Page 21

dossier

de branche en branche dans une agitation constante. Le débutant non assidu aura donc vite fait de conclure que ce n’est pas pour lui ou de changer de méthode encore et encore, évitant ainsi un approfondissement salutaire qui verrait son ego fondre comme neige au soleil. L’engagement est donc indispensable. Et si, effectivement, après plusieurs mois ou années de pratique, le méditant se sent intérieurement attiré vers une autre forme de méditation, ce mouvement spontané sera probablement juste pour lui.

La méditation sans objet A côté des formes courantes de méditation avec objet, existe une pratique sans objet que certains enseignants appellent parfois « méditation non-duelle ». Dans cette approche, l’attention du méditant est naturellement attirée vers ce qui, en lui, est non-objectif : on pourrait dire vers « ce qui est conscient d’être conscient ». La conscience est, en effet, tout sauf un objet, c’est même le seul et unique sujet qui existe réellement. Ce « sujet ultime  », que certains appellent le « Soi », est un peu comme un espace en amont du « moi     », intemporel, sans dimension et pourtant commun à tous les êtres.

des « objets »), ne pourra jamais avoir accès au domaine non-objectif en amont de lui. Il en résulte que toute tentative d’atteindre la Paix ou le Bonheur à l'aide de la pensée ou de la sensation est vouée à l'échec. Cette compréhension-éclair tranquillise le mental d'une manière à la fois naturelle et radicale. Dans cette forme de méditation, les pensées et sensations ne sont ni recherchées ni évitées, elles sont simplement accueillies et laissées libres d'évoluer à leur guise. Cette approche se caractérise par une ouverture totale et sans préférences à toutes les perceptions sensorielles externes ou internes, aux émotions et aux pensées. Ces perceptions variées pourraient être comparées aux divers personnages d'un film au cinéma. Tant que le méditant prend intérêt à l'intrigue, son attention est complètement absorbée par l’histoire et les acteurs, mais si l’intérêt se relâche, l’attention se détend progressivement jusqu'au moment où il prend soudainement conscience de l’écran, de la salle et même du projecteur, en amont, qui projette sa lumière et rend tout cela possible. De la même manière, lorsque l’attention devient globale et se défocalise des perceptions du monde et des histoires du « moi », un moment survient où le méditant s’éveille subitement à cet arrière-plan

L’attitude intérieure d'écoute bienveillante est donc l'essence même de la méditation et ne nécessite pas nécessairement de posture, de respiration, de rituel ou une quelconque forme particulière. Dans ce type de démarche, le méditant réalise peu à peu que le Bonheur qu'il recherche est non-objectif, c'est-à-dire qu'il n'est jamais contenu dans un objet, grossier ou subtil, un état transitoire ou une relation. Rien à l’extérieur de lui ne pourra jamais le contenter définitivement. Lorsque cette compréhension devient tout à fait claire, il réalise que le mental, qui ne peut saisir que des perceptions (donc

conscient qui se révèle alors comme le repos ultime qu’il avait tant cherché.

L’éveil à sa nature véritable Tout comme il n'est pas nécessaire que les acteurs quittent la scène pour prendre conscience du décor ou de l’écran, l’absence de perception et des pensées n'est pas une AGENDA PLUS - JUIN 2018 | 21

Profile for ETRE PLUS Belgique Fr

A+ 298  

AGENDA PLUS de mai

A+ 298  

AGENDA PLUS de mai

Advertisement