Page 10

alimentation

Les « exotiques » La star des plantes anti-inflammatoires actuelles s’affiche en cuisine aussi bien que dans la pharmacie familiale. Il s’agit du curcuma (Curcuma longa), plante de la famille des zingibéracées, comme le gingembre avec lequel il sera souvent associé dans des synergies anti-inflammatoires. Bien que son origine soit exotique (Inde, Indonésie, Chine,…), il est employé depuis des millénaires comme plante médicinale dans nos pays. Il s’agit d’un anti-inflammatoire majeur, à action systémique, c’est-à-dire intéressant le contrôle de l’inflammation dans le corps entier, y compris le système nerveux central. Outre cette propriété, il se révèle un anti-oxydant majeur préventif du vieillissement et des altérations cellulaires. Son indication vise donc aussi bien les maladies inflammatoires articulaires, musculaires et tendineuses (arthrite, tendinite,…) dont il aide à gérer la douleur, que les inflammations des muqueuses (aphtose, gingivite, gastrite, colite ulcéreuse, maladie de Crohn,...) et systémiques (endométriose, diabète, Alzheimer,…). C’est en outre un grand protecteur du foie et des reins. Les bonnes herboristeries vous le proposent en poudre, sans conteste la forme la plus économique. On en conseille la consommation, en aigu, d’environ 12 grammes par jour, soit 3 cuillères à café. Pour ne pas se lasser du goût et ingérer de telles quantités, la mise en gélules « maison » est conseillée. Il devrait toujours être pris simultanément à de bonnes graisses. Il existe aussi l’huile essentielle des rhizomes de curcuma qui améliore l’absorption des curcuminoïdes de sorte qu’ils sont plus vite et beaucoup mieux absorbés. Alors pourquoi ne pas l’associer à un poisson gras de qualité permettant d’ingérer un autre des anti-inflammatoires majeurs : les omégas 3 ! Présents dans les huiles végétales (colza, noix, lin, cameline, …), et les poissons gras (sardine, maquereau, ….), on les trouve également en gélules de compléments alimentaires, recommandés à la dose de 1500 mg par jour. Le curcuma en rhizome frais se trouve en épicerie de plus en plus facilement et peut être 10 / êt replu s

un allié anti-inflammatoire sûr de la prévention, rapé dans les aliments ou passé à l’extracteur de jus. Il sera cependant difficile d’obtenir la dose thérapeutique nécessaire sous cette forme. C’est la raison pour laquelle de nombreux laboratoires ont développé des gélules de curcuma concentrées en certains principes actifs que sont les curcuminoïdes (dont la curcumine) et dont la dose journalière recommandée est de 500 mg à 1 gramme par jour. Très pratiques, elles sont assez onéreuses et font, comparativement à la poudre, perdre le caractère intéressant du totum de la plante. Le curcuma est souvent associé au gingembre et au poivre noir de manière à optimiser l’absorption de ses principes actifs. Un mélange « 9 parts de curcuma pour 5 parts de gingembre et 1 part de poivre » est ainsi préconisé par l’herbaliste français Christophe Bernard, toujours associé à un corps gras (huile végétale ou de poisson). Autre étoile montante exotique du palmares anti-inflammatoire, le boswellia ou encens indien (Boswellia serrata) fait l’objet aujourd’hui d’études de plus en plus nombreuses pour son action anti-inflammatoire, notamment dans l’asthme. Pris à la dose de 600 à 1200 mg d’extrait standardisé (en général à 65% d’acide boswellique) par jour, il exerce une action bénéfique sur la réduction des crises d’asthme. Il est également utilisé en cas d’inflammation articulaire (polyarthrite rhumatoïde) et digestive (intestin irritable).

Du côté de chez nous.. Notre flore locale recèle, elle aussi, de nombreuses plantes aux vertus antiinflammatoires ! Parmi elles, le cassis (Ribes nigrum) dont l’infusion de feuilles

Profile for ETRE PLUS Belgique Fr

E+.302  

L'ETRE PLUS de novembre 2018

E+.302  

L'ETRE PLUS de novembre 2018

Advertisement