Page 14

14

-

France. D'ailleurs les intérêts de tous les départe m e n s sont-ils les m ê m e s ? Et cette raison en a-t-elle l'ait exclure

quelques-uns de la représentation ?

L'éloignement !... Voilà le seul obtacle qu'on puisse nous objecter, mais encore n'est-il que spécieux. Si l'éloignement s'oppose à ce que les Colonies aient une représentation semblable à celle des départem e n s il faut leur en créer une particulière. Rien ne s'y oppose et la charte en disant que les Colonies seront régies par des lois particulières , l'a ordonné tacitement, car des lois ne peuvent être faites qu'après avoir été discutées en présence des représentans des parties intéressées, autrement ce seraient des lois imposées , et en France toute loi doit être discutée. C e sont des lois particulières qui doivent les régir, dira-t-on ; eh bien ! raison de plus pour appeler des colons à leur discussion, car c o m m e n t connaître ce que leurs besoins et leurs localités exigent., si l'on ne consulte pas les gens de ces localités, si l'on ne

s'éclaire pas de leurs connaissances spé-

ciales? Si des lois particulières doivent régir les Colonies , une représentation particulière est indispensable , c'en est la conséquence, et il est impossible de la leur refuser. L e principe une fois admis, rien n'est plus facile que de leur créer une représentation spéciale. Q u e l'on établisse, par exemple, que les Colonies auront u n tel n o m b r e de délégués, si on ne veut leur donner le titre de députés -, ces délégués formeront un commissariat, qui, c o m m e

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

De quelques questions relatives aux colonies françaises  

Auteur : Félix Patron / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement