Page 42

LA DÉPORTATION ECCLÉSIASTIQUE A LA GUYANE

275

chargées d e s malles s u i v e n t , et, an son du tambour, qui Çà ira, la c o l o n n e se dirige e n t r e d e u x haies de baïonnettes v e r s l'hôpital de la m a r i n e . Un cortège s e m blable y était préparé. Les deux groupes r é u n i s t r a v e r s e n t les chantiers, m o n t e n t dans des barques et gagnent la rade où la Charente (c'est le n o m du n a v i r e ) les a t t e n d . Cent quatre-vingt-deux d é p o r t é s gravissent l'es-

bat le

c a l i e r du b â t i m e n t , d é c l i n e n t

leur n o m à l ' e n t r é e et d e s -

c e n d e n t immédiatement

d a n s le d o r t o i r , c'est-à-dire d a n s l'entre-pont. Un des déportés a décrit d'une façon s a i s i s s a n t e la torture d e s premières heures passées à bord : « Ce local qui s ' é t e n d d e p u i s les c u i s i n e s jusqu'au grand mât, est de

trente pieds de large, s u r t r e n t e - s e p t de long, s u r quatre et d e m i de h a u t . . . . D a n s c e t t e hauteur, sont d e u x rangs de hamacs les u n s s u r les a u t r e s , s o u t e n u s de trois pieds en t r o i s pieds par de petites c o l o n n e s . S u r c e s c o l o n n e s sont de petites s o l i v e s de t r a v e r s e , p e r c é e s à 18 p o u c e s de

distance l ' u n e de l ' a u t r e , où l'on a passé des c o r d e s qui s u s p e n d e n t par les quatre c o i n s un m o r c e a u de grosse toile à bords f r o n c é s : c'est le h a m a c . L e j o u r ne pénètre j a m a i s d a n s cet a n t r e Au m i l i e u et aux extrémités, sont des baquets où n o u s s o m m e s f o r c é s d e vaquer à n o s b e s o i n s depuis six heures du soir jusqu'à sept heures du m a t i n . . . .

Quelle nuit ! grand Dieu, quelle nuit !.... nos h a m a c s m a l s u s p e n d u s se lâchent, et plusieurs t o m b e n t sur l ' e s t o m a c de l e u r s c a m a r a d e s ; d e s s o u p i r s , d e s cris étouffés r e d o u b l e n t nos m a l h e u r s , la mort est m o i n s affreuse ture

Avec

nous

avons

l ' a u r o r e , la c l o c h e n o u s appelle à déjeuner ; plus

besoin

d'air que d e nourriture,

allons respirer ! » 1

1 A.

Pitou,

que c e l l e t o r -

Voyage

à

Cayenne,

I, 6 7 - 7 0 .

nous

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Profile for scduag
Advertisement