Page 12

LA P E R S É C U T I O N

RELIGIEUSE

245

midi, où les r é p u b l i c a i n s e n t r è r e n t d a n s la place. L e m a s s a c r e commença a l o r s et dura jusqu'à dix heures du soir. Le terrain, sur une étendue de trois l i e u e s e n t r e Tirlemont, Saint-Trond et Tongres, était jonché de m o r t s e t de m o u r a n t s . T o u t d ' a b o r d , on en é v a l u a le nombre à deux mille : Jardon, plus m o d é r é , p a r l e de sept à huit c e n t s . Il y eut b e a u c o u p de p r i s o n n i e r s . L e s Français p r i r e n t le t r é s o r des r é v o l t é s , l e u r a r t i l l e r i e , leurs b a g a g e s . Cette v i c t o i r e fut a n n o n c é e le s o i r m ê m e à Bruxelles à son de trompe et

à la lueur des torches. L e g é n é r a l M i c a s a d r e s s a au g é n é r a l Jardon s e s félicitations s u r le ton le plus enthousiaste. M a i s , non plus que les a u t r e s , cette d é r o u t e ne fut Trond, se jetant les u n s du côté de Louvain, les autres du côté de Tirlemont. L e s t r o u p e s françaises, marchant au

définitive.

de se f a i r e éclairer par les g e n s du pays, s u i v a i e n t a v e c p e i n e les t r a c e s des révoltés. Le 12 d é c e m b r e , un détachement parti d'Anvers les rencontra et les battit à Vilknivort (sic); « il les extermina, dit le r a p p o r t , et continue de poursuivre le reste. » Cette n a ï v e t é , échappée au g é n é r a l Colaud, e x p r i m e b i e n le caractère de c e l t e g u e r r e , toujours finie, toujours recommençant. On h a s a r d et n é g l i g e a n t

Levait L'étal de s i è g e ,

et L o u v a i n .

Bruxelles, A n v e r s et

d'autres v i l l e s é t a i e n t s i g n a l é e s c o m m e a y a n t b e s o i n d'être contenues par la f o r c e a n n é e . —« Envoyez copie de ce r a p port au ministre de la guerre, écrit Reubell impatienté, p o u r qu'il d o n n e d e s o r d r e s si p r é c i s qu'on n'entende pins parler des Deux-Nèthes et de la Campine. En vérité, on dirait qu'on n'en veut pas finir. »

Reubell n'était pas seul à se plaindre. L e s administrations centrales faisaie faut

de t r o u p e s , tantôt les e x c è s dont elles déshonoraient

leur p a s s a g e , la hardiesse des « b r i g a n d s », La propagation

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Profile for scduag
Advertisement