Page 127

LE

GRAND

125

MARCHE

si fraternel intérêt à la raffinerie ne deviendrait sérieusement discutable que si l'impôt subissait une assez forte réduction pour faire absorber par la consommation intérieure les 250 millions de kilogrammes surabondants de notre production nationale. Jusque-là, il est indispensable qu'ils s'en aillent par l'exportation, et on est d'autant plus fondé à le vouloir, qu'ils peuvent sortir aussi bien sous forme de bruts que sous celle de raffinés. C'est là, en effet, un complément de la rénovation qui s'est opérée depuis 1860, et qu'il ne faut pas perdre de vue : on sait qu'à cette époque le drawback, n'était pas acquis au sucre indigène, qui ne pouvait ainsi sortir sous forme de raffiné. Mais, ainsi qu'il a été dit plus haut, la législation de 1864 a fait disparaître cette différence de traitement en remplaçant le drawback par l'admission temporaire, et aujourd'hui « les sucres non raffinés de toute origine jouissent de la faculté de l'admission temporaire en franchise... » Le sucre indigène peut donc être exporté après raffinage avec les avantages attachés à ce genre d'opération, et il est, en effet, réexporté. Mais il faut qu'il lutte à la porte de sortie avec un courant moyen de 100 millions de kilogrammes de sucre étranger, qui prétendent aux mêmes avantages, et il n'a pas toujours le dessus dans cette poussée . 1

Voir au n° 15, du 5 mars 1877, du journal la Sucrerie indigène, un tableau dressé d'après les statistiques officielles, qui donne le mouvement des entrées du sucre étranger et de la sortie du sucre indigène raffiné. C'est à ce travail que j'ai emprunté le chiffre de 118 millions d'importation étrangère indiqué plus haut, ainsi que l'indication du mouvement de sortie. 1

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement