Page 40

-

40

-

Un négociant français expédie-t-il pour la m ê m e destination, que portera son navire? 3o à 4o,ooo fr. de marchandises, peut-être m ê m e 5 0 , 0 0 0 francs; moitié formera sa cargaison et appartiendra à l'armateur et à quatre ou cinq co-intéressés, et le reste ira à fret pour le compte de divers individus qui, les consignant à plusieurs négocians^, établissent de suite, sur la place, une concurrence fâcheuse. A l'arrivée du navire, que le marché soit bon ou mauvais, il faudra vendre les marchandises et acheter des denrées à n'importe quel prix, parce que l'expéditeur ne voulant, ou ne pouvant pas être longtemps privé de ses fonds, a donné ordre de lui en renvoyer la remise par le retour du navire : en faisant relever ce navire pour quelques ports voisins, on pourrait y trouver , soit des denrées , soit du fret à un prix plus avantageux , et rien ne serait plus facile que d'y aller faire échelle ; mais non, c'est du port où il a été envoyé qu'il doit repartir ; bien plus, c'est du Havre, par exemple, qu'il a été expédié, c'est au Hâvre qu'il doit revenir... Cependant, les sucres qu'il porte ne peuvent être consommés que dans la Baltique ou la Méditerranée, et il y aurait un bénéfice considérable à les y porter directement, puisqu'on éviterait par là. les frais de débarquement, rembarquement au Hâvre , assurance, nouveau fret, perte d'intérêts, de temps, etc., etc.; n'importe, c'est du Hâvre que le navire est parti, c'est au Havre qu'il doit retourner. Ceci n'est point exagéré,

t

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement