Page 208

206

DIXIÈME

QUESTION

que l'on peut s'attendre à voir se produire au moindre accident atmosphérique. Dans son cours de chimie industrielle au Conservatoire des arts et métiers, M. A. Girard a exposé aux yeux de ses auditeurs une série de soucoupes contenant chacune la ration quotidienne des différents consommateurs de l'Europe. Il résulte de cette démonstration de visu que la ration d'un Anglais s'élevait à 70 grammes et celle d'un Français seulement à 24. La différence est certainement sensible, mais elle doit être au-dessous de la réalité, car en calculant sur une population de 33,047,405 (chiffre donné par le Journal des Fabricants de Sucre du 10 janvier de la présente année) et sur une consommation totale de 925,000,000 de kilogrammes, on trouve 77 grammes par jour ou 28 kilogrammes par an. Rien de tel pour faire son chemin dans le monde qu'une inanité façonnée en formule économique : c'est à qui voudra la placer... Quoi de mieux réussi en ce genre que la théorie des pays à boissons chaudes et des pays à boissons froides ! L'Angleterre consomme beaucoup de sucre parce que c'est un « pays à boissons chaudes, » la France consomme peu de sucre parce que c'est « un pays à boissons froides. » C'est frappant de simplicité et vous a un petit air docteur... Aussi que peut-on répondre à cela ? On peut répondre que c'est un simple mot et le prouver ; le prouver d'une manière convaincante pour les gens qui prennent la peine de raisonner. Est-ce que l'invention des « boissons chaudes » date

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement