Page 222

220

DIXIÈME

QUESTION

consommation totale de la France étant, comme nous l'avons vu, de 240 millions de kilogrammes, il en résulte qu'un quart environ de sa population absorbe cette consommation moins 25 millions de kilogrammes qui, répartis entre les 26 millions d'habitants formant les trois autres quarts, ne leur donne pas un kilogramme par tête : — à peine de quoi sucrer leur tisane ! Si ces 26 millions de citoyens français pour lesquels le sucre est inaccessible à cause de son prix en consommaient autant que les 10 millions de têtes choisies, il en résulterait une augmentation de consommation de 534 millions de kilogrammes qui, joints aux 240 millions déjà entrés en compte, porteraient la consommation totale de la France à 774 millions de kilogrammes, — ce qui n'aurait absolument rien d'étonnant ; ce qui arrivera peu d'années après que le législateur français aura compris que le sucre n'est ni une matière première, ni une denrée de luxe destinée uniquement aux classes aisées. Quant au point de savoir quel effet a produit ou peut produire sur la consommation l'évolution industrielle accomplie dans la fabrication indigène et coloniale depuis la législation de 1860, il me paraît avoir été suffisamment élucidé lors de l'examen de la 8 question. J'ajouterai seulement ceci : c'est surtout pour la confiserie, les sirops et les confitures de ménage que s'emploient les sucres de premier jet ou poudres blanches, et cela pour une raison facile à comprendre : — comme les achats portent alors sur e

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement