Page 171

LE RÔLE DE LA RAFFINERIE

169

des chiffres produits est vraiment curieuse à étudier. Je n'en citerai que les deux extrêmes : en 1872, l'exportation des raffinés étant de 138 millions de kilogrammes, le cours des bruts est 68 francs ; en 1875, l'exportation des raffinés atteint 215 millions de kilogrammes et le prix des bruts descend à 54 francs. M. Georges ne donne pas de chiffres, mais il s'exprime en termes qu'il faut reproduire, car ils sont caractéristiques : Nous reconnaissons que, lorsque nous voulons combattre les primes à l'exportation des raffinés, on nous fait une situation étrange. Nous avons cru d'abord que les primes à la sortie des raffinés étaient le meilleur moyen pour écouler notre excédant ; actuellement nous en sommes revenus, et nous reconnaissons que ces primes, surtout depuis la surélévation des droits, ont amené des conséquences que nous n'avions pas prévues. L'importance des primes permet aux raffineurs français d'offrir en baisse sur leurs concurrents d'Angleterre, par exemple. Nos raffineurs ont compris l'usage avantageux qu'ils peuvent tirer de leur prime ; ils ont constamment accru leur exportation, en faisant habilement le sacrifice de leur prime pour offrir toujours les raffinés en baisse. Chaque fois que l'acheteur anglais a recherché le sucre brut, le raffiné français a été offert en baisse à Londres, et, comme le raffiné est le régulateur des cours, il en résulte la baisse sur toute la série des sucres bruts. Il ressort de ceci que le raffineur français domine tous les marchés et qu'en réalité nous n'avons plus qu'un acheteur. Le but que nous poursuivons est d'avoir la l i b r e concurrence entre les raffineurs

de France, de Hollande et d'Angle-

terre . 1

1

Voir procès-verbal de l'Enquête extra-parlementaire, page 13.

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement