Page 190

188

NEUVIÈME QUESTION

au point de vue de la raffinerie, soit à celui de l'industrie productrice indigène et coloniale ? . . . Au point de vue de la raffinerie il y a la question des déchets, ces fameux déchets et bas produits que le Délégué de Marseille a fait si alertement défiler devant M. Fould (Voir page 113) qui, malgré sa perspicacité, n'y a vu que du feu. C'est pour tenir compte en bloc et une fois pour toutes de ces déchets et bas produits que le petit écrit trèslibéral que je viens de citer propose un rendement uniforme de 96 % au raffinage, laissant ainsi une marge fixe de 4% pour les déchets. Comme le maximum du rendement actuel est 84, cette différence de 12 ménagée au Trésor est véritablement faite pour séduire. Il n'en faut pas moins repousser avec énergie toute idée d'un rendement qui soit autre que la parité. Quand écrira-t-on la vérité, si ce n'est aujourd'hui où elle parle, où elle crie chaque jour dans les faits ? La vérité, donc, la voici : Les prétendus déchets de la raffinerie sont la plus belle plume de son aile. Je défie qu'on puisse en douter après avoir lu cette lettre que je détache du Journal des fabricants de sucre du 13 septembre 1876 : Paris, 6 septembre 1876. MONSIEUR L E RÉDACTEUR,

Dans votre dernier numéro, vous établissez, sous le titre

d'Une

question indiscrète, le prix de revient des achats de sucres bruts faits

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement