Page 29

mieux-être peut avoir du sens. Une des « plaies » de l’adolescence est le mécanisme de la comparaison. Ils se comparent, ils se trouvent moins ou plus que les autres, mais pas vraiment eux-mêmes. La comparaison s’installe vraiment à l’adolescence et va engendrer beaucoup de fragilité dans l’estime de Soi. Alors qu'il a besoin d’accueillir sa différence, d’honorer sa singularité, l’adolescence va le pousser à se référer à des modèles, à des « idoles », des influenceurs des réseaux sociaux, etc. Parfois cela éloigne de soi, parfois cela inspire pour révéler des facettes de soi. A discerner donc … Les parents ont sans nul doute un rôle à jouer pour stratégiquement déminer et démonter les mécanismes de comparaison. Tester les courtes séquences de communication Les adolescents sont souvent vifs dans leur expression. Leur communication est « séquentielle », c’est-à-dire organisée en de courtes séquences. Les réseaux sociaux dont ils sont friands amplifient cette organisation séquentielle. Symboliquement, on pourrait penser qu’ils « pensent » et « agissent » en tweet de 140 caractères ou en images d'Instagram... Nous pouvons les aider dans notre communication à mettre des nuances, à les aider à mettre des mots, à formuler avec subtilité. Certains adolescents ont du mal à mettre des mots sur leur vécu et cela les isole à force d’accumulations de petites ou moyennes incompréhensions. Rentrons aussi dans leur registre, apprenons à nous calibrer à leur ton relationnel : léger,

avec humour, parfois un peu provoquant ou même second degré. Les ados peuvent aussi se perdre avec les adultes dans de longues séquences, ce qui fait qu’ils nous perdent car ils n’arrivent plus à capter notre attention. Donc pour les récupérer, relançons de multiples « questionsréponses », restructurons des séquences courtes et cohérentes qui leur permettent d’apprendre à construire un raisonnement. Rester connecté à leur réalité Nombre d’adolescents nous montrent qu’ils sont forts. En réalité, ils ont de grandes forces parsemées aussi de fissures et leur estime d’eux reste encore fragile et friable. Ils vont apprendre à la consolider tout au long de leur adolescence. Du coup, un réflexe pourrait être de les laisser se gérer, se déconnecter de leur vécu, les laisser dans leur autonomie sans continuer à s’intéresser adéquatement à eux. Si nous voulons les perdre, laissons-les dans leur monde. Les ados sont fort sensibles à l’impression d’être délaissés, au manque d’intérêt qu’on leur porte ainsi qu’au sentiment d’abandon. Tout l’art est de maintenir un lien non envahissant, respectueux de leur autonomie, curieux de leurs découvertes. Soutenir leur connexion forte avec leur idéal Si des milliers d’adolescents manifestent les jeudis dans la rue, ce n’est pas juste pour prendre l’air et la pluie. Ils se mobilisent pour leur idéal, pour avancer vers leur vision du monde. Ils ne connaissent pas encore la complexité du monde qui, en plus, est devenu si compliMARS 2019 / 29

Profile for ETRE PLUS Belgique Fr

E+305  

Mensuel ETRE PLUS de mars 2019

E+305  

Mensuel ETRE PLUS de mars 2019

Advertisement