Page 20

Dans les instruments suivants, on observe la même logique : il semble que l’importation de tuyauterie ait été une façon de diversifier les timbres et d’obtenir un haut standard de qualité. Un des comptes rendus sur le grand orgue Louis Mitchell de l’église Holy Family de Chicago, en 1870, nous apprend que les 18 jeux d’anches, les 15 rangs de Plein-Jeu, les Gambes et l’Octavin du Récit proviennent de la maison Voignier Père & Fils, 50 rue Vavin à Paris. Il est mentionné que « le facteur (Louis Mitchell) porte les anches françaises en très haute estime », que le reste de la tuyauterie a été fabriquée chez L. U. Stuart de New York et que tous les tuyaux de bois l’ont été chez Louis Mitchell à Montréal. Le même genre de mélange de tuyauteries française et nordaméricaine est visible, entre autres, à NotreDame de Lévis, Saint-Sauveur de Québec, et Saint-Augustin-de-Desmaures. Cependant, à partir de 1874, les choses se compliquent pour les importateurs : il y a une montée du protectionnisme et l’imposition de tarifs douaniers pour les biens entrant au Canada. Louis Mitchell, qui n’est pas épargné, embauche un tuyautier professionnel anglais nommé William Bolton et démarre la fabrication des tuyaux de métal à Montréal. Ils formeront des apprentis tels que Léon Houle qui terminera d’ailleurs sa carrière chez Casavant Frères. Plusieurs jeux des années 1880, magnifiquement réalisés, sont signés Léon Houle. La tuyauterie faite à l’atelier Mitchell est solide, les épaisseurs sont bien proportionnées et l’alliage, mesuré à Tignish (1882), a donné près de 25 % d’étain pour 75 % de plomb. Pour leur tuyauterie de bois, le pin blanc est privilégié pour les basses de 16’ et 8’ et le cerisier à partir des tuyaux de 4’. Les lèvres sont généralement en noyer noir. Par la suite, dans les années 1880, Mitchell utilise le noyer cendré pour les tuyaux de 4’ et moins. Il est aussi intéressant de constater que, chez Mitchell, il est très rare de voir des jeux avec basses en bois et des dessus en métal. Un jeu de métal est tout en métal et un jeu de bois est tout en bois. En général, la majorité des jeux flûtés sont entièrement en bois : Bourdons de 16’ et 8’, Flûtes traversières 8’, (pyramide) 4’, et Flûtes creuses 4’. Napoléon Déry : À Saint-Michel-de-Bellechasse, toute la tuyauterie de métal est importée et il en est certainement de même pour tous les instruments de Déry. Par chance, une signature sur le premier DO du Hautbois 8’ nous a permis d’identifier la Pierce Organ Pipe Company, de Reading, MA comme étant fournisseur officiel. Les tuyaux Page 20

sont en « spotted metal » et d’une qualité et solidité extraordinaires. Les tuyaux de bois sont tous faits chez Déry. Le pin blanc et le cerisier sont aussi privilégiés. Cependant, la qualité de fabrication des tuyaux de bois est inférieure à celle de Mitchell et à celle des frères Casavant, surtout au niveau des biseaux et de la bouche. En fait, on sent une main et des gestes moins expérimentés pour la mise en harmonie, mais le résultat sonore n’est pas moins intéressant. Casavant Frères : Au tout début de leurs carrières, il semble que les frères aient fabriqué la plupart tuyaux de fonds mais pas les anches. Il y a encore des traces de cette tuyauterie à la chapelle NotreDame-de-Lourdes à Montréal. Ils n’hésitent pas non plus à importer de la tuyauterie française, comme c’est le cas à la basilique Notre-Dame de Montréal et à la cathédrale de Saint-Hyacinthe. Mais rapidement, ils deviendront indépendants des fournisseurs en fabriquant toute la tuyauterie. Il 1880 et 1890 qui témoignent de la première façon de faire de Casavant Frères. En général, la tuyauterie est en étoffe (common metal 20 % d’étain, 80 % de plomb), les gambes et les anches à 50 % d’étain avec les basses de 8’ et les six premiers tuyaux des 4’ en zinc. On ne voit pas d’étain à plus de 50 % sauf dans les tuyaux importés de France. Dans les instruments observés, la tuyauterie était très épaisse, et le métal a tendance à gercer facilement. Peut-être est-ce dû à la présence d’un taux d’antimoine trop élevé? La forte épaisseur du métal rend l’accord très difficile surtout et cela a tendance à emboutir les pieds et à affaisser les tuyaux à la bouche. Les rigoles des anches sont coniques et en continuation avec les pratiques nord-américaines. On observe aussi la présence de Trompettes harmoniques, ce qui n’est pas le cas chez les autres facteurs. Chez les Casavant, il y a moins de Flûtes ouvertes en bois que chez Mitchell ou Déry, mais les Bourdons de clavier et de pédale 16’-8’, les Flûtes de pédale et les en faveur du pin et les grands tuyaux de 16’ sont en peuplier. La qualité de réalisation des tuyaux de bois est impeccable à tous points de vue.

1

Robin Côté est vice-président chez Juget-Sinclair Mixtures, numéro 48, mai 2018

Profile for FQAO

Mixtures # 48, mai 2018  

Mixtures # 48, mai 2018  

Profile for fqao
Advertisement