Page 38

38

sur des objets d'un usage journalier pour être de quelqu'importance, ou bientôt il languit et devient ruineux. L'expérience l'a prouvé; lors de nos premières expéditions à la Havane, les bénéfices ont été immenses; mais sur quoi ont-ils été faits? sur des meubles, sur des objets de luxe et de goût. Les secondes expéditions ont été moins lucratives, parce qu'on était déjà approvisionné ; les troisièmes ont donné de la perte, et les suivantes ont été ruineuses. Qu'on lise ce qu'a déclaré M . Monteissier à l'enquête. Il expédie par an trois millions de marchandises à la Havane, et un navire de 3oo tonneaux pourrait à lui seul en porter pour plus de quatre millions. U n seul navire, quatre millions!!! Hélas! que deviendrait notre navigation, si nous étions forcés de nous approvisionner de sucres dans des pays tels que la Havane ! Pour que les arméniens ne tournent pas en ruine , il faut que les cargaisons de navires soient composées d'objets d'encombrement et de peu de valeur ; et que ces objets donnent cependant un bénéfice assez considérable pour supporter fret, assurances, commissions, etc. Quels sont les objets d'encombrement que la France pourrait expédier dans ces contrées? Je n'en vois guères , à moins que ce ne soit ceux qu'y portent les Anglais, les Américains , et autres étrangers ; alors comment soutenir leur concurrence et lutter avec eux à conditions égales? L'amour-propre national peut souffrir de ces vérités, mais elles n'en restent pas moins des vérités. Nous luttons de science et

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement