Page 104

102

CINQUIÈME

QUESTION

considèrent l'emploi comme préjudiciable à l'intérêt de leur industrie, on trouve dans l'enquête ouverte par la réunion extra-parlementaire de 1876 le caractéristique incident que voici : Le PRÉSIDENT, à M. Sommier, l'un des plus importants raffineurs de Paris, qui propose le dégrèvement comme solution : — « Mais la question de dégrèvement n'est pas la « seule : la prime à l'exportation dont vous jouissez fait « l'objet d'une autre question. » M. SOMMIER. — La prime n'existe pas... M. LARICHE. — Nous savons qu'il n'existe pas de prime officielle, mais vous êtes l'objet d'une prime officieuse Ainsi, prime que la diplomatie de quatre puissances de l'Europe ne trouve pas indigne de ses préoccupations et que l'industrie originaire déclare ruineuse pour elle; prime sinon officielle au moins officieuse ; enfin prime qui n'existe pas : tel est l'état de la question à élucider... 11 importe pour y arriver de commencer par le commencement, c'est-à-dire d'indiquer le mécanisme et de faire l'historique de la prime. — On en a vu l'origine dans le chapitre précédent : l'introduction dans nos ports d'une grande quantité de sucres bruts qui, après avoir été trans-

Procès-verbal de la séance du 23 novembre. La discussion n'est pas poussée plus loin sur ce point. 1

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag
Advertisement