Page 24

-

24 -

Il s'ensuit qu'il faudrait que cette surtaxe fût de

16

5o

pour établir un juste rapport; mais ne convient-il pas de laisser à nos produits une légère moyenne pour les préserver de la concurrence étrangère, et les 5 francs reconnus indispensables par la commission d'enquête pour leur assurer la préférence sontils de trop? Nous ne le pensons pas. A ce compte, 2 2 francs seraient donc la surtaxe dont il faudrait frapper les sucres des provenances étrangères introduits par bâtimens français. Les droits sur nos sucres étant de 2 2 francs 5 o cent, par quintal, ce serait donc à 4 4 francs 5 o cent, et le dixième qu'il faudrait imposer les sucres étrangers. Ce qui amènerait une diminution dans leurs droits actuels. Cette surtaxe arrêterait-elle la consommation du sucre en France, en ce sens que l'approvisonnement fourni par les Colonies étant épuisé, la différence de droits sur les sucres étrangers augmenterait le prix de cette denrée de manière à suspendre les achats des consommateurs -, en un mot, le sucre deviendrait-il à un prix tellement élevé que la consommation en serait arrêtée? Cela nous paraît impossible ; car nous venons de démontrer que les sucres étrangers, soit par la difrence de leur prix aux lieux de production , soit par leur qualité supérieure, soit par le moins de frais qu'occasionnent leur transport reviennent à 1 6 fr. 50 cent, de moins que ceux de nos Colonies et peu-

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement