Page 31

vestigation, les lieux de ressourcement, etc.

Alors qu’un énorme mouvement de concentration de sociétés s’opère avec la financiarisation de l’économie depuis les années 90, en parallèle, depuis une dizaine d’années, et amplifiées par le mouvement de la transition et de « Demain », il y a un renouveau coopératif qui fait plaisir à voir, à vivre, à remplir des nouvelles fonctions dans la société.

Sur le plan macro-économique, les coopératives font plus que sens :

Le renouveau des coopératives Les coopératives de production d’énergie renouvelables ont pris leur essor avec le développement de l’éolien, mais pas uniquement. D’autres ont vu le jour via les « négawatt » et les mécanismes de tiers investisseur pour réduire les consommations d’énergie. Elles pourraient encore se développer car les projets d’énergies renouvelables sont encore beaucoup plus dans les mains des grands groupes industriels que dans ceux des coopératives. En matière d’alimentation saine, les coopératives actives dans les circuits courts se multiplient à vue d’œil. Plus de 30 coopératives ont été créées en 4 ans rien que dans ce secteur. On y retrouve les « super » marchés coopératifs, les coopératives de maraichage, de mise en relation producteur/consomm’acteur, les coopératives de producteurs agricoles, le renouveau du vin coopératif, des brasseries coopératives, etc. Les coopératives de financement sont établies depuis longtemps mais de nouvelles sont également nées : financement classique coopératif, banque coopérative, opération de portage (prise de participation pour un temps déterminé puis revente des parts avec ou sans plus value), financement de logement, financement d’espace de coworking, etc. Et enfin d’autres coopératives avec des buts divers et variés impossibles à recenser ici tel que le tourisme durable, la presse d'in-

Les coopératives produisent du sens

• Elles ancrent du pouvoir de décision sur nos territoires, alors que ces dernières années nos voisins des Pays Bas, de France et d’autres pays ont reçu les clés de nombreuses entreprises fondamentales (énergie, grande distribution, pharmacie, etc.). Disposer de leviers de décision ici, c’est soutenir une souveraineté économique et cela, c’est stratégique. Sinon notre petit pays devient chaque jour davantage la marionnette de nos voisins. • Elles ancrent des retombées économiques doublement : à la fois par la distribution des dividendes auprès des coopérateurs chez nous, tout autant qu’en irriguant économiquement des partenaires, d’autres coopératives, des sous-traitants de chez nous principalement. A l’heure où chacun déplore la concentration des capitaux dans quelques multinationales, c’est aussi plus que stratégique. • Elles enrichissent un grand nombre de coopérateurs plutôt qu’une poignée de financiers. Et cet enrichissement n’est pas que financier : il crée du lien social, de la mise en réseau de compétences, des synergies humaines, … • Enfin, elles naissent d’un rêve, puis deviennent projet, balbutient dans le concret puis s’enracinent dans une société, avec sa vie, ses pulsations. En ce sens, elles nous permettent de concrétiser des parcelles d’utopies… Qui aurait pensé en 1990 que des supermarchés coopératifs verraient le jour en Belgique et seraient opérationnels à grande échelle ? • Les coopératives permettent de produire du sens car rares sont celles qui mettent le profit en stricte priorité. La priorité est de faire sens, dans un environnement, dans un contexte, parfois de rechercher la difficulté pour répondre à un besoin de la NOVEMBRE 2018 / 31

société

nistration (ses ministres) et des directeurs opérationnels.

Profile for ETRE PLUS Belgique Fr

E+.302  

L'ETRE PLUS de novembre 2018

E+.302  

L'ETRE PLUS de novembre 2018

Advertisement