Page 117

LA

PRIME

115

prenne l'exportation de 1875 qui vient de nous servir de base et l'on aura l'énorme chiffre de 22,066,000 francs . On va voir que, malgré son énormité, ce chiffre n'a rien de trop déraisonnable. — M. Hittorff, dont le livre très-savant déjà cité peut être considéré comme un véritable plaidoyer en faveur de la raffinerie et dont la tendance manifeste est d'atténuer plutôt que d'exagérer le montant de la prime, la porte à 11,180,000 francs pour l'année 1872 avec 143,594,000 kilogrammes d'exportation; à 12,691,000 francs l'année suivante, dont il n'énonce pas d'exportation. Mais nous savons que cette exportation a été seulement de 153,090,000 kilogrammes ; tandis que nous venons de voir qu'en 1875 elle s'était élevée à 215,160,000 kilogrammes. En tenant compte de la différence et suivant la progression de M. Hittorff, nous arrivons à 17,865,000 francs . 1

2

Voyons d'autres autorités. — Dans l'enquête de 1872 , M. Ozenne, secrétaire général du ministère du commerce, discutant et contestant le chiffre de 20,000,000 de francs souvent énoncé alors, accepte celui de 12,000,000. Disons enfin, pour nous montrer à la fois impartial et complet, que dans la séance du 30 novembre de la réunion extra-parlementaire, M. Jacquemart, déjà cité, évaluant 3

Voir à la page 495 du premier volume de l'Enquête de 1872, les rapports et les feuilles de calcul des deux commissaires-enquêteurs. 1

2

Voir Hittorff, ouvrage cité, page 41.

3

Voir premier volume de l'Enquête, page 71.

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement