o n profond respect. Le Ministre des colonies, A. S A R R A U T ,

DÉCRET. LE PRÉSIDENT de la République française, S u r le rapport d u Ministre des colonies, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 , réglant la constitution d e la G u y a n e française ; V u le décret d u 2 3 d é c e m b r e 1 8 7 8 , portant institution d'un Conseil général a la G u y a n e française; V u la loi d u 2 0 floréal, au X , relative aux contraventions en matière d e g r a n d e voirie ; V u le décret d u 21 février 1 8 5 2 , sur le d o m a i n e public m a r i t i m e d a n s la Métropole, DÉCRETE : er

Article 1 . — D e s arrêtés d u G o u v e r n e u r , e u Conseil privé, pris sur la proposition des Chefs des services d u d o m a i n e et d e s travaux publies, détermineront d a n s les fleuves et rivières affluant directement o u indirectement à la m e r , les points d e cessation de la salure des e a u x . Art. 2. — L e s limites de la m e r seront déterminées par des arrêtés d u G o u v e r n e u r , en Conseil privé, sur la proposition des Chefs des services du d o m a i n e et des travaux publics, après constatation par les soins d e ces d e u x services d e l'étendue d e terre couverte par les grandes m a r é e s . L e s détails et la procédure d e ces opérations seront réglés par arrêté d u G o u v e r n e u r en Conseil privé. Art. 3 . — La concession d e s lais et relais de la m e r , ainsi q u e les autorisations relatives a la formation d'établissements


325

d e q u e l q u e nature q u e ce soit sur la m e r et ses rivages sont de la c o m p é t e n c e d u Conseil général, c o n f o r m é m e n t a u x règles fixées par l'article 35 paragraphe II d u décret d u 2 3 d é cembre 1878 Art. 4. — Les occupations sans titres du d o m a i n e public et lese m p i è t e m e n t scommissur une partie de ce d o m a i n e , seront punis d'une a m e n le d e 1 0 0 h* à 5 0 0 fr., et les o c c u p a n t s o u e m p i é r e u r s devront remettre les lieux en leur état primitif. Toutefois, lorsqu'il s'agira d u d o m a i n e maritime n o n e n c o r e délimité, les poursuites n e pourront être exercées qu'après trois m o i s d e préavis et si, d a n s ce délai, les lieux n'ont p a s été r e m i s d a n s leur étal primitif. Art. 5. — I es agents des services d u d o m a i n e , d e s travaux publics et d e la police ont qualité p o u r constater, par d e s procès-verbaux, toutes les occupations et tous les e m p i é t e m e n t s visés à l'article 4 ci-dessus. Art. 6.— Les Ministre deS colonies est chargé d e l'exécution d u présent décret qui sera publié au Journal officiel d e la R é publique française et inséré a u Bulletin officiel d u Ministère d e s colonies. Fait à Strasbourg, le 3 0 m a i 1 9 2 3 . A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République : Le Ministre des colonies,

A. S A R R A U T .

N° 3 1 6 . — A R R Ê T É remplaçant les membres absents du Conseil colonial d'hygiène de la Guyane française. (21 juillet 1923.) LE GOUVERNEUR p. i. de la G u y a n e française, Vu. l ' o r d o n a n c e o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté lu 6 octobre 1 9 0 9 , p r o m u l g u a n t le décret d u 2 4 août 1909 qui rend a p p r é a b l e à la Guyane française la loi d u 1 5 février 1902 sur la protection d e la santé p u b l i q u e ; V u l'article 2 2 d e ce décret ;


-

326

-

V u l'arrêté de 2 8 d é c e m b r e 1 9 0 9 , portant nomination d e s m e m b r e s du Conseil colonial d'hygiène d e la Guyane ; e n s e m b l e l'arrêté du 20 d é c e m b r e 1 9 1 0 modifiant la composition dudit Conseil ; V u la délibération d u Conseil général d u G d é c e m b r e 1 9 2 2 ; S u r la proposition concertée d u Secrétaire général et d u C h e f d u service de Santé, ARRÊTE : er

Article 1 . — Sont appelés à compléter le Conseil colonial d'hygiène : MM. C u p i d o n , conseiller général; le Maire de la Ville de C a y e n n e ; le docteur D e v e z , m é d e c i n d e l'Hôpital-hospice civil ; le Médecin-Directeur d e l'Institut local d'hygiène et de prophylaxie ; le docteur Peyre, chargé de la gérance de la p h a r m a cie d e l'Hôpital colonial. A r t . 2 . — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 2 7 juillet 1 9 2 3 . Pour le Gouverneur et par autorisation :

Le Secrétaire général p. i., L. L A B O R D E . N° 3 1 7 . — DÉCISION autorisant l'installation de l'Institut local d'hygiène dans l'immeuble Darredeau, rue Louis Blanc à Cayenne. (28 juillet 1923.) LE GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la d e m a n d e de M . le C h e f d u service de Santé e n date d u 2 8 m a r s 1 9 2 3 , tendant à l'installation d'un Institut local d'hygiène ; V u le décret d u 2 4 septembre 1 8 8 2 , rendant applicable à la G u y a n e celui d u 10 m a i 1 8 8 2 , concernant la législation sur les établissements insalubres à la Guadeloupe-,


— 327 —

V u la décision d u 9 avril 1923 ouvrant u n e e n q u ê t e d e commodo et i n c o m m o d o a u sujet d e l'installation projetée p a r M . le C h e f d u service d o S a n t é ; V u les conclusions d u c o m m i s s u r e - e n q u ê t e u r eu date d u 15 mai 1923; S u r la proposition d u Secrétaire général, DÉCIDE : Article 1er. — Est autorisée l'installation d ' u n Institut loca d'hygiène d a n s l'immeulde D a r r e d e a u , sis r u e L o u i s B l a n c à Cayenne. A r t . 2. — L a présente décision sera enregistrée et c o m m u n i i j u é e partout o ù besoin sera. C a y e n n e , le 2 8 juillet 1923. Pour le G o u v e r n e u r et par autorisation :

Le Secrétaire général p. L. L A B O R D E . N° 3 1 8 . — ARRÊTE colonie du contingent bué à la Guyane.

Répartition entre les distilleries de la de 140 hectolitres d'alcool pur attri-

(30 juillet 1923.) LE GOUVERNEUR. p . i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 août 1828 ; V u les décrets d e s 2 août et 5 s e p t e m b r e 1922 et du 19 août 1921, c o n c e r n a n t l'importation e n F r a n c e d e s r h u m s coloniaux ; V u l'article 9 d e la loi d u 31 d é c e m b r e 1922 et le décret d u 2 0 lévrier 1923 s u r le c o n t i n g e n t e m e n t d e s r h u m s c o l o niaux, p r o m u l g u é s e n G u y a n e par l'arrêté d u 12 mai" 1 9 2 3 ; V u le décret d u 13 avril 1923 complétant celui d u 2 0 février 1923, p r o m u l g u é d a n s la colonie par l'arrêté d u 1 8 juin 1923;

V u la circulaire ministérielle d u 2 8 lévrier 1923 portant instructions pour l'application d e s décrets précités ; V u l'arrêté n ° 577 d u 3 0 juin 1923 instituant u n e c o m m i s sion c h a r g é e d e formuler d e s propositions p o u r la répartition d u contingent attribué à la G u y a n e ;


— 328 —

V u le procès-verbal d e la réunion d e la c o m m i s s i o n précitée e n date d u 1 2 juillet 1 9 2 3 ; S u r la proposition de l'Inspecteut principal, chef d u service d e s D o u a n e s etContributionsindirectes, ARRÊTE: e r

Article 1 — La répartition entre tous les distillateurs d e la colonie d u contingent de 110 hectolitres d'alcool p u r alloué à la G u y a n e par l'article 2 d u décret du 2 0 février 1 9 2 3 , est établie pour c h a q u e intéressé proportionnellement à s a production de l'année la plus élevé pendant la période d e 1 9 1 3 h 1 9 2 2 inclus, s a n s q u e sa part puisse être supérieure a u chiffre d e sa production m o y e n n e d e s a n n é e s 1 9 1 9 a 1 9 2 2 inclus. Art. 2. — C o n f o r m é m e n t aux dispositions ci-dessus rappelées d e s articles 3, p a r a g r a p h e 6 du décret d u 20 février 1 9 2 3 et 1er, paragraphe 2 d u décret du 13 avril 1 9 2 3 , relativrs a u x distilleries agricoles, — les seules existant e n G u y a n e , — la répartition du continge et d e140hectolitresd'alcool pur attribue à la colonie est fixée suivant les indications d u tableau ci-après : PART de l'année du contingent la plus élevée attribuée de 1913 a 1922. en alcool pur. PRODUCTION

désignation des

DISTILLERIES.

S œ u r s de St-Joseph de Cluny à M a n a . Distillerie Saint-Maurice à SaintLaurent Distillerie Nollier à Cayenne Distillerie Raban à Cayenne .. Distillerie C. Théodose à Cayenne,. Distillerie Ve Gosselin a Cayenne. . Distillerie Adenet à Cayenne Distillerie Didier et Saccharin à Cayenne Distillerie Prévot a Cayenne Distillerie Sainte-Rose Bottins a Pierrette Distillerie Grant et Maugée à SaintLauient. Distillerie V. Roselie à Cayenne... Distillerie Sen-Wo-Lee à Cayenne. Distillerie Th. Melkior à cayenne.

Total

44h 52 1 .431 86 113 765 960 8 478 95 180 02 156 93

Oh 83 28 35 19 05 2 20 9 49 3 57 3 11

1.306 91 1.239 40

25 89 24 95

43 2 0

0 85

329 94 531 3 7 210 7 7 14 79

6 53 10 53 4 30 0 29

7.069 0 9

140 0 0


-

329

-

A r t . 3. — L e s r h u m s et tafias originaires d e la G u y a n e n e titrant pas plus q u e 65e et réunissant toutes les conditions exigées par le décret d u 5 s e p t e m b r e 1 9 2 0 et p a r l'article ler d u décret d u 2 0 février 1923 ne seront a d m i s à l'importation e n F r a n c e q u e s'ils sont r é g u l i è r e m e n t a c c o m p a g n é s d u cerlitical sur papier blanche prévue par l'article 2 du décret d u 5 s e p t e m b r e 1 9 2 0 , d û m e n t c o m p l é t é par une m e n t i o n d u service d e s D o u a n e s et Contributions indirectes d e la colonie indiq u a n t q u e les quantités y figuraui o n t bien été exportées d e la G u y a n e d a n s la limite d e la part d e c o n t i n g e n t attribuée à c h a c u n e d e s distilleries ci-dessus é n u m é r é e s . A r t . 1. — L'Inspecteur principal, chef d u service d e s D o u a n e s et Contributions indirectes, est c h a r g é d e l'exécution du présent arrêté, qui sera enregistré et c o m m u n i q u é a u Bulletin et a u Journal officiels de la colonie. C a y e n n e , le 3 0 juillet 1 9 2 3 . E . CANTAU).

N° 3 1 9 . —

DÉCISION chargeant M , Pécarrère ( H e n r i ) , chef classe des Secretariats g é n é r a l e des colonies,

de bureau hors des fonctions Guyane.

intérimaires

de

Secrétaire

général

de

la

(31 juillet 1923. )

p . i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 a o û t 1 8 2 8 ; V u l'arrivée d a n s la colonie d e M . Pécarrère ( H e n r i ) , c h e f d e b u r e a u h o r s classe d e s Secrétariats g é n é r a u x d e s colonies; V u le décret d u 2 5 a o û t 1 8 9 9 fixant les conditions d e r e m p l a c e m e n t intérimaire d e s Secrétaires g é n é r a u x ; V u le décret d u 2 juillet 1915, modifiant les règles d e recrut e m e n t et la situation administrative d e s Secrétaires g é n é r a u x ; V u l'article 9, § 2 d u décret d u 2 m a r s 1910 s u r la solde et les allocations accessoires d u p e r s o n n e l colonial, modifié p a r le décret d u 11 s e p t e m b r e 1 9 2 0 , LE

GOUVERNEUR

DÉCIDE : er

Article I . — M . Pécarrère ( H e n r i ) , c h e f d e b u r e a u h o r s classe d e s Secrétariats g é n é r a u x d e s colonies, d e retour d e c o n g é , est c h a r g é d'exercer p a r intérim les fonctions d e S e c r é taire général d u G o u v e r n e m e n t d e la G u y a n e française.


— 330 —

Art. 2 . — L a présente décision sera enregistrée et c o m m u n i q u é e partout o ù besoin sera, insérée et publiée a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la Colonie. C a y e n n e , le 31 juillet 1 9 2 3 . E. CANTAU.

N° 3 2 0 . — A R R Ê T É . — Délégation taire général du Gouvernement

l'attributions au de la Guyane.

Secré-

(31 juillet 1923. ) LE GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française V u t'ordonnance o r g a n i q u e du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 2 1 m a i 8 9 8 , s u p p r i m a n t les fonctions d e Directeur d e l'Intérieur et portant création des Secrétariats g é n é r a u x des colonies, V u la circulaire ministérielle d u 2 3 m a i 1 9 1 2 , portant attributions des Secrétaires g é n é r a u x c e s colonies ; V u l'arrêté e n date d u 3 1 juillet 1 9 2 3 , chargeant M. P é c a r rère (Henri ), C h e f d e b u r e a u hors iasse des Secrétariats g é n é r a u x , d e s fonctions intérimaires le Sécrétaire général d u G o u v e r n e m e n t d e la G u y a n e française; ARRÊTE : er

Article 1 . — L e Secrétaire général p. i. d u G o u v e r n e m e n t exercera les attributions fixées par l'article 3 d u décret d u 21 mai 1898. Art. 2 . — P a r délégation p e r m a n e n t e d u G o u v e r n e u r , le Secrétaire général p. i. est autorisé à signer : 1 ° L e s matrices des contributions directes, les contraintes h d é c e r n e r contre les débiteurs de la colonie, autorisations d e vente d e biens mobiliers a la requête d e percepteurs p o u r avoir p a i e m e n t d e contributions directes; 2° L e s propositions c o n c e r n a n t toutes d e m a n d e s d e d é g r è v e m e n t e n matière d e contributions directes; 3° L a m e n t i o n d u visa sur les états d e r e c o u v r e m e n t dressés par les Maires ; 4°. L e s décisions portant a v a n c e s a u x c o m m u n e s sur le produit d e s droits d'octroi d e m e r ;


- 331

-

5 ° L e s ordres d e p a i e m e n t d a n s les établissements hospitaliers d e la colonie ; 6° L e s autorisations e n matière d e g r a n d e voirie; 7 ° L e s autorisations d'ouverture d e s établissements d a n g e r e u x , i n c o m m o d e s et insalubres classés d a n s la s e c o n d e et la troisième catégories d é t e r m i n é e s par l'annexe d u décret du 2-4 s e p t e m b r e 1 8 8 2 ; 8° L e s p e r m i s d e p è c h e et d e chasse et les certificats p o u r c o n d u i t e d'automobile ; 9° L e s r e q u i s s i o n s d e p a s s a g e a c c o r d é e s par le G o u v e r n e u r et i m p u t a b l e s s u r les f o n d s d u b u d g e t d e l'Etat ( D é p e n s e s civiles) d u b u d g e t local et des b u d g e t s d e s autres colonies -, 10° T o u t e s pièces d e recettes et d e d é p e n s e s , l'engagement d e ces dernières étant réservé au C h e f d e la colonie. Art. 3. — L e s services d e l'Enregistremeut et d e s D o m a i n e s , d e s Contributions directes, d e l'Imprimerie, d e la Bibliothèque e t d u M u s é e , d e l'Hôpital-hospice civil, d e la Prison d e C a y e n n e et d e la délégation du Service locai a S a i n t - L a u r e n t sont placés s o u s la surveillance i m m é d i a t e d u Secrétaire général d u G o u v e r n e m e n t qui reçoit, à cet effet, délégation spéciale. E n cons é q u e n c e , toute la c o r r e s p o n d a n c e p r é p a r é e p a r lesdiis services devra, sans a u c u n e exception, être a d r e s s é e au Secrétaire général. Toutefois, le service d e l'Imprimerie relèvera directement d u Cabinet d u G o u v e r n e u r p o u r la publication d u Journal et d u Bulletin officiels, ainsi q u e d e l'annuaire. Art. 4. — T o u s les services, s a n s exception, adresseront a u G o u v e r n e u r , par l'intermédiaire d u Secrétaire général, qui d o n n e r a s o n avis, toutes les propositions se rapportant a u x e n g a g e m e n t s d e d é p e n s e s o u a u x ouvertures d e crédits. A u c u n e d é p e n s e d e matériel n e sera o r d o n n a n c é e s a n s u n e autorisation préalable d ' e n g a g e m e n t . A u c u n e d é p e n s e d e p e r s o n n e l sur certificat n e sera o r d o n n a n c é e sans décision d e principe prise, a u préalable, par le C h e f d e la colonie. T o u t e s d é p e n s e s e n g a g é e s en d e h o r s d e CES principes seront laissées à la c h a r g e d e c e u x qui les auront o r d o n n é e s . Art. 5. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera inséré et publié a u Journal et au BulleUn officiels d e la colonie. C a y e n n e , le 3 1 juillet 1 9 2 3 . E. CANTAU. 20


- 332 N° 321.— A R R E T E promulguant le décret du 25 mai 1923 portant modifications au décret du 4 août 1914 sur les déclarations. (31 juillet 1923. )

Le G O U V E R N E U R p. i. de la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1 9 0 6 relative à la promulgation d e s lois et décrets a u x colonies ; V u le décret d u 2 5 m a i 1923 portant modifications a u d é cret d u 4 août 1914 sur les délégations ; ARRÊTE : er

Article 1 . — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française, p o u r y être exécuté e n sa f o r m e et teneur, le décret susvisé d u 2 5 mai 1923. Art; 2 . — L e présent arrêté sera, avec le texte p r o m u l g u é , enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié et inséré a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la Colonie. C a y e n n e , le 31 juillet 1 9 2 8 . E.

RAPPORT

CANTAU.

A U PRÉSIDENT D E LA RÉPURLIQUE FRANÇAISE

Paris, le 25 m a i 1923.

M o n s i e u r le Président., U n décret e n date d u i août 1 9 1 4 a modifié les dispositions des articles 184 et 135 d u décret d u 2 m a r s 1910 fixant les conditions d a n s lesquelles les fonctionnaires, e m p l o y é s o u agents coloniaux présents à leur poste outre-mer p e u v e n t déléguer, e n faveur d e certains m e m b r e s d e leur famille, u n e partie d e leur solde. L e paragraphe III d e l'article 2 d e ce texte comportait la fixation d u m a x i m u m des délégations à la moitié d e la solde coloniale nette, dégagée d e tous accessoires o u indemnités. O r , u n décret e n date d u 11 s e p t e m b r e 1920, modifiant celui d u 2 m a r s 1 9 1 0 sur la solde et les accessoires d e solde d u personnel colonial a s u p p r i m é les appellations « solde o u trai-


-

333

t e m e n t d ' E u r o p e , solde o u traitement colonial », p o u r les r e m placer p a r la d é n o m i n a t i o n u n i q u e « solde o u traitement d e p r é s e n c e ». L a solde d e p r é s e n c e est, e n réalité, celle q u e perçoivent les fonctionnaires présents d a n s la m é t r o p o l e et est a u g m e n t é e , lorsqu'ils sont à leur poste colonial, d'un s u p p l é m e n t variable, lequel n'est plus considéré q u e c o m m e u n accessoire d e solde. Il résulte d e la modification a p p o r t é e p a r le décret d u 1 1 s e p t e m b r e 1 9 2 0 q u e les fonctionnaires, e m p l o y é s et agents coloniaux n e p e u v e n t plus actuellement déléguer q u e la moitié, a u m a x i m u m , d e leur solde d e présence. A plusieurs reprises m o n attention a été a p p e l é e sur l'insuffisance d e ce taux qui, e n raison d e la cherté actuelle d e la vie d a n s la m é t r o p o l e , n e p e r m e t p a s à ces fonctionnaires d'assurer l'entretien d e leur famille laissée e n F r a n c e . Afin d e r e m é d i e r à cet état d e choses, j'ai d o n c été conduit, d'accord a v e c le Ministre d e s finances, à faire p r é p a r e r le projet d e décret ci-joint qui laissera a u x intéressés la lattitude d e déléguer n o n s e u l e m e n t la moitié d e leur solde d e p r é s e n c e et d u s u p p l é m e n t colonial, m a i s e n c o r e , ainsi q u e cela a été p r é v u p o u r le p e r s o n n e l militaire servant a u x colonies, la totalité d e s i n d e m n i t é s p o u r c h a r g e s d e famille. L e n o u v e a u texte a u r a d o n c , si v o u s v o u l e z bien le revêtir d e votre h a u t e sanction, p o u r effet d ' a u g m e n t e r très sensiblem e n t le m a x i m u m d e la délégation susceptible d'être consentie p a r les fonctionnaires et agents d e n o s diverses possessions d'outre-mer. Veuillez agréer, m o n s i e u r le Président, l ' h o m m a g e d e m o n p r o f o n d respect. Le Minisire des colonies, À. S A R R A U T . DÉCRET. LE PRÉSIDENT d e la R é p u b l i q u e française, V u ,1e décret d u 2 m a r s 1910 portant r è g l e m e n t sur la solde et les accessoires d e solde d u p e r s o n n e l colonial, c o m p l é t é p a r c e u x d e s 12 juin I9II, 4 a o û t et 16 octobre 1914, 2 6 m a i et 11 septembre 1920 ; S u r le r a p p o r t d e s Ministres d e s colonies et d e s finances,


— 334 — DÉCRÈTE : e r

Arficle 1 . — L e paragraphe III d e l'article 2 d u décret d u 4 août 1914 est modifié c o m m e suit : « III. — A . — L e m a x i m u m des délégations est fixé à la moitié d e la solde o u d u traitement d e présence net, a u g m e n t é d u s u p p l é m e n t colonial, à l'exclusion d e toute autre indemnité o u accessoire d e soide. « B . — P a r dérogation a u x disposition d e l'alinéa précédent les indemnités p o u r charges d e famille p e u v e n t être déléguées d a n s leur totalité. » Arî. 2 . — L e Ministre des colonies et le Ministre des fin a n c e s sont chargés, c h a c u n en ce qui le concerne, d e l'exécution d u présent décret. Fait à Paris, le 2 5 m a i 1 9 2 3 . A. M I L L E R A N D . Par le Président de la R é p u b l i q u e :

Le Minisire des colonies, A. S A R R A U T .

Le Minisire des finances, CH. DE L A S T E Y R I E . er

N° 3 2 2 . — A R R Ê T É p r o m u l g u a n t le décret du 1 juin 1923, portant modification à l'article 117 du décret du 30 décembre 1912, sur le régime financier des colonies. (31 juillet 1923.)

p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1 9 0 0 , relative à la p r o m u l g a t i o n des lois et décrets a u x colonies ; V u le décret d u I juin 1923, modifiant l'article 117 d u d é cret d u 3 0 d é c e m b r e 1912, sur le r é g i m e financier d e s colonies, LE

GOUVERNEUR

ar

ARRÊTE: er

Article I . — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française, p o u r y être exécuté e n sa f o r m e et teneur, le décret susvisé d u 1 juin 1 9 2 3 . Art. 2. — L e présent arrêté sera, avec le texte p r o m u l g u é , enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié et inséré a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 31 juillet 1 9 2 3 . E. C A N T A U . er


-

335

R A P P O R T A u PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M o n s i e u r le Présider t, D a n s le b u t d e permettre a u x administrations locales d e régler p r o m p t e m e n t et avec plus d e sûreté u n certain n o m b r e d e questions, il a p a r u o p p o r t u n d e transférer a u x chefs d e n o s possessions d'outre-mer c h a q u e fois qu'il serait possible certaines prérogatives a p p a r t e n a n t a u Ministre d e s colonies. C e s y s t è m e a d o n n é les meilleurs résultats et il y a lieu, s e m b l e t-il, d e l'étendre c h a q u e fois q u e l'expérience e n m o n t r e l'utilité. O r , a u x t e r m e s d e l'article 117 d u décret d u 3 0 d é c e m b r e 1912, sur le r é g i m e financier d e s colonies, il appartient a u M i nistre d e s finances d e désigner p a r arrêté les places d o n t la gestion est assurée p a r d e s p r é p o s é s d u Trésor. L e s g o u v e r n e u r s , qui ont l'initiative d e ces propositions, sont obligés d e passer p a r notre intermédiaire et à m o i n s d'engager d e l o n g u e s c o r r e s p o n d a n c e s , les d é p a r t e m e n t s des finances et d e s colonies se trouvent d a n s la nécessité d e s'en rapporter a u x indications fournies p a r le chef d e la colonie p o u r e x a m i n e r l'opportunité d e s créations préconisées. Cette m a n i è r e d e faire aboutit, d a n s la pratique, à la ratification p u r e et simule d e s propositions locales et l'intervention d u p o u v o i r central n'a, le plus s o u v e n t , d autre résultat q u e d e retarder la réalisation des m e s u r e s p r o p o s é e s par l'autorité m i e u x qualifiée q u e q u i c o n q u e , p u i s q u e sur place, p o u r e n apprécier la nécessité. D'ailleurs, les missions d'inspection n e m a n q u e r a i e n t p a s d e signaler les a b u s a u x q u e l s pourraient d o n n e r lieu ces créations. II n'y a d o n c q u e d e s avantages à laisser a u x g o u v e r n e u r s la création d e s payeries, à c h a r g e p a r e u x d'en i n f o r m e r les d e u x administrations intéressées. M a i s p o u r éviter les graves inconvénients qui pourraient résulter d e s suppressions d e ces postes, à la suite d e d é m é l é s possibles entre l'administration et le p a y e u r , il a p a r u n é c e s saire d e n e p e r m e t t r e ces suppressions q u e p a r arrêtés interministériels (finances et colonies), ce qui assure la stabilité d u c o m p t a b l e e n exercice. N o u s a v o n s , en c o n s é q u e n c e , l'honneur d e s o u m e t t r e à votre h a u t e sanction le projet d e décret ci-joint qui doit r é p o n d r e a u b u t recherché.


— 336 —

Veuillez agréer, M o n s i e u r le Président, l ' h o m m a g e d e notre p r o f o n d respect. Le Ministre CH.

des finances,

Le

DE LASTEYRIE.

Ministre

des

colonies,

A. S A U R A I T .

DÉCRET. d e la R é p u b l i q u e française, V u les lois, o r d o n n a n c e s et décrets organiques des colonies ; V u le sénatus-consulte d u 4 juillet 1 8 0 0 , réglant la constitution des colonies de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Réunion ; V u le décret d u 31 m a i 1862, portant règlement général sur la comptabilité publique, ainsi q u e le règlement, arrêté le 14 janvier 1809, p o u r servir à l'exécution d e ce décret e n ce qui c o n c e r n e le d é p a r t e m e n t d e la m a r i n e et des colonies ; V u le décret d u 15 s e p t e m b r e 1882, r e n d u e n f o r m e de règlem e n t d'administration publique et qui modifie l'organisation administrative des colonies d e la Martinique, de la G u a d e l o u p e et d e la R é u n i o n ; V u le décret d u 3 octobre 1 8 8 2 , apportant les m ê m e s m o difications d a n s l'organisation des autres colonies; V u le décret d u 2 0 n o v e m b r e 1882, sur le régime financier des colonies; V u la loi d u 5 avril 1884, sur l'organisation municipale et les lois moditicatives subséquentes; V u l'article 5 9 d e la loi d u 2 0 d é c e m b r e 1 8 9 0 , créant la comptabilité des dépenses engagées, et le décret d u 14 m a r s 1893, déterminant les f o r m e s de cette comptabilité; V u la loi d u 2 0 m a r s 1 8 9 4 , portant création d u ministère d e s colonies ; V u le décret d u 21 m a i 1 8 9 8 relatif a u x attributions des g o u v e r n e u r s des colonies e n matière financière ; V u les articles 7 8 d e la loi d u 13 avril 1 8 9 8 , 3 3 d e la loi d u 13 avril 1900, 4 0 d e la loi d u 3 0 janvier 1907, 126 et 127 d e la loi d u 13 juillet 1911, 5 5 d e la loi d u 2 9 juin 1918, portant modification a u r é g i m e financier des colonies ; LE

PRÉSIDENT


- 337 -

V u le décret d u 30 d é c e m b r e 1912, s u r le r é g i m e financier d e s colonies, et tous actes modificatifs s u b s é q u e n t s ; S u r la proposition d u Ministre d e s colonies et d u Ministre d e s finances, DÉCRÈTE: er

e r

Article I . — L'alinéa 1 d e l'article 117 d u décret d u 3 0 d é c e m b r e 1912, s u r Je r é g i m e financier d e s colonies, est m o d i fié c o m m e suit: « D a n s les places désignées s u r la proposition d e s trésoriers g é n é r a u x o u d e s trésoriers-payeurs, p a r arrêtés d e s g o u v e r n e u r s g é n é r a u x o u g o u v e r n e u r s , à c h a r g e d'en r e n d r e c o m p t e a u x ministres d e s colonies et d e s finances, d e s p r é p o s é s d u Trésor assurent, s o u s la surveillance d e s trésoriers g é n é r a u x , d e s trésoriers-payeurs et d e s trésoriers-particuliers, l'exécution d e s services confiés à ces c o m p t a b l e s . « Toutefois, les suppressions d e ces postes seront effectuées p a r arrêtés d u ministre d e s colonies et d e s finances, sur la p r o position d e s g o u v e r n e u r s g é n é r a u x o u d e s g o u v e r n e u r s , a p r è s avis d e s trésoriers intéressés. Art. 2 . — L e Ministre d e s colonies et le Ministre d e s fin a n c e s sont chargés, c h a c u n e n ce q u i le c o n c e r n e , d e l'exécution d u présent décret, qui sera publié a u Journal officiel d e la R é p u b l i q u e française et inséré a u Bulletin des lois et a u Bulletin officiel d e s colonies. e r

Fait à Strasbourg, le I juin 1 9 2 3 . A.

MILLERAND.

Par le President de la Republique: Le Ministre des colonics, A.

SARRAUT.

Le Ministre des finances, CH.

DE L A S T E Y R I E .


- 338 nominations,

-

mutations,

congés,

etc.

N° 3 2 3 . — Par décret en date d u 2 1 m a i 1 9 2 3 , le m a n d a t de M M . Darredeau ( A n t o i n e ) et M a r c h a n d (Maurice),Conseillers privés titulaires, a été renouvelé pour u n e période d e deux a n n é e s . Par le m ê m e décret, M . Tècle ( E u g è n e ) , officier d'administration des Troupes coloniales, e n retraite, a été n o m m é Conseiller privé suppléant, en r e m p l a c e m e n t de M . Lonvin ( J o s e p h ) , considéré c o m m e démissionnaire et M . Lhtierre (Camille ), Sous-directeur d e l'Administration pénitentiaire coloniale, a été n o m m é Conseiller privé suppléant, e n r e m placement de M . C h a u v c t ( E u g è n e - J o s e p h ) , décédé et n o n remplacé c o m m e suppléant lors de sa nomination c o m m e C o n seiller privé titulaire. N°324. — Suivant avis du Chef du Service colonial d e Nantes, M . Fabre. substitut d u Procureur général, a obtenu u n e prolongation de congé de convalescence de trois m o i s . N° 3 2 5 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 3 juin 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u Chef du service d e l'Instruction publique, M . Cicéron (Robert) a été n o m m é c o n cierge d e1erclasse au Collège de C a y e n n e , pour c o m p t e r d u 1 4 juillet 1 9 2 3 . N° 3 2 6 . — Suivant arrêté du G o u v e r n e u r , en date d u 2 juillet 1 9 2 3 , pris sur !a proposition du Procureur général, chef d u service judiciaire, ont été provisoirement n o m m é s : Président d e la Cour d'appel. M Héber, conseiller a ladite Cour; Substitut d u Procureur général, M . Persinette-Gautrez, jugeprésident d u Tribunal du Maroni. N° 3 2 7 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , e n date du 2 juillet 1 9 2 2 , M . LafFont (Henri), receveur d u 2 bureau d e l'Enregistrement, a été chargé des fonctions intérimaires d e e


-

-

339

C h e f d u service d e l'Enregistrement, d e s D o m a i n e s et d u T i m b r e , ' p e n d a n t la d u r é e d e l'absence de M . Clarac (Edmond), r e c e v e u r d e classe exceptionnelle, titulaire d'un congé administratif d e six m o i s . P e n d a n t cette période, M . Laffont assurera la gestion d u 1er b u r e a u d e l'Enregistrement c u m u l a t i v e m e n t avec celle d u 2° b u r e a u d o n t il est titulaire. N° 3 2 8 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 juillet courant, M . Wilfrid ( G u i l l a u m e ) , pilote d e 2E classe, a été n o m m é pilote d e 1 classe des Ports et R a d e s , p o u r c o m p t e r d u 1 4 juillet 1 9 2 3 . r e

N° 3 2 0 . — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , e n date d u 6 juillet 1923, pris sur la proposition d u P r o c u r e u r général, l'arrêté d u 6 juin 1 9 2 3 , n o m m a n t p r o v i s o i r e m e n t Conseiller à la C o u r d'appel, M . Clarac, c h e f d u service d e s D o m a i n e s , a été r a p p o r t é p o u r c o m p t e r d u 4 juillet, date d u départ e n c o n g é administratif d e ce fonctionnaire. N° 3 3 0 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 6 juillet 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u C h e f d u service de l'Instruction publique, M . L a b o r i e u x ( T h é o d u l e ) a été p r o m u a u c h o i x a la l classe p o u r c o m p t e r d u I janvier 1 9 2 3 . L a présente décision n'aura d'elïet rétroactif qu'au point d e v u e d e l'ancienneté. r e

er

N° 3 3 1 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 9 juillet 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u C h e f d u service d e l'Instruction publique, ont été a p p e l é s à c o n t i n u e r leurs services : À Cayenne (Ecole des g a r ç o n s ) : M . R e n o u x ( E d o u a r d ) , instituteur, e n r e m p l a c e m e n t n u m é rique d e Mlle F a r d ( L o u i s e ) , institutrice. Ecole maternelle: Mlle F a r d ( L o u i s e ) , institutrice, e n r e m p l a c e m e n t n u m é rique d e M Lafont (Alice;, institutrice, titulaire d ' u n c o n g é de convalescence de 6 mois. , H e


340

N° 3 3 2 . - Par décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 1 3 juillet 1 9 2 3 , u n c o n g é d e convalescence d e six m o i s , à passer d a n s la colonie, a été accordé à M . Pardin ( D o m i n i q u e ) , garde rural à K a w . N° 3 3 3 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 1 5 juillet 1 9 2 3 , les mutations suivantes ont été effectuées d a n s le personnel d e la Police rurale: M . Noléon. (Frédéric), garde rural d e V classe à Iracoube, a été appelé à continuer ses services à R é m i r e , e n r e m p l a c e m e n t de M . Rédy. 11 remplira, on outre, les fonctions d e secrétaire d e mairie et d e charger d e la poste d a n s cette c o m m u n e ; M . R é d y , g a r d e rural d e 3 classe à R é m i r e , a été appelé a servir à l'Xpprouague (section d e R é g i n a ) , en r e m p l a c e m e n t d u g a r d e rural d e 1re classe Agésilas qui a reçu u n e autre affectation ; M . Agésilas ( T h é o d o r e ) , garde rural d e l classe à l'App r o u a g u e (section d e R é g i n a ), a été appelé à continuer ses services à lracoubo, e n r e m p l a c e m e n t d e M . Noléon. (Frédéric), g a r d e rural de m ê m e classe, appelé à servir à R é m i r e . . e

e

r e

N° 3 3 4 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 1 8 juillet 1 9 2 3 , a été agréée la désignation faite par M. le Supérieur ecclésiastique d e M . l'abbé R i h o u c h o n c o m m e desservant d e la c o m m u n e d e K o u r o u . N° 3 3 5 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 1 8 juillet 1 9 2 3 , M . W e i s h a u p t ( Louis-Marcel-Philippe) a été agréé c o m m e garde particulier des concessions situées d a n s la rivière S i n n a m a r y et appartenant a la Société Française d'Exploitations Aurifères. N° 3 3 6 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 18 juillet 1 9 2 3 , M. B u r e a u ( L é o n ) a été a g r é e c o m m e garde particulier d e s concessions forestières, première catégorie, n u m é r o s 16, -23, 9 0 , 2 7 6 , 3 2 0 et 3 8 5 situées d a n s le bassin d e l'infini ( H a u t - M a r o n i ) et appartenant à M. Maurice G o u g i s ,


— 341 — Cette décision rapporte celle d u 4 m a r s 1 9 2 2 , n° 1 2 0 , qui avait agréé M . Bureau ( L é o n ) en la m ê m e qualité pour les concessions de M M . Civet et Cité, situées dans la H a u t e - M a n a

N° 3 3 7 . — Par décision du Gouverneur, en date du 26 juillet 1923, a été acceptée la démission offerte par M , Cavalier ( R a o u l ) de ses fonctions de garde rural de 3 classe. e

N 3 3 8 . — Par décision du Gouverneur, en date d u 2 8 juillet 1923, M . Dardel, garde rural do 3 classe à R o n r o n , a été appelé h servir à Iracoubo, en remplacement de M . Agésllas (Théodore), garde rural de 1re classe, p r é c é d e m m e n t désigné pour cette localité. M . Agésilas a été appelé a continuer ses services à Kourou en remplacement de M . Dardet. e

N° 3 3 9 . — Par arrêté du Gouverneur, en date d u 3 0 juillet 1923, M. Thémire, c o m m i s principal de 3 classe des Postes, Télégraphes et Téléphones, a été p r o m u à la 2° classe. e

N° 3 4 0 . — Par décision d u Gouverneur, en date d u 3 0 juillet 1 9 2 3 , u n congé de convalescence de six mois, à passer en France, a été accordé à M. Rassières (Léon), conservateur de la Bibliothèque et d u Musée. Ce fonctionnaire a été autorisé à prendre passage sur te courrier d u 3 août.

N° 3 4 1 . — Par décision d u Gouverneur, en date d u 31 juillet 1 9 2 3 : M. Laborde ( L é o n ) , Chef d e bureau de 1re classe des Secrétariats généraux des colonies, a été chargé de la direction d u bureau des finances d u Secrétariat général de la G u y a n e . Il sera chargé en m ê m e temps des fondions de sous-ordonnateur des dépenses militaires.


- 342 — re

M . Guerlain (Emmanuel), Sous-chef de bureau de I classe des Secrétariats généraux des colonies, chargé de la direction d u bureau des finances d u Secrétariat général de la Guyane, a été désigné pour remplir les fonctions de chef d u I bureau. er

Par la m ê m e décision, a été rapportée la décision d u 31 août 1922 qui avait chargé M. Bazile-Octuvon (Jules), Sous-chef d e bureau d e classe des Secrétariats généraux des colonies, des fonctions d e Chef d u 1 bureau d u Secrétariat général qu'il cumulait avec celles de Chef de cabinet d u Gouverneur dont il est actuellement chargé. e r

CERTIFIÉ C O N F O R M E : Le Secrétaire-archiviste, J.

CAYENNE. —

BAZILE-OCTUVON.

Imprimerie du G o u v e r n e m e n t .


BULLETIN

OFFICIEL

DE LA

G U Y A N E

F R A N Ç A I S E

N° 8.

A O U T 4923.

SOMMAIRE. N° 342.

-

N° 343. —

N° 344, -

N° 345. — N° 346. — N° 347. — N° 348. _

fonctionnement,Pages à Cayenne, d'une société de secours mutuels d é n o m niée «La Solidarité militaire, section de Cayenne»... 344 Arrêté d u 4 août 1923 promulguant le décret d u 19 juin 1923 rendant applicable aux colonies la loi d u s juin 4923 concernant la distribution des bulletins de vote et circulaires électorales. — Rapport 345 Décret d u 19 juin 1923. rendant applicable aux colonies la loi d u s juin 1933 concernant La distribution des bulletins de vote et circulaires électorales 347 Loi du 8 juin 1923 concernant la distribution des bulletins de vote et circulaires électorales 347 Arrêté d u10août1923fixantlecas dans lesquels la taxe de change ne doit pas être perçue sur les m a n dats d'articles d'argent et les colis postaux grevés de remboursement 348 Arrêté d u 20 août 1923 admettant M . Mélois (Marius) a faire valoir ses droits à une pension de retraite proportionnelle 349 Arrêté d u 23 août 1923, désignation des m e m b r e s d u tribunal des pensions pour l'année 1923 330 Décision d u 23 août 4923 portant créaiion d'une agence postale a Malmanoury ( c o m m u n e de Sinnamary 350 Arrêté d u 23 août 1923 portant classement du conservateur d e la Bibliothèque et d u Musée 351 Arrêté

du

3

août

1923

autorisant

le

21


- 344 Pages

N° 349. — Arrêté d u 23 août 4923 approuvant les comptes de gestion de l'exercice 1920 de M . Raoul Octaville, receveur municipal des c o m m u n e s de la 2e circonscriplionj receveur des bureaux de bienfaisance de M a couria et de Rémire et lui accordant quitus 352 N° 350. — Arrêté du 23 août 1923 portant modification au tarif de location d'appartements cl de prêt de linge de couchage fixé par l'arrête du 2 novembre 1918 353 N° 351. — Arrêté d u 24 août 1923 promulguant à la Guyane le décret d u 24 m a i 1923 rendant applicable aux colonies françaises et pays de protectorat dépendant d u ministère des colonies la loi d u 26 octobre 4922, modifiant diverses dispositons de la loi du 26 juillet l9IG instituant les pupilles de la nation. — Rap. 355 Décret du 21 m a i 1923 rendant applicable aux colonies françaises et pays de protectorat dépendant d u ministère des colonies la loi du 26 octobre 1922, m o difiant diverses dispositions de la loi d u 27 juillet 1947 instituant les pupilles de la nation.. 356 Loi d u 20 octobre 4922 modifiant diverses dispositions de la loi d u 27 juillet 1947, instituant les pupilles de la nation 358 N° 352. — Decision d u 24 août 4923 convoquant les électeurs consulaires pour l'élection de quatre m e m b r e s de la C h a m b r e de c o m m e r c e 368 N° 353. — Arrêté du 27 août 1923 autorisant M . Alphonse Lacatte à tenir u n dépôt de remèdes officinaux a l'Aprouague 369 N° 354 a 3N8. — Nominations, mutations, congés, etc

369

N° 3 4 2 . — ARRÊTE autorisant le fonctionnement, à Cayenne, d'une société de secours mutuels d é n o m m é e L a Solidarité mili-

taire, section de Cayenne. (3 août 1923.) LE GOUVEUNEUR p. i. de la G u y a n e française,

V u l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u 10 avril 1 8 3 4 sur les associations ; V u l'arrêté local d u i avril 1849 sur les réunions et associations ; ensemble l'article 2 9 1 du code pénal; V u la loi d u1eravril 1898 sur les sociétés de secours m u tuels rendue applicable aux colonies soumises au régime m o n é taire métropolitain par le décret du 17 janvier 1902 ;


— 345 — V u le dépôt effectué par M . le docteur G. Devez, des statuts d'une société de secours mutuels en formation à C a y e n n e , sous la dénomination de La Solidarité militaire, section de Cayenne-, V u les avis émis par M M . le Procureur général, chef d u service judiciaire et le Maire de C a y e n n e ; Sur la proposition du Secrétaire général, ARRÊTE : r

Article l° . — Est autorisé le fonctionnement à C a y e n n e d'une société de secours mutuels sous la dénomination de La Solidarité militaire, section de Cayenne.

Art. 2. — Sont approuvés, tels qu'ils sont élaborés, les statuts de cette association qui demeureront annexés au présent arrêté. Art. 3. — A u c u n e modification ne pourra être apportée auxdits statuts sans l'autorisation de l'Administration. Art. 4. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera. C a y e n n e , le 3 août 1923. E. C A N T A U .

N° 343. — ARRÊTÉ promulguant le décret du 19 juin 1923, rendant applicable aux colonies la loi du 8 juin 1923 concernant la distribution des bulletins de vote et circulaires électorales.

( 4 août 1923.) p. i. de la G u y a n e française, V u l'article 65 de l'ordonnance organique d u 27 août 1828; V u le décret du 19 juin 1 9 2 3 ; V u la circulaire ministérielle en date d u 2 mai 1906, relative à la promulgation aux colonies des actes du pouvoir c e n tral ; S u r la proposition du Procureur général p. i., LE

GOUVERNEUR

ARRÊTE : ER

Article 1 . — Est promulgué dans la colonie le décret susvisé du 19 juin 1 9 2 3 rendant applicable aux colonies la loi du 8 juin 1 9 2 3 concernant la distribution des bulletins d e vote et de circulaires électorales.


-

346

-

Art. 2 . — Le Procureur général est chargé de l'exécution du présent arrêté qui seta publié aux Journal et Bulletin officiels de la colonie et enregistré partout où besoin sera. Cayenne, le 4 août 1923. E. C A N T A U . Par le Gouverneur : Le Procureur général p. 1. H. S I M O N E A U .

R A P P O R T au Président de la République française, Paris, le 19 juin 1923.

Monsieur le Président, La loi d u 2 0 octobre 1919 concernant l'envoi et la distribution des bulletins de vote et circulaires électorales, élaborée en vue des élections législatives de 1919 et de 1920, a été rendue applicable aux colonies par un décret du 2 3 octobre 1919. Les dispositions édictées, à titre temporaire, par l'article 7 de la loi de 1919 ayant, toutefois cessé d'être applicables à partir du 31 décembre 1920, le Parlement a estimé qu'il y avait intérêt a les remettre en vigueur à titre permanent. Tel a été l'objet de la loi du 8 juin 1923 qui n'a pas prévu, par ailleurs, son extension a nos possessions d'outre-mer. Pour remédier à celle situation, j'ai fait préparer le projet de décret ci-joint que j'ai l'honneur de soumettre à votre haute sanction. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Préside t, l'hommage de m o n profond respect. Le Ministre

des

colonies,

A. S A U R A I T .


-

347

-

DÉCHET. LE

PRÉSIDENT D E LÀ R É P U B L I Q U E FRANÇAISE,

Sur le rapport du Ministre des colonies, V u le sénatus-consulte d u 3 m a i 1 8 5 4 ; V u la loi d u 2 juin 1 9 2 3 concernant la distribution d e s bulletins d e vote et circulaires électorales; DÉCRÈTE : er

Article 1 , — La loi du 8 juin 1923 concernant la distribution des bulletins de vote et circulaires électorales est ren lue applicable aux colonies françaises dépendant d u M i nistère des colonies. Art. 2. — L e Ministre des colonies est chargé de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française et inséré au Bulletin des lois et au Bulletin officiel du Ministère des colonies. Fait à Paris, le 1 9 juin 1 9 2 3 . A.

M I L L E R A N D .

Par le Président de la République : Le Ministre des colonies. A. S A U R A U T .

LOI

concernant

la distribution des bulletins de vote et circulaires électorales.

L e Sénat et ia C h a m b r e des députés ont adopté, L e Président de la République p r o m u l g u e la loi dont la teneur suit : Article unique. — Il est interdit, sous peine d e confiscation des bulletins et autres d o c u m e n t s distribués et d'une a m e n d e de 5 9 0 à 5,000 francs, de distribuer ou faire distribuer, le jour du scrutin, des bulletins, circulaires et autres documents. D a n s chaque section d e vote, les candidats de chaque liste pourront faire déposer des bulletins de vote sur u n e table préparée à cet effet par les soins d u Maire.


348

L a présente loi, délibérée et adoptée par le S é n a t et par la C h a m b r e d e s députés, sera exécutée c o m m e loi de l'Etal. Fait à Paris, le 8 juin 1 9 2 3 . A, M I L L E R A N D . Par le Président de !a République : L.e Ministre de l'intérieur. MAURICE M A U N O U R Y .

3 4 4 . — A R R Ê T E fixant les cas dans lesquels la taxe de change ne doit pas être perçue sur les mandats d'articles d'argent et les colis postaux grevés de remboursement. (10 août 1 9 2 3 . ) LE

GOUVERNEUR

p . i. de la G u y a n e française,

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 2 6 juin 1 8 7 8 autorisant l'échange d e s m a n d a t s d'articles d'argent entre la F r a n c e et les colonies françaises et r é c i p r o q u e m e n t ; V u le décret d u 2 7 s e p t e m b r e 1 9 2 2 établissant entre la M é t r o p o l e et la G u y a n e , le r é g i m e des « E n v o i s de colis postaux contre r e m b o u r s e m e n t » ; V u l'arrêté local d u 1 4 avril 1 9 2 2 fixant u n e taxe additionnelle de c h a n g e de G 0/0 ; V u la lettre d u Ministre des finances (Direction d u m o u v e m e n t général des fonds n° 1 4 5 0 en date d u 31 m a i 1 9 2 3 ) autorisant à n e percevoir la t a x e additionnelle d e c h a n g e q u e sur le m o n t a n t des v e r s e m e n t s effectués e n m o n n a i e locale; S u r la proposition d u Trésorier-payeur, et après avis c o n f o r m e d u Secrétaire général et d u C h e f d u service des Postes et T é l é p h o n e s , ARRÊTE : er

Article 1 . — L a taxe additionnelle d e c h a n g e sur m a n d a t s d'articles d'argent et sur colis postaux grevés de r e m b o u r s e m e n t n e sera pas perçue sur les versements effectués e n billets d e la B a n q u e d e France, m o n n a i e s françaises d'or et d'argent. Art. 2. — L e Secrétaire général, le Trésorier-payeur et le C h e f d u servie des Postes et T é l é p h o n e s seront chargés, cha-


-

349

-

c u n en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de C a y e n n e , le 10 août 1 9 2 3 . E.

CANTAU.

N° 3 4 5 . — A R R Ê T É admettant M . Mélois (Darius) à (aire valoir ses droits à une pension de retraite proportionnelle. (20 août

1923.

p. i. de la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la lettre en date d u 3 0 juillet 1 9 2 3 par laquelle M . Mélois (Darius), planton-concierge au Palais de justice, d e m a n d e sa mise a la retraite pour raison d e santé ; Attendu que l'intéressé n'a p a s opté pour le R è g l e m e n t du 2 6 avril 1 8 9 1 , sur la Caisse de retraite des e m p l o y é s locaux ; V u l'article 2, paragraphe 3 d u R è g l e m e n t d u 19 juin 1 9 2 0 ainsi c o n ç u : Art. 2 LE

GOUVERNEUR

Tout fonctionnaire âgé de 6 0 ans, aura droit à la retraite, s'il a au m o i n s 1 5 ans d e service dans la colonie. Attendu que M . Mélois (Darius) est âgé de plus de 6 0 ans et qu'il c o m p t e 25 années de service h la G u y a n e ; Sur la proposition d u Secrétaire général. ARRÊTE : er

Article 1 . — M . Mélois ( Darius), planton-concierge au Palais de justice, est a d m i s a faire valoir ses droits a u n e pension de retraite proportionnelle. Art. 2 . — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 5 0 août 1 9 2 3 . E. C A N T A U .


— 350 N° 3 1 6 . - A R R Ê T É portant désignation des membres du tribunal ies pensions pour l'année 1923. (23 août 1923. ) Le G O U V E R N E U R p. i. d e la G u y a n e française. V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 2 octobre 1 9 1 9 portant règlement d'admiîistration publique p o u r l'application a u x colonies de la loi d u 31 mars 1919; V u particulièrement les articles 3 0 , 3 1 , 3 2 , 3 3 , 3 1 , 3 5 , 3 6 et 3 7 d u décret précité relatifs à la juridiction d e première instance en matière des pensions ; S u r la proposition d u Secrétaire général, ARRÊTE:

Article ler. — S o n t n o m m é s , pour l'année 1 9 2 3 , m e m b r e s , d u Tribunal d e s pensions: M M . D a r r e d e a u ( A n t o i n e ) , Conseiller privé ; D e v e z (Gabriel), D o c t e u r - m é d e c i n . Art. 2. — L e s fonctions d e C o m m i s s a i r e d u G o u v e r n e m e n t auprès dudit Tribunal seront remplies par l'officier charg é d u bureau des pensions a C a y e n n e . Art. 3. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié et inséré aU Journal officiel et au Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 2 3 août 1 9 2 3 . E. C A N T A U .

DÉCISION Malmanoury

N° 3 4 7 . —

portant création d'une agence postale à (commune de Sinnamary). (23 août 1923.)

p. t. de la G u y a n e française, V u l ' o r d o n n a n c e organique d u 2 7 août 1828; V u l'arrête d u 4 février 1 9 1 4 portant réorganisation d u service d e s Postes et T é l é p h o n e s d e la G u y a n e française; e n s e m b l e l'arrêté modificatif d u 1 4 février 1921 ; V u l'arrêté d u 5 octobre 1892; e n s e m b l e celui d u 2 2 juin 1 9 0 0 réglant le service d e la distribution d e s lettres d a n s C a y e n n e et d a n s les c o m m u n e s rurales ; LE GOUVERNEUR.


-

351

-

V u la décision d u 10 août 1887 autorisant le Receveur des Postes à ouvrir u n compte courant pour la délivrance des timbres-poste dans les bourgs de la colonie ; V u l'arrêté n° 785 en date du 2 août 1922 créant la recette principale de Gayenne ; Sur la proposition concertée du Secrétarre général et du Chef du service (les Postes, Télégraphes et Téléphones, DÉCIDE : er

Article I . — U n e agence postale est créée à Maimaiioury ( c o m m u n e de S i n n a m a r y ) . Art. 2. — Le Secrétaire général et le Chef d u service des Postes, Télégraphes et Téléphones sont chargés, chacun en ce qui 1 concerne, de l'exécution de la présente décision, qui sera publiée et insérée aux Journal et au Bulletin officiels de la colonie. E. G A N T A U .

N° 318. —

A R R E T E portant Bibliothèque

classement et du

du Conservateur Musée.

de lu

(23 août 1923.) G O U V E R N E U R p. i. de la Guyane française, V u l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté du 8 juin 1911, portant réglementation du service de la Bibliothèque et du M u s é e local ; Vu le v œ u émis par le Conseil générai datas sa séance d u 2 7 décembre 1921 tendant à la création d'un emploi de conservateur dé la Bibliothèque ; Vu l'arrêté en date du 31 décembre 1921 réglementant le régime des déplacements du personnel rétribué sur les fonds du budget local et des budgets spéciaux de la colonie; Vu le procès-verbal des délibérations du comité de patronage de la Bibliothéque et du Musée en date d u 4 février 1922; V u l'arrêté du 5 mars 1922 modifiant et complétant les articles 5 § 7 de l'arrête du 8 juin 191 I précité ; V u la décision du 10 mars 1922 n o m m a n t M . Bassières (Léon , conservateur de la Bibliothèque Franconie et du M u s é e local ; LE


-

352

-

Attendu q u e l'emploi de conservateur d e la Bibliothèque n'est pas classé au tableau 5 annexé à l'arrêté du 31 d é c e m b r e 1921 ;

Sur la proposition du Secrétaire général ; L e Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE :

Article 1er. — L e tableau de classement n° 5 a n n e x é à l'arrêté du 31 d é c e m b r e 1921 et complété c o m m e il suit : Bibliothèque

et Musée

:

Conservateur, 2° catégorie. Art. 2. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q r é partout où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 2 3 août 1 9 2 3 . E. C A N T A U .

N° 3 4 9 . — A R R Ê T E approuvant les comptes de gestion de l'exercice 1 9 2 0 de m . Raoul Octaville, receveur municipal des c o m m u n e s de la 2e circonscription, receveur des bureaux de bienfaisance de Macouria et de Rémire et lui accordant quitus.

(23 août 1923.)

p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 sur le régime financier des colonies, e n s e m b l e l'arrêté local d u 2 8 s e p t e m b r e 1 9 0 3 portant règlement sur l'administration et la comptabilité des communes; V u les arrêtés nos 7 9 4 , 7 9 5 , 7 9 6 , 7 9 7 , 7 9 8 , 7 9 9 , 8 0 0 , 8 0 1 , 8 0 2 , 7 9 0 et 791 rendus e n Conseil privé le 2 septembre 1 9 2 2 , sur les c o m p t e s de gestion de l'exercice 1 9 2 0 , présenté par M , R. Octaville, receveur municipal des c o m m u n e s d e la 2e circonscription, receveur des b u r e a u x de bienfaisance d e M a couria et de R é m i r e ; V u les injonctions contenues d a n s l'arrêté n° 7 9 9 concernant la c o m m u n e d e R é m i r e , e n s e m b l e le bordereau d'exécution d e ladite injonction ; LE

GOUVERNEUR


- 353

-

S u r le rapport d u Secrétaire général ; L e Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : er

Article 1 . — Sont a p p r o u v é s les c o m p t e s de gestion de l'exercice 1 9 2 0 , présentés, par M . H. Octaville, receveur m u nicipal des c o m m u n e s d e la 2° circonscription, receveur des b u r e a u x d e bienfaisance d e R é m i r e et de Macouria, dont quitus. Art. 2. •— L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et a u Bulletin officiel de la colonie. G a y e u n e , le 2 3 août 1 9 2 3 . E.

CANTAU.

N° 3 5 0 . — A R R Ê T É portant modification au tarif de location d'appartements et de prêt de linge de couchage fixé par l'arrêté du 2 novembre 1918. (23 août 1923).

p. i. de la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1828 sur le gouvern e m e n t de la G u y a n e française, modifiée par celle d u 2 2 août 1833; V u les décrets des 1 0 février 1 8 7 8 et 7 février 1 9 1 2 portant création à la G u y a n e française d'une direction d e l'Administration pénitentiaire et réorganisation d u personnel d e cette administration ; V u l'instruction générale d u 1 6 février 1 9 0 5 sur la c o m p t a bilité-matières ; V u l'arrêté local d u 2 n o v e m b r e 1 9 1 8 , n° 8 0 3 , fixant le tarif de location d'appartements d a n s les i m m e u b l e s d e l'Administration pénitentiaire et de prêt de linge de couchage; Considérant q u e le tarif eu vigueur n e correspond plus a u x conditions é c o n o m i q u e s actuelles, la c o m m u n e d u Maroni prenant u n d é v e l o p p e m e n t qui s'affirme c h a q u e jour; Considérant qu'il y a lieu de relever cette taxe dont le m a i n tien, d a n s les circonstances présentes, ne tendrait à rien m o i n s qu'à créer u n e concurrence illicite a u x propriétaires patentés d u village ; LE G O U V E R N E U R


— 354 — Sur la proposition d u Directeur de l'Administration pénitentiaire ; L e Conseil privé entendu, ARRÊTE : er

Article I . — L e tarif d e location et d e prêt a n n e x é à l'arrêté local un 2 n o v e m b r e 1 9 1 8 est modifie c o m m e suit: 1° Location d'appartements d a n s les i m m e u b l e s d e l'Administration pénitentiaire-, 2° Rétribution p o u r prêt d e linge d e couchage. N

A

T

U

R

UNITE

E

des opérations

REDEVANCE

OBSERVATIONS

de perception.

Locations

Location d'appartements dans les i m m e u bles de l'A. P.

Journées

15 fr.

Draps

Unite et par mois

6 fr.

Taies d'oreillers

idem

3 fr.

Prêts

Art. 2. — L e Directeur d e l'Administration pénitentiaire est chargé de l'exécution d u présent arrêté qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, et inséré a u x Bulletins officiels de la Colonie et d e l'Administration pénitentiaire. C a y e n n e , le 2 3 août 1 9 2 3 . E. CANTAU. Par le Gouverneur : Le Directeur p. i. de l ' A d m i nistration pénitentiaire,

H. DUPÉ.


— 355 — N° 351 — A R R Ê T É promulguant à la G u y a n e le décret du 24 m a i 1923 rendant applicable a u x colonies françaises et pays de protectorat dépendant du ministère des colonies la loi du 26 octobre 1922, modifiant diverses dispositions de la loi d u 21 juillet 1911 instituant les pupilles de la nation.

août 1923.) LE GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1 9 0 6 , relative à la promulgation des lois et décrets a u x colonies; V u la circulaire ministérielle d u 2 8 juin 1923, prescrivant la promulgation e n G u y a n e d u décret d u 2 i mai 1 9 2 3 rendant applicable a u x colonies françaises et pays d e protectorat d é p e n dant d u ministère des colonies la loi d u 2 0 octobre 1922 m o d i fiant diverses dispositions d e la loi d u 27 juillet 1 9 1 7 instituant les pupilles de la nation ; S u r la proposition d u Secrétaire général, (24

ARRÊTE : er

Article 1 . — Est p r o m u l g u é à la Guyane française le décret du 24 mai 1923 rendant applicable au\ colonies françaises et pays de protectorat dépendant du ministère des colonies la loi d u 2G octobre 1922 modifiant diverses dispositions d e la loi d u 27 juillet 1917 instituant les pupilles de la nation. Art. 2 . — Le présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et a u Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 2 4 août 1923. E. C A N T A U , R A P P O R T AU P R É S I D E N T D E L A R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E .

Paris, le 24 m a i 1923-

Monsieur le Président, L'article 19 de la loi du 2 2 m a r s 1918 a rendu applicable aux colonies la loi du 27 juillet 1917, instituant les pupilles de la nation et â prévu que des décrets, pris dans un délai de six mois, détermineraient les modalités d'application de cette disposition législative dans un possessions d'outre- mer. Celte adaptation a été réalisée par quatre décrets en date du 2 3 octobre 1 9 1 8 , organisant le fonctionnement de ladite loi dans l'en-


— 356 —

s e m b l e d e s possessions d'outre-mer relevant d u ministère des colonies. Depuis lors est intervenue la loi d u 2 G octobre 1 9 2 2 qui a modifié diverses dispositions de la loi du 2 7 juillet 1 9 1 7 et qui dispose, en son article 4, q u e « la présente loi est applicable aux colonies dans les conditions déterminées par l'article 19 de la loi du 2 2 m a r s 1918». J'ai, en c o n s é q u e n c e , d'accord avec le G a r d e des S c e a u x , Ministre de la justice, le Ministre d e l'instruction publique et des beaux-arts et le Ministre de la guerre et des pensions, l'honneur de soumettre à votre haute sanction le projet d e décret ci-joint qui a pour objet de rendre applicable, d a n s n o s établissements d'outre-mer, la loi précitée d u 2 6 octobre 1 9 2 2 . Toutefois, il d e m e u r e entendu q u e les dispositions spéciales insérées dansles décrets d u 2 3 octobre 1918, e n vue d'adapter la loi d u 27 juillet 1917 à l'organisation administrative et judiciaire de nos possessions lointaines, sont m a i n t e n u e s en vigueur. Je vous prie d'agréer, M o n s i e u r le Président, l ' h o m m a g e de m o n profond respect. Le

Ministre des colonies,

A. S A R R A U T . DÉCRET. L E P R É S I D E N T d e la République française, S u r le rapport d u Ministre des colonies, V u le sénatus-consulte d u 3 m a i 1851 ; V u la loi d u 21 juillet 1917 instituant les pupilles d e la nation ; V u le décret d u 15 n o v e m b r e 1917 portant règlement d'administralion publique pour l'application d e la loi susvisée d u 2 7 juillet 1 9 1 7 ; V u l'article 19 de la loi d u 2 9 m a r s 1918 rendant la loi d u 2 7 juillet 1917 applicable a u x colonies; V u le décret du 3 juillet 1 9 1 8 portant règlement d'administration publique cl fixant les conditions auxquelles devront satisfaire les particuliers, fondations, associations, groupem e n t s , d e m a n d a n t a recevoir des pupilles d e la nation; V u le décret d u 19 août 1918 portant règlement d'administration publique et taxant les conditions générales suivant les-


-

357

-

quelles des subventions pourront être accordées par les offices départementaux aux parents, aux tuteurs, aux établissem e n t s publics ou privés, aux associations, aux particulière gardiens d e pupilles ; V u les décrets d u 2 3 octobre 1 9 1 8 fixant les conditions d'application aux colonie; de la loi d u 2 7 juillet 1 9 1 7 instituant les pupilles de la nation ; V u la loi d u 2 6 octobre 1 9 2 2 modifiant diverses dispositions d e la loi d u 2 7 juillet 1 9 1 7 instituant les pupilles de la nation ; V u le décret du 2 0 janvier 1 9 2 3 modifiant certaines dispositions d u règlement d'administration publique d u 1 5 novembre 1917, DÉCRÈTE : e r

Article 1 . — La loi d u 2 6 octobre 1 9 2 2 , portant modification de la loi d u 2 7 juillet 1 9 1 7 instituant les pupilles d e la nation, est rendue applicable aux colonies françaises et pays de protectorat dépendant d u ministère des colonies, sous réserve des dispositions insérées d a n s les décrets d u 2 3 octobre 1918, en v u e d'adapter la loi précitée d u 2 7 juillet 1917 à l'organisation administrative et judiciaire d e nos établissements d'outre-mer. Art. 2. — L e Ministre d e s colonies, le Garde des sceaux, Minisire de la justice, le Ministre d e l'instruction publique et des beaux-arts et le Ministre de la guerre et des pensions, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, d e l'exécution d u présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la R é p u blique française et inséré a u Bulletin

des lois et au Bulletin

du ministère des colonies. Fait à Paris, le 24 m a i 1 9 2 3 .

officiel

A. M I L L E R A N D .

Par le Président de la République : Le Ministre

des

colonies

A. S A R R A U T . Le Ministre de l'instruction publique et des beaux-arts LÉON

BÉRARD.

Le Garde des sceaux, Ministre de la justice, MAURICE C O L R A T . Le Ministre et des

de la guerre, pensions.

MAGINOT.


