Page 37

270

LIVRE CINQUIÈME

L'air y était à peine respirable. D e s bailles découvertes, que les détenus vidaient e u x - m ê m e s t o u t e s l e s vingt-quatre h e u r e s , entretenaient dans l'air une odeur infecte, et, sur le sol, comme un m a r a i s de pestilence. On a v a i t obtenu n o n pas du geôlier, mais de la municipalité, que, de huit heures du m a t i n à dix, u n e partie des prisonniers allât respirer le frais dans le jardin, et, l'autre partie, de dix heures à m i d i . Tous étaient à la ration marine qu'on apportait crue et qui s e r a i t restée telle si des personnes charitables de la ville ne se fussent

chargées

de

la

faire

cuire ; encore

restait-elle

mêlé de gravier pour boisson un peu d ' e a u

m a u v a i s e . L e p a i n n o i r était

extrêmement

qui cassait les dents.

Ils a v a i e n t

d e - v i e n o y é e d ' e a u . L e q u e les p r i s o n n i e r s v o u l a i e n t s e p r o -

curer en s u s leur était f o u r n i par le geôlier, on devine à quel prix. Quel r é g i m e pour c e s malheureux qui v e n a i e n t de f a i r e à t r a v e r s la France d e si p é n i b l e s étapes et p o u r qui le voyage avec

ses f a t i g u e s

avait

p r i s o n s OÙ ils a v a i e n t

L'hôpital de la pace,

tant

on

y

été

n'offrait

avait

accumulé

les

pas

beaucoup

d'es-

plus

d e p r i s o n n i e r s ; m a i s il

d e s lois r é v o l u t i o n n a i r e s , par d e s d e P a u l , qui d u r e s t e

sœurs de S a i n t - V i n c e n t

Quel

que

dur encore

passé !

marine

é t a i t d e s s e r v i , en d é p i t

leur sollicitude

moins

étendaient

s u r les d é t e n u s d e S a i n t - M a u r i c e .

m é l a n g e dans ces deux

prisons ! L e

barbet

du midi

y c o u d o y a i t le c h o u a n d e la M a y e n n e et d e s C ô t e s - d u - N o r d ; les

officiers

familles

l'ancienne armée s'y r e n c o n t r a i e n t a v e c cultivateurs que la t e r r e u r a v a i t c h a s s é s

de

de

des de

F r a n c e et que le D i r e c t o i r e t r a i t a i t e n é m i g r é s ; d e s h o m m e s

politiques, étaient salles, des

des

journalistes,

confondus au m i l i e u

femmes,

mamelle !

avec

des

d e tous

des jeunes

d'anciens voleurs

; dans

ces h o m m e s ,

filles

parlementaires y

et j u s q u ' à

un

ces

voyait

mêmes réunis

des enfants

à la

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Profile for scduag
Advertisement