Page 43

-

43

-

habitans à acheter ses marchandises de préférence à celles des autres nations. En un mot, en demandant l'introduction de sucres étrangers à la consommation, le but du commerce, ou de ceux qui se prétendent son organe, est d'obtenir du consommateur une prime énorme en faveur des exporteurs. Si pareille mesure pouvait amener de grands avantages pour le commerce en général, je le comprendrais ; mais quel résultat donnerait-elle? Que les sucres étrangers offrant de grands bénéfices, et les marchandises de la perte , on cesserait bientôt d'expédier des marchandises, et qu'on n'exporterait plus que des espèces pour acheter les sucres ; alors que deviendrait ce débouché si important qu'on aurait voulu créer aux produits français, débouché auquel on aurait sacrifié celui de nos Colonies dont on est du moins assuré ? Il est naturel que la France cherche par tous les moyens à ouvrir à ses produits le plus de portes de sortie possibles ; mais il lui faut établir ses calculs sur des bases plus solides qu'une vaine espérance, qu'une tentation perfide. Lorsqu'elle reconnut l'indépendance de Saint-Domingue, elle s'imagina qu'il allait en résulter pour elle un débouché immense, et cette faute politique fut accueillie par le commerce avec une sorte d'exaltation. La voix de l'expérience fut étouffée, ou plutôt l'engouement général nous rendit sourds, quand cette voix nous criait : Depuis 1 8 1 5 vos navires ne vont-ils pas à Saint-Domingue, tous vos produits n'y sont-ils pas reçus? Quel nou-

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement