Page 265

— 263 —

SEPTIÈME QUESTION Ce qu'il faut penser de l'idée de la confédération sucrière que la France poursuit depuis 1864, PAGE 135. A qui appartient l'initiative de l'idée, p. 136. — Enumération historique des conférences internationales, p. 137. — Le but des négociations défini par le ministre des affaires étrangères, ibid. — Le moyen est la corrélation; — ce qu'est la corrélation, p. 138. — La clause de réciprocité ou de circulation mutuelle, p. 139. — Différence d'appréciation dans la haute administration française quant à l'utilité d'une convention internationale, p. 140. — Pourquoi la convention récemment signée se trouve être inapplicable, p. 141. — Effet d'explosion produit dans le monde sucrier par la nouvelle convention, p. 142. — Attitude du comité central des fabricants de sucre, ibid. — Sur quoi porte particulièrement la dissidence, p. 143. — Le vrai mot de la situation est dans la révélation coïncidante de l'importance de la sucrerie allemande et russe, P . 144. — L'exercice de la raffinerie française est ce qu'il y a de plus réel dans la convention, p. 147.— Elle ne présente pas d'autres résultats appréciables, P . 149. — Si l'on veut réellement supprimer la prime de la raffinerie, il existe pour y arriver un moyen bien autrement efficace que celui proposé par la convention, p. 151. — Pourquoi la convention est finalement inacceptable, p. 154. — Moyen de contrainte que peut employer la France pour la suppression de la prime en Belgique et en Hollande, ibid.

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement