Page 174

LE DIX-HUIT

407

BRUMAIRE

préparèrent au sacerdoce; dans les diocèses où il put s'établir des séminaires

(et ce

fut

une

lente et

laborieuse

reconstruction), plusieurs de ces confesseurs de la foi devinrent supérieurs ou directeurs

(Guillet

à

Chambéry,

Cholleton à Lyon, Dhière à Grenoble, Planchamp à Marsac, Tarn, etc.). — « Lorsque nous rencontrions M. Planchamp dans un corridor, me disait un curé de Paris, nous tombions à genoux; comme devant un martyr. » — Mgr de Maillé fut nommé, après le concordat, évêque de Renn e s ; la Restauration désigna M. Brumauld de Beauregard pour l'évêché d'Orléans : nous ne connaissons pas d'autres déportés qui aient été élevés à l'épiscopat. Certain terroriste, à qui l'un de ses anciens collègues rappelait plus tard le passé, lui répondait avec confusion: « Ce temps-là est fini, il n'en faut plus parler. » — Dans un autre sentiment, les prêtres rentrés de la déportation pensèrent de même : au lieu de raconter et de publier leurs souffrances, il prirent soin de s'en taire et de les cacher. A peine si quelques lettres, sollicitées, exigées peut-être par des évêques; à peine si quelques notes arrachées à leurs auteurs par les instances et les importunités de leurs amis ou de leur famille, témoignèrent qu'en un temps déjà éloigné, même après la grande Terreur, le clergé français en avait traversé une seconde,

presque aussi cruelle.

Les

victimes craignaient que le monde ne leur fît un mérite de ce qu'elles avaient enduré pour la foi et qu'il ne transformât en vaine renommée le précieux privilège dont elles s'humiliaient même devant Dieu.

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Profile for scduag
Advertisement