Page 32

32

nir à ces contrées y est déjà envoyé directement des ports de France , avec tant d'abondance, qu'ils n'offriraient qu'une perte considérable. Q u e l'on s'en rapporte aux Américains, ils n'ont pas de préjugés nationaux , et s'ils préfèrent s'en retourner sur lest que d'acheter nos marchandises , c'est qu'il leur est absolument impossible de faire autrement, chaque jour nous en donne la preuve. Dernièrement n'avons-nous pas vu deux bâtimens de cette nation se charger en plein de bouteilles vides, qu'ils ont achetées de nos domestiques à 5 f. le cent. Pareil chargement serait-il jamais venu à l'idée d'un de nos capitaines de navires ! et cependant cette singulière marchandise a donné un très-beau fret. Voilà en définitive les résultats que la Guadeloupe offre au commerce de la métropole. Et quel est le pays où la France trouvera un trafic aussi avantageux avec d'aussi faibles capitaux ! Et quelles marchandises la France aura-t-elle reçues en contrevaleurs? Sont-ce des espèces, qui augmentant la quantité du numéraire en circulation en diminuent la valeur? Non, mais une matière première dont les deux tiers ne peuvent être consommés sans passer par les établissemens industriels, et dont une grande partie sert à alimenter son commerce avec l'étranger. Si ce langage n'est pas conforme à celui que tiennent beaucoup de commerçans, et principalement ceux entendus lors de l'enquête, il ne repose cependant pas comme le leur, sur de simples

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement