Page 57

- 57 que procure cette branche importante de commerce. Il faudrait restreindre nos Colonies et la raffinerie à la seule consommation de la France. Eh! ne serait-ce pas une ruine commune! N'ayant plus la possibilité de l'exportation, on jetterait les yeux sur nos excédans annuels et progressifs ! Et l'on n'ignore pas combien est rapide la dépréciation où tombent les marchandises lorsqu'on acquiert la certitude que les approvisionnemens dépassent les besoins de la consommation. L'effet moral qui en résulte est incalculable-, c'est, dira-t-on, pour éviter ces excédans et pour qu'ils ne s'amoncellent pas, que nous proposons de diminuer les droits de douane de 2 0 fr. par quintal, bien convaincu qu'au moyen de cette diminution, la consommation aura bientôt atteint la quantité produite, et que dès-lors il en résultera avantage pour le consommateur, pour le planteur, pour le raffineur, et pour le fisc. Examinons cette importante question sous cet aspect, et voyons si elle offre des probabilités assez fortes pour engager le gouvernement à faire pareil essai, dansun moment où loin de pouvoir diminuer ses revenus , il est dans la nécessité de les augmenter. Il a été livré, en 1 8 2 9 , à la consommation de la France : Sucres coloniaux

150,020,076 liv.

Sucre étranger

1,058,228

Sucre indigène

10,000,000 TOTAL

161,078,304 liv.

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement