Page 335

(

311

)

qui mourut presque aussitôt (I) ; M. de Boisfermé lui succéda. Pour indemniser Marie - Galante des ravages des A n g l a i s , le r o i , par un arrêt du 3 novembre 1 6 9 9 , déchargea cette île de toute imposition, pendant quatre ans. Mais elle fut encore reprise et ruinée le 6 mars 1703 par les Anglais, ses perpétuels dévastateurs. Les Français la reprirent en 1 7 0 6 , et M. de Boisfermé en fut de nouveau nommé gouverneur. L'arrêt qui la déchargeait de toute imposition pendant quatre ans fut renouvelé le 16 janvier 1 7 1 5 . A la mort deM. de Boisfermé, M. de Poincy, petitneveu de l'ancien baillif, capitaine-général de Saint-Christophe, vint comme gouverneur de Marie-Galante, et le père Labat l'y connut en cette qualité, en 1 7 3 4 . L'île tomba encore au pouvoir des Anglais en 1759 ; ils la rendirent, avec la Guadeloupe, au traité de 1 7 6 3 . Les gouverneurs particuliers ayant été supprimés le 25 mars de cette même année, il n ' y eut plus à Marie-Galante qu'un commandant avec un aide-major (2). M. de Joubert y commandait en 1768. L'île de Marie-Galante possédait, en 1 7 7 5 , 12,000

( I ) Archives de la M a r i n e , vol. n

o s

1 1 , 16 et 1 9 .

( 2 ) Ils furent maintenus par ordonnance du 20 décembre 1783.

Les Antilles Françaises, particulièrement la Guadeloupe. Tome I  

Auteur : E.E. Boyer-Peyreleau / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Les Antilles Françaises, particulièrement la Guadeloupe. Tome I  

Auteur : E.E. Boyer-Peyreleau / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Advertisement