Page 27

L’orgue du diable Anne Chasseur L’orgue de l’église du Chant d’Oiseau, Notre-Dame-des-Grâces, à Bruxelles, surnommé « l’orgue du diable » du fait de sa puissance, est un instrument contemporain. Il a été construit en 1981 par le facteur allemand Detlef Kleuker (4 claviers, 46 jeux, 76 rangs). Son buffet, haut de plus de 14 mètres, est traversé de 4 rangs de chamades et l’arrièrefond est teinté en dominante « rouge-sang », conférant à l’ensemble un étrange allure faunesque. Dans un programme varié allant de J.S. Bach à Marcel Dupré, l’artiste, par son jeu intéressant, nous démontre la palette complète de couleurs de cet instrument. Enregistrement recommandé. www.annechasseur.ch Symphonic Organ Music from Brussels and Paris Els Biesemans Sur l’orgue (3 claviers, 36 jeux, 42 rangs) d’esthétique symphonique à la Cavaillé-Coll, construit en 1910 ,par Salomon Van Bever pour l’église des Dominicains, à Bruxelles, l’artiste nous présente, en première mondiale, des œuvres méconnues qui ont vu le jour dans l’école d’orgue de Bruxelles aux alentours de la première guerre mondiale (Paul Gilson, Raymond Moulaert, Joseph Jongen, Valéry Aubertin). Elles sont accompagnées de deux figures de proue de l’école d’orgue de Paris: César Franck (Pièce héroïque) et Louis Vierne (Symphonie no 4). La brillante technique et le jeu précis de l’artiste nous donne, dans un programme original, un enregistrement remarquable. ETCETERA, KTC 1299

Récit au Grand Orgue Jacques Boucher et Odile Thibault Éditions de la Taille, 2006, 374 pages Itinéraire d’un homme passionné qui ouvre avec générosité les portes de son univers artistique, développé durant toute une vie à travers la démarche si particulière d’un musicien aveugle. Tout au long d’un entretien avec Jacques Boucher, Antoine Reboulot livre un témoignage d’une vie personnelle et artistique intense. Compositeur intègre, interprète de talent tant à l’orgue qu’au piano, pédagogue recherché, personnalité douée d’une langue colorée, vraie et précise, Antoine Reboulot raconte son enfance, sa cécité, ses premières émotions musicales, son éducation au sein du prestigieux Institut National des Jeunes Aveugles, à Paris. L’un des derniers représentants d’une lignée qui a commencé avec Franck, témoin privilégié et acteur à part entière de la vitalité de l’école d’orgue française au XXe siècle, Antoine Reboulot dévoile aussi ses regards sur les grands artistes qu’il a connus, comme Widor, Vierne, ses maîtres, comme Marchal, Dupré et Caussade, ou ses grandes amitiés, comme celle qui l’a lié toute sa vie à Gaston Litaize. (Texte de présentation) Mixtures, numéro 26, avril 2007

Page 27

Profile for FQAO

Mixtures #26, avril 2007  

Mixtures #26, avril 2007  

Profile for fqao
Advertisement