Page 160

158

HUITIÈME

QUESTION

çaise ? M. Buffet, ministre du commerce en 1851, qui eut à subir l'assaut de ses prétentions, les a merveilleusement résumés dans un projet de loi humoristique en deux articles resté mémorable : « ART. 1 . — Tous les Français ne mangeront que du sucre raffiné. er

« ART. 2. — Les raffineurs français raffineront tout le sucre mangé en France . » 1

Cette plaisanterie a une portée plus profonde que ne supposait peut-être celui qui l'a lancée dans un moment d'agacement : elle est à la fois historique et contemporaine ; elle vise le passé comme le présent. On a pu voir dans le cours des chapitres précédents comment la domination de la raffinerie française s'appesantit sur l'ancienne production coloniale, à quel point elle fut tyrannique et surtout hautement avouée. Aujourd'hui, l'aspect extérieur est changé, le verbe est moins haut ; mais il n'en est pas moins vrai que ce sont les deux articles du projet-Buffet qui règnent et gouvernent dans notre régime des sucres. On va le voir. Après s'être beaucoup égayés sur le compte des poudres blanches qui avaient été imaginées « pour le besoin de la cause », c'est-à-dire pour mystifier l'empereur et le conseil d'Etat (V. p. 45 ), la raffinerie se voyant sérieusement menacée par le développement de cette production, s'est

1

Voir dans l'Enquête de 1862-63, page 430.

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement