Page 33

33

raisonnemens , sur des assertions aussi vagues qu erronées ; mais sur des faits positifs , et qu'il est facile de vérifier. U n négociant du Havre, dont la maison fait depuis longues années des affaires considérables avec les Colonies, a été un de leurs plus grands détracteurs lors de l'enquête, et il a avancé que ces contrées n'avaient, depuis quelques années, donné que des pertes en tout genre au commerce français, et principalement à la place du Havre. Sur quelles bases reposent de pareilles assertions ? N'avons-nous pas vu qu'en 1816 la France n'expédiait aux Colonies que 448 navires, jaugeant 92,732

tonneaux, et qu'en 1827 elle y en a envoyé

plus de 9 0 0 , jaugeant 2 2 3 , 3 6 6 tonneaux; que les importations qui étaient en 1816 de 18 millions, se sont élevées à 5 9 millions ; que le Havre, qui participait en 1816 dans cette navigation à peine pour un cinquième, y entre maintenant pour plus de trois cinquièmes , puisque ce port à lui seul expédie plus de navires aux Colonies que tous les autres ensemble. Ce même négociant ainsi que plusieurs autres , ont avancé que ce qui nuisait le plus au commerce de France, c'était la contrebande immense qui se faisait dans les Colonies. Il a été jusqu'à dire : « que » les Colonies ne demandaient guères à la métro» pôle que les objets qu'il ne leur convenait pas » de tirer d'ailleurs; qu'ainsi en leur permettant de » recevoir les produits étrangers, l'on ne faisait » guères que consacrer par un système légal, ce

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement