Page 25

258

LIVRE QUATRIÈME

embuscade ; l e s gendarmes s e défendent à c o u p s de fusil ; l e prêtre est tué et c e l u i qui a v a i t d o n n é a s i l e est blessé (29 janvier 1798). A Pompignan, un a t t r o u p e m e n t e n l è v e un prêtre réfractaire, nommé A r n a v i l l e ; d a n s l ' A u d e , d a n s le T a r n , d a n s le Rhône, il s e p a s s e d e s f a i t s a n a l o g u e s . P o u r c e s arrestations difficiles, il est a c c o r d é aux gendarmes des gratifications. Une fois arrêté, le prêtre est c o n d u i t ou d e v a n t le j u g e de

paix

ou

bien

devant

l'administration

m u n i c i p a l e . O n lui fait s u b i r un, d e u x , t r o i s —

A-t-il

e x e r c é le c u l t e ? p u b l i q u e m e n t

a-t-il p r ê t é tel et

tel s e r m e n t ? o ù a-t-il

centrale

OU

interrogatoires. ? secrètement

logé

?

? chez qui ?

Pourquoi r e n t r é ? pourquoi déporté ? O n lui d e m a n d e même de quelle f a ç o n il a vécu et s'il s'est b i e n porté. — O n le réintègre en prison. L'interrogatoire est transmis au m i n i s t r e d e la police a v e c un projet d ' a r r ê t é . Pendant c e temps-là, le suspect écrit, pétitionne, parfois se justifie ; il p r o d u i t d e s c e r t i f i c a t s d e m é d e c i n O U plutôt, Car il n ' y a p l u s d e médecins, d'officier d e s a n t é : que d'infirmités ! L'autorité se montre incrédule, parfois a v e c r a i s o n , et se dispose à passer outre . C'est le m o m e n t a u s s i o ù d e s parents, d e s g r o u p e s d e 1

1 La loi du 23 avril 1793 e x e m p t a i t de la déportation les s e p t u a g é naires et les infirmes : Sotin avait reproduit cette disposition dans sa circulaire du 3 b r u m a i r e - 2 5 o c t o b r e 1797. Maïs ce n'était pas un motif absolu d ' e x e m p t i o n . — « Je vous o b s e r v e (sic), écrivait Duval à l ' a d ministration des Forêts (28 d é c e m b r e 1798) q u e l ' â g e ne doit point e m p ê c h e r la déportation à ceux qui ont troublé la tranquillité p u b l i q u e , pourvu toutefois q u e leurs infirmités n e s'opposent point à leur e m b a r q u e m e n t . » F 8 3 9 1 . — Quoi de plus facile à a l l é g u e r q u e c e p r é t e x t e de trouble apporté à la tranquillité publique ? On n ' e n v e r r a , il est vrai, a la G u y a n e , q u e n e u f déportés à g é s de plus de s o i x a n t e a n s ; m a i s , à l'Ile de Ré, il y en a u r a cent trente de c e t â g e , d i x - n e u f de plus de s o i x a n t e - d i x a n s , un de 83 ; à l'Ile d'Oléron, onze de plus de s o i x a n t e a n s . E n c o r e y a - t - i l n o m b r e de déportés dont n o u s ne c o n naissons p a s l ' â g e . — Cf. Pièces justificatives, IV, V, VI. 7

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Profile for scduag
Advertisement