Page 1


avant - propos Nous avons choisi d'introduire ce nouveau dossier par une synthèse du peu que nous pouvons réellement connaftre quant aux origines de grande civilisation andine.

la

C'est rendre un juste hommage à une archéo-

logie encore balbutiante qui,

s'efforçant manifestement d'arracher son

regard du marais ethnocentrique et pseudo-scientifique traditionnel, est à présent capable de se concentrer sur l'évident très grand âge de l'Homme des Andes: dépasser le mythe éculé de 12° siècle,

étudier sérieusement

l"'empire Inca"(!) de ce

les 50 000 ans qui, d'ores et déjà,

s'offrent à nos moyens modernes d'investigation, surer l'ampleur de toutes est totalement

et, surtout, bien me-

les données tout à fait patentes qu'il nous

impossible d'appréhender,

tant elles semblent bien re-

monter à la nuit des temps -et quels "Temps"? vient ensuite une grande révélation, et ressentie en écoutant Luzmila Carpio, Aymara;

celle que nous avons reçue Quechua,

,

faute de ne pouvoir vous restituer la voix extraordinaire, le

"chant cosmique" de Luzmila, nous vous rapportons dont

et Mario Gutierrez

les propos de Mario

la profondeur et l'authenticité ne seront sans doute pas sans

vous rappeler ceux de notre ami Innu,

Gilbert Pilot.

Le discours est

ponctué d'encarts illustratifs ou complémentaires, parmi lesquels

le

précieux témoignage d'Eduardo Condé. Puissiez-vous,au terme de votre lecture, titudes, de

l'espoir et de

partager un peu des cer-

l'enthousiasme qui nous ont aidés à réali-

ser ce travail. M. C.

,....--_ _ _ _ _ SOMMAIRE _ _ __ ~O~R~I~G~I~N~E~S~A~N~D~I~N~E~S~,~A~N~D~E~S~D-E~S~O~R~I~G~I~N~E~S

PAGES:

............................

3

(VOICI MON PEUPLE)/Mario Gutierrez . . . . . . . . .

10

-Notre C o n d o r . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

11

le grand univers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

13

-Notre Mère la Terre . . . . . . . . . • • . • . • . . • . • . • • • . • . . . . . . . .

15

"KAY JINA LLAJTAYKU"

-Tajpacha,

-Une grande idée sociale,

l'Ayllu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

-Les jardins du grand Tawantinsuyu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

24

-Puis vinrent les barbares . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

26

du Magique au malheur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

28

-Potosi,

-L'ordre métis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 -La Résistance Indienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

-Perpétuer Aru Amunya . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

35

MARK BANKS EN BRETAGNE.......................................... 40 CREATION D'UN RESEAU DE SOLIDARITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 EN B R E F . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

44

ABONNEMENTS ET COMMANDES........................................

45


NITASSINAN N°7 (2 0 trimestre 1986) Publication trimestrielle du C.S.I.A.: Comité de Soutien aux Indiel des Amériques. Adresse: C.S.I.A.jB.P. 110-08 75363 PARIS cedex 08 Directeur de Publication: Marcel Canton Dépôt légal: 2

a

trimestre - N° ISSN: 0758-6000

N° Commission paritaire: 666 59 Rédaction - composition: Micheline Amoré,Stéphane Bozellec,Marcel Canton,Josiane Delépine, Catherine Friday,Patricia Lejoncour,Françoise Perron,Agnès Pinaud, Agnès Prézeau,Didier Weinberg. imprimerie: Edit

71

22,rue d'Annam Paris 20°

., •

.. ....

.....

-.~

.. ~•.:..

~I::.....

-

---

,.

...

-

...-

• /':-

...

:""-'--'

-

..........., \ ..

~ •. ~.a.-.t.----~ ~ .

_. ,

_.. -«. • .,.-...-

.... ..,.-

---~- .

.

- --

.

_

,

..... 11'.

~"

y

f

nNITASSINANn, POURQUOI CE TITRE?

"NISHASTINAN NITASSINAN,,/nNOTRE TERRE,NOUS L'AIMONS ET NOUS Y TENONS". Ces paroles INNU (Labrador) le sens des

expriment parfaitement la philosophie et

luttes que doivent mener les Peuples Indiens des Amériques.

Que notre titre ait emprunté à cette langue le concept fondamental de Terre Mère est également dû au fait

que le Peuple Innu est

le dernier

grand Peuple nomade à avoir subi le choc physique du colonialisme dur, c'est à dire à s'être vu confronté,assez récemment,à la misère et à

la

dissolution culturelle qu'implique inexorablement la vie sédentaire des réserves.

(cf.

Nitassinan n02,consacré au peuple Innu)

* -Association Loi 1901 (à but non lucratif), le C.S.I.A. édite une revue trimestrielle totalement auto-financée: NITASSINAN ne paraft que PAR et POUR ses lecteurs.

3


oc.tobJ[~

un 12 Les

ét~ange~s

~es

bienvenus et

p~it.

I~s

~'o~igine

vait se

qui sont venus

i~s

La situation

mondia~e

actue~Le.

que~que

-nous pensons

bateaux

octob~eJun

~angue

toujou~s

que

fo~t

a~iénés

~es

~es

p~us

ga~dé une g~ande spi~itua~itéJceux qui p~ése~vent maté~ie~~e

n'étant que de

pauv~es

de

not~e

mauvais

"découve~ts" pa~

et étaient hommes

sièc~esJétaient

y a 5

hommes qui se

pa~

état d'es -

jou~

Les Indiens savaient

chose ... et iLs ont été

~eu~

i~

p~ofité

ont vite

12

ne connaissaient pas e~~es

~eçus;

g~os

vend~edi

passe~

a~~ivés

bien

~eu~s

un

sont de

fu~ent

su~

qui est à qu'i~

de -

des gens qui

~es

~ichesses maté~i­

~iches

sont ceux qui ont

à tout p~ix ~eu~ ~ichesse

t~ompent-.

12 OCTOBRE: JOUR DE DEUIL Boletin Chitakolla - Pedro Portugal - Octobre 1983 Le résultat objectif de la "découverte de l'Amérique" fut la mort de millions d'Indiens de ce continent, le pillage de leurs villes, la destruction de leurs cultures et l'implantation d'un système religieux et politique opprimant et aliénant. "Grâce" à l'invasion espagnole, l'humanité s'est privée des supports des civilisations de ce continent, de leurs connaissances astronomiques, agricoles, mathématiques, et la "civilisation occidentale et chrétienne" peut arborer le douteux privilège de l'ethnocide et du génocide. C'est là le véritable sens du 12 octobre 1492, le sens qui reste dans la mémoire historique des peuples envahis, dans la mémoire de chacun de ses membres, dans la mémoire de 80~ de la population de ce pays la Bolivie. La conséquence de l'invasion européenne fut l'établissement sur le continent américain d'une situation coloniale qui n'est pas encore résolue. L'Amérique fut le premier continent envahi par l'expansionnisme occidental (ensuite ce furent l'Afrique, l'Asie, l'Océanie ... ) et c'est l'unique continent sur lequel ne se produisit pas de décolonisation, c'est à dire de libération nationale des populations autochtones. Le cas des Amériques est, en ce sens, similaire à celui de l'Afrique du Sud actuellement ou de l'Algérie avant son indépendance : ce furent les créoles, les descendants des colons qui entrèrent en conflit avec la patrie de leurs ancêtres. Dans le cas de l'Afrique du Sud et des Amériques, les créoles ont réussi à obtenir une indépendance au détriment de la population aborigène. La libération nationale est trahie et une fiction d'Etat National s'est créée, basée sur les privilèges raciaux, culturels et économiques d'une minorité dominante. Dans le cas de l'Algérie, la population locale fit échouer ce projet et réussit une véritable libération nationale, les colons, app~ lés "Pieds Noirs" se trouvèrent dans l'aternative de vivre dans un pays dirigé cette fois par ses ex-opprimés ou revenir dans la patrie de leurs parents, la France. Si nous nous situons dans ce contexte historique mondial, nous pouvons affirmer que l'affrontement qui prit sa source le 12 octobre, entre la culture et la civilisation occidentales (colonisatrices) et les cultures et civilisation~ des peuples aborigènes des Amériques, n'est pas terminé sur ce continent, du moins dans les pays où existent encore des populations indigènes (ce qui n'est plus le cas pour l'Uruguay et certains

pays des Caraibes). Il n'y eut pas de libération nationale indienne et aujourd'hui sont encore f 2 ce à face deux peuples différents, deux cultures différentes, deux conceptions différentes de la vie et de la société. L'invasion n'est pas encore terminée, la lutte de libération continue. On pourrait objecter que cet affrontement n'est pas tel car i l appartient au passé. Dans le présent s'est constitué le métissage comme élément synthèse et comme réalité nouvelle. Cet argument est mauvais comme nous le montrerons plus bas ; pour le moment, nous voulons constater sa simil~ tude avec les arguments produits par les pouvoirs coloniaux dans d'autres situations historiques de conflits entre peuples. Il s'agit de nier l'existence d'un peuple pour nier simplement la validité de sa lutte, il s'agit de le faire disparaître en prétextant la naissance d' un peuple nouveau, différent, métis. En réalité ce "peuple" n'est rien de nouveau ni de différent mais simplement la partie du peuple qui est assimilée par l'envahisseur, qui adopte ses mythes, copie ses attitudes. Ensuite s'est passée la même chose avec le terme "campesino" (paysans) qui fut utilisé pour l'identité des peuples. Les français traitaient de "paysans" les algériens pendant la guerre d'indépendance et actuellement les israéliens traitent de "paysans" les palestiniens des territoires occupés. En ce sens toutes les festivités du 12 octobre ont une odeur de fêtes coloniales, ce qui est démontré par le fait, connu de tout bolivien, que les premiers intéressés par cet anniversaire sont les colonies espagnoles et italiennes. (Ce sont elles-mêmes qui se sont attribuées le nom 2


ORIGINES ANDINES, ANDES DES ORIGINES Marce~

Canton

éléments d'une jeune archéologie à portée limitée __ _ ~a

La grande civiLisation andine n'échappe bien sûr pas à tout comme pour du

co~onisateur

décuLpabi~iser

thique.

~es

peup~es

~e

obsédé par a recours,

p~us

besoin de

~c~

auss~,

~'Inca

déchu.

p~ait

c'est que

qu'i~

effraie.

Cette indianité,

L'Indien, si

cu~tureLLement,

~e

dans

~ 'éc~at

La vérité est

ai~Leurs

car,

andines dont

eL~e

voir ne fut

bien pLus qu'un Mais ce~ui

~e

caricatura~e

par~er

p~us

ce~ui

autres,

n'est

Le

ambivaLence fantasmatifascine autant

de son Pérou doré.

L'Inca L'est Si

~e

"Peau-

'Inca est un "barbare sacrifi(;atéur". La civiLisation Inca est tout à La

que

que ce qu'on a

L'essence même des cuLtures

"empire tyrannique" gorgé d'or.

déc~arer

que,

souvent posé en a priori est certaineque

depuis

à

~es

Peup~es

de ce fait,

et ne sont

co~onisateurs

argument ne tient

et my-

qu'un aboutissement reLativement bref et tar-

fabu~eux

qui consiste à

que des

~es

que ce qu'on veut y voir -

tout premier argument

ture à proprement

inévitab~e

: bien /noins

toutes récentes migrations,

-

~

en fait,

p~us

bien moins et bien

vouLu nous y faire

comme toutes

fantastique

sca~peur",

b~ige

dénégation

"Peau-Rouge" est physiquement mythifié,

"sauvage

ment

~a

créature diaboLique et crueLLe,

Rouge" est un

dif;

justifier son génocide et de se

communément à entretenir autour du my-

souvent perçue qu'à travers une

que;

fois

à

pseudo-historique

L'indianité des Andes a en effet son stéréotype réducteur,

qu'aujourd'hui encore on se the de

~'oei~

d'Amérique du Nord,

règ~e

~eur

~ongtemps.

résu~tent

iLs ne possèdent pas de

fina~ement

tour,

Indiens

-

fata~ité

et justement

historique

co~onisés.

de cu~­ 0-

Cet


, 1

EQUAT~UR

1

,.'1

1

"

, 1

1

130LIVIE

1

SIL

"

,,

.

,'. ,, , ,

·

,, •• 1

~'

.... ......... '\ ... -' ..... 'i ,.

"

, \ \

• Huancayo

\

..,

Ayacucho

CIVILISATIONS

.-

Tiahyan acO ,

.

r

'. "

COTIERES


des chiffres faux, une vraie Nos "meilleurs spécialistes" l'affirmèrent longtemps, de façon aussi catégorique que forcément arbitraire et donc peu honnête : les peuples Amérindiens, n'ayant derrière eux qu'une courte antiquité - cinq millénaires tout au plus - ne peuvent revendiquer le label de "civilisation". Pourtant, depui.s maintenant vi.ngt ans, cet argument fallacieux ne tient plus et ne peut plus alimenter aucune polémique sérieuse. C'est en effet dans les années 60 que, sur le site de Calico près de Los Angeles, on découvrit des éléments d'outillage

préhistorique~

pré.

his. loi.

re

d'une portée scienti.fi.que déter-

minante ; extraits de couches sédimentaires du pléistocène, ils prouvent de façon i.rréfutable que l'expéri.ence humaine des Améri.ques a pour le moins 50 000 ans ! Cela recule d'autant la fameuse hypothèse de la mi.grati.on asiati.que par le détroi.t de Béri.ng ; hypothèse d'ai lIeurs aussi. extravagante que plausible, pui.squ' elle attribue un "voyage" de 20 000 km apparemment sans rai.son à des populations mongoliques éparses qui auraient tourné le dos aux perspectives accuei.llantes de l'Asi.e du sud pour abouti.r, après ri.vières, forêts,

lacs et plaines verdoyantes, au désert ingrat de la

Terre de feu ... Ce qui. est certai.n, en ce qui. concerne le peuplement andin - et sans perdre de vue le fai.t que de nouvelles découvertes archéologiques sont toujours possi.bles - c'est qU'il remonte pour le moins à 25 000 ans dans les zones de plateaux et à 10000 dans les zones basses. Voi.là qui. battit en brèche les thèses européo-centriques tenaces et parti sannes. L'homme préhistori.que américain, ancêtre de l'''Indi.en'', évolua finalement de façon banale, de l'''âge de pi erre" à de grandes cul tures élaborées, en passant par les stades successi.fs de cueillette et de chasse, de protoagri.culture et d'agriculture calculée. L'apparition du maïs se conjugant à une sédentarisati.on précoce fut le facteur détermi.nant à partir duquel se produi.sit rapi.dement une grande et vaste éclosion culturelle, tant économique, que spirituelle, artistique et

bien avant l'ère inca,

soci o-poli ti que.

de ccchavin en chirnu» La grandeur de la civilisation andine s'est affirmée très tôt dans l'histoire de l'expérience humaine et remonte à une époque bien antérieure à celle des Incas. Si l'indianité militante se réfère toujours à cette dernière,c'est cependant de façon fort justifiée,puisqu'elle s'impose par son amplitude géographique époustouflante et et par l'importance des chroniques qui en furent tirées. Mais il ne faut pas perdre de vue qu'elle ne fut qu'une cristallisation réussie d'un riche creuset de cultures étonnamment précoces. Né de rien,cet "empire" Inca n'aurait pu, en 3 siècles seulement,s'étendre sur ses 5 000 km! Née très tôt et très tôt florissante,cette civilisation a par conséquent la grandeur de celles qui débordent de nos manuels classiques de préhistoire. 5


brillant aboutissement, La plus ancienne culture andine qui soit aujourd'hui relatée de façon cohérente et consistante par cette archéologie dont les découvertes sont quasiment quotidiennes, est la culture de CHAVIN. Pr~-incalque,cette

culture n'est absolument pas une pré-culture; ses

productions,ses manifestations lui confèrent déjà une grandeur toute spécifique. De plus,il est admis aujourd'hui qu'elle

est bel et bien

cha. vin

l'aboutissement d'une longue évolution culturelle; la preuve en est son art, qualifiable de "flamboyant"; c'est tout autant l'étonnement et l'intérêt que suscitent immanquablement le temple de El Castillo -qui est la réalisation architecturale la plus imposante de tout le continent-,les bas-reliefs,les sculptures,les monolithes gravés ou les céramiques finement décorées. L'influence de cette culture fut déjà très large,allant de la bande côtière à des franges amazoniennes. C'est une figure de félin anthropomorphisé,généralement placée au centre des ensembles décoratifs,qui semblerait bien avoir été le support symbolique andin essentiel de la puissance universelle et génératrice de toute vie. Ce "culte" du félin fut certainement le premier agent d'unification,le premier axe d'une vaste identifica tion commune. Mais toute grande culture a son déclin et ses relais; la culture de Chavin perdra son influence au cours du 5°siècle av. J.C. Faute de matériaux écrits, les chroniqueurs Incas et espagnols, n'ont pu rendre compte de cette grande culture originelle qui donne toute sa vraie mesure à la civilisation andine.

le relais

Inochica

La prédominance culturelle qui ,sans rupture aucune,prendra le relais de la grandeur Chavin,sera celle des Mochicas.Autre ère de prospérité,plus brillante encore,quoique géographiquement moins étendue;celle d'une culture qui dut avant toute chose se donner courageusement les moyens économiques de sa subsistance sur une des terres les plus arides: collecte,canalisation et distribution des eaux;enrichissement du ~sol

par transport de guano sur des embarcations de joncs ou de balsa.

les zones cultivables sont ainsi considérablement agrandies et entretenues.Ce labeur et cette ingéniosité assureront une prospérité comparable en bien des points à tels Edens méditerranéens que la guerre oubli ai t. .. La vie quotidienne dans toutes ses composantes et avec toute sa sérénité se trouve contenue,exposée,directement lisible,dans une production artistique débridée qui impressionne tant par sa quantité que par sa richesse.Une culture qui s'épanouit est une culture qui s'é tend;les moyens de communication et d'échanges se développent:courriers(chasquis) ,messages à mémoriser,écritures idéographiques ... Dès lors,les vallées sortent de leur isolement jusqu'à donner lieu à une entité quasiment fédérale avec limites et places fortes.C'est vers 800 de notre ère que la douceur de vivre Mochica se voit bousculée,mise entre parenthèses pour 3 siècles. 6


liahuanaco,

le haulberceau

a

Il fallut reculer,s'effacer devant la puissante vague Aymara tombée des toits andins de Tihuanaco ou de Huari (Ayacucho); domination politico-religieuse soudaine,brève,toute d'expansion,mal connue aujourd'hui encore et dont le plus inexpliqué est un déclin rapide et radical; les thèses apportées par la tradition orale faisant état de la colère du "dieu" Wuira-Cocha qui aurait administré aux hommes un châtiment sous forme de "pluie de feu",on peut s'autoriser à imaginer un cataclysme ou une énorme éruption

vo~canique

... Que l'on connaisse

encore mal l'histoire,les origines et les spécificités de cette culture ne doit pas nous amener à n'en retenir qu'un stéréotype militaire et conquérant. L'impact mythique de Wuira-Cocha semble avoir été

y

rn

a

r a

extrêmement profond,à la mesure certes du sentiment que provoque im manquablement la présence de ces fameux mégalithes sculptés qui sont tout aussi impressionnants que ceux de l'lIe de Pâques. Ainsi,assez paradoxalement,c'est par ses mystères et ses inconnues que la grande culture Aymara de Tihuanaco peut prétendre être née en de lointaines origines et donner à l'Altiplano valeur de berceau de la civilisation

~ .-

(3

- - -, .-

un fort mais bref regain dinfluence?

7


petite

nazca,

grands mys. tères ...

La 'cul ture de Nazca, peu étendue. enti. té étonnamment spécifique, est

d'abord un des faits prouvant que les différentes influences et hégémonies marquantes ne tinrent jamais de la conquête toute militaire ou de l'ethnocide. C'est aussi. un petit foyer culturel dont la prospérité fondée sur une organisation sociale avec équipements collectifs est à la fois remarquable et précoce,puisque l'archéologie lui accorde sans peine une existence remontant à

8000

ans av.J.C •

C'est enfin,et ce ,outre la qualité de ses techniques de vie économique et sociale, le petit lieu d'un très grand point d'interrogation: Il faut bien s'y résoudre, la "petite Nazca" élabora d'immenses cités et regroupa une importante population dont le passé corn porte d'impressionnants mystères faisant remonter le destin andin à des temps immémoriaux et,surtout,le liant inévitablement aux origines même de l'aventure humaine ••. Réseaux de lignes parallèles, parfaitement drOites,dessinées au sol sur des dizaines de kilomè tres et ne pouvant guère être conçues et perçues que du ciel;vas tes effigies animales révélées par buttes et alignement de pierres blanches;plates-formes artificielles colossales et monolithes de plus de 10 tonnes •.• C'est là,dans le sable,palpable,immense et immensément présent et 10intain,défiant toute investigation archéo logique issue de notre monde mOderne,et ridiculisant les détrac teurs appliqués des cultures amérindiennes. La grandeur de ces sites,grandeur conférée par l'âge mais aussi par l'ampleur des hypothèses suscitées,ne peut qu'être associée à celle de Tiahuanaco,d'où la tradition orale ancestrale voit se développer toute la civilisation andine.

chirnu, résurgence? Vers 1200 -notre Moyen-Age!- l'influence unificatrice Aymara de Tiahuanaco s'atténue,relayée par une résurgence bien marquée de la culture Mochica à travers celle dite de Chimu. Cette entité socio-politique s'étendra de Tumbez à Lima,donnant encore une preuve de la grande stabilité culturelle qui caractérise la vie andine . Infrastructures de communication et d'adduction d'eau sont encore améliorées; la sci.ence agraire,architecturale et artisanale est portée à son plus haut point, si bien que la population se développe jusqu'à créer d'i.mposantes cités -celle de Chanchan est la plus importante-. Structures sociales harmonieuses,basées SUr la vie communautaire, et recherche de tous les raffinements assurent une prospérité dont le beau temple de Pachacamac n'est plus,aujourd'hui qu'une manifestation figée. L'ère incaIque n'aura qu'à parfaire cette vaste osmose qui regroupait 18 vallées-jardins reliées par routes et par mer et qui comptait sans doute plus de 10 millions d'hommes à l'existence pour le moins bien assurée. 8


el la vasle harmonie p~écède,

Tout ce qui to~t

La

à quiconque se compLait à

fo~mation

gLo~ieux su~

de

-i

Charcas

moeu~s

~Pachacutec

Toutes

et Topa Inca

sont

E:=:::::I1463 - 1471

o

1t.++-+;ITopac Inca 1471-1493

1;:\i·:r;J Huayna Capac 1493-1525 -.f

d'o~d~e

débouchant

conc~étise~

n'a pu se

que

pa~ce

~éussi

o~igines

qu'eLLe était

d'une t~ès

t~ès

Longue

anciennes . p~éexistaient

en pLace, qu'eLLes soient

économique

tique ou pLus

p~ocessus

st~uctu~ée,aux

Les composantes qui

~2stées

dans

fo~midabLe

Cette

ext~~mement

~apidement

voi~

d'une société à gou -

exempLai~es,

évoLution aux pachacutec 1438-1463

miLitai~e

totatitai~e.

L'aboutissement •

L'état Inca un

conqu~te

confédé~ation

aussi

Chili

de

L'o~ganisation

ve~nement

· Jt;) 0

évidemment, donne

(L'ayLLu)ou

géné~aLement

Linguis-

cuLtu~eL.Un

r ,

g~and

éLan mysthique (Manco-Capac venu

de Tiahuanaco)fut so~ti~

qui fit

vaLLées de Lement.

Les

Leu~

L'éLément

déte~minant

INCA

iso-

Tout était

en pLace

pou~

cette

ha~monisa-

immense

tion basée

su~

des

fondements autant éthiques qu'économiques, à teL point qu'iL faut ~e~

p~éfé­

te~me

au

d'uni-

fication ceLui de p~ise

de conscien-

ce coLLective.Notons enfin que ce fabuLeux ~outie~

~éseau

devint vi-

te une aubaine pou~

Le

conqué~ant!

CARTE DES ROUTES ANDINES SOUS L'ERE INCA

9


o

0

«KAV dlNA LLAdTAVKU»

noire Condor

Dans le monde des Andes,depuis tpès longtemps et selon nos gpands-pèpes, nous entpetenons une ppofonde pelation avec ce gpand oiseau qu'est le Condop. Poup nous,il incapne l'Esppit de la Sagesse. On a toujoups pegapdé

comm~nt

il

vivait et,aujoupd'hui,comment il essaie de supvivpe. Il ne commet pas d'ep peups comme nous,les humains. Et dans notpe Espace,dans notpe Monde spipituel, nous avons besoin de sa ppésence pouP paplep à l'Esppit de la Teppe et pouP nous en apppochep. C'est ainsi que depuis tpès tpès longtemps -je ne sais pas depuis quand- nous sommes ceptai-ns qu'i l va se passep de gpandes choses dans ceptaines pégions des Hauts Plateaux en Bolivie. Là-bas,la vie est tellement diffépente ... Moi qui ai déjà pas mat voyagé,je n'ai jamais pencontpé un en dpoit qui soit compapabLe à ces montagnes que je gapde

dans mon coeup et dans

mon esppit. Là-bas,on a l'imppession de pouvoip dipe bonjoup à l'Esppit de La Teppe,esppit féminin qui est notpe Mèpe. Nous,les hommes avons besoin de cep taines pouP pouvoip nous adpessep à eLLe; c'est pouP cela qu'à une ceptaine époque bien ppécise de t'année ceptaines communautés indiennes opganisent un 10

pite;


Comme toujours,La paroLe La pLus importante va être ceLLe des Anciens et des Anciennes; ce sont eux qui vont nous montrer Le chemin à suivre. Ils choisissent un ou deux Indiens à qui ils disent:"Ecoutez bien,vous allez devoir réaLiser un travaiL très important;voici le costume que vous porterez." Pendant quelques jours ces deux Indiens vont se soumettre à une purification physique et spirituelle: manger un minimum,ou sans sel,ou sans viande,ou sans piments. Puis iLs partent vers La colline ou la montagne,là où ils savent déjà qu'ils rencontreront le grand seigneur des altitudes,maitre de toutes les géométries,le Condor.Ils y resteront un jour entier, parfois deux,mais le Condor finit toujours par venir. Dans les Andes,un Condor n'est jamais vraiment seuL,il y a toujours deux frères derrière lui.

Et comme ces Indiens sont ve -

nus avec queLque chose qui l'attire,qui l'intéresse,comme ils sont bien ca chés derrière un rocher, le Condor va s'approcher ... et ces deux Indiens élus vont l'attraper; expérience teLlement spirituelle! Si le Condor s'échappe, alors ceLa veut dire beaucoupj s'il est attrapé,cela signifie aussi beaucoup,

beaucoup de choses. La plupart du temps,il est attrapé.

Seigneur des aLtitudes, mattre de toutes Les Des femmes indiennes,parfois durant toute l'année,ont tissé la couverture avec laquelle le Condor va être couvert,puis amené dans le petit village au sein même de

l~

communauté. Là,à 3600-3800 m d'altitude,tout le monde

attend, prêt à lui souhaiter la bienvenue; quand il arrive, c'est un grand moment de spiritualité que je n'ai jamais vécu ailleurs. Il entre dans le village; tout le monde le regarde.

Il a le bec entrouvert et nous contemple ...

-dans ses yeux,on peut remarquer une autre façon de regarder, incomparable au regard humain,bien plus haute,bien supérieure;il s'y trouve de la dignité,de la pureté- C'est ainsi qu'il s'approche.

Tout est prêt. L'Indienne la plus â-

gée l'aborde avec,dans ses jupons,ce qu'on a cuit pour lui:pommes de terre, mais ou fèves. cette année on

Elle lui dit: "Condor,goûte ça,c'est notre dernière récolte

j

bien travaillé la terre et c'est une bonne récolte,grâce à toi

et grâce aux esprits qui habitent ici,dans notre Mère. " Le Condor va goûter; chacun se tait. Puis l'Ancien,le plus vieux grand-père,s'approche à son tour. "Tiens,goûte notre boisson! -auparavant,il en a donné quelques gouites à la Terre-" puis il

b~ira

ce qui reste en disant:"Pour notre Mère la Terre,pour

toi,Condor,et pour nous aussi." Alors tous peuvent boire cettQ sorte de cidre que les Indiens font avec une certaine espèce de maisjpuis l'aieule commence à chanter -pas un chant qui se répète chaque année, car chaque année un nouveau chant est créé: la musique,là-bas,n'est pas création isoléejelle est créée en des occasions bien précises-. Et peu à peu les musiciens attrapent cette mélodie avec leurs instruments,flûtes de pan,à bec ou à encoche,selon la communauté.

Ils jouent et la percussion est bien présente aussi. Chacun s'efforce a -

lors de bien faire partager au Condor ce grand moment privilégiéjles femmes chantent et tous essaient de danser sur le rythme de La mélodie. Puis tous gôutent encore à la récolte,boivent et mangent;tous doivent être contents car la participation de tous est essentiellejchacun doit profiter des bienfaits que nous prodigue la Terre.

Et quand le soleil commence à décliner,le druide

rend hommage aux 4 points cardinaux, leur offre à boire et leur adresse une prière.


IL s'adresse à L'Esprit du SoLeiL,de La Lune,des EtoiLes; iL nomme ceLui du TDnnerre et ceLui de L'Arc en cieL avec LesqueLs- Les Indiens ont fait un pacte, ce Lui des fLeurs.

Tous Les oiseaux, tous Les animaux dont Le Lama sont

présents; puis iL prendra un morceau de pierre,principe de La Matière dans La pensée indienne; ensuite,tous,en musique et heureux, raccompagnent Le Condor jusqu'à L'endroit même où iL avait été capturé. Sur un geste de L'Ancien, iL est reLâché. ALors on se met à crier pour Lui donner courage et L'aider à s'envoLer;

Le Condor commence à courir puis à monter ... -parfois,iL monte diffici-

Lement, et ceLa aussi veut dire beaucoup de choses bien connues des Anciens; parfois,iL rejoint faciLement Les connait bien-.

Les aLtitudes; iL Les rejoint toujours car iL

Tous agitent Leurs chapeaux en

criant:~

bient8t,Condor!"

Le siLence revient et L'Ancien dit:"Maintenant,Condor,c'est à toi de parLer avec notre Mère La Terre,avec Le SoLeiL, grand Esprit qui nous donne à penser, avec La Lune dont dépendent tous Les déveLoppements,avec Les EtoiLes dans LesqueLLes nous avons des frères,avec Les pLantes,Les arbres,avec Les oiseaux pour qu'iLs continuent à nous apprendre des choses,avec Le chant de La rivière, avec La pierre. C'est à toi Condor,encore une fois,de faire en sorte que nous Les hommes puissions continuer à vivre en harmonie avec vous."

Un rite

anc~en

et

actuel,

La communauté rentrera dans son petit viLLage,chantera et continuera à faire La fête; pas une fête gratuite ni systématique: L'essentieL y est de vivre un échange magnétique et spiritueL par La danse,très simpLe, et La musique, très simpLement pentatonique.

VoiLà donc un rite qui est à La fois très ancien

et très actueL,et qui donne une idée de ce qu'est notre ReLigion,natureLLe , très proche de La nature.

12


base de notre cosma-vision, TA~PACHA, le grand univers Nos origines,à travers tous Les probLèmes qui nous ont été causés depuis 5 siècLes,furent dispersées,masquées. Si,maLgré tout,nous avons pu préserver notre mémoire coLLective,c'est juste parce que nous avons pu continuer à parLer, dans ces montagnes,dans tous ces petits viLLages où iL n'y a pas encore éLectricité ni téLévision. Notre histoire est toute contenue dans nos contes et nos Légendes;mais on a remarqué que bon nombre de scientifiques actueLs essaient de redécouvrir nos origines et d'approcher notre Vérité. Nous,Les Indiens,sommes conscients d'appartenir à queLque chose,queLque chose que L'homme n'a pas inventé et qui vient de très très Loin.

fondement philosophique et culturel Dans La vision du monde Aymara,iL existe quatre espaces: ceLui qui est dans La terre,ceLui qui est La surface de La terre et où évoLuent Les êtres vivants,et ceLui qui est dans Le cieL,a~ec Le soLeiL,La Lune,Les étoiLes et Les astres. Et tout cela existe dans ce que nous avons appelé "tajpacha",le Grand Univers,là où est né le Temps,Le Temps de l'homme et de ses foyers,avec la Terre. Ensuite,Les Quechua,sur la même base,ont développé une autre vision à seulement trois espaces. Cette Cosmo-vision est le fondement philosophique et cuLtureL de nos deux grands peuples. Le pLus ancien a été Le peuple Aymarajon ne peut pas en fixer les origines, car seLon nous,à cette époque,il y avait deux lunes et la mer baignait des contrées dont eLle s'est par La suite retirée.Ce qui est certain,c'est qu'en Afrique et au Proche-Orient on rencontre des mots de la langue Aymara que les gens de là-bas ne peuvent expLiquer et que nous comprenons immédiatement. Le grand problème est que les bibLiothèques de L'é poque Inca furent systématiquement détruites. On a dit que Les Indiens n'a vaient pas d'écriture,mais dans Les racines les plus anciennes de notre Langue iL existe des mots comme "écriture,Lire,écrire" .•.

...-__ LE

COSMOS, UNE COMMUNAUTE

Les théories philosophiques, de

tion cosmigue. Tout évolue. L'erreur qui

puis la Grèce, mènent à la conclusion

postule deux lois distinctes, l'une pour

erronée que la nature est régie par des

le cosmos, l'autre pour l'esprit, écar-

lois déterminées, l'esprit humain, lui,

te l'homme de ce cosmos, et donne nais-

l'étant par d'autres lois ... Hegel dit:

sance à l'INDIVIDUALISME qui a produit

"La nature est ce qui n'a pas été transformé"; Ferrater Mora conclut: "La nature s'oppose à la culture,

les TRAGEDIES de l'humanité. Que l'être humain se sente isolé ou coupé du cosmos, et se déchaTnent a-

à la grâce,à la liberté" ••. Ces affir -

lors les luttes anticosmiques, les guer-

mations nous paraissent aller à l'encon-

res, la frénésie de propriété privée ••.

de l'indubitable réalité qu'est l'évolu13


Par contre, suite à une observation très

que la ville de Tihuanaco, réduite au-

ancienne, la culture préaméricaine a

jourd'hui à l'état de ruines gigantes-

compris que l'homme est cosmos, et que

ques, fut la capitale de cette mystéri-

toutes les entités dans le cosmos for -

euse région; et, phénomène incroyable,

m~nt

ses habitants résidaient au bord de la

une organisation communautaire( .•• )

mer. En ces temps-là, la lune était

"Les Indiens laissèrent des té -

beaucoup plus proche de la Terre: envi-

moignages irréfutables que nous pouvons

ron 32000 km, à la différence des 353000

voir sur les ruines archéologiques de

d'aujourd'hui. On sait que la lune ex-

Tiawanaco, de Chavin, de Huantar, dans

erce une puissante attraction sur les

les pampas de Nazca, à Copan, à Chi chen

mers, ce qui explique qu'à cette épo -

Itza, à Téotihuacan, etc. Elles ont tou-

que les océans, au lieu de se trouver

tes la même ordonnance,et reflètent le

dans les cavités de la Terre, formaient

même esprit, la même conception, le mê-

une couronne autour des montagnes les

me être engagé dans un processus de

plus hautes: celles des Andes, du Haut-

transformation à l'intérieur du cosmos"

Mexique, de Nouvelle Guinée et du Tibet.

(Guillermo Carnero Hoke: "Plan de Gobi-

Ainsi les régions les plus élevées de

erno Comunero")

la Terre avaient-elles un climat propi-

Tihuanaco

ce à la vie. Cette théorie expliquerait que le lac Titicaca contient de l'eau

un port?

salée blen que se trouvant à 3812 m d'al titude. Elle permet aussi de comprendre

"Platon parla de l'Atlantide il y a deux

l'existence d'immenses marais salins

mille trois cents ans. Les dernières dé-

dans l'Uyuni, à 5000 m , ultimes vesti-

couvertes archéologiques du savant au-

ges d'un océan disparu. Les explorati-

trichien Hoerbiger permettent d'affir -

ons archéologiques à Tihuanaco ont mis

mer que le "continent perdu" n'a jamais

au jour des traces de quais révélant

été englouti par la mer,mais qu'au con-

l'existence en ce lieu de ports mariti-

traire 11 étai.t situé dans la Cordillè-

mes où venaient aborder les navires qui

re des Andes, à 4000m au-dessus du ni-

faisaient le tour du monde en

parcou-

veau actuel de l'Océan Pacifique ...

rant ces "mers aériennes" •.. (Elisabeth

On a trouvé récemment à cet endroit des

Mika11 )

vestiges qui confi.rment son existence

Extraits de "l'Amérique Indienne",de

et son incroyable degré de civilisation.

Fausto Reinaga.

Ils nous permettent aussi d'affirmer

Tout ordre

n'est pas

qU"l-

COSm"l-que

est pour nous un désordre. Ayma~a

Les

t~ès

peuvent

facitement

~aconte~

tes Quechuas

su~

3000. La vision que tes hommes ont

de~

est

demeu~ée

dans

ta

Te~~e

Leu~

ha~monie.

t~ès

Nous avons

vivante dans tes toujou~s

phes. Et comme La tangue indienne a été métis et tes

c~éoLes,eLte

app~ocher

cuLture,L'Esp~it

La

est

~estée

des

teu~

actueLs et d~uides

des sages,des

ext~êmement

Andes,dev~ait

su~

SOOO ans,

c~éée pou~ pouvoi~ ~ega~

~ites

mép~isée pa~

histoi~e

~este p~ésente

et des phiLoso -

Les bLancs puis

pu~e;

-

queLqu'un qui

avant tout pouvoir

pa~

tes

voud~ait

oubLie~

des

mots teLs que "poLitique,idéoLogie,nation,état,expLoitation objective,progrès, futu~,état

p~ésent" •••

Tous ces mots sont des conditionnements de La pensée

L'homme y fait simpLement n'est pas cosmique est 14

pou~

pa~tie

nous un

d'un ordre cosmique,et tout

déso~d~e.

ord~e

qui


.. ~..... .....:..

~ ,

"

PACHAMAMA, notre Mère la Terre

Parler de notre culture,c'zst parler de notre Mère la Terre et de notre géographie,de nos paysages. le.

Nous pensons qu'il n'y a pas de culture universel-

Etre civiLisé,c'est prendre conscience de sa propre relation à la Terre et

de la culture qu'elle implique.

Nous ne savons pas quand,exactement,notre cul-

ture a commencé,son origine se perd dans la nuit des temps.

Nos ancêtres ont

très tôt compris l'importance du travail de la terre au sein de l'harmonie cosmique. Toute leur existence fut adaptée à celle-ci,et de cet ordre naquit no tre Ayllu. Nous y sommes tous frères et soeurs,véritablement; si bien que nous ne connaissons pas de mots comme "Monsieur,Madame,etc ... "

Nous

appartenons a"

La Terre,

Dans les langues Aymara et Quechua,il existe un petit mot pour dire "his toire",mais il n'yen a pas pour dire "histoire primitive,ancienne,contemporaine ou moderne". Nous n'avons pas tous ces mots. C'est que nous faisons partie du Temps,

le Temps éternel,infini.

Dans ce Tempa,la présence de notre Mère la Terre

que nous appelons donc ainsi depuis très longtemps.Nous appartenons à la Terre, ce n'est pas elle qui nous appartient.

C'est aussi pour cela que dans notre lan-

gue il n'existe pas de mot pour dire "propriété privée".

ce n'est pas elLe

qU1-

nous

appartient .

La vie est dure et difficile dans les Andes; elle est différente: nous n'avons que trois saisons: l'hiver,comme base,durant lequel le soleil est a gressif et cherche à faire comprendre sa puissance à ces hommes qui ne sont que de tout petits êtres;

l'été où,au contraire, nous sommes associés au dialogue

lune-soleil et sentons bien que nous appartenons à certaines lois cosmiques,et un printemps; nous n'avons pas d'automne.

Chaque année,à travers ces trois sai-

sons,la Terre nous montre toute sa force.

C'est pour cela que dans les

Andes

un homme isolé avec seulement des ambitions personnelles ne pourrait pas survivre. La Terre lui ferait vite comprendre qu'il n'est pas un roi de la Création fait pour tout diriger.

15


c'est de la Terre que nous viennent notre nourriture et notre droit de fonder un foyer,et nous savons bien que quand nous serons vieux,que notre matière sera vieiLLe,a'est La Terre qui nous embrassera enaore une fois.

Venus de la Ter-

re,nous y retournerons. Son Esprit étant éternel,celui des hommes L'est aussi; et une fois revenus à eLLe,nous pourrons à Loisir retourner dans Les endroits où nous aimions être:

Les coLLines, la forêt ou la rivière, ou encore vers les

étoiLes.

r-----TOUS ENSEMBLE SEMONS LA VIE-----. Boletin Chitakolla - Veronica Guzman - Janvier 1985

des les Des tes

Octobre, $aison des pluies, saison des semailles. Sous la chaleur premiers rayons du dieu INTI (Soleil), les hommes, les femmes, enfants commencent le nouveau et l'éternel miracle de la vie. mains travailleuses déposent, au sein de la PACHAMAMA, des petisemences qui deviendront l'aliment de milliers d'êtres humains.

Le travail commence. L'homme mène la charrue qui va ouvrir les sillons. Derrière lui, la femme dépose la semence, et, derrière elle, l'enfant laisse tomber le fertilisant. Ensuite, l'homme repasse et ferme les sillons avec la charrue. La Terre-Mère, la PACHAMAMA a été fécondée grâce au travail de tous. Lorsque le labeur est terminé, ils se préparent pour manger. L'homme dispose son awayu sur le sol, la femme dispose dessus le ch' unu, les pommes de terre et les autres aliments. Les autres personnes s'asseyent autour et ils se partagent les aliments. C'est un acte collectif, le meilleur rite que l'on puisse offrir à la vie: PARTAGER (JALJART'ASINA) le travail et la nourriture. Au cours des siècles, les sociétés se sont organisées de différentes façons, en accord avec les conditions, les nécessités, les capacités du milieu environnant. C'est dans ce sens que certaines sociétés ont évolué et ont subi différents types d'organisation sociale. Nous voyons donc que la division sociale du travail est une forme d'organisation destinée à une production précisée par chaque société. Si nous analysons cet aspect, nous remarquons que, dans la plupart des sociétés occidentales, la forme que prend la division sociale du travail est si particulière que cette d~v~~on arrive à pénétrer dans la conscience du sujet de telle sorte que ce qui, à l'origine, avait pour but d'organiser la distribution des tâches de manière adéquate, sépare les hommes les uns des autres. Ainsi, nous voyons des enfants et des jeunes qui, bien qu'ayant partagé les mêmes expériences, lorsqu'ils arrivent à l'âge adulte, se renient parce que certains sont médecins et d'autres ouvriers. Ce mode de vie, orienté vers la concurrence et l'autoréalisation personnelle, a pour conséquence l'individualisme qui ne signifie pas l'individualisation (développement de traits de personnalité propres). Pourquoi? Eh bien parce que la structure de ces sociétés oblige à être compétitifs; elle pousse à travailler chacun pour soi et à vivre chacun pour soi. Le langage même de ces sociétés est consti tué de formes grammaticales centrées sur le "tvloi". Dans le monde aymara, surtout le monde rural, l'organisation sociale est différente. Les activités les plus importantes (comme les semailles) se font ensemble et de manière coordonnée car chacun remplit une tâche spéciale. Il existe un objectif extrêmement centrée sur

une hiérarchie des fonctions mais dont l'orientation est destinée à commun, la Communauté (AYLLU). La langue aymara est, dans ce sens, révélatrice car elle utilise plus féquement la forme grammaticale le "Nous" (JHJASAX).

Une fois de plus, deux mondes s'opposent: l'individualisme et l'esprit de communauté, produits tous les deux de conditions d'existence différentes. Si certaines coutumes occidentales continuent à s'étendre, jusqu'où serons-nous conduits? Jusqu'à la destruction de l'homme par l'homme? Une nouvelle possibilité s'ouvre à nous, reprendre le sens du Groupe et de l'Unité de nos ancêtres aymaras pour la libération finale de nos peuples. 16


,....J. ; .... <'7_~1..; ,~_~ . ._ ..,.

.

.

-

--

,.-

.

__

-~

.--. _ - - ----

.- -

-

---- -

-- .- . - .

--.-._-

- .- - = ; - - - -

-----

..... ...;..


ch'oque, notre SeLon mon grand-père qui habitait

pomme de terre

à côté du Lac,Le grand Lac Titicaca, si

queLqu'un avait envie,après Le coucher du soleil,de poser du bois ou de frapper fort ou de Lancer une pierre sur le soL,iL serait inéLuctabLement puni.

Car se-

Lon Lui la Terre est bel et bien vivante et sent parfaitement Lorsqu'on Lui veut du mal.

Dès Les origines,eLLe a offert des endroits précis pour dormir,des pLan-

tes et des arbres pour aider Les hommes,et ces hommes inventèrent une Langue C'est aLors que Les Aymaras apprirent à connattre cette

pour s'en approcher.

pLante de base qui est aujourd'hui sacrée pour nous:

La pomme de terre.

En Ay-

mara,elle porte un nom beaucoup plus jol.i -"patata ne veut rien dire-:"ch'oque", c'est à dire "base de l'aLimentation".

L 'argent~

L'or,

Lune

La Pomme de Terre

et

le SoLeil et

Le

Mais

Les Sages ont remarqué que La fLeur de pomme de terre,à l'approche de La Lune et des étoiLes,devient un peu argentée ... La pomme de terre,l'argent et femme vont toujours ensemble; ceLui de La femme, si très sensibLe.

et

La

L'esprit de la pomme de terre est sensibl.e comme

L'argent,ce métaL qui travaill.e avec La Lune,est

l.ui aus-

Par contre,il y a un autre métaZ,L'or,une autre pl.ante,Le

mais et un autre esprit,Le soLeiL qui,eux Quasi, travaillent ensembLe.

Quand Les

Indiens ont aménagé leurs terrasses de cuLtures,ils y ont aussi semé de l'argent car ce métal garde

le magnétisme de la Lune.

Avec le mais.iLs ont semé de l'or

et L'or,Le soleil et Le mars ont eux aussi travaillé ensembLe. Aujourd'hui,dans Les Andes,iL existe pLus de 120 espèces de pommes de terre.

On aurait pu en cré-

er bien d'autres,si notre histoire n'avait pas été contrariée comme elle Le fut. 18


une grande idée sociale,

l'ayllu

• communautaire uni,on

La matière est passagère et L'existence si brève! Aussi nos ancêtres ont-iLs éLaboré une phiLosophie dans

LaqueLLe on doit s'efforcer de vivre en

harmonie -d'abord avec nous même,puis avec notre prochain,y compris Les animaux et Les pLantes- et de ne prendre que ce dont on a besoin. C'est ce qui nous a permis de vivre.

,

Ni paUVreS,n1, poLice,

exp Lo i t"a t ion

de l'homme par l 'h ornme ,

drogues.

• •

Les Aymaras avaient aussi déveLoppé une grande idée sociaLe:L'AyLLu,qui fut

Le fondement de toutes Les sociétés andines;"AyLLu" signifie "La fin de L'é-

tat nomade",La "sédentarisation". L'endroit spécifique où s'arrête

CeLa impLique une parfaite connaissance de un groupe de famiLLes qui vont essayer de vi-

vre en harmonie entre eLLes et avec L'Esprit de La Terre.

Aujourd'hui encore,iL

exite pLus de 1500 AyLLus; iLs ne regroupent d'aiLLeurs pas seuLement des In diens,mais aussi des hommes d'aiLLeurs qui ont compris qu'iLs doivent travaiLLer et après Le passage de certaines Lunes,montrer un travaiL.

La participation est

essentieLLe,humaine. Pour dire qu'on est absent,un simpLe morceau de bois sur La porte et tout Le monde comprendra. Pas besoin de cadenas. On n'a rien à voLer, puisque tout nous appartient; pas besoin de mentir non pLus,puisqu'on est Libre de faire tout ce que L'on veut. QueLqu'un qui a envie de taiLLer La pierre ou d'étudier Les mathématiques doit se ménager un temps de réfLexion avant de s'y engager; avant 30 ou 40 ans, on ne sait presque rien,on n'a presque rien vu,et c'est pour ceLa que nous avons toujours un grand respect pour Les Anciens; iL est habitueL de choisir queLqu'un qui sera Le porte-paroLe de toute La communauté et qui aura derrière Lui Le ConseiL des Anciens; toutes Les oppressions n'ont pu faire disparattre ce trait essentieL de La pensée indienne. 19


IL N'y A EQUITE ET EQUILIBRE SOCIAL QUE LORSQU'ON N'OPPRIME PAS LA FEMME ET QU'ON NE LA MET PAS A L'ECART Dans notre mentalité, la mesure de l'équilibre social s'exprime par la situation des femmes: lorsque les femmes ont la possibilité de développer tout leur potentiel, il existe un maximum d'équilibre et d'équité, au contraire, le déséquilibre et l'injustice sociale sont flagrants lorsqu'elles ne peuvent se développer pleinement. Pour les occidentaux, les femmes ont toujours constitué le sexe tenu à l'écart,

rel~gué

au second plan.

derri~re

les hommes. Les Incas estimaient que l'équation parfaite minimum constitue quatre termes, ce qui n'est autre que la représentation mentale d'une communauté réduite à sa plus élémentaire expression dans toute communauté doivent exister deux groupes, hanan et hurin, dont le couple représente la plus petite unité, jamais' l'individu tout seul. hal.s comme la communauté est une grande fraternité familiale, sa direction doit être assurée par des hommes et des femmes éminents. De fait, pendant ce temps dans le TAWANTINSUYU, il existait de grandes communautés gouvernées par des femmes (les plus connues parvinrent au comnŒndement supérieur), on peut penser sans trop se hasarder, que les femmes dirigeantes étaient souvent plus nombreuses que les hommes, car le pouvoir suprême lui même ou PACHAMA}~

ne reposait-il pas sur une mère protectrice de tous. Chez

les Incas, la relation homme-femme était d'une telle égalité, que les époux se considéraient comme frères et s'appelaient entre eux frère ou soeur, aussi avec leur stupidité colossale, les envahisseurs européens crurent-ils que les Incas se mariaient entre frères et soeurs consanguins, alors que précisément, ce genre d'union était strictement interdite

les peuples du TAWANTINSUYU transpo-

sèrent cette vision sociale à l'univers, où tous les êtres vivaient dans de grandes communautés, mais par couples, jamais seuls.

Comme le destin de l'enfant est semblable à celui de sa mère, dans les sociétés où les femmes sont traitées avec équité et où elles ne sont pas opprimées, les enfants sont aimés, éduqués et élevés par tous. Il en était ainsi chez les Incas, où tout garçon, où toute fille avait ses moyens de subsistance assurés, était de surcroît traité avec égalité, comme étant tous des enfants légitimes, pour la simple raison qu'ils étaient des enfants naturels, enfants de PACHAMAMA et bien que les enfants savaient de quels pères individuels ils provenaient, ils traitaient indistinctement tous les hommes de la génération paternelle, de pères ou d'oncles.


LA FRATERNITE NEE DE LA NATURE ET DE LA TERRE

Puisque nous naissons tous de la nature, l'humanité selon nous, doit être une immense fraternité, qU1 se concrétise dans les communautés ou ay1lus. Là encore, nous nous différencions des occidentaux, pour lesquels le monde n'est autre qu'un immense champ de batailles, où même les parents les plus proches se trouvent enfermés. Les Incas percevaient le monde comme étant peuplé de gens apparentés entre eux par leur origine commune en PACHAMAMA. Mais comme PACHAMAMA est tout et que nous ne pouvons être totalement en contact avec elle, notre fraternité s'exprime alors concrètement dans les communautés ou ayllus, où nous sommes attachés à une localité et où nous vivons sous la protection d'un esprit tutélaire qui peut être une montagne, une colline ou une roche. Chaque communauté ou ayllu se groupe autour de son totem et là, tous les enfants sont pris en charge par les plus vieux, qui les éduquent à la pratique de la minka et de l'ayne en respectant le critère suivant: une part importante de travaux de chacun doit être destinée au bien être général. Pour les Indiens, les peuples groupés en communauté ou ayllu étaient égaux. Au sein du TAWANTINSUYU vécurent des peuples de diverses couleurs, allant du blanc au cuivre le plus intense. Ce caractère multiracial de l'état Inca fut constaté par les chroniqueurs espagnols eux mêmes, qui trouvèrent des peuples à la peau plus blanche Que celle des espagnols, vivant près de peuples à la peau très sombre. Virgi~io

Roe~,

écrivain indien

Toutes nos communautés A

ont La meme racine: l 'Ayllu. Aymara ou Quechua,toutes nos communautés ont La même racine: L'AyLLu . Notre cuLture était infiniment ptus douce et pLus humaine que t'actueLLe; et nous fûmes aussi

traités de sauvages pour notre tempérance. Eux furent véri-

tabLement BARBARES pour attaquer,tuer,voLer,massacrer de La sorte ... Nous é-

".

tions bien pLus "civiLisés que ces gens-Là,car nous avions depuis Longtemps déjà dépassé te stade de L'aveugLement par ta richesse matériette. Et its sont venus non pas pour nous rencontrer, mais pour nous utiLiser comme bêtes de somme dans tes mines. Pourtant,ce sont nos médecins qui tes soignèrent de ta syphiLis et autres maLadies qu'iLs répandirent chez nOUSjeux en étaient parfai tement incapabLes. En septembre,des communautés proches dePotosi s'affrontent de façon ritueLLe pour commémorer Les heures coLoniaLes,mais queL ethnotogue comprend? 2


LE TRAVAIL {ST SOURCE DE JOIE CAR IL NOUS RAPPROCHE DE

PACHAMAM~

_ _ _ _ _ _ _ _ _......

Dans notre perspective Indienne la nature nous offre des fruits en abondance lorsque nous l'aidons à faire germer les plantes et lorsque nous récoltons ce qui nous serV1ra à survivre, ainsi le travail nous identifie à la nature tout comme il nous permet de vivre pleinement ; le travail nous élève donc aux cimes de pouvoirs infinis de même qu'il nous permet de satisfaire nos besoins; en somme le travail est la plus sublime réalisation humaine et c'est pourquoi il doit être source de joie et non de douleur ou de sacrifice. Nous sommes également en désaccord sur ce point avec les occidentaux qui méprisent le travail et exaltent les formes les plus voilées du parasitisme et de l'exploitation: pour eux le travail produit souffrance et douleur, d'où leur souhait ardent de s'en délivrer en l'infligeant à d'autres, ainsi la mentalité occidentale a-t-elle conduit au capitalisme et à l'exploitation humaine (l'occidental est un loup pour son prochain).

Pour les Incas, l'identité du travail à la joie et la V1e était indiscutable, pour eux travailler n'était autre que vivre dans la joie. Dans le travail ils apprenaient, dans le travail ils renforçaient les liens entre eux, et ils se reliaient par le travail à PACHAMAMA, par le travail ils se maintenaient en bonne santé et

se réalisaient par le travail. Leurs plùs belles fêtes ils les menaient à bien en travaillant; c'est pourquoi la totalité de leurs chants, de leurs danses, de leurs expressions de joie est en relation avec le travail. Aucun peuple n'a surpassé le peuple du TAWANTINSUYU dans la glorification du travail qu'ils entourèrent de douceur et d'atmosphère de fête; même les plus hauts dirigeants tels que le "SAPAN INCA", le "WILLAQ HUMU" et tous les membres du Conseil d'Etat travaillaient la terre avec une satisfaction débordante. Le "SAPAN INCA" cultivait personnellement la grande terrasse de "Qolqampata" dans le Cuzco et en offrait ses fruits au culte solaire. Ceci est simplement impensable en Occident où les puissants ont toujours estimé

que le travail est propre aux basses

classes, la paresse et l'oisiveté éhontées étaient les attributs des seigneurs les plus distingués l'a converti

Virgilio Roel

la marginalisation du travail

en source de douleur, de souffrance, d'effort, d'ac-

cablement, d'oppression, d'asservissement, d'esclavage et d'humiliation.

22

Les

Enfants

.

."

a&mes~

éduqués

par tous.


les jardins du grand

TAWANTINSUVU

,O'",

J ,

/

, V

Inca"" on ne comprend pas ... L'Indien n'est pas seuLement une couLeup de cheveux ou de peau; ceLa pecouvpe toute une phiLosophie; chez nous,iL n'y avait ni pauvpes,ni poLice, ni expLoitation de L'Homme pap L'Homme,ni dpogues pepmettant d'échappep à La péaLité. Nous ne fûmes jamais des bapbapes; aujoupd'hui,nous appaptenons au "1/3 monde" .•.

.....---LES

QUATRE REGIONS DU SOLEIL Eduardo Condé, artiste peintre

Avant la colonisation espagnole, la Bolivie actuelle se nommait Kollasuyu. Elle était partie intégrante de l'ancien Tawantinsuyu, nom qui signifie "Les Quatre Régions du Soleil" et que l'on appelle aujourd'hui Amérique du Sud. Les Peuples et Nations indiennes de cette partie de la terre vivaiertt avec la même conception philosophique de la vision cosmique andine. Ils travaillaient le sol de façon communautaire et suivaient les enseignements de leurs aînés, comme de respect de la Terre et de tout ce qui existe par elle. Chaque année, un Conseil des Anciens se réunissait et choisissait " ! l chef. Ce dernier devait correspondre à certains critères et être capable de conduire la vie de la communauté pendant un an. Avec les Anciens, il s'occupait de l'octroi de terres sous forme de "tupos" (environ 1000 de nos mètres carrés) aux familles qui en avaient besoin. Une personne qui se mariait recevait, par exemple, un morceau de terre ; cette terre pouvait s'étendre à la naissance des enfants. 24


On ne comprend pas Le terme d'"empire Inca";iL s'agit de communautis qui s'unirent sous forme de confidiration et harmonisèrent Leurs modes de vie. On dit toujours que AtahuaLLpa et Huascar se battirent,mais ceLa n'est pas dans notre pensie,Là n'est pas La viriti. IL existe ainsi beaucoup de contreviritis qui empichent Les gens de bien nous connattre.

L'INCA ET L'ESPAGNOL - - - - - - - , Incomindios - Beat R. Dietschy - Mars 1986

"On Jr.ac.onte. que. l' Inc.a v-<.nt de. CUZc.o. Le~ o~e.aux P-<.c.h-<.nc.huMo le. ~ua-<.e.nt e.t Jr.~jou~~-<.e.nt e.n c.he.m-<.n. A c.au~e. d'une. longue. maJr.c.he., -<'l ava.-<-t le.~ p-<.e.d~ e.n ~ng. Le~ homme~ dan-~ le.~ vdla.ge.~ mélange.a-<.e.nt ~on ~ang à la te.Jr.Jr.e. - nou~ aVOM a.-<-n~-<. appJr.-<.~ l'agJr.-<'c.ultuAe. c.omme. nou~ la. pJr.at-<.quo~ e.nc.oJr.e. aujoU/[d'hu-<'. le.

S::t

ne.mme.

l' ac.c.ompagna.-<.t. Le. pMe. de. l' l nc.a

~ta.-<.t

le. 501e.d. St mMe.

~ta.-<.t

une.

ne.mme. -<.nc.onnue., p~due., ann~e.. Pe.ut-~tJr.e. an-<.n qu'e.lle. ne. ~ounnJr.e. plu~, lu-<' donnat-d c.e. nd~ qu-<. de.v-<.nt nMt e.n que.lque.~ ann~e.~ ; plu~ nMt e.t plu~ je.une. que. le.~ homme.~ ~U/[

d'aujouJr.d'hu-<' qu-<. la. Jr.Qute..

~ont

peuJr.eux e.t oubl-<.e.nt le.uJr. c.he.m-<.n c.omme.

de.~ -<.n~e.c.te~

Le. pMe. Sole.-Le. avad un autJr.e. nd~ du nom d' 8pailaJtJr.-<.. PoU/[quo-<' mon nJr.Me. e.~t­ -<'l M nOJr.m-<-dable.me.nt pu-<.~~nt e.t peut -d tout ac.c.ompl~ 2 Vou~ de.ve.z na~e. afte.nt-<.on à mo-<. e.t non à lu-<' qu-<. a le.~ p-<.e.d~ e.n ~ng. J e .&L~ plu~ beau e.t ma. Jr.ac.e. e.M plu~ gJr.ande. AJant de. le. tuM, 8paiiMJr.-<. lu-<. la~~ une. le.ttJr.e.. Inc.MJr.-<. lu-<. la-<.~~ le. K-<'pu~. Le monde. avan.ça, la. tMJr.e. tJr.e.rriJla e.t ~on nJr.Me. c.a.c.hala t~te. d'Inc.MJr.-<'. De.pu~ c.e. te.mp~-là, -<'l Ij a de.~ c.orrbau."

Ce mythe, révélé il y a quelques années à l'anthropologue péruvien Alejandro Ortiz à Ayacucho, raconte l'avènement de la civilisation inca et l'invasion espagnole, comme se les représentent encore aujourd'hui les Indiens du Pérou. L'Inca est la personnification d'u~e culture, basée sur l'agriculture, qui se répandit dans le monde andin. Sa mère, la Terre, est pauvre dans ces régions montagneuses et le développement d'une culture aussi florissante que fut celle de l'ancien Pérou coûta beaucoup de sang et de peine (édification des terrasses et des systèmes d'irriguation pour l'agriculture). Espanarri, la royauté espagnole ne sut pas apprécier les pieds en sang de cette société agraire et l'Inca était le rival de son Christ. Comme affirmation de sa puissance, Espanarri présente à l'Inca une lettre, symbole de l'écriture et de la culture européenne. Si Incarri ne cannait pas cette écriture, il a un principe d'égale valeur à lui opposer : le Kipus, quintessence du système arithmétique inca. L'économie des anciens péruviens se basait sur un système de conservation, de stockage et de répartition des moyens de subsistance, qui assurait une alimentation suffisante à une population importante; ce qui n'est plus le cas dans les sociétés andines d'aujourdthui. Les Kipus, cordelettes de différentes couleurs munies de noeuds, servaient à l'administration, nécessaire à l'état inca, comme moyen d'information, de calcul et de gestion. La décapitation d'Incarri mppelle celle du dernier Inca à avoir régné, Tupac Amaru, exécuté en 1572 à Cuzco. Elle entraina l'effondrement de la société inca et l'Espagnol s'employa à dissimuler ce qui subsistait de cette civilisation. Or cette destruction, infligée par celui qui prétend apporter sa propre culture, signifia le commencement d'une confusion sans exemple dans l'ordre du monde. Le vol de la terre et de ses richesses, la mise en esclavage des Indiens, d'abord par le système de l'Encomienda*, ensuite comme travailleurs agricoles sans terre et sans droit, la négation systématique de leur culture et de leur mode de vie, durent encore aujourd'hui et ont été perpétrés au nom dB progrès, de la science, de la technique, au nom de Dieu et de la Civilisation. Il Un peuple. qu-<. v-<.e.nt oppJr.e~~M un autJr. e. peuple. ne. pe.ut jama.~ ê.tJr.e. l-<.bJr.e.!" fut la prophétie d'Inca Yupanqui, tué par les espagnols en 1533. Depuis plus de 450 ans, les soulèvements, la résistance et l'organisation des mouvements indiens n'ont Jamais cessé de se manifester dans cette Amérique dite "latine". * droit accordé par la Couronne Espagnole aux conquistadors et à leurs descendants qui leur permettaient d'exiger des Indiens un travail obligatoire (principalement dans les mines) ainsi que des denrées naturelles. 25


puis

vinrent

les

barbares

Si être "barbare" c'est a'&mer La Terre, . alors ou~, nous sommes "barbares" L'histoire aurait pu être tellement différente s'ils avaient essayé de nous parler,de nous connattre .•. Dans le monde actuel,il y a un tout petit continent,qu'on appelle l'Europe,et qui a développé une domination culturelle, économique et politique incroyablement

démesurée~lancée

vers ces 4 points car-

dinaux vers lesquels nous,nous regardons pour dire bonjour à la Terre.

Il y a

5 siècles,des Indiens sont venus ici,en Europe; ils sont venus comme nous ve nons toujours quand nous sommes invités: ils ont apporté un peu de pommes de terre,de tomates,et autres légumes inconnus ici. Mais ils ne furent pas com pris.

Nous n'avions pas d'âme. Pour certains papes,nous n'avions pas d'âme;

• •

la religion catholique é -

tait alors très puissante, et cela servit à justifier tous les massacres qu'ils commirent.

Le jour, les soldats tuaient,volaient,torturaient et violaient des

indiennes;

le soir,ils écrivaient ce qui devint les Chroniques! Et ces textes

servirent de références à tous les grands cerveaux de l'Europe -Quand on veut parler des Andes,nous,Indiens,savons toujours ce qui va être dit-.

Toutes les

sciences,ethnologie,musicologie ou anthropologie,furent un jour ou l'autre baptisées par l'Eglise,et,inévitablement,tout ce qui émane de cet ordre établi est tendancieux.On ne dit jamais aucune vérité à notre sujet.

Un jour,pour s'amuser,mon grand-père m'a raconté une histoire: Un in dien au service d'un patron était sur le point de mourir; celui-ci fit venir un curé qui arriva aussitôt,avec sa soutane et sa grande croix sur sa poitrine,et dit au malade:"Mon fils,tu vas mourir,mais si je te baptise,tout ira bien pour toi car tu monteras au ciel

o~

tu verras notre Dieu." L'indien lui

répondit:"Excusez-moi,monsieur,dites-moi,dans le ciel y a-t-il aussi ces é trangers qui sont venus chez moi? -Oui,bien sûr .•. -Alors excusez-moi,monsieur, mais je préfère aller ailleurs!" Quand on se raconte cette histoire en Aymara, on rit beaucoup,mais c'est pour cacher notre tristesse ... Qui furent

les "barbares" dans toute cette histoire? Si être barbare c'est ai-

mer la Terre,essayer de vivre en harmonie,de comprendre et de respecter la nature,alors oui,nous sommes des c'est vrai. 26

barbares,véritablement~et

des "sauvages" aussi,


de colonies). A chaque anniversaire de la conquête, ceux qui en sont directement bénéficiaires déposent des offrandes florales au pied des monuments dédiés à Christophe Colomb et Isabelle la Catholique dans les principales villes boliviennes. Et c'est normal, comment le peuple conquis et colonisé pourrait-il fêter un tel anniversaire? Et pourtant, c'est ce que l'on prétend car cette date est fêtée dans les écoles et les collèges du pays où l'on oblige les enfants indiens à défiler en l'honneur de leur conquérant.

nement " ... l'appui et l'engagement afin que la Bolivie se joigne à cette célébration qui en 1992 doit atteindre la magnificence en Amérique, en Espagne et dans le monde entier". Il est important de faire remarquer la participation du Ministère des Finances dans ce projet "grandiose" au moment précis où, dans le pays, sévit la faim et la crise économique.

Un autre aspect de cette date est le caractère raciste de sa fête. Ce jour a été baptisé "Jour de la Race", de la race étrangère et conquérante naturellement. Dernièrement on a affirmé qu'il s'agirait de la race métis, de la race cosmique (sic). Pour nous qui connaissons la réalité intime de ce pays où il existe un racisme honteux et masqué mais bien réel et où règne le modèle occidental et le modèle racial blanc (nous, les personnes de type racial non-blanc qui avons teQ té d'entrer au Collège Militaire ou à l'Ecole Navale, par exemple, savons très bien de quoi nous parlons) nous savons que le mythe de la "Race métis" est le masque derrière lequel les valeurs de la race conquérante veulent survivre. C'est à cause de tout cela que nous ne pouvons que critiquer la constitution de la "Commission d'Honneur au Vème Centenaire de la Découverte de l'Amérique" (en 1992) par les délégués des ministères de l'Education et des Finances, l'Académie Bolivienne de la Langue Espagnole, l'Académie Bolivienne d'Histoire, l'Académie Nationale des Sciences, l'Université Bolivienne, l'Eglise Catho lique, l'Institut Bolivien de la Culture, l'Ins-titut Bolivien de Coopération Latina-américaine et, naturellement, l'Ambassade d'Espagne. Cette Commission si bien choisie est entrée en fonction le 29 septembre de cette année (1983) dans le Salon d'Honneur du Ministère des Affaires Etrangères de la République et a pour but, selon les prg pres termes du Ministre des Relations Extérieures Bali vien, Monsieur José Ortiz Mercado " ... de célébrer dans l'allégresse et la dignité le cinquième centenaire de la découverte de l'Amérique ... " et Monsieur le Ministre promit au nom du Gouver-

POTOSI,du

L'Ambassadeur d'Espagne a signalé que "depuis la découverte de l'Amérique, l'Espagne a apporté au continent américain tout le meilleur de sa cu! ture qui s'est fondu avec le meilleur des cultures autochtones pour donner naissance H une race et une culture nouvelles : la Race métis qui est la plus grande gloire de l'Amérique et de l'Espagne, une culture métis qui se définit comme la culture "cosmique". Mais où sont la race et la culture métis? En dehors de quelques exemples figuratifs (certains aiment citer le baroque métis dans l'architecture coloniale), il n'existe rien de métis dans ce pays. Il n'existe pas une science métis, un art métis, une langue métis, il n' existe rien de métis qui soit une synthèse nouvel le et originale, il existe seulement la science, l'art, la langue de l'occident qui encore aujourd' hui oppriment la science, l'art et la langue des Indiens. La seule chose qui soit "métis", c'est la caricature de l'occident que certains Indiens sont obligés d'exécuter. Il n'y a pas de culture métis, il y a une culture qui opprime et une autre qui est opprimée. A la Conférence des Organisations non gouvernementales de l'ONU réunis à Genève en 1977, on a défini le 12 octobre comme un jour malheureux pour les peuples indiens des Amériques et on a décidé de déclarer ce jour comme JOURNEE INTERNATIONALE DE SOLIDARITE AVEC LES PEUPLES INDIGENES DES AMERIQUES. D'une certaine manière, nous aussi sommes d'accord pour que le 12 octobre 1992 soit célébré avec magnificence dans le monde entier, d'accord pour que l'on célèbre à cette date la fin de l'aventure coloniale de l'occident sur les terres américaines et pour que prenne fin une fois pour toutes l'insolence du conquérant qui ose fêter ses agressions. Les peuples indiens de toutes les Amériques ont pour cette date le droit à la parole,****************

magique au malheur

Notre pensée a été méprisée; iLs sont venus accumuLer queLque chose qui pour nous avait une vaLeur et un pouvoir spiritueL; depuis que nous avons vu à queL point L'or et L'argent peuvent aveugLer Les hommes,iLs ont à nos yeux perdu beaucoup de Leur pouvoir ••.

peut-être un jour trouverons-nous d'au-

tres métaux équivaLents? Aujourd'hui,iLs ne sont pLus utiLisés; nous fûmes pourtant 40 miLLions à vivre en harmonie avec eux -puis autant à devenir es cLaves à cause d'eux!- Nous ne sommes pLus guère que 11 miLLions. 28


-incendièJlent Les

Ils

communautés.

Quand l'or et l'argent devinrent la base de toute l'économie mondiale, avec la création des grandes banques hollandaises,la pensée européenne se ré pandit rapidement; ils se sont approchés,nous ont étudiés, touché la tête pour voir s'il y avait quelque chose dedans ... Ils ont beaucoup étudié

et ont cons

truit une sorte d'histoire. Nous qui croyons en la relativité de notre existence avons pour le coup été gravement déconsidérés. Même un grand poète comme Mr Goethe s'apitoya sur "ces pauvres êtres mal colorés"; Hegel aussi et même Marx. Personne ne nous connaissait et chacun a puisé dans les chroniques espagnoles. Et nous qui cultivions l'art de la courtoisie! Notre pacifisme ne relève ni de la faiblesse,ni de la bêtise,nous avons seulement l'habitude de laisser le temps juger; durant ces 3 siècles,nous avons vécu les pires choses de toute notre histoire. Il a fallu,pour notre malheur,qu'ils trouvent ces 2 métaux à 4

000

m dans la montagne de Potosi ... Du lac

300 km.

Titicaca à Potosi,il y a plus de

Mais ces gens-là,aveuglés par leur soif de richesse, sont partis à che-

val pour ramener des indiens. Nous,qui avons un grand respect pour la Terre,croyons que quand le soseil se couche la Terre aussi va dormir,et nous dormons aussi. Ils ont profité de cette croyance:ils vinrent de nuit et incendièrent les petites commu nautés;les arquebuses éclataient;

les indiens furent emmenés,sélectionnés,en-

chainés,et partirent à pied pour les mines. Pour améliorer leur exploitation, les européens amenèrent des noirs dont certains,avec leursgrands fouets,de vinrent de terribles petits patrons.

dans

la tuberculose et

Quand on passe par Potosi, ce

. '" la m'L-Sere.

• •

triste monticule tout percé de trous de

mines et baignant dans la misère et la tuberculose, on se dit que leur

"bon

dieu" a dQ oublier de passer par là -mais il y est bien passé .•. - Ce devait

" pourtant être le remède à nos "superstitions",à notre "idolatrie,même si notre musique a survécu, utilisée pour devenir la base de tout le folklore "latino américain",pauvre folklore individualisé,isolé,privé de toute dimension spirituelle.

On nous a

par contre traités de paresseux parce que nous ne cultivons

pas toujours le même endroit,mais la terre elle aussi se fatigue! Elle doit se reposer comme les hommes. c'est en fait

Tout cela a été

tellement interprété,méLangé,que

la confusion qui en résulte qui nous

m~nace

le plus de dispari -

tion. Les risques de l'oubli constituent aussi notre réalité.

el noire

COCA,

Iransformée en fléau 29


"' Une petite pLante sacpee Ils trouv~rent igalement un autre moyen pour nous faire travailler plus: une petite plante sacrie que nous ne cueillions qu'à certains moments de l'annie,en retour d'une tâche philosophique menie à bien,une plante que nous vinirons toujours pour la sagesse qu'elle implique et le savoir qu'elle peut apporter: c'est la COCA.

Quand ils comprirent qu'elle coupe la faim,ils

nous en firent chiquer,puis la mélangèrent à de l'alcool •.• Il est normal qu'avec un tel traitement notre état physique et psychologique ait été profondiment atteint. De plus,le quotidien devenant monotone,on fit se battre entre eux des indiens ivre-morts,organisant des paris d'une mine à l'autre .•.

"' que nous venerons . .. ",'

ET AUJOURD'HUI INTERDITE A L'INDIEN!!! La prise de la coca, que l'on appelLe auss~

L'"HaLlpay"au P~rou, est pratiqu~e par

Les paysans 5 ou 6 fois par jour: avant de commencer Le travaiL, pendant

La pause du

matin et ceLLe de L'après-midi, avant et après Le repas, à La fin des travaux des champs. Mais on offre aussi la coca à L'ami

rencontr~

sur Le chemin, au parent qui

vous rend visite.

ELLe est au centre des

fêtes et des rites.

On estime que L'In -

dien utiLise de la sorte entre 30 et 60g de feuiLles par jour. Cette utilisation des feuilles de coca a

~t~ constat~e

sur

les pLus anciens vestiges que l'on ait retrouv~s

des civiLisations andines.

pourrait-il qu'une si longtemps pût vit~?

se,

~d.

pLante,utiLis~e

pr~senter

Se

depuis

queZque noci-

(Coca-coke -A.DeLpirou/A.LabrousLa

D~couverte)

L'ORDRE METIS Eduardo

Cond~

Ce que l'on appelle l'indépendance de la Bolivie n'a rien apporté de nouveau aux Indiens. Ils sont passés du joug espagnol sous la domination des créoles-métis. Le problème de la terre est resté celui de tous les Indiens. La situation des communautés se détériore en raison des difficultés économiques inhérentes à la petite propriété et de l'impossibilité matérielle d'acquérir un terrain supplémentaire lorsque la famille s'agrandit. C'est la raison principale de l'émigration vers les villes. Mais le pays tout entier subit une grave crise économique et la situation dans les villes est désastreuse. 30


Fin 17°,malgri la "grande religion catholique,la plus pure de toutes", les mensonges du monde matirialiste s'imposaient. Plus tard,consiquence de la pratique du VIOL,il fallut crier un état métis. Grand métis vénézuélien,Simon Bolivar,admirateur de Napoléon,fonda le 6 août 1825 la République de Bolivar;

50 000 personnes ont ainsi fondé un état sur un territoire habité de plus de 6 millions d'indiens! Et du jour au lendemain l'indien est devenu un boliva rien ... C'est un autre métis qui récusa le nom étranger de Bolivar et rebap tisa le pays:

"Bolivia".Nous représentions alors plus de 70% de la popula -

tion. Seuls les mots ont changé; nous n'étions plus des esclaves,mais des mineurs;nous ne sommes pas des indiens,mais des paysans! Nous n'avons pas de culture propre,nous constituons seulement le "riche folklore de la Bolivie". Notre vision n'est que "superstition?

r--AFIN QU'ILS SOIENT PLUS BLANCS-----I Cambio 16 - revue espagnole - début 1977 Des jeunes gens aux yeux ingénus, à la chev~lure blonde et vêtus de "jeans" parcouraient l'Altiplano bolivien, ·il y a quelques années, pour un grand travail apparemment altruiste. Ces volontaires nordaméricains du "Corps de Paix", organisation d'assistance et de coopération technique, surveillaient les grossesses et s'occupaient des femmes indigènes qui accouchaient. Inexplicablement, ils furent répudiés par leu~s bénéficiaires. Les paysans aymaras des Andes avaient observé que depuis qu'elles fréquentaient les dispensaires ou les cabinets médicaux ambulants, leurs femmes ne concevaient plus. Pour cette culture qui fait de la fertilité presque un mythe, l'affront semblait encore plus grave. Dans son film "Yaguar Mallou" (Sang de Condor), Jorge Sangines fut le premier à dénoncer mondialement le fait. On proféra des malédictions dans toutes les langues du pays et les autorités locales jurèrent de leur innocence. Depuis lors des gouvernements sont tombés, des ministres ont été remplacés, et naturellement les volontaires ont été expulsés, plus à cause de leur manque de discrétion qu'à cause de leur activité. Mais l'importance des programmes de restriction de la natalité continue de s'accroître discrètement au nom de la "croissance économique", comme le justifièrent les porte-parole officiels. Paradoxalement, quelques jours auparavant, ces mêmes porte-parole confirmaient l'installation en Bolivie de 150.000 immigrants d'origine allemande, hollandaise, rhodésienne, namibienne et sud-africaine, qui arriveraient cet été (1977) tout comme l'arrivée de "contingents massifs" dans l'avenir. Entre la lente exterminalion des races autochtones et l'implantation des plus draconiens partisans de l'''apartheid", la transfusion sanguine qui menace la Bolivie fera changer un peu la couleur olivâtre de sa peau. Des plans similaires sont étudiés en Argentine, en Uruguay et probablement au Chili. Le Gouvernement militaire du Général Hugo Banzer, lui-même d'origine germanique, finit d'expliquer cette politique par "l'urgente nécessité -aussi économique- d'augmenter la population" dans un pays où, avec le double de la superficie de l'Espagne, vivent seule ment 5 millions de gens. Peu de temps auparavant, pour justifier la restriction des naissances indigènes, un de ses ministres, utilisant un vocabulaire très à la mode dans l'Allemagne des années 30, disait que l'important était "que le pays compte sur de futurs hommes sains et forts". "Grands et blancs" était ce qu'en réalité semblait penser le ministre, et ses collègues l'aidèrent à conclure la phrase quand, à propos de l'immigration de Rhodésie, de Namibie et d'Afrique du Sud, ils recoururent à l'expression bien connue d'''améliorer la race" . ... Un an auparavant, un document émis par les évêques boliviens dénonçait certaines agences internationales ... financées avec de l'argent nord-américain ... "Ces programmes, masqués d'un apparent désir "altruiste" de réduire la porulation pour que le reste atteigne un meilleur niveau de vie, cachent des fins égoïstes de domination internationale et vise à conserver le bien-être des pays industrialisés en préservant des aires mondiales en tant que réserve de matières premières ... pour ne pas dire qu'ils cachent des stratégies de domination physique de ces aires" prophétisa le document épiscopal, qui qualifiait, de plus, cette "agression internationale" de "génocide moderne". 31


Un Indien qu& se détache de sa Teppe

est un Indien mopt. LA «REFORME AGRAIRE» _ _-----, Les envahisseurs se partagèrent les terres et les hommes pour exploiter les forces et la richesse indiennes. Les Indiens souffrirent très cruellement de l'esclavagisme auquel les réduisirent le colonialisme espagnol. En effet, les Indiens étaient nombreux et n'avaient rien "coûté" aux nouveaux maîtres de la terre. Aussi ces derniers se souciaient-ils peu de les faire mourir à la tâche. La réforme agraire décidée en 1952 par le Président Victor PAZ ESTENSORO sous la pression du mouvement indien qui commençait à se structurer a simplement converti en minuscules propriétaires ceux qui revendiquaient la récupération de leurs terres ancestrales. Encore aujourd'hui, certains descendants des colonisateurs espagnols possèdent de vastes exploitations agricoles. Ne pouvant plus acquérir de terres dans les régions à forte densité de population, ils commencent à s'implanter en Amazonie, en particulier dans l'Oriente, très fertile, o~ se crééent les nouvelle grandes exploitations terriennes de ce siècle. C'est ainsi que les Indiens sont encore une fois, dans leur propre pays, évincés et privés de cet élément essentiel qu'est la terre. le salaire d'un ouvrier d'usine est de 20 $ par mois. Cette somme ne suffit pas à assurer sa subsistance. Aussi de nombreux Indiens retournent-ils dans leur communauté. Certains partent vers le centre de cclonisation de l'Oriente o~ ils se heurtent de nouveau aux grands propriétaires terriens.

EduaY'do Condé

La

Bolivie est un état

qU't

n'existe pas.

Aujourd'hui,on m'appeLLe Mario,mais c'est un nom imposé,ce n'est pas mon véritabLe nom. Nous n'avons pas encore Les moyens de nous faire entendre car La BoLivie est un état qui n'existe pas. C'est une nation qui,s'iL y a une écoLe des nations,doit encore fréquenter La crèche ... IL n'y a pas Long temps,Le pouvoir était "LibéraL",puis "démocratique",puis fut de gauche,puis tout d fait capitaListe;aujourd'hui,iL est de "droite démocratique",La situation est extrêmement critique. IL n'y a pas véritabLement d'état,car nous sommes La seuLe majorité,même si nous n'avons pas encore Le droit d La paroLe.

LES ELECTIONS La population indienne représente 80 % de la population bolivienne. Elle occupe trois régions: l'Altiplano o~ vivent les Aymaras, les vallées, berceau des Quetchuas et enfin l'Amazonie o~ vivent de petits groupes indiens disséminés sur un vaste territoire. On peut citer notamment les Tupi-Guaranis. Les 20 % restant sont essentiellement composés de métis. 32


Les élections, comme toujours, sont une farce. Elles sont le jeu d'une petite minorité, le groupe dominant, qui n'hésite pas à changer de couleur selon la situation politique. Les partis conservateurs aussi bien que les partis progressistes se dispersent en petits groupes, visitent les campagnes pour recueillir des votes. Mais aussitôt élus, ils oublient les communautés. En Bolivie, lors des dernières élections, quelques 70 partis et mouvements de toutes tendances se sont présentés, y compris des mouvements indianistes qui ont joué le même jeu que les partis traditionnels. Mais ceux qui manipulaient ces élections ne permirent pas aux mouvements indiens d'y participer, allèguant certaines clauses de la loi électorale On peut également citer le cas de bulletins de vote recueillis dans une communauté éloignée et "modifiés" pendant leur transport vers la ville. Pour toutes ces raisons, 50 % à peine de la population participe aux élections.

Eduardo Condé

LA RESISTANCE INDIENNE l?a-pes

furent

ceux

.

qU't

en sortirent.

Tout aomme aujourd'hui, Les patrons disaient:"TravaiLLe,gagne de L'argent,et tu pourras aLors rentrer chez toit" Mensonge,aar L'indien devait, pour pouvoir manger,ouvrir un arédit,si bien qu'iL devait toujours de L'argent, toujours pLus,et devait aontinuer à travaiLLer. c'est pour aeLa que rares fu rent ceux qui en sortirent.

Quand on est esaLave,qu'on pepd sa façon de penser,

son régime aLimentaire,iL est normaL qu'on devienne fou,aompLètement fou; ce n'étaient pLus des indiens,mais des êtres aompLètement égarés.Ce fut une époque difficiLe,dramatique. Néanmoins,iL y eut des indiens qui tentèrent de se faire respecter;un Inca essaya de aréer un mouvement,mais aomme ses successeurs,iL fut vaincu à cause de son respect de La Terre.

Thomas Katari fit croire à tout Le monde

qu'iL était commerçant,afin d'avoir des contacts et de se renseigner,mais en tant que véritabLe indien,iL se devait de travaiLLer La terre à certaines époques,et c'est ceLa qui L'a perdu.

Sa femme,BartoLina sisa,fut tuée eLLe aussi.

Même destin pour un autre résistant indien: Narciso Torrico qui,Lui non pLus, ne put abandonner sa vision et ses croyances.

faire de nous de sages

ouvr~ers.

• •

Tout Le monde veut faire de nous de sages ouvriers,de bons profes sionneLs,et nous fondre dans une autre société. Nous avons bien regardé et nous avons bien vu tous Les probLèmes qui sont survenus et empirent depuis que


Les hommes ont

pe~du

La participation de L'homme à

L'éne~gie

de toute vie,La conscience de La te~nité

de

p~ofondément

ce qu'iL y avait de

de La

b~ièveté

Te~re

vivant en nous,à

et de La

de L'existence

natu~e,Le

maté~ieLLe

8avoi~ ~espect

et de L'é-

L'E8p~it.

Des inLuences poLitiques etrangeres .i'

A La

de~niè~e

g~ande

Le voix indienne. Mais

t~ès

"

éLection,nous étions tous unis,iL y avait une seuét~angè~e8

vite,des infLuences poLitiques

nous ont

sensibLement divisés et Le Mouvement Indien a écLaté. C'est que Les européens sont

pa~faitement

té,et ceLa Les de nous

conscients de La

eff~aie:

endoct~ine~ pou~

iL

fo~ce

de nos

~ites

et de

~écupé~e~;

nous

on nous

pLus. On nous dit que Le "bon dieu" s'est comp~is

communauté doit se mettre au

~eposé

qu'il faut

t~avail.

bien nous amuser,mais nous attendons comme eLLe doit

spi~ituaLi

-

existe pLus de 50 sectes qui essaient égaLement pa~Le

diffé~ents

de

on nous donne des baskets,des maiLLots,des bonbons,en nous Andes,si Les Anciens ont

not~e

Le 7°

t~avaiLLe~

p~omettant

jou~ ...

ce

"dieux" , enco~e

Mais dans Les

jou~-là,toute

la

Nous aimons aussi Le repos et savons si pou~

cela que la terre ait été travaiLLée

L'êt~e.

LE GRAND MOUVEMENT INDIANISTE Le mouvement indianiste est né, mais il doit acquérir de l'expérience. Ceci implique la formation de ses dirigeants dans le contexte politique actuel. La présence indienne se fait désormais sentir dans les Universités. On peut citer le cas du Houvement Universitaire Julian APAZA. Le MITKA (Movimiento Indio Tupac Katari) s'est également avancé sur l'échiquier politique. Il a permis l'élection de deux parlementaires indiens, mais en raison de la pression du groupe majoritaire, ceux-ci ne purent arracher aucune des mesures nécessaires à la solution des problèmes des communautés indiennes (analphabétisme, éducation, situation sanitaire, voies d'accès, transport et commercialisation des produits agricoles, etc ••• ). Peu à peu, le mouvement indianiste se fortifie, avec la création de nouveaux centres culturels indianistes. Les Indiens espèrent que dans un futur très proche, de nouvelles perspectives s'ouvriront devant le mouvement dans son processus de réorganisation. Eduardo Condé

Nous sommes devenus un mouvement, un grand mouvement cuLtureL. Ve~s

mentaire de

1960,La visite de Che Gevarra causa indirectement une vague suppLémassac~es,car

les militaires craignirent que tous Les indiens ne

deviennent des guérilléros. C'est à cette époque que nos dirent

d'aLLe~ joue~

g~ands-parents

nou~

notre musique dans Les grandes vilLes. Nous étions étu-

diants à La Paz,nous aVons créé des groupes. Moi,je suis

originai~e

des Hauts

PLateaux de BoLivie,dans La région de Pucarani,et issu de La grande familLe indienne pu

êt~e

WILLKA ... C'est grâce à de bons amis étrangers que écoutée

pa~

not~e

musique a

les boLiviens; nous avons ensuite été écoutés en Argenti-

ne,au BrésiL et en Europe ... Nous sommes devenus un mouvement,un grand mouve ment cultureL que Les militaires ont dû c'est d'entendre au coin d'une

~ue

~econnaitre.

notre musique

"civiLisée" et jouée ainsi pour un peu d'argent. 34

Mais te pire pour nous

adaptée,utitisée,dénatu~ée,


perpétuer ARU AMUNVA, art, connaissance el sagesse de l'accord des sons " c'est la Musique. nous a sauves,

Ce

Ce qui nous a sauvés,c'est LA MUSIQUE. qu'un jour un indien sauta un petit

~ur,trouva

Une vieille légende raconte un soldat,le tua, lui prit son

casque,y ajusta un long morceau de bois et y tendit des boyaux de chat ... Cet instrument fut alors couramment utilisé par les indiens Quechuas; c'est le Charango.

Créé dans les mines de Potosi,il devint une sorte de compagnon,de

petit frère soutenant les millions d'indiens qui moururent là-bas.

La parole peut mentir,

pas

le chant.

Pour les Ay<Que. la langue est un moyen d'expression qui peut facilement mener au mensonge,et si l'on s'approche de la Terre Mère par le seul biais de la parole,il est certain qu'elle ne nous écoutera pas. C'est pour cela que, depuis très longtemps,on s'est donné un autre moyen de le faire:

le SON -que les

autres civilisations appellent "musique",de l'arabe "musikra" qui signifie un enchatnement de notes en harmonie donnant une mélodie-. ra-Quechua, le mot

"musique "n'existe

Dans les langues Ayma-

pas; nous avons un autre mot,beaucoup plus

précis: "aru amunya",qui veut dire "art,réflexion,sagesse de l'accord sonore".

35


POURQUOI JE

CHANTE LuzmiLa Carpio (Quechua)

J'ai perdu ma mélodie; elle était mauve, je ne puis m'en souvenir ... J'étais petite,assise sur une pierre,et c'est alors que je la vis à nouveau,jntensément,en terre étrangère.

Avec mes frères Aymaras et Quechuas,je me souviens toujours de nos montagnes,de notre lac et du ciel bleu de Chayanta .•. La fontaine de la place,l'église et le soleil, les vendeuses de pain et les filles ••. ET, FACE A LA MAISON, LES GROUPES QUECHUAS AVEC LES CHARANGOS! ET LA BOUTIQUE OU ILS BUVAIENT, CHANTAIENT, DANSAIENT ••. Et ma mère qui s'empressait de m'en éloigner. On m'en a tant éloignée, qu'aujourd'hui,dans les villes,grandes,énormes et vides, tout disparaît, le soleil,le lac,les montagnes,la fontaine,les filles et le morceau de pain au miel -comme je le dégustais!- et le souvenir de ma mélodie qui était mauve •.• Sur mon chemin,ni les écoles,encore moins les villes, ne m'ont aidée à les retrouver. Je crois que c'est pour cela que je chante ..• Et pUis,chanter,c'est si beau! Je crois que nous savons tous chanter, et que ceux qui n'ont jamai.s chanté sont dignes de compassion ..• Chanter son amour de la Terre et des fleurs, du soleil et des oiseaux,de la lune. Je chante en Aymara et en Quechua,ces deux langues que je n'oublie pas. Elles sont le sang de mon esprit,langues d'harmonie, langues d'hommes en harmonie. Parfois les gens des villes n'aiment pas les chants de mon peuple indien. Les mineurs,si .•. et mon Charango aussi, j'en suis sûre; lui connaît bien la couleur de ma mélodie. Je me suis souvent demandé: "Pourquoi les Indiens se t&isent-ils, et pas mon Charango?" Tous les deux, nous avons alors pensé: " Parce que la peur règne dans l'air, et qu'elle serre et noue les gorges". C'est pour cela que je lui ai dit: "Que grâce à toi le silence de mes frères Aymaras et QueChuas soit à jamais rompu!"


Tout

commence par de La

mus~que

Nous pensons que Le son et le chant précédèrent même La parole. Tout oe que nous avons appris de nos grands-parents nous Lie au monde du son,et Le chant nous permet de montrer véritablement notre état d'esprit,notre respeot à l'é gard de L'Esprit de la Terre; aussi est-il constamment présent dans toute notre vie quotidienne. Toute réunion oommunautaire oommenoe par de La musique; o'est peut-être la raison pour Laquelle La culture européenne nous a d'emblée oonsi _ dérés comme des "sauvages" •••

TI

i!.;Xpr~mer

notre Vision est

difficile

Moi,je pense en Aymara; à8ans,j'ai appris l'espagnol oomme moyen de oonnattre La viLle,sans pLus. Aussi y a-t-il des ohoses qu'il m'est impossible d'exprimer dans les langues latines. Exprimer notre vision est très diffioile, tout comme traduire nos chants et notre poésie. Nous pouvons seulement répéter à ce sujet que depuis

longtemps, depuis que les hommes ont compris que le prin-

cipe de la matière est la pierre,que La pierre aussi est un esprit et que les hommes sont des esprits devenus matière,depuis ce temps-là on a commencé à essayer de vivre en harmonie avec nous-meAmes et avec tous 7ves espr~ts • qui exis tent; c'est oomme oela qu'on a véou,et comme cela qu'on a été "découverts" .••

moyen d'entrer en reLation avec tous Les esprits. Ivotre

Nous éprouvons beaucoup de respect et une grande tendresse pour Les a nimaux et nos montagnes; nous aimons le tonnerre. Notre moyen d'entrer en reLation avec tous les èsprits qui existent est la musique. ELLe tient une place essentieLLe dans tous nos rites,à des moments précis,à des aLtitudes différen tes. Les Indiens purifiés,choisis par Zes Anoiens,partent vers la montagne,La forêt,La valLée ou la rivière et rapportent Les sonorités entendues; alors on harmonise oette idée musicaLe,puis on enchatne,et Les femmes commencent à créer leurs poèmes et leurs chants: elles ont en effet Le grand priviLège de chanter;c'est que La femme est La représentation humaine et spirituelLe de L'Esprit de La Terre,notre Mère. Le chant est un remerciement adressé à la Terre et à tous ces astres qui nous permettent de vivre harmonieusement avec eux. Les répétitions se font toujours en groupes de pLus de dix personnes et à l'aube. TravaiLLés au Lever du soLeil,les morceaux seront attribués à des moments bien précis:changement de saison,époque des semences ou des réooltes etc ••• Pour bien comprendre Le caractère pentatonique du son de la Terre,iL faut avoir atteint un certain âge,même si on apprend tout petit à jouer d'un instrument. Si notre vilLage utiLise notre mélodie,aLors nous sommes heureux. 38


Le Sikku~

lointain héritage . ..

Le Sikku,ou fLûte de pan, musique.

Lointain héritage, est toujours la base de notre

Nommé de différentes façons seLon Les communautés,il est notre pre -

mier élément d'identité.

c'est Lui qui crée l'harmonie entre Les chanteurs,car

it faut toujours en joùer à pLusieurs et dialoguer.

Les percussions sont tou -

jours présentes aussi,car à travers eLLes,nous avons passé un pacte avec Le tonnerre.

Les rythmes du coeur et de l'esprit sont inhérents à notre composi-

tion.

LA VOIX DE LUZMILA Messagère d'un PeupLe de miLLions d'Indiens, dotée d'une voix fabuLeuse, LuzmiLa CARPIO dresse, en chants et en rythmes, viLisations Les pLus anciennes du monde.

Le biLan de L'une des ci-

Son chant ne ressembLe pas à ce

que L'on a déjà entendu d'autres voix venant d'Amérique Latine.

IL a L'ac-

cent que seuL peut avoir Le chant d'un PeupLe qui LUTTE pour sa survie et et sa dignité, ceLui de La vérité.

La musique Aymara-Quechua est essen -

tieLLement ceLLe de La Terre Indienne;

Les instruments et Les voix expri-

ment La communion profonde de L'homme et du soL qui Le crée, et L'accueiLLe en son sein quand iL meurt.

Le nourrit

Depuis très Longtemps,

Les

chants des Indiens parLent d'amour, de coexistence de L'homme et de La nature dans un ordre cosmique.

(Aris FAKINOS -Radio France Musique)

.

Si on pouvait organ1-Ser une société • • traditionnels basée sur nos pr&nc&pes Fin novembre,aLors que tout le monde va au cimetière,nous,nous faisons La fête;avec des instruments bien spécifiques et très importants.

Chacun joue,

danse,prépare à manger pour Les autres,et place à certains endroits des plats servis à l'intention des esprits des amis et parents qui ont vécu et vont ve nir aussi; à certains moments,on les sent bien qui s'approchent ... La mort n'existe pas.

Si on pouvait maintenant organiser une société

bas~e

sur nos princi-

pes traditionneLs,chacun aurait la soudaine impression d'être conscient et bien présent; c'est pour ceLa que Les politiciens, l'EgLise et Les scientifiques essaient de nous maintenir dans La situation actuelle.

Mario GUTIERREZ

[

)

o

CJ

Interview et composition du dossier: MarceL Canton -à Thibaut-

39


MARK BANKS

EN BRETAGNE

AUX FEMMES DE PLOGOFF ... AUX FEMMES DE BIG MOUNTAIN •..

BIG MOUNTAIN ... Un des hauts lieux de la vie traditionnelle NAVAJO en Arizona, habjté depuis des centaines d'années .•• SOUfl cette r0flerve incljenne, cie gjgnntesques gjsernontfl cie charbon quj

font

loucher de tout aussi gigantesques compagnies multinationales depuis une dizaine d'années ... Le 6 Juillet prochain (1986), le gouvernement américain délogera -par la force- 10 000 NAVAJOS de cette terre •.• Une fois de plus, deux mondes vont se rencontrer dans un face à face au tant tragique qu'anonyme ••. Une fois de plus l'Amérique "civilisée" -forte de sa technicité et de son arrogance- s'apprête à ruiner un Territoire désigné sur les cartes comme un Désert ••• Mais dans le coeur des Hommes et des Femmes NAVAJOS. ces milliers de grains de sable qui forment cette Terre, composent eux, un Univers bien vivant •.

De nouveau l'urgence de ce conflit qui oppose périodiquement les Nations Indiennes et le gouvernement américain, a contraint les porte-parole du Mouvement Indien à multiplier les voyages à l'intérieur du pays comme à l'extérieur. MARK BANKS, Indien Ojibway et membre de l'A.I.M.(American Indian Movement) a donc dO prendre lui-même en charge, comme d'autres leaders, la diffu sion de l'information quasiment censurée en Amérique du Nord -à plus forte raison en Europe ..• De nouveau donner l'alerte, témoigner, rendre compte des conditions dans lesquelles les NAVAJOS vont être expulsés ••• Multiplier les contacts entre le public et MARK BANKS ••• Faire circuler l'information .•• Et les pétitionsl Organiser débats et conférences de presse .•• Tout faire pendant une courte petite semalne, pour que la PAROLE NAVAJO puisse se faire entendre ••• et faire éChol

Mais accueillir un Indien dans une ville de la vieille Europe -fat-elle Paris- représente

beau~oup

plus qu'un élan de solidarité et d'action militan -

te ••• Les Indiens qui tentent de venir à la rencontre des "racines" du monde occidental, s'emploient tous à comprendre les diversi.tés comme les simi.li.tudes qui ont fait et défait nos sociétés ••• Nous étions quelques uns -collaborateurs de NITASSINAN et ami-e-s fidèles de Bretagne- à désirer cette rencontre en un lieu différent de ceux qu'on a coutume de partager avec les Ind.iens de passage dans nos métropoles •••

40


MARK BANKS irait rlonr. p.n Rrp.tap:np. ... PariR n''''tait plllR Capitale: nous avions préféré le pays des Pierres, du Vent, et de la Pluie .. ! Afin que ce voyage ne soit pas à sens unique, mais bicn plus, une r6elle rencontre entre tous ceux, qui en Bretagne, à Bip: Mountain, et Aillp.urs, se soucient des Pierres que l'on fait sauter pour y creuser des mines, du Vent qui transporte dé sormais d'inquiétants nuages, et de la Pluie qui a de plus en plus un goût acide ... Le réseau d'amitié en Bretagne a merveilleusement bien fonctionné tout au long de cette semaine: tradition vivante, efficace et réciproque qui unit périodiquement des gens différents autour d'une action urgente .•. Radio-France, F.R.3, quelques radios privées, une matinée en compagnie des élèves d'une école primaire, un meeting-débat dans la ville de Rostronen, des articles dans la Presse régionale et nationale ... Et pour clôturer (provisoirement) la liste de tous ces contacts autants généreux que positifs, une entrevue a eu lieu entre MARK BANKS et le Député des Côtes du Nord ainsi que le Président du Conseil Général de ce département (ancien ministre) ... La qualité quasi officielle de ce soutien venant de personnalités politiques influentes, donne et donnera un poids certain à cette action de solidarité vis à vis des NAVAJOS; d'ores et déjà, deux lettres ont été envoyées par Monsieur Didier Chouat -Député des Côtes du Nord-, l'une à l'Assemblée Nationale, sous la forme d'une Question Ecrite, qui devrait interpeller Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, l'autre adressée à Monsieur le Président de la République Française ... Public averti et sympathisant,

com~e

d'autres qui s'étonnent encore de

l'existence même au XXème si.ècle des Nations Indiennes, individus comme offi ciels, beaucoup étaient au rendez-vous avec MARK BANKS •.•

C'est peut-être parce que la Terre de Bretagne n'a pas encore complète ment renié sa Langue, sa Culture, et sa propre Histoire .•• Loin de là ... Remembrement, Camps militaires, Centrales nucléaires, Education fortement francisée, Poli tiques économi.ques étrangères aux ressources "indigènes" etc ... MARK BANKS évoqua souvent cette Résistance au "Progrès", qui lui est apparu durant ce pérlple comme étant plus une Volonté organisée par ceux qui tirent les ficelles de la planète dans tous les sens, que comme une accidentelle similitude .• 1 Car au-delà des caractères, des partlcularismes et de la diversité de chaque Monde -qu'il soit Celtique ou Indien- demeure bi.en souvent le même tragique face à face, entre l'Industriel suicidaire et ... l'Artisan de la vie .. ! La Soci été NAVAJO -comme celle CIui vi t P.t prorl,11 t en Bretagne- conti nup. de proclamer haut et fort son Amour pour tout ce qui perpétue la Vie •.. et non ce qui la tue ...

Nous voudrions -l'équipe de NITASSINAN et moi-mBme- ici remercier une dcrn1êre COiR,

toun ceux qui

en Drctngnc (ct alllcuru ... ) nous ont aid6n, ou-

vert leurs micros, leurs antennes, leurs colonnes, leurs tables, leurs mai sons ..• et leur COEUR ••• - Pascal Kieger 41


CREATION

AU

CSIA D'UN

."

reseau

DE

(Lydia Cintas et Eric Fontaine)

solidarité

Quelques membres du CSIA viennent de créer un Réseau de Solidarité dont la fonction sera, en parallèle avec "Nitassinan", d'organiser des campagnes de soutien aux luttes menées par les Peuples Indiens. Ce mois-ci, nous apportons notre maillon à la chaine de solidarité i.nternationale en lançant cet appel contre le projet d'EXPULSION de

14 000 NAVAJOS et HOPIS de la région de BIG MOUNTAIN. Déjà, la présence massive sur les lieux de sympathisants, le nombre important de lettres de protestation au niveau international et la détermination de ces deux peuples traditionnels ont permis que l'échéance du 7 juillet soit re poussée ... Nous devons maintenir notre pression afin que la loi PL 93531 soit définitivement abrogée. C'est dans ce but que cette campagne de protestation à destination du Président Reagan est organisée. Ceux qui pensent que signer une telle lettre ne sert à rien se trompent! Les campagnes menées en France, coordonnées au ni.veau international en faveur de Léonard Peltier ont permis de recueillir plusieurs milliers de signatures qui continuent de peser un poids important. Oui, Léonard est toujours détenu, mais, grâce au soutien de chacun,ses conditions de détention se sont améliorées. Oui, l'action en vue d'ob tenir la révision de son procès est longue à aboutir, cependant, malgré des procédures qui traînent de façon insupportable, la Justice bouge ... Ecrivez à Léonard. Ecrivez aux juges de la 8 0 Cour d'Appels qui exami nent les procédures de cette affaire. Ecrivez à Standing Deer, à Rita Silk Nauni et aux prisonniers Indiens de la plus longue guerre de toute l'histoire des Etats-Unis! Par vos lettres, vous assurerez leur sécurité derrière les barreaux et leur apporterez un peu du soleil qu'ils n'ont pas.

"Nous sommes les plaintes qui sortent de la poitrine des vieilles femmes. Nous sommes les couleurs des ailes de papillons. Nous sommes les pouvoirs des coiffes d'aigle. Nous sommes terre et ciel." John Trudell

42

Pour agir avec nous et vite~ vous pouvez utiliser cette lettre type:


EN BREF * EN BREF * EN BREF * EN BREF *. EN BREF * EN BREF * EN BREF * EN BREF

............................................................................. @- ADRESSES A NOTER POUR LA CORRESPONDANCE DE SOUTIEN:

Léonard Peltier # 89637132

Standing Deer a.k.a.

Leavenworth Federal Prison

Robert Hugh Wilson 83947

P.O. Box 1000

The E. Block/

Leavenworth K.S. 66048 USA

Mc Alester State Prison P.O. Box 97 Mc Alester O.K. 74502 0097 USA

Rjta Silk Naunj Box 11 492 nO 109 100 M.B.C.C./E.H.U. Oklahoma City à suivre •..

O.K. 73 136 USA

®- JOURNAL INDIEN (écrit en Aymara): "JAYMA, la voix du Peuple Aymara", mensuel. Tarif: $bs 30.000(mais $us 10. pour l'étranger) Ecrire à: Félix Layme P. !Periodico Jayma Casilla 20874/ La Paz / Bolivia @- AUTRE JOURNAL, celui du "Centre Chitakolla" (en espagnol), mensuel:

Tarif:1.500.000(Boliv.)/15 $us pour l'étranger Ecrire à: Boletin Chitakolla,Casilla 20214 Correo Central-La Paz-Bolivia @- L'ASSOCIATION "LA PORTE DU SOLEIL" a été créée pour permettre aux artis-

tes indiens issus des communautés indiennes d'Amérique (peintres, musiciens, sculpteurs, artisans) de faire connaître leurs oeuvres dans notre pays. Elle entend ainsi les aider à diffuser leur pensée, à revitaliser leur art traditionnel, et à donner une impulsion nouvelle à une producUon artisanale de quali té en favorisant la Création et en offrant aux artistes les moyens de travajller: Ecrire à: La Porte du Soleil E. Condé / J. Curtelin 6, rue Eugène Süe 75018 Paris

@- POUR CONTACTER Luzmjla Carpjo et Mario Gutjerrez,

avec un projet à

leur proposer, vous pouvez écrire au CSIA. @- POUR DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS OU PROPOSITIONS CONCERNANT

LES PRISON-

NIERS POLITIQUES INDIENS et les CAMPAGNES de SOUTIEN, écrivez à: RESEAU de SOLIDARITE - CSIA - BP. 110 08 75363 PARIS cedex 08 44


...--DEJA PARUS

ET DISPONIBLES:

CANADA-USA INNU,

NOTRE

(GENERAL)

PEUPLE

APACHE - HOPI - NAVAJO INDIENS

« FRANCAIS»

(LABRADOR)

(SUD-OUEST USA)

(NORD AMAZONIE)

IROQUOIS - 6 NATIONS

(NORD-EST USA)

SIOUX - LAKOTA

( SUD-DAKOTA, USA)

-=-~-PROCHAINf-- .DOSSIER = PEUPLES INDIENS

DU TOTEM

Â!!!!!!!!!!!!

BULLETIN D'ABONNEMENT OU DE COMMANDE A RECOPIER .ii!!ii!i!!~~ NOM-Prénom: ...•..................... RUE: ......................... _~ CODE POSTAL: .. .............. .

VILLE:..... .... . . . . . . .

-S'abonne à "Nitassinan" pour Les 4 numéros suivants: nO ... , nO .. . -Abonnement ordinaire: 100F

nO ... , nO .. .

de soutien: à partir de 150F Etranger:

150F

-Participe à La diffusion en commandant ... exempLaires (22F pièce à partir de 5 exempLaires et 20F à partir de 10).

-Ci-joint: un chèque de ... F (LibeLLé à L'ordre de CSIA et envoyé à C. S. l • A. lB. P. 110-08

75363 Paris cedex 08

Date:

--

Signature: .


--

Sl ETHE "BARBARE" C'EST AIMER LA TERRE, ESSAYER tfJE VIVRE EN

HARMONIE, DE COMPRENDRE ET DE RESPECTER LA NATURE, ALORS OUI , NOUS SOMMES DES BARBARES,

AUSSI, C'EST VRAI .••

COMITE de B.P.llO-OS

VERITABLEMENT ,

ET DES "SAUVAGES"

(Mario GutierrezJ

aux INDIENS des AMERIQUES

*

--------

75363 Paris cedex OS

25R

Peuples Quechua, Aymara  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Peuples Quechua, Aymara  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Profile for scduag
Advertisement