Page 16

16

duction indigène se réduirait bientôt d'ellemême, l'intérêt des producteurs leur faisant une loi de la régler, comme toutes les autres productions, sur la demande et les besoins de la consommation ; mais dans la crise actuelle telle n'est pas la situation: Pendant que le sucre de nos colonies est resté toujours frappé d'un impôt de 4 9 fr. 5o c. par 100 kil., le sucre de betterave en a été affranchi. Un hectare de terre produisant une quantité de betterave qui fournit en moyenne 2 , 0 0 0 kilog. de sucre, l'affranchissement de cet impôt constitue donc, en faveur du produit obtenu sur un hectare, une véritable prime de 9 9 0 francs. Là est la cause de ce développement dont la rapidité étonne, alors que , sans tenir, compte du fait qui la détermine, on la compare avec la lenteur qui accompagne toujours le développement des autres productions.—Là est le secret de cette augmentation de valeur donnée à la terre, aux fermages, et aussi de ces nouveaux élémens de travail offert aux ouvriers employés à la fabrication du sucre indigène. Affranchissez de 9 9 0 fr. d'impôt un produit quelconque pouvant s'obtenir sur un hectare de terre, pendant que vous main tiendrez cet impôt

Le sucre colonial et le sucre indigène  

Auteur : Louis Jacques Marc Fournier / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Le sucre colonial et le sucre indigène  

Auteur : Louis Jacques Marc Fournier / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Profile for scduag
Advertisement