— 358 —

Loi modifiant diverses dispositions de la loi du 27 juillet 1917, instituant des pupilles de la nation. Le Sénat et la C h a m b r e des députés ont adopté, Le président de la République promulgue la loi dont la teneur suit: Article Ier. - Les articles 1er, 4, 6, 7, 8, 11, 12, 13, 14, 15, 17, 2 0 , 21, 2 3 , 28 et 3 2 de la loi d u 27 juillet 1917, instituant des pupilles de la nation, sont modifiés ainsi qu'il suit : Article 1 . — La France adopte les orphelins dont le père ou le soutien de famille a été tué à l'ennemi, ou dont le père, la mère, ou le soutien de famille est mort de blessures ou de maladies contractées ou aggravées du fait de la guerre. Sont assimilés aux orphelins les enfants, nés avant la fin des hostilités ou dans les trois cents jours qui suivront leur cessation dont le père, la mère ou le soutien de famille se trouvent, à raison de Mesures reçues, ou de maladies contractées ou aggravées par un fait de la guerre, dans l'incapacité de pourvoir à leurs obligations et à leurs charges de chef de famille. Sont également assimiles aux orphelins les enfants dont le père ou le soutien de famille ont disparu à l'ennemi, lorsque les circonstances de cette disparition et l'époque à laquelle elle remonte permettent de conclure que ce militaire est, en réalité, mort pour la France. er

Seront réputés, de plein droit, remplir les conditions prévues par les alinéas 1 , 2 et 3 d u présent article, en ce qui concerne la cause du décès ou de la disparition et l'origine des blessures ou infirmités, les enfants dont le père ou le soutien est décédé dans des circonstances ayant ouvert droit à pension ou dont le père ou le soutien est bénéficiaire d'une pension d'infirmité, au titre des lois des 31 m a r s 1919 et 2 4 juin 1919 Les enfants ainsi adoptés ont droit à la protection, au soutien matériel et moral de l'Etat pour leur éducation dans les conditions et limites prévues par la présente loi, et ce jusqu'à l'accomplissement de leur majorité. Sont également assimilés aux orphelins les enfants victimes de la guerre au sens de la loi du 2 4 juin 1 9 1 9 . Art. 4. — Lorsque le père, la m è r e ou le soutien du pupille est mort ou réduit à l'incapacité prévue à l'article 1er, la nation, dans le cas d'insuffisance de ressources de la famille, assume er


359

-

la charge, partielle o u totale, de l'entretien matériel et de l'éducation nécessaires a u d é v e l o p p e m e n t n o r m a l d u pupille. Art. 6. — S u r la d e m a n d e d u père o u d u représentant légal d e l'enfant, et, à son défaut, à la diligence d u procureur d e la République, Je tribunal, réuni à la chambre, du conseil après s'être procuré les renseignements convenables et avoir c o n v o q u é , par lettre r e c o m m a n d é e sans frais, le représentant légal de l'enfant, vérifie si celui-ci remplit les conditions nécessaires p o u r être dit « pupille de la nation ». L e représentant légal de l'enfant, autre q u e le père, la m è r e o u u n ascendant, devra être autorisé par le conseil d e famille «à présenter cette d e m a n d e . Lorsqu'il aura f o r m é l u i - m ê m e cette d e m a n d e , il n e sera c o n v o q u é devant le tribunal q u e si l'admission de celle-ci soulève des difficultés et q u e les magistrats jugent utiles des explications complémentaires. L e greffier d u tribunal notifiera, par lettre r e c o m m a n d é e et et sans frais, le j u g e m e n t a u représentant légal d e l'enfant, ainsi qu'à l'office départemental. D a n s le m o i s qui suit cette notification, appel peut être interjeté par le ministère public o u p a r le représentant légal d e l'enfant, o u par le président de la section p e r m a n e n t e de l'office départemental, par simple lettre r e c o m m a n d é e , sans frais, adressée a u greffier en chef de la cour. L e représentant légal d e l'enfant est c o n v o q u é d a n s la f o r m e indiquée ci-dessus. Il est statué par la cour c o m m e il est dit à l'article suivant. D a n s le cas o ù l'adoption n'aurait pas été prononcée, si u n fait n o u v e a u se produit établissant q u e l'enfant remplit les conditions prévues à l'article 1 , u n e nouvelle d e m a n d é e n v u e de l'admission d e l'enfant au titre de « pupille d e la nation.» eut être introduite devant le tribunal par les ayants-droit o u la requête d u procureur de la République. Art. 7. — A p r è s avoir entendu le ministère public, et sans a u c u n e f o r m e d e procédure, le tribunal o u la c o u r p r o n o n c e e n ces termes : L a nation adopte (ou n'a pas adopté) le m i n e u r X . . . L e recours e n cassation est ouvert contre toute décision d'admission o u d e rejets. Art. 8 . — D a n s le m o i s qui suit l'expiration d u délai d'appel, o u en cas d'appel, d a n s le m o i s qui suit l'arrêt d e la cour, m e n t i o n d e l'adoption, si elle a été p r o n o n c é e , est faite, à la 22 er


360

requête d u ministère publie, en m a r g e de l'acte d e naissance d e l'enfant et il ne pourra être délivré d'expédition de cet acte sans q u e ladite m e n t i o n y soit portée. Art. 11. — L'office national a p o u r attribution d e : 1° Prendre o u p r o v o q u e r toute m e s u r e d'ordre général jugée nécessaire o u opportune, en faveur des pupilles d e la nation; 2° Répartir entre les offices d é p a r t e m e n t a u x , les subventions de l'Etat o u le produit des fondations, d o n s o u legs à lui faits, sans affectation spéciale; 3° Accorder directement des subventions a u x établissements o u œ u v r e s recueillant entretenant des pupilles de la nation o u leur venant en aide : 4° D o n n e r son avis sur : a) Les règles générales applicables à la gestion financière des biens, m e u b l e s et i m m e u b l e s , des ressources de toute nature des offices d é p a r t e m e n t a u x ; b) Les conditions générales suivant lesquelles des s u b v e n tions pourront être accordées par les offices départementaux, d a n s la limite de tours ressources, a u x parents a u x tuteurs, auxétablissements publics o u privés, a u x associations, a u x particuliers gardiens d e pupilles; c) Les conditions générales auxquelles devront satisfaire les associations o u g r o u p e m e n t s philantropiques o u professionnels, les fondations o u les particuliers pour recevoir, par l'intermédiaire des offices, la garde des pupilles; 5° Statuer d a n s les conditions exposées ci-après, sur les recours formés contre les décisions prises par les offices départementaux ; 6° Diriger et c o o r d o n n e r l'action des offices d é p a r t e m e n t a u x en vue de l'exécution de la présente loi; 7° Publier u n bulletin périodique d a n s le but de vulgariser ses actes et instructions, de servir d e lien entre les divers organismes créés par la présente loi, d e mettre en lumière les faits concernant 1 administration des pupilles et n o t a m m e n t les n o m s des bienfaiteurs des orphelins de la guerre; 8° Adresser, c h a q u e année, au Président d e la République, sur l'exécution de la présente loi, u n rapport qui sera publié a u Journal officiel, contenant, n o t a m m e n t , des statistiques détaillées sur les budgets d e l'office national et des offices


361

départementaux, ainsi que la liste dos subventions distribuées durant l'année aux associations professionnelles ou charitables, exerçant le patronage des orphelins de la guerre. Art. 1 2 . - L'office national, administré par le conseil supérieur de l'office et présidé par le ministre de 1 instruction publique, est c o m p o s é de cent dix-huit m e m b r e s , représentants de la nation, des conseils généraux et municipaux, des grands corps de l'Etat et des groupements sociaux, savoir : Trois sénateurs élus par le Sénat et quatre députés élus par la C h a m b r e des députés ; Le président du conseil municipal de Paris; le président d u conseil général de la Seine ; les maires des cinq plus grandes villes de France; les présidents des conseils généraux des cinq départements les plus peuplés ; Un m e m b r e du conseil d'Etat, le grand chancelier de la Légion d'honneur, le premier président de la cour de cassation o u son délégué, le directeur de l'enseignement du primaire,secondaire et supérieur au ministère de l'instruction publique, le directeur de l'agriculture au ministère de l'agriculture, le directeur de l'enseignement technique de l'assistance et de l'hygiène publiques au ministère intérieur, Je directeur de l'assistance publique de aris, un m e m b r e d u conseil de surveillance de l'assistance publique de Paris, désigné par cette assemblée; un m e m b r e du conseil supérieur d'hygiène publique de France désigné par cette assemblée, le directeur des affaires civiles et du sceau au ministère de la justice, un représentant de chacun des ministères suivants : de la guerre, de la marine, des finances, desaffaires étrangères d u travail et des colonies. L e président de la c h a m b r e de c o m m e r c e de Paris, un délégué de l'institut de France, u n délégué de l'accadémie de m é decine, six délégués de l'un ou l'autre sexe des trois ordres d'enseignement, élus par le conseil supérieur de l'instruction publique, l'un de ces délégués au m o i n s devant être choisi parmi les m e m b r e s d u conseil appartenant à renseignement privé ; six délégués du conseil supérieur de l'assistance publique ; six délégués des syndicats agricoles élus par le conseil supérieur d'agriculture ; six délégués des syndicats patronaux et ouvriers élus par le conseil supérieur du travail ; six délégués de l'office national des mutilés et réformés de guerre, élus par le comité d'administration de cet établissement public,


-

362

-

D e u x délégués des associations coopératives ouvrières d e et de c o n s o m m a t i o n ; quatre délégués des sociétés de secours mutuels; d o u z e délégués de l'un ou l'autre sexe des associations philanthropiques o u professionnelles exerçant le patronage des orphelins de la guerre; d o u z e délégués de l'un o u l'autre sexe des associations des mutilés et réformés de guerre, v e u v e s de guerre et ascendants de combattants m o r t s p o u r la patrie. U n règlement d'administration publique déterminera la procédure à suivre pour l'élection des trente délégués prévus a u paragraphe précédent. Les pouvoirs des m e m b r e s élus o u délégués visés a u x p a ragraphes 5 el 6 ci-dessus seront d'une durée de quatre années. Cinq m e m b r e s n o m m é s par décret p a r m i les personnes de l'un ou l'autre sexe, désignées par leur c o m p é t e n c e spéciale o u leurs travaux. L'office national s'adjoindra, p o u r u n e durée de quatre ans, jusqu'à concurrence d u quart de ses m e m b r e s élus, des f e m m e s s'étant signalées par leur d é v o u e m e n t a u x œ u v r e s protectrices de l'enfance o u des orphelins de la guerre, ainsi q u e d e u x pères et d e u x m è r e s dont les enfants auront été adoptés par la nation. Les fonctions des m e m b r e s du conseil supérieur de l'office national des pupilles de la nation sont gratuites. Toutefois, u n e indemnité de déplacement et de séjour pourra être accordée à ceux des m e m b r e s de ce conseil résidant hors d u département de la Seine, d a n s les conditions qui seront établies par u n e loi de finances. Art. 13. — D a n s l'intervalle de ses réunions, le conseil supérieur est représenté par u n e section p e r m a n e n t e dont il déterm i n e l u i - m ê m e la composition, en ce qui concerne les m e m bres de l'un et l'autre sexe, le fonctionnement et les pouvoirs. L'office est représenté en justice ainsi q u e dans les actes de la vie civile par le président de la section p e r m a n e n t e .

production

L a durée des pouvoirs de la section p e r m a n e n t e est de trois années. Art. 1 4 . — Les offices départementaux ont p o u r attribution de: 1° Veiller à l'observalion, au profit des pupilles de la n a tion, des lois protectrices de l'enfance, des règles d u code civil


-

363

-

e n matière de tutelle, ainsi q u e des mesures de protection d e la présente loi ; 2° Pourvoir au placement, dans les familles ou fondations, o u d a n s les établissements publics ou privés d'éducation, des pupilles dont la tutelle o u la garde provisoire est confiée à ses m e m b r e s et de ceux dont les parents o u tuteurs sollicitent son intervention à cet effet ; 3° Accorder des subventions dans la limite de leurs disponibilités financières, e n vue de faciliter l'entretien, l'éducation et le développement normal des pupilles dont le père, la m è r e , le tuteur o u le soutien manqueraient des ressources nécessaires à cet effet; 4° Veiller à ce q u e les associations philanthropiques o u professionnelles, les établissements privés o u les particuliers ayant obtenu par l'intermédiaire des offices départementaux la garde des pupilles de ta nation ne s'écartent pas des conditions générales imposées par le règlement d'administration publique ; 5° Créer des sections cantonales dont les m e m b r e s seront les délégués dans c h a q u e c o m m u n e de l'office départemental. L a constitution et le rôle des sections cantonales sont spécifiés a u x articles 17 et 1 8 : L a section cantonale intéressée sera consultée sur l'emploi des d o n s et legs faits avec affectation spéciale. Art. 15. — Les offices départementaux c o m p r e n n e n t , avec le préfet c o m m e président de droit, des représentants locaux, des représentants de l'Etal, des représentants des g r o u p e m e n t s sociaux, savoir : Quatre conseillers généraux élus p o u r trois ans par le conseil général. L e procureur de la République o u son substitut ; l'inspecteur d'académie o u u n inspecteur primaire désigné par lui; u n instituteur et u n e institutrice désignés par leurs collègues ; le directeur départemental des services agricoles ; u n inspecteur d u travail ; u n e inspectrice d u travail ; deux m e m b r e s , h o m m e et f e m m e , de l'enseignement professionnel, industriel, agricole ou commercial élus par leurs collègues ; l'inspecteur de l'enseignement technique. Trois délégués, dont u n e f e m m e , élus par les m e m b r e s des c h a m b r e s de c o m m e r c e et les m e m b r e s des c h a m b r e s syndi-


-

364

-

cales patronales d u département : trois délégués, dont u n e f e m m e , élus par les c h a m b r e s syndicales ouvrières départementales; trois délégués dont u n e f e m m e , élus par les associations et syndicats agricoles d u d é p a r t e m e n t ; trois délégués dont u n e f e m m e , élus par les associations coopératives ouvrières d e production et d e c o n s o m m a t i o n d u département ; d e u x représentants, dont u n e f e m m e , élus par les établissements d e bienfaisance privés ; trois délégués c a n t o n a u x d u départem e n t ; trois délégués des sociétés d e secours mutuels d u départ e m e n t (cinq p o u r le département de la Seine, dont trois p o u r Paris) élus par les conseils d'administration d e ces sociétés ; trois délégués élus par la c h a m b r e départementale d'agriculture. N e u f délégués dont trois f e m m e s , élus par les m e m b r e s des associations philanthropiques o u professionnelles exerçant le patronage des orphelins de la guerre. N e u f délégués, dont trois f e m m e s , élus par les m e m b r e s des associations o u sections départementales d'associations de mutilés et réformés de guerre, veuves de guerre et ascendants de combattants m o r t s p o u r la patrie. L a durée des pouvoirs des m e m b r e s élus est d e trois aimées. U n règlement d'administration publique déterminera les modalités à suivre p o u r cure les délégués prévus a u x t r o s paragraphes précédents. L'office départemental n o m m e , p o u r u n e durée de d e u x ans, u n e section p e r m m e n t e dont les m e m b r e s sont pris d a n s son sein, et dont u n tiers est repésente par des f e m m e s . L e président de la section p e r m a n e n t e représente l'office en justice ainsi que d a n s les actes de la vie civile. t e s fonctions des m e m b r e s des offices départementaux sont gratuites, mais les conseils g é n é r a u x pourront voter des frais d e déplacement. Art. 17. — L'office départemental choisit d a n s c h a q u e c a n ton des correspondants p a r m i les délégués cantonaux les maires, les conseillers m u n i c i p a u x , les instituteurs et institutrices, et les particuliers d e l'un o u l'autre sexe offrant toutes garanties de moralité et d e c o m p é t e n c e , n o t a m m e n t p a r m i les m e m b r e s des sociétés protectrices de l'enfance et les m e m b r e s des associations de mutifés et réformés d e guerre, veuves de guerre, ascendants d e combattants m o r t s p o u r la patrie, d'anciens combattants.


365

Ces correspondants forment la section cantonale dont le conseiller général, le o u les conseillers d'arrondissement et le m a i r e d u chef-lieu sont m e m b r e s de droit. L a section cantonale choisit son président, désigne u n e c o m m i s s i o n p e r m a nente qui c o m p r e n d u n tiers de f e m m e s , et e n détermine le fonctionnement et les pouvoirs. Art. 2 0 . — Si d a n s les quinze jours qui ont suivi l'ouverture de la tutelle, la réunion d u conseil d e famille n'a p a s été requise par le parent c o m p é t e n t , le juge d e paix d u lieu d'ouverture d e la tutelle est tenu d e c o n v o q u e r d'office le conseil d e famille. 11 peut p r o v o q u e r par décision d e justice l'exclusion d e s personnes qu'il considère c o m m e incapables o u indignes. A défaut des personnes prévues par les articles 4 0 7 et suivants d u c o d e civil, modifiés par la loi d u 2 0 m a r s 1 9 1 7 , p o u r c o m p o s e r o u compléter le conseil d e famille d u pupille d e la nation, le juge d e paix fait appel d'abord a u x m e m b r e s d e l'un o u l'autre sexe, d e l'office départemental et des sections cantonales, ensuite à toutes autres p e r s o n n e s agréées par l'office départemental. Toutefois, le m a r i et la f e m m e n e p e u v e n t faire partie d u m ê m e conseil d e famille. U n e expédition d e toute délibération d u conseil d e famille est e n v o y é e i m m é d i a t e m e n t par le juge d e paix a u p r o c u r e u r d e la R é p u b l i q u e et à l'office départemental. Les frais exposés p o u r les délibérations des conseils d e famille sont acquittés par l'Etat, a u titre des frais de justice, lorsqu'ils ont exclusiv e m e n t p o u r objet l'application d e la loi sur les pupilles d e la nation. Art. 2 1 . — S'il n'existe ni ascendants, ni tuteur testamentaire, o u si ceux-ci sont excusés d e la tutelle o u en ont été exclus, le conseil d e famille peut décider q u e la tutelle sera confiée à l'office départemental qui la délègue ensuite, sous s o n contrôle soit à u n d e ses m e m b r e s , soit à toute autre p e r s o n n e d e l'un o u l'autre sexe agréée par lui. E n ce cas, il n'est pas institué de subrogé tutelle, et les biens d u tuteur délégué n e sont p a s s o u m i s à l'hypothèque légale instituée p a r l'article 2 1 2 1 d u code civil. Art. 2 3 . — A la première réunion d u conseil d e famille, le juge de paix fait connaître à l'assemblée les dispositions d e la présente loi et invite le conseil à délibérer sur l'utilité d e la désignation par l'office départemental d'un conseiller d e tutelle


366

d e l'un o u l'autre sexe, p o u r seconder l'action m o r a l e d u tuteur sur l'orphelin et protéger celui-ci d a n s la vie. A u cas o ù la tutelle est exercée p a r la m è r e , par u n ascendant o u par u n tuteur testamentaire, l'assentiment d e la tutrice o u d u tuteur est indispensable p o u r l'institution d'un conseiller d e tutelle qu'ils ont qualité p o u r p r o p o s e r et d o n t le choix est s u b o r d o n n é à leur a g r é m e n t . A u cas d e tutelle dative, il y a toujours lieu à la désignation d'un conseiller n o m m é par l'office départemental, soit sur la proposition d u conseil d e famille, soit d'office e n cas d e n o n présentation o u de n o n - a g r é m e n t . Il est ajouté à l'article 2 8 u n d e u x i è m e alinéa ainsi c o n ç u ; « L e s e m p l o i s rétribués des divers services c o n c e r n a n t les pupilles de la nation sont réservés, d e préférence : « E n p r e m i è r e ligne, a u x mutilés, v e u v e s d e guerre n o n remariées, pupilles d e la nation, ascendants d e militaires m o r t s p o u r la France. « E n d e u x i è m e ligne, a u x anciens combattants. » Art. 3 2 . — D e s règlements d'administration publique d é termineront les conditions d'application d e la présente loi, notamment: .1° L e fonctionnement d e l'examen médical à l'elfet d'apprécier les blessures o u maladies contractées p a r des faits d e guerre et la diminution totale o u partielle d e la capacité d e travail ; 2° L e s règles et conditions d'établissement et d e fonction? n e m e n t d e l'office national p r é v u s a u x articles 9 et 1 2 ; 3° L'élection des délégués a u x offices d é p a r t e m e n t a u x p r é v u s à l'article 1 5 ; 4° L e s conditions d'aptitude à recevoir des pupilles p r é v u e s à l'article 2 6 ; 5° L a composition et le fonctionnement d e l'office départem e n t a l p o u r le d é p a r t e m e n t d e la Seine et la ville d e Paris, ainsi q u e les règles administratives et financières auxquelles il sera s o u m i s ; 6" Les règles et conditions relatives à la gestion et à la m a nutention des deniers des pupilles placés sous la tutelle d e l'office départemental, ainsi qu'à la garantie d e leurs intérêts;


- 367 7° L e s règles fixant les conditions de recrutement, les taux des traitements, les règles d'avancement d u personnel des offices d é p a r t e m e n t a u x , secrétaires généraux et autres e m p l o y é s . Art. 2 . - Les règlements d'administration publique prévus sous les nos 2, 3 et 5 d u présent article devront être rendus d a n s le délai d'un m o i s à c o m p t e r d e la promulgation de la présente loi. Il sera procédé trois m o i s après a u x élections des représentants des associations des mutilés et réformés d e guerre, v e u v e s de guerre et ascendants de combattants m o r t s p o u r la patrie. Art. 3. — Les articles 3 et 5 de la loi d u 2 4 juillet 1 9 1 7 sont abrogés. Art. 4 . — L a présent:- loi esi applicable a u x colonies d a n s les conditions déterminées par l'article 1 9 de la loi d u 2 9 m a r s 1918. I n décret fixera les conditions d'application de la loi d u 2 9 juillet 1 9 1 7 , modifiée par la présente loi, a u x départements d u Bas-Rhin, d u H a u t - R h i n et de la Moselle. Il sera également statué par décret sur les conditions d'application de la loi d u 2 9 juillet 1 9 1 7 , modifiée par la présente loi, a u x pupilles de la nation résidant à l'étranger. L a présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la C h a m b r e des députés, sera exécutée c o n n u e loi de l'Etat. Fait à Paris, le 2 6 octobre 1 9 2 2 . A. M 1 L L E R A N D . Par le Président de la République:

Le Président du conseil, Le Garde des sceaux, Ministre des affaires étrangères, Ministre de la justice, R. POINCARÉ.

MAURICE C O L R A T .

Le Ministre de l'intérieur,

Le Ministre de l'instruction publique et des beaux-arts,

MAURICE M A U N O U R Y .

Le Ministre des colonies, A. S A R R A U T .

LÉON

BÉRARD.

Le Ministre de la guerre. et des pensions, MAGINOT.


— 368

-

N° 5 5 2 . — D É C I S I O N convoquant les électeurs consulaires pour l'élection de quatre m e m b r e s de la C h a m b r e de commerce. ( 24 août 1923)

p.

i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté local d u 18 m a r s 1 9 1 2 , portant modification à celui d u 9 m a i 1 8 8 1 , créant u n e C h a m b r e d e c o m m e r c e à C a y e n n e , e n s e m b l e les arrêtés des 2 3 m a i et 9 juin d e la m ê m e année ; LE

GOUVERNEUR

V u les arrêtés des 2 5 n o v e m b r e 1 8 8 2 , 1 8 août 1 8 9 4 et 8 août 1 8 9 8 , sur les élections consulaires à la G u y a n e ; S u r la proposition d u Secrétaire général, DÉCIDE :

Article 1er. — L e s électeurs consulaires sont c o n v o q u é s p o u r le lundi 8 octobre 1 9 2 3 , d a n s le local affecté a u x délibérations d e la C h a m b r e d e c o m m e r c e , à l'effet d e procéder à l'élection d e quatre m e m b r e s d e cette assemblée, e n r e m p l a c e m e n t d e M M . II. d e St-Quentin, R o m u l e T h é o l a d e , Maurice G o u g i s e t G. A b r a n , d o n t le m a n d a t est arrivé à expiration le 8 mars 1923. Art. 2. — L e scrutin sera ouvert sous la présidence d u Maire d e C a y e n n e o u d e s o n délégué à n e u f heures et clos à o n z e heures. L e dépouillement aura lieu i m m é d i a t e m e n t après la clôture. Si u n s e c o n d tour d e scrutin était nécessaire il y serait p r o cédé le m ê m e jour d e quinze heures à dix-sept heures. Art. 3. — L e s élections auront lieu sur la liste a n n e x é e à la présente décision sous réserve d e s modifications qui p o u r raient être introduites d a n s les f o r m e s prescrites p a r l'article 3 d e l'arrêté d u 1 8 août 1 8 9 4 . Art. 4. — L a présente décision sera enregistrée et c o m m u niquée partout o ù besoin sera, insérée et publiée a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la Colonie. C a y e n n e , le 2 4 août 1 9 2 3 . E. C A N T A U .


- 369 N° 353. — A R R Ê T É autorisant M. Alphonse Laeatte à tenir un dépôt de remèdes officinaUx à l ' A p a r o u a g u e . (29 août 1923).

p . i. de la Guyane française, Vu l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret du 2 2 juillet 1 9 0 9 , sur l'exercice de la profession de pharmacien à la Guyane, ledit décret promulgué dans la colonie le 2 0 septembre 1 9 0 9 ; Vu la lettre en date du 3 0 juillet 1 9 2 3 , par laquelle M . Alphonse Lacatte d e m a n d e l'autorisation d'ouvrir un dépôt de remèdes officinaux à l'Approuague; Vu l'arrêté local du 3 mai 1 9 2 3 , autorisant les dépôts des remèdes officinaux et de drogues simples dans la colonie de la Guyane française ; Sur la proposition c o n c e r t é e du Secrétaire général et d u Chef du service de S a u t é , LE GOUVERNEUR

ARRÊTE : r

Article 1° . — M. Alphonse Lacatte est autorisé à ouvrir u n dépôt de remèdes officinaux à l'Approuague. 11 ne devra p a s , conformément à l'article 1 8 d u décret d u 2 2 juillet 1 9 0 9 , préparer ni vendre des remèdes magistraux. Art. 2. — Le présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera. Cayenne. le 2 9 août 1 9 2 3 . E.

NOMINATIONS,

MUTATIONS,

CANTAU.

CONGÉS, e t c .

N° 354, — Par décret en d a t e du 1 2 août 1923, M M . Tullins, Hellio et Sorriaux ont été n e m m é s Chevaliers de la Légion d'Honneur.

N° 3 5 5 . — Par arrêté ministériel d u 1 0 février 1 9 2 3 , M . Mondésir (Gaston), c o m m i s principal du Secrétariat général d u Gouvernement de la Guyane, a été n o m m é officier d'Académie.


-

370

-

N° З 5 6 . — P a r arrêté d e M . le Minisire de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, M . Richaul (Albert), directeur d u Collège, chef d u service de l'Instruction publique, a été p r o m u à la 2 classe p o u r c o m p t e r d u I janvier 1 9 2 3 . e

er

N° 3 6 7 . — Suivant avis d u Chef du Service colonial de N a n t e s , e n dale du 14 juin 1 9 2 3 , u n e nouvelle prolongation d e c o n g é de convalescence d e trois m o i s , d u 21 juin a u 2 1 s e p t e m b r e 1 9 2 3 , a été accordée a M . d e Monti-Rossi, c o n seiller à la C o u r d'app 1 de la G u y a n e .

N° 3 5 8 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 3 0 juillet 1 9 2 3 , M Constant (Léonide), concierge provisoire, a été n o m m é e concierge de 4 classe , à l'Hôtel d u Secrétariat général. l l e

e

N° 3 5 0 . — Suivant décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 1er août 1 9 2 3 . prise sur la proposition d u Procureur général p. i , M . Sarlal (Robert), secrétaire de parquet d e 4 classe, a été p r o m u à la 3 classe de son emploi, pour c o m p t e r d u 31 août 1928. e

e

N° 3 6 0 . — Suivant décision du G o u v e r n e u r , en date du 1er août 1923, prise sur la proposition du Procureur général p. i., u n e permission d'absence d e trente jours a été accordée au sieur Mélois (Darius), concierge d u Palais d e Justice. N° 3 6 1 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u Ier août 1 9 2 3 , M M . Laventure (Ernest) et ( F a m a r o Emile) ont été n o m m é s c o m m i s stagiaires des Postes et Télégraphes ( section radioélectrique ).

N° 3 6 2 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 4 août 1 9 2 3 , le chef Coghie fils a été investi de la dignité d e Capitaine d e la tribu des S a r a m a c a s habitant la rive g a u c h e d u fleuve O y a p o c .


- 371 — N° 3 6 3 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 7 août 1 9 2 3 , M . Sinéry Cécilius ( E u g è n e ) a été agréé en q u a lité de garde particulier des propriétés «Austerlitz» :et « Âmphitéâtre » appartenant à la société coloniale des cotons et fibres textiles. N° 3 6 4 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 8 août 1923, M M . M a m b i é ( G e o r g e s ) , Henrion ( E d o u a r d ) et Charles Sainte Claire ( L o u i s ) ont été n o m m é s , à titre définitif, Agents des Mines d e 3° classe, p o u r c o m p t e r d u l octobre 1 9 2 0 , au point d e v u e d e l'ancienneté seulement. e t

N° 3 6 5 — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 8 août 1 9 2 3 , M . Baulane, préposé de 2 classe des Contributions indirectes, est élevé à la 1 classe de son g r a d e . e

r e

N° 3 6 6 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u .14 août 1 9 2 3 , M . Dorfer ( E u g è n e ) , C o m m i s principal d u Secrétariat général, a été provisoirement n o m m é Conservateur d e la Bibliothèque et d u M u s é e , pendant la durée d u c o n g é accord é à M . Bassières ( L é o n ) . N° 3 6 7 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en date d u 17 août 1 9 2 3 , M . M a m o u d é ( K a d r e v i r a m - S e p l a m a ) a été agréé en qualité de garde particulier des C o m p t o i r s Coloniaux Chiris d a n s la région du Maroni. N° 3 6 8 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 1 7 août 1923, un t é m o i g n a g e officiel d e satisfaction a été accordé à M . Qiuntrie-Lamotbe (Henry), c o m m i s d u Secrétariat g é néral, Prévôt (Jules), c o m m i s d e s T r a v a u x publics, MarieSainte (Alfredj, ex-agent des M i n e s , R o m a i n (Aristide), agent des Mines pour le zèle et l'activité dont ils ont fait preuve à l'occasion de la mission qui leur a été confiée d e dresser l'inventaire du mobilier et du matériel d e s divers services publics de la colonie. N° 369. — Par arrêté du G o u v e r n e u r , en date d u 1 8 août 1 9 2 3 , M . Q u i n i n e - L a m o t h e (Henry), c o m m i s stagiaire, a été n o m m é c o m m i s d e 3 classe du Secrétariat général de la G u y a n e , à c o m p t e r du 1 août 1 9 2 3 . e

er


-

372

N ° 3 7 0 . — Suivant décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 0 août 1928, prise sur la proposition d u Procureur g é n é ral, u n congé administratif d'un a n , à passer e n France, est accordé à M. Bivouac (Camille), greffier e n chef d e la C o u r d'appel. N° 3 7 1 . — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 0 août 1923, pris sur la proposition d u Procureur général p. i., les fonctions d e Commissaire d u G o u v e r n e m e n t près la juridiction d'appel de la G u y a n e , en matière de pensions, seront remplies pendant l'année 1923, par le Directeur de l'Intend a n c e d u g r o u p e des Antilles, et e n son absence, par le Sous-ordonnateur des dépenses militaires.

N° 3 7 2 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en date d u 2 2 août 1923. M . Noél-Augustin, c o m m i s de l classe de l'admistration pénitentiaire, a été appelé à servir au Cabinet du Gouverneur. M. Ferreri; surveillant-chef, détaché auGouvernement,a été m i s en outre à la disposition du Chef de Cabinet,pour concourir à l'exécution du service. r e

N° 3 7 3 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en dite d u 2 2 août 1 9 2 3 , Mme V e u v e Elisea M e r c è s , M Duchange (Herm i n i e ) et M H u l m a n n (Jeanne), surveillantes stagiaires, ont été n o m m é e s survcillanlis-intirmières de 5" classe. MME Aristide (Tulia ), surveillante- infirmière de 5 classe, a été élevée à la 4 classe de son emploi. l l e

l l e

e

E

N° 3 7 4 . — Par décision du G o u v e r n e u r , eu d,«te du 2 2 août 1 9 2 3 , M . Ajos (Victor), brigadier de 2 classe de la Police générale, a été élevé à la lre classe de son grade, a c o m p t e r du 1 août 1 9 2 3 . e

er

N° 3 7 5 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en date du 2 2 août 1 9 2 3 , ont eté n o m m é e s : Dame-dactylographie de 3 classe, Mme L o w i n s k y (Jeanny), dame-dactylographie de 4 classe ; dame-dactylographe de 4 Classe, M Désidéri (Berthe), dame-dactylographe de 5 classe. e

e

m e

e

e


- 373 N ° 3 7 0 . — Par décision d u Gouverneur, en date d u 2 2 août 1 9 2 3 , M Vatel (Louise) et R o s e m o n (Louise), d a m e s dactylographes de 3e classe, ont élé élevées à la 2e classe de leur emploi. m e s

N° 3 7 7 . — Par décision d u Gouverneur en date d u 2 2 août 1 9 2 3 , M . Saminadin (Joseph ) a été n o m m é garde rural de 3 classe et appelé à continuer ses services à O y a p o e . e

N° 3 7 8 . — Par décision du Gouverneur, en date d u 2 5 août 1923, ont élé promus : D a m e employée

de1reclasse:

Mmme .Marie (Glaire), d a m e employée de 2e classe. Dame employée de 2e classe : M Rousseau Saint Philippe (Marguerite), d a m e employée de 3 classe. L L E

e

Facteur

rural

de 1e classe :

M . Curron, facteur rural de 3" classe. N° 3 7 9 . — Par décision du Gouverneur, en date du 26 août 1 9 2 3 , u n congé de convalescence «le six mois, à passer en France, avec usage des eaux de Dax, a été accordé à M . D a m a s (André), conducteur de 4 classe du cadre local des T r a v a u x publics. e

N° 3 8 0 . — Suivant décision du G o u v e r n e u r e n date d u 2 6 août 1923, prise sur la proposition du Procureur général, u n congé de convalescence de six mois, à passer à la Martinique a été accordé au sieur Mélois (Darius), planton-concierge du Palais de Justice.

N° 3 8 1 . — Par décision da Gouverneur, en date du 27 août 1923, ont été p o m m é s à l'Imprimerie du Gouvernement à l'emploi d'ouvriers de 4 classe : Ancienneté: M . Jérôme (Edgard); 2 tour, choix: M . Jades (Roland), ouvriers d e 5e classe. e

e


-

374

-

N° 3 8 2 . — Par arrêté d u G o u v e r n e u r , en dale d u 2 8 aoüt 1 9 2 3 , M. Félix Phitias, c o m m e r ç a n t , a été autorisé a tenir u n e débite auxiliaire de papiers timbres et de timbres mobiles dans son épicérie sise rue Maissin, n° 2 3 . N° 3 8 3 . S u i v a n t décision du G o n v e r n e u r , en dale d u 2 8 aoút 1 9 2 3 . pris sur la proposilion d u P r o u r e u r général p. i., le planton de Montaigne a élé provisoirement n o m m é concierge d u Palais d e justice de C a y e n n e , en r e m p l a c e m e n t d u sieur Mélois, en c o n g é .

N° 3 8 i . — Suivant arrêté du G o u v e r n e u r , en date du 2 9 aout l 9 2 3 , pris sur la proposition du Procureur général p. i., M . Chaspoul (Albert), juge-président du Tribunal d e première instance de Cayenne, a élé provisoirement n o m m é conseiller à la C o u r d'appel, en r e m p l a c e m e n t d e M . d e MontiRossi, en c o n g é . M . Lhuerre, conseiller p. i., a élé m a i n t e n u dans ses fonctions, en r e m p l a c e m e n t de M . Héber, n o m m é président p. i. de la C o u r d'appel. L'arrêté d u 2 0 m a r s 1 9 2 2 n o m m a n t conseiller-auditeur p. i. M . H o n o r é , chef le bureau de l'Administration pénitentiaire, a été rapporté par suite du départ en congé de ce fonctionnaire.

N° 3 8 5 . - Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 3 1 août 1 9 2 3 , M . L i n b o u r g (Jules), concierge stagiaire d e l'Hôpital-bospice civ 1, a été licencié de ses fonctions, à partir d u 19 août 1 9 2 3 , (I te à laquelle il a a b a n d o n n é volontairement son poste. N° 3 8 6 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , en date d u . 3 1 août 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u Chef d u service d e l'Instruction publique, M . H o n o r i e n E u g è n e ) a été réintégré d a n s ses fonctions d'instituteur de 4 classe à la G u y a n e , p o u r c o m p t e r d u 21 août 1923. e


— 375 N° 3 8 7 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 8 1 août 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u Chef d u service d e l'Instruction publique, a été rapportée la décision d u 1 8 avril 1 9 2 2 , chargeant provisoirement M . Malacarnet, instituteur, d e la surveillance générale des études et d e la bibliothèque d u collège d e C a y e n n e , p a r suite d u retour dans la colonie d e M. Jean ( C l é m e n t ) , sous-directeur d e cet établissement. N° 3 8 8 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 3 1 août 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u Chef d u service de l'Instruction publique, a été rapportée la décision d u 1 7 février 1 9 2 2 , chargeant provisoirement Mlle Merckel (Emilie), institutrice, d e la direction d e l'école d e sfillesp a r suite d u retour d a n s la colonie d e M Boris (Lucette). l l e

CERTIFIÉ

CAYENNE.

CONFORME:

Le

Secrétaire-archiviste,

i.

BAZILE-OCTUVON.

— Imprimerie d u G o u v e r n e m e n t .


B U L L E T I N OFFICIEL DE LA

G U Y A N E

F R A N Ç A I S E

N° 9. S E P T E M B R E

1923.

SOMMAIRE

Pages N° 889. — Décision du 1er septembre 1923 ouvrant une enquête de commode et incommodo au sujet de l'installation d'une fabriquo de liqueurs 379 N° 390.

Arrêté du 4 septembre 1923 promulguant le décret du 1er juillet 1923 rendant applicable aux colonies la loi du 30 mai 4923 relative à la répression du délit d'embarquement clandestin à bord des navires de commerce. - Rapport 388

Décret du 4e juillet 4923 rendant applicable aux colonies la loi du 30 mai 4923 relative à la répression du délit d'embarquement clandestin à bord des navires de commerce 382 N° 394. — Arrêté du 4 septembre 4923 portant convocation du collège électoral de la 1re circonscription pour l'élection d'un conseiller général 384 N° 392. — Arrête du 4 septembre 4923 annulant une partie du procès-verbal de la séance plénière du 21 août 4923 des Chambres de commerce et d'agriculture 383 N° 399. — Arrêté du 7 septembre 4923 promulguant divers articles de la loi de finances du 30 juin 1923 Loi du 30 juin 1923 portant fixation du budget général de l'exercice 1923 887 N° 394. Arrêté du 12 septembre 4923 relatif à la visite médicale des inscrits de la classe 1924 et des ajournés des classe 1921, 1922 et 1923 . 389 N° 395. — Arrêté du 42 septembre 4923 relatif aux opérations du conseil de revision et à la visite médicale des hommes

23


— 378 — Pages

de la classe 1924 et des ajournés des classes 1924, 1922 et 1923 390 N° 396. — Arrêté d u 42 septembre 1923 portant augmentation des indemnités de residence allouées; aux instituteurs et institutrices des écoles -rurales. 391 N° 397. — Arrêté d u 13 septembre 4923 portant promulgation du décret d u 23 juin -1923 fixant les traitements soumis aux retenues pour pensions civiles des receveurs de l'enregistrement, des Domaines etduTimbreen service aux colonies ... 392 Décret du 23 juin 1923 fixant les traitements soumis aux retenues pour pensions civiles des receveurs de l'Enregistrement, des Domaines et d u Timbre en service aux colonies 393 N° 398. - Arrêté d u 43 septembre 1923 promulguant le décret du 29 juillet 1923 portant application à la Guyane des soldes fixées pour le personnel enseignant de la Métropole par la loi du 30 avril 4921. — Rapport. 395 Décret d u 29 juillet 1923 portant application à-la Guyane des soldes fixées pour le personnel enseignant dans la Métropole par la loi d u 30 avril 4924. 396 N°399.-Arrêté du 44 septembre 4923 portant promulgation du décret d u 23 juin 1923, complétant le § 3 de l'article, 2 du décret du 25 septembre 1920, relatif à l'indemnité spéciale de séjour concédée aux. fonctionnaires coloniaux rétribues sur les budgets généraux ou lo- caux des diverses possessions d'outre-mer. employés • temporairement dans la Métropole. — Rapport.... 404 Décret d u 23 juin 1923, complétant' le$3 de l'article 2 d u décret du 25 septembre 1920, relatif à l'indemnité spéciale de séjour concédée aux fonctionnaires coloniaux rétribués sur les budgets-généraux ou locaux des diverses possessions d'outre-mer, employés temporairement dans la Métropole,... . 405 N° 400. — Arrêté d u 22 septembre 4923 Ouvrant la station radioélectrique de Saint-Georges au trafic privé et fixant la taxe par mot..» 406 N° 401. — Arrêté du 24 septembre 4923 promulguant le décret du 19 juillet 4923. rendant obligatoires, dans L'exécution des travaux relevant directement d u Ministère des colonies, les standardisations adoptées par la commission permanente de standardisation. — Rap.. 407 Décret d u 49 juillet 1923 rendant obligatoires, dans l'exécution des travaux relevant, directement du Ministère des colonies, les standardisations adoptées par la commission permanente de standardisation. 488 N° 402 — Arrêté d u 25 septembre 1923 promulguant le décret du 40 août 4923 abrogeant celui d u 24 décembre 4949 qui modifiait les conditions. d'admission des Juges de Paix de la Guyane. — Rapport .. 44


-

N° 403. —

N° 404. —

N° 405. —

N° 406. — Nos 407 à

379

-

Pages Décret du 10 août 1923 abrogeant celui du 21 décembre 1919 qui modifiait les conditions d admission des Juges de Paix de la Guyane 444 Arrêté d u 26 septembre 1923, promulguant le décret d u 3 août 1923, autorisant les porteurs de contraintes à remplacer les huissiers pour les poursuites en matière de recouvrement d'amendes et de condamnations pécuniaires, autres que celles concernant les droits d'enregistrement, de timbre, de greffe, d'hypothèque, le notariat et la procédure civile. — Rapport 442 Décret du 3 août 1923, autorisant les porteurs de contraintes a remplacer les huissiers pour les poursuites en matière de recouvrement d'amendes et de condamnations pécuniaires, autres que celles concernant les droits d'enregistrement, de timbre, do greffe. d'hypothèque, le notariat et la procédure civile 413 Arrêté du 20 septembre 4923 promulguant l'arrêté interministériel du 31 août 1923 constituant leeadre du personnel de la Trésorerie de la Guyane. — Rapport. 444 Arrêté interministériel du 31 août 1923 constituant le cadre du personnel de la Trésorerie de la Guyane. 441 Arrêté du 29 septembre 4923 promulguant les articles 444 et 158 de la loi de finances du 30 juin 1923.. 446 Loi du 30 juin 1923 portant fixation d u budget général de l'exercice 4923 446 Décision du 29 septembre 1923 conférant à M. Pécarrère Secrétaire général p. i , les attributions dévolues au Président du Conseil du contentieux administratif... 44g 429. — Nominations, mutations, congés, etc 448

N° 3 8 9 . - D É C I S I O N ouvrant une enquête de c o m m o t i o et inc o m m o d o au sujet de l'installation d'une fabrique de liqueurs . ( 1er septembre 4923.) L E G O U V E R N E U R p. i. de la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 27 août 1828; V u le décret d u 24 s e p t e m b r e 1882 rendant applicable à la G u y a n e celui d u 10 m a i 1882 concernant la législation sur les établissements insalubres à la G u a d e l o u p e ; V u le décret d u 2 4 août 1909, relatif à la protection de la santé publique, e n s e m b l e l'arrêté local d u 2 0 février 1911 d é terminant les circonscriptions sanitaires d e la G u y a n e française et la composition des c o m m i s s i o n s sanitaires ;


- 380

V u la lettre e n date d u 24 août 1923, par laquelle M a d e m o i selle Antonine R e m a r i a a d e m a n d é à l'Administration l'autorisation d'installer u n e fabrique d e liqueurs d a n s u n e m a i s o n sise rue S e h œ l c h e r n° 61 ; S u r la proposition d u Secrétaire général, DÉCIDE :

Article Ier. — U n e enquête de commodo et i n c o m m o d o sera ouverte a G a y e n n e a u sujet de l'installation projetée par {Mademoiselle Antonine R e m a r i a . Cette enquête durera quinze jours d u 10 septembre a u 25 septembre 1923, et l'ouverture en sera a n n o n c é e par toutes les voies ordinaires d e publicité. Art. 2. — L e Maire d e G a y e n n e est désigné p o u r procéder à ladite enquête e n qualité d e c o m m i s s a i r e . A l'expiration d u délai fixé le commissaire-enquêteur transmettra a u G o u v e r n e u r le procès-verbal constatant la clôture d e l'enquête. C e procès-verbal ainsi q u e les conclusions formulées par le commissaire-enquêteur seront s o u m i s à la c o m m i s s i o n sanitaire, à laqulle seront également c o m m u n i q u é s tous m é m o i r e s p o u r o u contre l'installation d o n t il s'agit, adressés a u G o u verneur. Art. 3. — L a présente décision sera enregistrée et c o m m u niquée partout o ù besoin sera, insérée et publiée a u Journal officiels au Bulletin officiel d e la colonie. G a y e n n e , le 1 septembre 1923. E. CANTAU. er

N° 390.— ARRÊTE promulguant le décret du 1er juillet 1923 rendant applicable aux colonies la loi du 30 mai 1923 relative à la répression du délit d'embarquement clandestin à bord des navires de commerce. (4 septembre 1923. )

p. i. d e la G u y a n e française, V u l'article 6 5 d e l'ordonnance organique d u 2 7 août LE GOUVERNEUR

1828;

V u la circulaire ministérielle e n date d u 2 m a i 1900, relative à la promulgation a u x colonies des actes d u Pouvoir central ;


-381— S u r la proposition d u Procureur général p. i., ARRÊTE : er

Article I . — Est p r o m u l g u é d a n s la colonie le décret d u I juillet 1 9 2 3 , rendant applicable a u x colonies la loi d u 8 0 m a i 1 9 2 3 , relative à la répression d u délit d ' e m b a r q u e m e n t clandestin à bord des navires de c o m m e r c e . Art. S. — L e Procureur général est chargé d e l'exécution d u présent arrêté, qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié au Journal officiel et inséré au Bulletin officiel d e la colonie. Gayenne, le 4 septembre 1 9 2 3 . er

E . CANTAU,

Par le Gouverneur, Le Procureur général, p. i., H. S I M O N E A U .

RAPPORT

A U PRÉSIDENT

d e la République française. Paris, le 1er juillet 1923.

Monsieur le Président, L a loi d u 3 0 m a i 1923 a c o m b l é u n e lacune évidente d e notre •législation en réprimant le délit d ' e m b a r q u e m e n t clandestin à bord des navires de c o m m e r c e . Les m ê m e s considérations qui ont déterminé le vote d e cette loi e n France m'ont conduit à envisager son application dans n o s possessions d'outre-mer. Tel est l'objet d u présent décret q u e j'ai l'honneur d e soumettre à votre haute sanction. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l ' h o m m a g e d e m o n profond respect. Le Ministre des colonies, A. S A R R A U T .


— 382

-

D É C R E T vendant applicable dam les colonies françaises et pays de protectorat dépendant du, Ministère des colonies la loi du 30 mai 1923 relative à la répression du délit d'embarquement clandestin à bord des navires de commerce. PRÉSIDENT de la République française, S u r le rapport d u Ministre des Colonies, V u les articles 8 et 18 d u sénatus-consulte d u 3 m a i 1 8 5 4 ; V u la loi d u 3 0 m a i 1923 relative à la répression d u délit d ' e m b a r q u e m e n t clandestin à bord des navires de c o m m e r c e , LE

DÉCRÈTE : er

Article 1 . — Est déclarée applicable d a n s les colonies françaises et pays de protectorat d é p e n d a n t d u Ministère des colonies, la loi d u 3 0 m a i 1923 relative à la répression d u délit d ' e m b a r q u e m e n t clandestin à bord des navires de c o m m e r c e . Art. 2 . — L e Ministre des colonies est chargé de l'exécution d u présent décret qui sera publié au Journal officiel de la République française et a u x Journaux officiels des colonies et inséré au Bulletin officiel d u Ministère des colonies. Fait à Paris, le 1 juillet 1923. e r

A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République : Le Ministre

des

colonies,

A. S A R R A U T .

LOI

relative à la répression du délit d'embarquement destin à bord des navires de commerce.

clan-

L e Sénat et la C h a m b r e des députés ont adopié, L e Président de la République p r o m u l g u e la loi dont la teneur suit : Article 1 . — Toute personne qui s'introduit frauduleusem e n t sur u n navire avec l'intention de faire u n e traversée de long cours o u de cabotage international est punie d'une a m e n d e de seize à cinq cents francs ( 1 6 à 5 0 0 fr. ) et d'un e m p r i s o n n e m e n t d e six jours à six m o i s ou l'une de ces d e u x peines seulement. er


- 383 E n cas d e récidive, l'amende sera d e cinq cents à mille francs ( 5 0 0 a .1,000 fr. ) et l'emprisonnement de six m o i s à d e u x ans. Art. 2. — Toute personne qui, soit à bord, soit à terre, a favorisé l'embarquement o u le d é b a r q u e m e n t d'un passager clandestin, l'a dissimulé ou lui a fourni des vivres à l'insu d u capitaine est punie d'une a m e n d e de cent à trois mille francs ( 1 0 0 à 3,000 fr. ) et d'un e m p r i s o n n e m e n t d e six jours à six mois. L e m a x i m u m de ces d e u x peines doit être p r o n o n c é à l'égard des personnes qui se sont groupées p o u r faciliter les e m b a r q u e m e n t s clandestins. E n cas dé récidive, l'amende sera de trois mille à dix mille francs (3,000 à 1.0,000 fr.) et l'emprisonnement de six m o i s à deux-ans. L a peine sera d u double d u m a x i m u m à l'égard des personnes qui se sont groupées p o u r faciliter les e m b a r quements. Art. 3. — Toute personne qui monte à b o r d d'un navire a r m é a u Cabotage national o u au bornage, sans avoir le c o n sentement d u capitaine o u de son délégué, est punie d'une a m e n d e de seize à trois cents francs (16 à 3 0 0 fr.) E n cas de récidive, l'amende sera de seize à cinq cents francs (16 à. 500.fr. ) et l'emprisonnement de six jours à six m o i s o u d e d'une d e ces d e u x peines seulement.. Art. 4 . — Les dispositions d e l'article 4 6 3 d u code pénal s o n t applicables a u x délits prévus par ,1a présente loi. • La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par laC h a m b r e des députés, sera exécutée c o m m e loi de l'Etat. Fait à Strasbourg, le 3 0 m a i 1 9 2 3 .

A. M I L L E R A N D .

Par le Président de la République :

Le G a r d e des Sceaux, Ministre de la justice, MAURICE

COLRAT,

Le Ministre des Travaux publics, IVES

LE TROQUER;--


— 384 — ARRÊTÉ portant convocation du collège électoral de la 1 circonscription pour l'élection d'un conseiller général,

N°. 391 —

re

(4 septembre 1923). GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 2 3 d é c e m b r e 1 8 7 8 portant institution d'un Conseil général à la G u y a n e française ; V u l'arrêté d u 9 octobre 1 8 9 9 portant promulgation : 1° D u décret d u 1 9 août 1 8 9 9 qui fixe à n o u v e a u les circonscriptions électorales et la répartition d u n o m b r e des c o n seillers g é n é r a u x à élire d a n s la colonie; 2° D u décret d u 1 5 s e p t e m b r e 1 8 9 9 qui modifie l'article 2 d u décret précédent; V u le décret d u 3 janvier 1 9 1 4 déterminant les conditions d'application d a n s la colonie d e la loi d u 2 9 juillet 1 9 1 3 ayant p o u r objet d'assurer le secret et la liberté d u vote ainsi q u e la sincérité des opérations électorales ; V u la loi d u 2 0 m a r s 1 9 1 4 tendant à réglementer l'affichage électoral ; V u le décret d u 19 juin 1 9 2 3 rendant applicable a u x colonies la loi d u 8 juin 1 9 2 3 concernant la distribution des bulletins d e vote et circulaires électorales, p r o m u l g u é par arrêté d u 4 août 1 9 2 3 ; Vu le décret d u 1 4 avril 1 9 2 3 n o m m a n t M. Persinette-Gautrez, conseiller général à la G u y a n e , juge-président d u Tribunal d e première instance du M a r o n i ; V u la prestation d e s e r m e n t d u s u s n o m m é , en date d u 8 juin 1 9 2 3 ; V u la démission offerte par M . Persinette-Gautrez d e ses fonctions d e conseiller général ; S u r la proposition d u Secrétaire général ; L e Conseil privé e n t e n d u , LE

ARRÊTE : er

Article 1 . — L e collège électoral d e la première circonscription (ville d e C a y e n n e ) est c o n v o q u é à l'effet d'élire u n c o n seiller général en r e m p l a c e m e n t de M . Persinette-Gautrez, d é -

missionnaire.


385

-

Art. 2. — L e scrutin sera ouvert à la Mairie d e C a y e n n e le d i m a n c h e 2 3 s e p t e m b r e 1 9 2 3 , à sept h e u r e s et sera clos le m ê m e jour à dix-sept heures. Art. 3. — D a n s le cas o ù u n s e c o n d tour d e scrutin serait nécessaire, il y serait p r o c é d é d e droit, le second d i m a n c h e a p r è s le p r e m i e r tour, c'est-à-dire le 7 octobre 1 9 2 3 a u x m ê m e s lieu et h e u r e s q u e ci-dessus. Art. 4. — L'élection a u r a lieu s u r la liste électorale arrêtée le 3 1 m a r s 1 9 2 3 , sauf les c h a n g e m e n t s qui y auraient été régulièrement o r d o n n é s et sauf aussi la radiation des n o m s des électeurs décédés o u privés d e leurs droits civils et politiques p a r j u g e m e n t a y a n t force d e c h o s e jugée. Art. 5. — L e procès-verbal d e r e c e n s e m e n t général des votes sera rédigé e n trois exemplaires signés par le président, le secrétaire et les autres m e m b r e s d u b u r e a u d e vote. C e d o c u m e n t , a c c o m p a g n é des réclamations et autres a n n e x e s , sera adressé i m m é d i a t e m e n t a u G o u v e r n e u r , e n exécution d e l'article 12, p a r a g r a p h e 2 d u décret d u 2 3 d é c e m b r e 1 8 7 8 . Art. 6. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 4 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E. C A N T A U . N° 3 9 2 — A R R Ê T E annulant une partie du procès-verbal de la séance plénière du 21 août 1923 des Chambres de commerce et d'agriculture. (4

septembre.

1923

)

L E G O U V E R N E U R p . i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté d u 9 m a i 1 8 3 1 , sur la C h a m b r e d e c o m m e r c e ; V u l'arrêté d u 2 4 avril 1 8 9 6 , réorganisant la C h a m b r e d'agriculture; V u le procès-verbal d e la séance plénière d u 21 août 1 9 2 3 , d e s C h a m b r e s d e c o m m e r c e et d'agriculture, transmis a u G o u v e r n e m e n t par lettre d u 2 8 août 1 9 2 3 ; V u la lettre d u G o u v e r n e u r e n date d u 31 août a u Président d e la C h a m b r e d'agriculture ;


386 —

V u les explications fournies p a r M . le Président d e la C h a m b r e d'agriculture p a r lettre d u 3 s e p t e m b r e 1 9 2 3 ; Considérant qu'il n'appartient p a s a u Président d e la C h a m b r e d'agriculture, d e s'immiscer clans d e s questions étrangères a u x attributions nettement d é t e r m i n é e s d e cette assemblée ; L e Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : er

Article 1 . — L e procès-verbal d u 2 1 a o û t 1 9 2 3 , d e s C h a m b r e s d e c o m m e r c e et d'agriculture réunies e n séance plénière est a n n u l é à partir d e : « M , Milllienne ayant ensuite d e m a n d é la parole s'exprime e n ces t e r m e s » jusqu'à « p l u s rien n'étant à l'ordre d u jour » . Art. 2. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal et a u Bulletin officiels d e la colonie. C a y e n n e , le 4 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E. G A N T A U . N° 3 9 3 . —

A R R Ê T É promulguant divers articles de la M • dg finances du 3 0 juin 1 9 2 3 . (1 septembre 1923. )

Le G O U V E R N E U R p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V y les articles 8 5 8 7 , 8 9 , 9 0 , 9 1 et 9 2 d e la loi d u 3 0 juin 1 9 2 3 portant fixation d u b u d g e t général de l'État d e l'exercice 1 9 2 3 , e n s e m b l e la d é p ê c h e ministérielle d u 6 juillet 1 9 2 3 prescrivant la promulgation et l'exécution d e s articles ci-dessus, sous réserve q u e l'exécution d e l'article 9 2 restera s u b o r d o n n é e à d e s dispositions qui seront notifiées ultérieurement ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1 9 0 6 relative à la p r o m u l g a t i o n a u x colonies d e s textes q u i y sont applicables, ARRÊTE : er

Article 1 . — S o n t p r o m u l g u é s d a n s la colonie p o u r y être i m m é d i a t e m e n t exécutés, les articles 8 5 , 8 7 , 8 9 , 9 0 et 9 1 d e la loi d u 3 0 juin 1 9 2 3 portant fixation d u budget général d e l'exercice 1 9 2 3 .


— 387

Art. 2 . — Est é g a l e m e n t p r o m u l g u é l'article 9 2 d e ladite loi, s o n exécution reliant s u b o r d o n n é e a d e s dispositions ultérieures. Art. 3. — L e présent arrêté sera, avec le texte p r o m u l g u é , enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et au Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 7 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E. CANTAU. loi portant fixation du budget général de l'exercice 1923 Le Sénat et la C h a m b r e d e s D é p u t é s ont adopté, Le Président d e la R é p u b l i q u e p r o m u l g u e la loi dont la teneur suit: A r t . 8 5 . — L e s dispositions d u décret-loi d u 2 7 d é c e m b r e 1 8 5 1 relatif au m o n o p o l e et à la police d e s lignes télégrap h i q u e s sont applicables à l'émissions et à la réception des sig n a u x radioélectriques de toute nature. e r

A r t . 8 7 . - L'article 1 d e la loi d u 2 9 m a r s 1 9 2 0 , portant relèvement d e s taxes postales télégraphiques et téléphoniques est ainsi modifié : « P a r a g r a p h e V. I m p r i m é s . » « b) J o u r n a u x et écrits périodiques. » A. — POIDS

de l'exemplaire.

JOURNAUX

routes et envois ( hors sac. )

H . —

JOURNAUX

non routes.

Hayon général.

Hayon limitrophe.

général.

Rayon limitrophe.

Centimes.

Centimes.

Centimes.

Centimes.

Jusqu'à 50 g r a m m e s .

I

De 60 à 75 g r a m m e s

2

1/2 i

Hayon

2

I

3

11/2

Le reste sans changement.


— 388 Art. 8 9 . — L e tarif de 3 c e n t i m e s jusqu'au poids de 2 0 g r a m m e s , établi par l'article I d e la loi d u 2 9 m a r s 1 9 2 0 , p o u r les i m p r i m é s présentés a l'affranchissement en n u m é r a i r e , est applicable a u x i m p r i m é s affranchis au m o y e n de timbresposte oblitérés d'avance, d é p o s é s c o m m e les p r e m i e r s , e n n o m b r e au m o i n s égal h 1,000, triés et enliassés par d é p a r t e m e n t s et par b u r e a u x d e destination. e r

A r t . 9 0 . — S e r o n t considérées c o m m e valables p o u r l'affranchissement des objets d e c o r r e s p o n d a n c e , les e m p r e i n t e s d e m a c h i n e s a affranchir m i s e s e n service avec l'autorisation d e l'administration d e s postes. Art. 9 1 . — L a m i s e e n service d e m a c h i n e s à affranchir sans autorisation d e l'administration d e s postes, toute fraude o u tentative d e fraude d a n s l'emploi d e s m a c h i n e s , ainsi q u e toute imitation d e s e m p r e i n t e s d'affranchissement seront p u n i e s c o n f o r m é m e n t a u x lois réprimant les délits e n matière d e timbres-postes. Art. 9 2 . — L'administration d e s postes est autorisée à consentir a u x particuliers sur le m o n t a n t des affranchissem e n t s postaux effectués par m a c h i n e a affranchir o u par timbres oblitérés d'avance, u n e remise q u i n e pourra dépasser 1 p. 1 0 0 . U n arrêté ministériel, contresigné par le ministre d e s finances, déterminera le taux d e cette r e m i s e , ainsi q u e les conditions d a n s lesquelles elle pourra être accordée. L a présente loi, délibérée et adoptée par Je Sénat et par la C h a m b r e d e s D é p u t é s , sera exécutée c o m m e loi de l'Etat. Fait à Paris, le 3 0 juin 1 9 2 3 . A. Par le Président de la République :

Le

Ministre des finances,

CH. D E L A S T E Y R I E .

MILLERAND.


- 389 N° 3 9 4 . — A R R Ê T É relatif à la visite médicale des inscrits de la classe 1 9 2 4 et des ajournés des classes 1 9 2 1 , 1922 et 1923. (12 septembre 1923.)

p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u1eravril 1 9 2 3 sur le recrutement d e l'armée; V u la d é p ê c h e -circulaire 10/3 d u 2 5 août 1 9 2 3 , ainsi c o n ç u : «opérations révision classe 1 9 2 4 auront lieu c o m p t e tenu adaptation locale c o n f o r m é m e n t dispositions indiquées par arrêté ministériel 16 juillet ; V u l'arrêté ministériel d u 1 6 juillet 1 9 2 3 , relatif à la formation de la classe 1 9 2 4 ; S u r la proposition concertée d u Secrétaire général et d u C h e f d u service d e Santé, LE GOUVERNEUR

ARRÊTE: er

Article I . — Il sera p r o c é d é à la visite médicale des inscrits de la classe 1 9 2 4 et des ajournés des classes 1 9 2 1 , 1 9 2 2 et 1 9 2 3 dont la revision a été prescrite par l'arrêté ministériel d u 16 juillet 1 9 2 3 . Celle visite sera passée à Cayenne le mercredi 10 octobre à 15 heures par u n m é d e c i n des T r o u p e s coloniales qui sera désigné par le M é d e c i n C h e f d u service d e Santé. Dans les c o m m u n e s d e R é m i r e , M a t o u r y , R o u r a , T o n n é grande, Montsinéry, Macouria, K a w , A p p r o u a g u e , O y a p o c , les inscrits devront être dirigés sur C a y e n n e , d e façon à être visités le samedi 13 octobre à 1 5 heures à l'Hôpital colonial. L e s inscrits d e la c o m m u n e d u M a r o n i seront visités à Saint-Laurent par le Médecin-chef des pénitenciers d u M a r o n i . E n raison des difficultés de d é p l a c e m e n t d u M é d e c i n - c h e f des Iles-du-Salut, les inscrits des c o m m u n e s d'Iracoubo, Sinn a m a r y et K o u i o u seront déclarés « b o n s absents» et e x a m i n é s a C a y e n n e , lors d e la visite d'incorporation. C e u x d e M a n a seront e x a m i n é s surplace par le M é d e c i n d e l'assistance d e la c o m m u n e agissant c o m m e M é d e c i n auxiliaire d e c o m p l é m e n t (Docteur Draytou ). D a n s cette dernière c o m m u n e , le Maire et le M é d e c i n d é signé s'entendront pourla f u s i o n d e la date a laquelle la visite


390

-

aura lieu de m a n i è r e toutefois q u e cette visite soit terminée le 15 octobre au plus tard. [I sera adressé par les soins des Maires à c h a c u n des h o m m e s u n ordre de convocation du modèle n° 1 de l'instruction d u 2 0 octobre 1 9 0 5 . L e s résuliats de la visite seront consignés sur u n tableau n° 2 d e la m ê m e instruction. l'avis du médecin devra être motivé q u a n d il estimera q u e les h o m m e s devront être classés dans le service auxiliaire o u ajournés. Un certificat médical sera joint au tableau p o u r ceux qui seront proposés c o m m e devant être e x e m p t é s . En un mot, il devra être donné par les médecins tous les renseignements nécessaires pour permettre au Conseil de révision de Fort-de-France, qui statuera sur pièces, de se prononcer en toute connaissance de cause. L e tableau ci-dessus m e n t i o n n é et les certificats m é d i c a u x devront être adressés au G o u v e r n e u r le 20 octobre au plus tard. L e s Maires mentionneront d a n s la colonne 2 d u tableau eu question les observations qu'ils auront le droit de présenter en faveur des h o m m e s devant le Conseil de revision. A r t . 2. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et a u Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 1 2 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E. C A N T A U . N° 3 9 5 . — A R R Ê T É relatif aux opérations du conseil de revision et à la visite médicale des hommes de ta classe 1 9 2 4 et des ajournés des classes 1 9 2 1 , 1 9 2 2 et 1 9 2 3 . ( 12 septembre 1923.) G O U V E R N E U R p. i. de la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u 1er avril 1 9 2 3 sur le recru lenient de l'armée; V u la dépêche-circulaire 10/3 .du 2 5 août 1 0 2 3 , ainsi c o n ç u e : « opérations revision classe 1 9 2 4 auront lieu c o m p t e tenu adaptation locale c o n f o r m é m e n t dispositions indiquées par arrêté ministériel 1 0 juillet » ; LE


- 391 — Vu l'arrêté ministériel d u 1 0 juillet 1 9 2 3 , relatif à la form a t i o n d e la classe 1 9 2 4 ; S u r la proposition concertée d u Secrétaire général et d u C h e f d u survice d e S a n i é , ARRÊTE : er

Article I . — L e s inscrits d e la classe 1 9 2 4 et les ajournés d e s classes 1 9 2 1 , 1 9 2 2 et 1 9 2 3 résidant d a n s les c o m m u n e s autres q u e celles o ù ils seront inscrils sur les tableaux d e r e c e n s e m e n t seront visâtes avec les inscrits d u lieu d e leur résidence. A cet effet, ils adresseront, s a n s délai, u n e d e m a n d e a u M a i r e d e la c o m m u n e o ù ils seront inscrits. Cette d e m a n d e sera a c c o m p a g n é e d'une attestation d u Maire d e la résidence constatant q u e les intéressés sont réellement fixés d a n s la c o m m u n e avant le 1 janvier d e l'année o ù ils doivent c o m paraître devant le conseil d e revision. Art. 2. — L a visite des inscrits aura lieu d a n s les c o n d i tions d é t e r m i n é e s à l'arrêté local en date d e ce jour. A r t . S. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 1 2 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E. C A N T A U . e r

N° 3 9 6 . — A R R Ê T É portant augmentation des indemnités de résidence allouées aux instituteurs et institutrices des écoles rurales. (12 septembre 1923.)

p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 1 7 s e p t e m b r e 1 9 0 6 portant réorganisation d e l ' E n s e i g n e m e n t primaire à la G u y a n e , modifié par les décrets d e s 11 juillet 1 9 0 8 , 1 9 février et 1 8 juillet 1 9 1 2 , 1 0 février 1 9 1 4 , 8 m a r s 1 9 1 6 , 5 janvier 1 9 1 7 , 1 7 avril 1 9 2 0 et 2 7 juillet 1922; V u l'arrêté d u 2 5 février 1 9 2 2 ; V u la délibération du Conseil de l'Enseignement primaire e n date d u 20 avril 1 9 2 2 , e n s e m b l e la d é p ê c h e ministérielle d u 1 7 m a i 1 9 2 3 , n° 1 1 5 9 ; LE

GOUVERNEUR


— 392 —

V u les délibérations des Conseils m u n i c i p a u x ; S u r la proposition d u C h e f d u service de l'Instruction, p u blique, ARRÊTE : ER

Article 1 . — Les instituteurs et institutrices titulaires, stagiaires et auxiliaires reçoivent des c o m m u n e s u n e i n d e m nité d e résidence tixée ainsi qu'il suit : 700 francs pour les c o m m u n e s d e R é m i r e et Matoury ; 890 francs peur les c o m m u n e s d e S i n n a m a r y ( b o u r g ) , K o u rou ; 1,000 francs pour les c o m m u n e s de M a n a , R o u r a , M a c o u ria, T e n n é g r a n d e , Montsinéry ; 1,200 francs p o u r les c o m m u n e s de l'Approuague, de l'Oya* poc, Sainte-Marie, Régina, Iracoubo. Trou-Poisson ; 1,700 francs p o u r les c o m m u n e s d e M a l m a n o u r y , Corossony et K a w . Cette indemnité sera a u g m e n t é e d e u n quart après u n séjour ininterrompu de 3 a n n é e s d a n s ces c o m m u n e s à c o m p t e r d e la promulgation d u présent arrêté, puis à partir de la quatrième a n n é e de résidence d'un d o u z i è m e c h a q u e a n n é e . Art. 2. — L e présent arrêté aura s o n effet à c o m p t e r d u 1 janvier 1923. Art. 3. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera et inséré au Journal et au Bulletin officiels de la colonie. C a y e n n e , le 12 septembre 1923. E. CANTAU. ER

N° 997. — A R R Ê T É portant promulgation du décret du 23 juin 1923 fixant les traitements soumis aux retenues pour pensions civiles des receveurs de l'Enregistrement, des Domaines et du Timbre en service aux colonies. (13 septembre 1923. ) LE G O U V E R N E U R p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 27 août 1828, n o t a m m e n t l'article 65 de cette o r d o n n a n c e ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1906, relative au m o d e d e promulgation des lois et décrets a u x colonies ;


— 393 —

V u le décret d u 2 3 juin 1 9 2 3 , fixant les traitements s o u m i s a u x retenues p o u r pensions civiles des receveurs d e l'Enregistrement, des D o m a i n e s et d u T i m b r e en service aux colonies ; S u r la proposition du Secrétaire général, ARRÊTE : er

Article 1 . — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française, pour y être exécuté e n sa f o r m e et teneur, le décret susyisé d u 2 3 juin 1 9 2 3 . Art. 2. — Le. présent arrêté sera, avec le texte p r o m u l g u é , enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin s e n , et sera inséré au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 1 3 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E. C A N T A U DÉCHET. LE PRÉSIDENT de la République française, V u la lot d u 9 juin 1 8 5 3 , sur les pensions civiles; V u le décret d u 9 n o v e m b r e 1 8 5 3 . portant règlement d'administration publique pour l'exécution d e ladite loi ; V u le décret du 13 juillet 1 8 0 0 , concernant les pensions de retraites des fonctionnaires et agents coloniaux ayant u n e parité d'office dans les services métropolitains ; V u l'article 3 3 d e la loi d u 3 0 d é c e m b r e 1913, sur les pensions civiles; V u le décret du 2 9 août. 1 9 2 0 , déterminant le traitement d e parité des receveurs de l'Enregistrement, des D o m a i n e s et d u T i m b r e en service aux colonies; V u le décret d u 3 1 d é c e m b r e 1 9 2 2 , fixant le m o d e d e classement des bureaux d'Enregistrement et les remises des receveurs de l'Enregistrement, des D o m a i n e s et du T i m b r e ; S u r le rapport d u Ministre des Colonies et du Ministre d e s finances, DÉCRETE : Articie. 1 . — L e s traitements s o u m i s a u x retenues p o u r pensions civiles des receveurs d e l'Enregistrement, des D o m a i n e s et d u T i m b r e en service a u x colonies sont fixés ainsi qu'il suit: er

24


- 394 Receveurs: 3e classe 6,000' » 6e classe (après d e u x ans de grade) 6,500 » V classe 7 ,000 » 4e classe (après deux ans de grade) 8,000 » 3 classe 9,000 » 3 classe (après quatre ans d e grade) 10,000 » 2e classe 11,000 » 2e classe (après quatre ans de grade) 12,000 » 1reclasse.................................................1 3 , 0 0 0 » 1re classe (après d e u x ans de grade) 14,500 v Classe exceptionnelle 16,000 » Classe exceptionnelle (après d e u x ans de grade). 1 8 , 0 0 0 » Art. 2. — L a fixation aux chiffres ci-dessus des traitements s o u m i s aux retenues après deux ou quatre ans d'ancienneté, d a n s c h a q u e classe, n e pourra contérer aux intéressés a u c u n droit particulier e n cas d e réintégration d a n s les cadres d e leur administration d'origine. e

e

Art. 3. — L e présent décret entrera en vigueur à c o m p t e r rétroactivement d u 1 janvier 1 9 2 3 . Art. 4. — L e Ministre des Colonies et le Ministre d e s Finances sont chargés, chacun e n c e qui le concerne, d e l'exécution d u présent décret, qui sera publié a u Journal offerteti n s é r é au Bulletin des lois. e r

Fait à Paris, le 23 juin 1 9 2 3 . A.

MILLERAND.

Par le Président de la République :

Le Ministre de l'hygiène, de l'assistanëe et de la prévoyance sociales, chargé de l'intérim du ministère des colonies, Paul

STRAUSS.

Le Ministre des finances, CH. D E L A S T E Y R I E .


- 395 — N° 3 9 8 . — ARRÊTÉ

portant application à la Guyane des soldes fixées pour le personnel enseignant de la Métropole par la loi du 30 avril 1921.

(13 septembre 4923. ) p. i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u les décrets du 3 0 octobre 1 8 8 9 relatifs a l'organisation d e l'Enseignement primaire à la G u y a n e ; V u le décrtt d u 1 7 s e p t e m b r e 1 9 0 6 portant réorganisation dudit e n s e i g n e m e n t , modifié par les décrets des 11 juillet 1 9 0 8 , 15 février et 18 juillet 1 9 1 2 , 10 lévrier 1 9 1 4 , 5 janvier 1 9 1 7 , 17 avril 1 9 2 0 , 8 s e p t e m b r e 1 9 2 1 , 2 7 juillet 1 9 2 2 et 2 9 juillet 1 9 2 3 : V u le décret d u 1 7 s e p t e m b r e 1 9 0 6 portant réorganisation d u Collège d e C a y e n n e ; V u la d é p è c h e ministérielle d u 2 8 s e p t e m b r e 1 9 2 1 , n° 2851 B ; S u r la proposition concertée d u Secrétaire général et d u C h e f d u service d e l'Instruction puqlique, LE GOUVERNEUR

1

ARRÊTE : 8r

Article 1 . — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française le d é cretdu 2 9 juillet 1 9 2 3 portant application, d a n s cette colonie, d e s soldes fixées, pour le personnel enseignant d a n s la .Métropole, par la loi d u 3 0 avril 1 9 2 1 . Art. 2 . — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel d e la colonie. , C a y e n n e , le 1 3 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E. C A N T A U . RAPPORT AU

PRÉSIDENT D E LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Paris, le 29 juillet 4923.

M o n s i e u r le Président, L e règlement d'administration publique d u 2 7 juin 1 9 2 1 relatif a u x traitements d e s m e m b r e s d e l'enseignement a u x Antilles, à la R é u n i o n et à la G u y a n e , a décidé, par s o n


-

396

-

article 1 3 , q u e les conditions d'amélioration des é m o l u m e n t s d u personnel d e cette dernière colonie seraient fixées p a r décret simple. E n exécution d e ce texte, j'ai l'honneur d e v o u s soumettre, ci-joint, u n projet d e décret. portant application à la G u y a n e des soldes fixées p o u r le personnel de la Métropole par la loi d u 3 0 avril 1 9 2 1 . C e projet s'inspire des principes établis par le décret d u 1 0 m a r s 1 9 2 8 , qui a déjà étendu les dispositions d e ladite loi a u x services d e l'enseignement secondaire et d e l'enseignem e n t primaire d a n s les colonies d e la Martinique, d e la G u a d e loupe et d e la R é u n i o n . Je v o u s serais reconnaissant d e vouloir bien le revêtir d e votre signature. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l ' h o m m a g e d e m o n profond respect. Le Minisire des Colonies, A. S A R R A U T .

DÉCRET LE PRÉSIDENT d e la République française,

S u r le rapport d u Ministre des colonies, V u l'article 18 d u sénatus-consulte d u 3 m a i 1 8 5 4 ; V u le décret d u 1 7 s e p t e m b r e 1 9 0 0 organisant le collège de C a y e n n e ; V u le décret d u 1 7 s e p t e m b r e 1 9 0 6 organisant l'enseignem e n t primaire à la G u y a n e ; V u les décrets des 2 m a r s 1 9 1 0 et 11 s e p t e m b r e 1 9 2 0 relatifs à la solde et a u x accessoires d e solde d u personnel colonial ; V u le décret d u 8 s e p t e m b r e 1 9 2 1 réglant les conditions d'amélioration d e traitement d u personnel d e renseignement d a n s la colonie d e la G u y a n e ; V u la loi d u 3 0 avril 1 9 2 1 , n o t a m m e n t les articles 6 5 à 7 0 et les décrets des 2 8 août et 3 0 septembre 1 9 2 1 relatifs a u x traitements et a u x conditions d'avancement d u personnel d e l'enseignement d a n s la Métropole ; V u l'avis d u Ministre d e l'Instruction publique et des Beaux-arts,


397

-

DÉCRÈTE : e r

Article I . — D a n s la colonie de la Guyane, les fonctionnaires de l'enseignement primaire et de l'enseignement secondaire, dont la solde est fixée par les articles 1re et 3 d u décret du 8 septembre 1921, modifié c o m m e il est dit ci-après, bénéticient de suppléments de solde déterminés par les tableaux annexés au présent décret. Art. 2. — Les suppléments sont alloués aux ayants-droit à dater d u 1 juillet 1921, par échelons successifs, de manière que la totalité desdits suppléments soit attribuée à partir d u 1 " janvier 1 9 2 4 au plus tard. Le n o m b r e des échelons, qui ne pourra excéder quatre, ainsi que les conditions dans lesquelles sera effectuée, entre les intéressés, la répartition desdits suppléments, sont fixés par arrêté d u gouverneur. Art. 3. — La classe exceptionnelle, prévue par le décret susvisé d u 8 septembre 1921, est supprimée. Toutefois, le personnel de cette classe, en fonction à la publication d u présent décret, conservera ladite classe jusqu'au 1 janvier 1924. A cette date, il sera entièrement versé dans la première classe. Les fonctionnaires des autres classes restent rangés dans la classe o û ils se trouvent au m o m e n t de la publication d u présent décret. Art. 4. — Les fonctionnaires du cadre de l'enseignement de la Guyane, qui changent d'ordre ou de catégorie, sont rattachés, dans leur nouvel ordre ou leur nouvelle catégorie, à la classe dont la solde de présence correspond à celle qui leur était attribuée précédemment. D a n s le cas où le nouvel ordre ou la nouvelle catégorie ne comporte pas de solde correspondant exactement à la solde précédemment attribuée, le rattachement est effectué à la classe dont la solde est immédiatement supérieure à la solde précédente. Art. 5. — L'article 1 d u décret d u 8 septembre 1921 est complété par les dispositions suivantes, qui auront effet à compter d u 1 juillet 1921 : 1° Les fonctionnaires de l'enseignement secondaire pourvus de l'agrégation reçoivent une indemnité personnelle de 1,500 fr, par an ; er

er

er

er


-

398

-

2° Les fonctionnaires d e l'enseignement secondaire qui ont été deux fois admissibles à l'agrégation reçoivent u n e i n d e m nité personnelle de 5 0 0 fr. par a n . Cette indemnité cesse d'être d u e q u a n d le fonctionnaire est reçu agrégé. Ces m ê m e s fonctionnaires, lorsqu'ils ont été admissibles u n e fois à l'agrégation, reçoivent u n e indemnité d e 5 0 0 fr. par a n , pendant d e u x ans, à dater d e la rentrée scolaire suivante, à m o i n s qu'ils n e se trouvent, avant l'expiration d e ces d e u x a n s , d a n s l'un des autres cas prévus a u présent paragraphe ; 3e Les fonctionnaires d e l'enseignement secondaire p o u r v u s d u doctorat d'Etat (ès lettres o u ès sciences) reçoivent u n e indemnité personnelle d e 5 0 0 fr. par a n ; 4* L e directeur d u collège ayant l'internat à s o n c o m p t e et n o n chargé d e chaire peut recevoir u n e indemnité d e direction comprise entre 1,000 et 3,000 fr. Cette indemnité est fixée p a r arrêté d u G o u v e r n e u r e n conseil privé ; 5e Les indemnités prévues au paragraphe 1 , a u paragrap h e 5, premier alinéa, et au paragraphe 2 ° , sont soumises a u x retenues p o u r pensions civiles. L'indemnité p r é v u e au parag r a p h e 2°, d e u x i è m e alinéa, n'est pas s o u m i s e a retenue. Art. 6. — Les cinq premiers alinéas d e l'article 2 d u décret d u 8 septembre ,1921 sont remplacés p a r les dispositions suivantes, qui auront effet à dater d u 1 juillet 1 9 2 1 : « L'avancement, par p r o m o t i o n d e classe, des fonctionnaires désignés à l'article précédent, a lieu le 1 janvier d e c h a q u e a n n é e , partie à l'ancienneté, partie au choix. « Sont p r o m u s de droit à la classe supérieure tous les fonctionnaires qui ont accompli d a n s la classe i m m é d i a t e m e n t inférieure le stage m i n i m u m a u g m e n t é d e d e u x ans. « S o u s réserve d e l'application des prescriptions d e l'article 6 5 d e la loi d e finances d u 2 2 avril 1 9 0 5 , l'avancement à l'ancienneté peut être retardé d'une a n n é e par le Ministre des Colonies à la d e m a n d e d u Chef d e service d e l'Instruction p u blique et sur I avis c o n f o r m e d u G o u v e r n e u r et d u comité supérieur consultatif de l'Instruction publique des colonies. L'ajournement doit être motivé et notifié à l'intéressé. « Peuvent être p r o m u s au choix, d a n s c h a q u e classe, les fonctionnaires qui ont accompli le stage m i n i m u m et qui n'ont p a s été p r o m u s à l'ancienneté. « L e stage m i n i m u m exigible p o u r l'admission à p r o m o t i o n à u n e classe supérieure est de trois ans p o u r les fonctionnaires er

e r

e r


- 399 — agrégés et d e quatre ans p o u r toutes les autres catégories d e fonctionnaires.» U n arrêté d u Ministre des Colonies déterminera les m e s u r e s transitoires q u e pourrait rendre nécessaire l'application d u présent article. Art. 7. — L'article 3 d u décret d u 8 septembre 1 9 2 1 est complété par les dispositions suivantes qui auront effet à dater d u 1 juillet 1921 : « 1° Les fonctionnaires d e l'enseignement primaire p o u r v u s d e l'agrégation reçoivent u n e indemnité personnelle d e 1,500 francs par an. « Ces fonctionnaires, s'ils ont été d e u x fois admissibles à l'agrégation, reçoivent u n e indemnité personnelle d e 5 0 0 fr. par an. Cette indemnité cesse d'être d u e q u a n d le fonctionnaire est reçu agrégé. « Les fonctionnaires qui ont été admissibles u n e fois à l'agrégation reçoivent u n e indemnité d e 5 0 0 fr. par an, p e n dant d e u x ans, à dater d e la rentrée scolaire suivante, à m o i n s qu'avant l'expiration d e ces d e u x ans ils n e se trouvent d a n s l'un des autres cas prévus a u présent paragraphe ; « 2° Les fonctionnaires d e l'enseignement primaire p o u r v u s d u doctorat d'Etat (ès lettres o u ès sciences) reçoivent u n e indemnité personnelle de 5 0 0 fr. par an ; « 3e Les indemités allouées en exécution des premier et d e u x i è m e alinéas d u paragraphe 1 " et d u paragraphe 2 sont soumises a u x retenues p o u r pensions civiles. « L'indemnité allouée en exécution d u troisième alinéa d u paragraphe 1 n'est pas soumise à retenue.» Art. 8. — L'article 2 d u décret d u 8 septembre 1921 est remplacé par les dispositions suivantes, qui auront effet à dater d u 1 juillet 1 9 2 1 : Art. 4. — D a n s la colonie de la G u y a n e l'avancement, e n classe, des instituteurs et institutrices titulaires, a lieu au 1 janvier de c h a q u e année, partie à l'ancienneté, partie a u choix. Les instituteurs et institutrices sont p r o m u s , de droit, à la classe supérieure, lorsqu'ils ont accompli six ans en 6 , 5 o u 4 classe, sept ans e n 3 o u 2« classe. Toutefois, ils ne peuvent être p r o m u s à l'ancienneté, d a n s les 1e. et 1er classes, s'ils exercent d a n s les localités â effectif er

e r

e r

e r

e

e

e

e


400

-

scolaire réduit, dont la liste sera établie par arrêté d u Gouverneur, après avis d u Conseil d e l'enseignement primaire. Sous réserve de l'application des prescriptions de l'article 6 5 de la loi d e finances d u 2 2 avril 1 9 0 5 , l'avancement à l'ancienneté des instituteurs et institutrices peut être retardé d'une année, sur la proposition d u Chef d u service de l'Instruction publique et d u Conseil d e l'enseignement primaire. L'ajournem e n t doit être motivé et notifié à l'intéressé. Peuvent être p r o m u s au choix, d a n s la proportion d e 3 0 p. 1 0 0 les instituteurs et institutrices qui ont accompli dans leur classe u n stage m i n i m u m de quatre ans et qui ne sont pas p r o m u s à l'ancienneté. Les titulaires chargés d e la direction d'une école reçoivent, â ce titre, u n supplément de solde allant de : 1 0 0 à 300francs si l'école c o m p r e n d d e u x classes; 3 0 0 à 6 9 0 francs, si l'école c o m p r e n d trois o u quatre classes; 6 0 0 â 1,200 francs, si l'école c o m p r e n d d e cinq à neuf classes; 1,400 a 1,800 francs, si l'école c o m p r e n d au m o i n s dix classes. Tout directeur décharge de classe doit d o n n e r au m i n i m u m quatie heures d'enseignement chaque semaine dans son école. D a n s les (Voies qui c o m p r e n n e n t u n cours complémentaire, les maîtres chargés de ce cours ainsi q u e les directeurs et directe ces reçoivent u n supplément de solde de 3 0 0 francs. C e supplément est porte à 5 0 0 francs après trois ans, 7 5 0 fr après six ans, 1,000 francs après dix ans, 1,200 francs après quinze ans d'exercice dans les cours complémentaires, les écoles d'application ou les écoles primaires supérieures. N u l ne peut être appelé à enseigner dans u n cours complémentaire s'il n'a vingt-cinq ans d'âge et cinq ans de services effectifs. Après cinq ans de délégation, les maîtres appelés à enseigner dans les cours complémentaires peuvent, sur la proposition d u Chef d u service de l'Instruction publique et l'avis favorable d u Conseil d e l'enseignement, être confirmés dans leurs fonctions; ils prennent alors le titre d e professeur d e cours complémentaire. L e directeur déchargé d e classe dont l'école possède u n cours complémentaire doit enseigner audit cours u n e des m a -


-

401 -

tières essentielles d u p r o g r a m m e c o m p o r t a n t a u m i n i m u m quatre heures h e b d o m a d a i r e s d'enseignement, il n e peut c u m u l e r le s u p p l é m e n t de solde alloué p o u r direction d'école et le s u p p l é m e n t d e solde accordé p o u r cours c o m p l é m e n t a i r e q u e jusqu'à concurrence d e 2.000 francs si l'école c o m p r e n d m o i n s de dix classes, de 2.500 francs si elle c o m p r e n d a u m o i n s dix classes. Art. 9. — L'article 7 d u décret d u 8 septembre 1921 est r e m p l a c é par les dispositions suivantes qui auront effet à dater d u Ier juillet 1921 : Art. 7. — T o u t e n conservant, c o n f o r m é m e n t à l'article 33 d e la loi d u 3 0 d é c e m b r e 1913, leurs droits à l'avancement d a n s le cadre métropolitain, les m e m b r e s d e l'enseignement, détachés des cadres d e la Métropole p o u r servir à la G u y a n e , sont rattachés, d a n s le cadre local d e cette colonie, à la classe d o n t la solde d e présence correspond a u traitement d e leur grade métropolitain. D a n s le cas o ù le cadre local n e c o m p o r t e pas d e classe dont la solde d e présence corresponde exactement a u traitem e n t métropolitain, le rattachement est effectué à la classe d o n t la solde est i m m é d i a t e m e n t supérieure à ce traitement. C e s fonctionnaires reçoivent, suivant les conditions lixées par le règlement général sur la solde et les accessoires de solde d u personnel colonial, u n s u p p l é m e n t colonial proportionnel à la totalité d e leur solde d a n s le cadre local. Art. 1 0 . — E n v u e d e l'application de l'article 9 ci-dessus, le personnel détaché â la G u y a n e , a u m o m e n t de la publication d u présent décret, sera reclassé d a n s le cadre local, à c o m p t e r d u I juillet 1919. U n arrêté d u Ministre des Colonies déterminera les m e s u r e s transitoires q u e pourrait nécessiter ce reclassement. L e s décisions d e reclassement auront eifet rétroactif au point de v u e de la solde et a u point de v u e d e l'ancienneté. D a n s le cas o ù les n o u v e a u x traitements résultant d e ces décisions seraient inférieurs, p o u r certains fonctionnaires, a u x traitements dont les intéressés jouissaient à la date d e la publication d u présent décret, les é m o l u m e n t s perçus par e u x , jusqu'à cette date, seront considérés c o m m e définitivement acquis et n e feront l'objet d'aucune reprise. D e plus, ces fonctionnaires recevront, sous f o r m e d'indemnité c o m p l é m e n t a i r e , er


— 402

-

u n e allocation destinée à leur maintenir, intégralement, le bénéfice de leurs anciens traitements jusqu'à ce q u e , p a r suite de p r o m o t i o n o u d e mutation, leurs n o u v e a u x é m o l u m e n t s atteignent o u dépassent les anciens. Art. 1 1 . — L e s s u p p l é m e n t s d e solde accordés e n vertu des art. I et 2 d u présent décret n e sont p a s s o u m i s â retenue et n'entrent pas e n c o m p t e p o u r le calcul d e la retraite tant q u e , d a n s les colonies de la G u y a n e , il n'aura p a s été p r o c é d é à u n e révision générale, d a n s u n but d e péréquation des soldes et allocations d e toute nature accordées a u x divers services o u à u n e réforme d u régime des retraites. er

er

L e s s u p p l é m e n t s d e solde accordés par l'article 1 d u présent décret entrent e n c o m p t e p o u r le calcul des allocations supplémentaires prévues à l'art. 6 et à l'art. 7 d u décret d u 8 s e p t e m b r e 1 9 2 1 , modifié par l'art. 9 d u présent décret. Art. 1 2 . — L e s u p p l é m e n t d e solde alloué a u Directeur d u collège, Chef d u service de l'Instruction publique à la G u y a n e , par l'article 7 9 d u décret d u Ï7 s e p t e m b r e 1 9 1 6 , organisant l'enseignement primaire à la G u y a n e , est a u g m e n t é d e 5 0 0 francs. L'indemnité allouée par l'article 1 0 1 d u m ê m e décret à l'instituteur, secrétaire d u Conseil de l'enseignement primaire, est a u g m e n t é e d e 3 0 0 francs. L e s a u g m e n t a t i o n s prévues a u présent article seront appliq u é e s à c o m p t e r d e la promulgation d u présent décret. Elles n e sont pas s o u m i s e s a u x retenues p o u r pensions civiles. Art. 1 8 . - Sont et d e m e u r e n t abrogées toutes dispositions contraires à celles d u présent décret. Art. 1 4 . — L e Ministre des Colonies est chargé d e l'exécution d u présent décret, qui sera publié a u Journal officiel d e la R é p u b l i q u e française et d e la colonie d e la G u y a n e et inséré a u Bulletin des lois et a u Bulletin officiel d u Ministère des colonies. Fait à Rambouillet, le 2 9 juillet 1 9 2 3 . A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République :

Le Ministre des Colonies, A. S À R R A U T .


— 402 — A n n e x e a u d é c r e t d u 2 9 juillet 1 9 2 3 relatif a u p e r s o n n e l d e l ' e n s e i g n e m e n t d a n s la colonie d e la G u y a n e f r a n ­ çaise.

Enseignement

secondaire. SOLDE

SUPPLÉMENT

soumise

de solde

à

non soumis

retenue

à retenue.

Directeurs.,

Classe exceptionnelle 1 classe 2e classe 3e classe 4e classe 5e classe ... 6e classe

12.400 11.350 40.600 9.850 9.400 S. 350 7.600

2.900 3.650 3 400 3.450 2.900 2.650 2.400

45.000 15.000 44.000 43.000 42.000 44.000 40.000

Professeurs.

Classe exceptionnelle 4reclasse 2e classe 3e classe 4e classe 5e classe 6e classe

10.600 9.850 9.400 8.350 7.600 6.850 6.400

2.900 3.650 3.400 3.45) 2.9» 0 2.650 2.400

43.500 43.500 42.500 M.500 40.500 9.500 8.500

CATÉGORIES-

CLASSES.

re

Enseiqnement

primaire. SOLDE

CATÉGORIES

CLASSES

Classe exceptionnelle Instituteurs 1re classe et 2e classe institutrices.. 3 classe e

4e classe 5e classe 6e classe

Stagiaires

TOTAL.

SUPPLÉMENT

soumise de solde à non soumis retenue. à retenue.

7.000 6.500 0.000 5.500 5.0H0 4.500 4.000 3.600

2.000 2.500 2.200 4.900 4.600 4.300 4.000 900

TOTAL.

9.000 9 000 8.200 7.400 6.600 5.800 5.000 4.500


— 404 — N° 3 9 9 . — A R R Ê T É portant promulgation du décret du 23 juin 1928, complétant le § 3 de l'article 2 du décret du 25 septembre 1920, relatif à l'indemnité spéciale de séjour concédée aux fonctionnaires coloniaux rétribués sur les budgets généraux ou locaux des diverses possessions d'outremer, employés temporairement dans la Métropole. ( 14 septembre 1923. )

p . i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 a o û t 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1 9 0 6 , relative a u m o d e d e p r o m u l g a t i o n d e s lois et décrets a u x colonies ; V u le décret d u 2 3 juin 1 9 2 3 , c o m p l é t a n t le § 3 d e l'article 2 d u décret d u 2 5 s e p t e m b r e 1 9 2 0 , relatif à l'indemnité s p é ciale d e séjour c o n c é d é e a u x fonctionnaires coloniaux rétribués sur les budgets g é n é r a u x o u locaux d e s diverses possessions d'outre-mer, e m p l o y é s t e m p o r a i r e m e n t d a n s la M é t r o p o l e ; S u r la proposition concertée d u Secrétaire général et d u D é l é g u é d u Directeur d e l'Administration pénitentiaire, LE G O U V E R N E U R

ARRÊTE : er

Article 1 . — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française, p o u r y être exécuté e n sa f o r m e et teneur, le décret susvisé d u 2 3 juin 1 9 2 3 , c o m p l é t a n t le § 3 d e l'article 2 d u décret d u 2 5 s e p t e m b r e 1 9 2 0 , relatif à l'indemnité spéciale d e séjour c o n c é d é e a u x fonctionnaires coloniaux rétribués s u r les b u d gets g é n é r a u x o u locaux d e s diverses possessions d'outre-mer, e m p l o y é s t e m p o r a i r e m e n t d a n s la M é t r o p o l e . Art. 2 . — L e présent arrêté sera, a v e c le texte p r o m u l g u é , enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 1 4 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E. C A N T A U . Par le Gouverneur :

Le Secrétaire général p. i., PÉCARRERE

Le Del gué du Directeur de l'Administration pénitentiaire, A.

MICHEL.


-

405 -

R A P P O R T AU P R É S I D E N T D E L A R É P U B L I Q U E FRANÇAISE. Paris,le25 juin 1923. M o n s i e u r le Président, U n décret e n date d u 2 5 s e p t e m b r e 1 9 2 0 a c o n c é d é a u x fonctionnaires coloniaux rétribués sur les budgets g é n é r a u x o u loc a u x d e n o s diverses possessions d'outre-mer, e m p l o y é s t e m porairement d a n s la Métropole, u n e indemnité spéciale et u n e indemnité d e résidence d o n t ils sont appelés à bénéficier p e n dant toute la durée d e la période d e leur maintien e n service e n France. D'autre part, u n décret e n date d u 2 5 s e p t e m b r e 4 9 2 0 a p r é v u seulement u n e indemnité d e résidence e n faveur des fonctionnaires d e l'administration pénitentiaire coloniale rétribués sur le b u d g e t d e l'Etat, lorsqu'ils se trouvent d a n s la position visée ci-dessus. Afin d e traiter sur le m ê m e pied d'égalité ces d e u x catégories d e fonctionnaires, j'ai fait préparer le projet d e décret cijoint. D'accord avec M . le Ministre d e s finances, j'ai l'honneur d'en soumettre le texte à votre haute sanction. Je v o u s prie d'agréer, M o n s i e u r le Président, l ' h o m m a g e d t m o n p r o f o n d respect. Le Ministre des colonies, A. S A R R A U T . DÉCRET.

d e la R é p u b l i q u e française, Sur le rapport d u Ministre des colonies, V u l'article 5 5 d e la loi d e finances d u 2 5 février 1 9 0 1 ; V u le décret d u 7 février 1 9 1 2 , fixant les cadres, les traitem e n t s et les règles d ' a v a n c e m e n t d u personnel civil d e l'administration pénitentiaire coloniale, modifié p a r les décrets d e s 7 octobre 1912, 14 m a r s et 3 0 n o v e m b r e 1914; V u la loi d u 6 octobre 1919, portant ouverture d e crédits sur l'exercice 1 9 1 9 , e n v u e d'améliorer les traitements et salaires des fonctionnaires, agents et ouvriers d e s services civils d e l'Etat; LE PRÉSIDENT


— 406 —

Vu la décision d u Ministre d e s colonies e n date d u 1 2 m a i 1 9 2 0 , a p p r o u v a n t les conclusions d e la c o m m i s s i o n d e revision d e s traitements publics a u x colonies; V u le décret d u 2 5 s e p t e m b r e 1920, fixant les cadres et les traitements d u personnel civil d e l'Administration pénitentiaire coloniale, ... DÉCRÈTE : er

Article I . — L e p a r a g r a p h e 3 d e l'article 2 d u décret d u 25 s e p t e m b r e 1 9 2 0 est c o m p l é t é c o m m e suit : « Elle est portée « a u d o u b l e s'il est appelé à exercer ses fonctions à Paris ». Art. 2 . — L'indemnité spéciale instituée p a r l'article 2 d u décret d u 2 5 s e p t e m b r e 1 9 2 0 est exclusive d e l'indemnité d e résidence d a n s Paris. Art. 3 . — L e présent décret a u r a ses effets à c o m p t e r d u 1er m a r s 1 9 2 3 . Art. 4. — L e Ministre d e s colonies et le Ministre d e s finances sont chargés, c h a c u n e n ce qui le concerne, d e l'exécution d u présent décret, q u i sera publié a u Journal officiel et inséré a u Bulletin des lois et a u Bulletin officiel d u ministère des colo•ies. Fait à Paris, le 2 3 juin 1 9 2 5 . A. MILLERAND. Par le Président de la République: Le Ministre des colonies, Le Ministre des finances, A. S A R R A U T . CH. DE LASTEYRIE. N° 4 0 0 . — A R R Ê T É ouvrant la station radioélectrique de SaintGeorges au trafic privé et fixant la taxe par mot. septembre 1923.} L E G O U V E R N E U R p . i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 , V u l'arrêté n° 4 5 9 e n date d u 2 2 m a i 1 9 2 2 o u v r a n t a u trafic la station électrique d e R é g i n a ; V u l'arrêté n ° 4 2 1 d u 18 m a i 1 9 2 3 c o n c e r n a n t la répartition de la taxe p e r ç u e sur les radios intérieurs transitant p a r le poste d e la T . S. F . d e C a y e n n e ; (22


— 407 S u r la proposition d u C h e f d u service des Postes, Télégraphes et T é l é p h o n e s et avis c o n f o r m e d u Secrétaire général ; L e Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE: er

Article I . — L a station radioélectrique d e Saint-Georges est ouverte â u trafic privé. Art. 2. — L a taxe radioélectrique entre C a y e n n e Saint-Georges et vice-versa et entre Saint-Georges R é g i n a et vice-versa est fixée à I franc par m o t avec u n m i n i m u m d e 5 m o t s . Art. 3. — L a taxe d e I franc p a r m o t p e r ç u e d a n s les relations intérieures radioélectriques C a y e n n e Saint-Georges sera répartie d a n s les proportions prévues sur la d e m a n d e d e la C d e T. S. F. à l'arrêté n° 421 d u 18 m a i 1923. Art. 4. — L e Secrétaire général et le C h e f d u service des Postes, Télégraphes et T é l é p h o n e s sont chargés, c h a c u n e n ce qui le c o n c e r n e , d e l'exécution d u présent arrêté qui sera inséré et publié a u Journal et a u Bulletin officiels d e la colonie. C a y e n n e , le 2 2 s e p t e m b r e 1923. i e

E. C A N T A U . N° 4 0 1 . — A R R Ê T É promulguant le décret du 19 juillet 1923, rendant obligatoires, dans l'exécution des travaux relevant directement du Ministère des colonies, les standardisations adoptées par la commission permanente de standardisation. ( 24 septembre 1923.

)

GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, V u l'article 6 5 d e l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 • V u le décret d u 1 9 juillet 1 9 2 3 rendant obligatoires, d a n s l'exécution des travaux relevant directement d u Ministère d e s colonies, les standardisations adoptées par la c o m m i s s i o n p e r m a n e n t e d e standardisation ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1 9 0 6 , relative a u m o d e d e promulgation des lois et décrets a u x colonies ; S u r la proposition d u C h e f d u service des T r a v a u x publics, LE

ARRÊTE : et

Article 1 . — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française, p o u r y être exécuté e n sa f o r m e et teneur, le décret susvisé d u


— 408 — 1 9 juillet 1 9 2 3 rendant obligatoires, d a n s l'exécution d e s travaux relevant directement d u Ministère des colonies, les standardisations adoptées par la c o m m i s s i o n p e r m a n e n t e d e standardisation. Art. 2 . — L e présent arrêté sera, avec le texte p r o m u l g u é , enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 2 4 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E.

CANTAU.

R A P P O R T A U P R É S I D E N T D E L A R É P U B L I Q U E FRANÇAISE Paris, le 19 juillet 1923.

Monsieur le Président. La commission permanente de standardisation constituée par décret en date du 10 juin 1918, modifié par les décrets du 11 janvier 1921 et du 20 avril 1923 a approuvé, dans sa séance du 27 janvier 1923 six fascicules de spécifications et cahier des charges qu'il y aurait intérêt à rendre exécutoires dans les colonies. E n conséquence, et par application de l'article 7 du décret du 10 juin 1918, j'ai l'honneur de soumettre à votre approbation le projet de décret ci-contre rendant, dans un délai de six mois, ces spécifications et cahiers des charges applicables aux colonies. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'hommage de m o n respectueux dévouement. Le Ministre

des colonies,

A. S A R R A U T . DÉCRET

de la République française, Sur le rapport du Ministre des colonies, Vu le décret du 10 juin 1918, constituant la commission permanente de standardisation ; Vu le décret du 11 janvier 1921, portant modification des articles 2, 3, 4 et 5 du décret du 10 juin 1918, instituant la commission permanente de standardisation ; LE P R É S I D E N T


-

409 —

V u le décret d u 2 4 avril 1 9 2 3 portant modification d e l'article 2 d u décret d u 1 1 janvier 1 9 2 1 , DÉCRÈTE :

Article1er.— L e s standardisations dont la liste suit adoptées par la c o m m i s s i o n p e r m a n e n t e d e standardisation, d a n s sa séa n c e d u 2 7 janvier 1 9 2 3 , sont rendues obligatoires d a n s Lexècution des travaux qui relèvent directement d u Ministère d e s colonies, ainsi q u e d e s g o u v e r n e m e n t s coloniaux d é p e n d a n t d e ce ministère : A 3 2 - 4 . — Cahier des charges p o u r la fourniture des tôles et b a n d e s , tubes, barres et profiles e n alliages légers à haute résistance. A 3 8 - 1 . — Cahier des charges p o u r la fourniture d e platine p u r , platine allié a u cuivre, platiné iridié, platine à l'état d e chlorure. A 3 3 - 2 . — Cahier des charges p o u r la fourniture d e zinc industriel. J 1 . — Normalisation d u matériel d e constructions navales, bittes e n fonte. J 5. — Normalisation d u matériel d e constructions navales, c h a u m a r d s simples. J 7. Normalisation d u matériel d e constructions navales, b o u c h o n s d e pont e n fonte. Art. 2. — L o r s q u e des circonstances exceptionnelles lesjuslifieront, d e s dérogations pourront être accordées p a r le M i nistre des colonies e n v u e d e remploi des matériaux, produits, éléments d e m a c h i n e s , etc., d e nature, d i m e n s i o n s o u qualités n o n standardisées. Art. 3. — U n délai d e six m o i s est d o n n é , à partir d e la date d u présent décret, p o u r l'application d e l'article I . Article. 4. — L e Ministre des colonies est chargé d e l'exécution d u présent décret qui sera publié a u Journal officiel et er

iuséré a u Bulletin

officiel d e s colonies.

Fait à Rambouillet le 19 juillet 1 9 2 3 . A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République : Le Ministre

des

colonies,

A. S A R R A U T . 25


410

N°402.A R R Ê T É promulguant te, décret du 10 août 1923 abrogeant celui du 21 décembre 1919 qui modifiait les conditions d'admission des Juges de Paix de la Guyane. (25 septembre 1923. ) L E G O U V E R N E U R p. i. d e h G u y a n e française, V u l'artiele 65 d e l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle e n date d u 2 m a i 1 9 0 6 , r e lative à la promulgation aux colonies d e s actes d u Pouvoir central; S u r la proposition d u P r o c u r e u r général p. i., ARRÊTE : o r

Article 1 . — Est p r o m u l g u é d a n s la colonie le décret d u 1 0 août 1 9 2 3 a b r o g e a n t celui d u 2 1 d é c e m b r e 1 9 1 9 qui m o difiant les conditions d'admission d e s J u g e s de Paix d e la Guyane. A r t . 2. —

Le Procureur

général

est

c h a r g é de

l'exécution

d u présent a r r ê t é qui sera enregistré et c o m m u n i q u é p a r t o u t o ù b e s o i n s e r a , p u b l i é a u Journal officiel e t i n s é r é a u Bulle-

tin officiel d e la colonie.

Cayenne,

le 25 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E.

CANTAU.

Par le Gouverneur :

Le Procureur général p. i., H. S I M O N E A U . RAPPORT A U P R É S I D E N T D E L A R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E . Paris, le 10 août 1923.

M o n s i e u r le Président, L e G o u v e r n e u r d e la G u y a n e a signalé a u D e p a r t e m e n t la nécessité d e d o n n e r suite a u v œ u q u e le Conseil général a renouvelé, le 6 janvier 1 9 2 2 , e n v u e d e l'abrogation d u décret d u 2 1 d é c e m b r e 1 9 1 9 ayant i m p o s é , c o m m e condition d'admission, la licence e n droit a u x Juges d e paix d e . la Colonie. Il a été r e c o n n u , e n effet, q u e cette m e s u r e n e pouvait d o n n e r p r a t i q u e m e n t d e b o n s résultats ; les licenciés e n droit ses d e s -


411

tinent g é n é r a l e m e n t à la carrière de la magistrature coloniale et n'ont p a s le désir d e se stabiliser d a n s d e s emplois de J u g e d e paix à competence ordinaire. Ainsi q u e le fait r e m a r q u e r l'Administration locale d e la G u y a n e , la disposition introduite d a n s le décret du 2 1 d é c e m b r e 1 9 1 9 , d o n t elle d e m a n d e l'abrogation,, n e s'applique à a u c u n e autre colonie. J'ai l'honneur, e n c o n s é q u e n c e , d'accord avec M. le G a r d e des S c e a u x , Ministre d e la Justice, d e soumettre à votre haute sanction le projet d e décret ci-joint. Je v o u s prie d'agréer, M o n s i e u r le Président, l ' h o m m a g e d e m o n profond respect. Le Ministre des colonies, A. S A R R A U T .

DÉCRET. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE,

V u l'article 1 8 d u sénatus-consulte d u 8 m a i 1 8 5 4 ; V u le décret d u 1er d é c e m b r e 1 8 5 8 ; V u l'ordonnance d u 21 d é c e m b r e 1 8 2 8 ; V u les décrets d e s 1 6 d é c e m b r e 1 8 9 6 et 1 2 n o v e m b r e 1 9 0 5 ; V u le décret d u 21 d é c e m b r e 1 9 1 9 , modifiant les conditions d'admission d e s Juges d e paix à la G u y a n e ; S u r la proposition d u Ministre d e s colonies et d u G a r d e des sceaux, Ministre d e la justice, DÉCRÈTE : er

Article 1 . — L e décret d u 21 d é c e m b r e 1 9 1 9 est a b r o g é . Art. 2 . — L e Ministre des colonies et le G a r d e d e s sceaux. Ministre d e la justice, sont chargés, c h a c u n e n ce qui le concern e , d e l'exécution d u présent décret. Fait à Paris, le 10 août 1 9 2 3 . A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République : Le Garde des sceaux, Ministre Le Ministre des colonies, de la justice, A. S A R R A U T .

MAURICE C O L R A T .


— 412 N° 4 0 3 . — A R R Ê T E promulguant le décret du 3 août 1923, autorisant les porteurs de contraintes à remplacer les huissiers pour les poursuites en matière de recouvrement d'amendes et de condamnations pécuniaires, autres que celles concernant les droits d'enregistrement, de timbre, de greffe, d'hypothèque, le notarial et la procédure civile. (26 septembre 1923. ) LE GOUVERNEUR p. i. d o la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 21 août 1 8 2 8 ; S u r la proposition d u Secrétaire général et d u Trésorierpayeur, ARRÊTE :

Article 1er. — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française p o u r y être exécuté e n sa l'orme et teneur le décret d u S août 1 9 2 3 autorisant les porteurs d e contraintes à remplacer les huissiers p o u r les poursuites e n matière d e r e c o u v r e m e n t d ' a m e n d e s et d e c o n d a m n a t i o n s pécuniaires, autres q u e celles concernant les droits d'enregistrement,de timbre, d e greffe, d ' h y p o t h è q u e , le notariat et la p r o c é d u r e civile. Art. 2 . —- L e Secrétaire général et le Trésorier-payeur sont chargés, c h a c u n en ce qui le concerne, d e l'exécution d u présent arrêté qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié a u Journal et au Bulletin officiels d e la colonie. C a y e n n e , le 2 6 s e p t e m b r e 1 9 2 3 : E. C A N T A U . RAPPORT A U PRÉSIDENT

d e la R é p u b l i q u e française, Paris, le 3 août 1923.

M o n s i e u r le Président,

L'article 2 5 d e la loi d e finances d u 2 9 d é c e m b r e 1 8 7 3 a autorisé, e n France, les porteurs d e contraintes à r e m p l a c e r les huissiers p o u r l'exercice des poursuites e u matière d e rec o u v r e m e n t d ' a m e n d e s et d e c o n d a m n a t i o n s pécuniaires, autres q u e celles concernant les droits d'enregistrement, d e timbre, d e greffe, d'hypothèque, le notariat et la procédure civile.


— 413 — S u r la d e m a n d e d u G o u v e r n e u r d e la G u y a n e , n o u s a v o n s l'honneur de soumettre à votre haute sanction le projet d e décret ci-joint qui a p o u r but d'appliquer à cette colonie la réforme réalisée d a n s la Métropole par ia loi précitée. N o u s v o u s prions d'agréer, Monsieur le Président, l'homm a g e de notre profond respect. Le Ministre

des

colonies,

Le Ministre CH.

A. S A R R A U T .

des

finances.

D E LASTEYRIE.

DÉCRET.

L E P R É S I D E N T de la République française, V u l'ordonnance royale d u 31 d é c e m b r e 1828, concernant l'organisation d e l'ordre judiciaire et d'administration de la justice à la G u y a n e française; V u l'arrête d u G o u v e r n e u r d e la G u y a n e e n date d u 17 n o v e m b r e 1922 substituant les Percepteurs des contributions directes et les Trésoriers-particuliers d e la colonie a u x R e c e veurs d e l'Enregistrement p o u r le r e c o u v r e m e n t des a m e n d e s et des c o n d a m n a t i o n s pécuniaires autres q u e celles concernant les droits d'enregistrement, de timbre, d e greffe, d'hypothèque, le notariat et la procédure civile ; S u r le rapport d u Ministre des finances et d u Ministre des colonies, DÉCRÈTE : er

Article 1 . — Les Porteurs d e contraintes à la G u y a n e pourront remplacer les huissiers p o u r l'exercice des poursuites e n matières de recouvrement d ' a m e n d e s et d e c o n d a m n a t i o n s pécuniaires autres q u e celles concernant les droits d'enregistrement, de timbre, d e greffe, d'hypothèque, le notariat et la procédure civile. Art. 2. — L e Ministre des colonies et le Ministre des finances sont chargés, c h a c u n e n ce qui le concerne, d e l'exécution d u présent décret qui sera inséré a u Journal officiel d e la R é p u blique française, a u Bulletin des Lois et a u Bulletin officiel d u Ministère des colonies. Fait à Rambouillet, le 3 août 1923. A. MILLERAND.

Par le Président de la République :

Le Ministre des colonies, A.

SARRAUT.

Le Ministre CH.

des finances.

D E LASTEYRIE.


-

414

N° 404. — ARRÊTÉ promulguant l'ârrèté interministériel du Si août 1923 constituant le cadre du personnel de la Trésorerie de la Guyane. (26 septembre 1923.) G O U V E R N E U R p . i. d e la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 , S u r la proposition concertée d u Secrétaire général et d u Trésorier-payeur, LE

ARRÊTE:

Article ler. — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française p o u r y être exécuté e n sa f o r m e et teneur l'arrêté interministériel d u 31 août 1923, constituant le cadre d u personnel de la Trésorerie d e la G u y a n e . Art. 2. — L e Secrétaire général et le Trésorier-payeur sont chargés, c h a c u n en ce qui le concerne, d e l'exécution d u présent arrêté, qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié a u Journal et au Bulletin officiels de la colonie. C a y e n n e , le 2 6 septembre 1923, E. C A N T A U .

A R R E T E

INTERMINISTERIEL.

L e Ministre des colonies et le Ministre des finances, V u le décret d u 0 août 1 9 2 1 , sur l'organisation générale d u personnel d a n s les trésoreries coloniales et n o t a m m e n t l'article 3 ; V u les arrêtés interministériels d u 9 avril 1 9 2 2 , portant class e m e n t d a n s le personnel des trésoreries coloniales des agents métropolitains des trésoreries générales des recettes des finances et des perceptions et des agents d u personnel organisé d e la trésorerie d'Algérie et fixant les conditions d u concours p o u r le recrutement d u personnel des trésoreries coloniales; V u l'avis des Trésorier-payeur et Trésorier-particulier d e la Guyane; S u r la proposition d u G o u v e r n e u r de la G u y a n e française, ARRÊTE :


415

-

e r

Article 1 . — L e personnel de la trésorerie de la G u y a n e française c o m p r e n d 1 6 agents se répartissant c o m m e soit: 2 payeurs. 1 4 c o m m i s principaux o u c o m m i s . L e s payeurs ne pourront p a s dépasser la 2e classe de ce grade. Art. 2 . — Les soldes de grade afférentes à la hiérarchie prévue par l'article 2 d u décret du 6 août 1 9 2 1 sont fixées c o m m e suit : P a y e u r d e 2 classe 1 2 , 5 0 0 fr. P a y e u r d e 3 classe 11,000 C o m m i s principal hors classe 11 ,000 C o m m i s principal d e 1re classe 10,000 C o m m i s principal d e 2e classe 9,000 C o m m i s principal d e 3e classe 8,000 C o m m i s principal d e 4 classe 7,000 C o m m i s d e V classe 6,000 C o m m i s de 2 classe 5,500 C o m m i s d e 3 classe 5,000 C o m m i s d e 4 classe 4,500 Art. 3 . — L e s indemnités de fonctions prévues p a r l'article 9 d u décret d u 6 août 1 9 2 1 sont fixées c o m m e suit : Trésorerie de Cayenne 1 F o n d é d e pouvoir 2,000 2 F o n d é d e pouvoir 800 Caissier 600 Sous-caissier à la d o u a n e 300 Trésorerie particulière du Maroni. F o n d é d e pouvoir 1,000 Caisssier 400 Fait à Paris, le 21 août 1 9 2 3 . e

e

e

e

e

e

e

e r

Le Ministre

des Colonies,

A. S A R R A U T .

Le Ministre

des finances,

CH. DE L A S T E Y R I E .


— 4 1 6 —. N ° 1 0 5 . — A R R E T E promulguant les articles 111 et 158 de la loi de finances du 30 juin 1923. (29 septembre 1923 )

L E G O U V E R N E U R p. i. d e la G u y a n e française, V a l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1 9 0 0 , relative à la p r o m u l g a t i o n des lois et décrets a u x colonies ; V u les articles 111 et 1 5 8 de la loi d u 3 0 juin 1 9 2 3 , portant fixation d u budget général des d é p e n s e s et des recettes d e l'exercice 1 9 2 3 ; S u r la proposition d u Secrétaire général, ARRÊTE : er

Article I . — S o n t p r o m u l g u é s à ta G u y a n e française les articles 111 et 1 5 8 d e la loi susvisée d u 3 0 juin 1 9 2 3 . Art. 2 . — L e présent arrêté sera, avec les textes p r o m u l g u é s , inséré et publié a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 2 9 s e p t e m b r e 1 9 2 3 . E CANTAU.

LOI important

fixation du budget général de l'exercice 1923. L e S é n a t et la C h a m b r e des d é p u t é s ont adopté. L e Président de la République p r o m u l g u e la loi dont la teneur suit :

Art. 1 1 1 . — N e pourront être m i s à la retraite avant soixante on soixante-cinq a n s , selon qu'ils appartiennent a u service actif o u au service sédentaire, les fonctionnaires civils qui désireront conserver leurs fonctions, à condition qu'au m o m e n t o ù ils atteindront leur c i n q u a n t e - c i n q u i è m e ou soix a n t i è m e a n n é e , ils soient pères d'au m o i n s trois enfants vivants et soient en état d e continuer à exercer leur e m p l o i . U n conseil d'enquête, dont un r è g l e m e n t d'administration publique déterminera la composition, sera appelé a d o n n e r s o n avis sur l'étal d'incapacité d u fonctionnaire d e continuer Pexercice d e ses fonctions, au cas o ù l'administration invo-


— 417 querait cette incapacité p o u r lui refuser le bénéfice de la présente disposition. L o i dispositions d u présent article sont applicables à l'Algérie, a u x colonies et a u x pays d e protectorat.

e r

Art. 138. — A partir d u 1 janvier 1 9 2 3 . les i n d e m n i t é s allouées a u x inspecteurs d e s colonies e n mission, les frais d e voyage par terre et par m e r et, e n général, toutes les d é p e n s e s occasionnées par les missions m o b i l e s d e l'inspection d e s colonies, sont mises à la c h a r g e d e s b u d g e t s g é n é r a u x et locaux d e s colonies. A c o m p t e r d e la m ê m e date, les colonies d e l'Indochine, d e l'Afrique occidentale française et d e M a d a g a s c a r r e m b o u r seront a u b u d g e t d e l'Etat les d é p e n s e s résultant d u service d e la solde et d e s accessoires d e solde d e s inspecteurs d e s colonies p e n d a n t la d u r é e de leur mission do us c h a c u n e d e ces colonies. L e produit d e c e r e m b o u r s e m e n t sera inscrit a u b u d g e t général d e s « R e c e t t e s d'ordre. — Recettes e n atténuation d e d é p e n s e s ».

L a présente loi, délibérée et a d o p t é e par le S é n a t et par la C h a m b r e d e s députés, sera exécutée c o m m e loi d e l'Etat. Fait à Paris, le 30 juin 1 9 2 3 .

A. M I L L E R A N D .

Par le Président de la République :

Le Ministre CH.

DE

des

finances,

LASTEYRIF.


— 418 N° 4 0 6 . — DÉCISION conférant à M. Pécarrère, général p, i.,lesattributionsdévolues au Président seil du contentieux

LE

GOUVERNEUR

Secrétaire du Con-

administratif.

(29 septembre 1923.) p. i. tic la G u y a n e française,

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1828 ; V u le décret d u 5 août 1 8 8 1 , c o n c e r n a n t l'organisation et la c o m p é t e n c e des conseils d u contentieux administratif d a n s les colonies d e la Martinique, d e la G u a d e l o u p e et de la R é u n i o n r e n d u applicable à la G u y a n e française par le décret d u 7 sept e m b r e suivant, DÉCIDE :

Article 1er. — M . Pécarrère ( H e n r i ) , Secrétaire général p. i. du G o u v e r n e m e n t d e la G u y a n e française, est délégué d a n s les fonctions de Président d u Conseil d u contentieux administratif de la G u y a n e . Art. 2. — La présente décision sera enregistrée et c o m m u n i q u é e partout o ù besOIN SERA. C a y e n n e , le 2 9 s e p t e m b r e 1 9 2 3 .

E. C A N T A U .

NOMINATIONS,

MUTATIONS,

CONGÉS, e t c .

N° 4 0 7 . — Par décret en date d u 2 9 juin 1 9 2 3 , pris sur la proposition d u Ministre des colonies et d u G a r d e des sceaux, Ministre d e la justice, ont été n o m m e s : Juge-président d u Tribunal d e première instance d e C a y e n n e , M . C h a s p o u l , Président d u Tribunal d e première instance d e Saint-Pierre ( R é u n i o n ) , en r e m p l a c e m e n t d e M . C h a m p r o u x n o m m é Président d u Tribunal civil de Sartène ( C o r s e ) ; P r o c u r e u r de la R é p u b l i q u e a C a y e n n e , M . Chérius-Chéry, Procureur de la R é p u b l i q u e au M a r o n i , e n r e m p l a c e m e n t d e M. B e a u m o n t , n o m m é Juge-président d u Tribunal de Travinh

(Indo-Chine)


419

N° 4 0 8 . — Suivant avis d u C h e f d u service colonial d e N a n t e s , e n date d e s 2 0 juillet et 1 août 1 9 2 3 , u n e prolongation d e c o n g é d e c o n v a l e s c e n c e d e trois m o i s , a été accord é e à M M . Clavier, P r o c u r e u r général, et C h é r i u s - C h é r y , P r o c u r e u r d e la R é p u b l i q u e , d u 14 août a u 1 4 n o v e m b r e 1 9 2 3 . e r

N°409. — P a r arrêté ministériel d u 7 août 1 9 2 3 , ont été n o m m é s , a u titre colonial, officiers d ' A c a d é m i e : Mlle Bassigny ( E u g é n i e ) , institutrice publique à la G u y a n e ; M Boris ( L u c e t t e ) , institutrice p u b l i q u e à la G u y a n e ; M . S o p h i e (Ulrich), directeur d'école p u b l i q u e à M a n a (Guyane). l l c

N° 4 1 0 . — P a r décision d u Gouvernerneur, en date d u 3 sept e m b r e 1 9 2 3 , u n c o n g é d e convalescence d e six m o i s , a passer d a n s lu colonie, a été accordé a M . D o m i n i q u e ( Urbaine) appariteur-planton d e la Bibliothèque et du M u s é e . N° 4 1 1 . — P a r décision du G o u v e r n e u r , en date d u 3 sept e m b r e 1 9 2 3 , a été rapportée cette d u 2 2 s e p t e m b r e 1 9 2 2 , qui avait agréé M . C o u d a ( A r t h u r - M a r i u s e n qualité d e g a r d e particulier d e la concession n° 2 0 9 , située à la crique R o c h e et appartenant a Mlle Felixo ( L o u i s e ) .

N° 4 1 2 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 8 s e p t e m b r e 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u C h e f d u service d e l'Instruction publique, la 2° session d ' e x a m e n s d e s brevets élémentaire et supérieur et l'examen du certificat d'aptitude p é d a g o g i q u e ont été fixés c o m m e suit:

Brevet supérieur : L e s jeudi 1 8 , vendredi 19 et s a m e d i 2 0 Brevet

élémentaire

octobre

7 heures

:

Les lundi 2 2 , m a r d i 2 3 et mercredi 2 4 octobre, à 7 h e u r e s . Certificat d'aptitude pédagogique : L e vendredi 2 0 octobre, à 7 heures. T o u t candidat à c e s divers e x a m e n s devra se faire inscrire a u secrétariat d e l'Instruction publique avant le lundi 1 5 octobre 1 9 2 3 .


-

420

-

Passé ce délai, a u c u n e d e m a n d e ne sera acceptée. Il déposera : 1° U n e d e m a n d e d'inscription écrite sur timbre et signée par lui ; 2e U n extrait de son aete de naissance. N e sont a d m i s à la 2 session des brevet élémentaire et supérieur q u e les candidats qui s'étant présentée à la première ont obtenu au m o i n s le quart du m a x i m u m des points pour l'ensemble d e s épreuves écrites : soit 3 5 points pour le brevet élémentaire ancien régime et (55 points pour le brevet d e transition ; 15 points pour le brevet supérieur et cens qui n'ont p u se présenter par suite d'un cas de force majeure laissé à l'appréciation d u Chef d u service de l'instruction publique. L e candidat, au certificat d'aptitude pédagogique déposera e n outre : 1e S o n brevet élémentaire ou son brevet supérieur s'il y a lieu ; 2° U n certificat constatant qu'il remplit les conditions d e stage réglementaires. e

N° 4 1 3 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 1 0 s e p t e m b r e 1 9 2 3 , ont été n o m m é s à l'Imprimere d u Gouvernement : Ouvrier d e 4 classe : M . A y m o n d (Edouard), ouvrier d e 5E classe ; Ouvrier d e 6 classe: M . Dimirier (Emile), ouvrier d e 7 classe. e

e

e

N° 4 1 4 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 1 0 sept e m b r e 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u Chef d u service d e Santé, M . le docteur Draytou a été n o m m é m é d e c i n de l'Assistance médicale de la c o m m u n e d e M a n a et médecin-directeur d e la léproserie de l'Acarouany. N° 4 1 5 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date du 1 0 sept e m b r e 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u Chef d u service; d e l'instruction publique, la session réglementaire d ' e x a m e n d'aptitude aux bourses d'enseignement secondaire pour le


— 421 —

Collège et la session d'examen d'aptitude aux bourses d'enSeignement primaire supérieur ont été fixées c o m m e suit : Bourses

d'enseignement

secondaire

pour

le

Collège:

Le lundi 2 9 octobre, à 7 heures. Bourses

d'enseignement

primaire

supérieur

:

l e m a r d i 3 0 octobre, à 7 heures. Les d e m a n d e s d'inscription sont reçues au secrétariat d u service d e l'Instruction publique jusqu'au 2 0 octobre 1 9 2 3 et devront être a c c o m p a g n é e s des pièces exigées par les arrêtés des 7 m a i 1907 et 8 février 1 9 2 3 . N° 4 1 0 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en date du 10 septembre 1 9 2 3 , prise sur la proposition du C h e f du service d e l'Instruction publique, u n concours d'àdmission au cours norm a l aura lieu le 31 octobre 1 9 2 3 au Collège d e C a y e n n e . L e nombre des élèves a admettre est fixé a 10 dont 7 filles et 3 garçons. L ' e x a m e n portera sur les matières d u brevet élémentaire, m o i n s le dessin, la gymnastique, la couture et la m u s i q u e . L e s candidats pourront se faire inscrire jusqu'au 2 7 octobre 1 9 2 3 . Ils devront déposer, avec leur d e m a n d e d'inscription faite sur timbre : 1° U n extrait de naissance; 2* L e u r brevet élémentaire ; 3° U n certificat de visite médicale. N° 4 1 7 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en date du 12 sept e m b r e 1 9 2 3 un c o n g é de convalescence de six m o i s , avec jouissance à la Martinique, a été accordé à VI. Fouita ( E d o u a r d ) , fontainier de 2e classe des T r a v a u x publics. Cet agent, a c c o m p a g n é de sa f e m m e , a été autorisé à prendre passage sur l'intercolonial du 2 7 s e p t e m b r e 1923. N° 4 1 8 . — Par arrêté d u G o u v e r n e u r , en date du 15 sept e m b r e courant, pris sur la proposition du C h e f du service d e l'Instruction publique, une école publique mixte sera Ouverte au 7 kilomètre de la route de M a ç o n n a . e


— 422 —

N° 419. - Par décision d u G o u v e r n e u r , en date du 18 sept e m b r e 1 9 2 3 , M. Chérica (Paul), secrétaire de mairie d e 1re classe à O y a p o c , a été appelé à continuer ses services a M a n a , en r e m p l a c e m e n t de M . G e r m a i n (Gabriel), rentrant un c o n g é . N° 4 2 0 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 20 sept e m b r e 1923, prise sur la proposition d u Chef d u service d e l'Instruction publique, u n congé de convalescence de six m o i s à passer en France a été accordé à M . Richaud (Albert), Directeur d u Collège, Chef d u service de l'Instruction p u blique. Ce fonctionnaire a été autorisé à s'embarquer, avec sa f e m m e et sept enfants, sur l'intercolonial d u 2 7 septembre courant. N° 4 2 1 . — Par décision d u Gouverneur, e n date d u m ê m e jour, prise sur la proposition d u Chef d u service de l'Instruction publique, u n congé administratif de six mois, à passer en France, a été accordé à M . P r i a m ( P r o s p e r ) , professeur de sciences au Collège de Cayenne. N° 4 2 2 , — Par décision du G o u v e r n e u r , en date du 21 sept e m b r e 1 9 2 3 , u n congé de convalescence de six mois, à passer en France, a été accordé a M . l'abbé M a y n a r d (Antoine), prêtre d u clergé de la G u y a n e . N° 1 2 3 . — Par décision d u Gouverneur, en date d u 21 septembre 1923, u n c o n g é de convalescence de six mois a passer en France, a été accordé à M . Gontier, Inspecteur principal, chef d u service des D o u a n e s et Contributions indirectes. N° 4 4 4 . P a r décision d u Gouverneur, en date d u 2 2 sept e m b r e 1923, prise sur la proposition d u Chef d u service d e l'Instruction publique, M . Jean ( C l é m e n t ) , Sous-Directeur d u Collège de C a y e n n e exercera, pendant la durée de l'absence d u titulaire, les foutions d e Chef d u service de l'Instruction publique. N° 4 2 5 . — Par décision du Gouverneur, en date du 2 1 sept e m b r e 1923, M . Bouygues, Contrôleur eu chef de l classe, re


— 423 —

chef du b u r e a u prncipal, a été chargé, par intérim, des fonctions d e chef d u service d e s D o u a n e s et des Contributions indirectes. Par la m ê m e décision, M . Lestrade, vérificateur principal de 2 classe, chef de la visite à C a y e n n e , a été chargé, c o m u lativement avec ses fonctions actuelles, d e la direction intérimaire d u bureau principal d e C a y e n n e . e

N° 4 2 6 . — Par arrêté d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 4 s e p tembre 1923: M . Berger, rédacteur des P . T . T . , m i s à la disposition d u d é p a r t e m e n t p o u r servir à la G u y a n e , a été désigné p o u r r e m plir les fonctions d e chef d u service des Postes et T é l é p h o n e s d e la G u y a n e . P a r le m ê m e arrêté, M . T h é m i r e , c o m m i s principal d e s P. T . T., chargé d e l'intérim d u service d e s Postes, a été d é signé p o u r remplir les fonctions d e receveur d u b u r e a u principal d e C a y e n n e . N° 4 2 7 . — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 7 s e p t e m b r e 1 9 2 8 , pris sur la proposition d u Procureur g é n é ral p . i., M . Chérica P a u l ) , secrétaire d e mairie, a été provisoirement n o m m é greffier-notaire à Mana, e n r e m p l a c e m e n t d e M . Pindard ( L u c ) , appelé à d'autres fonctions. N° 4 2 8 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 9 s e p t e m b r e 1 9 2 3 , M . Clotilde ( D u m e r v i i l e ) , secrétaire d e mairie d e V classe à R o u r a , a été appelé à continuer ses services à TOyapoc. e

N° 4 2 9 . — Par decision d u G o u v e r n e u r , en date d u 30 sept e m b r e 1923, u n c o n g é d e convalescence de six m o i s à passer d a n s la colonie a été accordé a u garde sanitaire hors classe H o n o r i n e (Frédéric.) Cet agent sera r e m p l a c é provisoirement p a r Al. Calvin (Etienne), planton a u Secretariat général.


CERTIFIÉ

CAYENNE.

CONFORME :

Le

Secrétaire-archiviste,

J.

BAZILE-OCTUVON.

Imprimerie du G o u v e m e m e n t .


BULLETIN OFFICIEL DE

G U Y A N E

LA

F R A N Ç A I S E

1 0

O C T O B R E

1923.

SOMMAIRE. PAges

N° 426 — N° 427. —

N° 428 — N° 429. —

N° 430. —

-

Dépêche ministérielle d u 26 juillet 1923. — A u sujet d u changement de classes de mobilisation des réservistes. — Instruction 125 Arrêté d u 4 octobre 1923 portant fixation de la date de vérification des poids et mesures dans les différentes c o m m u n e s de la c o l o n i e . . . 429 Décision d u 8 octobre 1923 autorisant Mlle Remarla ( Antonine) à installer u n e fabrique de liqueurs à Cayenne 430 Arrêté d u 46 octobre 1923 promulguant la loi d u 16 juillet 1923, modifiant le n ° 035 d u tarif général des Douanes (produits chimiques) concernant l'iode brut. 431 Loi d u 16 juillet 4923, modifiant le n° 055 d u tarif général des Douanes (produits chimiques) concernant l'iode brut 432 Arrêté d u 17 octobre 4923 promulguant à la G u y a n e française le décret du 12 septembre 1923 déterminant les conditions d'application de la loi d u 18 juillet 4922 333 Décret d u 12 septembre 4923 déterminant les conditions d'application de la loi d u 48 juillet 4922 438 Arrêté d u 25 octobre 4923 promulguant le décret d u 20 juillet 4923 a u sujet d'une convention c o m merciale signée à Paris le 22 juin 4023 entre la France et l'Autriche. (Bulletin supplémentaire n° 9 bis}. » 26


- 424 Décret d u 20 juillet 4923 au sujet d'une convention commerciale signée à Paris le 22 juin 1923 entre la Fance et l'Autriche {Bulletin supplémentaires n° 9 bis), N° 432. — Décision d u 27 octobre 1923 relative à la célébration de la Fête nationale d u II novembre 1923 437 N° 431. — Arrêté d u 29 octobre 1923 n o m m a n t VI. Laffont (Henri), receveur de l'Enregistrement, commissaire du Gouvernement près le Conseil lu Contentieux administratif de la Guyane française pour l'année 1923.. 437 N° 434. — Décision d u 29 octobre 1923 ouvrant une enquête de commodo et incommodo au sujet île l'installation d'une fabrique d'engrais et plus spécialement de poudrette • 438 N° 435 à 461. — Nominations, mutations, congés, etc.... 439

N° 4 2 6 . — D É P È C H E MINISTÉRIELLE. changement de classes de mobilisation

— Au sujet du des réservistes.

(Article 5 8 d e la loi d u1eravril 1923.) ( Ministère d e la guerre. — Direction d e l'Infanterie. — 2 bureau. — R e c r u t e m e n t . ) e

Paris, le 26 juillet 4923. MINISTRE D E L A G U E R R E E T D E S PENSIONS à Messieurs les Commandants supérieurs des Troupes aux colonies. E n exécution d e s dispositions d e l'article 5 8 d e la loi d u 1er avril 1 9 2 3 sur le recrutement d e l'armée, d e n o m b r e u x réservistes sont appelés à changer, après justification d e leurs charges d e famille, d e classe d e mobilisation, et il importe q u e ces c h a n g e m e n t s d e classes soient effectués d a n s u n délai très court. O r , les dispositions actuelles relatives a u c h a n g e m e n t d e classes des pères d e 4 et 6 enfants n e permettraient p a s de procéder, d a n s u n délai suffisamment court a u x n o m b r e u s e s modifications d e classes d e mobilisation et a u x opérations qui e n découlent. J'ai décidé, e n conséquence, q u e les c o m m a n d a n t s d e recrutement subdivisionnaires, seront avisés d e la situation d e famille des h o m m e s d e réserves d e leur subdivision a u m o y e n d'une carte postale qui lui sera adressée p a r les mairies et établie c o n f o r m é m e n t a u x déclarations vérifiées des intéressés

LE


-

425

-

sur le n o m b r e d e leurs enfants vivants o u ayant vécu simultanément. L'instruction ci-jointe fixe les opérations à effectuer et les modalités d'exécution. des opérations nécessitant le c o n c o u r s d e s m a i r e s et préfets, j'ai d e m a n d é a u Ministre d e l'intérieur d e vouloir bien d o n n e r les instructions nécessaires à ces autorités. P o u r le Ministre et p a r s o n ordre : le Général, directeur de l'Infanterie, P o u r le Directeur : Le Colonel adjoint, RENIE INSTRUCTION relative aux changements de classes de mobilisation des militaires des réserves. er

1° L e s dispositions d e l'article 5 8 d e la loi d u 1 avril 1 9 2 3 s'appliquent a u x militaires d e s réserves ( h o m m e s d e t r o u p e ) d e la disponibilité, d e la p r e m i è r e et d e u x i è m e réserve ainsi qu'aux officiers d e c o m p l é m e n t d e toutes classes. Elles sont applicables à tous les réservistes encore s o u m i s a u x obligations militaires. 2° Par enfant d o n n a n t droit à u n e bonification d e d e u x classes il faut (entendre tout enfant vivant (1) d o n t u n réserviste est légalement le père p a r le m a r i a g e , légitimation o u reconnaissance légale o u d o n t il a la charge (2) c o m m e m a r i d'une f e m m e (veuve o u divorcée ) qui a e l l e - m ê m e p a r m a r i a g e , légitimation o u reconnaissance légale u n o u plusieurs enfants. L e m ê m e principe doit être adopté p o u r la détermination d'une famille d e 4 o u 6 enfants vivants. Toutefois, p o u r être qualifié d e père d e 4 o u 6 enfants vivants ils suffit q u e ces enfants aient été vivants s i m u l t a n é m e n t . (I) Pour la première application de l'article 58 il ne sera tenu compte que des enfants vivants pour le gain de deux classes par enfant, mais ultérieurement la naissance de chaque enfant donnera droit à cet avantage quel qu'ait été le sort des enfants nés auparavant. (2) Jusqu'à leur âge de majorité.


— 426 —

P o u r bénéficier d'un c h a n g e m e n t d e classe (le réserviste officier o u h o m m e de troupe) doit établir qu'il se trouve bien d a n s la situation requise. Cette obligation resté facultative m a i s le défaut d e déclaration entraine le maintien d u réserviste intéressé d a n s sa place d e mobilisation actuelle. P a r ailleurs, il n'est p a s tenu c o m p t e des déclarations qui n'ont pas été faites d a n s le délai d'un m o i s avant la publication d u décret d e m o bilisation sauf d a n s le cas o ù ces déclarations résultent d'une situation nouvelle. P o u r foire connaître leur situation d e famille a u service d u recrutement, les militaires des réserves se c o n forment a u x dispositions ei-aprês : a) A c h a q u e naissance d'un enfant o u d a n s le cas d e mariage avec u n e f e m m e m è r e d'un o u d e plusieurs enfants, tout h o m m e s o u m i s à des obligations militaires doit fournir p a r la Mairie o ù est établi l'acte d e naissance o u d e m a r i a g e et adresser a u b u r e a u d e recrutement ( 1 ) d e s o n domicile u n e carte postale d u m o d è l e ci-annexé ( 2 ) portant à la connaissance d u recrutement la naissance d e reniant (il n'y a p a s lieu, alors, d e rappeler les enfants nés antérieurement) o u lui faisant connaître sa nouvelle situation d e famille résultant d u mariage contracté. b) C e procédé sera e m p l o y é p o u r permettre l'application immédiate, a u x réservistes pères d e famille encore s o u m i s à des obligations militaires, des dispositions d e l'article 5 8 précité. A cet effet, tout militaire des réserves, père d e famille fera établir, par la mairie d e s o n domicile o u d e sa résidence et adresser à s o n b u r e a u d e recrutement d e domicile la carte p o s tale visée à l'alinéa ci-dessus, c o n s t a n t le n o m b r e d'enfants d o n t il est le père o u dont il a la charge p a r suite d e sou m a riage avec u n e f e m m e m è r e d'un n plusieurs enfants. P o u r les familles de plus d e six enfants il suffira d e certifier l'existence d'au m o i n s six enfants. Les militaires des réserves visés à l'alinéa b) devront, p o u r bénéficier i m m é d i a t e m e n t des dispositions d e l'article 58," faire (1) O u bureau administrateur pour les affectés spéciaux. L'indication d u bureau de recrutement de domicile figure à la page 1 du fascicule de mobilisation, cette d u bureau administateur en haut et à gauche d u certificat d inscription sur les listes d'affectés spéciaux. (2) Des dépôts de cartes sont constitués dans les Mairies.


— 427

leur déclaration a u x mairies p e n d a n t la période d u 2 5 a o û t a u 5 s e p t e m b r e 1 9 2 3 ( 1 ) . L e défaut d e déclaration entraînera c o m m e il est dit ci-dessous le maintien d e l'intéressé d a n s sa classe d e mobilisation actuelle. L e s cartes seront adressées par les mairies a u x b u r e a u x d e r e c r u t e m e n t , sans retard et au fur et à m e s u r e d e leur établissement ; 3° L e p r o c é d é susvisé d e déclarations d e charge d e famille n'est pas utilisé p a r les h o m m e s d e s réserves résidant à l'étranger. Ceux-ci font établir et adresser directement a u x b u r e a u x d e r e c r u t e m e n t d o n t ils relèvent, p a r les agents consulaires u n certificat d e vie d e leurs enfants et le cas é c h é a n t d e s enfants d o n t ils ont la charge. P o u r la p r e m i è r e application des dispositions d e l'article 5 8 , ces certificats d e v r o n t parvenir directement a u x b u r e a u x d e r e c r u t e m e n t à u n e date aussi r a p p r o c h é e q u e possible d u 5 septembre 1 9 2 3 ; 4 ° D è s réception des cartes postales les c o m m a n d a n t s d e b u r e a u x d e r e c r u t e m e n t p r o c é d e r o n t a u x rectifications n é c e s saire.^ d e leur registre matricule, d e leur fichier d'affectation (fichés d'affectation et fiches alphabétiques). Ils notifieront les c h a n g e m e n t s d e classes a u x c o r p s d'affectation e n u n e seule fois, après réception d e s déclarations faites d a n s les mairies le 5 s e p t e m b r e . L e s opérations résultant d e la p r e m i è r e application d e s dispositions d e l'article 5 8 d e v r o n t être t e r m i n é e s p o u r le 5 octobre 1 9 2 3 , dernier délai. L e s c h a n g e m e n t s d e fascicules entraînés parles c h a n g e m e n t s d e classes ci-dessus seront m o m e n t a n é m e n t différés à l'exception d e s c h a n g e m e n t s d e fascicules d e s pères d e 4 enfants ( 2 ) (1) A une date aussi rapprochée que possible du 5 septembre pour les réservistes fixés aux colonies, pays de protectorat autres que l'Algérie, la Tunisie, le Maroc. (2) O u plus si l'intéressé n'appartient pas déjà a la deuxième réserve


428

-

qui seront effectués dès que sera connu (et au plus tard le 5 octobre) la situation d e famille d e s intéressés; 5° L e s c h a n g e m e n t s d e classes des officiers d e c o m p l é m e n t s seront notifiés p a r les corps a u x Directions d'arme es, a u m o y e n d e l'état d e renseignements prévus p a r l'Instruction ministérielle n° 1 1 9 6 0 I/II d u 11 n o v e m b r e 1 9 2 1 (état d u 10 janvier 1 9 2 4 p o u r les c h a n g e m e n t s d e classe d e la première application de l'article 5 8 ) . P o u r le Ministre et par ordre : Le Général

directeur de l'Infanterie,

P o u r le Directeur : Le Colonel

adjoint,

RENIE.

ANNEXE

à l'Instruction Ministériellen°9,4631/2, du 26/7

M O D È L E DE

CARTE POSTALE

p o u r déclaration d e charges d e famille.

Recto;

er

Article 58 de la loi du I avril

1923.

Format: 16 x 19

S E R V I C E MILITAIRE. Monsieur le C o m m a n d a n t d u bureau de recrutement

de.

.

.

,

....

2


429 — Verso:

DÉSIGNATION

Le Maire de certifiie q u e le réserviste

...... (1)...,

DES

I

N

F

A

N

T

S

.

( Noms, prénoms, dates de nais sance). (6) (7).

Classe de mobilisation (2)„ n ° matricule a u recrutement (2)... est légalement le père des enfants désignés ci-contre o u (3) q u e par suite de son mariage avec M a d a m e contracté le (4) il a la charge les enfants désignés ci-contre. (\) N o m , p r é n o m s , grade. (2) Figure sur le fascicule de m o bilisation. (3) Rayer la m e n t i o n inutile. (4) Date d u mariage. (5) Lieu d u mariage. (61 P o u r les pères de 4 et 6 enfants mentionner les enfants décédés (date de décès) s'ils ont vécu avec les enfants survivants. (7) La 1 case (et la 2e case le cas échéant) à utiliser pour l'inscription des enfants d u réservisteintéressé; la 2e case à utiliser éventuellement pour les enfants de la f e m m e d u réserviste. re

(7)

le

Le Maire,

N° 4 2 7 . — A R R Ê T É portant fixation de la date cation des poids et Mesures dans les différentes de la colonie. ( 4 octobre 1923. )

de vérificommunes

L E G O U V E R N E U R p . i d e la G u y a n e française,

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; E R

V u le décret d u I m a r s 1 9 2 1 , p r o m u l g u é d a n s l a colonie le 3 0 avril suivant, relatif à l'organisation d u service d e la v é rification d e s p o i d s et m e s u r e s ;


-

430

-

Sur la proposition d u Secrétaire général, ARRÊTE : er

Article I . — La vérification des poids et mesures aura lieu pour l'année 1923, dans les diverses c o m m u n e s d e la colonie, pendant la période comprise entre le I octobre 1 9 2 3 et le 31 janvier 1 9 2 4 . er

Art. 2. — Le présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la colonie. Cayenne, le 4 octobre 1 9 2 3 . E. C A N T A U .

N° 4 2 8 . — DÉCISION autorisant Mlle Remaria ( Antonine) à installer une fabrique de liqueurs à Cayenne. (8 octobre 1923.) LE

GOUVERNEUR

p. i. de la G u y a n e française,

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la d e m a n d e adressée à l'Administration par Mlle R e m a r l a (Antonine) en vue d'obtenir l'autorisation d'installer u n e fabrique d e liqueurs dans u n i m m e u b l e sis en cette ville, rue Sehœlcher, n° 61 ; V u le décret d u 2 4 septembre 1 8 8 2 rendant applicable à la G u y a n e celui d u 1 0 mai 1 8 8 2 , concernant la législation sur les établissements insalubres à la G u a d e l o u p e ; V u le décret d u 2 4 août 1 9 0 9 relatif à la protection de la santé publique; ensemble l'arrêté local d u 2 0 lévrier 1911 déterminant les circonscriptions sanitaires de la G u y a n e française et fixant la composition des c o m m i s s i o n s sanitaires ; e r

V u la décision d u 1 septembre 1 9 2 3 ouvrant une enquête d e commotion i n c o m m o d a au sujet d e la d e m a n d e d e M Remaria; l l e

V u le procès-verbal de l'enquête d u 2 5 septembre et les conclusions d u Commissaire-enquêteur;


- 431 er

V u l'avis favorable é m i s le I octobre 1 9 2 3 par la c o m m i s sion sanitaire d e la l circonscription; r e

S u r la proposition d u Secrétaire général, DÉCIDE : er

Article 1 . — Mlle A n t o n i n e Reniai la est autorisée a installer une fabrique d e liqueurs d a n s l'immeuble, SIS e n cette vide, rue S c h œ l e h e r , n° 6 1 , sous la réserve toutefois q u e cette installation soit faite d a n s les conditions d'hygiène et d e salubrité publique,quetoutes précautions soient prises p o u r e m pêcher les é m a n a t i o n s malsaines et q u e les produits d e d é c h e t s n e soient points déversés dans les caniveaux d e la r u e . Art. 2 . — l a présente décision sera enregistrée et c o m m u n i q u é e partout o ù besoin sera, insérée et publiée au Journal officiel et a u Bulletin officielle la colonie. C a y e n n e , te 8 octobre 1 9 2 3 . E. CANTau.

N° 4 2 9 . — A R R Ê T É promulguant la loi du 16 juillet 1923, modifiant le n° 055 du tarif général des Douanes ( produits chimiques; concernant l'iode brut. ( 10 octobre 1923.) LE GOUVERNEUR

p. i d elaG u y a n e française,

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u 1 1 janvier 1 8 9 2 portant établissement d u tarif général d e s D o u a n e s métropolitain ; V u le décret d u 2 9 n o v e m b r e 1 8 9 2 portant application d e ladite loi à la g u y a n e française; V u l'arrêté du G janvier 1 8 9 3 p r o m u l g u a n t h la G u y a n e la loi d u 11 janvier 1 8 9 2 et le décret d u 2 9 n o v e m b r e suivant;


- 432

-

V u la loi d u 2 9 m a r s 1 9 1 0 modifiant et complétant la loi d u 11 janvier 1 8 9 2 ; S u r la proposition du Contrôleur en chef, des d o u a n e s p. i.,

Chef

d u service

ARRÊTS : er

Article 1 . — Est p r o m u l g u é e à la G u y a n e française p o u r y être exécutée en sa forme et teneur, la loi d u 16 juillet 1923 modifiant le n° 055 d u tarif général des d o u a n e s (produits chim i q u e s ) concernant l'iode brut Art. 2. — Le Contrôleur en chef, chef d u service des d o u a n e s , est chargé de l'exécution du présent arrêté qui, avec le texte à p r o m u l g u e r , sera publié et inséré au Journal et au Bulletin officiels de la colonie. C a y e n n e , le 1 6 octobre 1923. E

CANTAU.

n

LOI modifiant te n 055 du tarif général des douanes (produits chimiques ) concernant l'iode brut. L e Sénat et la C h a m b r e des députés ont adopté, L e Président de la République p r o m u l g u e la loi dont la teneur suit : Article unique. — L e n° O55 d u tarif des d o u a n e s (produits c h i m i q u e s ) est modifié ainsi qu'il suit:


— 433 —

La présente loi délibérée et adoptée par le Sénat et par la C h a m b r e des députés, sera exécutée c o m m e loi de l'Etat. Fait a Paris, le 16 juillet 1923. A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République : Le

Ministre du

Commerce

et de l'industrie. Le Ministre des finances, Lucien D I O R .

CH. DE L A S T E Y R I E .

N° 4 3 0 . — A R R E T E promulguant à la Guyane française le décret du 12 septembre 1923 déterminant les conditions d'application de la loi du 18 juillet 1922. ( 17 octobre 1923.) LE

GOUVERNEUR

p. i. de la G u y a n e française,

V u l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1906, relative à te promulgation d e s lois et décrets a u x colonies; V u le décret d u 12 septembre 1 9 2 3 , déterminant les c o n ditions d'application au personnel colonial visé à l'article 1 4 d e la loi d u 6 août 1879, des dispositions de l'article 4 d e la loi d u 1 8 juillet 1 9 2 2 , ARRÊTE :

Article 1er. — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française le d é cret susvisé d u 12 septembre 1923. Art. 2. — L e présent arrêté sera, avec le texte p r o m u l g u é , enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et au Bulletin officiel d e la Colonie. C a y e n n e , le 17 octobre 1923. E.

CANTAU,


— 434 DÉCRET L E PRÉSIDENT D E L A RÉPUBLIQUE FRANÇAISE,

S u r le rapport des Ministres des colonies et des finances, V u les lois des 1 8 avril 1831, 5 août 1 8 7 9 et 8 août 1883 sur les pensions d e l'armée d e m e r et d u service colonial ; V u les lois des 15 avril 1 8 8 5 et 8 d é c e m b r e 1 9 0 5 modifiant n o t a m m e n t l'article 19 d e la loi d u 18 avril 1831 ; V u la loi d u 3 0 d é c e m b r e 1913 sur les p e n s i o n s n o t a m m e n t ses articles 15, 10, 1 7 , 1 8 ; V u la loi d u 13 juillet 1917 relevant le taux des pensions militaires e n cas d e cécité absolue o u a m p u t a t i o n d e d e u x membres ; V u la loi d u 31 m a r s 19I9 modifiant la législation d e s a r m é e s d e terre et d e m e r e n ce qui c o n c e r n e les décès s u r v e n u s , les blessures reçues et les maladies contractées o u aggravées e n service ; V u les lois des 2 3 d é c e m b r e 1919, 31 d é c e m b r e 1921 ( art. 1 3 8 ) et 15 juillet 1 9 2 2 modifiant o u c o m p l é t a n t la loi d u 3 1 m a r s 1919 ; V u la loi d u 18 juillet 1 9 2 2 accordant le bénéfice d e s p e n sions d e la loi d u 31 m a r s 1919 a u x anciens militaires et m a r i n s r é f o r m é s antérieurement a u 2 août 1914 p o u r blessures o u infirmités et à leurs enfants, v e u v e s o u ascendants ( n o t a m m e n t s o n article 4 ) ; V u le décret d u 21 m a i 1 8 8 0 et les actes s u b s é q u e n t s fixant l'assimilation p o u r la retraite d u personnel colonial régi, p o u r - la pension, p a r l'article 1 4 d e la loi d u 5 a o û t 1 8 7 9 , DÉCRÈTE : er

Article I . — L'application a u personnel colonial, visé à l'article 14 d e la loi d u 5 août 1879 d e s dispositions d e l'article 4 d e la loi d u 18 juillet 1 9 2 2 , sera effectuée d'après les c o r r e s p o n d a n c e s d e grades indiquées a u tableau ci-dessous :

Tableau


- 437 -

Art. 2. — Les Ministres des colonies et des finances sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution d u présent décret, qui sera publié au journal officiel de la République française. Fait a Rambouillet, le 12 septembre 1923. A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République:

Le Ministre des finances,

Le Ministre des colonies,

CH. DE L A S T E Y R I E .

A. S A R R A U T .

432.— DÉCISION

relative à la célébration de la F ê t e nationale du 11 novembre 1923. (27 octobre 1923. )

p. i. d e la G u y a n e française, V u la loi d u 10 n o v e m b r e 1921, relative à la célébration d e l'anniversaire d u H n o v e m b r e , p r o m u l g u é e dans la colonie par arrêté d u 3 n o v e m b r e 1 9 2 2 , LE GOUVERNEUR

DÉCIDE : e r

Article 1 . — L e s dispositions suivantes seront prises à l'occasion d e la Fête d u 11 n o v e m b r e 1923, jour anniversaire de l'Armistice, Fête de la Victoire et de la Paix. Le 11 n o v e m b r e le pavillon national sera arboré sur tous les édifices publics et les navires en rade mettront le grand pavois. Une salve de 21 coups d e c a n o n sera urée à 6 heures et à 18 heures; le soir, tous les édifices et établissements publics seront illuminés. D e s sonneries d e cloches auront lieu d a n s toutes les églises de la colonie aux trois angélus d e la journée, 3. — L a présente décision sera enregistrée et c o m muniquée

partout o ù besoin sera.

Cayenne, le 2 7 octobre 1 9 2 3 . E.

CANTAU,


— 438 —

N° 433. — A R R Ê T E nommant M , Laffont ( H e n r i ) , receeveur de Enregistrement, Commissaire du Gouvernement près le Conseil du contentieux administratif de la Guyane française pour l'année 1923. (29 octobre 1923.) LE GOUVERNEUR p. i, du la G u y a n e française,

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 5 août 1 8 8 1 , c o n c e r n a n t l'organisation et la c o m p é t e n c e des Conseils d u contentieux administratif d a n s les colonies d e la Martinique, d e la G u a d e l o u p e et de la R é u nion, et rendu applicable à toutes les colonies françaises par le décret d u 7 s e p t e m b r e 1 8 8 1 ; V u l'arrêté d u 4 janvier 1 9 2 3 , n° 6 bis, n o m m a n t M . Clarac, receveur d e l'Enregistrement, C o m m i s s a i r e d u G o u v e r n e m e n t près le Conseil d u contentieux administratif d e la G u y a n e française pour l'année 1 9 2 3 ; V u l'absence d e la colonie d e ce fonctionnaire, parti e n congé, ARRÊTE :

Article 1er. — M . Laffont, receveur d e l'Enregistrement, est n o m m é , p o u r l'année 1 9 2 3 , C o m m i s s a i r e d u G o u v e r n e m e n t , près le Conseil d u contentieux administratif de la G u y a n e française. Art. 2 . — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera. C a y e n n e , le 2 9 octobre 1 9 2 3 . e. C A N T A L . N°

4 3 4 . — DECISION ouvrant une enquête et i n c o m m o d o au sujet de l'installation d'une grais et plus spécialement de poudrette.

de c o m m o d o fabrique d'en-

( 29 octobre 1923. ) LE GOUVEREUR p. i. d e la G u y a n e française,

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 2 4 s e p t e m b r e 1 8 8 2 , rendant applicable à la


-

439

-

Guyane celui du 10 mai 1 8 8 2 , concernant la législation des établissements insalubres à la Guadeloupe ; V u le décret du 24 août 1909, relatif à la protection de la santé publique ; ensemble l'arrêté local du 2 0 février 1911, déterminant les circonscriptions sanitaires de la Guyane française et la composition des commissions sanitaires; Vu la lettre en date du 8 octobre 1923, par laquelle M. Edouard Anatole a sollicité de l'Administration l'autorisation d'installer une fabrique d'engrais et plus spécialement de «poudrette», sur sa propriété « M a g g y » , située au 2 kilomètre de la route coloniale n° I ; ensemble le plan de ladite propriété ; e

Sur la proposition du Secrétaire général, DECIDE :

Article1er.— Une enquête de commodo et i n c o m m o d o sera ouverte à Cayenne, au sujet de l'installation projetée par M. Edouard Anatole. Cette enquête durera u n mois, du 5 novembre au 5 décembre 1923, et l'ouverture en sera annoncée par toutes les voies ordinaires de publicité. Art. 2. — Le Maire de Cayenne est désigné pour procéder à ladite enquête en qualité de commissaire A l'expiration du délai fixé, le commissaire-enquêteur transmettra au Gouverneur le procès-verbal constatant la clôture de l'enquête. Ce procès-verbal, ainsi que les conclusions formulées par le commissaire-enquêteur seront soumis à la commission sanitaire, à laquelle seront également c o m m u n i q u é s tous mémoires adressés au Gouverneur, pour ou contre l'installation dont il s'agit. Art. 3 . — La présente décision sera enregistrée et c o m m u niquée partout où besoin sera, insérée et publiée au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. Cayenne, le 29 octobre 1923. E. C A N T A U .


nominations,

440

-

muatiotns,

congés,

etc.

N° 4 3 5 . — Par arrêté d u Ministre des colonies, e n date d u 2 1 avril 1 9 2 3 , u n c o n c o u r s pour l'emploi d e sons-chef d e b u reau de 2 classe des Secrétariats généraux des colonies sera ouvert le 1 7 avril 1 9 2 4 , s i m u l t a n é m e n t à Paris, d a n s les ports d u H a v r e , d e N a n t e s , d e B o r d e a u x , d e Marseille et d a n s les chefs-lieux d e s colonies o ù il existe u n personnel d e s b u r e a u x d e s Secrétariats g é n é r a u x . e

L e n o m b r e m a x i m u m d e s places mises aux concours est d e vingt. L e p r o g r a m m e et les règles d u concours sont insérés au Journal officiel d e la colonie d u s a m e d i quinze juillet 1 9 2 2 . N° 4 3 6 — P a r décret e n date d u 2 septembre 1 9 2 3 , pris sur la proposition d u Ministre d e s colonies et d u G a r d e des sceaux, Ministre d e la justice, M . N a d a u , Procureur d e la République à Fort-de-France, a été n o m m é Substitut d u Procureur général à la G u y a n e , en r e m p l a c e m e n t d e M . Fabre, décédé. Président d e la C o u r d'appel, M . d e Monti-Kossi, Conseiller d o y e n d e ladite C o u r , e n r e m p l a c e m e n t d e M . S i m o n e a u , a p pelé à d'autres f o n d i o n s ; N° 4 3 7 . — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , e n date d u 1er octobre 1 9 2 3 , pris sur la proposition d u Procureur général p . i, M . Michel (Antoine), chef d e b u r e a u d e l'Administration pénitentiaire, a été provisoirement n o m m é Conseiller-auditeur a la C o u r d'Appel, e n r e m p l a c e m e n t d e M . Chérius-Chéry, appelé à d'autres fonctions. N° 438. — Par décision du G o u v e r n e u r , et a compter du 1er octobre 1923, M . M a n d é P h o c y d e ) , préposé des Contributions indirectes, a été placé, sur sa d e m a n d e , en disponibilité sans traitement, pour une période d'une année.

N° 4 3 9 . - Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , e n date d u S octobre 1 9 2 3 , pris sur la proposition d u Procureur général p . i., l'arrêté d u 1 8 février 1 9 2 2 , n o m m a n t M . Panelle juge d e paix suppléant à l'Oyapoc, a été rapporté.


441

M . Hilaire ( A u g u s t e ) , négociant, a été n o m m é provisoirem e n t juge d e paix suppléant à l'Oyapoc. N° 4 4 0 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 3 octobre 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u C h e f d u service d e l'Instruction publique, ont été appelés à continuer leurs services : A Kouroa. M . Niénat (Victor), instituteur. M m e Niénat ( J o s é p h i n e ) , institutrice. A Sinnamary ( E c o l e des g a r ç o n s ) . M . Latidine ( A t h y s ) , instituteur, e n qualité d e directeur. M . V e r d e r o s a ( C o n s t a n t ) , instituteur, e n qualité d'adjoint. ( Ecole des filles : ) M m e V o l m a r ( L é o d a t e ) , institutrice, e n qualité d e directrice. Mlle Radellant ( L o u i s e ) , institutrice auxiliaire. A Mana ( Ecole d e s g a r ç o n s ) . M . L a b o r i e u x ( T h é o d u l e ), instituteur, e n qualitéde directeur. M . Jacaria ( F r a n ç o i s ) , instituteur, e n qualité d'adjoint. ( Ecole des filles ) M m e Bathilde ( M a r g u e r i t e ) , institutrice. A Oyapoc. M . B o u r q u i n ( F r é d é r i c ) , instituteur. A Cayenne ( Ecole d e s g a r ç o n s ). M M . Q u é m o n (Stanislas), instituteur. S a b a ( Maximilien ), idem, H e r m i n e ( G a é t a n ) , idem. H o r t h ( A u g u s t e ) , idem. C l é o m è n e (Julien), idem. ( E c o l e des filles.) M m e s S a b a ( M a r i e ), institutrice. H o r t h (Joséphine , idem. S o p h i e (Lisia), idem.


442 -

Ecole Maternelle. M m e Lafontaine (Désirée), institutrice. Cette décision aura son effet à c o m p t e r d u I 1923.

er

novembre

N° 4 4 1 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 4 octobre courant, prise sur la proposition d u Chef d u service de l'Instruction publique,MllesA i m é e ( A n d r é e ) et Radellant (Louise), institutrices auxiliaires p o u r v u e s d u brevet supérieur et d u certificat d'aptitude pédagogique, ont été n o m m é e s institutrices de 6 classe à la G u y a n e . e

l l e

P a r la m ô m e décision, M A i m é e a été appelée à continuer ses services à l'école des filles de C a y e n n e . N° 442. — Par décision du G o u v e r n e u r , en date d u 4 octobre 1 9 2 3 , M . Dardet (Christian), garde rural de 3 classe à Iracoubo, a été appelé à continuer ses services à R o u r a . e

Par la m ê m e décision, M . Prian (Biaise), garde rural de 3e classe a B o r n a , a été désigné pour servir à lracoubo. N° 4 4 3 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en date d u 6 octobre 1 9 2 3 , M . Bourgarel (Eloi)., agent des M i n e s d e 3 classe, a été p r o m u a la 2 classe de son grade. e

e

N° 4 4 4 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 13 octobre 1 9 2 3 , M . Fîorus ( S t - O m e r ) , c o m m i s de l classe, a été p r o m u c o m m i s principal de 2 classe des T r a v a u x publics. r e

e

N° 445. — Par décision du G o u v e r n e u r , en date d u 1 6 octobre 1 9 2 3 , un c o n g é de convalescence de six mois, pour e n jouir en France, a été accordé a M . Guillaume-Louis, c o n d u c teur principal de 2° classe des Travaux pénitentiaires, détaché e n qualité d e Chef du service des T r a v a u x publics, M i n e s , Ports et Rades de la G u y a n e . C e fonctionnaire a été autorisé à s'embarquer sur le courrier quittant C a y e n n e le 2 4 octobre courant.


— 443 — N° 446 — Par décision du G o u v e r n e u r , e n date d u 1 7 octobre 1 9 2 3 , u n c o n g é d e convalescence de six m o i s , à passer e n France, à été accordé à M. T h é m i r e ( A r s è n e ) , c o m m i s principal d e s Postes et t é l é p h o n e s . N° 4 4 7 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , en daté d o 17 octobre 1 9 2 3 , u n c o n g é de convalescence d é six m o i s , à passer d a n s la colonie, a été accordé à :A. G u i n g u i n c o i n (JeanBaptiste) facteur rural. N° 4 4 8 . — P a r décision du G o u v e r n e u r , en date d u 1 7 octobre 1 9 2 3 , un c o n g é de c o n v a l e s c e n c e d e six mois, à passer d a n s la colonie, a été accordé a M . Torvie (Frédéric), facteur rural. N° 4 4 9 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 1 7 octobre 1 9 2 3 , u n c o n g é d e convalescence d e six m o i s , a passer à la G u a d e l o u p e , a été accordé a M . Dimirier ( E m i l e ) , agent d e l'Imprimerie d u G o u v e r n e m e n t . N° 4 5 0 . -- Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 3 octobre 1 9 2 3 , pris sur la proposition d u P r o c u r e u r général p. i., M . N a d a u , substitut d u P r o c u r e u r général n o n installé, a été n o m m é Président d u tribunal de 1re instance d e C a y e n n e , p o u r le j u g e m e n t d'une affaire correctionnelle d o n t les autres m a g i s trats d u siège ont p r é c é d e m m e n t c o n n u . N° 4 5 1 . — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 3 octobre 1 9 2 3 , pris sur la proposition d u P r o c u r e u r général p . i., M . J o s e p h (Boniface), p r e m i e r c o m m i s greffier d u tribunal d e 1re instance d e C a y e n n e , a été provisoirement n o m m é Greffier e n chef d e la C o u r d'appel, e n r e m p l a c e m e n t d e M . B i v o u a c , parti e n c o n g é . N° 4 5 2 . — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 3 octobre 1 9 2 3 , pris sur la proposition d u P r o c u r e u r général p. i., u n c o n g é d e six m o i s , p o u r e n jouir e n F r a n c e , a été accordé p o u r cause d o santé, à M . Albert Darnal, avocat-avoué à C a y e n n e . N° 4 5 3 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 3 octobre. 1 9 2 3 , M . Charlery (Gustave), c o n d u c t e u r d e 4e classe d u cadre local, a été appelé à assurer provisoirement la direc-


444

-

tion (lu service des Travaux publics pendant l'absence de M. G u i l l a u n e - L o u i s et jusqu'à nouvel ordre. P a r la même décision, et p e n d a n t la m ê m e période, M. F a u r e , chef d u bureau des M i n e s a été chargé provisoirement de la direction d u service des M i n e s . N° 454. — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 3 octobre 1 9 2 3 , pris sur la proposition du Procureur général p. i., M . Chaspoul, juge-Président du tribunal de l instance de C a y e n n e , est appelé à siéger au (Conseil du contentieux a d m i nistratif pendant l'année 1 9 2 3 c o m m e m e m b r e titulaire, en r e m p l a c e m e n t d e M . L h u e r r e , n o m m é Conseiller privé s u p pléant. N° 4 5 5 . — Suivant arrêté du G o u v e r n e u r , en date d u 2 3 octobre 1923, pris sur la proposition d u Procureur général p. i., ont été provisoirement n o m m é s : re

Juge-Président du tribunal de C a y e n n e , M . PersinetteGautrez, juge-président au Maroni, eu r e m p l a c e m e n t d e M. Chaspoul. Conseiller p. i à la C o u r ; Juge-Président au M a r o n i , M . Jean-Marie. lieutenant de juge à C a v e n n e , en r e m p l a c e m e n t de M . Persinette-Cauirez. M. Chaspoul est m a i n t e n u d a n s ses tondions provisoires de Conseiller, en r e m p l a c e m e n t de M. de Monti-Hossi n o m m é Président d e la C o u r d'appel: M M . Reber, Conseiller à la C o u r d'appel, N a d a u , Substitut d u Procureur général, Sablé, Juge suppléant à C a y e n n e , sont appelés a prendre les fonctions dont ils sont titulaires.

N° 4 5 6 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e u date d u 2 4 octobre 1923, prise sur la proposition d u Chef d u service de l'Instruction publique, ont été appelés à continuer leurs services : A Cayenne

(Ecole des filles):

M m e Martial (Caroline), institutrice


-

445

-

Ecole maternelle : Mlle T o u l o u s e ( C a r m e n ) , iustitutrice auxiliaire. Ecole des garçons : M m e Paigerac (Délice ), institutrice. M . Martial ( L é o n ) , instituteur. A Sinnamary : M m e Achille (Félicité), institutrice, e n qualité d e directrice. A Corossony : M m e T i b o d o ( Elisa ), institutrice auxiliaire. A Malmanoury : Mlle Henriou ( P a u l a ) , institutrice auxiliaire. A Macouria : M m e V o l m a r ( L é o d a t e ) , institutrice. A Régina ( A p p r o u a g u e ) : Mlle L u c ( T h é r è s e ) , institutrice, e n qualité d e directrice. A St-Georges ( O y a p o c ) : Mlle Lancrérot (Mathilde), institutrice auxiliaire. Au Collège de Cayenne

:

Mlle M e r c k e l , e n qualité d e surveillante. Cette décision aura s o n effet à c o m p t e r d u Ier n o v e m b r e 1923. N° 4 5 7 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 4 octobre 1923, M . Dardet (Christian), g a r d e rural d e 3e classe, a été élevé à la 2° classe d e son e m p l o i . N° 4 5 8 . — P a r décision, d u G o u v e r n e u r , e n date d u 27 octobre 1923, M . M a m o u d é ( K a d r e v i r a m S e p t a m a ) a été agréé c o m m e garde particulier d'une concession forestière située â l'inini ( H a u t - M a r o n i ) , appartenant à M . R a o u l Bernardin. P a r la m ê m e décision, a été rapportée celle d u 17 août dernier, qui avait agréé M . M a m o u d é ( K a d r e v i r a m S e p t a m a ) e n la m ê m e qualité p o u r les concessions des C o m p t o i r s Coloniaux Chiris, situées d a n s la région d u M a r O n i .


— 446 N°459. — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , en date d u 30 octobre 1923, pris sur la proposition d u Procureur général p. i., M . Sidney ( F e r n a n d ) , agent d e police d e 3 classe, a été provisoirement n o m m é huissier a u M a r o n i , e n r e m p l a c e m e n t de M. Dento, démissionnaire. e

N° 460. — P a r décision d u G o u v e r n e u r , en date du 31 octobre 1 9 2 3 , a été rapportée la désignation, a titre provisoire, de Mme Gérold, s a g e - f e m m e , p o u r exercer la vaccination d a n s les conditions prévues par l'arrêté d u H ) mai № 1 3 . N° 461. - P a r décision d u G o u v e r n e u r , en date d u SI octobre 1 9 2 3 , a été rapportée la décision d u 2 octobre 1933, portant désignation des m e m b r e s d e la c o m m i s s i o n d e classem e n t d u personnel d e la Trésorerie à la G u y a n e . P a r suite, cette c o m m i s s i o n a été ainsi c o m p o s é e : M M . Pécarrère, Secrétaire général p . i., Président, avec voix prépondérante e n cas d e partage ; L a b o r d e , Chef d u bureau des finances; Liauzun, F o n d é de pouvoirs d u T r é Membres ; sorier-payeur e n c o n g é d e c o n v a lescence, Laudernet, C o m m i s principal d u Secrétariat général, Secrétaire.

CERTIFIÉ CONFORME: Le Secrétaire-archiviste, J.

CAYENNE.

BAZILE-OCTUVON.

Imprimerie d u G o u v e r n e m e n t .


BULLETIN

OFFICIEL LA

DE

GUYANE F R A N Ç A I S E N°

10

O C T O B R E

bis.

1923.

A R R E T E n° 9 5 8 promulguant le décret du 20 juillet 1923 au sujet d'une convention commerciale signée à Paris le 22 juin 1923 entre la France et l'Autriche.

(23 octobre 1923). L E G O U V E R N E U R p. i. de la G u y a n e française. Vu l'ordonnance organique d u 27 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u 11 janvier 1892, portant établissement d u tarif général métropolitain des d o u a n e s ; V u le décret d u 2 9 n o v e m b r e 1892 portant application d e ladite loi à la G u y a n e française ; V u l'arrêté d u 6 janvier 1893 p r o m u l g u a n t à la G u y a n e la loi d u 11 janvier 1 8 9 2 et le décret d u 29 n o v e m b r e suivant; V u la loi d u 2 9 m a r s 1 9 1 0 , modifiant et complétant la loi d u 11 janvier 1 8 9 2 ; S u r la proposition d u Contrôleur e n chef, chef d u service des D o u a n e s p . i., ARRÊTE: e r

Article I . — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française, p o u r y être exécuté e n sa f o r m e et teneur, le décret d u 2 0 juillet 1923, portant convention c o m m e r c i a l e , signée à Paris le 2 2 juin 1 9 2 3 , entre la F r a n c e et l'Autriche.


- 2 — Art. 2. — L e Contrôleur en chef, chef d u service des d o u a n e s p. i., est chargé de l'exécution d u présent arrêté, qui, avec le texte à promulguer, sera publié et inséré a u Journal et a u Bulletin officiels d e la Colonie. C a y e n n e , le 2 5 octobre 1 9 2 3 . E. C A N T A U .

DÉCRET LE PRÉSIDENT de la République française, V u l'article 8 d e la loi d u16juillet 1 8 7 5 ; V u la loi d u 2 9 juillet 1 9 1 9 ; S u r la proposition d u Président d u conseil, Ministre d e s affaires étrangères, d u Ministre des finances, d u Ministre d u c o m m e r c e et de l'industrie, d u Ministre de l'agriculture ; L e Conseil des Ministres entendu, DECRETE : er

Article 1 , — L a convention commerciale entre la France et l'Autriche, signée à Paris, le 2 2 juin 1923, et dont la teneur suit, sera insérée au Journal officiel et entrera en application à partir d u 2 2 juillet 1 9 2 3 , e n attendant son approbation p a r le Sénat et par la C h a m b r e des députés. CONVENTION

ÉCONOMIQUE

ENTRE LA FRANCE ET L'AUTRICHE.

L e Président d e la République française et le Président d e la République d'Autriche, a n i m é s d'un égal désir d e favoriser le développement des relations é c o n o m i q u e s entre la France et l'Autriche, ont résolu d e conclure u n e convention à cet effet et ont n o m m é p o u r leurs plénipotentiaires respectifs : L e Président de la République française: M . R a y m o n d Poincaré, sénateur, Président d u conseil,

Ministre des affaires étrangères; M . Lucien Dior, député, Ministre d u commerce. L e Président de la République d'Autriche :


—3—

M. Jean-André d'Eichhoff, Envoyé extraordinaire et Ministre plénipotentiaire d'Autriche à Paris ; M. Richard Sehuller, Directeur au ministère des affaires étrangères à Vienne, Lesquels, après s'être c o m m u n i q u é leurs pleins pouvoirs respectifs, trouvés en bonne et due forme, sont convenus des dispositions suivantes : Article H . -- Les produits naturels o u fabriqués, originaires et en provenance de France, des colonies, possessions et pays de protectorat français, seront admis sur le territoire douanier de la République autrichienne au bénéfice des taux les plus réduits que l'Autriche accorde ou pourrait accorder à l'avenir à toute autre puissance, en vertu de mesures tarifaires o u de conventions commerciales, tant en ce qui concerne les droits à l'importation que toute surtaxe, coefficient, ou majoration dont ces droits sont ou pourraient être l'objet. Toutefois, la France renonce à réclamer le bénéfice des avantages préférentiels que l'Autriche pourrait accorder en matière de tarif par application de l'article 222 d u traité de Saint-Germain. Chacune des hautes parties contractantes renonce égaement à réclamer le bénéfice de tout régime spécial qui pourrait-être institué par l'autre pour tout trafic frontalier qui ne dépasserait pas une étendue m o y e n n e de 15 kilomètres de chaque côté de la frontière et serait exclusivement limité aux besoins des populations de ladite zone ou qui serait motivé par les situations économiques spéciales résultant de l'institution de frontières nouvelles. Art. 2. — Sans préjudice des dispositions de l'article précédent, les produits naturels. ou fabriqués, originaires et en provenance de France, (les colonies, possessions et pays de protectorat français, énumérés à la liste A, bénéficieront, à leur importation en Autriche, des droits fixés à ladite liste si, en vertu du tarif appliqué au m o m e n t de la mise en vigueur de la présente convention; ils se trouvaient à des droits supérieurs; si, au contraire, ils sont soumis, en vertu d u m ê m e tarif, à des droits inférieurs, les taux fixés à ladite liste marquent la limite de protection qu'au cas d'un remaniement tarifaire l'Autriche s'engage à ne pas excéder pour le traitement des produits, français.


—4—

Art. S. — L e s produits naturels o u fabriqués, originaires et e n p r o v e n a n c e d e la R é p u b l i q u e d'Autriche, é n u m é r é s à la liste B , a n n e x é e à la présente convention, seront a d m i s à leur importation e n F r a n c e , ainsi q u e d a n s les colonies, possessions et p a y s d e protectorat français qui ont le m ê m e r é g i m e d o u a nier q u e la F r a n c e , a u bénéfice des taux les plus réduits q u e la F r a n c e accorde o u pourrait accorder à l'avenir à toute puissance, e n vertu d e m e s u r e s tarifaires o u d e conventions c o m m e r c i a l e s , tant e n ce qui c o n c e r n e les droits à l'importation actuellement établis o u ceux q u e la F r a n c e pourrait éventuellement leur substituer qu'en ce qui c o n c e r n e les surtaxes, coefficients o u autres majorations temporaires que la F r a n c e à établis o u pourrait établir. L'octroi d u tarif m i n i m u m p o u r les produits é n u m é r é s à ladite liste I! implique le traitement d e la nation la plus favorisée, m a i s n'autorise p a s c e p e n d a n t l'Autriche à r é c l a m e r le bénéfice des avantages préférentiels que la F r a n c e pourrait accorder à ses protectorats o u le bénéfice d e tarif qui pourrait résulter d'arrangements é c o n o m i q u e s q u e la F r a n c e pourrait conclure avec d e s Etats limitrophes, o u le bénéfice d e s tarifs q u e la F r a n c e pourrait accorder éventuellement a u x produits d o n t l'importation est destinée à faciliter d e s r è g l e m e n t s financiers a v e c les p a y s qui ont été e n état d e guerre avec la F r a n c e p e n d a n t les a n n é e s 1914-1918. Art. 4. — L e s produits naturels o u fabriqués, originaires et e n p r o v e n a n c e d'Autriche, é n u m é r é s à la liste G, ci-annexée, bénéficieront, à leur importation e n F r a n c e o u d a n s les colonies, possessions et p a y s d e protectorat français qui o n t le m ê m e r é g i m e douanier q u e la F r a n c e , d e s pourcentages d e réduction indiqués à ladite liste, lesquels porteront sur l'écart entre les taux d u tarif général et c e u x d u tarif m i n i m u m . C e s pourcentages resteront tes m ê m e s quels q u e soient les relèvem e n t s o u abaissements d e tarifs, surtaxes o u coefficients q u e la F r a n c e pourrait instituer d a n s l'avenir. Si la F r a n c e accorde à u n m o m e n t q u e l c o n q u e à la H o n g r i e o u à la T c h é c o s l o v a q u i e u n p o u r c e n t a g e plus favorable q u e celui qui est accordé à l'Autriche p o u r les produits visés à la liste G, ce pourcentage plus favorable s'appliquera i m m é d i a t e m e n t et inconditionnellement auxdits produits originaires et e n p r o v e n a n c e d'Autriche. L a présente disposition s'entend sans préjudice d e s réserves faites à l'alinéa 2 d e l'article 3 par la F r a n c e .


—5—

Art. 5. — Les produits o u marchandises exportés des territoires de r i m e des limites parties contractantes à destination des territoires de l'autre, bénéficieront, en ce qui concerne les droits et taxes à l'exportation actuellement en vigueur, ou qui pourraient être ultérieurement établis, d u régime le plus favorable q u e chacune des hautes parties contractantes acecorde, o u pourrait éventuellement accorder à toute puissance tierce. Les dispositions d u présent article s'entendent sans préjudice des réserves laites à l'alinéa 2 de l'article 1 , par l'Autriche et à l'alinéa 2 de l'article 3 par la France. Art. 6. — Les produits naturels o u fabriqués originaires et en provenance d'Autriche jouiront dans les colonies, possessions et pays de protectorat français qui n'ont pas le m ê m e régime douanier q u e la France, des tarifs qui y sont appliqués a u x produits de la nation étrangère la plus favorisée. Art. 7. — P o u r les produits é n u m é r é s a u x listes annexes, c h a c u n e des hautes parties contractantes accorde a u x produits originaires et en provenance de l'autre, le bénéfice des avantages résultant des modifications apportées à la nomenclature douanière o u de spécialisations introduites d a n s les tarifs en vertu des m e s u r e s administratives o u légales o u d e c o n v e n tions conclues avec d'autres puissances. Art. 8. - - Toute levée d e prohibition d'entrée accordée» m ê m e à titre temporaire, par l'Autriche a u x produits d'une tierce puissance, s'appliquera i m m é d i a t e m e n t et inconditionnellement a u x produits identiques o u similaires, originaires et e n provenance de France, de ses colonies, possessions et pays d e protectorat. P o u r les produits é n u m é r é s à la liste D, la prohibition actuellement établie sera levée dans la limite des contingents fixés d'accord entre les d e u x g o u v e r n e m e n t s , et sous les c o n ditions de contrôle prévues p o u r le d é c o m p t e . P o u r les produits dont les contingents auraient été épuisés, ainsi q u e p o u r tous autres produits actuellement prohibés et p o u r lesquels il n'est point prévu de contingents à la présente convention, le g o u v e r n e m e n t autrichien s'engage à e x a m i n e r avec bienveillance toutes d e m a n d e s d'importation, étant e n tendu q u e les permis ne devront point être refusés si l'Autriche accorde, pour des produits indentiques o u similaires, des licences a u x produits originaires et e n provenance d e tous autres pays. er


- 6 L e contrôle des devises établi par le g o u v e r n e m e n t autrichien n e p o n r r a être i n v o q u é p o u r faire obstacle à l ' i m p o r t a t i o n des m a r c h a n d i s e s prévues à la liste I). L'importation des m a r c h a n d i s e s qui font l'objet d e contingents o u d e licences n e devra, e n a u c u n cas, être s u b o r d o n n é e à un système d e c o m pensation q u e l c o n q u e . Art. 9. — P o u r les produits originaires et e u p r o v e n a n c e d'Autriche qui sont portés à la liste B, ci a n n e x é e c o m m e a d m i s au tarif m i n i m u m d a n s la limite des contingents, les d e u x g o u v e r n e m e n t s établiront le m o n t a n t dudit contingent p a r u n accord ét détermineront les conditions d e contrôle p r é v u e s p o u r le d é c o m p t e , Art. 10. —- D a n s le cas o ù l'une des; hautes parties contractantes établirait de nouvelles prohibitions, soit â rentrée, soit à la sortie, l'octroi des dérogations o u la fixation d e n o u v e a u x contingents seront étudiés sur la d e m a n d e de l'une des d e u x parties contractantes, d e façon à ne préjudiciel* q u e le m o i n s possible a u x relations c o m m e r c i a l e s entre les d e u x pays. Art. 11. — L e s produits d u sol o u d e l'industrie d e l'un d e s d e u x pays, importés sur le territoire d e l'autre et destinés à l'entreposage o u au transit vers q u e l q u e destination q u e ce soit, n e seront passibles q u e des droits et taxes exclusivement destiné à couvrir les dépenses de surveillance et d'administration q u e peut i m p o s e r le transit, sans préjudice toutefois des taxes fiscales afférentes a u x transactions d o n t ces m a r c h a n d i s e s pourraient être l'objet au cours de leur entreposage o u d e leur transport. Art. 12, — Les produits de toute nature originaires d'Autriche et importés e n France, d a n s les colonies, possessions et protectorat français ne pourront être assujettis à des droits d'accise o u d'octroi autres o u plus élevés que ceux qui grèvent o u qui grèveraient les produits nationaux o u les produits d e la nation la plus favorisée. D e m ê m e , les produits d e toute nature originaires d e France, d e s colonies, possessions et pays d e protectorat français, i m portés e n Autriche n e pourront être assujettis à des droits d'accise o u d'octroi autres o u plus élevés q u e c e u x qui grèvent o u qui grèveraient les produits nationaux d e la nation la plus favorisée. L e s hautes parties contractantes s'accordent d e m ê m e le traitement national e n ce qui concerne les droits d e c o n s o m -


—7—

mation ainsi q u e toutes taxes intérieures o u locales perenes sur la vente des produits. Les hautes parties contractantes se garantissent réciproq u e m e n t le traitement d e la nation la plus favorisée en ce qui concerne les droits d'exportation, de réexportation, de transit, d'entreposage, de transbordement des marchandises o u l'accomplissement des formalités de d o u a n e . Art. 13, — P o u r réserver aux produits originaires de leurs p a y s respectifs le bénéfice des dispositions ci-dessus, et p o u r éviter q u e des produits originaires d u pays qui n e jouissent p a s dudit bénéfice puissent e m p r u n t e r la voie d e leur territoire, les hautes parties contractantes pourront exiger q u e tes produits et marchandises importés sur leur territoire soient a c c o m p a g n é s d'un certificat d'origine attestant: 1° S'il s'agit de matières premières p r o p r e m e n t dites o u d e produits naturels, qu'ils sont originaires tic l'autre pays ; 2° S'il s'agit d'un produit manufacturé, qu'il a acquitté d a n s l'autre pays, soit à cause d e la matière incorporée, soit par le travail subi, le pourcentage de valeur auquel la législation d u p a y s destinataire s u b o r d o n n e la reconnaissance de la n a tionalité. Les certificats d'origine seront délivrés, soit par les c h a m b r e s d e c o m m e r c e dont relève l'expéditeur, soit par toute autre autorité o u g r o u p e m e n t é c o n o m i q u e q u e le pays destinataire aura agréé. Ils seront légalisés par u n représentant diplomatique o u consulaire d u pays destinataire, les hautes parties contractantes sont d'accord p o u r effectuer cette légalisation gratuitement. A u cas o ù l'expéditeur pourra craindre q u e malgré le certificat d'origine a c c o m p a g n a n t la marchandise, celle-ci d e m e u r e sujette à contestation, il pourra faire confirmer le certificat d'origine par u n certificat de vérification établi et signé à la fois par l'auteur d u certificat d'origine et par u n agent technique q u e désignera le représentant diplomatique d u pays destinataire et dont la nomination sera notifiée a u g o u v e r n e m e n t d u pays expéditeur. Cet agent pourra, p o u r procéder à la vérification, exiger toute preuve o u c o m m u n i c a t i o n expedientes et percevoir u n e taxe dont le taux sera strictement limité a u x frais d e vacation et d e déplacement nécessités par l'établissement d u certificat d e vérification. Si la marchandise est a c c o m p a g n é e d'un certificat de vérification, elle n e sera assu-


-

8

-

jettie à l'expertise légale e n d o u a n e q u e d a n s le cas d e fraude o u de substitution p r é s u m é e . Les colis postaux seront dispensés d u certificat d'origine q u a n d il s'agira d'importation ne revêtant p a s u n caractère commercial. D a n s tous les cas où l'un des d e u x g o u v e r n e m e n t s signalera à l'autre, par l'entremise d'un agent autorisé p o u r ce faire, q u e des pratiques frauduleuses se sont produites d a n s la délivrance desdits certificats, le g o u v e r n e m e n t auquel la plainte aura été adressée p r o v o q u e r a i m m é d i a t e m e n t u n e enquête spéciale sur les faits incriminés, e n c o m m u n i q u e r a les résultais au g o u v e r n e m e n t plaignant et prendra, le cas échéant, toutes les m e s u r e s en son pouvoir p o u r prévenir la continuation desdites pratiques frauduleuses. Art. 1 4 — C h a c u n e des hautes parties contractantes s'engage à prendre toutes les m e s u r e s nécessaires pour garantir d'une m a nière effective les produits naturels ou fabriquées originaires d e l'autre partie contractante, contre toute f o r m e d e concurrence déloyale d a n s les transactions c o m m e r c i a l e s , et n o t a m m e n t à réprimer et à prohiber par la saisie o u par toutes autres sanction appropriées l'importation, l'entreposage et, l'exportation, ainsi q u e la fabrication, la circulation, la vente et la m i s e en vente, à l'intérieur, d e tous produits portant sur e u x - m ê m e s o u sur leur conditionnement i m m é d i a t o u sur leur emballage extérieur, des m a r q u e s , n o m s , inscriptions o u signes q u e l c o n q u e s c o m p o r t a n t directement o u indirectement de fausses indications sur l'origine, l'espèce, la nature o u les qualités spécifiques d e ces produits o u m a r chandises. Art. 15. — C h a c u n e des hautes parties contractantes s'engage à prendre des m e s u r e s législatives et administratives e n v u e d e réprimer l'emploi d e fauses indications d e p r o v e n a n c e des produits vinicoles, p o u r autant qu'ils soient originaires d e l'une o u l'autre des hautes parties contractantes. Seront n o t a m m e n t réprimés par la saisie et par d'autres sanctions appropriées, l'importation, l'entreposage, l'exportation, la fabrication, la circulation, la vente o u la m i s e e n vente des produits visés ci-dessus d a n s le cas o ù figureraient sur les fûts, bouteilles, emballages o u caisses les contenant, des m a r q u e s , des n o m s , des inscriptions o u des signes quelc o n q u e s , c o m p o r t a n t sur l'origine d e ces produits d e fausses indications s c i e m m e n t e m p l o y é e s .


- 9 L a saisie des produits incriminés aura lieu, soit à la diligence d e l'administration, soit à la requête d u ministère public, o u d'une partie intéressée — individu, association o u syndicat — c o n f o r m é m e n t à la législation respective de c h a c u n e des hautes parties contractantes. L'interdiction de se servir d'une appellation régionale o u d e cru p o u r désigner des produits autres q u e ceux qui y ont réellement droit, subsiste, alors m ê m e q u e la véritable origine des produits serait m e n t i o n n é e o u q u e les appellations fausses seraient a c c o m p a g n é e s de c m laines rectifications telles q u e « genre », « type », « façon » o u autres. L e peésent article n e fait pas obstacle à ce qu'en tous cas celui qui vend u n produit vinicole* m e n t i o n n e son n o m et son adresse sur le récipient. A défaut d'appellation régionale, il sera tenu de compléter son adresse par l'indication d u pays d'origine, eu caractères également apparents, c h a q u e fois q u e , par u n n o m de localité o u par tout autre indication de l'adresse, il pourrait y avoir confusion avec u n e localité o u avec u n e propriété située d a n s u n autre pays. P o u r les produits vinicoles, a u c u n e appellation d'origine d e l'une des liantes parties contractantes, si elle est d û m e n t protégée dans le pays d e production et si elle a été régulièrem e n t notifiée à l'autre partie, ne pourra être considérée c o m m e ayant u n caractère générique, ni ne pourra être déclarée t o m b é e d a n s le d o m a i m e public. Seront reconnues de la m ê m e m a n i è r e les délimitations et les spécifications qui se rapportent à ces appellations. Les hautes parties contractantes s'engagent à étudier ultérieurement l'extension éventue Ile des dispositions qui précédent à tous produits, autres q u e les produits vinicoles, tirant d u sol o u du climat leurs qualités spécifiques. Art. 1 6 . — Les hautes parties contractantes s'engagent à d o n n e r u n e application effective à la convention internationale d e Paris d u 2 0 m a r s 1 8 8 3 p o u r la protection d e la propriété industrielle, révisée à W a s h i n g t o n le 2 juin 1 9 1 1 , ainsi qu'à toute convention internationale visant spécialement les brevets d'invention à laquelle elles seraient adhérentes. Les hautes parties contractantes s'engagent, d'autre part, à d o n n e r u n e application effective à la convention internationale d e Berne, d u 9 septembre 188b, p o u r la protection des œ u v r e s littéraires et artistiques, révisée à Berlin le 13 n o v e m b r e 1908


10

et complétée p a r le protocole additionnel signé à B e r n e le 2 0 m a r s 1014. Art. 1 7 . — P a r considération p o u r la situation g é o g r a p h i q u e spéciale d e l'Autriche, la France consent à accorder le bénéfice d e la droiture a u x m a r c h a n d i s e s originaires et e n p r o v e n a n c e d e la république d'Autriche importées e n France, d a n s les colonies, possessions et p a y s d e protectorat français, p a r les voies et d a n s les condilions ci-après définies : 1" L e s m a r c h a n d i s e s expédiées d'Autriche par les ports d e Trieste et d e F i u m e devront être expédiées vers c e s ports, sous c o n n a i s s e m e n t direct p o u r la France cl avec la désignation d u navire s u r lequel elles devront être e m b a r q u é e s o u d'une ligue régulière desservant les ports français à laquelle le transport desdites m a r c h a n d i s e s sera confié. L e s m a r c h a n d i s e s devront être a c c o m p a g n é e s , à leur arrivée e n France, d u connaissement é m i s à leur départ et e n d o s s é , p o u r identité d e la m a r c h a n d i s e , p a r le capitaine d u navire transporteur. L e G o u v e r n e m e n t français p o u r r a exiger, e n outre q u e les envois soient a c c o m p a g n é s d'une attestation consulaire o u d'un certificat d e la d o u a n e d u port d ' e m b a r q u e m e n t , visé, s'il y a lieu, par l'autorité consulaire, établissant la régularité d u t r a n s b o r d e m e n t d a n s ce p o r t ; 2 ° L e s m a r c h a n d i s e s exportées vers la F r a n c e par la voie d u D a n u b e et les ports d e Galatz et d e B r a d a seront s o u m i s e s à u n régime analogue à celles qui seraient exportées p a r les ports d e F i u m e et d e Trieste. Files devront être a c c o m p a g n é e s d u connaissement é m i s à leur lieu d'origine, à destination d e la France, portant m e n t i o n d u navire sur lequel elles devront être e m b a r q u é e s o u d'une ligne régulière desservant les ports français chargés d'en assurer le transport. Elles devront être a c c o m p a g n é e s , à leur arrivée e n F r a n c e , dudit c o n n a i s s e m e n t e n d o s s é p a r le capitaine d u navire transporteur p o u r identité d e la m a r c h a n d i s e . L e G o u v e r n e m e n t français p o u r r a exiger, e n outre, q u e les envois soient a c c o m p a g n é s d'une attestation consulaire o u d'un certificat d e la d o u a n e d u port d ' e m b a r q u e m e n t , visé, s'il y a lieu, par l'autorité consulaire, établissant la régularité d u transb o r d e m e n t d a n s ce port.


-

11

-

L'Autriche pourra, s'il y a lieu, exiger les m ê m e s garanties de droiture p o u r les marchandises originaires et e n p r o v e n a n c e de France. Art. 1 8 . — 1° E n attendant la ratification des conventions et statuts sur la liberté d u transit et sur le régime international des voies terrées, les d e u x parties contranctantes s'engagent à s'accorder mutuellement toutes les facilités d e transport raisonnables et à prendre toutes m e s u r e s utiles p o u r q u e le transport s'exécute n o r m a l e m e n t et sans difficultés ; 2° L e s stipulations précédentes ne dérogent en rien a u x dispositions des règlements de d o u a n e c o n c e r n a n t le traitement des envois d e transit, ni a u x règlements relatifs a u trafic et a u c o m m e r c e des marchandises soumises à u n e taxe intérieure o u formant l'objet d'un m o n o p o l e d'Etal. L e transit de ces marchandises ne devra, toutefois, être entrave plus qu'il n'est nécessaire p o u r la perception éventuelle d e l'impôt intérieur sur les m a r c h a n d i s e s restant d a n s le p a y s o u p o u r le but d u monopole. Art. 19. — 1° Les d e u x parties contractantes se déclarent d'accord p o u r que le transport sur leur territoire d e voyageurs et d e leurs bagages soient a d m i s , quelle q u e soit leur proven a n c e o u leur nationalité à u n régime aussi favorable, e n ce qui concerne l'expédition, les prix d e transport et les i m p ô t s p u b ics relatifs a u x transports, q u e le régime général appliqué a leurs propres nationaux d a n s les m ê m e s conditions; 2° L e s transports d e m a r c h a n d i s e s s'étendant sur les territoires des d e u x parties contractantes — que ces m a r c h a n d i s e s y soient expédiées, reçues o u en transit — seront s o u m i s à u n régime aussi favorable en ce qui c o n c e r n e l'expédition, les prix d e transport et les impôts publies grevant les transports, q u e le régime général appliqué aux transports des m ê m e s m a r chandises d a n s le trafic intérieur, o u d a n s le trafic avec u n tiers Etat, d a n s les m ê m e s conditions, p o u r la m ê m e direction et sur le m ê m e parcours; 3° Nonobstant, les dispositions précédentes, c h a q u e partie contractante reste libre d'accorder o u d'autoriser, sur s o n territoire, des tarifs réduits o u des facilités d e transport, e n faveur de certaines catégories de p e r s o n n e s o u de m a r c h a n dises; elle peut également concéder des prix spéciaux sur certains trajets p o u r développer le trafic entre diverses parties d e sou territoire, o u avec des Etats voisins,


12

Art. 2 0 . — C h a q u e partie contractante s'efforcera d e faire accorder a u x transports d e matières premières et d e vivres, destinés à la c o n s o m m a t i o n d a n s les territoires d e l'autre partie, les réductions concédées par les c h e m i n s de fer d e s o n territoire, e n faveur des produits d e m ê m e nature destinés à sa c o n s o m m a t i o n indigène, d a n s les m ê m e s conditions, p o u r la m ê m e direction et sur le m ê m e parcours. Art. 21. — E n ce qui concerne l'acheminement, a u c u n e différence n e sera faite, e n principe, entre les m a r c h a n d i s e s d e m ê m e nature remises à l'expédition sur le territoire national et celles remises sur le territoire d e l'autre partie. D a n s le cas d'une restriction d u trafic intérieur, le trafic d'échange entre les parties contractantes et le trafic d e transit provenant d u territoire d e l'autre partie n e seront pas s o u m i s , e n principe, à des restrictions plus grandes q u e le trafic national intérieur et le transit vers la m ê m e destination. Il est e n t e n d u , toutefois quêtes transports, qui o n t u n e i m p o r t a n c e vitale p o u r l'une d e s parties contractantes, qu'il s'agisse d e transports intérieurs, d'importations o u d'exportations, p o u r r o n t t e m p o r a i r e m e n t avoir la préférence sur des envois e n transit d e m o i n d r e i m portance é c o n o m i q u e . Art. 2 2 . — 1" L e s d e u x parties contractantes s'engagent à intervenir a u p r è s des c o m p a g n i e s o u administrations d e c h e m i n s d e fer d e leur territoire et à prendre tontes mesures utiles e n v u e d e s u p p r i m e r tout obstacle qui pourrait entraver, e n certains cas, le trafic des v o y a g e u r s et des m a r c h a n d i s e s , soit entre leurs territoires, soit entre les territoires d'une d e s parties contractantes et c e u x d'un tiers Etat à travers les territoires d e l'autre partie contractante ; 2 L e s parlies contractantes s'efforceront qu'il soit tenu c o m p t e des nécessités d u trafic direct, soit entre leurs territoires, soit entre les territoires d'une partie contractante et celui d u tiers Etat à travers le territoire d e l'autre partie c o n tractante; elles r e c o m m a n d e r o n t a u x c o m p a g n i e s o u a d m i n i s trations de c h e m i n s d e fer d e leur territoire d établir des services directs d e trains d e voyageurs et d e m a r c h a n d i s e s , et d e régler, d a n s u n esprit d e conciliation réciproque, les q u e s tions concernant le service d u m o u v e m e n t et d u transport; u

L o r s de la fourniture d e s w a g o n s , les besoins d u trafic intérieur et d e l'exportation d a n s le territoire d e l'autre p a r tie contractante seront traités d'une m a n i è r e équitable. E n


13

particulier, e n ce qui concerne la fourniture des w a g o n s p o u r le trafic d'exportation à destination des territoires d e l'autre partie contractante, il n e sera pas procédé, en principe, d'une m a n i è r e m o i n s favorable q u e lors de la fourniture des véhicules p o u r le trafic d'exportation à destination d e tiers Etat. Art. 23. — L e s ressortissants, les biens et le pavillon autrichiens, jouiront d e l'entière liberté d'utilisation des ports m a ritimes d e la France, des colonies et possessions françaises. D a n s ces ports, ils seront sous ce rappport et à tous égards traités sur le pied d'une parfaite égalité avec les ressortissants, les biens et le pavillon de l'Etat jouissant d u traitem e n t le plus favorable. D e s o n côté, le G o u v e r n e m e n t autrichien s'engage à n e prendre o u laisser prendre par les organismes placés sous s o n contrôle a u c u n e m e s u r e et à n e conclure avec des G o u v e r n e m e n t s o u organismes étrangers a u c u n accord ayant p o u r effet d'éliminer o u d e défavoriser, par rapport a u pavillon autrichien o u tiers, les navires et le c o m m e r c e maritime français p o u r ce qui concerne n o t a m m e n t le transport des biens, passagers et émigrants d e l'Autriche o u d'un Etat étranger qui traverseraient u n e partie d u territoire autrichien, et quelle q u e soit la voie o u le port e m p r u n t é o u à e m p r u n t e r . Sont considérés a u sens d u présent article c o m m e bien d'un Etat les biens ayant p o u r origine, p r o v e n a n c e o u destination d e cet Etat. Les certificats d e jaugeage délivrés par l'Autriche seront acceptés d a n s les ports maritimes français sans qu'il soit p r o cédé à d e nouvelles vérifications o u m e s u r e s et assimilés a u x certificats français correspondants, n o t a m m e n t p o u r le p a y e m e n t des droits et taxes, à condition q u e les règles et procédés d e jaugeage autrichiens soient reconnus identiques o u équivalents a u x règles et procédés d e jaugeage servant à l'établiss e m e n t des certificats français.


-

14 -

Art. 24 — Les ressortissants d e chacun des d e u x p a y s jouiront, sur le territoire de l'autre, e n ce qui concerne l'établissement, l'exercice d u c o m m e r c e et d e l'industrie, leurs biens mobiliers et immobiliers, leurs droits et intérêts, d u régime accordé a u x ressortissants d e la nation la plus favorisée. Ils seront libres d'en régler leurs affaires, soit personnellement, soit par u n intermédiaire d e leur choix, sans être s o u m i s , à cet égard, à d'autres restrictions q u e celles prévues par les lois et règlements en vigueur. Art. 2 5 . — Les sociétés civiles, c o m m e r c i a l e s , industrielles, financières, d'assurances et en général, toutes les sociétés d e caractère é c o n o m i q u e , constituées c o n f o r m é m e n t a u x lois d e l'un des d e u x pays, pourront, e n observant les prescriptions d e s lois de l'autre et si elles obtiennent l'autorisation nécessaire d a n s le cas o ù u n e telle autorisation est prévue par ces lois, soit exercer leur activité d a n s ce dernier pays, soit s'y établir et y créer des filiales, succursales o u agences, e x c e p tion faite p o u r les industries qui, e n raison d e leur caractère d'utilité générale, sont soumises à des restrictions spéciales. Elles pourront, sous les m ê m e s conditions, acquérir, posséder o u affermer les i m m e u b l e s nécessaires à leur b o n fonctionnement. Ces sociétés pourront également faire valoir tous leurs droits e n ce pays et y ester e n justice c o m m e d e m a n d e r e s s e et c o m m e défenderesse, en se soumettant a u x lois et règlements. Lesdites sociétés, ainsi q u e leurs fdiales, succursales et agences, jouiront à tous égards d u traitement accordé a u x sociétés d e la nation la plus favorisée. Art. 2 6 . — L e s dispositions des articles 2 4 et 2 5 s'entendent à l'exclusion des droits et obligations d e nature fiscale qui sont fixés par les dispositions ci-après : L e s ressortissants d e c h a c u n des d e u x p a y s n e seront p a s assujettis, sur le territoire de l'autre, à des droits, taxes, impôts, sous quelque d é n o m i n a t i o n q u e ce soit, autres o u plus élevés q u e ceux qui sont o u qui seront perçus sur les nationaux.


- 15 — Cette disposition ne fait pas obstacle à la perception, le cas échéant, soit d e taxes d e séjour, soit de taxes afférentes à l'accomplissement des formalités d e police, étant entendu q u e les ressortissants des d e u x pays jouiront, sous ce rapport, d u traitement accordé a u x ressortissants de la nation la plus favorisée. Les sociétés de toute nature, civiles, commerciales, industrielles, financières et d'assurances, constituées suivant les lois de l'un des d e u x pays, ainsi q u e leurs filiales, succursales et agences, ne seront pas assujetties, sur le territoire d e l'autre, à des droits, taxes, impôts, sous quelque dénomination q u e ce soit, antres o u plus élevés que ceux qui sont o u seront perçus sur les sociétés d u pays. E n ce qui concerne les impôts calculés sur le capital, les revenus ou les bénéfices, les sociétés, leurs filiales, succursales o u agences ne seront taxées d a n s ce pays, selon la nature des impôts, qu'à raison d e la part d'actif qui y est investie des biens quelles y possèdent, des litres qui y circulent, des bénéfices qu'elles y réalisent et des affaires qu'elles y font. Les dispositions d u présent article établissements industriels o u c o m m e r c i a u x particuliers.

s'appliqueront a u x appartenant à des

Art. 2 7 . — L e s négociants, les fabricants et autres industriels d e l'un des d e u x pays qui prouvent par la présentation d'une carte de légitimation industrielle, délivrée par les autorités compétentes de leur pays, qu'ils y sont autorisés à exercer leur c o m m e r c e o u leur industrie, et qu'ils y acquittent les taxes et les impôts prévus par les lois, auront le droit, soit personnellement, soit par des voyageurs à leur service, de faire des achats d a n s le territoire de l'autre partie contractante, chez des négociants o u producteurs o u d a n s des locaux de ventes publiques. Ils pourront aussi prendre des c o m m a n d e s , m ê m e sur échantillons, chez les négociants o u autres personnes qui, p o u r leur c o m m e r c e o u leur industrie, utilisent des m a r c h a n -


- 16

dises c o r r e s p o n d a n t à ces échantillons. Ni d a n s l'un, ni d a n s l'autre p a y s , ils n e seront astreints à acquitter à cet effet u n e taxe spéciale. L e s v o y a g e u r s de c o m m e r c e autrichiens et français m u n i s d'une carte d e légitimation c o n f o r m e a u m o d è l e a n n e x é à la présente convention et délivrée p a r les autorités d e leurs p a y s respectifs, a u r o n t le droit réciproque d'avoir avec e u x d e s échantillons o u m o d è l e s , m a i s n o n d e s m a r c h a n d i s e s . L e s parties contractantes se d o n n e r o n t r é c i p r o q u e m e n t connaissance d e s autorités chargées d e délivrer les cartes d e légitimation ainsi q u e d e s dispositions auxquelles les v o y a g e u r s doivent se c o n f o r m e r d a n s l'exercice d e leur c o m m e r c e . L e s objets passibles d'un droit d e d o u a n e o u d e toute autre taxe assimilée, à l'exception d e s m a r c h a n d i s e s prohibées à l'importation, qui seront i m p o r t é e s c o m m e échantillons o u m o d è l e s par les v o y a g e u r s d e c o m m e r c e seront, d e part et d'autre, a d m i s e n franchise d e droits d'entrée et d e sortie, à la condition q u e ces objets soient réexportés d a n s le délai réglementaire et q u e l'identité d e s objets i m p o r t é s et réexportés n e soit p a s d o u t e u s e quel q u e soit, d u reste, le b u r e a u p a r lequel ils passent à leur sortie. L a réexportation d e s échantillons o u m o d è l e s d e v r a être garantie d a n s les d e u x p a y s , soit p a r le d é p ô t (en espèces) d u m o n t a n t d e s droits applicables a u b u r e a u d e d o u a n e d e l'entrée, soit p a r u n e caution valable, réserve faite, d a n s tous les cas, d e l'accomplissement, s'il y a lieu, d e s formalités d e la garantie d e s o u v r a g e s e n platine, e n or o u e n argent. U n e fois le délai réglementaire expiré, le m o n t a n t d e s droits, selon qu'il a u r a été consigné o u garanti, sera acquis a u T r é s o r o u r e c o u v r é à s o n profit, à m o i n s qu'il n e soit établi q u e d a n s ce délai, les échantillons o u m o d è l e s ont été réexportés. Si, a v a n t l'expiration d u délai réglementaire, les échantillons o u m o d è l e s sont présentés à u n b u r e a u d e d o u a n e ouvert à cet


-

17

effet, pour

être réexportés, ce bureau devra s'assurer par une vérification si les articles qui lui sont présentés sont bien ceux pour lesquels il a été délivré le permis d'entrée. S'il n'y a aucun doute à cet égard, le bureau constatera la réexportation et restituera le montant des droits disposés à l'importation, ou prendra les mesures nécessaires pour la décharge de la caution.

période annuelle et deux mois au moins avant l'expiration de toute période trimestrielle ultérieure.

seront pas soumis à des taxes plus élevées que celles perçus sur ces derniers. ,

Au cas où lesdites négociations n'auraient pas abouti dans la période de deux mois à dater.de la d e m a n d e faite par l'une des parties, l'autre pourra dénoncer la présente convention pour prendrefindeux mois après.

toutefois, les hautes parties contractantes se déclarent d'accord pour procéder, si l'une d'elles en fait la d e m a n d e , à tout m o m e n t à partir du1ermai 1914 et sans qu'il soit besoin, à cet effet, de préavis ou de dénonciation préalables, aux m o d i Il ne sera exigé de l'importateur aucun frais, à l'exception, fications que l'expérience aurait fait reconnaître nécessaires. toutefois, des droits de timbre pour la délivrance du certificat Des négociations seront ouvertes, notamment dans le cas o ù ou permis, non plus que pour l'apposition des marques destil'équilibre des avantages et concessions que la convention nées à assurer l'identité des échantillons ou modèles. comporté se trouveraient altérés, soit par les modifications intervenues dans le régime douanier, commercial ou monétaire Les ressortissants de l'un des deux pays contractants se de l'une parties contractants, soit par le traitement qu'au rendant aux foires et marchés sur les territoires de l'autre, à l'effet d'y exercer leur c o m m e r c e ou d'y débiter leurs produits, détriment du c o m m e r c e de l'autre elle aurait accordé à toute puissance tierce. seront réciproquement traités c o m m e les nationaux et ne

Les dispositions ci-dessus ne sont pas applicables aux industriels ambulants, non plus qu'au colportage, n o n plus qu'à la recherche des c o m m a n d e s chez les personnes n'exerçant ni industrie, ni commerce, chacune des parties contractantes réservant à cet égard l'entière liberté de sa législation.

E n foi de quoi, les plénipotentiaires respcctifs d û m e n t autorisés à cet effet, ont signé la présente convention et l'ont revêtue de leurs cachets.

Art. 28. — La présente convention sera ratifiée et les ratifications en seront échangées à Paris. I E n vertu des pouvoirs que la législation française lui confère,, le Gouvernement français consent à ce qu'elle soit mise en vigueur huit jours après que l'approbation du parlement autrichien lui aura été notifiée à Paris.

Fait en double exemplaire, le 22 juin 1923.

Elle restera en vigueur pendant une première période d'un an et sera prorogée ensuite par tacite reconduction pour des périodes trimestrielles, si l'une des parties contractantes ne la dénonce trois mois au moins avant l'expiration de la première

LISTE

(s) R. POINCARÉ. LUCIEN DIOR. EICHHOFF. SCHULLER.

A T A U X DES DROITS

NUMÉROS

DESIGNATION

DES MARCHANDISES.

du tarif autrichien. 40 76 a) Ex 108 a) c) Ex 109 a)

Truffes.. Huîtres, homards Cognacs et armagnacs : liqueurs R h u m et. autres spiritueux Vins : ... a) Eu fûts, jusqu'à 13° ( vins de Bordeaux et tous autres vins originaires et en provenance de fiance avant droit à une appellation d'origine, accompagnes d'une pièce délivrée par les autorités françaises à ce habilitées, constatant que ces vins ont droit à ladite appellation en vertu de la législation franchise) dans la limite d'un contingent de 40,000 hectolitres. ..................... .1 b) En bouteilles (1) (vins de Bordeaux el tous autres vins originaires et en provenance de France ayant droit à une appellation d'origine, accompagnes d'une pièce délivrée par les autorités françaises à ce habilitées. constatant que ces vins ont droit à ladite appellation en vertu de la législation française

aux 100 kilogr.

100 300 300 200

k. k. k. k,

43 k,

;

80

k,

(1) Ne sont pas considérés c o m m e vins en bouîeilles ceux imprtés en dames-jannes, bonbonnes, cruchons et autres récipients de l'espèce dont la contenance est supérieure a 10 litres.


— 18 TAUX DES DROITS

NUMÉROS DESIGNATION D E S MARCHANDISES.

AUX

DU TARIF AUTRICHIEN.

Ex 110

128 a)

Ь) Ex 131 c) 488

Vins mousseux (vins «le Champagne et tous autres vins originaires et en provenance «le France ayant droit a une appellation d'origine, accompagnés «l'une pièce délivrée par les autorités françaises à ce habilitées, constatant que ces vins ont droit a ladite appellation en vertu de la législation française)... Crustacés en conserves et pâtés «le foie Viandes et poissons en conserves Poissons marinés ou à l'huile Viandes et pâtes (autres que pâtés de foie) en récipients hermétiquement fermés Fils de coton préparés pour la vente au détail Tissusdelaine de 200 g r a m m e s par mètre carré, et au-dessus : Teints ..

imprimes 249 Ex 230

Ex 320 e) Ex 320 e ) 33/. 333 330 324 b)

333 553

633

037 a)

100 KILOG.

130 k 300 k 120 k 00 k 120 k 120 k 330 k 430 k 9ik) k

Tissus à bluter Tissus de soie : a) Unis (non façonnés) 1.000 k. 2. - Teints en couleurs autres qu'en noir ou tisses en fils teints. 1.230 k. Imprimés b) Faconnés : 1.100 k, 1. - Non teints, o u teints en noir 1.200 k 2. - Teints en autre couleur, tisses en fils teints I.3M) k. Imprimés 200 к Pneumatique, enveloppes 150 к Chambres à air , 70 к Cuir de bouc, de chèvre, «le chevreau, apprêtés 70 к Cuir de mouton et d'agneau, apprêtés . 70 к Peaux de toute espèce pour gants 20 к Cuirs vernis de toute sorte Ouvrages de tréfilerie ( galons, passementerie, etc. ) en métaux ou alliages de métaux communs : 850 k. En fils métalliques, cannetille, paillettes et filés en métal doré 700 k. En fils métalliques, cannetille, paillettes et filés en métal argenté 35 p. 100advalorem Automobiles 303 k. Vinaigres» graisses et huilles, parfumés Essences AROMATIQUES : 200 k. a)Nonalcoolisées 300 k. b) Alcoolisées ••• •• Article de parfumerie : cosmétiques : a) Ne contenant pas d'alcool ( fards, poudres de toilette parfumées, huiles pour les che400 k. veux, pommades, pâtes dentifrices, pastilles parfumées à brûler) .. 1.300 k. b) Contenant de l'alcool 13 k. Savon ordinaire.. •

LISTE

B

NUMÉROS

DÉSIGNATION

DES MARCHANDISES.

OBSERVATIONS.

DU TARIF FRANÇAIS.

EX 20 EX 03

98 Ex 128 Ex 128 Fx 133 Ex 141 168 0200 0373 0376 Ex Ex Ex Ex Kx

|Ex FA

298 310 302 343 344

Plumes de parure. Bonbons. Chocolat. Bois C O M M U N S , autres que de sciage. Rois c o m m u n s sciés

A destination des régions libérées (1).

Sciure de bois. Coton hydrophile. Pâtes de cellulose mécaniques et chimiques. AcétoneCelluloïd ( y compris l'ivoire et l'écaillé factices). Caséine durcie ; matières à base de caséine durcie et autres matières plastiques organiques artificielles. Craie colorée de billard. Charbons agglomérés et cuits pour l'électricité

(Contingent.)

Figures, statuettes, vases, pots àfleurs,B O N B O N N EÈRESENTERREcuite, falence et majolique

(Contingent.)

345

346

tion d'être accompagnés d'une licence d'importation délivrée par le (1 ) Les bois seront admis au bénéfice d u tarif m i n i m u m a la con «reau des douanes du point d in aportation, d'un cacquit-à-aution qui onstatation que tes bois ont été débarqués dans une gare des régions ministère des finances. Ces bois donneront lieu à la délivrance, par sera déchargé par les soins du service local des régions libérées libérées.


-

19 -

NUMEROS DÉSIGNATION DFS M A R C H A N D I S E S . Du TARIF FRANÇAIS.

EX 358

350 ter 361 Ex 401 Es 440 a 441 bis

455 Ex 459 Ex 560

Ex

sexiés Ex 461 Ex 461 162 565 Ex 468 4SI 482

483 Ex 595 493 Ex 5.n 6f Ex .MO 525 Ex 325 BIS Ex 525 bis Ex 525 sexiés Ex 526 st'xiès 336 536 ter Ex 537 Ex 549 550 quater 562 quater Ex 572 Ex 573 574 Kx 575 Ex 577 579 595 597 600 601 Ex 602 bis 603 quater 608 614 bis 614 ter EX 620 Ex 620 630 bis 630 ter 635 638 bis 640 bis Ex 640

quater

651 Ex 641 bis Ex 641 bis (¡42 643

Pierres à bijoux, breloques colorés ou non en verre, à l'cxception des simili-diamants et des simili-roses: perles en verre pour chapelets. Flacons se bouchant à l'émeri ;., Lampes électriques à incandescence... , Tapis de jute teints ou tissés en fils teints Tissus de laine non imprimés, fortement foulés, dits .«Loden» Tissus d'alpaga, de laine, de vigogne, de yack ou de poil de chameau Bonneterie de soie, de soie artificielle et de soie mélangée d'autres matières textiles

Vêtements

•....

OBSERVATIONS.

Contingent.) (Contingent.)

(Contingent.) (Contingent.) (Contingent.) Pour la surtaxe de confeclion seulement (1).

Parasols de jardin. Papier autre que de fantaisie, à la mécanique, au dessus de 30 grammes le mètre carré Contingent.) Papier à écrire. Carton en feuilles ou en plaques, brut ou vulcanisé. Carton assemblé en boites recouvertes ou non de papier blanc ou de couleur. Journaux de modes. Bottines ou souliers brodequins. Souliers découverts, souliers montant jusqu'à la cheville. chaussures pour enfants. Joaillerie, bijouterie, orfèvrerie d'or et de platine. Ouvrages dorés ou argentés par divers procédés (Contingent,) Agrafes, boucles, boutons de parures, montures de boutons, fermoirs. Moteurs Diesel, semi-Diesel, moteurs a pétrole. Machines dynamo-électriques (Contingent.) Régulateurs de résistance électriques, embrayages a friction-électro-inagnétiques (Contingent.) Bascules h poids coulissants. Régulateurs de résistance hydrauliques et à pression d'huile, machines automatiques a fabriquer des allumettes, échelles de sauvetage y compris leurs chariots. Appareils de désinfection, calorifères à pétrole (Contingent.) Induits de machines dynamo-électriques, etc Aimants autres que les électro-aimants, aimantes ou non. Outils en fonte, en fer ou en acier, à l'exception des fauxetfaucilles et des filières ... (Contingent.) Canifs à manches en bois tendre, sans ressorts (Taschenfeilel). — Rasoirs turcs dits «Kroumirs». (Contingent.,) Objets en fer ou en acier pour ferrures «le meubles, portes et croisées Montures «le parapluies et leurs pièces. Tubes en cuivre pur ou allié. Objets d'art ou (l'ornement en cuivre ou en bronze, y compris les imitations — pesant à l'unité 150 g r a m m e s ou moins. Article de lampisleric ou de ferblanterie ouvragés. Meubles en cuivre pur ou allié de zinc o u d'élain. Petits tubes pour pâtes dentifrices et similaires, capsules et vaporisateurs. (Contingent.) Ouvrages en nickel allié au cuivre ou au zinc (giaillechort) eu en métaux nickelés Futailles vides. a destination des réPièces de charpente et de charron nage, façonnées gions libérées. (2) Idem. Bois rabotés, rainés et bouvetés, etc Portos, fenêtres, jalousies, persiennes, volets roulants, stores en bois lambris et pièces de m e Idem. nuiserie, assemblées ou non Cannes poignées et manches de parapluies et d'ombrelles. Autres ouvrages en bois. Tapis en coco, en aloès, en sparte. (Contingent.) Vélocipèdes et pièces de vélocipèdes (Contingent.) Voitures automobiles • Plaques de joints. Peignes a cheveux en caoutchouc durci. Ouvrages en écume de m e r fausse, etc., montés, etc. Ouvrages en écume de m e r fausse, sans monture, etc. Instruments d'observation, de géodésie et d'optique. Bouts d'ambre et d'ambroïde, taillés ou moulés, non percés, ni montés, ni polis, ni entièrement façonnés. Pipes et tuyaux en bois exotiques ou indigenes, montés en ambroïde, ambre, ivoire, écaille ou nacre. Cannes, poignées et manches de parapluies et d'ombrelles. Pipes et tuyaux en bois exotiques ou indigenes, montés en toute autre matière qu'en ambroïde ambre, ivoire, écaille ou nacre. Cannes, poignées et manches de parapluie et d'ombrelles. Pipes en terre cuite, glacées ou vernies, avec ou sans garniture en métaux c o m m u n s . Pipes entièrement en bois. Eventails.

(I) Droits des tissus selon l'espèce, tels qu'ils résultent du présent accord. (2) Voir l'observation a l'article «ex-128».


— 20 L I S T E C.

NUMEROS DESIGNATION D E S M A R C H A N D I S E S . DU

TARIF

FRANÇAIS.

EX 128 Ex 175 bis

Ex I7S ter 185 207 ter 207 quater 207 quinques 214 225 0130 0151 Ex 298 301 Ex 301 bis Ex 332 342 Ex 345 Fx 346 317 bis Ex 338 Ex 567 438 Ex 410 à 441 bis 442 443 Ex 431 Ex 454 Ex 434 Ex 455 Ex 150 457 438 Ex 439 bis 460 ter Ex 461 461 ter Ex 461 quater 467 469

469 ter 470 Ex 476 Ex 490 491 491 bis 491 ter Ex 492 Ex 493 Ex 505 Ex 510 Ex 512 bis Ex 521 Ex 521 ter 525 523 quater Ex 525 sexies 532 533 Ex 537 546 bis 530 Ex 533 Ex 557 bis Ex 564

POURCENTAGE DE RÉDUCTION.

Bois c o m m u n s , sciés, (1) Statues d'albàtre Meubles en corindon artificiel. Ciment Acier tin pour outils. Aciers spéciaux Roues, bandages et centres de roues, en fer ou en acier. Nickel pur ou allié au cuivre, avec ou sans zinc Carbonate de plomb (céruse) Oxydes de plomb Vernis Crayons / Mines. Briques à base de magnésie... Carreaux et pavés céramiques. Services de lavabo, boites à epices en faïence. Pièces pour l'électricité en porcelaine, faïence, grès blanc ou de couleur, sans parties de métal ni d'autres matières , Simili-diamants et simili-roses en verre Ficelles en chanvre Etoile de laine pure pour ameublement, pesant plus de 400 grammes au mètre carré....... tissus de laine pure pour habillement, autres que drap tyrolien, dit « Loden» Tapis de laine pure. " , Bonneterie de laine. Couvertures de laine pure Tissus de laine mélangée, autres que couvertures Couvertures d'alpaga, de laine, de vigogne, de yack on d ; poil do chameau Couverturede lame mélangée Couvertures de poils de chèvre, pur ou mélangés.. Autres tissus de poils purs ou mélangés d'autres filaments le poil dominant en poids Tisssus de crin pur ou mélangé, le cria dominant on poids :v Broderies sur tulle Faux cols et manchettes, devants et plastrons de chemises Pa| ier ou carie, a l'exception des quantités et des sortes introduites au bénéfice d u régime prévu à la liste B • Papier à reproduire Papiers sensibilisés Albums simplement cartonnés, à images, à collections ou à dessins, en noir ou en couleur Gravures, simili-gravures, photo-gravures, photo-collographies et similaires, estampes, lithographies, chromos, images de décalcomanie sur papier en feuilles, étiquettes et dessins de toute sorte, y compris les calendriers, annonces commerciales et intérieurs d'albums pour photo graphies et collections, et cartes postales illustrées Photogravures et similaires, en feuilles ou découpées en cartes, menus, etc , Imprimes de tous genres, etc Cuir à semelles: cuirs à courroies de transmission Malles entièrement en cuir , Maroquinerie souple < Maroquinerie dure Couvertures d'albums . — Albums pour collections Valises, sacs a main, sacs de voyage Joaillerie, bijouterie, orfèvrerie d'argent et de vermeil Compteurs de tours d'électricité, de gaz, de filature et tous compteurs ou appareils dans lesquels entre un mouvement d'horlogerie, à l'exception des compteurs d'eau Pompes, à vapeur ..... Moteur (à l'exclusion des moteurs figurant à la liste B) Pompes, turbines hydrauliques Machines pour tous genres d'impression sur papier et carton Machines a fabriquer les enveloppes et les sacs de papier. Machines outils « • Machines à rincer, a boucher, à capsules, à remplir les bouteillles. . Appareils complets non d é n o m m é s , autres que ceux mentionnés à la liste B Pièces détachées de machines et de transmission, en fonte moulée n o n maléable, tournées limées ou ajustées Pièces détachées de machines, etc Faux et faucilles. • Filières • Boucles, agrafes, etc. Cylindres en cuivre ou laiton pour impression, graves ou non graves.. ••••' Articles de lampisleric en fonte moulée, étamés, cuivres, bronzes, vernisses, emaillés, ou rendus inoxydable Articles de lampisterie en fonte moulée, autres Punaises

(I) Sans préjudice du régime spécial aux produits importés pour les régions libérées,

30 p. 100 65 — 60 — 50 — 60 — 60 — 30 — 75 — 40 40 — 50 — 50 — 50 — 75 — 50 — 65 — 50 40 80 50 80 20 60

— — — — — — —

te — 80 30 50 30 30 30 65 80 50 60 65 50

— — — — — — — — — —

75 75 75 80 75 50 75 40 50 75 00

— — — — — — —

40 50 20 50 50 50 50 50 40

— — — — — — — —

6O

50 50 50 65 60

— — — — —

40 40 50

— -


-

21 —

NUMÉROS DÉSIGNATION

POURCENTAGE

DES MARCHANDISES.

du TARIF F R A N Ç A I S .

DE

RÉDUCTION.

168

Articles de ménage émaillés articles de ménage autres qu'émail lés, et tous articles en 1er. en acier ou en tôle noire non dénommés 569 Moulins à café, articles d'économie domestique Ex 575 Autres objets non d é n o m m é s en cuivre pur on allié de zinc ou d'étain. a l'exception de ceux mentionnes à la liste R • 591,59! 592,392 bis Meubles autres qu'eu bois courbé 11 .393 77 Pièces de charpente et de charronnage façonnées ( I ) 690 Rois rabotés, raines et. bouvetés, etc. ( 1 j 601 Portes, fenêtres, jalousies, etc. ( I ) -, 602 Roissellerie Ex602bis Ouvrages de tonrnerie, autres que ceux mentionnés à la liste R Ex 604. Pianos droits, pianos à queue, harmoniums 611 Vannerie Ex 620 Chaussures en tissu caoutchouté, sac à tabac, g o m m e s à effacer Ex 620 Balles on caoutchouc . Ex 626 Chapeaux de feutre de poils et de laine et poils en cloches, etc. ; apprêtés ou pressés, etc.. etc Dressés et tournures, garnis ou non garnis 627 Chapeaux de feutre de laine 640 ter Porte-cigares et porte-cigarettes d'ivoire, de nacre, d'écaile, d'ambre et d'ambroïde, avec ou sans monture Ex 641 bis Porte cigares, porte-cigarettes d'autres matières Ex 615 Routons de corne moulée, de corozo, de buffalo, de corne naturelle tournée, de celluloïde, de caséine durcie et autres ( y compris les boutons de l'espèce comportant des parties de métal) .. Boutons de narre, m ê m e contenant des parties de métal.... 676 Articles de bimbeloterie et leurs pièces détachées et travaillées Ex 648 ter Ferro-cérium en pastilles, petits prismes, baguettes ou autrement

80 p. 100 40 50

-

60 8O

— —

50 50 50 75 40 60 25 30 50

— — — — — — —

63 80 60

— — -

40 40

— -

50 50 40 80

— —

1 ) Sans préjudice du régime spécial aux produits importés pour les régions libérées. LISTE

NUMEROS

NUMÉROS DESIGNATION D E S

Ec 35 frais

34 a)

b) 37

39 Ex 43 ai

Ex 44 b)

57 a) 55 a) Ex 108

409 a)

110 111

en

DÉSIGNATION DES M A R C H A N D I S E S .

MARCHANDISES. D U TARIF AUTRICHIEN .

DU TARIF AUTRICHIEN.

Raisins

D

en paniers et cageots pesant 10 kilogr et au-dessous Noix. Noisettes. Fruits frais non spécialement d é n o m m é s : P o m m e s , poires, et coings. Abricots et pêches. Cerises et griottes. Prunes. Autres fruits. Fruits préparés non spécialement d é n o m m é s . Légumes et autres produits végétaux à l'usage de la cuisine frais, tins, de table : Melons. Autres. Légumes de toutes sortes et autres produits végétaux à l'usage de la cuisine, préparés en fûts. Autres. Fleurs d'ornement : fraîches. Feuilles, herbes, branches d'ornement: fraîches Cognac, liqueurs, spiritueux et r h u m s . a) Vins en fûts. b) Vins en bouteilles. Vins mousseux. Vinaigre comestibles.

116 124 Ex 127 128 b) 129 Ex 130 131 18S Ex 189 a 192 201 d) 227 246 320 b ) 333 à 336 340

553 608 E x 648 623

624

633 637 o)

637 b)

Pâtes alimentaires. Succédanés du café. Cacao en pâte, chocolat. Poissons en conserve. Légumes en conserve. Conserves de fruits. Comestibles de toutes sortes, lait non compris.. Fils de coton 'préparés pour la vente au détail. Colons imprimés. Fils de lin préparés pour la vente au détail. Fils de laine préparés pour la vente au détail. Fils de soie et soie artilicielle prépare pour la vente au détail. Pneumatiques : Enveloppes. Chambres à air. Cuirs. Chaussures de toutes sortes. Automobiles. Cirage. Succédanés d u savon Vernis à l'huile. Vernis à laque. Parfumerie. Savon ordinaire. Savon fin:


22

P R O T O C O L E DE SIGNATURE A u m o m e n t de signer la convention commerciale en date de ce jour, le G o u v e r n e m e n t de la République française et le G o u v e r n e m e n t de la République d'Autriche ont décidé de préciser d a n s le présent protocole, les conditions d'application d e certains articles de ladite convention: 1° P o u r l'application de l'article 9, les g o u v e r n e m e n t s des hautes parties contractantes sont d'accord p o u r fixer le m o n tant des contingents qui y sont prévus et p o u r déterminer les conditions d u d é c o m p t e d'après les dispositions ci-après : P o u r les produits autrichiens portes à la liste B c o m m e devant bénéficier d u tarif minimurn d a n s la limite des contingents, les quantités annuellement importables seront celles fixées à l'annexe d u présent protocole, le d é c o m p t e de ces contingents étant établi par les autorités douanières françaises. Lorsque lesdits contingents auront atteint les neuf dixièmes d e leur montant, le Gouvernement français e n avertira le g o u v e r n e m e n t autrichien. Après l'épuisement d u contingent, les m ê m e s marchandises continueront à être admises en France, mais y seront soumi ses si elles ne bénéficient eu vertu du présent accord de réductions tarifaires, aux taux d u tarif général des d o u a n e s ; 2° Si, à u n m o m e n t quelconque le g o u v e r n e m e n t français accordait p o u r l'importation des a r m e s de chasse des dérogations à la prohibition actuelle à des ressortissants d'un pays quelconque qui ne bénéficie pas, présentement, d'une déroga tion générale, il s'engage à traiter avec bienveillance la demande d e dérogation qui serait introduite par des ressortissants autrichiens et à s'entendre avecteG o u v e r n e m e n t autrichien p o u r la taxation d'un contingent importable au tarif m i n i m u m ; 3° P o u r l'application de l'article 1 7 , le G o u v e r n e m e n t français se déclare prêt à maintenir a u x produits originaires d'Autriche le bénéfice de la droiture, s'ils ont été transportés

par les voies terrestres, sans entrée dans les entrepôts ni sur te m a r c h é des pays d'origine jusqu'en France. La garantie d u p l o m b a g e des w a g o n s o u des colis pourrait être exigée dans le cas ou les marchandises seraient a c h e minées par la voie d'un pays soumis, p o u r les m a r c h a n d i s e s ' similaires, à u n tarif plus élevé q u e l'Autriche. La justification des conditions d u transport et de la destination primitive sera fournie par la production des lettres d e voiture, bulletins d'expédition, les factures originales etc..,; 4° P o u r assurer les conditions favorables à l'activité sur le D a n u b e de la flotte fluviale cédée à la France, le G o u v e r n e m e n t autrichien d o n n e acte au G o u v e r n e m e n t français de la d e m a n d e formulée par ce dernier, tendant à obtenir l'attribution, dans le port de Vienne, des e m p l a c e m e n t s et installalions qui seraient nécessaires à l'État français o u ses ayantsdroit p o u r l'exploitation de la llotle danubienne française. Le G o u v e r n e m e n t autrichien s'emploiera auprès des autorités compétentes à foire obtenir d a n s u n délai de d e u x ans, à l'Etat français o u à ses ayants-droit des e m p l a c e m e n t s et insolations convenablement situés, dont le Choix sera arrêté d'accord avec ledit Etat français et ses ayants-droit. Le G o u v e r n e m e n t autrichien s'emploiera également à faire obtenir à l'État français o u à ses ayants-droit des conditions n o n m o i n s favorables q u e celles qui seraient accordées à d'tittres Etats o u à leurs nationaux pour des installations d e m ê m e nature établies d a n s des conditions analogues ; 5° Le G o u v e r n e m e n t autrichien d o n n e acte a u G o u v e r n e m e n t français qu a u c u n e disposition de la présente convention ne pourra porter prejudice aux droits et obligations résultant, p o u r les parties contractantes, d u traité de paix de SaintGermain. F u t à Paris, e n double exemplaire, le 22 juin 1923.

Annexe

NUMÉROS

CONTINGENT DESIGNATION

du TARIF FRANÇAIS.

DES MARCHANDISES. annuel.

200 quintaux. Ex. 302 Charbons agglomérés, etc., pour l'électricité : ) ELECTRODES 100 — Ex. 313, ex. 351 Figures, statuettes, vases, pots a fleurs, bonbonnières, en terre cuite, faience cl Ex. 345, ex. 340 150 majolique 359 ter' 200 — Flacon se bouchant à l'emeri 361 290 Lampes électriques (1). , E l 140 à 44l Tissus de laine non imprimés, fortement foules, dits « Londen ». — Tissus de poils tic 500 — chameau et d'alpaga, etc Ex. 459 10 — Ronnetterie de soie, de soie artificielle et de soie mélangée d'autres matières textiles...... 501 200 quintaux pour le Papier autre que de fantaisie, à la mécanique, au-des-us de 30 grammes le mètre carré lertrimestre à dater de la mise en vigueur de la convention, et ensuite 60 p. 100 de la quantité de cellulose importée d'Autriche a u cours d u trimestre précédent. 496 et 579 Ouvrages dorés et argentés, ouvrages en nickel allié en cuivre et au zinc (maillecbort ou en 200 quintaux. métaux nickelés' 524 Machines dynamo-électriques —1.500 — Ex. 524 bis Régulaleurs de résistance électrique, embrayages à friction électro-magnétique 530 Induits de machines- dynamo-électriques, etc. ............ Ex 537 Outils en fonte, én fer ou en acier, à l'exception des faux ou faucilles et des litières , • •200 quintaux dont 50 pour forets hélicoïdaux. 200 quintaux. Objets en fer ou on acier pour ferrures de meubles, portes, croisées .... ; 559 quater 3.000 pièces. Vélocipèdes .'V. ••••••• 014 bis 300 quintaux. Pièces de vélocipèdes 120 voitures (Impor014 ter Automobiles • tables à raison de 30 voitures par tri mostre) (2).

contrôlés en Autriche demeureront les moines q u e ccu: (1) Ledit continrent sera accordé aussi longtemps que les prix de exportation avec les firmes attirichieaaea et sera annulé pour tous produits d o n des firmes hollandaises qui ont conclu au sujet de ces prix une entante aait y a usurpation d'un brevet français, l'instance judiciaire actuellement ouverte contre lesdites firmes établir u n e qu'il en Autriche, la relation de 40 voitures autrichiennes pour 10 (2) Pour l'importation des voitures automobiles en France cou voitures françaises sera maintenue et les contingents importables adap ,tés trimestriellement a cet effet.


- 23 Art. 2 . — L e Président d u conseil, Ministre des affaires étrangères, le Ministre des finances, le Ministre d u c o m m e r c e et de l'industrie, le Ministre d e l'agriculture sont chargés, c h a c u n en ce qui le concerne, d e l'exécution d u préseul, décret, * Fait à Rambouillet, le 2 0 juillet 1923.

A

MILLERAND

Par le Président de la République,.

Le Ministre des

Le Président du Conseil, Ministre des affaires étrangères,

Ch.

Finances.

D E LASTEYRIE

R. P O I N C A R É . Le Ministre

du commerce.

Le

Ministre

et de l'industrie LUCIEN

de

l'agriculture

H E N R Y CHÉRON

DIOR.

CERTIFIE CONFORME le Secrétaire-archiviste,

RAZILE-OCTUVON

Cayenne. -- Imprimerie du gouverneur


BULLETIN OFFICIEL DE LA

G U Y A N E

F R A N Ç A I S E

N° 11. N O V E M B R E

1923..

SOMMAIRE. Раges

N° 462. — Circulaire ministérielle d u 17 avril 1923. — Etudes de droitdes employés de greffe et de clercs d'avoués. 419 N° 463. — Arrêté ministériel d u 10 juillet 1923 déterminant, pour les années 1923, 1924 et 1925, le chiffre minim u m auquel doivent s'élever les fonds disponibles des caisses de réserve des colonies 450 N° 464. - Arrêté d u 7 n o v e m b r e 1923 portant convocation du Conseil général en session ordinaire pour 1923 451 N° 463. — Arrêté d u 9 n o v e m b r e 1923 réglant les mesures a prendre à l'occasion de l'arrivée de M . le Gouverneur p. i. Chanel 452 N° 466. — Arrêté d u 9 n o v e m b r e 1923 autorisant les Chefs d'administration et de service à entrer au Conseil général pendant la session ordinaire de 1923 453 N° 467. — Arrêté d u 1 2 n o v e m b r e 1923 promulguant le décret d u 7 août 1923, modifiant certaines dispositions du décret d u 2 m a r s 1910. — Rapport 454 Décret d u 7 août 1923 modifiant certaines dispositions d u décret d u 2 m a r s 1910 456 N° 468. — Arrêté d u 12 novembre 1923 n o m m a n t M . Guerlain ( E m m a n u e l ) , chef d u I bureau d u Secrétariat général, Commissaire d u Gouvernement prés le C o n seil d u contentieux administratif de la G u y a n e française, pour l'audience d u 16 n o v e m b r e 1923, en remplacement de M . Laffont, e m p ê c h é 457 er

28


- 448 Papes

N° 469. — Arrête du 12 novembre 1923 complétant celui d u 25 septembre 1922 457 N° 470. — Décision du 16 novembre 1923 rejetant la d e m a n d e en annulation de l'élection d u 23 septembre 1923 d'un conseiller général de la circonscription de Cayenne formée par M. Ernest Prévôt 458 N° 471. — Arrêté du 17 novembre 1923. — Prise de service de M . le Gouverneur p. i. Chanel . 407 N° 472. — Arrêté du 17 novembre 1923 appelant M . Canteau ( Edgard), Secrétaire général du Gouvernement de la Guyane française, a reprendre les fonctions dont il ed titulaire . 467 N° 473. — Arrêté du 17 novembre 1923 installant M. Le Métayer (Yves), Administrateur-adjoint de 2e classe des colonies, danslesfonctions de Chef de cabinet du Gouverneur et le n o m m a n t Secrétaire-archiviste du Conseil privé .. 468 N° 474. — Arrêté d u 17 novembre 1923 chargeant VI. Le Métayer (Yves). Chef de cabinet du Gouverneur, de la légalisation des signatures apposics sur les actes à transmettre Lois de la colonie et sur ceux venant de l'intérieur — • 469 N° 475.

- Décision d u 17 novembre 1923 appelant M. BazileOcHlvon, sous-chef de bureau de 2 class des Secrétariats généraux; des colonies, à reprendre ses fonctions au Secrétariat général 470 N°476._ Arrêté du 18 novembre 1923 — Délegation d attributions an Secrétaire général d u Gouvernement de la Guyane française 470 N° 477. - Arrêté du 20 novembre 1923 promulguant le décret du 24 août 1923 portant application, aux colonies françaises et aux pays de protectorat dépendant du Ministère des colonies, de la loi du 24 janvier 1923 modifiant l'article 4 de la loi du 20 mars 189l dite «Loi de sursis» et l'article 7 de la loi du 5 août 1899 sur le casier judiciaire 472 Décret du 21 août 1923 portant application, aux colonies françaises et aux pays de protectorat dépendant du Ministère des colonies, de la loi du 21 janvier 1923 modifiant l'article 4 de la loi du 20 mars 1891. dite «Loi de sursis et l'article 7 de la loi du 5 août 1899 sur le casier judiciaire. 471 N° 478. — Arrêté du 21 novembre 1923. — Vérification de la caisse et du portefeuille du Receveur municipal de Cayenne au 31 décembre 1923 .473 479. — Décision du 22 novembre 1923 fixant la composition du Tribunal maritime spécial pour la troisième session de 1923. 416 e

1


- 449 N° 480. — Décision du 28 novembre 1923 n o m m a n t les m e m b r e s de la commission de surveillance de l'examen professionnel de Contrôleur-adjoint des Douanes 470 N° 181. — Arrêté du 2S novembre 1923 portant revision des listes électorales pour l'année 1921 578 N° 482. — Arrêté du 20 novembre-1923 modifiant et complétant l'arrêté du 25 septembre 1922 179 N° 483 à 506. — Nominations, mutations, congés, etc

481

N o 462 — CIRCULAIRE MINISTERIELLE. — Eludes de droit des employés de greffe et des clercs d avoués. Paris, le 17 avril 1923.,. 986

Ministère des colonies. — Inspection-conseil d e l'Instruction ( 1 ) publique. à Messieurs les Gouverneurs généraux, Gouverneurs des colonies, les Commissaires de la République française au C a m e r o u n et au Togo.

LE MINISTRE D E S COLONIES

J'ai l'honneur de v o u s faire connaître q u e par lettre d u 2 6 m a r s dernier, M . le Ministre d e l'Instruction publique et des Beaux-arts m ' a informé qu'il a décidé d e faire bénéficier les e m p l o y é s des greffes et les clercs d'avoués, résidant a u x colonies, des dispositions d e la circulaire d u 2 8 d é c e m b r e 1 8 8 8 , relative a u x e x a m e n s d e droit des fonctionnaires coloniaux. Je v o u s serais obligé de vouloir bien d o n n e r à cette décision la publicité nécessaire. 11 est entendu q u e cette m e s u r e n e s'étend pas aux colonies d e la Martinique et d e l'Inde pourvues d'une éjoie d e droit. P. le Ministre et p. o : L'Inspecteur de l'Académie de Paris, Inspecteur-Conseil de l'Instruction publique au Ministère des colonies^ Signé : Illisible. (I) Nota. — Les réponses doivent être adressées au Ministère et porter l'indication ci-dessus.


— 450 —

ARRÊTÉ INTERMINISTERIEL déterminant, pour les années 1923, 1924 et 1925, le chiffre minimum auquel doivent s'élever les fonds disponibles des caisses de réserve des colonies.

N° 4 0 3 . —

des colonies et le MINISTRE des finances, V u les articles 2 3 9 et260du décret d u 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 sur le régime financier des colonies ; S u r la proposition des Gouverneurs génétaux et G o u v e r neurs des colonies, LE MINISTRE

ARRÊTENT : er

Article 1 . — L e chiffre m i n i m u m auquel doivent s'élever, pour les années 1923, 1 9 2 4 et 1925 les fonds disponibles d e s caisses d e réserve d e s colonies, est fixé ainsi qu'il suit : Martinique... Guadeloupe Guyane Saint-Piene et Àliquelou La Réunion Etablissements français dans l'Inde.. Cote française des Somalis Etablissements français dans l'Oceanie Nouvelle-Calédonie Nouvelles-HébriJcs Iles Wallis Afrique Occidentale; française ; b u d g e t général Sénégal ( Administration directe) Sénégal (Pays de protectorat)

Guinée

!

Cote d'Ivoire Dahomey S o u d a n Français Haute-Voila Mauritanie Niger Afrique Equatoriale Française ) Budget général.) Gabon Moyen Congo Oubangui-Chari ....

3,000,000 fr. 800,000 400,000 300,000 500,000 200,000 400,000 300,000 300,000 100,000 40,000 3,000,004 400,000 600,000 1;000,000 l,000,000 1,000,000 1,000,(00 000,000 400.000 ^00,000 1,200,000 300,000 300,0(10 300,000


-

451

-

Tchad Indochine: Budget général Cochinchine

300,000 500,000 150,000 Tonkin 300.000 Annam 250,000 Cambodge 130,000 Laos... 100,000 Madagascar 3,000,000 Art. 2 . — Les Gouverneurs généraux, les G o u v e r n e u r s des colonies sont c h a r g é s , chacun eu ce qui le concerne, d e l'exécution d u présent arrêté. Fait à Paris, le 1 0 juillet 1023. Le

Ministre des

colonies,

A. S A R R A U T .

Le

Ministre des finances,

CH.

LASTËYRIE.

DE

N° 4 6 4 . — A R R Ê T É portant convocation en session ordinaire pour

du Conseil 1923.

général

(7 n o v e m b r e 1923.)

p. i. de la G u y a n e française, Vu l'ordonnance organique d u 2 7 août 1828; Vu l'article 2 3 du décret d u 2 3 d é c e m b r e 1878, portant institution d'un Conseil général à la G u y a n e française; LE

GOUVERNEUR

S u r la proposition d u Secrétaire général, ARRÊTE :

Article 1er. — L e Conseil général est c o n v o q u é en session ordinaire le lundi 26 n o v e m b r e 1923, à neuf heures. Art. 2. — L a durée de la session sera d'un mois. Art. 3. — Le présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et a u Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 7 n o v e m b r e 1923. E.

CANTAU.


— 452 —

N° 465. — A R R Ê T É réglant les mesures à prendre à l'occasion de l'arrivée de M. le Gouverneur p. i. Chanel. (9 novembre 1923. )

L E G O U V E R N E U R p. i. de la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le r a d i o g r a m m e en date d u 5 n o v e m b r e 1923, annonçant l'embarquement de M . le G o u v e r n e u r Chanel; V u le décret d u 10 d é c e m b r e 1912, relatif a u x cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires dans les colonies et pays de protectorat dépendant d u Ministère des Colonies, ARRÊTE : er

Article 1 . — A l'arrivée de M . le G o u v e r n e u r p. i. Chanel, les honneurs militaires prescrits par l'article 2 2 §§ 1 et 3 d u décret d u 10 d é c e m b r e 1912 lui seront rendus. 11 sera reçu par le Maire d e la ville et ses adjoints, assistés des Conseillers m u n i cipaux et par le Capitaine c o m m a n d a n t la c o m p a g n i e d'infanterie coloniale de la G u y a n e . Toutes les autorités civiles et militaires se réuniront au G o u v e r n e m e n t p o u r être présentées à M . le G o u v e r n e u r p. i. Art. 2. — L'ordre d e présentation sera réglé ainsi qu'il suit : 1. L e Conseil privé ;. 2. L e Conseil général ; 3. L a C o u r d'appel ; 4. L e Conseil municipal ; 5. L e Tribunal de l Instance, le Juge de paix et son suppléant ; 6. Les C h a m b r e s d e c o m m e r c e et d'agriculture ; 7. U n e délégation des bureaux d u Secrétariat général ; 8. L e délégué de l'Administration pénitentiaire et u n e délégation d e son service ; 9. L é Trésorier-payeur et u n e délégation de son service; re

1 0 . L e Chef d u service de l'Instruction publique et u n e délégation de son service ; 1 1 . L e Supérieur ecclésiastique ; 1 2 . Le Chef du service de l'Enregistrement et u n e délégation d e son service ;


-

453

13. Le Chef du service des Douanes et des Contributions indirectes et une délégation de ses services; 14". Le Chef du service des Travaux publics, Mines, Ports et rades et une délégation de ses services; 15. Le Chef du service des Postes et une délégation de son service ; 16. Le Directeur de l'Hospice civil et une délégation de son service ; 17. Le Chef du Service de l'Agriculture ; 1 8 . Le Chef du Service de l'Imprimerie et une délégation de son service ; 19. Le Directeur-gérant de la Prison et une délégation d e son service ; 2 0 . Le C o m m a n d a n t d'armes et les officiers d'infanterie coloniale; 2 1 . le Chef du Service de Santé et une délégation de son service ; 2 2 . le C o m m a n d a n t du détachement de Gendarmerie; 23. Le Conseil d'administration de la Banque de la G u y a n e ; 2 4 . Les Commissaires de police; 25. U n e délégation des officiers ministériels; Art. 3. — Messieurs les Chefs d'Administration, de Service et de Corps et le Commissaire de police de la ville de Cayenne sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution d u présent arrêté, qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout où besoin sera, et sera inséré au Journal officiel et au Bulletin officiel de la Colonie. Cayenne, le 9 novembre 1923. E. C A N T A U , N° 466. — A R R Ê T É autorisant les Chefs d'administration et de service à entrer au Conseil général pendant la session ordinaire de 1923. (9 novembre I923. )

L E Gouverneur p. i. de la Guyane française, V u l'ordonnance organique du 27 aoùt 1828; V u l'article 96 du décret du 2 3 décembre 1878 portant institutiou d'un Conseil générale la G u y a n e française;


- 454 — V u l'arrêté en date d u 7 n o v e m b r e 1923 convoquant le C o n seil général le 2 6 n o v e m b r e 1923 en session ordinaire, ARRÊTE: er

Article I . — M M . les Chefs d'administration et lesChefs des différents services ressortissant à l'Administration locale sont autorisés à entrer au Conseil général pour assister le R e p r é sentant de l'Administration et y être entendus, le cas échéant, sur les matières ressortissant à leurs attributions respectives. Art. 2. — Le présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publiéau Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 9 n o v e m b r e 1923. E. C A N T A U .

N° 4 6 7 . — A R R Ê T É promulguant le décret du 7 août 1923, modifiant certaines dispositions du décret du 2 mars 1910. ( 12 novembre 1923. ) L E G O U V E R N E U R p. i. de la G u y a n e française, V u l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle d u 2 mai 1 9 0 6 , relative à la promulgation aux colonies des lois et décrets ; V u le décret d u 7 août 1 9 2 3 , modifiant certaines dispositions d u décret d u 2 m a r s 1 9 1 0 , sur la solde et les accessoires d e solde d u personnel colonial, ARRÊTE : e r

Article I . — Est p r o m u l g u e à la G u y a n e française le d é cret susvisé du 7 août 1923. Art. 2. — Le présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et a u Bulletin officiel de la Colonie. C a y e n n e , le 12 n o v e m b r e 1923.

E.

CANTAL.


- 455 -

R A P P O R T AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Paris, le 7 août 1923. Monsieur le Président, Le décret du 17 août 1914 portant règlement de la situation, au joint de vue de la solde, du personnel relevant de l'Administration des Colonies, pendant la durée des opérations militaires, avait prévu que par m e s u r e générale, le personnel colonial qui se trouvait a ctte époque en France en congé, en mission, en expectative du départ, etv... et qui n'avait pas été touché par la mobilisation de l'armée serait, à l'époque où prendrai lin la position de service dans laquelle il se trouvait, maintenu d'office dans ses foyers jusqu'au m o m e n t o ù il serait possible de lui faire suivre sa des ination Outre-Mer. Cette mesure avait pour objet de décharger le plus possible l'Administration centrale du .Ministère des Colonies, privée du fait de leur départ aux armées de la grande majorité de ses fonctionnaires, des multiples opérations de détail nécessitées par l'Administration d u personnel colonial dans la Métropole. Ainsi qu'il fut expliqué aux Chefs d u Service colonial des points rie c o m m e r c e , dans une circulaire notificative d u décret susvisé, il demeurait bien entendu que celle m e s u r e se substituait aux stipulations ré lementaires antérieures, en ce qui concerne les situations pour la régalairisation desquelles l'intervention d u Département était indispensabe dans les circonstances ordinaires, notamment la transformat o n de congés de convalescence en congés administratifs, les prolongations d e congés de convalescence après un an. Cet état de choses qui devrait prendre fin en m ê m e temps que l'étal de guerrie, a continue à subsister en fait. L'expérience a montré, en effet, les avantages que c o m p o r tait eue telle procédure permettant d'assurer l'Administration directe des fonctionnires coloniaux avec rapidité en évitant un échange d e correspondance inutile. Il m'a paru, par suite, que le maintien d u régime actuel devait être régulièrement sanctionné. j'ai lait préparer, dans cet ordre d'idées, le projet de décret ci-joint, que je vous serais reconnaissant, si vous voulez bien en approuver l'économie, de revêtir d e votre signature,


- 456 Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'hommage de m o n profond respect. Le Ministre

des

colonies,

A. S A R R A U T . DÉCRET. LE PRÉSIDENT de la République française, Vu- le décret du 2 m a r s 1910, portant règlement sur la solde et les allocations accessoires des fonctionnant s, employes et agents dés services coloniaux ou locaux, modifié par I s décrets d s 12 juin 1911 et II septembre 1 9 2 0 ; V u le décret du 17 août 1914, portant règlement de la situation, au point de vue de la solde, du personnel de l'Administration des colonies, pendant la durée des opérations militaires ; Sur le rapport du Ministre des colonies, DÉCRÈTE:

Article 1er. — L e deuxième paragraphe de l'article 3 9 du décret du 2 mars 1910 est modifié c o m m e suit : « Les transformations de congés de convalescence en congés admininistratifs sont accordées soit par le Couverneur soit, si l'intéressé est en France, par le Chef du Service colonial du port qui l'administre (voir art. 7 1 , 7i. 76 et 80). » Art. 2. — Le paragraphe 3e b, de l'article 5 7 du décret du 2 mars 1 9 1 0 est modifié c o m m e suit : « Au-delà de cette limite et jusqu'à concurrence d'une année d'absence (.si le terme fixé par le conseil de santé de la colonie est inférieur à celle période) et a parru d'une année, d'absence, par le Chef lu Service colonial, sur avis conforme du conseil supérieur de santé saisi par lui du dossier (voir art. 49, 5 0 , 51, 5 2 et 80), » Le paragraphe 3° c, du m ê m e article est abrogé. Art. 3. — L e Ministre des colonies est chargé de, l'exécution d u présent décret qui sera publié au Journal officiel de la R é publique française et inséré au Bulletin officiel du Ministère des colonies. Fait à Rambouillet, le 7 août 1923. A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République: Le Ministre des colonies, A. SARRAUT,


- 457 N° 468. — A R R Ê T É nommant M. Guerlain ( E m m a n u e l ) , chef. du 1 bureau du Secrétariat général, Commissaire du Gouvernement près le Conseil du contentieux administratif de la Guyane française, pour l'audience du 16 novembre 1923, en remplacement de M. Laffont, e m p ê c h é . [12 novembre 1923 ) LE GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française, V u l'ordonnance organique du 127. août 1 8 2 8 ; V u le décret du 5 coût 1881, roncernant l'organisation et la compétence des Conseils du contentieux admanistratifs dans les colonies de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Réunion, et rendu applicable à toutes les colonies françaises, par le décret du 7 septembre 1881 ; V u l'arrêté du 2 9 octobre I923 n o m m a n t M . Laffont, Receveur de d'Enregistrement, Commissaire du Gouvernement, près le Conseil d u contentieux administratif de la G u y a n e française pour l'année 1923 ; V u la lettre en date du 12 novembre 1923, de M. Laffonter

ARRÊTE; .

Article 1er. — M. Guerlain ( E m m a n u e l ; , chef d u Ier bureau d u Sécrétariat général, est n o m m é Commissaire du Gouvernem e n t près le Conseil du contentieux administrant de la G u y a n e française, pour l'audience du 16 novembre 1923, en remplacer nient de M. Laffont, e m p ê c h é pour cause de maladie. kl. 2. — Le présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i qué partout (ù besoin sera. Cayenne, le 12 novembre 1923.

E. c a n t a u . N° 469. — A R R Ê T E complétant celui du 25 s e p t e m b r e 1922: (12 novembre 1923 ) LE G O U V E R N E U R p i. de la Guyane française, Vu l'ordonnance organique du 2 7 août 1 9 2 8 , V u l'arrêté du 2 5 septembre 1922, n.° 8 7 2 , fixant le maxim u m et les catégories de domestiques et gens de service à la charge du budget local, ainsi que le n o m b r e m a x i m u m de chevaux ou mulets, voitures et embarcations o u automobiles affectés aux Hotels du Gouverneur et du Secrétaire général;


- 458 Attendu q u e l'arrêté précité ne c o m p r e n d pas le jardinier affecté a l'Hôtel du Secrétaire général, et que, dans l'intérêt du service, il y a lieu de réparer cette omission ; S u r la proposition du Secrétaire général du G o u v e r n e m e n t ; L e Conseil privé entendu, ARRÊTE : er

Article 1 . — L e paragraphe II de la première partie de l'article 1 d e l'arrêté du 25 septembre 1 9 2 2 susvisé est c o m plété ainsi qu'il suit : er

B)

Hôtel du Secrétaire général.

1 jardinier. Art. 2. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié et inséré au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie.

G u y e n n e , le 1 2 n o v e m b r e 1923. E. C A N T A U .

N° 4 7 0 — DÉCISION rejetant la demande en annulation de l'élection du 23 septembre 1 9 2 3 d'un Conseiller général de la circonscription de Cayenne formée par M. Ernest Prévôt. Au

N O M D U P E U P L E FRANÇAIS,

Le Conseil d u contentieux administratif de la G u y a n e française, réuni dans la salle ordinaire de ses délibérations ; V u le décret d u 5 août 1881 concernant l'organisation et la compétence des Conseils d u contentieux administratif à la Martinique, à la Guadeloupe et à la R é u n i o n rendu applicable à la G u y a n e par le décret d u 7 septembre suivant ; V u le décret d u 2 8 d é c e m b r e 1878 portant institution d'un Conseil général à la G u y a n e ; V u les arrêtés des 21 janvier, 2 5 avril, 2 3 octobre 1923 désignant les magistrats appelés à siéger au Conseil du contentieux administratif pendant l'année 1923; celui d u 9 n o v e m b r e 1923, désignant M . Jugo e n remplacement d e M . Chaspoul e m p ê c h e ;


-

459

-

V u l'arrêté d u 12 n o v e m b r e 1928 n o m m a n t M . Guerlain, chef d u 1er bureau d u Secrétariat général, C o m m i s s a i r e d u G o u v e r n e m e n t près le Conseil d u contentieux, en remplacem e n t de M . Latlbnt, receveur d e l'Enregistrement, e m p ê c h é ; Y u l'arrêté d u G o u v e r n e u r de la G u y a n e en date d u 4 septembre 1 9 2 3 publié au Journal officiel d e cette colonie le 8 d u m ô m e mois, ledit arrêté portant convocation des électeurs de la V circonscription de C a y e n n e le d i m a n c h e 2 3 d u m ô m e m o i s p p u r la désignation d'un conseiller général en remplacem e n t d e M . Persinelte-Gautrez, démissionnaire ; Y u le procès-verbal des opérations électorales auxquelles il a été procédé a u x jour et heure fixés dont il résulte q u e M. F e r n a n d Briais a été p r o c l a m é m e m b r e d u Conseil général d e la G u y a n e ; V u la requête de M . Ernest Prévot déposée au greffe d u Conseil à la date d u 19 octobre 1928, ladite requête concluant à l'annulation d e l'élection d u 2 3 septembre 1923, p o u r les motifs suivants : 1° Formation irrégulière d u bureau d e vote, 2° Défaut de contrôle d u n o m b r e des enveloppes, 3° Expulsion d u candidat Prévôt de la salle d u vote, 4" Choix des scrutateurs par le Maire et p a r m i ses partisans, 5° Refus de c o m m u n i q u e r la liste des é m a r g e m e n t s après l'élection, 6° Retard d a n s la fixation de la date des élections. V u le m é m o i r e en défense d e M . F ê r n a n d Briais ; V u le m é m o i r e en réponse d u protestataire ; V u le m é m o i r e en réplique d u candidat élu ; O u i M . le Conseiller H é b e r en son rapport lu à l'audience publique de ce jour ; Ouï M . Gober, avoué, représentant d u candidat élu ; en ses observations orales ; O u ï M . le Commissaire d u G o u v e r n e m e n t e n ses conclusions ; V u les pièces d u dossier ; A p r è s en avoir délibéré, e

EN

LA

FORME,

Considérant q u e la requête de M . Ernest Prévôt est régulière qu'il y a lieu de la déclarer recevable ;


AU

460

-

FOND ;

Statuant sur le premier grief tiré de la formation irrégulière d u bureau de vote ; Considérant q u e le procès-verbal d u bureau m e n t i o n n é q u e le bureau a éié c o m p o s é d u Maire de Cayenne, président, et c o m m e assesseurs, des deux plus âgés et des d e u x plus jeunes électeurs présents à l'ouverture d u scrutin choisis par le Maire à défaut de Conseillers municipaux présents à ce montent ; ' Considérant q u e tous ces assesseurs ont signé le procèsverbal avec le Maire, ce qui prouve qu'ils savent lire et écrire 'au v œ u d e la loi; qu'il n'est d'ailleurs pas allégué qu'ils n e sont pas électeurs qu'ils ne savent pas lire et écrire ni qu'ils . n'ont pas été les deux plus âgés et les d e u x plus jeunes des électeurs présents au m o m e n t d e l'ouverture d u scrutin ; q u e le candidat élu a affirmé que p a r m i les assesseurs il y e n a trois qui n'ont jamais manifesté de préférence politique p o u r lui ; Considérant q u e l'allégation d u protestataire, à savoir q u e les Conseillers municipaux Prévôt (Ernest), Mirza (Victor) et Darnal (Albert) venant les premiers dans l'ordre d u tableau étaient présents d a n s la salle d u vote et réclamaient leur droit de c o m p o s e r le bureau lorsque le Maire les aurait brutalement éliminés pour choisir les électeurs qu'il voulait, n'est a p p u y é e d'aucun c o m m e n c e m e n t de preuve ; Considérant q u e le fait q u e l'un des m e m b r e s d u bureau aurait été remplacé par u n e autre personne au cours o u à la fin des opérations n e saurait être considéré c o m m e u n motif p o u r annuler l'élection, d u m o m e n t qu'il n'est pas établi ni m ê m e allégué q u e la présence d e cette personne ,au bureau ait favorisé a u c u n e fraude ; de m ê m e q u e le fait q u e l'un o u plusieurs des assesseurs seraient des e m p l o y é s salariés d e la Mairie o u des partisans notoires d u candidat élu n e constitue pas u n e cause d'exclusion de la composition d u bureau, s'il n'est pas d é m o n t r é qu'ils aient participé à a u c u n e fraude de nature à vicier l'élection ; Considérant d'ailleurs qu'au cas m ê m e o u allégation portant sur la composition irrégulière d u bureau de vote serait p r o u v é e rien n'établit que ce fait a eu p o u r conséquence d'influencer le résultat de l'élection qui a d o n n é au candidat pro-


- 461 c l a m é élu u n e majorité très forte d e 911 voix sur s o n c o n c u r rent ; Qu'en effet, le protestataire ne cite a u c u n e décision prise par le b u r e a u p o u v a n t avoir produit c e résultat, a u c u n e réclamation de cette importance dont lui o u ses partisans auraient p u obtenir l'inscription a u procès-verbal si le b u r e a u avait été c o m p o s é des Conseillers m u n i c i p a u x qui sont les premiers inscrits a u tableau, réclamation qu'il aurait d e m a n dé a u b u r e a u d'inscrire a u procès-verbal et q u e le b u r e a u aurait refusé d'inscrire ; Considérant q u e d a n s ces circonstances ce grief est inopérant. Sur le second grief pris du défaut du contrôle du nombre des enveloppes.

Considérant q u e le candidat élu affirme q u e cette formalité a été accomplie q u o i q u e le procès-verbal n'en fasse pas m e n tion ; m a i s considérant q u e cette omission, en la supposant établie n e pourrait servir de base à l'annulation d e l'élection q u e s'il était d é m o n t r é qu'elle a permis u n e fraude d e nature à influencer le résultat d e l'élection. O r , le protestataire n'allègue m ô m e pas qu'il y eût sur la table d u b u r e a u d e vote u n n o m b r e d'enveloppes supérieur à celui des électeurs inscrits, ni qu'un surplus d'enveloppes ait servi à perpétrer a u c u n e fraude ; Considérant qu'en admettant l'allégation d u protestataire «qu'il y eût sur la table d u vote des enveloppes qui contenaient déjà des bulletins a u n o m d u candidat Briais » ce fait n'a p u nuire au candidat Prévôt, sans avantager d'aucune façon le candidat Briais, q u e d a n s des proportions trop m i n i m e s p o u r q u e le résultat de l'élection ait été fausse d e c e chef ; qu'en effet, m ê m e e n lui attribuant tous les bulletins nuls r e c o n n u s au dépouillement, soit u n e dizaine, il n'aurait q u e 2 7 5 voix, chiffre bien faible c o m p a r é à celui d e 1,176 o b tenu par s o n concurrent; q u e d a n s ces circonstances, ce grief n e saurait être pris en considération ; e

Sur le 3 grief pris de l'expulsion du candidat Prévôt de la salle du vote.

Considérant qu'aucun texte de loi o u règlement n'oblige le Président du bureau d e vote à admettre u n candidat o u ses représentants officiels à la surveillance des opérations électo-


462

raies; q u e la publicité de ces opérations est la seule m e s u r e exigée rigoureusement p o u r leur validité; Considérant q u e cette puplicité a été suffisamment assurée p o u r permettre à 1,462 électeurs dont 2 6 5 partisans d u protestataire d'exprimer librement leurs suffrages : que si le Maire a pris certaines mesures de police pendant le scrutin et après la clôture au m o m e n t d u dépouillement, il n'est pas d é m o n t r é q u e ce soit dans u n but frauduleux et que ces mesures aient eu p o u r conséquence d'influencer le résultat d e l'élection; qu'au contraire elles étaient justifiées parle souci qu'il avait de maintenir l'ordre et d'éviter le retour de scènes de violences graves qui s'étaient produites à une élection précédente : Considérant que le Conseiller élu conteste l'allégation d u protestataire à savoir qu'il aurait été expulsé sans cause a u m o m e n t de l'ouverture d u scrutin, et qu'à [3 heures 2 0 il aurait été encore expulsé, cette fois définitivement ; qu'il affirme q u e la surveillance des opérations a été entièrement assurée par tous ceux qui voulaient; que si à 7 heures 15 minutes, le protestataire a été expulsé pendant u n court instant, qu'il évalue à 3 minutes, cette m e s u r e fut rendue nécessaire par une scène qui troublait l'ordre dans la salle d u scrutin et au cours de laquelle u n encrier rempli d'encre a été lancé dans la direction d u Maire; mais qu'il fut représenté par M . Jean-Marie Berland et plusieurs autres de ses partisans présents dans la salle, qu'il put, aussitôt le calme revenu, rentrer dans la salle et assurer le c o n t r ô l e des opérations; q u e si vers 13 heures M . Prévôt a quitté la salle et la Mairie, c'est volontairement, estimant sans doute la bataille perdue p o u r lui et son parti ; Considérant que ces déclarations continuent les énonciations d u procès-verbal en ce qui touche la scène de désordre qui s'est produite le matin à l'ouverture d u scrutin; et en ce qui a trait à la bagarre qui s'est produite vers 13 heures, ledit procèsverbal énonce que la police a d û faire évacuer la salle pendant quelques minutes pour rétablir l'ordre ; Considérant que le protestataire reconnaît l u i - m ê m e qu'il a été a d m i s à la surveillance des opérations jusqu'à 13 heures 2 0 qu'il a été remplacé par M . Berland q u a n d il a eu besoin de se retirer pour se restaurer ; qu'à partir de 13 heures 2 0 il a été remplacé par M . P o u p o n , e m p l o y é de la B a n q u e ; q u e c'est en vain qu'il traite aujourd'hui de « comparses d u Maire» cet électeur qu'il considérait il n'y a pas longtemps c o m m e u n de ses


- 463 — partisans, au point qu'il le faisait citer à sa requête d a n s u n procès politique qu'il introduisit devant le Tribunal correction nel d e G a y e n n e depuis l'élection et au sujet d e cette élection ; Considérant q u e M . le C o m m i s s a i r e de police, d a n s u n rapport versé a u dossier, relate q u à partir d e 14 heures 15 jusqu'à la clôture d u scrutin, requis par le Président d u bureau, il est resté d a n s la salle d u vote; q u e M . P o u p o n s'y trouvait également ; et ce magistrat atteste q u e tout s'y est passé régulièrement ; Considérant q u e l'emploi de d e u x urnes p o u r recevoir le vote des électeurs est justifié par le n o m b r e considérable de votants et la grande dimension des enveloppes fournies par l'Administration ; qu'il a été entouré de toutes les garanties d e la loi p o u r éviter a u c u n e fraude, a u c u n e substitution d'urne ainsi q u e le constate M . le C o m m i s s a i r e de police d a n s son rapport préparlé, confirmant les énonciations d u procès-verbal; q u e ces urnes ont été e m p l o y é e s successivement et n o n simult a n é m e n t ; qu'elles contenaient confondus les bulletins des d e u x candidats ainsi q u e cela résulte des feuilles d é dépouill e m e n t ; q u e les d e u x urnes e m p l o y é e s sont c o n s t a m m e n t restées sur la table d u bureau de vote et c o n s é q u e m m e n t n'ont jamais été soustraites à la surveillance des électeurs, jusqu'au m o m e n t o ù elles ont été transportées d a n s la salle d e dépouillement par d e s g e n d a r m é s nationaux requis à cet effet par le Président d u b u r e a u ; q u e tous ces faitssont constatés officiellement par M . le C o m m i s s a i r e de police et ne sont pas contestés par le protestataire qui s'est contenté de critiquer l'emploi de d e u x urnes qu'il considère c o m m e illégal et de nature à favoriser la fraude ; Considérant q u e si le protestataire a p u voir o u connaître les faits qu'il critique, n o t a m m e n t l'emploi d e d e u x urnes qui s'est produit, d'après lui, après qu'il eût été expulsé, vers 1 3 heures, c'est q u e la surveillance des opérations était assurée par lui o u par ses partisans pendant toute la durée des opérations ; q u e d a n s ces circonstances, il n'y a pas lieu d'admettre le protestataire à faire la preuve des faits qu'il allègue et qui n e sont d'ailleurs a p p u y é s d'aucun c o m m e n c e m e n t d e preuve ; que ce grief doit être rejeté c o m m e n o n fondé; Sur le 4e grief portant surJe choix de tous les scrutateurs par le Maire et parmi ses partisans.

Considérant q u e le dépouillement a été fait c o n f o r m é m e n t à la loi par des électeurs choisis p a r m i ceux présents sachant 29


- 464 lire et écrire (article 8 du décret du 3 janvier 101 i ) ; que notamment M. Poupon dont il a été déjà parlé y a participé et a signé la feuille de dépouillement relatant Je résultat obtenu sur la table où il se trouvait: que le protestataire reconnaît loi-même que le dépouillement a été l'ait en présence d'un certain nombre d'électeurs recrutés par la gendarmreie et conséquemment appartenant à tons les partis politiques; Considérant que le protestataire n'allègue pas avoir fait parvenir au Maire, une heure avant la clôture du scrutin, la liste de ses scrutateurs, c o m m e l'exige l'article 8 précité du décret du 3 janvier 1914; qu'en supposant exact que son représentant officiel, M. Bertand ait essayé de pénétrer à la Mairie pour désigner ses scrutateurs et n'a t pu y parven r, ce fait n'a p u se produire qu'à la clôture du scrutin, c'est-à-dire trop tard; qu'en effet, ce n'est qu'à partir de la clôture que des mesures d'ordre furent prises pour éviter que le dépouillement ne fut troublé par des désordres graves c o m m e cela avait en lieu à une élection précédente ; Considérant que ces mesures d'ordre étaient pleinement justifiées; qque le protestataire ne peut démontrer qu'elles ont eu lieu dans un but frauduleux ni qu'elles ont eu une influence sur le résultat de l'élection ; Considérant qu'il n'y a pas lieu de tenir compté d'un jugement du tribunal correctionnel de Cayenne date du 18 octobre 1923 rendu à la requête du protestataire contre deux des scrutateurs et dont il est fait état par ce dernier, ledit jugement n'existant plus; qu'en effet frappé d'appel par ces derniers il a été infirmé par arrêt de la Cour de la Guyane en date du 12 novembre courant qui les a acquittes, les faits de fraude au dépouillement dénoncés par le protestataire ayant été déclarés non établis; qu'il est inutile dès lors d'admettre le protestataire à prouver les m ê m e s faits devant la juridiction administrative, étant donné surtout qu'ils ne sont appuyés sur aucun c o m m e n c e m e n t de preuve ; Considérant que dans ces circonstances, le grief tiré de la fraude au dépouillement qui aurait été fait irrégulièrement, n'est pas fondé ; Sur le 5e grief pris du refus de communiquer la liste des émargements par le maire.

Considérant. qu'il résulte de la correspondance échangée entre les représentants du protestataire et le Maire de Cayenne,


465

versée au dossier, que ce dernier a mis la liste des émargements à leur disposition le I octobre 1923, c'est-à dire avaril l'expiration d u délai de huit j o u r s durant lequel l'article 5 de la loi d u 3 0 n o v e m b r e [875 presérit de donner cette c o m m u n i cation à tout requérant; qu'il n'est pas démontré que le refusqu'il a opposé avant-cette date ne fut pas justifiée par le fait allégué par lui ou par le Secrétaire de la Mairie, que ladite liste était consultée par d'autres électeurs l'ayant réclamée avant le protestataire ou ses représentants; que ceux-ci ne peuvent s'en prendre qu'à e u x - m ê m e s de n'avoir pas pris c o m m u n i c a tion de la liste d'émargements au jour où le Maire, qui a qualité pour réglementer cette communication à tous les réclam a n t s leur a notifié que la dite liste était à leur disposition que dans ces circonstances, ce grief est inopérant; e r

Sur

le 6' grief tiré du retard apporté dans la fixation de la date de l'élection.

Considérant qu'aux termes de l'article 20 du décret d u 2 3 décembre 1878, le collège électoral en cas de vacance par dé-, ces, option, démission, déchéance ou pour toute autre cause, doit être convoqué dans le délai de trois mois au plus tard; que le point de départ de ce délai, en cas de démission d'un Conseiller général n o m m é à des fonctions incompatibles, est, n o n l'acceptation des fonctions incompatibles, mais la date de l'acceptation de sa démission c o m m e Conseiller général ; ' Considérant que M. Persinette-Gautrez, ancien Conseiller général de la circonscription de Caycnue n o m m é magistrat à la G u y a n e et installé le 8 juin 1923 a donné sa démission c o m m e Conseiller général à la date d u 6 d u m ê m e mois, que cette démission a été acceptée, le 13 du m ê m e mois, ainsi qu'il résulte du dossier; qu'ainsi le délai de trois mois fixé par la loi pour convoquer le collège électoral en vue de son remplacement prenait fin le 13 septembre 4 9 2 3 ; qu'en faisant cette convocation par son arrêté d u 4 septembre, M. le Gouverneur de la G u y a n e a respecté le délai de la loi; que dans ces circonstances, le 6e grief de la protestation n'est pas fondé, DÉCIDE:

Article 1er. — L a protestation de M . Ernest Prévôt contre l'élection d u 2 3 septembre 1923 est recevable en la forme.


— 466 — Art.

2. —

Ladite protestation est déclarée mal

fondée et

rejetée. Art. 3 . Le sieur Ernest Prévôt est c o n d a m n é aux dépens. Ainsi jugé et prononcé le seize novembre mil neuf cent vingt-trois en audience publique où siégeaient : M M . Pécarrère, Secrétaire général p. i.,

président;

Simoneau, Procureur général p. i., Dupé, Directeur p. i. de l'Administration pénitentiaire; Darredeau, Conseiller privé titulaire; Marchand, Conseiller privé titulaire; auxquels étaient adjoints : M M . Héber, Conseillera la Cour d'Appel, rapporteur; Jugo, Lieutenant de Juge p. i. près le Tribunal d e

1re instance de Cayenne ; en présence de : e r

M M . Guerlain, Chef du 1 bureau d u Secrétariat général, •Commissaire du Gouvernement; J. Bazile-Octuvon, Secrétaire-archiviste du Conseil du Conseil du contentieux administratif.

privé, Greffier

Le Président,

H. P É C A R R È R E . Le

Rapporteur,

HÉBER.

Le

Sécrétaire-archiviste,

J. B A Z I L E - O C T U V O N .

La République m a n d e et ordonne au Gouverneur de la G u y a n e française eu ce qui le concerne, et à tous huissiers à ce requis, en ce qui concerne les voies de droit c o m m u n , contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision.


- 467 — N° 471. —

ARRETE

— Prise de service de M . le p. i. C h a n e l . ( 17 n o v e m b r e

Gouverneur

1923.)

p. i. de la G u y a n e franchise, Chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret e n date du 1 2 août 1 9 2 3 , chargeant M . Chanel, Administrateur en chefde1erclassedes colonies, de l'intérim d u G o u v e r n e m e n t de la G u y a n e ; V u le d é b a r q u e m e n t dans la colonie de ce haut fonctionnaire, LE GOUVERNEUR

ARRÊTE : er

Article I . — C h a n e l , G o u v e r n e u r p. i. d e la G u y a n e française, prend, a c o m p t e r d e ce jour, le G o u v e r n e m e n t d e la colonie. Art. 2 . — l e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera. Cayenne, le 1 7 N o v e m b r e 1 9 2 3 . G.

J. C H A N E L .

N° 472. — ARRETE appelant M . Cantau (Edgard), Secrétaire général du Gouvernement de la Guyane française, à reprendre les fonctions dont il est titulaire. ( 17 n o v e m b r e 1923. ) LE GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier de la L é g i o n d ' H o n n e u r ,

V u l'ordonnance organique d u 27 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté en date d e ce jour,n°1029,relatif à la prise d e service de M . le G o u v e r n e u r Chanel, ARRÊTE : er

Article 1 . M. C a n t a u (Edgard), Secrétaire général d u G o u v e r n e m e n t de la G u y a n e française, reprend Les fonctions dont il est titulaire. Art. 2. — Est rapportée la décision d u ,31 juillet 1923, n ° 6 8 6 , qui avait chargé M . Pécarrère, chef d e bureau hors


- 468

-

classe des Secrétariat généraux des colonies, des fonctions intérimaires d e Secrétaire général du G o u v e r n e m e n t de la Guyane. Art. 3. — M . Pécarrère, chef de bureau hors classe des Sécrétaires généraux des colonies, reprend ies Jonctions dont il est titulaire et est appelé à la direction du 1er bureau d u Secrétariat général. Art. 4. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é parfont o ù besoin sera, inséré et publié an Journal et au Bulletin officiels de la colonie. C a y e n n e , le 17 n o v e m b r e 1923. C. J. C H A N E L . N° 4 7 3 . — A R R Ê T É installant M. L e Metayer ( Y v e s ) , A d m i nistrateur-adjoint de 2e classe des colonies, dans les fonctions de Chef de cabinet du Gouverneur et le n o m m a n t Secrétaire archiviste du Colonel privé. (47 n o v e m b r e 1923.) LE GOUVERNEUR p. i. de la G u y a n e française, . " Chevalier de la Légion d'Honneur, V u l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; Vu la décision ministérielle, n° 1 9 5 9 H, en date du 2 2 octobre 1 9 2 3 , n o m m a n t M . L e Métayer { Y v e s ) , Administrateur-adjoint de 2e classe d e s colonies, cheval er de la Légion d ' H o n n e u r , C h e f de cabinet du G o u v e r n e u r intérimaire de la G u y a n e française ; V u l'arrivée dans la colonie de ce fonctionnaire, ARRÊTE : er

Article 1 . — M. L e Métayer ( Y v e s ) Chef de cabinet du G o u v e r n e u r de la G u y a n e française, est installé dans ses fonctions. Art. 2. — Il remplira, en outre, les fonctions de Secrétaire archiviste du Conseil privé. Art. 3. — Il aura droit, a ces titres, aux indemnités ci-après : S u p p l é m e n t de fonctions c o m m e Chef de cabinet 2, 400 fr. l'an. Indemnité de Secrétaire-archiviste 1,000 Total

3,400


— 469 — Art. 4. - Le Secrétaire général est c h a r g é d e l'exécution d u présent arrêté, qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, public et inséré au Journal officieletauBulletin officiel de la colonie C a y e n n e , le 17 n o v e m b r e 1 9 2 3 . C . J. C H A N E L .

