Page 18

18

C'est ici l'occasion de relever une erreur grave commise lors de l'enquête dans l'appréciation de la qualité de nos sucres et qui apporte une bien grande différence dans le prix auquel on a cherché à les maintenir en France. Il est malheureusement trop vrai que nos sucres sont inférieurs, les raffineurs ne cessent de le répéter et de s'en plaindre (voir l'enquête). Les colons font tous leurs efforts pour en améliorer la qualité ; nul doute qu'ils n'y parviennent, si on continue à protéger leur industrie, et des essais de tous genres qui se font chaque jour en sont la preuve; mais jusqu'à présent, nos sucres sont inférieurs, et si la bonne ordinaire quatrième était la qualité moyenne à laquelle ils ressortissent, les raffineurs ne s'en plaindraient pas d'une manière aussi forte, puisque cette qualité rend au raffinage

et

4 3 pour cent de sucre première qualité, comme les sucres de Porto-Ricco, qu'ils reconnaissent être bien supérieurs aux nôtres. Et descendant cette moyenne d'une classe, et la mettant dans l'ordinaire quatrième, on obtiendrait plus exactement la véritable classification de nos sucres. Mais cette qualité valant 2 à 3 francs moins que la bonne ordinaire quatrième , il en résulte que nos sucres n'obtiendraient plus 3 o à 31 francs, mais bien 2 7 à 2 8 francs. En admettant même que nos sucres ressortisent dans la classification de bonne ordinaire quatrième, ils n'obtiendraient pas encore le prix donné à cette classification, et cela, parce que toutes les qualités ascendantes, à partir de la bonne ordinaire quatrième, ne

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement