Page 17

Quelques nouvelles de Kenneth Gilbert par Hubert Laforge On me demande régulièrement dans les milieux de la musique, d’ici ou de France, des nouvelles de notre illustre collègue. En particulier sur son état de santé. Car on le sait dans un établissement de soins de longue durée à Québec. Autant il est aisé d’en parler de vive voix avec collègues et amis, autant il est délicat de s’exprimer par écrit. Je céderai à l’invitation de le faire, tout en essayant d’y appliquer la discrétion qui s’impose. aux années 1960 (arrivée des premiers Beckerath atelier de facture de clavecins (à Montréal puis à Québec) ainsi qu’à nos rencontres chez moi ou encore à Paris et à Maintenon, souvent autour de bien sûr son implication exceptionnelle et nos échanges continus (il m’avait invité à prendre la de l’orgue parisien de 1753 détruit lors du siège de Québec six ans plus tard. Florence et moi rendons visite à Kenneth avec une certaine régularité. Il vit dans un cadre médical rassurant, sous l’attention vigilante de Maurice Decker. Son état physique est relativement stable. Il a bon appétit. C’est la mémoire défaillante, comme on sait, qui le fait le plus souffrir. Je lui apporte à lire sur des sujets d’actualité politique, sur des questions d’histoire ou de musique. Il lit avec attention, fait quelques observations parfois étonnamment pertinentes ou même teintées d’humour, mais il oublie dans les minutes qui suivent. Il ne me reconnaît pas toujours, ou alors seulement vaguement. Son enfance lui revient comme encore récente, heureux par exemple de montrer un joli portrait de sa mère dont il parle . Dernièrement, j’avais apporté mon S’arrêtant aux griffonnages dans les marges ─ il essayait de se souvenir ─ il faisait quelques remarques jusqu’à me féliciter (le professeur revenant n’est-ce pas) pour les lettres B.A.C.H. dont j’avais coiffé les premières notes de la 4e Fugue ... J’ai pensé qu’on apprécierait quelques photos récentes qui en disent plus que les mots sur le cadre de vie et l’état de notre ami.

Mixtures, numéro 48, mai 2018

1) Le jour de Noël à une précédente maison de retraite, en compagnie de Maurice Decker et Éric Rioux. 2) Évocation de la mémoire de Scott Ross en couverture de la revue Diapason marquant le 20e anniversaire de la disparition du célèbre claveciniste. (« Comment, Scott est mort et on ne me l’a pas dit ? ») 3) Lors du récital clavecin et orgue de John Grew, en mai 2015, à la Chapelle du Musée de l’Amérique francophone. 4) Le 17 décembre dernier, lendemain de son 86e anniversaire, on voit Kenneth feuilletant Mixtures et lisant, amusé, l’anecdote de l’organiste centenaire Claude Lagacé au volant d’une Maserati. (« Mais … il me semble que M. Lagacé n’avait pas de voiture ») 5) Moment de détente chez Florence et Hubert en 2016.

Page 17

Profile for FQAO

Mixtures # 48, mai 2018  

Mixtures # 48, mai 2018  

Profile for fqao
Advertisement