Page 11

244

LIVRE QUATRIÈME

Diest (13 novembre). Ils étaient trois à quatre mille, bien a r m é s et d a n s un certain o r d r e militaire. L a g a r n i s o n sortit, mais ne put empêcher les assaillants d'y pénétrer. On p r o j e t a d e les y cerner : de Bruxelles, de L o u v a i n , de Tirlemont, de Mayence, les c o l o n n e s arrivent et se concentrent s o u s les m u r s de Diest : « a u c u n individu n e peut

s'en échapper. » Cependant, c e s g e n s si rigou-

reusement enveloppés purent jeter un pont s u r la Demer et s ' é v a d e r de la ville. Béguignot prétend q u ' i l s

perdirent

cinq cents h o m m e s dans l'évacuation ; d'après des rapports civils, c e t t e é v a c u a t i o n s e fit si p a c i f i q u e m e n t , que le général Chabert, commandant de la Meuse-Inférieure, fut destitué et passa plus tard en conseil de guerre, sous prévention d'avoir favorisé ou tout au m o i n s de n'avoir pas empêché cette évasion1. L e s républicains rentrèrent dans Diest, levèrent d e s contributions, prirent des ôtages qu'ils e x p é d i è r e n t à Bruxelles, a r r ê t è r e n t près de cent cinquante prêtres.

« Les colonnes

mobiles,

ajoute

le r a p p o r t ,

se

sont portées sur différents points de la Campine afin d'y a t t e i n d r e les r é v o l t é s

d a n s les n o u v e a u x

p o s t e s q u ' i l s se

s o n t c h o i s i s 1. » M a l g r é le d é s o r d r e d e L'évacuation et l ' a r d e u r

avec

la-

quelle ils é t a i e n t p o u r s u i v i s , les révoltés purent s'emparer d'Hasselt et osèrent même envoyer à L o u v a i n au général Jardon

deux trompettes a v e c un cartel d'échange de p r i -

sonniers.

C'était le 5 décembre 1798. Le g é n é r a l les attaqua à heures du m a t i n ; le c o m b a t d u r a a v e c « un acharnement s a n s e x e m p l e » jusqu'à quatre h e u r e s de l ' a p r è s -

dix

1 Il reconnaît aussi q u e le s é j o u r des « b r i g a n d s » à Diest « n ' a été m a r q u é p a r a u c u n e x c è s soit envers les h a b i t a n t s soit envers les f o n c tionnaires ou les prisonniers français ; l'arbre de la liberté e s t m ê m e resté i n t a c t . » Le général Chabert fut a c q u i t t é .

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

La terreur sous le directoire  

Auteur : Victor Pierre / Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universit...

Profile for scduag
Advertisement