N° 4 7 4 . — A R R Ê T É chargeant M . L e metayer ( Y v e s ) , Chef de cabinet du Gouverneur, de la légalisation des signatures apposées sur les actes à transmettre hors de la colonie et sur ceux venant de l'intérieur. [17 novembre 1 9 2 3 . ) L E GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier de là L é g i o n d ' H o n n e u r , V u l'ordonnance o r g a n i q u e d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté en date d e ce jour installant V . L e M é t a y e r (Yves), Administrateur-adjoint de 2 classe des colonies, chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , d a n s les fonctions d e C h e f d e cabinet d u G o u v e r n e u r de la G u y a n e française, e

ARRÊTE: er

Article I . — M . L e M e t a y e r ( Y v e s ) , C h e l d e cabinet d u G o u v e r n e u r , est c h a r g é de la légalisation d e s signature; a p p o sées sur les actes à transmettre hors de la colonie et sur c e u x venant d e l'intérieur. Il fera précéder SZ signature de la m e n t i o n suivante : « L e G o u v e r n e u r p. i. de la G u y a n e

française,

(; Par délégation : « Le Chef de Cabinet, A r t . 2 . — L e présent arrêté sera enregistré et niqué partout où besoin sera. l'avenue, le 17 n o v e m b r e 1 9 2 3 . C . J. C H A N E L

commu-


- 470 N° 4 7 5 . — Décision appelant M . B a z i l e - O c t u v o n , sous-chef de bureau de 2 classé des Secrétariats généraux des colonies, à reprendre ses fonctions au Secretariat général. e

( 17 novembre 1928. p. i. de la Guyane française, Chevalier de la Légion d'Honneur, Vu l'ordonnance organique du 27 août 1828; V u l'arrêté en dale dece jour, n° 1030, appelant M Cintau (Edgard), Sécrétaire général du Gouvernement de la Guyane, à reprendre les fonctions dont il est titulaire et rapportant la décision qui avait chargé M. Pécarrèie, chef de bureau hurs classe des Secrétariats généraux des colonies, de l'intérim des fonctions de Secrétaire général; Sur la proposition du Secrétaire giurerai, LE GOUVERNEUR

DÉCIDE : e r

Article 1 . — M. Bazile-Octuvon, S O U S - C H E F le bureau de 2e classe «les Secrétariats généraux des colonies, précéd e m m e n t Chef de cabinet du Gouverneur, est réintégré dans ses fonctions. Art 2 — Le Secrétaire général est chargé de l'exécution de ta présente décision, qui sera enregistrée et c o m m u n i q u é e partout où besoin sera, insérer et publiée au Journal et au Bulletin officiels de la colonie.

Cayenne, le 17 novembre 1923. C. J C H A N E L . Par te Gouverneur: le Secrétaire général, E. C A N T A U .

N° 476. — général

ARRÊTÉ Délégation d'attributions au Secrétaire du Gouvernement de la Guyane française. (18 novembre 4923. )

p. i. de la Guyane francise, Chevalier delaLégion d'Honneur, Vu l'ordonnance organique du 27 août 1 8 2 8 ; V u le décret du 21 mai 1898, supprimant les fonctions de Directeur de l'intérieur et portant création des Secrétariats généraux des colonies ; LEGOUVERNEUR


-

471

V u la circulaireministé ielle du 2 3 mai 1 9 1 2 . portant attributions des Secrétaires généraux des colonies; V u l'arrêté en date du 17 n o v e m b r e 1923, appelant II. G a i r tau, Secrétaire général du Gouvernement du la G u y a n e , a reprendre les fonctions dont il est titulaire, ARRÊTE : er

Article 1 . — L e Secrétaire général du G o u v e r n e m e n t exercera les attributions fixées par l'article 3 d u décret d u 21 m a i 1 8 9 8 . Art. 2 . — Par délégation permanente du G o u v e r n e u r , le Seciétaire général est autorisé à signer: 1 ° L e s matrices des contributions directes, les contraintes à décerner contre les débiteur:-; de la colonie, autorisations de vente d e biens mobiliers à la requête de percepteurs pour avoir p a i e m e n t de contributions directes-, 2° L e s propositions concernant toutes d e m a n d e s de d é g r è v e m e n t en matière do contributions directes; 3° L a mention du visa sur les états de recouvrement dressés par les Maires ; 4° L e s décisions portant ava ices aux c o m m u n e s sur le produit d e s droits d'octroi de mei ; 5° L e s ordres le Paiement dans les établissements hospitaliers d e la colonie ; 6° L e s autorisations en matière de grande voirie; 7° L e s autorisations d'ouverture des établiessements d a n g e r e u x , i n c o m m o d e s et insalubres classés dans la seconde et la troisième catégories déleiminées par l'annexe du décret d u 2 4 septembre 1 8 8 2 ; 8° L e s permis de pêche et de chasse et I s certificats pour conduite d'aulomohile ; 9° L e s requissions le passage accordées paar le G o u v e r n e u r et imputables sur les fonds du budget de L'Etat ( D é p o s e s civiles) du budget local et des budgets des autres colonies ; 10° Toutes pièces de recettes et de dépanses, l'engagement de ces dépenses étant réservé au Chef de la colonie. Art. 3. — Les services de l'Enregistrement et des D o m a i n e s , des Contributions directes, de l'lmprimerie, de la Bibliothèque et d u M u s é e , de l'Hôpital-hospice civil, de la Prison de G a y e n n e et de la délégation du Service local à Saint-Laurent-sent placés


-

472

-

sous la surveillance immédiate du Secrétaire général du G o u v e r n e m e n t qui reçoit, à cet effet, délégation spéciale. E n conséquence, tonte la correspondance prépatée par lesdils services devra, sans a u c u n e exception, être a 'ressée au Secrétaire général. Toutefois, le e n v i é e de l'Imprimerie relèvera directement d u Cabinet du Gouverneur pour la publication du Journal et du Bulletin officiels, ainsi q u e de l'annuaire. Art. 4. — T o u s les services, sans exception, adresseront au G o u v e r n e u r , par l'intermédiaire d u Secrétaire général, qui donnera son avis, toutes les propositions se rapportant aux e n g a g e m e n t s de dépenses ou aux ouvertures de crédits. A u c u n e d é p e n s e de matériel ne sera o r d o n n a n c é e sans u n e 'autorisation préalable d ' e n g a g e m e n t . A u c u n e dépense de personnel sur certificat ne sera ordonnancée sans dérision de principe, prise, au préalable, par le C h e f d e la colonie. Toutes dépenses e n g a g e s en dehors de ces principes seront laissées à la charge de ceux qui les auront ordonnées. Art. 5. — L e présent arrêté sera enregistré ET c o m m u n i q u é partout où besoin sera, inséré et publié au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 18 n o v e m b r e 1923. C.

J.

CHANEL

N° 4 7 7 . — A R R Ê T É promulguant te décret du 24 août 1 9 2 3 , portant application, aux colonies françaises et aux pays de protectorat dépendant du Ministère des colonies, de la loi du 2 1 janvier 1923 modifiant l'article 4 de la loi du 2 0 mars 1891 dite Loi de sursis et l'article. 7 de la loi du 5 août 1 8 9 9 sur le casier judiciaire.

( 20 novembre 1923. ) p. i. de la G u y a n e française, Chevalier de la Légion d'Honneur, V u l'article 0 5 de l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la circulaire en date du 2 mai 1906. relative à la promulgation a u x colonies des actes du Pouvoir central ; Sur la proposition du Procureur général p. i., LE

GOUVERNEUR


-

473 -

ARRÊTE : er

Article 1 . — Est p r o m u l g u é dans h colonie le décret d u 24 août 1923 portant application, a u x colonies françaises et a u x pays de protectorat dépendant du Ministère d e s colonies, d e la loi du 2 4 janvier 1923 modifiant l'article 4 d e la loi d u 2 6 m a r s 1 8 9 1 , dite « Loi d e sursis » et l'article 7 d e la loi du 5 août 1899 sur le casie! judiciaire. Art. 2 — L e P r o c u r e u r général est chargé d e l'exécution d u présent arrêté qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié et inséré Journal et a u Bulletin officiels d e la colonie. C a y e n n e , le 2 0 n o v e m b r e 1923. C. J. C H A N E L . Par le Gouverneur :

Le Procureur H. RAPPORT

général p. i., SIMONEAU. AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE,

Paris, le 24 août ¡923. M o n s i e u r le Président, L a loi du 24 janvier 1 9 2 3 a modifiés dans la Métropolë, la loi d u 2 6 m a r s 1891 dite « Loi de sursis » et la loi d u 5 août 1 8 9 9 sur le casier judiciaire, toutes deux en vigueur d a n s nos colonies. Il m'a paru q u e cette nouvelle lui, m o i n s limitative et complétant dans un sens plus favorable les dispositions d e la loi du 2 6 m a r s 1891 poitrail être également é t e n d u e d a n s nos possessions d'outre-mer . Il serait, en effet, équitable et rationnel q u le bénéfice de la loi susvisée | eut être assuré en quelque lieu qu'ils résident, a tous les citoyens français. Tel est l'objet du décret ci-joint que, d'accord avec le G a r d e d e s sceaux, Ministre de la justice, j'ai l'honni ur de s o u m e t t r e à votre haute sanction. Je v o u s prie d'agréer .Monsieur le Président, l ' h o m m a g e d e m o n profond respect. Le Ministre

a.

des colonies,

SARRAUT


- 474 — DÉCRET: LE PRÉSIDENT de la République française, Vu les articles 8 el 1 8 du sénatus-consolte d u 3mai1854; V u l'article i d u décret du I d é c e m b r e 1 8 5 8 ; V u la loi 'du 2 6 m a r s 1 8 9 1 et le décret d u 2 4 avril 1 8 9 1 , portant application a u x colonies de la loi du 2 6 m a r s 1891 sur l'atténuation et l'aggravation des peines; V u le décret du 2 6 n u s 1 9 0 3 , portant application a u x colonies et aux pays de protectorat autres que la Tunisie, des dispositions législatives et réglementaires sur le casier judiciaire et la réhabilitation de droit ; V u la loi d u 24- janvier 1 9 2 3 , modifiant l'article 4 de la loi d u 2 6 m a r s 1811 dite « Loi d e sursis » et l'article 7 § 6° d e la loi d u o août 1 8 9 9 sur le casier judiciaire ; S u r le rapport d u Ministre des colonies et du G a r d e d e s sceaux, Ministre de la justice, er

DÉCRÈTE :

Article 1er. - L a loi susvisée du 2 4 janvier 1 9 2 3 est rend u e applicable aux colonies françaises et a u x pays de protectorat d é p e n d a n t d u Ministère des colonies. Art. 2. — L e Ministre des colonies et le G a r d e des sceaux, M n i s t i e d e la justice, sont c h a r g e , chacun en ce qui le concerne, d e l'exécution du présent décret. Fait à Rambouillet, le 2 4 août 1 9 2 3 . A.

MILLERAND.

Par le Président de la République :

Le Ministre des colonies, A.

SARRAUT.

Le Garde des sceaux, Ministre de la justice, MAURICE C O L R A T .

LOI modifiant l'article 4 de la loi du 2 0 mars 1891, dite L o i d e sursis el l'article 7 S 6e de la loi du 5 août 1 8 9 9 sur Le casier judiciaire.

L e Sénat et la C h a m b r e des députés ont adopté, L e Président d e la République p r o m u l g u e la loi dont la teneur suit ;


— 475 —

Article 1er.— L'article 4 de la loi du 2 6 m a r s 1 8 9 1 est modifié c o m m e suit : « La condamnation est inscrite a u casier judiciaire, m a i s avec la mention expresse d e la s u s p e n s i o n accordée; « Toutefois, elle n e d e v r a p a s figurer sur les extraits (bulletin n ° 3) délivrés aux parties, à m o i n s qu'une poursuite suivie d e condamnation d a n s les t e r m e s de l'article 1er paragraphe 2 n e soit intervenue d a n s le délai de c i n q ans. » Art. 2 . — L'article 7 § 6 d e la loi d u 5 août 1 8 9 9 est m o difié c o m m e suit : « 6° Les condamnations à l'emprisonnement avec sursis avec o u sans amende. » L a présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et p a r la C h a m b r e des député? sera exécutée c o m m e loi de l'Etat. Fait à Taris, le 2 4 janvier 1 9 2 3 . e

A. m i l l e r a n d . Par le Président d e la R é p u b l i q u e :

Le Garde des sceaux,

Ministre

de la justice. MAURICE

COLRAT.

N° 4 7 8 . — A R R Ê T É . — Verification de la laisse et du portefeuille du Receveur municipal spécial de Cayenne au 31 décembre 1923.

(21 novembre PJ23.) LE GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française,

Chevalier de la Légion d'Honneur, V u l'ordonnance organique du 27 août 1 8 2 8 ; Vu l'article 3 9 2 du décret lu 3 0 décembre 1 9 1 2 sur lerégime financier des colonies ; Sur la proposition d u Secrétaire général, ARRÊTE :

Article 1er. — Le C h e f du1erbureau du Secrétariat général, ou son délégué, est chargé de la vérification de la caisse et d u portefeuille du Receveur municipal de Cayenne au 31 d é c e m b r e 1923.

Art. 2 . — L e présent arrêté era enregistré et c o m m u n i qué partout où besoin sera. C a y e n n e , le 2 1 n o v e m b r e 1 9 2 3 .

C. J. C H A N E L .


-

476 -

N° 479.— DECISION fixant la composition du Tribunal maritimne special qui doit sieger a Saint-Laurent-du-Maroni pour la troisieme session de 1923. (22 novembre 1923.) LE GOUVERNEUR P. i. de la G u y a n e française, Chevalier de la légion d ' h o n n e n r , V u l'ordonnance organique d u 2 7 aout 1828; V u le décret du 4 octobre 1 8 portant organisation des T r i b u n a u x m a r i t i m e s spéciaux aux colonies; V u lea décrets des 16 décembre 1916 , et 1 2 avril 1 9 2 1 , modifiant celui d u 4 octobre 1 8 8 9 , précité; A p r è s avis d u Directeur d e l'Administration pénitentiaire, DECIDE:

Article 1er — Le Tribunal maritime spécial qui doit siéger à Saint-Laurent d u - M a r o n i , pour la troisieme session de l'année 1923, sera c o m p o s é ainsi qu'il suit: M M . Deit, Capitaine, c o m m a n d a n t la C o m p a g n i e d'infanterie coloniale de la G u y a n e , president J e a n - M a r i e , Juge-président d u Tribunal d e Saint-Laurent ; juges. Pietri, S o u s chef de bureau d e l'Administration pénitentiaire, Art. 2 . — L e Tribunal m a r i t i m e spécial se réunira d a n s la première quinzaine d u m o i s d e d é c e m b r e , à Saint-Laurent-du-Maroni, sur la convocation et à la date fixée par !e président. Art. S. — L a présente décision sera enregistra et c o m m u ijiqutV partout o ù besoin s e r a . G u y e n n e , le 2 2 n o v e m b r e 1 9 2 3 . G . J. C H A N E L .

N° 4 8 0 . — D É C I S I O N nommant (es membres sion de surveillance de l'emmetprofessionnel leur-adjoint des douanes. ( 28 n o v e m b r e 1923. ) L E G O U V E R N E U R p . i. d e la G u y a n e française, Chevalier d e la L é g i o n d ' h o n n e u r , Vu l ' o r d o n n a n c e o r g a n i q u e d u 2 7 a o û t 1 8 2 8

de la commisde contrô-


— 477 —

Vu l'article 5 du décret du 23 mai 1908, portant réorganisation des services extérieurs de l'Administration des douanes; V u l'article 4 de l'annexe E à l'arrêté ministériel (Finances) du 2 5 m a i 1 9 0 8 ; V u l'article 7 du decret du 19 janvier I920, portant à nouveau organisation des services extérieurs de l'Administration des douanes ; V u la dépèche ministérielle en d a t e du 8 octobre dernier, n° 7i, faisant connaître à l'Administration locale que l'examen professionnel pour la confirmation dans le grade de contrôleuradjoint des douanes, aura lien à Cayenne le 13 janvier 1924; V u la note I de ranuexe E, ci-dessus, indiquant la c o m p o sition de la commission de surveillance de cet e x a m e n ; V u la note II autorisant L'Administration locale, dans le cas où les fonctionnaires devant faire partie de celte commission n'existeraient pas à la colonie, à faire appel, au concours des fonctionnaires de l'ordre judiciaire, aux officiers des troupes et d u service de S a n t é , etaux fonctionnaires de l'Intendance; Sur la proposition du Contrôleur en chef, chef du service des douanes p. i , DÉCIDE: •

Article Ier. — L a commission de surveillance de l'examen professionnel pour la confirmation dans le grade de contrôleuradjoint des douanes qui doit avoir lieu à Cayenne le 13 janvier prochain, à neuf heures, sera composée d e : M M . le Contrôleur en chef, chef du service des douanes p. i , Président

;

Lestrade, vérificateur principal des, douanes, Membres. Persinette-Gautrez E m m a n u e l , substitut du Procureur général p. i., Boitard, lieutenant d'infanterie coloniale. Art. 1 — La présente décision sera enrgistrée et c o m m u n i quée partout où besoin sera. Cayenne, le 2 8 n o v e m b r e 1923. C. J. C H A N E L .


481. —

ARRETE

478

-

portant révision pour l'année. 1924

des

listes

électorales

(28 novembre 1924. ) LE G o u v e r n e u r . p . i. de la G u y a n e française, Chevalier de la Légion d'Honneur , V u l'ordonnance оrganique. du 27 août 1 8 2 8 ; V u l'article 18 du décret d u 2 février 1 8 5 5 relatif à la révision des listes électorales l'article 1er de la loi du 7 juillet 1 8 7 4 relative à l'éléctorat municipal et l'article I d e celle du 10 n o v e m b r e 1875 ; V u l'article 2 de la loi susvisée du 7 juillet 1 8 7 4 relatif au j u g e m e n t des réclamations auxquelles peuvent d o n n e r lieu les opérations de révision ; S u r la proposition du Secrétaire général, er

АRRÊТЕ : er

Article 1 . — L e s c o m m i s s i o n s de révision des listes élec­ torales seront c o m p o s é e s c o m m e suit, pour l'année 1 9 2 4 , d a n s toutes les c o m m u n e s de la colonie : L e Maire o u u n adjoint, président ; U n délégué de l'Administration locale; U n délégué d u Conseil municipal. Art. 2. — Sont designés c o m m e délégués de l'Administra­ tion : A Сауеnne, M Laudernet, c o m m i s principal du Secrétariat général ; A Mana, le Directeur de l'école des garçons ; A Sinnamary, le Directeur de l'école d e s garçons ; A Iracouho, l'Instituteur ; A Kourou, l'Instituteur ; A Mauouria, M . R o m n c y , c o m m i s d e l classe du Secrétariat général ; A Tonnégrande, M . Fidèle Cyr, c o m m i s principal du Seciétariat général ; A Roura, le Chef de poste des D o u a n e s ; A Rémire, l'Instituteur d e Montjoly ; A Montsinèry, M . A n d r é ( S t é p h a n e ) , agent des M i n e s ; A Kaw, M . lqui, c o m m i s des Travaux publics; re


— 479 —

A Apprôuague, M . Jaffart, c o m m i s des T r a v a u x publics; A Maiouri}, l'Instituteur; A Oyapoc, l'Instituteur d e Sainte-Marie; A Saint-Laurent, le D é l é g u é d u Service local. Art. 3. — P o u r le j u g e m e n t d e s réclamations, d e u x c o n seillcrs m u n i c i p a u x seront adjoints à la c o m m i s s i o n . Art. 4. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù hesoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et au Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 2 8 n o v e m b r e 1923, C . J. C H A N E L ,

N° 4 8 2 .

- ARRÊTÉ

modifiant septembre

et complétant 1922.

l'arrêté

du 25

29 novembre I923.

L e GOUVERNEUR p. i. de la G u y a n e française, Chevalier d e la Légion d ' H o n n e u r , V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la loi d u 3 0 niai 1 8 5 4 , sur l'exécution de lu peine des travaux forces ; V u les décrets des 13 d é c e m b r e 1 8 9 4 , 3 0 a o ù t 1 8 9 8 et 2 9 m a r s 1 9 0 1 , réglementant r e m p l o i d e la m a i n - d ' œ u v r e pénale d a n s les colonies pénitentiaires : Attendu q u e l'arrêté local d u -25 s e p t e m b r e 1 9 2 2 , portant constitution d e corvées dites «foraines» pOUR le d é v e l o p p e m e n t d e l'agriculture e n G u y a n e , n'a pas atteint tout à fait le but p r o p o s é et q u e , dès lors, il convient d e mettre cet acte eu harm o n i e avec s o n objet ; Considérant, d'autre part, la nécessité de favoriser par tous les m o y e n s possibles l'extension d e l'agriculture d a n s la colonie ; S u r la proposition d u Directeur d e l'Administration pénitentiaire ; L e Conseil privé e n t e n d u , ARRÊTE : e r

Article 1 . — L'article Ier d e l'arrêté d u 2 5 s e p t e m b r e 1 9 2 2 est c o m p l é t é c o m m e suit : 30


-

480

-

Les corvées foraines dont la durée est limitée «à u n e période d e d e u x m o i s , renouvelable sur d e m a n d e spéciale d e u x fois au m a x i m u m p a r a n n é e , n e doivent en a u c u n cas être détournées d e leur destination et utilisées, {for e x e m p l e , d a n s l'industrie sous peine d e retrait. Il n e sera pas cédé, au titre des corvées foraines, plus d e 25 h o m m e s a u m ê m e propriétaire qui sera, d a n s ce CAS, obligé d'en confier la garde à u n surveillant militaire. L'employeur sera alors tenu au paiement d'une redevance, p o u r surveillance d e sa corvée, d u n e s o m m e égale à la solde d'un surveillant militaire d e la dernière classe. L e s concessionnaires sont tenus d e se c o n f o r m e r à toutes les dispositions prescrites par le décret d u 13 d é c e m b r e 1 8 9 4 sur l'emploi de la m a i n - d ' œ u v r e pénale par les particuliers, n o t a m m e n t à celles édictées par l'article 17 dudit décret. Spécialement, e n ce qui concerne le logement affecté par les e m p l o y e u r s a u x c o n d a m n é s m i s à leur disposition, l'Administration pénitentiaire devra toujours s'assurer a u préalable qu'il réunit les conditions suffisantes d'hygiène et d e salubrité. Art. 2 . — L'article 2 de l'arrêté susvisé d e m e u r e sans c h a n gement . Art. 3. - L s articles 3 et 4 sont abrogés. Art. 4 . — L e s articles 5 et 6 d e m e u r e n t sans c h a g e m e n t . Art. 5 . — D e s contingents d e c o n d a m n é s continueront à être m i s à la disposition des habitants, d a n s les conditions prévues par les articles 10, 2 9 et 3 2 d u décret d u 1 3 d é c e m b r e 1 8 9 4 et l'arrêté local d u 22 octobre 1 8 9 4 , modifié par c e u x des 31 m a r s 1 9 0 3 et 2 septembre 1922, s u r les prêts, transports, main-d'œuvre. 1

Art. 0 . — Les dispositions d u présent arrêté auront leur effet à c o m p t e r d u 1er février 1 9 2 4 . Art. 7 . — L e Directeur de l'Administration pénitentiaire est chargé d e l'exécution d u présent arrêté qui sera c o m m u n i q u é , enregistré et publié partout o u besoin Serra. C a y e n n e , le 2 9 n o v e m b r e 1 9 2 3 . C. J. C H A N E L . Par le Gouverneur : LE Directeur p. i. de l'Administration pénitentiaire, DUPÉ.


— 481 —

nominations,

M U T A T I O N S ,

congés,

ETC

N° 4 8 3 — P. r décret n. date d u 2 9 août 1023, M . Vaillant (André ), lieutenant de port de Ire classe on service a la G u y a n e , a été p r o m u au grade de capitaine de port de 2e classe, p o u r c o m p t e r d u 1er août 1923.

N° 4 8 4 . — P a r décret e n date d u 2 2 n o v e m b r e 1 9 2 3 , M. Cantati, Secrétaire général p. i. d e la G u y a n e , a .été n o m m é Secrétaire général titulaire à la Martinique. 4 8 5 . — P a r décret e n date d u 2 2 n o v e m b r e 1 9 2 3 , M . Thaly, Administrateur d e s colonies, a été n o m m é Secrétaire général d e la G u y a n e .

N° 4 8 5 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 1 8 s e p t e m b r e 1 9 2 3 , M . E . Paterne, pharmacien à l'Hôpital-hospice civil d e C a y e n n e , a été m a i n t e n u , sur sa d e m a n d e , d a n s la position d e disponibilité sans solde, p o u r u n e nouvelle période d'une a n n é e , à c o m p t e r d u 2 4 n o v e m b r e 1 9 2 3 .

N° 4 8 7 . — Par dérision du Gouverneur, en date d u 5 nov e m b r e 1923, M. P a r d o n (J au-Gnalhort) a été agréé en qualité de garde particulier des placers Espoir et Union, situés dans ia c o m m u n e de Mana et appartenant à M . K u phrasius Richard. N° 4 8 8 — Par dérision du C o u v r n e u r , en date d u 3 n o v e m b r e 1923. une permmission d'àbsence ce de trente jours a été accordée à M. Pindard L u c ) , greffier-notaire à Mana.

N° 489. - Par décisou du G u y a n e , en date du fi n o v e m b r e 1923, M . C dial ( Henri}, c o m m i s de 3 classe stagiaire au Secrétariat général, a été titularisé dans son emploi pour compter du 1er n o v e m b r e . 8


-

482

-

N° 4 9 0 . — Suivant Arrêté du Couverneur, en date du 6 n o v e m b r e 1923, le service des huissiers pour l'année judiciaire' 1 9 2 3 - 1 9 2 4 a été réglé ainsi qu'il suit : M M . Sarcelle (Paul), h la C o u r d'appel; Paure ( A i m é e ) , au Tribunal de lre instance; Narcisot (Théôdule), à la Justice de paix. N° 4 9 1 . — Par décision du Gouverneur, en date du 6 nov e m b r e 1923, M I ouvrier Saint-Mary a élé chargé «le gérer l'agence postale créée a Malmanourv.

N° 4 9 2 . — Par arrêté v e m b r e 1923, pris sur la p i., M . Jugo, Lieutenant au Conseil d u contentieux M . Chaspoul, e m p ê c h é .

d u Gouverneur, eu date du 9 n o proposition d u Procureur général de Juge p. i., a élé appelé à siéger administratif, en remplacement de

N° 4 9 3 . - Suivant arrête du Gouverneur, en date d u 1 2 n o v e m b r e 1923, pris sur la proposition du Procureur général p. i., M . Nadau, Susbtitut d u Procureur général, a été n o m m é , sur sa d e m a n d e , Conseiller p. i. à la Cour d'Appel, en remplacement de M. de Monti Possi. appelé p r é c é d e m m e n t à la présidence intérimaire de cette juridiction. M. Persinette-Gautrez, Juge-Président au Maroni, a été n o m m é Substitut du Procureur général p. i., en remplacement de M. Nadau ; M . Chaspoul, Juge-Président à Cayenne, a pris les fonctions dont il est titulaire. N° 4 9 4 . — Suivant arrêté d u Gouverneur, en date du 12 n o v e m b r e 1923, pris sur la proposition d u Procureur général p. i., ont été rapportés: 1° L'arrêté d u 8 avril 1 9 2 3 , n o m m a n t Procureur de la R é p u blique p. i. à Cayenne, M . Ova, Juge de paix au Chef-lieu ; 2° L'arrêté d u 2 5 avril 1923, n o m m a n t 9. Bernetel, Juge de paix p. i. à Maria.


-

483 -

E n c o n s é q u e n c e , après l'installation d e M . Ghérius-Chéry, P r o c u r e u r d e la R é p u b l i q u e à C a y e n n e , n o m m é p a r décret d u 2 0 juin 1 9 2 3 , M M . O v a et Socrate prendront les fonctions d o n t ils sont titulaires. N° 4 9 5 . -

P a r décision d . G o u v e r n e u r , en date du 11 no-

vembre 1 9 2 3 , u n c o n g é d e convalescence de six mois, à p a s ser à la G u a d e l o u p e . a été accorde à M . Sarlal (Robert), secrétaire de Parquet d e 3e classe. N° 496. — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 16 n o v e m b r e 1 9 2 3 , u n c o n g é d e convalescence d e trois m o i s , à p a s ser à la G u a d e l o u p e , a été accordé à M . Jean-Charles ( A n t o nio), garde rural d e 3 classe, à R é m i r e . e

N° 4 9 7 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 16 n o v e m b r e 1 9 2 3 , u n c o n g é d e convalescence d e six m o i s , à passer d a n s la colonie, a été accordé à M . Panéla (Kvariste), g a r d e rural d e 3e classe, à S i n n a m a r y .

N° 4 9 8 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 20 n o v e m b r e 1 9 2 3 , M . N r m (Paul-Abci) a été agréé en qualité d e garde particulier de la concession forestière n° 8 8 , situé d a n s le H a u t - M a r o n i et appartenant a M. Nathaniel ( P A h I ) . N° 1 9 9 . - P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 0 n o v e m b r e 1923, u n t é m o i g n a g e officiel d e satisfaction a été d é cerné à: M M . S o u q u i , adjudant d e la Police municipale, Couzinet, agent d e la Police générale, D i m a n c h e et Nardil, agents d e la Police municipale, p o u r le courage et le d é v o u e m e n t d o n t ils ont fait p r e u v e e n procédant à l'arrestation d u transporté D u c M a n g é , malfaiteur d a n g e r e u x , é v a d é d e la Prison civile d e Cayenne. N° 5 0 0 . — Par arrêté d u G o u v e n e u r , e n date d u 2 2 nov e m b r e 1 9 2 3 , M. B a z d e - O c l u v o n (Jules), souS-chef d e bireau


-

484 —

de 2e classe des Secrétariats généraux dos colonies, a été appelé à remplir les tondions le Chef da secrétariat du S e cretaire général. Par le même arrêté, a été rapportée la décision du 6 septembre 1 D 2 2 qui ava t n o m m é M . Laudernet (Emile ) c o m m i s principal d u cadre local du Secrétariat général d e la G u y a n e , chef de cabinet du Secrétaire général.

N° 501. Par décision du Gouverneur, en date du 2 8 n o v e m bre 1 9 2 3 , un rongé admitratiif de neuf mois, à passer a la Martinique, a élé accordé à Mlle Gilbert-Pierre (Thérèse), d a m e dactylographe de 2e classe du Service local le la G u y a n e .

N° 502 - — Par décision du Gouverneur, en date d u 29 nov e m b r e 1926, M. Saint-Félix, Oscar), c o m m i s principal du c a d r e local des Travaux publics, est chargé de la g é r a n c e d u magasin des Travaux publics et du Service local. Il assurera cunulitivement les fonctions d'Agent spécial lu service régi par économie. Par la m è n e dérision, M . Souvenir (Ernest), magasinierigérant de 3e classe des Travaux publics, est affecté au bureau du C h e f de service pour remplir les fonctions de chef de la comptabilité.

N° 5 0 3 . — Par décision du Gouverneur, en date du 3 0 novembre 1923, M. A m u s a n t (Paul), co n m i s principal des Mutes, est chargé de la direction et du contro e ieóhoinuti dfsjïiravaux d la R m i e cololoniale n° 1, pendant toute la durée le c o n g é d M. Dumass (Autré , conductrur des Travaux publics. N° 5 0 4 . — Par décision du Gouverneur, en date du 3 0 novembre 1921, un b àme a été influgé à M M . Gazon, Octobre et Nabo, g a r d i m s de la Prison ci i'e de C a y e n n e pour négligence pendant la garde «h; nuit du 12 ni 13 septembre (923. T


-

485

-

N° 5 0 5 . — Par décision du Gouverneur, en date d u 3 0 n o v e m b r e 1 0 2 3 , a été acceptée, a c o m p t e r du 2 2 n o v e m b r e 1 9 2 3 , la démission offerte par M . R a m é e de ses fondions de sécré­ taire-archiviste rédacteur de 2e classe du Conseil général. N° 5 0 6 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en date du 3 0 novembre 1 9 2 3 , a été rapportée celle du 3 0 octobre 1 9 2 3 n° 7 7 4 qui avait agréé M. S t é p h a n e Raynard en qualité d e garde particulier de la concession b.datifére n° 1 0 7 , située? à O u a q u i ( -au:-Maroni ) appartenant à M . Stephen Cyrille.

Certifié Le

CONFORME :

Secrétaire-archiviste, YVES LE

MÉTAYER.

Cayene. — Imprimerie du Gouvernement.


BULLETIN

OFFICIEL de l a

GUYANE

F R A N Ç A I S E N° 12.

D É C E M B R E

1923.

SOMMAIRE. Pages

N0 507 — Arrêté ministériel du 21 février 192l relatif à la l'orme dos épreuves d u Brevet, supérieur et du certificat d'aptitude pédagogique , 489 N° SOS. — Circulaire ministérielle du 15 octobre 4923. — Application du décret du 29 juillet 1923 sur le paiement des dépenses des exercices clos 494 N° 509. — Arrêté d u 23 août 1923 modifiant l'arrêté d u 4 juin 1913 portant organisation d'un cadre local de brigadiers, sous-brigadiers et préposes des Douanes de la Guyane 498 N°510.— Arrêté d u 4 décembre 1923 modifiant l'article 17 de l'arrêté du 27 juillet 1922 organisant un service de pilotage et fixant le tarif de pilotage à Saint-Laurentdu-MaroHi

,.. 501

N°511._ Arrêté du 7 décembre 1923 promulguant le décret d u 29 juillet 1923 modifiant certains articles d u décret du 31 mai 4862. - Rapport 592 Décret d u 29 juillet 1923 modifiant certains articles d u décret d u 31 mai 1862 534 N° 512 — Décision d u 10 décembre 1923. — Désignation des fonctionnaires délégués à la vérification des caisses et portefeuilles des comptables des deniers publics.. 507 N° 513, _ Arrête d u 10 décembre 1923 tirant les conditions et le p r o g r a m m e d u concours pour le grade de sous-brigadier dans le cadre local des brigades de Douane de la Guyane 508 34


— 488 — pages

N° 514.- Arrêté du 10 décembre 1923 fixant à 3, 4 (equivalent du franc or dans les relations télégraphiques internationales 511 N° 545. — Décision du 11 décembre 192:3 instituant une commission chargée <:e l'élude des réformes a introduire dans l'Administration pénitentiaire 512 N° 516. - Décision du 14 décembre 1921 portant institution d'une commission chargée d'etudier et d'établir un projet relatif a la fixation des nouvelles limites du territoire pénitentiaire, du territoire de la relégation et delà c o m m u n e pénitentiaire du Maroni .' 14 N° 517. — decision du 14 décembre 1923 instituant une c o m m i Mtui chargée d'examiner et d'indi pier les parties d e . savanes «e kouroii. de S i n n a m o y ou d'fra o u b o qui pourraient être concédées ;i l'A hninistration pénitentiaire c o m m e centres d'élevage 515 N° 518. — Arrêté d u 17 décembre 1923 portant pronulgation du décret du 2 ) septembre 4923, portant institution de commissions départementales du domaine national. - Rapport 547 Décret du 20 septembre 1923. portant institution de commissions départementale) du domaine national. 520 N° 519. — Arrêté d u 17 décembre 4023 portant institution d'une commission dite « du Dounaine national » 521 N° 520. — Décision du 20 décembre 192) chargeant M. Pécarrère (Henri), Secrétaire général p. i. du Gouvernement, de l'expédition des affaires courantes et urgentes pendant l'absence du Gouverneur du chef-lieu 523. N° 521. — Arrêté du 20 décembre 1923 autorisant le fonctionnement à Cayenne d'une société de sports d é n o m m é e «Boys-Scouts de la Guyane française » 523 N° 522. — Arrêté du 24 décembre 1923 portant prorogation de la session ordinaire du Conseil général 321 N° 523. — Arrêté d u 27 décembre 1923 fixant les chiffres des dépenses obligatoires des c o m m u n e s pour servir d e base a la répartition du produit de l'octroi de m e r en 1924 , 525 N° 521. — Arrêté du 29 décembre 4923 rend ut exécutoire le budget du Service local pour l'exercice 1924 527 N° 525. —- Arrêté du 29 décembre 4923 autorisant la perception pour l'année 1924. des taxes et contributions locales. 530 N° 526. — Arrêté du 29 décembre 1923 portant ouverture de crédits supplémentaires a divers chapitres du budget local, exercice 1923 . . 531 N° 527. — Arrêté du 29 décembre 1923 sur le ramonage des cheminées 532


- 489 Pages N° 528. — Arrête du 29 décembre 1923 p o r t a n t ouverture d'un crédit provisoire de 1,200,000 francs au chapitre 17 « Dépenses d'ordres de l'exercice 1924 533 s

N° 529 à 562. — Nominations, mutations, congés, etc

534

N° 5 0 7 . — A R R Ê T É MINISTÉRIEL relatif à lu forme des épreuves du Brevet supérieur et du Certificat d'aptitude pédagogique. Paris, le 24 février 4921. LE

Vu Vu Vu Vu

d e l'Instruction publique et des B e a u x - A r t s , la loi d u 30 octobre 1 8 8 5 ; le décret cl l'arrêté organique d u 18 janvier 1 8 8 7 ; le décret d u 21 lévrier 1921 ; l'avis d u Conseil supérieur de l'instruction publique, MINISTRE

ARRÊTE: Article 1er. — L'article 141 d e l'arrêté, du 1 8 janvier 1 8 8 7 est c o m p l é t é par la disposition suivante: Art. 1 4 1 . — T o u t candidat a l'un des d e u x brevets de capacité doit se faire inscrire à l'inspection a c a d é m i q u e d u d é p a r t e m e n t o ù il réside ; exceptionnellement, il pourra être autorisé par le recteur à se faire inscrire d a n s u n autre départem e n t d u ressort. L'inscription doit être effectuée u n m o i s a u m o i n s avant la date fixée p o u r l'examen. L e candidat d é p o s e : 1° U n e d e m a n d e d'inscription é rite et signée par lui; 2 ° U n extrait d e s o n acte d e naissance ; 3° L e candidat au brevet supérieur d é p o s e , e n outre, l'un des d i p l ô m e s requis (brevet élémentaire, brevet d'enseignem e n t primaire supérieur, I partie "du baccalauréat de l'ens e i g n e m e n t secondaire, certificat o u d i p l ô m e d e G n d ' é t u d e s de r e n s e i g n e m e n t secondaire d é j e u n e s tilles). L e s candidats au brevet supérieur qui désirent subir p a r anticipation les épreuves correspondant a u x p r o g r a m m e s de première et de d e u x i è m e a n n é e des écoles n o r m a l e s doivent adresser a l'Inspecteur d'académie u n m o i s au m o i n s avant la r o


— 490 —

Date fixée pour l'examen une d e m a n d e accompagnéé de leurs diplômes et d'un extrait de leur acte de naissance Art. 2. —- Les articles 150 à 101 de l'arrêté du 18 janvier 1 8 8 7 sont remplacés par les dispositions suivantes: Art. 150. — L'examen du brevet supérieur comprend les épreuves suivantes : I. —

Epreuves

écrites.

1° Composition sur un sujet de morale ou de pédagogie durée : trois heures} ; 2° Composition sur u n sujet le littérature (durée: trois I eures); 3° Composition comprenant un problème d'arithmétique ou d'algèbre (durée: une heure et un problème de géométrie ( d m ée : une heure et demie ) ; 4° Composition portant : Pour les aspirants et à leur choix : Soit sur l'agriculture et les sciences appliquées à l'agriculture ; Soit sur les applications des sciences à l'industrie; Suit sur l'enseignement uautiijue (départements du littoral). Pour les aspirantes et à leur choix: Soit s u r la pédagogie de l'école maternelle, la ,)uériciilturo, l'hygiène sur les sciences appliquées à la puériculture et à l'hygiène; Soit sur l'économe domestique, l'enseignement m é n a g e r l'hygiène et sur les sciences qui leur sont appliquées ; Ou é e : deux bernes et d e m i e ; 5° U n e version île langue vivante (durée, une heure); L'usage d'un didio maire en langue étrangère est seul autorise. II. —

Epreuves

orales

et

pratiques.

1° Interrogation sur la psychologieappliquée a i'é lucatiou ; "2" lot •rrogation sur la >ociohgie appliquée à la m o r d e et à l'education ; 3° I ecture à haute voix-. explication grammatical et littéraire d'un texte français emprunté au p r o g r a m m e le troisième année des écoles normales ; 4° Traduction d'un texte facile de langue étrangère;


491

-

3° Interrogation sur l'histire del'antinquité,sur l'histoie de l'Europe jusqu'il la fin du Moyen-age et sur la géographie physiques; 6° Interrogation surl'histoirede.l'Europe, de la llenaissancc à 1815 et sur la géographie humaine ; 7° Interrogation sur l'histoire de l'Europe, de 1815 à nos joURs et sur la géographie de le région; 8° Interrogation sur les sciences mathématiques (prog r a m m e dy première année des écoles normalees); 9° luterr galion soi I s -eie ces, m w h m a n q u e s ( p og r a m n e « e tr nsiè.ne année de- écoles normales) : 10° Exécution et de O N li aiion d'une experte' ce simple de phyt'utip ou d e chimie, iTune r< connaissance ou d'une disseet on d'histoire naturelle ( p r o g r a m m é de première anu e d«l8 éco'és normales) ; !

;

11° M è n e e x e r c i c e portant sur le p r o g r a m m e de deuxième année des éeoles n rmalcs : 12° M ê m e exercise po. a it sur le p r o g r a m m e de troisième année des écoles normale s ; 13° Epreuve de dessiu (duirée quatre heures) comprenant: A)/ dessin à vue oi composition décorative; h) croquis côté; H ° Dicté m sied- suivie de questions théoriques in épeulanles d o \ xte diej ; I 15° Épreuve le irava'i x de ;nue's gficoles ou m a n a g e r s ; 16° Epreuve l' exereice phyisiques; Art. 151. — Les élèveS MAitres et élèves maîtresses des écoles n o r m les sont tenus <i< stiSir, à la fin de la premièie année : L'it.terrog lion s r h | syeholog'e appliquée à l'éducation; IVinterrogation sur l'bisl ir • de Kantiquilé, l'histoire de l'Europe au m o y e n âge et la géographie physique; L'interrogation sur les scie ces Mathématiques'; L'épruve de sciences physiques naturelles portant sur le p r o g r a m m e de cette preimère année; Et a la fin de la deuxième année: La composition de mathématiques ;


-

492

-

L'interrogation sur lu sociologie appliquée a la normale et a l'éducatiou ; L'interrogation! sur l'histoire de l'Europe, de la Renaissance à 1815 et sur !a géographie h u m a i n e ; L'épreuve de sciences physiques et naturelles, portant sur le p r o g r a m m e de cette d e u x i è m e année. Les autres candidats et candidates peuvent, de même subir par anticipation, soit i n deux lois, soit en tine seule lès épreuves ci-dessus" é n u m é i é e s qui correspondent aux prog r a m m e s d e première et de deuxièni) années des écoles-normales. Art. 1 5 2 . — C h a c u n e des épreuves est notée de 9 à 20, sauf l'épreuve de lecture expliquée qui est notée de 0 à 4 0 , et siuf l'épreuve écrite de langue vivante qui est notée de 0 à 10. Pour être admis, il est nécessaire d'obtenir la m o y e n n e des notes : 1° Pour l'ensemble des épreuves écrites; 2° P o u r l'ensemble des épreuves orales et pratiques. L a note 0 est éliminatoire si elle est maintenue après délibération d u Jury. Peuvent être éliminés, après délibération spéciale d u Jury, les candidats qui ont obtenu pour l'une des épreuves une note inférieure au quart d u m a x i m u m . Lorsque, à la session de juillet, u n candidat é c h o u e après avoir obtenu la m o y e n n e pour l'ensemble des épreuves écrites, sans toutefois qu'aucune des notes attribuées à ces épreuves écrites soit éliminatoire, il est dispensé de les subir à nouveau à la session d'octobre. Lorsque des candidats subissant certaines épreuves par anticipatiou, n'obtiennent pas, à la session de juillet, la note m o y e n n e pour u n e (ou plusieurs) de ces épreuves, il leur est permis de la (ou de les) subir de nouveau a u x • ses ion* Suivantes. Les notes obtenues pour les épreuves subies pas anticipation sont valables pour la session de juillet pendant laquelle l'examen sera complété et pour la session d'octobre suivant. Art. 153. — Q u a n d les épreuves sont terminées, la c o m mission dresse la liste des candidats admit. :


-

493

-

l e s diplomes sont délivrés par le recteur. Mention est farie sur le diplome de la matière choisie par le candidat pour la composition à option ; lorsqu'il aura o b tenu pour celle composition une note au moins égale à la moyenne. Les institutrices, chargées de la direction des écoles m a des classes d'enseignement m é n a g e r ; les institut e u r s chargés de l'enseignement agricole, industriel, n a u tique. dans les écoles primaires élémentaires ou supérieures seront choisis de préférence parmi les maitres qui posséderont la mention carres, o n la il àl'uniononà l'autre de ces enseignement . Art, 154. — L e s candidats a u certificat d'aptitude p é d a gogjquè doivent adresser à l'inspecteur d'académie dans la pi e m i é e quinzaine de j a n v i e r : 1° Une demande d'inscription écrite el signée par e u x ; 2" U n extrait de leur acte de naissance; 3° Leur brevet de capaccité élémentaire ou supérieur); 4" Une. d e m a n d é de dispense si le stage prévu par l'article 108 du décret organique ne doit pas être terminé a u 31 déC e m h r e de l'année de va nen. il n 2 pourra être accordé de dispense d e plus d e trois m o i s à dater de ce 3 1 décembre. Art. 153 — I es épruevves doivent être subies avant le 1er décembre. ! Ile - oui n o n p o u r chaque candidat, a une date aussi rapprochée que possible de celle à laquelle il termine ternelles,

son

stage.

Art. 1 3 0 . - L'EXAMEN Du certificat d'aptitude pédagogique c o m p r e n d u n e épreuvepratiquele el u n e épreuve orale. Art. 157. - - L'épreuve pratique consiste eu classe de trois heures comprenant obligatoirement une leçon l'exerciees physiques et une leçon le ehaque. Elle est faite par chique candidat, d a n s la classe ou i dans l'école qu'il dirige. Toutefois les aspirantes p e u v e n t , à leur choix, subir cette épreuve dans u n e école maternelee o u au• école de filles. Art. 158 — L'épreuve orale a lieu à la suite de l'épreuve pratique. Elle consiste : I D a n s des interrogations s u r l'administration scolaire ( p r o g r a m m e des écoles n o r m a l e s ) ; o


-

494 -

2° D a n s l'appréciation de cahiers d e devoirs journaliers, d e cahiers de devoirs m e n s u e l s , de c y b e r s de roulement ; 3° D a n s des interrogations sur des sujets de pédagogie pratique (organisation de le classe, m é t h o d e s et procédés d'enseignement, etc.) L a durée de l'épreuve doit être d'au m o i n s une demi-heure. Art. 1 5 9 . — C h a c u n e des épreuves est notée de 0 à 2 0 . L e dossier d e c h a q u e candidat cl particulièrement l e s n o b s qu'il a obtenues dans l'inspection, sont m i s sous les yeux de la c o m m i s s i o n , qui e n tient compte, pour l'appréciation de l'épreuve pratique. Tout candidat qui n'obtient pas la note 10 pour l'une ou l'autre des d e u x é p r e u v e s est ajourné. Art. 1 6 0 . —- S u r le vu du procès-verbal d e la commission d ' e x a m e n , l'inspecteur d'académie délivre, s'il y a lieu, le certificat d'aptitude pédagogique. Art. 3 . — L e présent arrêté entrera e n vigueur le V janvier 1 9 2 3 . Toutefois, les élèves m i t r e s et élèves maîtresses devront, et les autres candidats au brevet supérieur qui opteraient p o u r le nouveau régime pourront subir, dès la 1er session de 1921, les épreuves correspondant aux p r o g r a m m e s de la prem i è r e a n n é e des écoles n o r m d e s et dès la premiers session d e 1 9 2 2 , celles qui correspond ni aux p r o g r a m m e s de 2e année. Fait a Paris, le 21 février 1 9 2 1 . LÉON B E R A R D . N° 5 0 8 . - C I R C U L A I R E M I N I S T É R I E L L E . Application du décret du 29 juillet 1 9 2 3 sur le paiement des dépenses des exercices clos. Paris, le 13 octobre 1923.

(Ministère des Colonies. — Direction d u Personnel et delà Comptabilité. — Comptabilité, i L E M I N I S T R E D E S C O L O N I E S , à Messieurs les Chefs du colonial dans les ports de commerce du lincee, de de Bordeaux et de Marseille.

service Nantes,

V o u s a v e z d û p r e n d r e connaissance a u Journal officiel d u 31 juillet dernier d'un décret e n date d u 2 9 d u m ê m e m o i s pris


-

495

sur la proposition de M . le Ministre des finances et dont l o b jet est de simplifier le m o d e actuel d a p u r e m e n t des d é p e n d s des exercices clos. Je n'ai pas besoin d'insister sur l'opportunité d'une telle m o d i fication a u x règles contenues d a n s le décret d u 31 m a i 186-2 et d o n t l'application devenait de plus en plus difficile en raison d e l'accroissement des dépenses de celte nature, c o n s é q u e n c e d u d é v e l o p p e m e n t pris par les budgets. Cette situation se faisait particulièrement sentir en ce qui concerne le Ministère des colonies, dOnl les ordonnateurs secondaires sont n o m b r e u x et p o u r la plupart très éloignés. Ainsi q u e l'expose le rapport d e présentation, le principe essentiel de la louvelle réglementation est d e ne plus considérer c o m m e an dés les titres de paiement n o n présentés à la clôture de l'exercice et d'éviter ainsi des r é o r d o n n a n c e m e n t s , ultérieurs, lorsque les intéressés réclament le règlement d e leurs créances a v a n t l'expiration des délais d e déchéance. D é sormais, le m o n t a n t des m a n d a i s sera porté en dépenses b u d gétaires, nonobstant la clôture de l'exercice, et il en sera fait s i m u l t a n é m e n t recel le par lés soins des agents d u Trésor à u n n o u v e a u c o m p t e d e Trésorerie ouvert d a n s leurs écritures. Ce c o m p t e sera ultérieurement soldé soit par u n paiement effectif entre les m a i n s des créanciers, soil après accomplissement d e la prescription, par la constatation d'une recette budgétaire. T u e règle analogue sera suivie p o u r les m a n d a t s é m i s sur les chapitres d'exercices clos ci n o n présentés au p a y e m e n t à la date d u 31 d é c e m b r e de l'année e n cours de laquelle ils a u ront été délivrés. ;

Il me parait utile d'ajouter à renoncé d e ces principes u n certain n o m b r e d e précisions afin de vous faciliter l'exécution d e s dispositions d u décret dont il s'agit. T o u t d'abord, il convient de tenir c o m p t e q u e l'application d e la nouvelle réglementation doit inter enir, en ce qui touche d u m o i n s la Métropole, dès le 31 juillet 1 9 2 3 , p o u r les creances m a n d a t é e s u n e première fois au cours de l'exercice 1 9 2 2 et n o n payées à la clôture de ce) exercice et à dater d u 31 d é c e m b r e 1 9 2 3 p o u r les rappels de dépenses restant à payer sur mandats-délivrés e n 1 9 2 3 an titre des exercices clos 1 9 2 0 , 1 9 2 1 et 1 9 2 2 ; l'exercice 1 9 1 9 étant périmé à la fin dé l'année courante,


-

496 -

Désormais, toute ordonnance, tout mandai de paiement régulièrement émis et non acquitté entre les mains du titulaire demeurera valable et fera l'objet de la pari du coaiplable, d'une recette appliqués à uu comité de trésorerie intilulé « Restes à payer sur exercices clos ». Ce compte sera tenu par exercice d'origine des cranees. Les crédits correspondant à ces ordonnances ou m a n i a i , seront ainsi c o n s o m m a s , et les ordonnateurs devront, sur les relevés de comptabilité donnant l'emploi des crédits qui leur son! délégués, faire é:at des dépenses budgétaires coastatées dans ces conditions. Sous le régime du décret du 31 m u 1362, les annulations de crédita sans emploi à Ja clôture de l'exercice comprenaient à la fois des créances non payées par les comptables et celles qui n'avaient pu donner lieu, en temps voulu, n l'émission d'un mandat par suite du défaut de présentation de mémoire par le créancier, pour insuffisance de justifications produites, litiges ou tout autre motif. Dorénavant les restes à payer ne porteront plus (pie sur cette 2 catégorie de dépenses constatées par l'ordonnateur seul. Par suite, !e total des bordereaux de crédits sans emploi qui donient lieu à l'envoi de déclarations de fonds libres au Département sera rigoureusement égal à la différence entre le chiffre des crédits délégués et notifiés aux comptables et celui des mandats émis. Réciproquement, le total des paiements devient égal au chiffre des émissions, mais ainsi qu'il a été dit, ce total sera formé à la fois des créances éteintes par un paiement normal et de celles que le Trésor prendra à sa charge, en les affectant au compte précité. Il importe toutefois que vous sayez à m ê m e d'exercer un contrôle sur la composition générale des s o m m e s portées au débit du compte « Dépenses publiques >> et qu'il vous soit possible, en cas de réclamation d'un créancier, de trouver trace du sort fait à cette créance. Les éléments nécessaires vous seront fournis à cet égard par les bordereaux sommaires définitifs et par les états de restes à payer qui continueront à être établis par les comptables suivant les règles jusqu'ici en vigueur, Ces états vous permettront de vous assurer que leur montant est bien égal, par chapitre, au chiffre des restes à payer ressortant sur les bordereaux sommaires définitifs. Vous aurez, de votre coté, à mentionner sur vos registres de fonds, en regard de chaque créance impayée, la date de l'imputation au compte de trésorerie « Restes à payer sur exercices clos ». e


- 497 L a procédure à suivre pour pouvoir au paiement des créances non ordonnances 11 cours d'un exercice ou ajoutées depuis la clôture de cet exercice aux état; le restes à payer, n'a été modifiée que sur le point suivant. Les mandats émis sur le budget courant par rappel des exercices d e s et d e m e u r é s i m payés .à la date du 31 décembre, feront l'objet d e la part d u comptable et, c o m m e il est dit précédemment, p o u r les autres créances, d'uni dépense budgétaire en m ê m e t e m p s q u e d'une recette au compte précité en regard de la rubrique indiquant l'exercice d'origine de la créance. L'emploi de cette procédure entraîne l'obligation, pour les ordonnateurs, de mentionner soigneusement, ledit exercice sur tous les titres de paiement ainsi émis, de m ê m e que sur les bordereaux d'émission de m a n dats. J'appelle toute votre attention sur ce point. La première application des dispositions nouvelles devant intervenir à partir du 31 juillet 1923, les comptables, p o u r la période de transition, transporteront au débit d u c o m p t e e Restes à payer sur exercices clos D les s o m m e s qu'ils ont p u inscrire en dépense au compte « Paiements à régulariser » par application du décret du 5 mai 191 V, dont l'abrogation est édictée par le décret du 29 juillet !923. En conséquence, vous aurez à procéder à la rectification de tous les d o c u m e n t s d e comptabilité faisant ressortir l'emploi d e s crédits de l'exercice 1922 spécialement de ceux donnant le montant des dépenses de l'exercice : ce montant sera majoré du total des états n o m i natifs de restes à payer établis par les comptables. En résumé, toute créance mandatée par vos soins avant la clôture de l'exercice sur des crédits régulièrement délégués ou, après a clôture de I'xercice, sur des crédits qui vous seront ouverts au titre des exercices clos, par application du décret d u 1 1 août 1921 et qui n'aura pas été acquittée dans les délais cessara désormais de nécessiter un réordonnancement, Le m a n dat, demeuré valable, sera employé par le comptable d a n s les conditions qui viennent d'être exposées ; et, en cas de réclamation du tituîairefil vous sutura d'inviter ce dernier à s'adresser au comptable sur la caisse duquel le paiement aura été assigné. !

,1e vous serai obligé de prendre toutes mesures utiles en vue de mettre en vigueur, dès leur réception, les présentes instructions. Je vous adresserai d'ailleurs tous éclaircissements c o m -


— 498 —

plémentaires que vous jugeriez à propos de m e demander à cette occasion.

A. SAURAIT. N° 5 0 9 . - A R R E T E modifant l ' a r r ê t é du 4 juin organisation d'un cadre local de brigadiers, et préposés des Douanes de la Guyane. (23

1913 p o r t a n t sous-brigadiers

août 1923. )

LE G O U V E R N E U R p i. de la Guyane française, V u l'ordonnance organique du 27 août 1828; V u le décret du 2 mars 1912 fixant le statut du personnel de D o u a n e s coloniales dans les colonies autres que l'Inde française et l'Indo-Chiue ; V u l'instruction du Ministre des colonies en date du 7 juin 1 9 1 2 p o u r l'application du décret précité; V u l'arrêté du 4 juin 1913 portant organisation d'un cadre local de brigadiers, sons-brigadiers et préposés des Douanes, approuvé par dépêche ministérielle du 6 janvier 1914; V u l'arrêté du 12 octobre 1922 modifiant l'effectif et les traitements du personnel des cadres locaux des bureaux et brigades des Douanes de. la Guyane; V u la dépêche ministérielle n° 50 du 21 juin 1923 relative à l'avancement des agents du cadre local des brigades; Sur la proposition de l'Inspecteur principal, chef du service des D o u a n e s et sous réserve de l'approbation du Ministre des colonies ; L e Conseil privé entendu. ARRÊTE : er

Article 1 . — La hiérarchie, l'effectif, la solde de présence et le classement des agents du cadre local des brigades de D o u a n e de la Guyane sont fixés ainsi qu'il suit: 2 brigadiers de I classe à 5,700 fr. par an 4me catégorie 2 brigadiers de 2e classe à 5,400 frs. par an 4 catégorie 2 sous-brigadiers de 1 cl. à 5,100 frs. par an 5 catégorie 2 sous-brigadiers de 2e cl. à 4,800 frs. par an 5me catégorie e

me

re

me


-

499

-

10 p r é p o s é s de lre classe à 4,500 frs. par a n 0 catégorie 1 0 idem de 2 classe à 4,200 frs. par a n i>km 1 0 idem d e 8 classe à 3 , 9 0 0 frs. par a n idem 1 0 idem d e 4e classe à 3 , 0 0 0 frs. par a n idem 1 0 idem d e 5' classe à 3 , 3 0 0 frs. par an idem 1 0 idem d e 6 classe à 3,() 0 frs. par a n idem L e s u p p l é m e n t colonial attribué a u x agents d u cadre local d e s brigades est fixé à 5 0 0/0 d e leur solde d e présence, c o n f o r m é m e n t a u x dispositions d e l'article 7 7 p a r a g r a p h e II d e l'arrêté local d u 2 9 m a r s 1921. Art. 2 . — Les préposés sont recrutés p a r m i les militaires d e toutes a r m e s c o m p t a n t a u m o i n s d e u x a n s de présence sous les d r a p e a u x et âgés de 2 0 a n s a u m o i n s et d e 3 0 a n s a u plus. L e s candidats doivent e u outre avoir l 62 de taille au m i n i m u m , justifier d'une instruction suffisante au m o y e n d'un e x a m e n subi à la Direction des D o u a n e s et être r e c o n n u aptes a u service actif des D o u a n e s par le m é d e c i n des brigades. U n droit d e préférence est réservé a u x postulants justifiant d'un séjour sur le front p e n d a n t la guerre, o u décorés d e la Croix d e guerre o u d e la Médaille militaire o u blessés a u cours des hostilités, à condition q u e leurs blessures n e puissent les e m pêcher d'assurer leurs fonctions. m c

e

E

e

v

m

Art. 3. — Les sous-brigadiers sont choisis p a r m i les p r é p o sés âgés d e m o i n s de 4 0 a n s et c o m p t a n t a u m o i n s cinq a n s d e présence d a n s les brigades, qui sont inscrits sur la liste des candidats aptes à ce grade et qui possèdent l'instruction suffisante p o u r ses fonctions. P o u r justifier d e leurs connaissances générales et administratives, les préposés réunissant les conditions ci-dessus indiquées subiront c h a q u e a n n é e , d a n s le c o u rant d e d é c e m b r e , à C a y e n n e o u à Saint-Laurent, u n c o n c o u r s p u r e m e n t local, d o n t le p r o g r a m m e et les modalités seront fixés par u n arrêté spécial d u G o u v e r n e u r . 11 n e sera reçu à ce c o n c o u r s q u e le n o m b r e d'agents d o n t la n o m i n a t i o n paraîtra assurée d a n s le courant d e l'année suivante. Art. 4 . — L e s brigadiers sont recrutés p a r m i les s o u s brigadiers d e 1re classe âgés d e m o i n s d e 4 5 a n s c o m p t a n t d e u x a n s d'ancienneté clans cette classe et figurant a u choix a u tableau d ' a v a n c e m e n t p o u r ce grade. S o u s réserve des dispositions spéciales ci-dessus énoncées, les préposés, sous-brigadiers et brigadiers d u cadre local sont n o m m é s à la dernière classe d e leur grade respectif par l'ins-


— 500 —

pecteur principal, Chef de service, dans les m ê m e s conditions que les agents des brigades appartenant au cadre métropolitain. Ce Chef divisionnaire possède à leur égard les m ê m e s pouvoirs que vis-à-vis de leurs collègues du cadre métropolitain. Art. 5. — Sauf en ce qui concerne l'accession an grade de sous-brigadier, subordonnée aux résultats d'un concours, l'avancement de grade a lieu exclusivement au choix, tandis que l'avancement de classe dans chaque grade est accordé à raison d'un tour au choix et de deux tours à l'ancienneté. Aucun agent du cadre local ne peut obtenir Un avancement s'il n'a été porté au préalable au tableau d avancement et s'il ne compte, au m o m e n t de la formation dulit.tableau-, deux ans d'ancienneté dans sa classe, dont 18 mois de séjour effectif dans la colonie. L'avancemenl de classe à l'ancienneté est undroit qui ne peut être refusé que par mesure disciplinaire. Art. 6. Le tableau d'avancement des agents des brigades d u cadre local est établi à la fin de chaque année, c o m m e celui des sous-officiers et préposes du cadre métropolitain, par une commission composée de l'Inspecteur principal, Chef de service, assisté da Chef du bureau principal de Cayenne et d u Lieutenant des Douanes. Ce tableau d'avancement bien que dressé suivant, les m ê m e s principes que celui concernant le personnel actif métropolitain, est tout à fait distinct de ce dernier. Art. 7. — Les préposés, sous-brigadiers et brigadiers du cadre local des Douanes sont soumis au m ê m e régime disciplinaire que leurs collègues du cadre métropolitain et l'Inspecteur principal, Chef de service, ainsi que le Lieutenant, possèdent à leur égard les m ô m e s droits que vis à vis des agents du cadre métropolitain. E n conséquence, leur sont apphcables, les dispositions des articles 51, 52, 5 3 , 5 4 et 55 d u décret du 19 janvier 1920, relatif à l'organisation des services extérieurs de l'Administration des Douanes, promulgué à la Guyane par l'arrêté du 24 novembre 1920. Art. 8. -- Les agents des brigades du cadre local ont droit au m ê m e titre que leurs collègues du cadre métrôpolitain à l'indemnité d'habillemeui ainsi qu'à la gratuité des soins m é dicaux et des médicaments usuels pour eux et leurs familles dans Les conditions déjà fixées par l'arrêté du 12 octobre 1922,


-

501

-

régtemehtaut le régime de l'habillement et d u service d e Santé des brigades de Douane de la Guyane. Art. 9. — L e s brigadiers, sous-brigadiers et préposés d u cadre local des Doua les actuellement en fondions et n o m m é s antérieurement au l'a juin 1 9 2 0 , qui ont opté pour le règlem e n t du 2 0 avril 1 8 9 1 sur la caisse locale des retraites restent régis par ce texte Tous les autres agents sont soumis d'office aux dispositions du règlement du 19 juin 1 9 2 0 . Art. 10. - Le Secrétaire général et l'Inspecteur principal, chef du service des Douanes, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté qui, dès son approbation par le Ministre desColonies, sera enregistré et c o m muniqué partotil où besoin sera, inséré et publié au Journal et Bulletin officiels de la Colonie. Cayenne, le 23 août 1923. E. C A N T A U . Approuvé par le Minisire d e s Colonies suivant dépêche n° 78 du 2 5 octobre 1 9 2 3 . N°510. - ARRETE modifiant, l'article 17 de l'arrêté du 2 1 juillet 1922, organisant un service de pilotage el fixant le tarif de pilotage a Saint. Laurent du Varoni. ( 4 décembre 1923.

}

LE G o u v e r n e u r p. i. de la Guyane fiançaise, Chevalier de la Légion d'Honneur, V u l'ordonnance coloniale du 24 février 1 8 2 2 ; Vu l'ordonnance organique du _7 août 1 8 8 ; Vu le décret du 12 décembre 19015 ; Vu l'arrêté du 26 m a r s 1920 port oit règlement sur le service des P u i s en Rades de. laG u y a n efrançaise; Vu l'arrêté du27juillet1922: organisant un service de pilotage et fixant le tarif de pilotage à Saint-Laurent du Maroni ; Considérant q u e certains navires sent expédiés pour SaintLaurent du Maroni en passant au préalable par Albina et ne continuent par leur voyages sur C a y e n n e ; Considérant qu'aucun boit de pilotage n'est payé à Albina ni à l'entrée ni à la sortie des navires et ce. quelles que soient leur pr« v a c a n c e et leur destination ;


— 502 —

Considérant q u e , d a n s ces conditions, il est équitable de traiter «le la m ê m e laçon les navires venant d'Albin i à SaintLaurent et cela, d'autant plus, q u e ces navires ne prennent jamais «le pilote ; S u r la proposition du C h e f du service des T r a v a u x publics, M i n e s , Ports (et H a d e s ; L e Conseil privé e n t e n d u , ArrêTE : Article I . — L'article 17 d el'arrêtéd u 2 7 juillet 1 9 2 2 est s u p p r i m é et remplacé; par les dispositions ci-après: « Sont e x e m p t s d u droit de pilotage à Saint-Laurent d u « Maroni les bâtiments français l'osant le canotage d a n s la « colonie, ceux de tout pavilion venant d ' A l b i m à Saint-Lau« rent et vice versa et les navires à destination ou venant d e « Cayenne. » er

Art. 2. — L e paragraphe 11 de l'article 17 est s u p p r i m é . Art. 3. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera. C a y e n n e , le 4 d é c e m b r e 1 0 2 3 . C. J. C H A N E L .

N° 511. - ARRÊTE promulguant modifiant certains articles

le décret du 29 juillet 1923, du décret du 31 m a i 1862.

( 7 d é c e m b r e 1923.)

p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1905, relative à la promulgation des textes aux colonies; V u le décrei du 2 9 juillet 1 9 2 3 , portant modification de certains articles d u décret du 31 mai 1862 V u la circulaire ministérielle d u 15 octobre 1923 prescrivant d e p r o m u l g u e r le discret précité du 2 9 juillet 1923, LE

GOUVERNEUR

ARRÊTE : er

Article I . — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française le décret du 2 9 juillet 1923 modifiant les articles 1 2 3 , 125, 1 2 9 , (30, 132 et 1 3 5 du décret d u 31 m a i 1 8 0 2 .


- 503 Art. 2. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u e partout o ù besoin sera, inséré et publié au Journal el au Bulletin officiels de la Colonie C a y e n n e , le 7 d é c e m b r e 1923. C. J. C H A N E L .

R A P P O R T AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.

Paris, le 29 juillet 1923. M o n s i e u r le Président, L'augmentation considérable du n o m b r e des opérations de d é p e n s e s , augmentation qui rend de plus en plus laborieuse la préparation du général des finances el l'apurement des exercices clos, impose l'obligation d'adopter toutes les dispositions propres à alléger la tâche des services et à bâter les régularisations d'écriture. A cet égard, la procédure actuelle d e règlement des dépenses imputables aux exercices clos paraît pouvoir être notablement simplifiée. A u lieu d e considéier c o m m e annulés tous les titres d e p a y e m e n t n o n présentés à la clôture de l'exercice, ce qui rend nécessaires des réordonnancements ultérieurs si des intéresses réclament le règlement de leur créance avant l'expiration des délais de déchéance, il semblerait plus expédient de porter d'office le m o n t a n t de ces m a n d a i s en dénense budgétaire et d'en taire simultanément recette à un compte d e trésorerie. Celui-ci sera tultérieurement soldés soir un p a y e m e n t effectif, soit, après accomplisse en* d e la prescription, par la constatation d'une récite budgétaire. U n e règle analogue serait suivie, pour les o r d o n n a n c e s o u m a n d a t s é m i s sur les chapitres d'exerci es clos et n o n présentes au p a y e m e n t à la date du 31 d é c e m b r e d e l'année a u cours de laquelle ils auront été délivrés. Bien q u e certaines des dispositions qui ont déterminé 1e monde derèglement actuellement applicable a u x d é p e n s e s d'exercices clos soient d ordre législatif, la nouvelle procédure s u s indiqoée p tait potuoiréire prescrite par voie d e simple décret. VA

COMPTE

12


-504C e s dispositions législatives ont en effet deux objets essentiels : d'une part, éviter que l'acquittement des dépenses i m putables aux exercices clos d o n n e lieu à des d é p a s s e m e n t s d e cré ils ; d'autre part, assurer Inobservation'des règles c o n cernant la presciiplion q u i n q u e n a l e . Les m e s u r e s nouvelles dont l'adoption est suggérée font pleinement état de ces préoccupations d u législateur et n'apportent a u c u n e modification aux principes par lui posés. Elles tendent seulement à mettre «n vigueur u n e procédure permettant d'en faciliter l'application. Tel est l'objet d u présent décret q u e j'ai l'honneur d e soumettre à votre haute approbation. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance d e m o n profond respect. Le Ministredesfinances,

CH. DE L A S T E Y R I E . DÉCRET L s PRÉSIDENT D E LA

RÉPUBLIQUE

FRANÇAISE

S u r le rapport d u Ministre des finances, V u le décret d u 31 m a i 1 8 6 2, DÉCRÈTE : er

Article 1 . — Les articles 123, 1 2 5 129, 130, 1 3 2 et 135 du décret du 31 m a i 1 8 6 2 sont remplacés par les suivants: Art. 1 2 3 . — L e s ordonnances et m a n d a t e n o n pavés a u x titulaires o u a leurs avants cause avant a clôture d e l'exercice d o n n e n t lieu a u n e i n s c r i p t i o n d é p e n s e au c o m p t e d e s dépenses publiques et à la comstdation d'une recette c o n c s pondan'e a u n c o m p t e de tréso crie intitulé « R e s t e s h payer sur exercices close, lequel e t te..u par exercice d'origine des créances. Cette opération est effectuée au 3 1 mai de la seconde a n n é e d e c h a q u e exercice au vu d'étals d e restes à payer dressés par les agents d u Trésor el visés par les ordonnateurs intéressés. L e s d é p e n s e s constatées dans les conditions indiquées au premier alinéa d u présent article sont justifiées par ces états d e restes à payer, par les piècts réglementaires à produire a u soutien des o r d o n n a n c e m e n t s et par les récepissés délivrés à


— 505 l'occasion de la recette effectuée au c o m p t e de trésorerie susvisé. U n double des états d e restes est adressé à l'Administran o n centrale des finances. L e s o r d o n n a n c e s et m a n d a t s présentés a u p a y e m e n t après a clôture d e l'exercice sont ;p a y é sau débit d u c o m p t e « Resies à payer» jusqu'à l ' a c c o m p l i s s e m e n t des délais d e prescription. Les p a y e m e n t s d e l'espèce p e u v e n t être effectués d è s la cloture d e l'exercice et p e n d a n t le m o s d e m a i qui suit avant m ê m e q u e le m o u l a n t d e s états d e testes a payer définitivem e n t arrêté ait été porté en recette à ce c o m p t e . T o u s ces p a y m e n t s doivent être a p p u y é s de pièces justifiant d e la validité de la quittance. A u 31 d é c e m b r e d e chaque année, font é g a l e m e n t l'objet le l'opération prévue a u x d e u x premiers alinéas d u présent article, les ord uni m e s ( I ; an a > d livrés m c o u r s d e ladite a n n é e sur les chapitres d'exercices clos d a n s les conditions fixéespar l'article 130 du décret d u 31 m a i 1 8 6 2 , modifié par le présent décret, et n o n présentés au p a y e m e n t à celte date. Les o r d o n n a n c e s et m a n d a t s appliqués au c o m p t e de R e s t e s à p a y e r » et atteints par la prescription q u i n q u e n n a l e avant d'avoir été présentés a u p a y e m e n t d o n n e n t lieu a u n e d é p e n s e à ce c o m p t e en m ê m e t e m p s qu'à u n e recette au c o m p t e d e s recettes accidentelles à différents titres. L a p r o c é d u r e instituée par le présent article n'est p a s a p plicable a u x renies, a u x d é p e n s e s payées sur les produits d e s iegs et donations, n o n plus qu'aux catégories d e d é p e n s e s visées par les articles 128 d u décret d u 3j m a i 1 8 0 2 et 1 2 de ta loi d u 2 8 juin et aux intérêts d e c a u t i o n n e m e n t lorsqu'ils doivent être versés à la e u s s e des dépôts et consignations, e n exécution d e l'article 16 d e la loi d u 9 juillet 1 8 3 6 . i es créances n'ayant p a s d o n n é lieu à o r d o n n a n c e m e n t avant la clôture d e leur exercice d'origine p e u v e n t être o r d o n n a n c é e sJusqu'à l'expiration d e s délais d e prescription sur les chapitres d'exercices clos ouverts au budget d e l'exercice courant. Art. 1 2 5 . — L e s d é p e n s e s qui, n'ayant pas d o n n é lieu à o r d o n n a n c e m e n t , restent à p a y e r a l'époque d e la clôture d'un exercice p e u v e n t , d a n s la limite d e s crédits qui avaienl été ouverts pour l'objet qu'elles concernent, être o r d o n n a n c é e s par les Ministres sur e s fonds d e s b u d g e t s courants ayant q u e la loi de r è g l e m e n t d e cet exercice ait été votée.


-506art. 129, - Aussitôt que le c o m p t e définitif d'un exercice est arrêté, les Ministres ordonnateurs font dresser l'état n o m i natif des créances qui, a la clôture dudit exercice, n'ont été payées ni directement aux créanciers, ni sous forme d'une inscription au crédit du c o m p t e «Restes à p a y e r » . Ils font former de semblables états pour les nouvelles créances qui seraient successivement ajoutées à ce reste a payer, en vertu de crédits spéciaux ouverts c o n f o r m é m e n t a l'articie 9 de la loi du 23 m a i 1 8 3 1 . C e s états sont rédigés d'après u n m o d è l e uniforme et remis en double expédition au ministère des finances. Art. 130. — les r é o r d o n n a n c e m e n t s de dépenses d'exercices clos effectués sur le budget de l'exercice exura t dans les conditions prévues an dernier alinéa de l'article 123 sont nominatifs; les ordonnances et m a n d a t s délivrés ne peuvent être payés à litre budgétaire aux créanciers q u e jusqu'au 31 décembre de l'année d e leur é m i s s i m , date à laquelle, en cas d e non présentation par les titulaires, il> font d'office l'objet de l'opération de dépense prescrite au quatrième alinéa dudit article. Art. 132. — A la fin de c h a q u e a n n é e , les agents d u Trésor adressent au Ministre des finances un bordereau n o m i n a tif par ministère, exercice et chapitre des p a y e m e n t s qu'ils ont effectués pendant l'année pour dépenses d'exercices clos sur ordonnances nu m a n d a t s émis dans les conditions déterminées par l'article 130 du présent décret, soit q u e ces ordonnances ou m a n d a t s aient été payés directement a u x créanciers, soit qu'ils aient d o n n é lieu à u n e inscript on au c o m p t e « Restes à payer.» Art. I35. - Il est, chaque année, reudu c o m p t e à la C o u r des c o m p t e s , àlasuite du r é s u m é général des virements d e c o m p t e s de toutes les opérations relatives à l'apurement d e s dépendes d'exercices clos avant lait l'objet d'ordonnancements sur le budget de l'exercice cornant. A l'appui d e cette production spéciale, le Ministre des finances fait remettre h la Cour des c o m p t e s u n e des d e u x expéditions des états nominatifs dressés par les Ministres ordonnateurs, les bordereaux d e p a y e m e n t envoyés par les agents du Trésor et les états s o m m a i r e s f o r m e s pour les rentes perpétuelles et les intérêts d e cautionne m e u t . A n m o y e n d e ces divers d o c u m e n t s , la C o n r d c s c o m p t e s vérifie lesdites o p é -


- 507

rations et constato, par res déclarations générales, la régulière exécution des articles 8, 9 et 1 0 de la loi lu 2 3 mai 1834. Art. 2. — Par m e s u r e t a m i ire, l'imputation a u rornpîe « R e s t e s a payer» d u m o n t a n t des o r d o n n a n c e s et m a n d a t s non payés à la clôture de l'exercice 1 9 2 2 aura lieu le 31 juillet 1 9 2 3 . L a disposition de l'artcle 123 d u décret d u 3 1mai1 8 6 2 modifié par le présent décret relative aux titres de p a y e m e n t délivrés sur les chapitres d'exercices clos et n o n acquittés a u 31 d é c e m b r e d e l'année de leur émission, sera appliquée p o u r la première fois aux o r d o n n a n c e s et m a n d a t s é m i s a u cours de l'année 19323 et n o n payés aux créanciers a la date d u 31 d é c e m b r e de ladite a n n é e . Art. 3. — L e décret d u 5 mai 1 9 1 4 autorisant le p a y e m e n t au c o m p t e « P a y e m e n t s a régulariser entre le 3 0 avril et le 31 juillet des o r d o n n a n c e s et m a n d a t s n o n présentés avant la clôture d e l'exercice est abrogé. Art. I. — L e Ministre des finances est chargé d e l'exécution d u présent décret, qui sera publié au Journal officiel et inséré au Bulletin des lois. Fait à Rambouillet, le 2 9 juillet 1923. A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République:

Le Ministre CH.

des finances,

ne L A S T E Y R I E .

N° 512.DÉCISION gués à la vérification

Désignation des fonctionnaires délédes caisses et portefeuilles des comptables

des deniers publics. (10décembre 1923. )

p. i. de la G u y a n e française, CHEVALIER DE LA Légion d ' H o n n e u r , V u I'ORDONNANCE organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u LES ARTICLES 391 et 3 9 2 du décret du 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 sur LE RÉGIME financier des colonies; S u r la proposition du Secrétaire général, LE GOUVERNEUR

DÉCIDE :


-

508

-

Article ler. — la situation des caisses et portefeuilles des COMPtables ci-après sera cértifiée, an 31 d é c e m b r e 1 9 2 3 , par les fonctionnaires, savoir. L e R e c e v e u r d u 1 b u r e a u d e l'Enregistrement, par M . Pindard, c o m m i s d e 1re (lasse d u Secrétariat général; L e R e c e v e u r d u 2 bureau d el ' E n r e g i s t r e m n t ,par M Colat, c o m m i s d e 3 d i s s e du Secrétariat général; L ' E c o n o m e - c o m p t a b l e de l'Hôpital-hospice civil, p r M . Cléostrate, c o m m i s de lre classe d u Secrétariat général; L e C o m p t a b l e d e l'imprimerie du G o u v e r n e m e n t , par M. André ( S t é p h a n e ) , c o m m i s d e s Mines; L e Receveur-comptable des Postes et T é l é p h o n e s de Cayenne, par M . Dorfer, c o m m i s principal du Secrétariat général; L e Receveur-comptable des Postes d e Saint-Laurent d u Maroni, par le délégué d u Service local; L e Receveur-comptable des Postes de M a n a , par le Maire d e cette localité. Art. 2 . — L a présente décision sera enregistrée et c o m m u niquée partout o ù besoin sera, insérée et publiée au J o u r n a l officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 1 0 d é c e m b r e 1 9 2 3 . er

e

e

C. J. CHANEL . N° 5 1 3 . — A R R Ê T E fixant les conditions et le programme du concours pour le grade de sous-brigadier da s le cadre local des brigades dde Douane de la Guyane. (10 décembre 1923.) LE GOUVERNEUR p. i. de In G u y a n e française,

Chevalier de la Légion d'Honneur, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; • V u l'article 5 d u décrel d u 2 m a r s 1 9 1 2 sur les d o u a n e s coloniales, portant création d a n s les colonies de retires locaux d'agents inférieurs des brigades ; V u l'instruction ministérielle d u 7 juin 1 9 1 2 p o u r l'application d u décret précité, spécifiant q u e seuls les agents d u cadre métropolitain sont astreints a u x concours actuellement exigés p o u r les grades de brigadier et d e sous brigadier ;


-

509

V u l'arrêté organique du 4 juin 1913 portant organisation d'un cadre local de brigadiers, sous-brigadiers et préposés des Douanes eu Guyane ; V u la dépêche ministérielle n° 5 0 du 21 juin 1 9 2 3 faisant connaître que le recrutement et l'avancement des agents d u cadre local des Brigades peuvent faire l'objet d'une réglementation spéciale et purement locale ; V u l'arrêté du. 2 3 août 1923, pris en conformité d e la dépêche ministérielle précitée, modifiant les dispositions d e l'arrêté organique du 4 juin 1 9 2 3 ; S u r la proposition du Chef du service des Douanes et sous réserve de l'approbation de VI. le Ministre des Colonies, ARRÊTE : er

Article 1 . — Conformément aux dispositions d e l'article 3 d e l'arrêté du 23 août 1923 fixant les conditions d'accession au grade de sous-brigadier di s préposés de Douanes d u cadre local des brigades de la Guyane, le concours p u r e m e n t locaf établi pour l'obtention de ce grade aura lieu chaque année à C a y e n n e et à St Laurent le premier dimanche d e d é c e m b r e . Art. 2. — Peuvent être admis à concourir, les préposés, sans distinction déclasses, doivent remplir les conditions suivantes: 1° Etre âgés de moins de 40 ans au l janvier d e l'année d a n s laquelle aura lieu le concours ; 2 Compter au moins cinq ans d'ancienneté d a n s le grade d e préposé ; 3° Etre porté à un tableau spécial d'avancement p o u r le grade de sous-brigadier, dressé dans les m ê m e s conditions et par la m ê m e commission que celui des préposés d u cadre métropolitain, candidats au m ê m e grade. Art. 3. — Le concours est passé à Cayenne, au siège d e la Direction, devant une Commission de surveillance c o m p o s é e de: l'Inspecteur principal, Chef du service des Douanes, Président, or

tt

le Chef d u bureau principal de Cayenne. le Lieutenant des Douanes, ou à défaut le Brigadier le plus ancien de la résidence

1

Membres

A St Laurent du Maroni, ce concours est passé à la m ê m e date au bureau des Douanes de cette localité devant u n e c o m mission de surveillance composée de :


- 510 le Chef d u Bureau de St Laurent, Président, le Vérificateur o u le c o m m i s de St Laurent, Membres le Brigadier Chef de la brigade de S' Laurent L e rôle de cette dernière commission doil se borner à distribuer a u x candidats les sujets de composition reçus d u chef-lieu, à les surveiller pendant la durée des séances, et à placer sous enveloppes scellées, en présence des intéressés, les compositions, dont la correction et le classement sont effectués ultérieurement au siège de la direction à Cayenne par la C o m m i s s i o n ci-dessus indiquée et présidée par l'Inspecteur principal, Chef de service. Art 4 . — Le concours comporte les m ê m e s épreuves écrites q u e celles exigées des préposés d u cadre métropolitain candidats au grade de sous-brigadier, savoir : 1° U n e dictée de quinze lignes avec énonciation de la ponctuation ; 2° U n spécimen d'écriture à m a i n posée ; 3' L a solution de deux problèmes d'arithmétique élémentaire ; 4° D e s questions sur la géographie de la France et de ses Colonies ; 5° L a rédaction d'un rapport sur u n fait d u Service local; 6° D e s questions sur le service courant des brigades eu Guyane ; 7° La solution des questions sur la théorie militaire Ecole d u soldat); 8° U n e version facultative de langue vivante. Art. 5. — Les sujets de composition sont choisis par le G o u v e r n e u r parmi ceux qui lui sont présentés par le Chef d u service des Douanes. Ils sont placés séparément parce dernier sous enveloppes cachetées. T o u s ces plis sont adressés sous u n e seconde enveloppe cachetée à chaque centre de concours. A u début de chaque vacation, le président de la commission d e surveillance, en présence des candidats et des autres m e m bres de la commission, qui constatent l'intégrité des cachets, ouvre l'enveloppe renfermant les matières destinées à être traitées, qui sont toutes indiquées dès le c o m m e n c e m e n t d e la séance.


- 511 Art, 6 — Les dispositions des articles 1 2 à 2 5 d u règlement d u 7 m a i 1 9 2 0 p o u r le concours d e la sous-brigade d a n s la Métropole modifié en son article 1 3 par l'arrêté d u 1 octobre 1 9 2 3 et relatives à la durée des séances, à l'interdiction d e s dictionnaires et a u res livres, a u x compositions et devises des candidats, à l'indication d e la valeur des compositions, à la fixation des coefficients des épreuves et d e la cote n u m é r i q u e d e s agents, a u x majorations d e points p o u r ancienneté d e services, au double classement a u choix et à l'ancienneté d e s candidats et a la f o r m d i o n d e la liste définitive d'admissibilité d e m e u r e n t en vigueur p o u r les agents locaux des brigades, e n tant qu'elles n e sont pas contraires à celles faisant l'objet d e s articles précédente. Toutefois le m i n i m u m d e 4 6 0 points p o u r les compositions, exigé des candidats, p a r l'article 2 3 d u m e n t métropolitain d u 7 m a i 1 9 2 0 p o u r être classés, est r a m e n é â 3 0 0 points. Art. 7 , — L e Chef d u service des D o u a n e s est chargé d e l'exécution d u présent arrêté, qui, après approbation p a r le D é p a r t e m e n t , sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u x Journal officiel et Bulletin officiel de la Colonie. C a y e n n e . le 1 0 d é c e m b r e 1 9 2 3 . e r

règle-

G. J. C H A N E L . N° 514. - ARRÉTÉ fixant à 3,4 l'équivalent du franc or dam les relations télégraphiques internationales. ( 1 O décembre 1923. )

L u GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier de la Légion d'Honneur, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté d u Sous-Secrétaire d'État d e s P . T. T. e n date

d u 2 6 novembre 1913; V u le circulaire 13/3 d u Ministère des Colonies, e n date du ler d é c e m b r e 1 9 2 3 ; S u r la proposition d u Chef d u service des Postes et des T é légraphes, ARRÊTE;


-

512

Article Ier. — D a n s les relations autres q u e celles entre la France, l'Algérie et la Tunisie, d'une part, et les Colonies françaises d'autre part, l'équivalent d u franc or servant à établir les taxes télégraphiques internationales est fixé à 3,4 à partir d u I d é c e m b r e 1923. Art. 2. — Dans les relations entre la France, l Algérie et la Tunisie, d'une part, et les Colonies françaises, d autre part, l'équivalent d u franc or reste à 1,80; Art. 3. — Le présent arrête sera publie et inséré a u Bulletin et a u Journal officiels de la Colonie. er

. C a y e n n e , le 10 d é c e m b r e 1 9 2 3 . C . J. C H A N E L .

N° 515. —- DÉCISION insTiTuant une commission chargée de l'étude des réformes à introduire dans l'Administration pénitentiaire. (11 d é c e m b r e 1923. )

p. i. de la G u y a n e française, Chevalier de la Légion d'Honneur, V u l'article 0 7 de l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; Y u la loi d u 3 0 m a r s 1 8 5 4 , relative au m o d e d'exécution d e la peine des travaux forces; E n s e m b l e les différentes dispositions réglementaires interv e n u e s e n vue de son application ; Considérant qu'il y a urgence à préparer u n e révision d e ces différents textes pour les mettre en h a r m o n i e avec les nécessités actuelles, LE GOUVERNEUR

DÉCIDE : e r

Article 1 . — U n e commission est constituée à l'effet d'exam i n e r les réformes que c o m p o r t e le régime pénitentiaire a c tuellement e n vigueur. Elle élaborera des projets de lois et règlements tendant : 1° A améliorer la situation morale et matérielle des c o n d a m n é s sans porter atteinte à la répression; 2° A d o n n e r à la main-d'œuvre pénale les possibilités d'utilisatiou et de r e n d e m e n t les plus développées;


-

513

-

3° À faciliter le relèvement des libérés par le travail et l'assistance morale. Art 2. — Cette commission sera présidée par M. le Procureur général p. i. Elle sera c o m p o s é e d e : MM. le Directeur de l'Administration pénitentiaire ou son délégué, en l'espèce M . le C o m m a n d a n t supérieur Michel; Chaspoul, Président d u tribunal ; Saccharin, Conseiller général, industriel; Tullins, Conseiller général, agriculteur; le Docteur Colombani, médecin-major d e Ire classe; le Chef d u service des Travaux publics; Guerlain, Sous-chef de bureau des Secrétariats généraux, secrétaire avec voix consultative. Art. 3. — La commission pourra rechercher tous renseig n e m e n t s utiles auprès d e s assemblées o u des personnes qualifiées à cet effet. Elle aura la faculté de se diviser e n souscommissions. Apres accord avec l'autorité compétente; elle aura toute latitude pour visiter les élalissements pénitentiaires d e cheflieu et d e ses alentours. Art 4. — La commission se réunira à l'hôtel d u Parquet général sur la convocation de son Président. Art, 5. — L e budget local supportera, le cas échéant, les frais d e déplacement des m e m b r e s de la commission. Art. 6. - Le Secrétaire général, le Procureur général, le Directeur de l'Administration pénitentiaire sont, chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution de la présente décision qui sera publiée et c o m m u n i q u é e partout o ù besoin seraCayenne, le 11 d é c e m b r e 1 9 2 3 . G. J. C H A N E L .


-

514

-

N° 5 1 6 . — D E C I S I O N portant institution d'une commission chargée d'étudier et d'établir un projet relatif à la fixation des nouvelles limites du territoire pénitentiaire, du territoire de la rélévation et de la c o m m u n e pénitentiaire du Marnai.

( 15 décembre 1923.) Le GOUVERNEUR p. i. de la Guyane française, Chevalier de la Légion d'Honneur, V u l'ordonnance organique du 27 aout 1828 ; V u le décret du 2 1 mars 1887, modifiant ceux du 3 0 mai 1860, 5 décembre 1882 et fixant: 1° Les limites du territoire pénitentiaire a la G u y a n e ; 2° Les limites du territoire de la relégation; 3° Les limites de la c o m m u n e pénitentiaire du Maroni, Considérant que In réglementation actuelle ne permet que difficilement l'acquisition du terrains urbains dans les limites de la c o m m u n e pénitentiaire de Saint-Laurent du Maroni ; Qu'il importe cependant d'aider au développement de cette c o m m u n e devenue un centre important de c o m m e r c e et d'industrie et cela en permettant aux cotons d'y créer des exploitations leur appartenant, en conséquence de reviser le décret susvisé du 2 4 mars 1887 ; Considérant que les territoires attribués h l'Administration pénitentiaire dans la région «lu Varoni dépassent les besoins actuels et futurs de celte Administration; Q u e ces terrains sont les seuls ayant un accès direct sur la partie navigable du fleuve Marnai et que le statut actuel qui les régit en entrve la dévolution aux entreprises privées de toutes catégories Qu'il y a lien de ne conserver à l'Administration pénitentiaire que les seuls ter-itohes nécessaires à ses réels besoins et en conséquence, de reviser le décret du 2 4 mars 1887 et de-proposer la remise au domaine de la colonie des territoires inutilisés ou inutilisables, DÉCIDE : er

Article I . — Une commission est instiiuée à l'effet d'étudier et d'établir un projet tendant à fixer de nouvelles limites du territoire pénitentiaie, du territoire de ta relégation et de la c o m m u n e pénitentiaire du Maroni. Art. 2. — Cette commission sera composée ainsi qu'il suit :


- 515 M M . le Directeur d e l'Administration pénitentiaire, président ; le C o m m a n d a n t supérieur, Maire d e Saint-Laurent du Maroni; M M . le C o m m a n d a n t supérieur d e Saint-Jean-du-Mareni; le C h e f d u 3 bureau de l'Administration pénitentiaire; le Délégué d u Service local a u M a r o n i ; W l a e k e u h i i m , surveillant principal des établissements pénitentiaires, secrétaire avec voix consultative. Art. 3 . — Cette c o m m i s s i o n se réunira, sur la convocation d e s o n président, à Saint-Laurent-du-Maroni. L e s procèsverbaux d e ses travaux ainsi q u e tous projets h intervenirsero: tadre>sé>au G o u v e r n e u r aussitôt laclôturedesdils travaux. Art. 4. — L e Directeur d j l'Administration pénitentiaire est chargé de l'exécution de la pré enle décision qui sera e n registrée il c o m m u n i q u é e partout où besoin sera, insérée et publiée im Journal officiel et au Bulletin officiel d e la colonie. e

C a y e n n e , le 14 d é c e m b r e 1923. C . J. C H A N E L .

N° 3 l 7 . — DÉCISION instituant une commission chargée d'examiner et d'infliquer tes parties des savanes de Kourou, de 5 i n namary ou d'Iraconbo qui pourraient être concédées à l'Administration pénitentiaire comme centres d'élevage. [14 décembre 1923.) L e GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier d e la Légion d ' H o n n e u r , V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 2 1 m a r s 1 8 8 7 , modifiant c e u x d u 3 0 m a i 1860, 5 d é c e m b r e 1 8 8 2 et fixant : 1° L e s limites d u territoire pénitentiaire à la G u y a n e ; 2° L e s limtes d u len loue de la relégation;

3° L e s limites d e la c o m m u n e pénitentiaire d u M a r o n i ; Considérant q u e les tentatives d'agriculture et d'élevage n e p e u v e n t T e l l e m e n t être, faites d a n s c e u x d e s territoires d e la colonie actuellement attribut s à 1 Administration pénitentiaire;


— 516 — Que les essais d e cet o r d r e s e m b l e n t devoir r e n c o n t r e r de p l u s certaines c h a n c e s <ie s u c c è s d a n s la régi» n rie K . m r o u . Sinuamary, Iracouho ; Q u e le d o m a i n e a c t u e l l e m e n t affecté au pénitenciere de K o u rou est insufflant ; V u la décision en d a t e d u 1 4 d é c e m b r e ( 9 2 3 , n° 1 0 9 1 , instituant u n e c o m m i s s i o n c h a r g é e d e réduire le d o m a i n e d e l'Administration pénitentiaire d a n s la région d u M a r o n ; C o n s i d é r a n t q u ' u n é c h a n g e favorable a u x intérêts tant d e l'Etal q u e d e la Colonie, purrait être h e u r e u s e m e n t o p é r é ; Q u ' e n c o i s é q u e n c o , il y a fien «le dé'eni r v. us d e s terrains d e la région d e K o u i o u one pourraient n i i c o n valeurr les services de l'Administration p e u u > tiair» , t S u r l a preposition conci r t e di Secrétaire Directeur d e l'Administration pénitentiaire,

général

et

du.

DÉCIDE : e r

Article I . — Une c o m m i s s i o n est instituée à l'effet d e r e c h e r c h e r et d e d é t e r m i n e r quelles sont les parties d e s territoires d u d o m a i n e des c o m m u n e s d e K o u r o u , S i n n a m a r y o u d ' I r a c o u b o qu'il serait o p p o r t u n d e c o n c é d e r à l'Administration pénitentiaire e n v u e d e lui p e r m e t t r e d y constituer d e s c e n t r e s d'agriculture et d'élevage. A r t . 2 . — Cette c o m m i s s i o n qui se réunira à C a y e n n e sur la c o n v o c a t i o n d e s o n président, sera c o m p o s é e ainsi qu'u suit : MM.

le Secrétaire général, président', le D i r e c t e u r d e l'Administration pénitentiaire o u s o n délégué; d e M o n t i - M o s s i , président p . i. -le la C o u r d ' a p p e l . le C h e f d u service d e s D o m a i n e s ; Quintrie (Charles,, Conseiller g é n é r a l e de la 5 c i r c o n s cription ; J . - B . Vernet, idem; e

le C h e f d u b u r e a u d e s M i n e s , secrétaire a v e c voix c o n sultative. Art. 3. — L a c o m m i s s i o n c o n s i g n e r a le résultat de s e s t r a v a u x d a n s u n procès-verbal q u i s e r a :.d e sé »u C o u v e r n e u r et a u q u e l seront joints tous plans nécessaires.


- 517 -

Art. 4. - L e Secrétaire général et le Directeur d e l'Administration pénitentiaire sont chargés, c h a c u n en ce qui le c o n cerna, de l'exécution de la présente décision, qui sera enregistrée et c o m m u n i q u é e partout où besoin sera, publiée et insérée au Journal officiel et au Bulletin officiel de la colonie. C a y e n n e , le 14 d e c e m b r e 1923. C . .J. C H A N E L .

N° 5 1 8 . — A R R Ê T É portant promulgation du décret du 20 septembre 1923, portant institution de commissions départementales du domaine national. (17 décembre 1923. )

p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier d e la Légion d ' H o n n e u r , V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ;

LE

GOUVERNEUR

V u la circulaire ministérielle d u 2 m a i 1906, relative au m o d e de promulgation des lois et décrets a u x colonies; V u le décret d u 2 0 septembre 1 0 2 3 portant institution d e c o m m i s s i o n s départementales dites « d u d o m a i n e national n> ; V u la circulaire ministérielle d u i octobre 1 9 2 3 . n° 7 6 0 , prescrivant la promulgation à la G u y a n e française dudit décret; S u r la proposition d u Secrétaire général, ARRÊTE :

Article 1er. — Est p r o m u l g u é à la G u y a n e française, p o u r y être exécuté e n sa f o r m e et teneur, le décret susvisé d u 2 0 septembre 1923. Art. 2. — L e présent arrêté sera, avec le texte p r o m u l g u é , enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, et sera inséré a u Journal officiel et a u Bulletin officiel de la colonie. C a y e n e , le 17 d é c e m b r e 1923. C . J. C H A N E L .


-518RAPPORT AU

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Rambouillet, le 20 septembre 4923.

Monsieur le Président, e r

U n décret d u 1 février 1 9 2 2 a institué au Ministère des finances u n e c o m m i s s i o n chargée d'examiner les conditions d a n s lesquelles pourrait être effectuée la mise à jour d u tableau général des propriétés de l'Etat, établi o n exécution de l'article 52 d e la loi d u 2 2 d é c e m b r e 1873. A y a n t constaté, entre autres a b u s o u errements préjudiciables a u Trésor, q u e les fonctionnaires, agents, officiers ou e m p l o y é s d e l'Etat sont, parfois, logés sans droit, gratuitement ou m o y e n nant u n loyer notoirement insuffisant, dans des batiments d o m a n i a u x qui pourraient être rendus dispou bies, la i o m m i s i ó n a pensé qu'elle ferait u n e œ u v r e \ t ne et stérile si, à l'occasion d e la réfection matérielle-du tableau général des propriétés d e l'Etat, elle n e se préoccupai pas d'arriver à u n e revision minutieuse et complète des conditions d a n s lesquelles sont, utilisées et occupées les propriétés domaniales. P o u r parvenir à ce résultat, elle a proposé l'institution, d a n s c h a q u e département, d'une c o m m i s s i o n p e r m a n e n t e chargée d'exercer u n e surveillance constante sur rulilisalion de tous les i m m e u b l e s d o m a n i a u x aileciés à u n service public et d e se p r o n o n c e r périodiquement sur la conformité ou la non-conformité de leur emploi réel avec leur destination n o r m a l e . Cette c o m m i s s i o n , qui statuerait en premier ressort sur les conflits susceptibles de surgir en pareille matière, se livrerait, e n outre, à la vérification des concessions de logements et à l'étude des r e m a n i e m e n t s à apporter d a n s les installations des services publics, e n v u e d e rendre des i m m e u b l e s disponibles. Elle remplirait, e n s o m m e , m a i s d'une façon plus étendue, et, e n tout cas plus complète, en raison d e sou contact p e r m a n e n t avec la matière contrôlée, la mission confiée par le décret d u 3 0 octobre 1 8 9 7 (Journal officiel d u 4 n o v e m b r e 1897), p o u r l'ensemble d u territoire, à la c o m m i s s i o n qui avait été chargée d e dépouiller les dossiers de l'enquête générale â laquelle il avait été procédé à cette é p o q u e p o u r réduire o u faire cesser les affectations irrégulières d u d o m a i n e national.


-

519

-

Des commissions analogues à celles dont la constitution est prévue p o u r la Métropole seraient instituées e n Algérie et dans chacune de n o s colonies et de n o s pays d e protectorat. Les avantages à espérer de l'institution des commissions départementales sont n o m b r e u x et d'ordre divers. Tout d'abord, la surveillance qu'elles exerceraient, rendrait, sinon impossibles, d u m o i n s plus rares, les locations gratuites consenties. E n outre, ces organismes provoqueraient l'évacuation, des i m m e u b l e s q u e des services conservent parfois sous leur m a i n , alors qu'ils n'en ont plus u n besoin impérieux. Enfin, les commissions prescriraient, le cas échéant, 'aux administrations, d e réduire sensiblement l'importance des locaux par elles occupés. Ainsi seraient rendus disponibles des i m m e u b l e s o u des portions d'immeubles de l'Etat qui, remis a u d o m a i n e ; pourraient être aliénés o u , tout a u m o i n s , m i s e n location, lorsque l'aliénation immédiate en paraîtrait inopportune, outre q u e le Trésor retirerait de ces opérations u n profit qui n'est pas à négliger, il serait sans doute possible de mettre d é la sorte d a n s le c o m m e r c e d e n o m b r e u x locaux, à l'heure o ù la crise des logements c o m m a n d e de ne tolérer a u c u n abus dans l'utilisation des immeubles. Ces considérations nous ont portés à penser qu'il convenait de donner suite à la proposition d e la c o m m i s s i o n extraparlementaire dont il est question ci-dessus. C'est dans ce but q u e n o u s avons l'honneur de soumettre a votre haute sanction le projet d e décret ci-annexé, e u vous priant d e vouloir bien, si vous e n approuvez la-teneur, le revêtir de votre signature. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de notre profond respect. Le Ministre des finances, CH. DE L A S T E Y R I E .

Le Président du Conseil, Ministre des affaires étrangères, R.

Le Ministre de l'intérieur, MAURICE M A U N O U R Y .

POINCARÉ.

Le Ministre du commerce

et de l'industrie, LUCIEN D I O R :

Le Ministre des colonies, A. S A R R A I T . te


- 520

-

DÉCRET L e PRÉSIDENT d e la République française, Y u le décret d u 1 février 1922 instituant u n e c o m m i s s i o n extraparlementaire chargée de l'examen des conditions d a n s lesquelles pourrait être effectuée la mise à jour d u tableau général des propriétés de l'Etat ; S u r le rapport d u Ministre des finances, d u Président d u Conseil, Ministre des affaires étrangères, d u Ministre d e l'intérieur, d u Ministre d u c o m m e r c e et de l'industrie et d u Ministre des colonies et d'aprés les propositions d e la c o m mission précitée, er

DÉCRÈTE : e r

Article 1 . — Il est institué, d a n s c h a q u e département d e France et d e l'Algérie, y compris le département de la Seine, sous la présidence d u préfet, u n e c o m m i s s i o n p e r m a n e n t e spéciale, dite ((du d o m a i n e national », chargée d e procéder périodiquement à la revision des affectations des i m m e u b l e s d e l'Etat et des concessions d e logements y accordées, ainsi qu'à l'étude des r e m a n i e m e n t s à apporter d a n s les installations des services publics, en v u e de rendre disponibles des i m m e u bles o u des portions d'immeubles. Art. 2 , — L a c o m m i s s i o n départementale est c o m p o s é e ainsi qu'il suit : L e préfet d u département, président. L e directeur départemental des d o m a i n e s , vice-président chargé des rapports. U n délégué d u conseil général désigné c h a q u e année par cette assemblée au cours d e la session ordinaire et, exceptionnellement, par le préfet p o u r la première année. L e président de la c h a m b r e de c o m m e r c e la plus importante du département. L'architecte départemental. L e maire d u chef-lieu d u département. L e maire d e chaque chef-lieu d'arrondissement d a n s lesquels se trouveront situés des i m m e u b l e s d o m a n i a u x s o u m i s à l'examen d e la commission. Art. 3. — le directeur départemental des d o m a i n e s sera assisté d a n s chaque affaire, s'il y a lieu, par le représentant autorisé d u service affecta taire o u détenteur.


— 521 —

Art. 4. — U n e c o m m i s s i o n analogue, dont la composition est laissée à l'appréciation des départements d e s colonies et d e s affaires étrangères, m a i s qui devra c o m p r e n d r e obligatoirem e n t le chef d u service des d o m a i n e s , sera constituée d a n s c h a q u e colonie o u p a y s d e protectorat. Art. 5. — L e Ministre des finances, le Président d u Conseil, Ministre des affaires étrangères, le Ministre d e l'intérieur, le Ministre du c o m m e r c e et d e l'industrie et le Ministre des colonies sont chargés, c h a c u n e u ce qui le concerne, d e l'exécution d u présent décret, qui sera publié tau Journal officiel et a u Bulletin des lois. Fait à Rambouillet, le 2 0 s e p t e m b r e 1923. A. M I L L E R A N D . Par le Président de la République: Le Président du conseil, Ministre,

- des affaires étrangères,

Le Ministre des finances,

R. P O I N C A R É .

CH. DE

Lé Ministre de l'intérieur,

LASTEYRIE.

Le Ministre du commerce dustrie,

Maurice M A U N O U R Y .

LUCIEN

et de l'en-

DIOR.

Le Ministre des colonies,

A. S A R R A U T .

N° 519.—- A R R Ê T E portant

institution d'une commission d u D o m a i n e National. (18 décembre 1923.) L E GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier d e la L é g i o n d ' H o n n e u r , V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 :

dite

V u le décret d u 2 0 septembre 1 9 2 3 portant institution de c o m m i s s i o n s départementales dites « d u D o m a i n e National»; V u la circulaire ministérielle n° 7 6 0 d u 4 octobre 1923 ; S u r la proposition d u Secrétaire général, ARRÊTE :

Article 1er. —

U n e Commission composée de :


- 522 MM.

le G o u v e r n e u r OU son délégué,

Président,

le C h e f du serf ice des Domaines, vice-président, chargé des rapports, Briais, Conseiller général, le Président de la C h a m b r e d e c o m m e r c e , le C h e f d u service des T r a v a u x publics, le Maire de C a y e n n e ou son délégué, est n o m m é e à l'effet de procéder périodiquement à la révision des affectations des i m m e u b l e s de l'Etat et des concessions de logement y accordées ainsi qu'à l'étude des r e m a n i e m e n t s à apporter dans les installations des services publics en vue de rendre disponibles des i m m e u b l e s o u des portions d'immeubles.

Art. 2. — L e Secrétaire général est chargé d e l'exécution du présent arrêté qui sera inséré au Journal officiel et au Huile tin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 1 8 d é c e m b r e 1 9 2 3 . C. J. C H A N E L .

N° 5 2 0 , — DECISION chargeant M . Pécarrère ( Henri), Secrétaire général p i. du Gouvernement, de l'expédition des affaires courantes et urgentes pendant l'absenee du Gouverneur du chef-lieu. ( 20 décembre 1923.

)

GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier de la Légion d'Honneur, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le décret d u 21 m a i 1 8 9 8 , s u p p r i m a n t les fonctions d e Directeur de l'intérieur et portant création des Secrétariats généraux ; Vu la circulaire ministérielle d u 2 3 m a i 1 9 1 2 portant attributions des Secrétaires généraux des colonies; Vu le décret d u 2 juillet 1 9 1 3 , modifiant les règles d e recrutement et la situation administrative des Secrétaires géLE

néraux ; V u le prochain départ e n tournée d u Chef d e la colonie, DÉCIDE :


-

523

-

Article 1er — M . Pécarrère (Henri), Secrétaire général p. i. d u G o u v e r n e m e n t aura, par délégation d u Gouverneur, la signature des affaires courantes (courrier ministériel excepté) p e n dint l'absence d u G o u v e r n e u r d u chef-lieu. Art. 2 . — Les pièces à signer par M . Pécarrère porteront la m e n t i o n suivante : « P o u r le G o u v e r n e u r et par délégation : « Le Secrétaire général, » Art. 3. — L a présente décision sera enregistrée et c o m m u niquée partout où besoin sera. Cayenne, le 2 0 d é c e m b r e 1 9 2 3 . C. J. C H A N E L .

N° 5 2 1 . — A R R Ê T É autorisant le fonctionnement à Cayenne d'une société de sports dénommée Roys Scouts de la G u y a n e française. (20

décembre 1923.

)

Le GOUVERNEUR p. i. de la G u y a n e française, Chevalier de la Légion d ' H o n n e u r , V u l'ordonnance organique du 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté local d u 4 avril 1 8 4 9 , sur les associations et réunions; ensemble l'article 291 d u code pénal; V u la d e m a n d e et le dépôt effectués par M M . Crouzel (Urbain, C h a m b a n d (Samuel Devez (Roland), Roumi (Edouard) des statuts d'une société de sports en formation à C a y e n n e tous la dénomination Boys couis de la Guyane, section d e Cayenne : V u les avis favorables é m i s par M . le Procureur général, cheef d u service judiciaire et M . le Maire d e C a y e n n e ; S u r la proposition d u Secrétaire général,

Arrête :

-


-

524

-

e r

Article I . — Est autorisé h C a y e n n e le fonctionnement d'une société de sports sous ta dénomination d e Boys Scouts . de la Guyane française, section de C a y e n n e . Art. 2. — Sont approuvés tels qu'ils sont élaborés les statuts d e celte association qui d e m e u r e n t a n n e x é s au présent arrêté. Art. 3. — A u c u n e modification ne pourra être apportée auxdits statuts sans l'autorisation de l'Administration. Art. 4. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera. C a y e n n e , le 2 0 d é c e m b r e 1923. C . J. C H A N E L .

N°522.—

A R R E T É prorogeant pour une durée de jours la session ordinaire du Conseil général;

deux

(14 décembre 1923 ) LE GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier d e la Légion d'Honneur, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'arrêté d u G o u v e r n e u r e n date d u 7 n o v e m b r e n° 9 9 2 portant convocation d u Conseil général en session ordinaire ; V u la d e m a n d e d e M . le Président d u Conseil général ; V u l'article 2 3 , paragraphe 2 d u décret d u 2 3 d é c e m b r e 1878; S u r la proposition d u Secrétaire général ; L e Conseil privé entendu, ARRÊTE : e r

Article 1 . — L a session ordinaire d u Conseil général est prorogée p o u r u n e durée d e d e u x jours à c o m p t e r d u 2 5 d é cembre 1923.


— 525 — A r t . 2 . -- L e p r é s e n t a r r ê t e s e r a e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t o ù b e s o i n s e r a , i n s é r é et p u b l i é a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la c o l o n i e . G a r e n n e , le 2 4 d é c e m b r e

1923.

C . J.

CHANEL.

N°523.— A R R E T E fixant les chiffres des dépenses des c o m m u n e s pour servir de base à la répartition duit de l'octroi de mer en 1 9 2 4 .

obligatoires du pro-

(27 décembre 1923.) LE

G O U V E R N E U R p . i. d e la G u y a n e f r a n ç a i s e ,

C h e v a l i e r d e la L é s i o n

d'Honneur,

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u le d é c r e t d u 1 1 m a r s 1 8 9 7 , f i x a n t le m o d e d e p e r c e p t i o i et d e r é p a r t i t i o n d e s d r o i t s d ' o c t r o i d e m e r à la G u y a n e ; e n s e m b l e c e l u i d u 1 juillet 1 9 2 1 , r e n d a n t e x é c u t o i r e la d é l i b é ration d u Conseil général d u 2 7 a o û t 1 9 2 0 , portant révision d e c e tarif; e r

S u r la p r o p o s i t i o n d u S e c r é t a i r e g é n é r a l , ARRÊTE : e r

Article 1 . — L e s chiffres d e s d é p e n s e s o b l i g a t o i r e s d e s c o m m u n e s d e s t i n é s à s e r v i r d e b a s e à la r é p a r t i t i o n d e s p r o d u i t s d e l'octroi d e m e r p e n d a n t l ' a n n é e 1 9 2 4 s o n t fixés c o n f o r m é m e n t a u tableau ci-ànnexé. A r t . 2 . — L e p r é s e n t a r r ê t é s e r a e n r e g i s t r é et c o m m u n i q u é p a r t o u t o ù b e s o i n s e r a , i n s é r é et p u b l i é a u Journal offiliel et a u Bulletin officiel d e la C o l o n i e . C a y e n n e , le 2 7 d é c e m b r e 1 9 2 3 .

G. J. C H A N E L .


-

526

É T A T a n n e x é à l ' a r r ê t é n° 1 1 1 8 d u 2 7 décembre 1923.

R E L E V É des dépenses obligatoires des communes d'après la moyenne triennale des dépenses effectuées, inscrites aux complet administratifs des années 1920, 192i et 1922, destiné à servir de base à la répartition des produis de l'octroi de mer en 1923. DESIGNATION

montant des dépenses annuelles.

des communes. Cayenne Rémire Matoury. U . . Roura Tonnégiande Montsinéry.. Kaw....; ... Approuague. Oyapoc...... Macouriar— Kourou Sinnaraary.. Iracoubo... Mana Totaux

MONTANT

des dépenses mensuelles.

OBSERVATIONS

223.366 77 1 3,969 2 8 2,822 30 9.695 5 2 3,870 3 5 4,897 S5 2,985 9 0 17,556 5 5 20.487 31 617 18 11,391 9 7 28,130 85 14,372 6 3 48.058 0 0

18,613 89 1,16! tO 235 17 807 96 322 5:' 408 12 248 82 1.4S3 04 1,707 27 1,051 4: 949 33 2,344 28 4,197 71 4,004 83

414.222 46

34,518 42

A r r ê t é le p r é s e n t état e n d é p : n s e s a n n u e l l e s à quatre cent quatorze mille deux cent vingt-deux francs seize centimes. E n d é p e n s e s m e n s u e l l e s à trente-quatre mille cinq cent dix-huit fr. quarante-deux centimes. C a y e n n e , le 2 7 d é c e m b r e 1 9 2 3 . Le Secrétaire

général

p. i.,

PÉCARRÈRE. V u p o u r être annexé à notre arrêté en date de ce jour. Le Gouverneur p. i, C .

CHANEL.


-

527

-

N° 5 2 4 . — A R R Ê T É rendant exicutoire le budget du local pour l'exercice 1924. (29 décembre 1923.) LE G o u v e r n e u r p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier d e la Légion d ' H o n n e u r ,

Service

V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u les articles 4 0 , 4 2 , 4 3 et 4 4 du décret du 2 3 d é c e m b r e 1 8 7 8 , portant institution d'un Conseil g néra! à ta G u y a n e française ; V u les articles 6 8 , 6 9 , 7 0 et 7 1 «lu déciel d u 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 , sur le régime financier des colonies ; V u l'article 3 3 de la loi de finances d u 13 avril 19 »0 modifié par Гаг.nie 5 5 de la loi de finances d u 2 9 juin 1 9 1 8 e n ce qui concerne le tarit des taxes locales; V u la circulaire ministérielle d u 18 m a i 1 8 9 7 déterminant les pouvoirs desConseils généraux en matière de liberalités sur les fonds des budgets locaux; V u la circulaire ministerielle d u о m a i 1 8 9 2 , transmettant u n avis d u Conseil d'Etat du 12 janvier précédent, relatit aux pouvoirs des G o u v e r n e u r s en matière le fixation des recettes budgétaires ; V u l'article 1 2 7 § В de la loi de finances du 13 juillet 1 9 1 1 , e n s e m b l e la circulaire ministérielle en date du 2 8 s e p t e m b r e 1 9 1 1 , relative a l'établissement, à l'exécution et au contrôle des budgets locaux ; V u le budget d u Service local pour l'exercice 1 9 2 1 . délibéré par le Conseil généra! d a n s sa session ordinaire de 1 9 2 3 , et arrêté e n recettes et en dépenses, à la s o m m e du sept millions deux cent soixante-douze mille huit cent quatre-vingt-lieizc francs ; V u le rapport du Secrétaire général du C o u v e r n e m e n t p. i.; L e Conseil privé entendu, ARRÊTE :

Article Ier. — L e budget des recettes et des dépenses du Service local, peur l'exenace 1 9 2 4 , délibéré par le Conseil général, est arrêté, e n recettes et en dépenses, à la s o m m e d e sept millions deux cent soixante-douze mille huit cent quatrevingt-treize fracns (7,272,893 francs).


— 528 —

Art, 2. — La nomenclature des recettes et des dépensés d e budget est fixée de la maniere suivante : RECETTES.

Recettes

ordinaires.

C H A P I T R E 1er.— Impôts perçus sur rôles, C H A P I T R E 2 . — Contribuions perçues sur liquidations...'

346,875' » 6.285,808 »

C H A P I T R E 3 . — Produits des exploitations industrielles 172,000 C H A P I T R E 4. — ProdUits | rçi s sur ordres de recettes. ^ 18,l. »0 C H A P I T R E 5. — Prélèvements ordinaires sur la Caisse de réserve. » C H A P I T R E 0. — Recettes des exercices a n térieurs 150,000 C H A P I T R E 7. — Recettes d'ordre > Total des recettes ordinaires. 7,272,893 r

» »

> »

Recettes extraordinaires.

C H A P I T R E 8. — Recettes diverses C H A P I T R E 9. — Prélèvements exceptionnels sur la Caisse de réserve

Mémoire »

Total général des recettes.... 7,272,893 > DÉPENSES. ordinaires. 1er. — Dettes exigibles 107,880' » 2. — Gouvernement! Personnel). 132,950 » 3. — Gouvernement (Matériel).. 118,910 » 4. — Services d'administration générale (Personnel).. 1,187,410 » A reporter... 1,547,150 » Dépenses

CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE


- 529 Report 1,547,150 » C H A P I T R E 5 . — Services d'administration générale (Matériel)..., 183,400 » C H A P I T R E 6 . — S e r v i c e s financiers(Personnel) 1,060,004 » C H A P I T R E 7 . - Services financiers (Matériel) 108,190 > C H A P I T R E 8. — D é p e n s e s des exploitations industrielles (Personnel). 651,115 » C H A P I T R E 9. — D é p e n s e s des exploitations industrielles ( S a l a i r e s d'ouvriers, m a i n - d ' œ u v r e ) 77,000 » C H A P I T R E 1 0 . — D é p e n s e s des exploitations industrielles (Matériel).. 1,293,195 » C H A P I T R E 1 1 — Services d'intérêt social et é c o n o m i q u e ( P e r s o n n e l ) . 1,110,969 » C H A P I T R E 1 2 — Services d'intérêt social et é c o n o m i q u e (Matériel).. 423,080 » C H A P I T R E 1 3 . — D é p e n s e s diverses (Personnel) 255,950 > C H A P I T R E 1 4 . — D é p e n s e s diverses (Matériel) 535,540 » C H A P I T R E 1 5 . — F o n d s secrets 7,300 > C H A P I T R E 1 6 . — Dépenses imprévues.... 20,000 » C H A P I T R E 1 7 . — D é p e n s e s d'ordre .__ »_ Total d e s d é p e n s e s ordinaires... 7,272,893 » Dépenses

extraordinaires.

CHAPITRE 1 8 . — Dépenses naires

extraordi>

Total général d e s d é p e n s e s . . .

7,272,893

»

Art. 3. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù bt soin sera, inséré et publié au Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la Colonie. C a y e n n e , le 2 9 d é c e m b r e 1 9 2 3 . G. J.

CHANEL


N° 525. —

530

-

A R R Ê T É autorisant la perception, pourl'année 1924, des taxes et contributions locales. ( 2 9 décembre

1923.)

p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier d e la Légion d ' H o n n e u r , Vu l'ordonnance organique d u 2 7 août 1828; V u le décret d u 2 3 d é c e m b r e 1 8 7 8 , portant institution d'un Conseil général à la G u y a n e française ; V u les articles 7 4 , 7 5 et 7 6 d u décret du 30 d é c e m b r e 1912, fur le r é g i m e financier des colonies ; V u l'article 3 3 , § 3 d e la loi d e finances du 13 avril 1900 modifiée par l'article 55 d e la loi d e finances d u 2 9 juin 1918 e n ce qui c o n c e r n e le tarif des taxes locales; V u la délibération d u 2 2 d é c e m b r e 1923, p a r laquelle le C o n seil général a voté le tarif des taxes et contributions locales à percevoir p e n d a n t l'année 1 9 2 4 ; L e Conseil privé entendu, LE

GOUVERNEUR

ARRÊTE :

Article Ier. — L a perception des taxes et contributions locales, telle qu'elle est autorisée par les lois et règlements e n vigueur, sera faite, à partir d u Ier janvier 1924, c o n f o r m é m e n t a u tarif ci-annexé. Art. 2 . — Les contributions sur rôles seront perçues conf o r m é m e n t audit tarif et a u x dispositions d e s lois et règlements e n vigueur. Art. 3. — Toutes autres contributions, à q u e l q u e titre q u e et soit et sous quelque d é n o m i n a t i o n qu'elles se perçoivent sont formellement Interdites, à peine, contre les autorités qui les ordonneraient contre les e m p l o y é s qui confectionneraient les rôles et tarifs et c e u x qui e n feraient les r e c o u v r e m e n t s , d'être poursuivis c o m m e concussionnaires, sans préjudice d e l'action s n répétition, pendant, trois années, contre tous les receveurs, percepteurs qui auraient fait la perception. Art. 4. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal officiel et su Bulletin officiel d e la colonie. C a y e n n e , le 2 9 d é c e m b r e 1 9 2 3 . C

J. C H A N E L .


-

531

-

N° 5 2 6 . — ARRETE portant ouverture de crédits supplémentaires, à divers chapitres du budget local, exercice i 923. (29

décembre 1923.

)

LE GOUVERNEUR p. i. de la G u y a n e française, Chevalier d e la Légion d ' H o n n e u r , V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1 8 2 8 ; V u l'insuffisance des crédits inscrits a u x chapitres 3, 6, 8, 1 2 , 1 3 , 1 4 et 1 7 d u budget local, exercice 1 9 2 3 ; V u l'article 81 d u décret d u 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 sur le r é g i m e financier des colonies ; V u l'avis é m i s par le Conseil général d a n s sa séance d u 24 décembre 1923; S u r la proposition d u Secrétaire général ; L e Conseil privé entendu, ARRÊTE : e r

Article I . — Il est ouvert a u x chapitres 3, 6, 8, 1 2 , 1 3 , 1 4 et 1 7 d u budget local, exercice 1 9 2 3 , divers crédits supplémentaires, tant p o u r couvrir les d é p a s s e m e n t s déjà constatés a u titre d e ces chapitres et permettre le p a i e m e n t des m a n d a t s émis, q u e p o u r assurer les besoins à venir. Art. 2. — Ces crédits qui s'élèvent e n s e m b l e à six cent quatre-vingt-cinq mille francs se répartissent c o m m e suit: Chapitre 3 7,000' » — 6 60,000 > — 8 20,000 * — 12 97,000 • — 13 60,000 » — 14 188,000 » — 17 253,000 » Total égal 685,000 » Art. 3. — Il sera p o u r v u à ces crédits sur les voies et m o y e n s d u budget local d e l'exercice 1 9 2 3 . Art. 4. — L e présent arrêté sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, publié et inséré a u Journal officiel et a u Bulletin officiel d e la Colonie. C a v e n n e , le 2 9 d é c e m b r e 1 9 2 3 ,

C. J. C H A N E L .


532

-

N° 5 2 7 . — A R R Ê T É sur le ramonage

des

cheminées.

(29 décembre 1923.) GOUVERNEUR p. i. d e la G u y a n e française, Chevalier d e la Légion d ' H o n n e u r , V u l'article 6 6 d e l'ordonnance organique lu 2 7 août 1 8 2 8 ; V u à titre d o c u m e n t a i r e les articles 5 et suivants d e la loi d u 21 juin 1 8 9 8 , s u r le c o d e rural; S u r la proposition d u P r o c u r e u r général p i . ; L e Conseil privé e n t e n d u , LE

ARRÊTE : e r

Article 1 . — L e r a m o n a g e d e s fours, f o u r n e a u x et c h e m i n é e s d e s m a i s o n s , des usines e t c . doit être effectué tous les six m o i s d a n s la p r e m i è r e quinzaine d e s m o i s d e janvier et d e juillet. S'il y a lieu, la réparation o u , e n cas oY nécessité la démolition d e s fours, fourneaux et c h e m i n é e ? dont l'état . de d é l a b r e m e n t ferait craindre u n incendie ou l'autres ccideots est o r d o n n é e par l'autorité administrative. Art. 2 . — E n cas d e péril imminent, le Maire, après avertissement adressé a u propriétaire, p r o v o q u e la n o m i n a t i o n p a r le Juge d e paix, d'un h o m m e d e l'art qui est chargé d'examiner l'état d e s lieux d a n s les vingt-quatre heures qui suivent la n o m i n a t i o n . Si le rapport d e cet expert constate l'urgence o u le péril grave et i m m i n e n t , le Maire o r d o n n e les m e s u r e s provisoires nécessaires p o u r garantir la sécurité. D a n s le cas o ù ces -mesures n'auraient point été exécutées d a n s le délai imparti par la s o m m a t i o n , le Maire a le droit d e faire exécuter d'office et a u x frais d u propriétaire les m e s u r e s indispensables. Art. 3 . — L o r s q u e à défaut d u propriétaire le m a i r e a d û prescrire l'exécution des travaux, le m o n t a n t d e s frais est a v a n c é par la c o m m u n e ; il est recouvré c o m m e ( n matière d e contributions directes. Art. 4 . — L e s infractions a u présent arrêté seront punies d e u n à cinq jours d ' e m p r i s o n n e m e n t et de 1 a 5 francs d'am e n d e o u d e l'une d e ces d e u x peines seulement. E n eus d e récidive la peine d e l'emprisonnement sera toujours appliquée. A r t . 5 . — L e Secrétaire général et le P r o c u r e u r général sont chargés, c h a c u n e n ce qui le concerne, d e l'exécution d u


— 533 — présent arrêté qui sera enregistré et c o m m u n i q u é partout o ù besoin sera, inséré et publié a u Journal et a u Bulletin officiels d e la colonie. Fait à C a y e n n e , le 2 9 d é c e m b r e 1923. C. J. C H A N E L . Par le Gouverneur :

Le Secrétaire général p. »., E. CANTAU.

Le Procureur général p, i., H. SIMONEAU.

N° 5 2 8 . — A R R E T E portant ouverture d'un crédit provisoire de 1,200,000 francs au chapitre 17, D é p e n s e s d'ordre, de l'exercice 1924. ( 29 décembre 1923.) LE GOUVERNEUR p . i. d e la G u y a n e française,

Chevalier d e la Légion d'Honneur, V u l'ordonnance organique d u 2 7 août 1828; V u les instructions ministérielles prescrivant la constitution d'une provision mensuelle d e 1 0 0 , 0 0 0 francs e n garantie d e s aiements à effectuer à l'extérieur p o u r le c o m p t e d e la C o onie ; Considérant q u e ces avances à faire a u titre d u chapitre 1 7 , « D é p e n s e s d'ordre», constituant u n e opération d'ordre, q u e ces avances, après régularisation ultérieure, seront réimputées définitivement a u x divers chapitres des dépenses d u budget local et q u e ce crédit sera annulé au fur et à m e s u r e d e l'envoi d e s transmissions qui auront été acquittées hors < $ la Colonie ; V u l'article 81 d u décret d u 3 0 d é c e m b r e 1 9 1 2 sur le rég i m e financier des Colonie ;

p

S u r la proposition d u Sécrétaire général;

L e Conseil privé entendt ARRÊTE

Article 1er. — Il est ouvert e n crédit provisoire d e un million deux cent mille franc ( 1 , 2 0 0 , 0 0 0 ) a u titre d u c h a pitre 1 7 , « Dépenses d'ordre » d u budget local, exercice 1 9 2 4 , e n garantie des paiements à effectuer à l'extérieur p o u r le c o m p t e d e la Colonie.


-

534

-

Art. 2. — Il sera p o u r v u à ce crédit sur les voies et m o y e n s d e l'exercice 1 9 2 4 et l'opération sera s o u m i s e a u Conseil général à sa prochaine session. Art. 3. — L e Secrétaire général est chargé, de l'exécution d u présent arrêté qui sena enregistre et c o m m u n i q u e partout o ù besoin sera. C a y e n n e , le 2 9 d é c e m b r e 1 9 2 3 . C. J. C H A N E L .

nominations,

mutations,

congés,

etc.

N° 5 2 9 . — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , en date du 3 déc e m b r e 1 9 2 3 , pris sur la proposition d u Procureur général p . i., M . Pindard ( L u c ) , Greffier-notaire à Mana, est n o m m é provisoirement Juge suppléant près le Tribunal d e V instance de C a y e n n e . e

N° 5 3 0 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 4 déc e m b r e 1 9 2 3 , u n e agence postale est créée à Montjoly et M. T r a q u e A m b r o i s e est chargé de gérer cette agence. N° 5 3 1 . — Par décision d u Gouverneur, en date d u 4 d é c e m b r e 1923, un c o n g é administrait d e huit m o i s a été accordé à VI. Thaly (Frédéric.)* surveillant des travaux de 4 classe, pour on jouir à la Martinique cl en France. Cet agent, qui est a c c o m p a g n é de sa fille, a été autorisé à prendre passage sur l'interrolonial d u moiS de d é c e m b r e 1923. e

N° 5 3 2 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 5 d é c e m b r e 1 9 2 3 , M. Saminadin, garde rural de 3e classe à O y a poc, a été, sur sa d e m a n d e , placé p o u r u n e durée de six mois, d a n s la position de disponibilité sans traitement, p o u r c o m p ter d u 29 n o v e m b r e 1 9 2 3 . N° 5 3 3 . — Par décision du G o u v e r n e u r , en c e m b r e 1923, prise sur la proposition d u C h e f

dale du 7 dédu service de


- 535

-

l'Instruction publique, le Collège et les écoles publiques <le la colonie seront fermes du dimanche 2 3 décembre 1923 au lundi 7 janvier 1924, a l'occasion d e s fêtes de Noël et du Jour de l'An.

N° 531. — Par décision du Gouverneur, en date du 8 décembre 1923, un blâme a été infligé à M Mermas, gardien de 3 classe de la Prison civile de Cayenne, pour actes d'incorrection (d d'insubordination à l'égard de son chef, le Diiecteur gérant de la Prison civile. e

N° 535. — Par arrêté du Gouverneur, en date du 10 décembre 1923,l'équivalent du franc or est fixé à 3,1 dans les relations télégraphiques internationales. Dans les relations entre la France, l'Algérie, la Tunisie et les colonies françaises, l'équivalent du banc or reste à 1,80. N° 536 — Par arrêté du Gouverneur, en date du 10 décembre 1923, a été rapporté celui du 0 octobre 1915, n° 798, qui avait agréé M. Nonone (Hejménégjlde) c o m m e garde particulier du placer « Bief », situé à la Comte et appartenant aux Comptoirs liesse et Cie. M. Nonone (Herménégilde) a été agréé en la m ê m e qualité pour la concession balatifère n° 415, sise à Mann (crique Dégobert) et appartenant à M M . F. Tauon cl Cie.

N° 537. — Par décision lu Gouverneur, en date du 12 décembre 1923, II. Cantaû (Edgard), Secrétaire général du gouvernement de la Martinique, a été autorisé à prendre passage sur l'intercoionial du mois de décembre 192J, à l'effet de rejoindre son poste. Ce fonctionnaire sera accompagné de Mme Cantau et de ses deux enfants, respectivement âgés de sept ans et de trois ans.


— 536 —

N° 5 3 8 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 14 d é c e m b r e 1 0 2 3 , u n c o n g é d e c o n v a l e s c e n c e d e trois m o i s , à p a s ser à la G u a d e l o u p e , a été accordé a M . J é r ô m e ( E d g a r d ), ouvrier d e 4 classe d e 1 I m p r i m e r i e d u G o u v e r n e m e n t . e

N° 5 3 9 . — P a r décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 1 4 d é c e m b r e 1 9 2 3 , u n c o n g é dt; Convalescence d e six m o i s , à passer à la G u a d e l o u p e , a été accordé à M. R é d y ( J o s e p h ) , g a r d e rural d e 3 classe à la G u y a n e . e

N° 5 1 0 . — cembre 1923, e n qualité d e M . Euphrasius

P a r décision d u G o u v e r n e u r , en date d u 1 8 d é M . Catherine ( A m b r o i s e - A n d r é ) a été a g i é é g a r d e particulier d e toutes les c o n c e s s i o n s d e R e n a r d situées à M a n a .

N° 541.. — Suivant arrêté d u G o u v e r n e u r , e h date d u 19 d é c e m b r e 1 9 2 3 , pris sur la proposition d u P r o c u r e u r g é n é ral p.i., a été o r d o n n é e l'exécution des arrêts d e la C o u r d'asises en date des 2 8 juin et I e r juillet 1 9 2 3 , portant c o n d a m nation d e s n o m m é s H e s p e l (Isidore') et D e l h o m m e ( G e o r g e s ) à la peine d e m o r t . N° 5 1 2 . — P a r décision d u C o n v e r n e u r , en date d u 2 0 d é c e m b r e 1 9 2 3 , M . Guerlain ( E m m a n u e l ), s o u s - c h e f d e b u r e a u d e l classe d e s Secrétariats g é n é r a u x des colonies, a été c h a r g é d e la direction d u I b u r e a u p e n d a n t la d u r é e d e l'intérim d e Secrétaire général confié à M . Pécarrère. re

er

Par la m ê m e décision, M . Bazile-Octuvon (Jules), s o u s c h e f d e b u r e a u d e 2 classe d e s Secrétariats g é n é r a u x d e s c o lonies, a été appelé à suppléer le chef d u 1 b u r e a u , e n cas d'absence o u d ' e m p ê c h e m e n t . e

e r

N° 5 4 3 . — P a r déeision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 0 d é c e m b r e 1 9 2 3 , prise sur la proposition d u P r o c u r e u r général p i., u n c o n g é d e c o n v a l e s c e n c e de six m o i s , à p a s s e r e n F r a n c e , a élé a c c o r d é à M . Sablé, juge s u p p l é a n t à C a y e n n e .


-

537

-

N° 544. — Par arrêté de Gouverneur, eu date d u 2 0 déc e m b r e 1923, M M . Briolin Ernest, et Briais ( Fernand), conse llers généraux, ont été n o m m é s m e m b r e s du Comité chargé d'administrer la Caisse les écoles pendant l'année 192t. N° 545. — PAR arrêté du Gouverneur, en date du 2 9 décembre 1923, MM. Gober ( E u g è n e ) et Briolin (Ernest), conseillers généraux, oui été n o m m é s m e m b r e s de la C o m m i s s i o n des bourses scolaires jour 1924. N° 546 — Par arrêté du Gouverneur, en date du 2 9 déc e m b r e 1923. M M . Théolade ( R o m u l e ) et Faubert ( Frédéric, conseillers généraux, ont été désignés pour faire partie de la C o m m i s s i o n chargée de procéder a la revision de la m e r c u riale pendant l'année 1924. N° 5 4 7 . — Par arrêté du Gouverneur, en date d u 2 9 déc e m b r e 1 9 2 3 , M M . Vernet ( Jean-Baptiste.) et Massé ( S i m o n ) , conseillers généraux, ont été n o m m é s m e m b r e s de la (Commission chargée de dresserla liste des assesseurs pour l'année 1924. N° 5 1 8 . — Par arrêté du Gouverneur, en date du 2 9 d é c e m b r e 1923, M . lutrins (Félix;, conseiller général, a élé n o m m é m e m b r e de h Commission chargée de procéder au recensement des imposables et a la revision des matrices (les patentes pour l'année 1924. N° 5 4 9 . — Par arrêté du Gouverneur, en date d u 2 9 déc e m b r e 1923, M . Mondésir (Henri), conseiller général, a été n o m m é m e m b r e de la C o m m i s s i o n chargée, pendant l'année 1924, de prendre toutes mesures utiles à l'égard des personnes atteintes de lèpre. N° 5 5 0 . — Par décision du Gouverneur, eu date d u 2 9 d é c e m b r e 1923, M. Briais (Fernand), conseiller général, a été appelé à faire partie de la C o m m i s s i o n de surveillance des Prisons pendant l'année 1924. N° 551. — Par arrêté du Gouverneur, en date du 29 déc e m b r e 1923, M . Bourgarel (Georges), conseiller général,


538

a été n o m m é m e m b r e du C o m i t é de patronage et de perfect i o n n e m e n t de la division d'enseignement industriel d u Collège de C a y e n u e p o u r l ' a n n é e 1 9 2 4 . N° 5 5 2 . — Par arrêté d u C o u v e r v e u r , e n date d u 2 9 iéc e m b r e 1 9 2 3 , M . Tullins (Félix), conseiller général, a été u o m m é m e m b r e d u Conseil coloniak d'hygiène pour l'année 1924. N° 5 5 3 . — Par arrêté d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 9 r é c e m b r e 1 9 2 3 , M. Bunrgatvl ( G e o r g e s ) , eonseiller g é n é r a , a élé désigné p o u r présider la C o m m i s s i o n de visites des plantations, p o u r la circonscription de C a y e n n e , R é m i r e , M a t o u r y en 1 9 2 4 . 1

N° 5 5 4 . — Par Arrêté d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 9 d é c e m b r e 1 9 2 3 , M M . Théoolade ( R o m u l e ) et Briolin ( E r n e s t ) , conseillers g é n é r a u x , ont été n o m m é s m e m b r e s du Conseil de l'Enseignement primaire p o u r l'année 1 9 2 1 . N° 5 5 5 . — P a r arrêté d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 9 déc e m b r e 1 9 2 3 , M M . Bourgarel,-( G e o r g e s ) et Faubert ( F r é d é ric^ conseillers g é n é r a u x , ont été n o m m é s m e m b r e s de la C o m m i s s i o n d e surveillance administrative d e l(Hôpital- H o s pice civil pour l'année 1 9 2 1 . N°550. — P a r arrêté d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 9 d é c e m b r e 1 9 2 3 , M M . C u p i d o n (Pierre) et Faubert (Frédéric), conseillers g é n é r a u x , ont été n o m m e s m e m b r e s de la C o m mission de secours pour l'année 1 9 2 1 . N° 5 5 7 . — Par arrêté d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 9 d é c e m b r e 1 9 2 3 , M M . C u p i d o n ( P i e r r e ) et M o n d é s i r ( H e m i ) , conseillers g é n é r a u x , ont été n o m m é s n o m b r e s de la C o m m i s sion d'initiative et de surveillance du Jardin d'essai pour l'année 1 9 2 4 . N° 5 5 8 . — Par arrêté d u G o u v e r n e u r , en date d u 2 9 d é c e m b r e 1 9 2 3 , les trente p e r s o n n e s d o n t les n o m s suivent,


-

539

-

domiciliée.; d a n s la colonie, ont élé désignées, pour faire partie p e n d a n t l'année 1 9 2 4 , d u Jury spécial chargé d e régler les indemnites dues par suite d'expropriation pour cause d'utilité publique : M M . Théolade R o m u l e ; MM. Maxime Florimoud ; Tullins Félix; Saint-Méran E u g è n e ; B a l a n d Jean ; R o z é Hubert ; Lysis Nelson ; Fglantin Jules; Adou Ahxandie; M a x i m e Frédéric ; Monlpérat Albert ; Faubert Frédéric; Débène Fortuné; Falun Saint-Just; L a m a Eclmé.

Nemouté Améiius; EfTelin Victor; d'Espaux E u g è n e ; Noemi Lurien-, Bourgarel G e o r g e s ; Quinlrie A u g u s t e ; Alphe E d w a r d ; Pagésv Charles ; Will Louis ; Paillé Cldaric; Carisian Louis; J. B . Daulihalou ; R a b a n A r s e n e -, Séraphin Casimir ; Mirza Victor.

N° 5 5 9 . — Par décision d u G o u v e r n e u r , e n date d u 2 9 d é c e m b r e 1 9 2 3 , la peine d e la r é p r i m a n d e pour négligence d a n s le service a éié infligée aux agents d e l'Imprimirie d u G o u v e r n e m e n t dont les n o m s suivent : M M . Joseph ( E u g è n e \ ouvrier d e 3e classe; François ( L u cien), ouvrier de 4e classe; Judes ( R o l a n d ) , ouvrier d e 4 classe; Barthélémy ( G u tave), ouvrier d e 5 classe; T i m m a rayah, ouvrier d e 6e classe ; Mme Dutard (St Just), plieuse. e

e

N° 5 6 0 . — P a r décision de G o u v e r n e u r , e n date d u 31 d é c e m b r e 1 9 2 3 , a élé rapportée la décision d u 4 lévrier 1 9 2 2 qui avait chargé M . N o l é o n (Albert), c o m m i s principal d u Secrétariat général, d e la direction d u s e r v i c e de l'imprimerie d u G o u v e r n e m e n t .


— 540 — Par la m ê m e décision, V . Cléostrate G e o r g e s ) , c o m m i s de 1re classe d u Secrétariat général, a été chargé. pour c o m p t e r du 1er janvier 1921. d e la direction d u service «le l'Imprimerie du G o u v e r n e m e n t . 3

e

M . Cléostrate, reste, en outre, à la disposition d u chef d u bureau d u Secrétariat général.

CERTIFIÉ

C O N F O R M E

:

Le Secrétaire-archiviste, Y V E S L E MÉTAYER.

CAYENNE. —

Imprimerie d u G o u v e r n e m e n t .


TABLE ALPHABÉTIQUE M A T I È R E S .

ANALYSE.

dates

PAGES

D E S

A

Administration pénitentiaire. 1923. 11 déeemb. Décision instituant une commission chargée de l'élude des réformes à Introduire dans l'Administration pénitentiaire

542

1923. 14 decemb. Décision portant institution d'une c o m mission chargée d'étudier e| d'établir un projet relatif à la fixation des nouvelles limites du territoire pénitentiaire, d u territoire de la relégation et de la c o m mune, pénitentiaire du Maroni

514

1923.14

decemh

Décision instituant une commission chargée d'examiner et d'indiquer les parties des savanes de Kourou, de Sinimmary o u d'IrâcoUbo qui pourraient être concédées a l'Administration pénitentiaire comme centres d'élevage 515

A r p e n t e u r s libres. 1 9 2 3 . 1 2 mars..

Décision. — E x a m e n pour l'admission aux fonctions d'arpenteur libre à la G u y a n e . . lixatit la composition d u jury d'exam e n pour l'obloolion d u diplôme d'arpenteur libre.,

134

1 9 2 3 . 2 4 mai... Arrêté

202

Assises. 1921. 17 mai.,

Arrêté portant a u lundi 2.J juin 1 9 2 3 l'ouverture de la session, d'assises d u deuxième trimestre de l'année courante

243


DATES.

PAGES.

— 542 —

ANALYSE.

B

Banque. 922. 49 d é c e m b arrêté ministériel accordant u n supplément temporaire de traitement à, M M . Dinslage et Poulet, directeurs des Banques de I Martinique et de la G u y a n e . 272

Bourses scolaires. 1923. 3 février., Arrêté réglementant l'examen d'aptitude aux bourses de l'Enseignement primaire supérieur au Collège et a l'école des lilies de Cayenne

43

Budget général. 1923. 30 juin... Loi portant fixation du budget général de l'exercice 4923 387

Budget local. 1923. 29 décemb, Arrêté rendant exécutoire le budget Service local pour l'exercice 4924

du 527

1923. 29 décemb Arrêté portant ouverture de crédits supplé mentnires à divers chapitres d u budget local. Exercice 1923 .

•31

c Caisse de réserve. 1923. ¡0 juillet. Arrêté ministériel 1923 déterminant, pour les aimées 1923, 1924 et 1923, le chiffre m i n i m u m auquel doivent s'élever les fonds disponibles des caisses de réserve des colonies I 450

Caisse de retraite. 1923 . 28 avril.. Circulaire ministérielle — Application décret d u 28 février 1923

du 1 274j


DATES.

543

ANALYSE-

PAGES

Casier judiciaire. 1923. 24 août... Décret portant application, aux colonies françaises et aux pays de protectorat dépendant d u Ministère des colonies, de la loi d u 25 janvier l!)2:î modifiant l'article \ de la loi d u 2<> m a r s INIM, dite «Loi de sursis) et l'article 7 d e la loi d u 5 août IsODsur le casier judiciaire A7A

Certificat d'études primaires. 1923 9 février.

Arrêté modifiant l'arrêté d u 21 mai 1007. réglementant l'examen d u certificat d'étude primaires

6<

Certiiicat d e capacité (Automobiles). 1923. 2 3 mars Décision modifiant l'article 2 de la décision du 9 m a i 1 9 2 2 relative a la composition de la commission chargée de procéder à Saint-Laurent aux épreuves exigées en vue de la délivrance d u permis de circulation des voitures automobiles et du certificat de capacité pour la conduite de 163 ces véhicules

Chambre de C o m m e r c e . 1923. 24 août.

Décision convoquant les électeurs consulaires pour l'élection de quatre m e m b r e s de la C h a m b r e de c o m m e r c e . . 308

4923. 4 sept.

Arrêté annulant u n e partie M u procèsverbal de la séance plénière M u 2 1 août 4 9 2 3 «íes C h a m b r e s de c o m m e r c e cl d'a395 griculture

Colis postaux. 1 9 2 3 . 4 3 janv,

Arrêté portant organisation d u service des colis postaux dans la colonie,

1 9 2 3 . 17 m a i .

Arrête établissant u n seiviee contre remboursement entre la Syrie, lé Liban et la G u y a n e française.., ., 251

''


ANALYSE.

DATES.

1923.

10 août..

544 — PAGES.

Arrêté fixant le cas dans lesquels la taxe de change ne doit pas être perçue sur les mandats d'articles d'argent et les colis postaux grevés de remboursement 348

Comptabilité des C o m m u n e s . 1923. 5 avril,

Arrêté modifiant l'article 33 de l'arrêté local du 28 septembre 1903 portant règlement sur l'administration et la comptabilité des communes

1923. 19 mai,

Arrêté rapportant l'arrêté d u 9 février 1923 et celui d u 31 décembre 1913 modificatifs de l'arrêté d u 28 septembre 1903 sur l'administration et la comptabilité des c o m m u n e s 264

181

Concours. 1923. 27 janv.

Décision portant ouverture d'un concours pour ti'ois emplois de c o m m i s des Tra10 vaux publics

1923. 8 février.. Arrêté promulguant le décret d u 26 septembre 4922 accordant une majoration de points pour services militaires aux candidats a u x concours d'admission dans les corps coloniaux organisés par décret. — Rapport 4922. 20 sept..

40

Décret accordant une majoration de points pour services militaires aux candidats aux concours d'admission dans les corps colo11 niaux organises par décret

• Conseil d'Etat. 4922. 47 nov.. Décision d u Conseil d'Etat rejetant la requête d u sieur Brémont

1922. 24 nov.

Décision d u Conseil d'Etat annulant l'article I d e l'arrêté d u Maire de Cayenne d u 26 juillet 1941 et la décision d u Ministre des colonies d u 0 m a r s 4942

32

e1

35


DATES.

ANALYSE.

PAGES

— 545 —

Conseil colonial d'hygiène. 1923.

27 juillet. Arrête remplaçant les membres absents du Conseil colonial d'hygiène de la Guyane française

325

Conseil général. 1923.

1923.

23 février. Arrêté portant convocation du Conseil géne ral en session extraordinaire

103

16 juillet. Arrêté abrogeant celui du 16 novembre 4912 portant allocation d'indemnité de déplacement de séjour aux membres du Conseil général et de la Commission coloniale se rendant aux réunions desdits Conseil ou Commission ou étant char gés de mandats spéciaux par le Chef de la colonie

3i7

1923.

26 juillet. Arrété modifiant les disposions de l'ar ticle 32 de l'arrêté local du 31 décembre 1921

318

1923.

7 nov.... Arrêté portant convocation du Conseil général en session ordinaire pour 1923..

431

1923. 9 nov.... Arrêté autorisant les Chefs d'administration et de service à entrer au Conseil général pendant la session ordinaire de 1923....

455

1923 24 décemb. Arrêté portant prorogation de la session ordinaire du Conseil général

521

Conseil privé. 4923. 20 avril..

Arrêté maintenant provisoirement M. Maurice Marchand dans ses fonctions de Conseiller privé

203

Contentieux administratif. 1923.

47 février. Décision relative à une requête présentée par M. Gontier, Inspecteur principal des Douanes, tendant a obtenir condamnation de la colonie en mille francs dédommagesintérêts »

70


ANALYSE.

DATES.

1 9 2 3 .

2

3

m a r s

1923. 29 mai..

arrêté déléguant VI Toll, Directeur de l'Ad ministration pénitentiaire, dans les fonctions de PrésidçHl du Conseil du conton fiéix administratif Decisimi relative d'une d e m a n d e en annulation : Ier d'une notification de décision d u Conténtieux administratif n° 125 d u 13 novembre 1920; 2° d'une décision des mises en demeure faite g é n vertu d e l'article 27 de l'arrêté fores

PAGES.

— 546 —

146

A a n n u l a n l

Plier du 11 n o v e m b r e 1916.

261

1923. 29 sept.

Décision conférant a M. Péearrero, Secretairi général p. i . les attributions dévolues au Président du Conseil du e mlenlieux administratif 418

1923. 29 oclob,

Arrêté n o m m a n t M. Laffont (flenri), receveur de l'Enregistrement, commissaire du Gouvernement près le Conseil du Contentieux administratif de la Guyane française pour l'année 1923. 26

1923. 12 n o w .

Arrêté n o m m a n t M . Guerlain (Emmanuel), chef du 1 e r bureau du Secrétariat général, Commissaire du Gouvernement près le Conseil du contentieux administratif de la Guyane française, pour l'audience du iti novembre 1 9 2 3 , en remplacement de M. Laffont, empêche 157

Contributions dirctes. 1923. 17 février Décision relative a la présentation d'un étal décotes indûment imposées en 1922

69

Contributions indirectes. 1923. 4

m a i . .

Arrêté é t a b l i s s e m e n t un tour de roulement dans le personnel d e s Contributions indirectes pour assurer le service dans les localités éloignées; 231

1923. 16 juillet arrêté relatif à la délivrance des titres de m o u v e m e n t dans le service des Contri-j billions indirectes , 310


dates.

-

547

ANALYSE.

PAGES.

-

Corvées foraines. 1923. 29 nov..

Arrêté modifiant et complétant l'arrêté d u 25 septembre 1922 »

470

Convention. 1923. 20 juillet, Décret au sujet (l'une convention c o m m e r ciale signée à Paris le 22 juin 1923 entre la France et l'Autriche (Bulletin supplémentaire n° 9 bis) ...........

''

Crédits provisoires. 1923. 20 janv.

Arrêté portint ouverture d'un crédit provisoire de 900,000 francs a o chapitre 17 d u budget local, Ex. 1 9 2 3 ......

4

1923. 29 d e c e m b Arrêté portant ouverture d'un crédit provi soire de 1 200,000 francs au chapitre 4e « Dépenses d'ordre » de l'exercice 1924... 53; 1923. 31 decemb

Loi portant: 1° ouverture sur l'exercice 1923 au titre d u budget généra! de crédits applicables au mois de janvier et lévriei 1920 ; 2° autorisation de percevoir pendant les m ê m e s mois les impots-et revenus publics 241

D Délimitation (Salure d e s e a u x ) . 1922. 30 mai... Décret déterminant, pour la Guyane, les limites de la m e r et le point de cession de salure des eaux dans les neuves et rivières de la colonie . 321

Domaine

national.

1923. 20 sept... Décret portant institution de commissions départementales du domaine national... 520 1923. 17 décemb Arrêté portant promulgation du décret d u 20 septembre 4923, portant institution decommissions départementales d u domaine national. — Rapport..'. 517


PATFS.

PAGES.

— 548 —

ANALYSE.

1928. 17 d é c c m b . Arrêté portant institution d'une commission 521 dite « d u D o m a i n e national »..Destruction des tigres. 1925, 5 avril. .. Arrêté fixant le taux de la prime pour destruction de tigres sur le territoire de la G u y a n e française

180

D o n s et souscriptions a u x victimes de la guerre. 1923.

27 m a r s , Circulaire ministérielle au sujet d u Comité chargé des subventions, souscriptions el dons recueillis aux colonies | our les vic232 times de la guerre

Douanes. 1917. 29 decemb). Loi relative à la réforme d u régime des 216 entrepôts 1922. 11 nov... Décret modifiant le régime écréme uses : 1922.

douanier des 130

28 nov.. Décret modifiant les droits de douane en ce qui concerne les voitures automobiles pesant 2.500 kilogrammes et [dus, et leurs pièces détachées | 431

1922. 1er déccnib. Décret modifiant les coefficients de majoration des droits de douane

48

I922. 30 d é c e m b Décret modifiant les droits de Douane applicables à certains tissus de coton

453

1922. 30 decemb. Décret inodifiant le régime douanier d'un certain n o m b r e de marchandises ( bourre de soie peignée, ferromaganèse. etc.) 154 1922. 30 d é c c m b Décret modifiant les droits de douanes appli136 cables à certaines huiles de vaseline 1922. 50 decemb Décret modifiant le régime douanier d'un certain nombre-de marchandises (plumes de parure, étain, oxydes de cobalt, etc.). 157


DATES.

549 -

ANALYSE.

PAGES.

1922 30 d e c e m b . Décret modifiant le régime douanier des tôles planes de fer ou d'acier, de l'acide citrique cristallisé, de citrates de fer a m m o niacal, de potasse, de soude 149 1922. 3 0 d é c e m b . Décret modifiant le régime douanier du coton cardé, d u colon hydrophile et des 161 toiles isolantes pour l'électricité 1922. 30 d é c e m b , Décret modifiant le régime douanier des chroma les et bichromates de potasse, de 213 soude.. 1923. 2 0 janv.. Arrêté fixant mensuellement pour les agents d u service sédentaire du cadre métropolitain de D o u a n e la répartition d u minim u m garanti de remises

8

1923. 23 février. Décret fixant l'effectif du personnel métropolitain des Douanes

I9(

1923,

2 m a r s . . Décision n o m m a n t une commission chargée d'étudier les mesures à prendre p o u r réglementer le recouvrement elle ransport des recettes douanières dans la colonie 124

1 9 2 3 . 27 m a r s . Arrêté n o m m a n t dans le service des Douane un Chef de la visite à Cayeune

151

1923. 19 avril.. Loi modifiant la loi du 41 janvier 1892 portant établissement d u tarif général des douanes 32 établissant un tour de roulement 1923 21 avril.. Arrêté entre les agents des bureaux du cadre métropolitain des Douanes pour la direction d u bureau de Saint-Laurent 204 modifiant le décret d u 49 janvier 1920 1923. 3 0 avril... Décret relatif à l'organisation des services extérieurs de l'Administration des douane.).. 303 1923. 19 m a i .

Arrêté ouvrant les bureaux de Douanes de Cayenne et de Sain-Laurent aux opérations d'entrepôt fictif , , 255


DATES.

550

ANALYSE.

PAGES.

1923. 25 mai... Décret portant modifications au décret du 4 août loi 5 sur les déclarations.

333

1923. 4 juin ... Loi modifiant le tarif des douanes en ce qui concerne les crayons simples, en pierre ou en ardoise naturelle

3 0 6

1923. M juin... Loi modifiant le iv 0328 du tarif général des douanes produits chimiques) en ce qui concerne l'anthi aqtiinone

307

1923. 29 juin... Arrêté établissant les postes de D o u a n e d u Dégrad-des-Cannes et transférant à W a r a cousiny celui dcCafésoca , 290 1923. 4.6 juillet. Arrêté réglementant le transport par m e r des marchandises d'un port à un autre de la G u y a n e sous le régime d u cabotage.

3 1 5

1923. 16 juillet. Loi modifiant le n° 055 d u tarif général des Douanes ( produits chimiques) concernant l'iode brut 432 1923. 23 août... Arrêté modifiant l'arrêté d u 4 juin 4013 portant organisation d'un cadre local de brigadiers, sous-brigadiers et préposés des Douanes de la G u y a n e 498 1023. 2s nov... Décision n o m m a n t les m e m b r e s de la c o m mission de surveillance de l'examen professionnel de Contrôleur-adjoint des Douanes

476

1923.10décemb. Arrête fixant les conditions et le p r o g r a m m e d u concours pour le grade de sous-brigadier dans le cadre local des brigades de Douane de la G u y a n e .

508

E Elections. 1 0 2 3 . 29 janv., Décision relative a une protestation contre

les élections cantonales d u 22 octobre 4922. — Jracoubo et Sinnamaiy.

H


DATES.

ANLYSE.

PAGES

— 551 —

Décision déclarant nulle à partir du 22 janvier 4923 la procédure suivie dans l'affairen°1 3 . — Le Gouverneur de la Guyane française contre les élections cantonales du 22 octobre 1922,1recirconscription'..

99

1923. 22 février Arrêté convoquant le collège électoral de la c o m m u n e d'Approuague pour les élections de trois censeillers municipaux

102

1923. 20 févrer

1923. g mars.

Arrêté créant u n second bureau de vole à l'Âpprouague, pour les elections munipales du 18 mars 1923 '. 123

1923. 8 juin.

Loi concernant la distribution des bulletins 3 57 de vote et circulaires électorales

1923. 19 juin.

Décret rendant applicable aux colonies la loi d u 8 juin 1923 concernant la distribution des bulletins de vole et circulaires électorales 347

1923. 4 sept.

Arrêté portant convocation du collège électoral delà lre circonscription pour félce lion d'un conseiller général

1923.16nov

38

Décision rejetant la d o m a n d e en annulation de l'élection du 23 septembre 1923 d'un conseiller general de la circonscription de Cayenne formée par M. Ernest Prévot, 448

Enchères publiques. 1923. 5 avril.

Arrêté etchargéantle greffier notaire de SaintLaurent de la vente d e s meubles et objets mobiliers appartenant a la colonie et rends par les divers services d u M a r o n i au service d e s Domaines, pour être vendus aux enchères publiques.

183

Enregistrement. 1923 9 février. Arrêté prescrivali! l'imputation définitive au budget local du solde créditeur des successions déférentes alleiales par la prescription trculenairc.„ ,

51


dates.

1923. 23 juin

552 —

analyse.

PAGES.

Décret fixant les traitements soumis aux retenues pour pensions civiles des recev e u r s d e l'Enregistrement, des D o m a i n e s 393 et d u T i m b r e en service aux colonies

E n q u ê t e s d e c o m m o d o et i n c o m m o d o . 1923. 26 m a r s . Décision ouvrant u n e enquête de commodo et incommodo au sujet de l'installation d'une savonnerie au lieu dit Hégin ( c o m m u n e 149 d Approuague) 1923. 30 m a r s . Arrêté ouvrant u n e enquête de commodo et incommodo au sujet d e l'installation d'une distillerie de bois de rose et d'une scierie mécanique à Kégina (Approuague). 164 1023. 10 avril. Décision ouvrant u n e enquête de commodo et incommodo a u sujet de l'installation d'un laboratoire de bactériologie 1923. 1er sept.

186

Décision ouvrant u n e enquête de commodo et incommodo un sujet de l'installation 239 d'une fabrique de liqueurs

1923. 29 octob.. Décision ouvrant u n e enquête de commodo eliticommodo au sujet do l'installation d'une fabrique d'engrais et plus spécialem e n t de poudrette 439

Etat civil. 1923. 19. m a i .

Arrêté relatif aux déclarations des naissances et décès ., 260

K i n d e s d e droit. 4923. 17 avril.

Circulaire ministerielle. — Etudes de droit des employés de grelle et de clercs d'avoués 449


DATES.

analyse.

PAGES.

— 553 —

F Fabrique d e liqueurs. 1923. 8 octob... Décision autorisant Mlle Remarla / Automne) a installer une fabrique de liqueurs à Cayenne 410

Fêtes nationales. 1923. 3 juillet.. Arrêté relatif à la célébration de la Fête nationale 301 4923. 27 ôctôb.. Décision relative à la célébration de la Fête nationale du 14 novembre 1923 437

Fonctionnaires. 1923. 20 mars. Circulaire ministérielle. — Autorisation donnée aux fonctionnaires de collaborer a une œuvre patriotique 273 4923. 23 juin... Décret complétant le $ 3 de l'article 2 du décret d u 23 septembre 4920, relatif a l'indemnité spéciale de séjour concédé* aux fonctionnaires coloniaux rétribués sur les budgets généraux ou locaux des diverses possessions d'outre-mer, employés temporairement dans la Métropole.. 405

G Gendarmerie. 4923. 29 avril.

Décret modifiant la répartition de l'effectif du détachement de la Guyane

288

Gouvernement. 4923. 20 mars Arrêté chargeant M . Cantau, Chef de bu reau H . C. des Secrétariats généraux des colonies, délégué dans les fonctions de Secrétaire général de la Guyane française de l'intérim d u Gouvernement de la Guyane française

537


DATES.

PAGES.

— 554 —

analyse.

1923. 20 m a r s . Arrêté chargeant M . Bazilc-Octuvon (Jules). Chef de cabinet d u Gouverneur, de la légalisation des signatures apposées sur les actes à transmettre hors d e la colonie et sur ceux venant de l'intérieur.. 144 1923. 9 nov...-. Arrêté réglant les mesures a prendre à l'occasion de l'arrivée de M . le Gouverneur p. i. Chanel 452 1923. 47 n o w .. Arrête. — Prise d e service d e M . le G o u verneur p i. Chanel. 4923. 17 nov

467

Arrêté installant M . Le Métayer (Yves), A d ministrateur-adjoint de 2e classe des colonies, dans íes fonctions d e Chef d e cabinet d u G ouverneur et le n o m m a n t Secrétaire-archiviste d u Conseil privé 468

4923. 17 n o w . . Arrêté chargeant M. L e Métayer (Yves), Chef de cabinet d u Gouverneur, d e la légalisation des signatures apposées sur les actes a transmettre hors d e la colonie et sur ceux venant de l'intérieur...... 469 II

H a b i l l e m e n t d e s plantons. L>r

de 1923. 5 janvier. Décision. — Modification de l'article 1 la décision d u 2 7 décembre 1919, fixant la durée des effets d'habillement des plantons, etc • 2

H o s p i c e civil. 1923. 9 lévrier.. Arrêté portant modifications a u x arrêtes et règlement intérieur en vigueur d e l'IIopitalhospice civil de Cayenne ,

52

4923. 9 février.. Arrêté modifiant l'article 1er d e celui d u 14 avril 1921 fixant la hiérarchie et la solde de présence d u personnel de l'Hôpital-hospice civil I 59 1923. 21 juin.

Arrêté autorisant des avances de fonds à réconome-comptable de l'Hôpital-hos-


dates.

555

-

ANALYSE.

PAGES.

-

pice civil pour les m e n u e s dépenses de l'établissement .., 283

Huissiers. 1923. 9 février.

Arrête augmentant de 100 p. 400 le tarif des huissiers en matière civile

59

I Importation des r h u m s . 1923. 20 février

Décret réglementant les conditions d'application de l'article 9 de la loi du 31 décembre 1922 sur l'importation des rhums coloniaux en France 242

1923. 13 avril.. Décret réglementant les conditions d'application de l'article 9 de la loi d u 31 décembre 1922 sur l'importation des r h u m s coloniaux 283 1923. 30 juin.

Arrêté n o m m a a n t une commission chargée de la répartition d u contingent de r h u m s et tafias alloué à la Guyane 291

1923. 30 juillet. Arrêté. — Répartition entre les distilleries de la colonie du contingent de 149 hectolitres d'alcool pur attribué à la Guyane... 327

Imprimerie. 1923. 6 mars.. Arrêté lixant les salaires des apprentis de l'Imprimerie d u Gouvernement

132

Indemnités de résidence. 1923. 24 sept.

Arrêté portant augmentation des indemnités de residence allouées aux instituteurs 291 et institutrices des écoles rurales

Infirmiers aide-médecins. 4923. 5 janv.

Arrêté complétant celui d u 27 juillet 1922, n° 087. portant organisation d'un corps


DATES.

ANALYSE.

PAGES.

- 556 —

d'infirmiers aide-médecins d u Service local destiné a l'assistance médicale...

2

Institut d'hygiène. 1023. 13 mars.. Arrêté autorisant la location d'un i m m e u b l e situé en vide pour l'installation de l'Insti135 tut d'hygiène 1923 28 juillet.;

Décision autorisant l'installation d e l'Institut local d'hygiène dans l'immeuble Darredeau, rue Louis-Blanc, à. Cayenne., 326

Instruction publique. 1924. 21 février Arrêté ministériel relatif à la forme des épreuves du Brevet supérieur et du certicat d'aptitude pedagogaque 439 4923. 29 juillet. Décret portant application à la G u y a n e de,s soldes fixées pour le personnel enseignant dans la Métropole par la loi d u 30 avril 4924 396 J

Justice. 1923 3 août.

Décret autorisant les porteurs de contraintes à remplacer les huissiers pour les poursuites en matière de recouvrement d'am e n d e s et de condamnations pécuniaires, autres que celles concernant les droits d'enregistrement, de timbre, d e greffe, d'hvpothèque, le notariat et la procédure civile ..., 41

1923. 40 août

Décret abrogeant celui d u 21 décembre 1919 oui modifiait les conditions d'admission des Juges de Paix de la G u y n e AU


dateS.

analyse

PAGES

— 557 —

L

Laboratoire. 1923. 3 février. Arrêté décidant q u e dorénavant les examens de laboratoire portant sur les recherches de parasites dans les matières fécales se ront gratuits »

39

Légalisation d e s pièces. 1923 23 février. Circulaire ministérielle au sujet de la légalisation des pièces

23;

Listes électorales. 1923. 28 nov..

Arrêté portant révision des listes électorales pour l'année 4924 478

M Mandats-poste 1923. 10 mars.

Décret relatif â l'échange de mandats de poste entre la Guyane, d'une part, et certains pays étrangers, d'autre part... 24

1923. 22 avril.

Arrêté relatif à l'échange des mandats-postej ordinaires entre la Guyane française et différents bureaux de la Syrie et du Liban. 20

Ministère d e s colonies. 1922. 31 décemb. Décret modifiant les articles 10 et 11 d u décret d u 23 mai 1890, portant organisation de l'Administration centrale du Ministèro des colonie; 44

Municipalités. 1923. 9 février. Arrêté déclarant la nullité des délibérations du Conseil municipal d vpprouague d u 3 décembre 1922 39 1923. 20 février. Arrêté fixant le jour de la Fête patronale 401 de la c o m m u n e de Macouria


DATES.

analyse.

1923. 9 avril.. Arrêté annulant l'arrêté du Maire de M a n a d u 24 novembre 1922 1923. 9 avril..

PAGES.

— 558 —

185

Arrêté rapportant celui d u 20 février 1923 qui fixe le jour de la fête patronale de Maeouria 186

M u s é e local. 1921. 10 avril.. Décision rapportant celle du 9 juin 1922 chargeant M. Cléostrate ',dc la surveillance d u Musée loca et du Laboratoire, et plaçant ces deux services sous l'autorité respective de M M . le Conservateur de la Bibliothèque publique « A. Franconie» et du Chef du Laboratoire industriel à la Guyane . 187 1923. 23 août.. Arrêté portant classement d u conservateur de la Bibliothèque et d u Musée 351 N

Navires d e c o m m e r c e . 1923. 1 juillet. Décret rendant applicable aux colonies la loi du 30 mai 4923 elative à la répression d u délit d'embarquement clandestin a bord des navires le c o m m e r c e 382 er

o Octroi d e m e r . fixant tes chilfie. des dépenses obli1923. 27 décemb. Arrêté gatoires des c o m m u n e s pour servir de base a la répartition du produit de l'octroi de m e r en 492 525

Р P a i e m e n t des d é p e n s e s d'exercices clos 1923. 20 juillet. Décret modifiant certains articles d u décret d u 34 m a i 1802; .

504


DATES.

559

PAGES.

-

analyse.

1923. 15 octob.» Circulaire ministérielle —- Application du décret du 29 juillet 4923 sur le pàimentj des dépenses des exercices clos j 491

Pensions. 1922. 26 mai , Circulaire ministérielle relative à l'application aux colonies de la loi du 5 septembre 4949 isntiluant u n nouveau m o d e de payem e n t os pensions et de ses annexes

27

Arrêté chargeant les Maires des c o m m u n e s de la colonie de la délivrance des livrets de pension institués par la loi d u 5 septembre 1919

42

Décret qui rend applicables dans les colonies françaises les dispositions de l'article 26 de la loi d u 28 d é c e m b r e 4922 dispensai; les f e m m e s mariées, titulaires d'une pension, de l'autorisation maritale pour la perception des arrérages

240

1923 . 26 mars. Arrêté admettant Mme chevalier. d a m e employee des Postes et Téléphones, à faire valoir ses droits à la retraite

45C

1923. 8 février.

1923. 6 mars.

1923. 5 avril... Arrêté concédant une pension de retraite à Mme veuve Chevallier, dame-employée des Postes et Téléphones 484 1923. 7 mai.... Arrêté admettant M . Jacquens (Clément), brigadier de 4er classe d o la Police m u nicipale de Cayenne à faire valoir ses droits à une pension de retraite , .

238

1923. 42 juin... Arrêté admettant M . Léger (Joseph), planton de 2e classe, à faire valoir ses droits a une pension de retraite 28C

1923

21 juin.. Arrêté concédant une pension, de retraite à M . Jacquens (Clément), brigadier de 4 classe de la Police municipale

1 0

28

1923. 40 juillet. Arrêté concédant u n e pension de retraite à M . Léger (Léopold), planton de 2e 344 classe d u service d u Port.^ ,


DATES.

560

ANALYSE.

PAGES.

1923

20 août

Arrêté admettant M. Melois (Marias) à faire valoir ses droits a une pension de retraite proportionnelle 349

1923.

23 août.

Arrêté désignation des membres du tribunal des pensions pour l'année 4923

350

Pilotage. 1923.

4 decemb

arrêté modifiant l'article 17 de l'arrêté du 27 juillet 1922 organisant un service de pilotage et fixant le tarif de pilotage à Saint-Laurent-du-Maroni

504

Police des salles d e spectacles. 343

1923.

10 juillet

1923.

9 lévrier.. Arrêté réglant les fonctions et attributions des officiers et maîtres de port

62

Décret prescrivant aux embarcations sortant eu mer ou naviguant dans les rivières de la Guyane d'être munies d'une ancre ou, à défaut, d'un grappin avec corde...

202

Arrété sur la police des salles de spectacles

Port.

1923.

16 mars.

Postes et Téléphones. 1923.

25 avril.. Vrrété autorisant le dédouanement des colis postaux, des boites de valeur dé eUiroe et des échantillons recommandés o u non provenant de l'extérieur à Mana ot aux Iles-du-Salut

1923. 30 juin.. arèté fixant la date et le programme du concours pour le grade de commis sta glaire du cadre local des Postes, Télégraphes et Téiéphout 1923.

23 août..

décision portant création d'une agence postale à Malmauoury (commune de Sin nainarv , .......

241

292

350


561

-

ANALYSE.

dates.

PAGES;

P r i m e s à la culture. 1923 . 22 avril.. Arrêté modifiant celui d u 3 septembre 1915, portant institution de primes à la culture. 207. 4923. 22 avril. Arrêté modifiant celui d u 44 m a i 4948 portant institution de primes pour encourager les cultures vivrières. 20S

P r o m u l g a t i o n s d e textes. 1923. 9 février.. Arrêté promulguant le décret du 1er décembre 1922 modifiant les coefficients de majoration des droits de douane..

47

Arrêté promulguant le décret d u 5 octobre 4922 portant règlement sur le service des frais de déplacement des militaires isolés aux colonies et dans les pays de protectorat. — Rapport

74

1923. 49 février

1923. 6 m a r s . . Arrêté promulguant le décret du 43 octobre 4922 portant modifications aux articles 42 et 207 d u décret d u 30 d é c e m b r e 4942 sur le régime financier des colonies 420 1923. 6 m a r s . . Arrêté promulguant les décrets des 44 et 28 n o v e m b r e 4922 429 1923. 9 m a r s .

Arrêté promulguant la loi d u 23 décembre! 4922 relative a u recensement et à la revision de la classe 1923 434

1923. 22 m a r s . . Arrêté promulguant le décret d u 23 sep tembre 1922 rendant obligatoire, dans l'exécution des travaux relevant directe m e n t du ministère et des gouvernements des cob nies, les standardisations adop tées par la commission permanente de standardisation. — Rapport 443 4923. 28 m a r s . Arrête d u

28 m a r s 1923 portant promulgation des décrets d u 30 décembre 4922 : modifiant les droits de D o u a n e applicables à certains tissus de coton ; modifiant le régime douanier d'un certain n o m b r e de


dates.

562

— PAGES.

ANALYSE.

marchandises (bourre de soie peignée, l'erro-maganèse. etc] ; modifiant les droits, de douane applicables à certaines huiles de vaseline ; modifiant le régime douanier d'un certain n o m b r e de marchandises (plumes de parmie, étain. oxydes de cobalt, etc); modifiant le régime douanier des tôles planes de fer cm d'acier, de l'acétate de cellulose, de l'acide citrique Cristallisé, des citrates de 1er ammoniacal, de potasse. de soude : modifiant le régime douanier du colon cardé, du coton hydropliile et des toiles isolantes pour l'électricité

152

1923. 14 avril. Arrête promulguant le décret du 23 février 1923 fixant l"effectif du personnel métropolitain des Douanes.-- Rapport 188

1923. 14 avril

Arrêté promulguant le décret d u 28 février 1923 instituant le régime des retraites du personnel des Travaux publics et des Mines aux coonies. Rapport.. 191

1923. 14 avril. Arrêté promulguant le décret d u 16 mars 1923 prescrivant aux embarcations sortant en m e r ou n a v i g a u n t dans les rivières de la Guyane d'être inunies d'une ancre ou. à défaut, d'un grappin avec corde. Rapporl 201 1923. 24 avril.. Arrêté promulguant le décret d u 6 mars 1923 qui rend applicables dans les colonies françaises tes dispositions de l'article 26 de la loi lu 28 décembre 1922 dispensant les femines mariées, titulaires d'une peut on, de l'autorisation maritale pour lape ception des arrérages. — Rapport 200 1923. 27 avril.

Arrêté promulguant le décret d u 30 décembre 1922 modifiant le régime douam e r des chromâtes et bichromates de 213 potasse, de soude


DATES

PAGES.

— 563 —

ANALYSE.

1923 . 28 avril. Arrêté promulguant en G u y a n e la loi d u 20 décembre 4947 relative à la reforme des entrepôts 215 1923. 1er mai.. A Tété promulguant le décre; d u 18 m a r s 1923 appliquant aux coton es françaises et pays d e protectorat la loi d u 20 décembre 1922 233 1923. 12 m a i .

Arrêté portant promulgation d e l'article 9 de laloidu 31 décembre 1922 et d u décret d u 2 février 1923 concernant l'ouvertun des crédits provisoires a u titre d u budget général pour les mois de janvier et février 1923: l'autorisation d e percevoir les impôts et revenus publics pendant les m ê m e s mois et l'importation en France des r h u m s et tafias coloniaux. — Loi. — Décret. . 240

1923. 47 mai.

Arrèté promulguant à la G u y a n e le décret du 10 m a i s 4923, relatif a l'échange, des mandats-poste internationaux entre la G u y a n e française et certains pays étrangers 246

1923. 17 m a i . . Arrêté promulguant le décret du 16 février 1923 et l'instruction ministérielle d u 1 m a r s 1923 réglant le service de la gendarmerie aux colonies— Rapport (Bulletin s u p p l . n° 5 bis) 1923. 18 juin.

e r

''

Arrête portant promulgation d u décret d u 13 avril 1923 réglementant les conditions application de l'article 9 de fa loi d u 31 décembre 1922 sur l'importation des r h u m s coloniaux e n France 282:

1923. 18 juin.. Arrête promulguant à la G u y a n e française la loi d u 4er avril 1923 sur le recrutement de l'armée (Bulletin supplémentaire n° 6 bis) '' 1923. 25 juin.

Arrêté promulguant le décret du 20 avril 1923 modifiant la répartion de l'effectif d u détachement de la G u y a n e 287


DATES.

564 analyse.

PAGES.

-

1923. 6 juillet.. Arrêté promulguant le décret du 30 avril 1923 modifiant le décret du 49 janvier 1920 relatif à l'organisation des services extérieurs de l'Administration des douanes. 3 0 2 1923. 13 juillet. Arrêté promulguant la loi du 4 juin 1923 modifiant le tarif des douanes en ce qui concerne les crayons simples, en pierre ou en ardoise naturelle 305 1923. 13 juillet. Arrêté promulguant la loi du 44 juin 1923 modifiant le tarif n° 0326 d u tarif géneral des douanes (produits chimiques] en ce qui concerné l'anthraquinone 306 1923. 24 juillet. Arrêté promulguant la loi du 19 avril 1923 modifiant la loi d u 11 janvier 1892 portant établissement du tarif général des douanes. 324 1923. 27 juillet, Arrêté promulguant le décret du 30 mai 1923, déterminant, pour la Guyane, les limites de la m e r et le j oint de cessation de la salure des eaux dans les fleuves et rivières de la colonie .— Rapport 323 1923. 31 juillet. Arrêté promulguant le décret d u 25 mai 1923 portant modifications au décret du 4 août 1914 sur les declarations. — Rapport 332 1923. 31 juillet. Arrêté promulguant le décret d u 4e juin 4923 portant modification à l'article 117 du décret du 30 décembre 4912, sur le regime financier des colonies. — Rap port 335 1923. 4 août...

Arrête promulguant le décret du 19 juin 1023 rendant applicable aux colonies la loi du 8 juin 1923 concernant la distrj bution des bulletins de vote et circulaires électorales Rapport 345

1921. 24 août.

Arrêté promulguant à la Cuyane le décret du 24 mai 4923 rendant applicable aux colonies françaises et pays de protectorat dépendant du ministère des colonies la


DATES.

PAGES.

— 565 — ANALYSE.

loi d u 26 octobre 1922, modifiant diverses dispositions d e la loi d u 26 juillet 1916 instituant les pupilles de la nation. — R a p . 353 1923. 4 sept.

er

Arrêté promulguant le décret d u I juillet 1923 rendant applicable aux colonies la loi d u 30 m a i 1023 lelative à la répression d u délit d'embarquement clandestin a b o r d des navires de c o m m e r c e . Rapport

380

1924 7 sept.

Arrêté promulguant divers articles de la loi de finances d u 30 juin 1923 386

1923, 13 sept

Arrêté portant promulgation d u décret d u 23 juin 1923 fixant les traitements soum i s aux retenues pour pensions civiles des receveurs del' lenregsdremeut, des Dom a i n e s e t d u T i m b i eus uv iccaux colonies

392

Arrêté promulguant le décret d u 29 juillet 4923 portant application à la G u y a n e des soldes fixées pour le personnel enseignant de la Métropole par la loi d u 3 0 avril 1921. — Rapport

395

1923. 13 sept,

1923. 14 sept.

Arrêté portant promulgation d u décret «lu 23 juin 1923. complétant le § 3 de l'article 2 du décret du 23 septembre 1920. relatif à l'indemnité spéciale de séjour concédée a u x fonctionnaires coloniaux rétribués sur les budgets généraux ou locaux desdiverses possessions d'outre-mer, employés temporairement dans la Métropole. — Rapport. 404

1923. 24 sept.

Arrêté promulguant le décret d u 19 juillet 1923, rendant obligatoires, dans l'exécution des travaux relevant directement d u Ministère des colonies, les standardisations adoptées par la commission perm a n e n t e de standardisation.— Rapport ..

4923. 23 sept...Arrêté promulguant le décret d u 40 août; 4923 abrogeant celui d u 24 décembro 4919 qui modifiait les conditions d'ad-

107


dates.

analyse.

PAGES.

— 566 -

mission des Juges de Paix de la Guyane. Rapport 410 1923 . 26 sept, Arrèté promulguant le décret d u 3 août 1923, autorisant les porteur de contraintes à remplacer les huissiers pour les poursuitesenenmatière de recouvrement d'àmendes et de condamnations pécuniaires, autres que celles concernant les croits. d'enregistrement, ne timbre, d e greffe, d'hypothèque, le notarial ai la proc aure civile. - Rapport.. ..... 412 1923. 26 sept.

Arrêté promulguant l'arrêté interministériel du 31 août 1923 constituant le cadre du personnelde la Trésorerie de la Guyane. rapport ......

1923. 29 sept..

Ariete promulguant : s articles 144 i 158 116 de la loi de finances-du 30 juin 1923..

1923. 16 octob.

Ariete promulguant la loi d u 16 juillet 1923, modifiant lé n° 035 d u tarif général des Douanes (produits chimiques) concernant 431 1 iode brut

1923. 17 octob. Arrêté promulguant à la G u y a n e française le décret d u 12 septembre 1923 déterminant les conditions d application de la 333 loi du 18 juillet 4922 4923. 25 octob.

Arrêté promulguant le décret d u 20 juillet 4923 a u sujet d'une convention c o m merciale signée a Paris le 2- juin 4923 entre la France et l'Autriche (Bulletin supplémentaire n° 9 bis)

''

4923. 42 nov.

Arrêté promulguant le décret d u 7 août 4923, modifiant certaines dispositions d u décret d u 2 m a r s 1910. — Rapport 454

4923 . 20 nov.

Arrêté promulguant le décret d u 24 août 4923 portant application, aux colonies françaises et aux pays d e protectorat dépenuant d u Ministère des colonies, de la loi d u 24 janvier 4923 modifiant


dates.

567

analyse,

PAGES

l'article 4 de la loi d u 26 m a r s 4891 dite « Loi de sursis » et l'article 7 de la loi du 5 aoû 1899 sur le casier judiciaire.... 472 1923. 7 d é c e m b , Arrêté promulguant le décret d u 2U juillet 1923 modidiant certains articdes d u décret d u 31 mai 4862. — Rapport 502

Pupilles de la Nations. 1922. 26 octob.. Loi modifiant diverses dispositions de la loi d u 27 juillet 19I7, instituant les pupilles de la nation 1923. 24 m a i . .

338

Décret rendant applicable aux colonies françaisesel pays de protectorat dépendant d u ministère des colonies la loi d u 26 octobre 1922. modifiant diverses dispositions de la'loi d u 27 juillet 4917 insituant lès pupilles de la nation 356 R

R a m o n a g e des cheminées. 1923. 29 décemb. Arrêté sur le r a m o n a g e des cheminées

332

Recrutement. 1923. 1er avril. Loi sur le recrutement de l'armée (Bulletin supplémentaire n° 6 bis)

'' 1923. 26 juillet Dépêche ministérielle a u sujet d u changement de classes de mobilisation des réservistes. — Instruction 424

Régime financier des colonies. 1922. 13 octob

Décret portant modification aux articles 42 et 207 d u décret d u 30 d é c e m b r e 4942 sur le régime financier des colonies 427

1923. 1er juin.

Décret portant modification a l'article 117 d u décret d u 3 0 d é c e m b r e 1912, sur le rég i m e financier des colonies............. 336


DATES.

analyse.

PAGES

— 568 —

S

Secrétariat

général.

1923. 44 février. Arrêté installant darts ses fonctions M . dantau, Secrétaire général d u Gouvernement de la Guyane.

66

1924. 44 février. Arrêté. — Délégation d'attibutions au Secrétaire général d u G o u v e n e m e n t

67

1923. 20 m a r s . Arrêté chargeant M . babordo (Léon), Chef de bureau de 1er classe des Secrétariats généraux des colonies, des fonctions intérimaires de Secrétaire général d u G o u vernement de la G u y a n e 138 4923. 20 m a r s . Arrêté. — Délégation d'atributions au Secrétaire général d u Gouvernenment

139

1923. 49 juin.. Décision chargeant M . Laborde (Léon D o m i nique) Secrétaire général p. i., de l'expédiiton des affaires courantes et urgentes pendant l'absence d u Gouverneur d u chef-lieu , 285 4923. 40 juillet. Décision chargeant M . Laborde (Léon-Dom i nique), Secrétaire général p . i.,de l'expédition des affaires courantes el urgentes pendant l'absence d u Gouverneur d u chef-lieu 394 1923. 31 juillet. Décision chargeant M . Pécanère (Henri), chef do bureau hors classe des Secrétariats généraux des coloncs, des fonctions intérimaires Je Secrétaire général de la Guyane 329 1023. 34 juillet. Arrête, — Délégation d'attributions a u Secrétaire général d u G o u v e r n e m e n t d e la Guyane 310 1923. 12 nov... Arrêté complétant celui d u 25 septembre 1922

457


ANALYSE.

DATES.

1923. 17

M . Canteau (Edgard), Secrétaire général de G o u v e r n e m e n t de la Guyane française, à reprendre les fonctions dont il est titulaire

PAGES.

— 569 —

nov.. Arrêté appelant

1923. 17 nov.. Décision appelant chef de bureau tariats généraux ses fonctions au

467

M . Bazile-Octuvon, sonsd e 2e classe des Secrédes colonies, à reprendre Secrétariat général 4701

1923. 18 nov... Arrèté. — Délégation d'attributions a u Secrétaire général d u G o u v e r n e m e n t de la G u y a n e française

470

1924. 20 d é c e m b Décision chargeant M . Pécarrère (Henri), Secrétaire général p. i. d u Gouvernement, de l'expédition des affaires courantes et urgentes pendant l'absence d u G o u v e r neur d u chef-lieu 522

S e c o u r s (Budget local). 1923. 8 janv.. Arrêté modiliant celui d u 27 août 4924, relatifau m o d e de paiement les secours accordés sur le budget local

E

Service d e Santé. 1923. 46 m a r s . . Arrête modiliant des prescriptions d u Codex pharmaceutique de 1908

436

1923. 3 mai.... Arrêté autorisant des dépôts d e remèdes officinaux et de" drogues simples dans la coionie de la G u y a n e française

236

1923. 27 août,. Arrêté autorisant M . Alphonse Lacattc à tenir u n dépôt de remèdes, officinaux à l'Aprouague , 369

Sociétés. 1923. 3 août... Arrêté autorisant

le fonctionnement, à Cayeune, d'une société de secours mutuels d é n o m m é e «La Solidaire militaire, sce tion de Gayenne» ,

344


Dates.

ANALYSE.

PAGES.

- 570 -

1923. 20 d e c e m b . Arrêté autorisant le fonctionnement a Cayenne d'une société de sports d é n o m m é e «Boys-Scouts de la G u y a n e française »... 523

Solde, 1923 7 aout.

Décret modifiant certaines dispositions d u décret d u 2 m a r s 4910...

456

Standardisation. 1922. 23 décemb. Décret rendant obligatoire, dans l'exécution des travaux relevant directement d u m i nistère et des gouvernements'des colonies, les standardisations adoptées par la c o m mission permanente de standardisation.. 444 23. 19 juillet. Décret rendant obligatoires, dans l'exécution des travaux relevant directement d u Ministère des colonies, les standardisations adoptées par la commission permanente de standardisation 408

Signaux. 1923. 5 avril.

Arrêté interdisant les particuliers d'utiliser des machines ou appareils télégraphiques susceptibles d'assurer la transmission ou la réception des signaux 479

T Taxes. 1923. 28 lévrier. Arrête rendant exécutoire la délibération du Conseil général de la G u y a n e en date d u 9 décembre i922, portant élévation des quotités d u droit ue circulation sur l'or 40 5 natf. 4923. 28 février. Arrêté modifiant celui du 47n o v e m b r e1922 en ce qui concerne la quantité d'or à , rélever ennature pour le paiement d u droit de circulation., «

106


dates.

PAGES.

— 571 —

ANALYSE.

1923. S avril... Arrêté assujettissant à la contribution des patentes une profession non d é n o m m é e au tarif des taxes. 177 1923 . 5 avril... Arrêté fixant la valeur de l'or natif versé pour le paiement en nature d u droit de circulation sur l'or 478 1923. 23 août.. Arrêté portant modification au tarif de location d'appartements et de prêt de linge de couhage fixé par l'arrêté du 2 n o v e m b r e 1918

353

1923. 29 décemb. Arrêté autorisant la perception pour l'année 1924, des taxes et contributions locales.

530

Traite des f e m m e s . 1923. 18 mars.. Décret appliquant aux colonies françaises et pays de protectorat la loi d u 20 décembre 1 9 2 3 .

233

T r a v a u x publics. 1923. 28 févier . Décret instituant te régime des retraites d u personnel des Travaux public et des Mines aux colonies. .

193

Trésor. Arrêté n o m m a n t M . Salvador percepteur municipal de la 2e circonscription a Cavenne. ;

2 5 3

1923. 18 mai.. Arrêté n o m m a n t M . Vanony (Haphaed) percepteur- receveur municipal de la 3 circonscription à Sinnamary

254

1923. 23 août. Arrêté approuvant les comptes d e gestion de l'exercice 1920 de M . J;aoul 0 taville, receveur municipal des c o m m u n e s de la 2e circolisitiion, receveur des ureaux de bienfaisance de Macutria et de Uémire et lui accordant quitus ,..

352

1923.

18

mai

e


dates.

ANALYSE.

1923. 31 août... Arrêté interministériel constituant le cadre du personnel de la Trésorerie de la Guyane

PAGES.

— 572 -

414

Troupes. 4922. 5 oetob... Décret portant règlement sur le service dos Irais de déplacement des militaires isolés aux colonies et dans les pays de protec torat '

75

1923. 19 février. Décision ûxanl pour les officiers et sous-officiers de la Compagnie de la Guyane, l'indemnité journalière pour frais de roule et de passage dans les déplacements temporaires ou définitifs deCayenncà SaintLaurent ou aux lles-du-Salutetvice versa. 72

Télégraphie sans fil. 1923. 22 mars. Arrêté portant dénomination de la station de T. S. F. de llégina (commune d'Approuague)

442

1923. 11 mai... Décision Instituant une commission chargée de solutionner toutes les questions relatives au règlement du trafic de la staiion le T. S. F. de Cayenne

239

Arrêté relatif à la répartition de la taxe radio-électrique intérieure Cayenne-Régina ,

232

Arrêté relatif à la tenue des postes radioélectriques d o l'intérieur par les agents du service des Postes et Télégraphes de la colonie

259

1923. 18 mai.

1923. 49 mai,

1923 18 juillet. Arrêtéfixaetlestaxesapplicables aux correspondances radio télégraphiques échangées par la station de Cayenne avec la Martinique, la Guadeloupe et au-delà

308

1923. 22 sept... Arrêté ouvrant la station radioélectrique de Saint-Georges au trafic privé et fixant la taxe par mot

406


ANALYSE.

DATES.

PAGES.

— 573 —

1923. 10 décemb. Arrête fixant à 3. 4 l'équivalent d u franc or dans les relations télégraphiques in511 ternationales

Timbres-pécules. 1923. I

er

mai.

1923. 16 juin

Décision instituant u n e commission spéciale chargée de l'incinération des tim2зе bres-pécules Arrêté portant désignation des m e m b r e s d u comité consultatif les mines pour la période 4923-4023 ....

282

Tribunal maritime spécial. 1923. 22 nov.

Décision fixant la Composition d u Tribunal maritime spécial pour la troisième ses476 sion de 4923 V

Vérification de caisses. 1923. 27 avril.

Décision portait désignation des fonctionnaires délégué , à la vérification des caisses et portefeuilles des comptables des d e 245 niers publics 1

1923. 13 juin.

Décision modifiant celle d u 27 avril 492 portant désignation des fonctionnai .-es délégués à la vérification des caisses et portefeuilles des comptables des deniers 284 publies

1923. 4 octob.

Arrêté portant fixation d e la date de vérifi cation des poids et mesures dans les 429 différentes c o m m u n e s de la colonie...

1923. 24 nov... Arrêté. — Vérification d e la caisse et d u portefeuille d u Receveur municipal d e 475 Cayenne au 31 décembre 4923..... 1923. 10 d é c e m b . Décision. — Désignation des fonctionnaire délégués à la vérification des caisses et portefeuilles des comptables des denier 307 publics


dates.

-

ANALYSE.

PAGES.

— 574

Vétérinaires. 1923. 9 février

Arrêté fixant la hiérarchie et la solde de présence des vétérinaires du G o u v e r n e m e n t de la G u y a n e

57

Visite médicale. 1923. 24 mars. Arrêté relatif aux opérations d u conseil de revision el à la visite médicale des h o m m e s de la classe 1923 el des ajour140 nés des classes 1921 cl 1922. . . . } . . 1923.

25 mars. Arrêté relatif à la visite médicale des inscrits de la lasse (923 et des ajournés des 1921 et 1922 147

1923

12 sept ...Arrêté relatif à la visite médicale des ins-

1923. .12 sept.

crits de la classe 1924 et des ajournés 389 des classes 1921, 1922 et 1923

Arrêté relatif aux opérations d u conseil d e revis on el à la visite m dicale des h o m m e s de la classe 1921 et des ajournés des classes 390 1921.1922 eî 1923


TABLE DES NOMS. A Achille V. Darne .... 17 224 445 Alplióe (E. 1 Aclou (A'| . . 5i[) Ambrosini ( J ) Agésilas ( T ) . . T . 340 341 A musanr ( P ) Aiinée ( A ) 442 Alicele ( E ). ., Ajax. (E.) 267 André (S.) Aristide (Ti Ajos ( V ) Albertini (P). 16 Aron Alfré ( P > 1 7 1 Aymond ( E i

23

529 108 173 484 109 . 298 478 5o8 372 ("A) 23

, 42o

B Blenvenu P, K.i 268 lUv.Miac (Gj. . Blandi ' A) 226 BLAmchard T) -7 Boclmiel (YJj 1 7 2 Boitard , 4 7 7 Boris f j 110 425 4 1 9 Bondard .... 16 BounIinot yfi.) 17 Bonirgiarel (G l8 19 2 3 J J 7

Baja (H) 22 Baillou (J) 14 Bally ( M ) 2 1 Barthélemy (G) 539 Barthélemy (1)• . • 15 Barthéleiny (Vve) 269 Bossières (O) 112 Bassures ( L ) . . 293 3 { 1 Bassigny (E) 419 Bathilde (Mine) 14 411 BAthilde (.1) : 298 Battesti (0 190 Banditi Baulane(H) 371 Bazile-Octuron(i}. ... 7 145 1 7 1 0 6 6 3 4 2 47U ; 8 3 516 Be insite (F) Belgodire (l)) 16 339 Benoit (CI) 170 Herger 426 Ber land 23 342-

Bernard (Tj Beretel (E) Bes iar;l (V Beveraggi fP)

Buargare, T) Bourgarel (E) Bourqniu |K), Boirtean (P) 15 Bouvier (P) Bouygies (J-B) Braba,1 (Oinerj Brtdtel (P) BMais (E) 522. 536 Biiolin (E, 1 8 1 9Bauipt (E) Belinn ; Vi 482 Bureau . . .... .:

• 226

269 i5 <<>7

298 412 .. 44 1 09 15 . 422 . 111 25 109 537 Si* 14 ... 3 10

c Cabéria (G 30 Cagnet (J) 168 Calendini 110 Calvi.1 (Ei 169 Camnsard 11 r Cantali (El 66i 67 69 100 109 111 |37 467 481 533

Cariatali I.). .. Carle (C). Casamata

23

Calli ri.ij •;A. . . .(VaUer 1«

Challi \E;

53g 34i

a68

Chamanaul (S) Champagnee Champmicronx

171 1 6 7 31 22 7 0 1 0 1 2 2 4 2 9 5 4(8

539 Champion J;

107

108 111

Charles Saint-Claire (L) 3?i Charlery (G)............ . »63 4413


-

576 -

Cléomène (.f)., 440 Cléostrate... 167 187 240 505 539 426 Chastrusie (J) , 14 Clotilde (P, flls) 370 Cháteau (A. Dme) 167 173 Coghie 395 Chauvet (Dm»170 Cogoet (A) 513 Chénea |P) 422 423 Colomhanì (Dr) 281 481 5o8 Chérius-Chéry (J) 20 3i.5 Goliat (H) Coma (R) 17a 418 419 no Chevalier (Dme) i5o 184 Consalvi 170 Chiappe (1.) 14 Constampont (K) 370 Cesari {?) i5 Constant (L) 170 Cicerón ,R) 338 Con tantin (E) 11», 326 284 Cigrand (A) 1 1 2 Collier (A) •... 419 CUire(J) 11» Courla (A) 110 Clirac (E) 17 70 101 225 Crucioni (P) Cnpidon (P) r9 336 533 364 266 394 398 339 33 Clarin (Dme) 269 Curron (P) Clavier (A)..... , 16 419 r

Chaspoul(À)

.

874 4 1 8

444 483 5i3

7

I) i4 Désir (G)

Dagoneau Damas (A) Dardet (C) Dardol ÍJ-B) Damai (4)

З7Ч Ht, 442 445 15 443

264

Darredeau (A)

318

Darius (G) Daude (G)

109 14 110

Daugny

Daulibalou Dcbard (B) Debène (F)

(J-B)

Dédèle (P) Delambre (F)

Delphin (M) Dento (A) Desideri G. (daine)

D'Espaux (E) Devez. (G) Doyzac(H) Di manche 4 8 Dimirier (E) 420 Dominique H) Donatien (E) Dongrazi

102 33 339 20 306 14 3 443 419 170 7 108

Dorft-r

227

39 16

E)

215,

Dra«se (Ph) Drayton (Dr) »3 70 Dnchange (H) 7 0 Dulice (A) 311 Duplau (C) 208 Dutard (Saint-Just) n e 172

371

170 372 171 15 »39

E Eboué (E) Echinard A. (dame) Ed ragas (T) Effelin (V) 23

17 171 166 539

Eglanlin (J)

. »3 53g

Elyz2 (E)

Emmanuel (Pi P.mmanuelli (HI

110

15

170 111

F Fabre 338 Faubert (F)..... 18 19 13 2822 537 538 539 Palioz (FI 109 Faulun (J) 3 3 539 F a u r e (G) 172 363 Famaro (E) , 370 F a u r e (A) . 482 Fard (Louise)........ 171306339 Ferreri (P).. 107 372


577

788 fortuné (L) 3 1 539 Fouit» (E) 4 4 2 François (L) 1 6 7

Fioéle (C) Firimond (M) Florus (Saint-Omrr) Kortnné A . dmf).

'fi" 421 171 !

G Galliot(E) Ganibetti(P). Ganun (J) Gaspari (G) Gatinaud (E) Gaurier (Ri Gàutréz (E). . GAZON

Gérard (A) Gétriu (G) Gerold (Vve) Gilbrrt-Pierre GIPPET

18 19 4

(Si..., 16

2 (R)

168

(e)

Girat»! (N) Gtíbei (К) Gontier (Gh) Gontrand (Mi Gothonue ( M ) Gosselin (veuve) Gougie (M) Grisnoir (Л)

112 14 16 i4 14 14 295 8 4 109 7 0 446 44 4

19 А68 70 195 ,... . "3

GUENIFFEV fPj

ios 53; /,за ua ITUJ iti s'il ifiS

i<i8

Guerlain (E) л 34J 5I3 SS(\ Guidicelli i5 Guillaume-(L) IIOÎI>3 Guniguincoin (J-B) 44 3

269

H Hilairô (A)

Heber a*6 2 9 5 338 З74 4 U Hellio 36y 'lenrion (P) 44J Henry A. (Dr* ao абу H<MIRY-Nicé|>liore.. . . 70 IOT i65 166 Henrion (E) 37 » Herard (L) .08 Hermine (G . -i4 1

Sii

H o n o r é ,K).

172 b7 1

l'onorien (F) H inorine

• 7 '< >97 4

Horfh J. (dam Hoith (A )

r

. i"i a'i 141

Hulmán (J). .. . .

-1

1 Iqui.

478

n facarta (F) Jacqnens (C) Jaffart (O) Jaifart |A) J.dleralle(P) Jamain Jarlin (E) . . Jean (G) Jean-Cha: les Jean-Louis (A).. -

17 a38 . 167 2

441 286 ¡79 7 0 14 11 t 169 37.5 4 2 2 ififi 2 6 8 4 4 3 1 7 0

Jean-Marie (G) 266 4 4 4 Jean-Romain (S) Jérôme E) J iblensi (N) Joseph (R) Josepb (E) Judes (13) Jugo

3 226 2 6 4 1; 3 7 3 536 1-3 4 4 3 5 3 9 373 539 . . 1 72 482

K Kagnel (E)

268

Kromer (N)

16


- 578

-

L 28o 314 6 7 138 2 6 6 Léger (J) Le Métayer (Y) 462 468 m6" 1 1 0 3 3 g 441 Le'mki (S.) LAFOI 5J) 1 5 Léonco . P) >^4 UFFOIRF{H).. 294 338 Lenoir (E) 426 1511177 Laffont (A) 1268 267 298 Lestrado ¡07 Lafontaine (I); 442 Letcùre ((]' 169 Lama (E) 23 53u Let eu tu (T) ito Lainoral [LJ • 263 Liéy Idiherre (C| 20 11 .2 70 too Lamrérot : M ) 446 afifi 33S Laneranclii (Tj 5 i10 167 Lancet ((1) 227 Limerre (R). . . ., .r . 1110 '116 Latidine (A) 267 Liairain 1 4 9 LALIDINE (I) 44 Linarola-Hitier 374 Laiipéiiie L. (dame) 170 Lindiunrg (J.) 109 Lanidernet (E) 446 I78 484 Limolize.' 482 Laurence (M)225 Louvrier Saint-Mary 372 Lavigue 6 Lowinski (J) 170 Lawninre -E) ^70 Lubiii (V) 445 Lebianc (A) r5 FITTE ( Tb) 17 Leliraiiit 14 Lucia (M.) Le Breton (F) 1 5 Lucile (S) 173 Le Capitarne f(ì 14 Lysis (NJ a3 359 Le Golf (V 119 La horde ,L) a85 3 o 4 3 ( 1 4 4 ^ Laborieux (Tli)

1

;

M Maisonneuve (G) Malfatte (J)

Malacarne! (E Maio (V).. . Malou vlamliic G j Maiitoudé (K; Mandé Marchand (M) 266ì 338 Marie-L'laire

Martial (L) Mardal (dame). Martin ((J

MA<sé |S)

MATTA? (G) Matbien (l) Matliurin (Ch) Maxime (F). Mayerreu (.1) Maynard (A) Méiois (0|

Meltéor (A). 169 Melkior (L) 181 (E) 372 • . 2 6 7 3 7Mercès 5 171 375 445 267 Merckel (E). 535 ,(a) 14 Mennas 15 571 Menier 110 41o 513 3 7 1 4 4 5 Michel (A; 323 440 Millenne (H) 20 6 9100203 MILLENNE (G). Miennée... 14 170 37 3 Minlìr (PI 224 « 5 Miranda (P) 3 3 539 ito »67 444 Mirei (V). ioj 2i3 Muiiieau (L) 3h9 iS 5 t Moudésir (G) 263 »6 Modock . . 227 '4 Moinii (L) 3()3 102 Mosès |Jj 374 » 3 5 539Moutafgne M nitfort (lean de Die») i65 ... 21 3;o 44o 5i6 422. Monti Ru si de. 2 7 0 3 4 0 37o 3 7 3 14 i»

(

7


579

N Nabo (A) Nadan NarcNIsot |T Nardil Nathan (A) Néguss (lr) N é m o r a t é (A) Nieolas (J Nténat (V)

484 Nién.it (J) 4 jo 4 4 3 4 4 4 42 Nirin (P| 482- Noël (A) .785 iVoémié |L). ? ? 5 Noléon (A) 169Noïéon (F) (F) A 3 5 3 9 Nollier 14 Norone (H: . 4i i

44j 483 108 3ja i3 53y 1 6 9 227 340 539 -i : 535

O Octobre(L) Olicier ( Orazini Oriini ..

K)

4 8 , o.iiii.i M Ottaviani (J) L I T Ova (R) 111

m , i4 2 1 1i6 1 7 3 4 $ a

ES Puctol (M) Pag*?sy (Ch) Paigerac (D) Tallé (N).. Pilliot (J-li) Palus (P) Pallas (H) P.melle (E) Panéla (E) Pardin(D) Pardou ( F' Pa-qnalini (J) Paterne (E) Pawilowski Pécarrère(H). Pbilias(F) Perria (A)

a7o 1 7 3 Perrin (Dme) a3 S3y Persiuette-Gautrez (Em.).. 297 338 3'5 4 4 4 4 7 7 482 2 } 53 Pesse1 » 10 . 107Pej re (Or) 112 326 i4 Pineau (J) 4 17° Piudard (A) 124 281t 44o Pindard (Luc).. . 123 225 481 53 | .... 483 Piudasd (L) »67 339 Plénet II) 227 481 Poli (Ni LI 1 6 Ponsignon (F) l3 4 8 I Prévôt |J) 1 % 37 1 i:3 Pria» (P). . . . ! 44» 329 4 4 4 6 523 Priaim |Bl 2 6 8 ' 3 4 Prud'homme (J) 20 ; . 1 0 9 Pulehérie (V) . 169 4

9

7

Q

Quéinou (Si 44 Quint rie-Laraothe (H) Qnintiie-L;imoihe(lîm)... 2 1 2 2 i65 Quinliui (J) 1

Qtiintrie-Lamoihe ( A )

3?i 171

Î 3 53>J

R Raban (A) 23 5 3 9 Reginensi Radelland (L) 1 7 3 4 4 1 4 4 2 Réguis (V).Ramée 4 8 5 Remoux (E) Ravual A (veuve). . . ., 263Ricbaud (A) RaVnard (S) 485 Ribouchon Rédy (J) 34o 536 Rieu(A)

l t I l 4

33q 370 422 340 107


- 580 — (R) ai »3 Rivièrez (N) *• Roncy Romain (A) 3;o Rousso.au Saint-Philippe (M). .. 3 j 3 . . a 3 53y Romney (E) . . 167 476 R o z é ill) Romney (E) S 172 Saba (G) 1 0 7 Saturnin (?) Saba (M) 1 to 442 Sépho ;E) 169 Saba (Dine) no 441 Séraphin (il) 23 539 Sablé (J) 1 4 2 i i65 17a 2 6 8 Sidney (F).. 446 Siger (L) »M 444 566 ai 1 9 1 0 0 a 6 6 Sacccharin |P) a34 513 Simoneau(H) y 370 Sainte-Clan e (VI) 17 Sincri (C) 21 223 Saint-Félix (Oscari ... 1 1 6 1 6 8 4 8 4 Socrate (D) 267 4 1 9 Saint-Louis(A) S 2 6 7 Sophie (U| 17 441 Saint-Mcruu a3 5J9 Sophie (1.) 369 Saiuturé (I') 1 6 Sorriaux 483 Salane P) no 292 Souqui (A) 110 Salvador (C) a 5 3 Sourgnes 5 484 Saliceti (N) 1 6 Souvenir (El 270 Samhadin (l) 3 7 3 534 Sthal (L)..'. 167 Santoni (Ci 1 6 Stani; (J) Stan482 islas A. (dame) '7 Sarceklle II (P} 171 Salur (R), 3 7 0 451 Stanislas (F.) 1

T Ti m m a ra va h 5 : <j 111 Taxil 118 3 6 9 1 0 0 2 6 6 338 Tobler (L) Tècle (E) 4' 3 . J 9 111 1 4 6 266 T o n r i c ( T ) Tell (H) i^'i 4 8 1 Toussaint Léonço (D) Thaly (P) 2!)8 . 5 3 4 Tcurville (M) Thaly (R° 4Í4 i> 3 4 1 / 2 6 4 4 3 Toulouse {C) Thémire (A) 4 ... 18 i 3 137 Traque ( A L . . . Théolade (R) Tullins ( F ) . .. a3 5i3 53 53* 53g 638 539 ih Thounas(Lj .*. i5 36 Tibodo (Ej .. 4 4 5 V 171 4 4 1 Vaillant (A) 2 9 5 4 8 1 Verderosa (C) ai 171 Valdec(E). 2 7 0 Vienne (M) io Valette (E¡ 2 0 Virtos (V) 16 Vautor (Aï i5 Vitalien (dame) no VatelíL)..' 3 3 Vitalien 14 Velaye (E) » 7 Vivot (P-E) 171 441 4 4 5 Vernet J-B) 1 8 5 1 6 5 3 7 Volmar (L) Vernet (M) 170 5i

9

7

7

1

Weinbaupt (P) Wlac Kein Keim Zéphir (A)

w 3 4 0 Wilfrid ((i) 5 i 5 Will (L) Z ao, 1 6 7 225 Zéphir ( Y ) .

a3

339 539 107


Bulletin officiel de la Guyane française (1923)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Bulletin officiel de la Guyane française (1923)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement