Page 135

LE

GRAND

MARCHÉ

133

étranger; et aujourd'hui que cette insuffisance a plus que cessé, que la pénurie s'est changée en large surabondance, l'exportation de notre trop plein suffit à elle seule pour créer « le grand marché des sucres, » compatible avec la position de la France, qui n'est pas seulement raffinante et consommante mais qui est, de plus, puissamment saccharifère. — Ce sont les pays qui ne produisent pas qui se constituent en ports francs !.. Que si maintenant l'on veut avoir le résumé moral et en quelque sorte la philosophie de ce « grand marché » facticement créé, que l'on se reporte à la page 113, où l'on voit le ministre des finances françaises, M. Fould, envisager avec une sorte d'effroi la réussite de cette combinaison empirique, tandis que le représentant du département de la marine dans l'enquête, M. Zœppffel, directeur des colonies, témoigne n'y attacher aucun intérêt au point de vue du mouvement maritime.

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement