Page 1

Numéro 25

Novembre 2006

Mixtures Bulletin de liaison de la Fédération Québécoise des Amis de l’Orgue

www.fqao.org


Mixtures

Sommaire

Coordonnateur Robert Poliquin

4 Comité de rédaction Claude Beaudry, Irène Brisson, Noëlla Genest, Michelle Quintal, Robert Poliquin Collaborateurs à ce numéro Gaston Arel, Claude Beaudry, Suzanne Bellemarre, Irène Brisson, Paul Cadrin, André Côté, Louise FortinBouchard, Rémi Martin, Michelle Quintal, François Widmer, Hellmuth Wolff, Martin Yelle

Éditorial Les organistes

5 13 16

Antoine Bouchard (suite et fin) Léonce de Saint-Martin (3e partie et fin) Martin Brossard Les congrès/conférences

10

Révision linguistique

Jean Sébastien Bach et les influences de l'Europe centrale et méridionale. Une conférence du Westfield Center à Victoria, en Colombie Britannique.

Jean-Paul Saint-Germain

Les instruments Impression Les Impressions J.L. Inc. 2650, chemin du Petit Village Québec, QC G1C 1V9 Abonnement: 20$ par année

17 Église Sainte-Hélène de Breakeyville Les chroniques 23

Fédération Québécoise des Amis de l’Orgue

23 24

Administration et Trésorerie Réal Gauthier 1749, rue Boisvert Laval, QC H7M 2L1

26 28 29

Nécrologie Nouvelles de régions - Québec - Mauricie - Rimouski Publications L’orgue sur le web Revue des revues

Courriel: realgau@yahoo.com Mixtures Robert Poliquin 1203, avenue d’Argenteuil Québec, QC G1W 3S1 Courriel: poliquin.robert@videotron.ca Dépôt légal Bibliothèque national du Québec et Bibliothèque nationale du Canada novembre 2006 ISSN 1201-5741

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

En couverture Orgue Guilbault-Thérien, Opus 35, 1990 39 jeux, 63 rangs Traction mécanique Chapelle du Grand Séminaire Montréal, QC

Page 3


Éditorial Mixtures, une nouvelle équipe et un nouveau format Pour la publication des deux derniers numéros de « Mixtures », les membres du conseil d'administration se sont partagé les tâches. Sur papier, les rôles de chacun étaient bien définis, mais, dans la réalité, le travail d'une équipe dispersée de Montréal à Rimouski a soulevé de sérieux problèmes de coordination. Ils ont jugé préférable de confier le travail à un comité de rédaction rattaché à la direction de la FQAO mais constitué de membres recrutés aussi hors de son conseil et de préférence d'une même région. Ils se sont inspirés du mandat d'une autre revue professionnelle, la revue « Documentation et bibliothèques » publiée par l'Association pour l'avancement des sciences et des techniques de la documentation (ASTED), dont le soussigné a été le directeur de la rédaction pendant plusieurs années. Monsieur Robert Poliquin a accepté de constituer cette équipe. De plus, il nous a proposé une nouvelle maquette et nous a suggéré de profiter de ce changement pour y introduire la couleur. Nous saluons le nouveau comité de rédaction formé de monsieur Robert Poliquin, coordonnateur et de ses membres, mesdames Irène Brisson, Noëlla Genest, Michelle Quintal et monsieur Claude Beaudry, à qui la direction de la FQAO confie l'avenir de « Mixtures ». Avec la contribution assurée de collaborateurs, cette équipe saura poursuivre vaillamment l'œuvre de monsieur Gaston Arel, le fondateur et premier directeur, et à Italique Inc. qui en a assuré la conception graphique et la mise en page depuis le premier numéro. Gérard Mercure Président

Mot du coordonnateur Vous avez entre les mains la toute nouvelle présentation de la revue « Mixtures ». Comme vous le constatez, elle vous parvient sous un nouveau visage tant au niveau format et que de la présentation. Profitant de l'expertise de l'imprimeur et de son équipe d'infographes, nous avons mis au point une présentation qui se veut soignée et agréable pour le lecteur tout en assurant une visibilité optimale pour les commanditaires. Une telle métamorphose engendre nécessairement des coûts plus élevés au niveau de l'impression. Afin que la revue atteigne son autosuffisance au niveau du financement, il a été décidé d'élargir l'éventail de nos commanditaires et de solliciter de nouveaux appuis afin de poursuivre le développement de la revue. À nos facteurs d'orgues québécois qui nous ont toujours appuyés et à qui nous devons de grands mercis, nous avons ajouté deux nouvelles catégories de commanditaires : d'abord celle des services connexes à l'orgue (accordeurs, réparateurs, installateurs, éditeurs de répertoire d'orgue, fournisseurs de produits et services pour les organistes, etc.) et ensuite, nous avons pensé faire appel à nos membres qui occupent des emplois professionnels afin qu'ils puissent s'afficher aux yeux des autres membres et leur offrir leurs services. Un effort financier additionnel a aussi été demandé aux associations fédérées en augmentant le prix de vente de la revue. L’élaboration de ce projet a présenté un défi formidable. Le résultat est le fruit du travail de plusieurs bénévoles qui, de la rédaction des textes en allant jusqu’à la mise en page en passant par la recherche de commanditaires, ont mis la main à la pâte. Les membres du conseil d’administration de la FQAO ayant donné leur aval au projet, il reste que son succès sera complet seulement si toutes les personnes impliquées dans le domaine de l'orgue au Québec se serrent les coudes et appuient concrètement la seule revue d'expression française dédiée à l'orgue au Canada. Nous invitons vos commentaires et suggestions. Robert Poliquin Coordonnateur Page 4

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


Antoine Bouchard (suite et fin)

Par Claude Beaudry en collaboration avec Louise Fortin-Bouchard

D'autre part, la SRC avait conclu au préalable des ententes avec les radios nationales des pays concernés pour les prises de son et aussi pour l'accès aux églises choisies de chacun de ces pays. En compagnie d'André Clerk, réalisateur à la SRC et d'Anne Dugas, assistante et interprète, la tournée d'enregistrements s'est faite au printemps de 1974. Il en est résulté la mise en ondes de vingtet-une émissions hebdomadaires sur le réseau FM de la SRC en 1975, avec reprise partielle en 1976. Cette entreprise, qui ne manquait pas d'originalité, a permis à l'auditoire de la Société RadioCanada d'entendre de nombreux chefs-d'œuvre de la musique d'orgue européenne d'avant JeanSébastien Bach, sur les instruments d'époque les plus aptes à reproduire idéalement ce répertoire. Rappelons ici que l'orgue le plus ancien et le mieux conservé, inclus dans cette tournée, a été construit en 1475 et se trouve dans la ville de Rysum, en Frise orientale, au nord-ouest de l'Allemagne. De plus, il est le plus ancien orgue encore jouable d'Allemagne. L'intérêt pour la facture d'orgues

La tournée européenne des orgues historiques En effet, à l'occasion d'une année sabbatique, en 1973-1974, Antoine Bouchard a élaboré un projet très ambitieux, grâce à l'aide du Conseil des Arts et à la collaboration de la Société Radio-Canada. L'objectif consistait à réaliser des enregistrements sur les instruments anciens les plus remarquables d'Espagne, de France, de Suisse, d'Italie, d'Allemagne du Nord et de la Hollande. En préparation de la tournée, l'abbé Bouchard s'est

installé à Nice en 1973 pour mettre au point son répertoire.

Parallèlement à sa carrière de professeur, Antoine Bouchard prend part au renouveau de la facture d'orgue au Canada, et sa réputation d'expert en composition d'orgue se répand rapidement. C'est pourquoi il n'est pas rare qu'on fasse appel à ses conseils judicieux lors de la construction d'orgues neufs ou la restauration à l'identique d'instruments patrimoniaux de l'est du Canada. Ce qui l'a amené naturellement à écrire de nombreux articles sur l'évolution technique et esthétique de la facture d'orgue canadienne. D'ailleurs, le remarquable orgue Casavant de l'église de SaintPascal-de-Kamouraska, dans la conception et la composition duquel il s'est impliqué sérieusement, est sans aucun doute un de ses plus beaux fleurons! Cet instrument est en effet « reconnu comme l'un des plus attachants pour la richesse de ses timbres, l'équilibre de sa structure sonore et la réussite de son métissage entre les traditions baroques de l'est de la France et celle de la Saxe3. »

_____________________________________ 3

Pachelbel, The Complete Organ Works, Dorian Recordings, 1999. 11 disques compacts (Livret d'accompagnement, p. 10-11).

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

Page 5


Les disques et l'édition musicale Parmi les éléments les plus remarquables de la production discographique et musicale d'Antoine Bouchard, il faut signaler tout d'abord un ouvrage pédagogique : Anthologie de l'organiste. Ce document présente, sur trois disques 33 rpm, 53 pièces du répertoire liturgique accompagnant un recueil intitulé L'Organiste. Cette collection (disques et volume), préparée en collaboration avec le Mouvement ALPEC de Québec, dans un esprit de renouveau de la musique liturgique post-Vatican II, rend toujours de grands services aux organistes liturgiques, leur offrant, à portée de main, un répertoire accessible, annoté de suggestions d'interprétation et de registration, et choisi judicieusement en fonction des différents moments du cérémonial liturgique. Signalons aussi le coffret de deux disques compacts intitulé Les plus belles orgues, édité chez Analekta, en 1974, et comprenant les enregistrements faits sur les orgues anciens du nord-ouest de l'Allemagne, à partir des bandes originales de sa tournée européenne de 1973-1974. De plus, on ne peut passer sous silence le superbe coffret double, également sur disques compacts, des dix-huit Chorals de Leipzig de Jean-Sébastien Bach, complété par les préludes et fugues BWV 544 et 548, enregistré sur le remarquable orgue Beckerath de l'église de l'Immaculée-Conception de Montréal, et édité chez REM en 1990. Il ne faut pas oublier enfin la réalisation d'un important projet d'enregistrement, complété au seuil de ses années de retraite, grâce au généreux support de l'Université Laval, avec l'aide du producteur Jacques Boucher, de l'ingénieur André Archambault et du musicologue français Gilles Cantagrel. Il s'agit de l'intégrale de l'œuvre pour orgue de Johann Pachelbel sur onze disques compacts, enregistrés en cinq séances de 1996 à 1999, pour la maison Dorian Recordings, sur l'orgue Casavant de l'église Saint-Pascal-de-Kamouraska. Ce projet magistral, dont on trouvera une présentation plus élaborée dans un précédent numéro de Mixtures4, a été réalisé à la suite d'un minutieux travail de recherche de sa part, à la fois pour mettre la main sur l'ensemble des œuvres de cet illustre précurseur du grand Bach, et en organiser l'ordre de présentation. De plus, afin d'aider l'auditeur à identifier facilement les sources dont il s'est servi, Antoine Bouchard a mis au point un catalogue des œuvres du compositeur. L'ensemble

constitue une première mondiale, parue de 1999 à 2001, et qui a reçu d'excellentes critiques! Les Amis de l'orgue de Québec Au début de l'année 1966, à la suggestion de Bernard Lagacé de Montréal, l'organiste suisse Lionel Rogg était invité à Québec pour y présenter un récital d'orgue. Cet événement fut l'élément déclencheur d'une brillante idée qui a germé dans l'esprit d'Antoine Bouchard et de quelques autres musiciens de Québec, qui se prirent à rêver de fonder à Québec une société de concerts d'orgue, un peu à l'image de celle qui existait déjà depuis de nombreuses années en France. C'est ainsi qu'en 1966, Marius Cayouette, alors secrétaire de l'École de musique, convoqua en assemblée Antoine Bouchard, Jean-Marie Buissières, Claude Lagacé, madame Maurice Lagacé et Claude Lavoie, dans le but de mettre sur pied, dans la région de Québec, la Société des amis de l'orgue de Québec, dont les cofondateurs étaient : Pierre Boutet, président, Claude Lagacé, vice-président, l'abbé Matthias Pelletier, secrétaire général, Antoine Bouchard et Paul-Émile Talbot, directeurs. Au moment de son incorporation en 1972, l'organisme culturel prit le nom officiel de Les Amis de l'orgue de Québec inc. Cette nouvelle société musicale québécoise  dont les objectifs étaient et sont toujours d'offrir à la population de la région de Québec la possibilité de connaître, voir et entendre l'orgue à tuyaux à l'occasion de concerts, de conférences et de visites d'instruments  est toujours très active. Elle regroupe quelques centaines de fidèles amateurs d'orgue de la région de Québec, leur offrant actuellement à chaque année, six concerts, un atelier de présentation de l'orgue, une conférence et une excursion dans le but de visiter des orgues au Québec ou dans les provinces limitrophes. Son œuvre ultime Après quarante ans de travail assidu auprès de ses élèves et de ses collègues de l'Université Laval, le temps était venu pour Antoine Bouchard de tirer sa révérence. À la suite d'un concours, Richard Paré fut alors choisi pour prendre la relève. Mais, une fois retraité en 1997 et honoré du titre de Professeur émérite 1999, il n'était pas homme à s'asseoir sur ses lauriers! Bien sûr, il avait le loisir d'admirer à satiété le superbe paysage du Saint-Laurent et des Laurentides qui s'étalait sous ses yeux et presque à ses pieds, derrière sa confortable résidence de Saint-Nicolas, près de Québec. Mais il a plutôt constaté que, tout en profi-

__________________________________ 4

Antoine Bouchard, « Johann Pachelbel », Mixtures 19 (novembre 2003), p. 5-9. Page 6

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


tant de sa situation de retraité, il était temps pour lui de réaliser le rêve qu'il caressait depuis longtemps, soit de consigner par écrit le résultat de ses recherches et de ses réflexions sur l'interprétation de la musique ancienne à l'orgue. L'abbé Bouchard s'initie donc à l'informatique et s'attelle à la rédaction de son projet, à savoir de tenter d'expliquer comment les éléments fondamentaux du discours musical, dont les notions de l'articulation, de l'accentuation, du phrasé et du rythme, ont évolué depuis la période baroque. À partir de textes d'auteurs anciens ou contemporains et de son expérience de musicien-pédagogue, il propose à l'organiste moderne des moyens qui lui sont accessibles pour tenir compte de cette évolution dans la manière de toucher le clavier. Plus concrètement, il part d'un choix d'œuvres pour orgue de Bach, Couperin et Franck qu'il commente et annote en vue de proposer une interprétation possible. « Ce petit ouvrage se veut d'abord une synthèse réconciliant théorie et pratique. Il contient aussi les remarques d'un professeur d'expérience sur la technique corporelle du jeu de l'orgue. Sur le plan esthétique, la pensée de l'auteur repose principalement sur la conviction que l'orgue n'est jamais aussi émouvant que lorsqu'il chante.5» Cet essai de 129 pages, intitulé Quelques réflexions sur le jeu de l'orgue, a été publié en 2003 par les Presses de l'Université Laval. Parmi les critiques, l'organiste français Dominique Joubert affirme, au sujet de cet ouvrage, que « son originalité vient essentiellement de la modestie naturelle de son auteur qui, historiquement parlant, a commencé à réfléchir dès les années 50 au chant naturel de la musique organistique. […] Ces Réflexions sur l'orgue vont bien plus loin car elles contribuent à fixer la mémoire et à suivre l'évolution du jeu instrumental. Elles servent de repère historique dans cette époque charnière (les années 50-60 en tout cas), où un tournant capital a vu le monde de l'orgue se transformer de manière définitive.6». Son collègue Jean Ferrard ajoute que « je n'ai rien trouvé à redire, sinon d'insignifiants détails, à des principes aussi sains et aussi clairement énoncés. Ceci est sans aucun doute, en langue française, le meilleur texte disponible sur le sujet, à lire et à méditer

par tous les étudiants et  pourquoi pas?  par leurs professeurs…7» Les distinctions reçues 1995 : Ancien de l'année (Association des anciens du Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière) 1997 : Membre honoraire (Académie de musique du Québec) 1997 : Récipiendaire de l'Ordre Painchaud (Fondation Bouchard, La Pocatière) 1997 : Gloire de l'Escolle (Association des diplômés de l'Université Laval) 1999 : Professeur émérite (Faculté de musique de l'Université Laval) 2004 : Chevalier du Cercle du recteur (Association des diplômés de l'Université Laval) 2006 : Membre honoraire de la FQAO

Épilogue Ces éloges et ces récompenses sont vraiment mérités! En effet, la carrière de l'abbé Antoine Bouchard a été absolument remarquable. Professeur très compétent et interprète de grand talent, serviable, généreux de son temps et de sa personne, il n'a jamais refusé d'aller bien au-delà des tâches qui lui étaient dévolues, simplement pour le plaisir de rendre service, aussi bien à sa famille qu'à ses étudiants, ses collègues, son milieu de travail et la société en général. D'ailleurs, ses élèves lui ont prouvé leur appréciation et leur attachement en lui organisant une magnifique fête au moment de son départ pour la retraite en 1997. Malgré la disparition encore récente de sa sœur Marguerite, dont il était très proche, puisse-t-il vivre encore plusieurs années de bonheur dans sa belle résidence, entouré de ses livres, de ses disques, de son ordinateur et, pourquoi pas… de sa superbe cave à vin, tout cela dans un merveilleux environnement naturel sur les bords du grand fleuve!

5

Bouchard, Réflexions, dos de couverture. Dominique Joubert, « Quelques réflexions sur le jeu de l'orgue, essai par l'abbé Antoine Bouchard », Bulletin d'information de l'Association Les Amis de l'orgue de Versailles et de S. Repin no 55 (juin 2004). 7 Jean Ferrard, « Recension de Quelques réflexions sur le jeu de l'orgue », Magazine Orgue no 85 (2005) : 47-48. 6

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

Page 7


2- Compositions musicales publiées Les publications 1- Discographie Bach, J. S. Les Chorals de Leipzig; Préludes et fugues BWV 544 et 548. Orgue Beckerath (1961) de l’église de l’Immaculée-Conception de Montréal. REM 311130/1-2, p1990. 2 disques compacts. Litaize, Gaston, Œuvres pour orgue. Orgue Casavant (1927) Guilbault-Thérien (1985) de la Basilique Notre-Dame de Québec. REM 311128, ©1990. 1 disque compact. Sommaire : Cinq pièces liturgiques; extraits des Douze pièces et des Vingtquatre Préludes liturgiques. L’orgue français classique en Nouvelle-France. Orgue Guilbault-Thérien (1991) du Grand Séminaire de Montréal. REM 311201, p1993. 1 disque compact. Sommaire : Nivers, Lebègue, Livre d’orgue de Montréal, Marchand. Les plus belles orgues. Sept orgues historiques, construits entre 1475 et 1699, du nord-ouest de l’Allemagne. ANALEKTA AN 2 8216/7, p1994. 2 disques compacts. Sommaire : œuvres de C. Paumann à J. S. Bach. Les orgues anciens du Québec. Orgue Casavant (1905) de Saint-Charles-de-Caplan (Pachelbel); orgue Déry (1874) de Saint-Roch-des-Aulnaies (Scheidt, Scheidemann); orgue Brodeur (1888) de Cacouna (Suites des 3e et 5e ton de Lebègue); orgue Mitchell (1891) de Vaudreuil (Raison et Franck). FONOVOX VOX 7829-2. 5 disques compacts. Noël à Saint-Pascal de Kamouraska, Orgue Casavant (1964) de Saint-Pascal de Kamouraska. FONOVOX VOX 7863-2, p1995 (©1972). 1 disque compact. Sommaire : Noëls français et J. S. Bach. Lebègue, Nicolas. Messe et extraits des Livres 1, 2, 3. Orgue Boizard (1714) de l’abbatiale SaintMichel en Thiérache, France. REM 311286, p1996. 1 disque compact.

« Prélude au Kyrie » et « In Paradisum », pour orgue. Le Tombeau de Henri Gagnon. SaintHyacinthe : Éditions Ostiguy, 1987. Prière à Marie, pour soprano et orgue. Chez l’auteur. 3- Édition musicale Anthologie de l’organiste. Québec : ALPEC, 1982. 4- Livres Témoins de la vie musicale en Nouvelle-France, en collaboration avec Élisabeth Gallat-Morin. Québec : Ministère des affaires culturelles, 1981. 76 p. Orgues au Québec, en collaboration avec André Cousineau. Fraize (France) : éditions Organa Europae, 1991. Quelques réflexions sur le jeu de l’orgue. Québec : Presses de l’Université Laval, 2003. 128 p. 5- Articles d’ouvrages collectifs « Essai de mise à jour de certains termes de la musique liturgique ». Actes du Symposium de la Fédération francophone des Amis de l’orgue. SaintLéonard (France) : éditions Organa Europae, 1992. « Gérard Morissette et l’orgue ». Gérard Morissette. Québec : Ministère des affaires culturelles, 1983. « Un orgue classique français à Montréal ». L’Orgue à notre époque (Actes du Symposium international tenu à l’Université McGill). Montréal : Université McGill, 1981. « L’orgue Warren de Deschambault »; « L’orgue Déry de Neuville »; « L’orgue et la musique en l’église de Saint-Jean-Baptiste ». Les Chemins de la mémoire, tome 3. Québec : Commission des biens culturels du Québec, 1999.

Pachelbel, Johann. The Complete organ works. Orgue Casavant (1964) de Saint-Pascal de Kamouraska. Dorian DOR-93173, 93174, 93180, 93181, 93188, 93189, 93196, 93197, 93206, 93216, 93221, p1999-2001. 11 disques compacts (première mondiale). Page 8

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


6- Principaux articles de périodiques

« Casavant Frères ». Forces. 2 (printemps-été 1967). « Dix ans d’orgue au Québec ». La Vie musicale, 17 (septembre 1970). « Évolution de la facture d’orgue au Canada entre 1960 et 1975 ». The Organ Yearbook, IX (1978). « 300 ans d’orgue au Canada ». Musicanada, 35 (avril 1978). « L’état de la musique religieuse au Québec », (interview accordée à Jacques Boulay). Sonances, IV (octobre 1984). « Orgue, musique sacrée et tradition », (interview accordée à Michelle Quintal). L’Analyste, 10 (été 1985). « L’immense frustration du musicien dans l’église catholique ». Musicanada, 56 (février 1986).

« Le rôle de l’orgue dans la liturgie chrétienne ». Bulletin de Laudem, 1 (décembre 1990). « Questions sur la nature de la musique liturgique ». Bulletin de Laudem, 6 (automne 1992 - hiver 1993). «Réflexions sur certaines propositions du document Universa laus ». Laudem (Printemps 1997). Participation à un colloque. 7- Autres articles dans : L’Enseignement secondaire (Québec)  La Vie musicale (Québec)  Forces (Montréal)  Bulletin des Amis de l’orgue de Québec (Québec)  The Organ Yearbook (Buren, Hollande)  Musicanada (Ottawa)  Sonances (Québec)  L’Orgue francophone (Fraize, France)  Laudem (Montréal)  Liturgie, foi et culture (Montréal)  L’orgue (Paris)  L’Encyclopédie de la musique au Canada (TorontoMontréal)  Le Dictionnaire biographique du Canada (Québec-Toronto)  The Oxford Companion to Canadian History (Toronto).

« L’instrument électronique peut-il remplacer l’orgue dans la liturgie? ». Bulletin des Amis de l’orgue de Québec (mars 1990), réimpr. dans Bulletin de Laudem, 1 (décembre 1990).

L’orgue à Radio Ville-Marie Par Martin Yelle

Depuis le début de la présente saison, l’émission « Présence de l’orgue » est toujours à l’antenne de Radio VilleMarie. J’essaie, en animant cette émission, de rendre l’orgue présent auprès du public de Radio Ville-Marie et d’y présenter en priorité les artistes du Québec (organistes, facteurs d’orgue, compositeurs). L’émission est diffusée le dimanche après-midi de 13h30 à 14h30 sur tout le réseau de Radio Ville-Marie qui compte maintenant quatre fréquences : 91,3 Montréal, 100,3 Sherbrooke, 89,9 Trois-Rivières et 89,3 Victoriaville. Je suis ouvert à toutes suggestions et surtout à faire entendre les organistes de chez-nous, envoyez-moi vos enregistrements, il me fera plaisir de les faire diffuser. Si vous ne pouvez pas syntoniser Radio Ville-Marie via les ondes, vous pouvez entendre cette station en direct par internet à l’adresse : www.radiovm.com Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

Page 9


Jean Sébastien Bach et les influences de l'Europe centrale et méridionale Une conférence du Westfield Center à Victoria, en Colombie Britannique Par Hellmuth Wolff La conférence du Westfield Center, du 7 au10 juin 2006, a été organisée en honneur de Harald Vogel et aussi pour célébrer le nouvel instrument construit par Hellmuth Wolff dans la cathédrale Christ Church de Victoria. Cette cathédrale est peut-être l'édifice religieux le plus remarquable au Canada1. Cleveland Johnson, éditeur d'un livre dédié à M. Vogel, intitulé Orphei Organi Antiqui2, publié par le Westfield Center a surpris M. Vogel en lui présentant ce recueil d'essais de 400 pages. La réception d'ouverture de la conférence et la cérémonie se sont déroulées dans le prestigieux Parlement de Colombie Britannique grâce à Antony Humphreys, sergent d'armes au Parlement. (M. Humphreys est aussi directeur du Comité de l'orgue et marguillier de la cathédrale). Après cette réception, la cinquantaine de participants est montée vers la cathédrale anglicane pour assister au premier concert. L'éminent organiste William Porter, qui enseigne depuis peu à l'Université McGill, a choisi « un récital-évènement », concept ancien du temps de Bach, démontrant l'instrument plutôt que le répertoire. Il allait de Kerll via Pachelbel à J. S. Bach3. Ce récital allait être un des sommets de la conférence. M. Porter a fait preuve de son immense musicalité avec un jeu sensible. Une autre surprise pour le créateur de l'instrument était l'effet des mixtures à tierces. Le concert inaugural, donné par John Scott en octobre 2005, nous avait déjà démontré que nous n'avions pas complètement tort d'utiliser ce genre de mixtures, mais les concerts durant cette conférence auront révélé clairement les vertus des tierces qui relèvent, avec leur sonorité timbrée, les voix intérieures de la polyphonie4. En raison de funérailles, la session d'information de l'orgue ne pouvait pas se faire sur la tribune de l'orgue. Par ailleurs, au lieu d'une session « console libre », les participants eurent l'occasion d'assister, le samedi, à une présentation/improvisation ad hoc sur le nouvel instrument. Les grands improvisateurs que sont Vogel, Porter, et Belotti ont tour à tour excellé en illustrant trois différents aspects de l'orgue. Nous y reviendrons plus tard. Le jour suivant, une audience nombreuse allait écouter le titulaire de l'orgue, Michael Gormley, et Erica Johnson, boursière du Westfield Center, finissant ainsi son récital de doctorat de la Eastman School of Music. Page 10

Les deux artistes déviaient joyeusement du thème de la conférence. Gormley avec le choral numéro 3 de César Franck et Johnson avec une toccate de Sweelinck, Flight of Fancy, et Pas de Deux de William Albright. Gormley rendait admirablement bien la poésie du choral de Franck et Erica Johnson joua avec passion, nous voudrions certainement l'entendre encore et encore ! Le récital du soir fut donné par Harald Vogel, l'Orfei Organi du titre du livre, et l'artiste joua comme Orphée lui-même. Le programme de M. Vogel était imaginatif et coloré, comme l'étaient ses registrations. La Battalia rugissante de Kerll contrastait avec le bucolique Coucou joué sur les flûtes de 4', au grand plaisir de l'audience. La suite de Böhm Ach wie flüchtig, ach wie nichtig5 a été jouée comme une suite française, suivant des registrations telles que Dessus de Cromorne, Trio ou Voix humaine, etc. Le concert de vendredi midi, par Colin Tilney, a eu lieu dans la Chapelle de la Nouvelle Jérusalem. Son interprétation de Bach, Pachelbel, Fischer, Froberger et Frescobaldi était vivante et délicate et ses yeux scintillaient sous les applaudissements de l'audience. Il termina brillamment avec l'exubérante Suite anglaise No 6 de Jean Sébastien Bach. La révélation de la conférence est arrivée vendredi soir, du moins pour ceux et celles qui n'avaient pas encore eu la chance d'entendre le jeu d'Edoardo Bellotti. Le programme austère de Frescobaldi, Pachelbel et J.S. Bach aurait pu être académique, mais l'interprétation de M. Bellotti était tout simplement électrifiante. Si plusieurs parmi nous ont entendu l'Aria Variata alla maniere italiana de Bach pour la première fois, ce n'était sûrement pas le cas pour la Passacaille, qui, sous les mains de l'interprète, sonnait étonnamment comme une nouvelle pièce. M. Bellotti terminait son récital par une improvisation sur Wie schön leuchtet der Morgenstern, en nous conduisant à travers un paysage poétique dans l'idiome de Buxtehude à Bach jusqu'à Krebs. Le dernier jour était destiné à une démonstration des trois orgues de la cathédrale, à un récital de pianoforte par Ulrika Davidsson, un concert gala de l'ensemble vocal Cappricio et de l'organiste Carole Terry. En faisant sonner l'orgue de façon héroïque, l'ancienne élève de Mireille Lagacé jouait des pièces de Reger avec une fougue extraordinaire.

(suite page 24)

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


Église Saint-Thomas-d’Aquin (Sainte-Foy) Québec Orgue Providence, 1968 30 jeux, 26 rangs 34 jeux, 30 rangs (2006)

Relevage complet Réharmonisation complète Console neuve Ajouts de : Mixture III (Pédale) Fagott Regal 16’ (Positif) Fagott Regal 16-8-4 (Pédale)


The Church of the Redeemer, Cincinnati, OH

II/8 - Opus 25 2250, rue Pitt, atelier 307, Montréal (Québec) Canada H4E 4H1

Oeuvres pour orgue et pour choeur de

Denis Bédard Rachel Alflatt, gérante

8465 Quayside Court, Vancouver, BC, V5P 4W1 Tel./Fax: (604) 322-5995 cheldar@cheldar.com www.cheldar.com

Espaces disponibles


Léonce de Saint-Martin (3è partie et fin)

Par François Widmer1

Comme remarque d'ordre général, signalons aussi qu'au-delà de toute technique musicale ou organistique, on décèle dans une part majeure de l'œuvre de SaintMartin une intime liaison, une profonde connivence avec Notre-Dame. Souvent l'inspiration s'appuie sur des motifs grégoriens et l'influence des maîtres laisse son empreinte, mais la personnalité du compositeur est visible à chaque instant, dans une grandeur à l'image donc du monument où elle s'est épanouie. Mais Saint-Martin mérite aussi d'être connu et reconnu pour plus de soixante-dix transcriptions et adaptations concernant trente-cinq compositeurs, d'Albeniz à Vivaldi, en passant - parmi les plus inattendus - par Manuel de Falla, Glazounov, Moussorgski, Maurice Ravel et Rimski-Korsakov. Pour les plus spectaculaires de ces transcriptions, une large ouverture est évidente sur les possibilités orchestrales de l'instrument.

En guise de conclusion Un compositeur fécond On a cité en début d'article la réédition en cours de diverses œuvres de Saint-Martin, qui de son vivant fut publié chez Durand, Hérelle, Leduc et la Procure générale du clergé. Précisons alors que ses œuvres recensées couvrent la période 1908-1954. L'orgue y prédomine, soliste ou accompagnateur. Il est important de noter que la Symphonie dominicale (1946-1948) et la Symphonie mariale (1948-1949) figurent parmi les dernières œuvres composées en France en cette forme musicale20 amorcée par Franck (Grande Pièce Symphonique) et illustrée ensuite notamment par Widor et par Vierne. Par rapport aux œuvres précédentes ainsi évoquées, on peut remarquer un allégement de l'écriture, une harmonie moins massive, ainsi qu'un langage plus contrapuntique et plus dépouillé. L'écriture orchestrale se fait ainsi plus transparente et fluide, ce qui met en valeur la richesse et la pureté mélodique. Il y a donc une certaine avancée vers le néoclassicisme. _________________________ 1 Francois.Widmer@unil.ch Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

Deux CD existent qui pourront intéresser les organophiles souhaitant s'informer. Mentionnons tout d'abord l'enregistrement réalisé en 1995 à la cathédrale SaintAndré de Bordeaux par son titulaire Christian Robert, et publié en 2001 (Marcal Classics/MA010902), avec seize œuvres dont la Toccata de la Libération). Quant au CD «Léonce de Saint-Martin à Notre-Dame de Paris», avec Pierre Cochereau au grand orgue et Denise ChiratComtet à l'orgue de chœur (disques Fy & du Solstice, SOCD 161/CYD 75), il reprend des parutions vinyles antérieures d'André Charlin21 (1966 et 1972). En plus de diverses pièces d'orgue, on peut y entendre la Messe en mi (chœur, deux orgues et cuivres), le Magnificat (chœur et deux orgues), ainsi que l'émouvant In Memoriam (pour orgue et cuivre), créé le 8 mars 1941 lors d'une cérémonie tenue à Notre-Dame par solidarité avec les milliers de Français prisonniers en Allemagne, et qui déplut à l'Occupant. Saint-Martin et l'œcuménisme Le terme d'œcuménisme est utilisé à toutes les sauces depuis une quarantaine d'années (du fait du concile Vatican II), et comme nombreux sont nos lecteurs protestants, il vaut la peine d'en dire ici quelques mots. L'un des fondateurs de l'Association des Amis de Léonce de Saint-Martin fut le pasteur Georges Marchal (19051982). Jeune organiste de la paroisse dont il devint ensuite pasteur titulaire pour toute sa carrière, il fut élève de Saint-Martin pour la musique et l'orgue en particulier (il le désigna toujours comme "notre vénéré Maître"). C'est guidé par la personne et l'œuvre d'Albert Schweitzer (ce modèle d'un humanisme chrétien dépassant les Page 13


frontières dogmatiques ou idéologiques) qu'il fut considéré à Paris comme l'une des têtes de file du protestantisme dit libéral. Lors de sa consécration au ministère pastoral en 1930, c'est Saint-Martin qui tint l'orgue, tout comme lors de son mariage en 194622. Le pasteur joua un grand rôle parmi les créateurs de l'Association en raison de sa si grande intimité avec NotreDame et son organiste, non seulement du point de vue artistique, mais au cœur de sa pensée («Quand il m'accueillit pour la première fois à la célèbre tribune de Notre-Dame, j'eus tout de suite la démonstration de ce que pouvait être la tendresse associée à la grandeur»). Il y a un œcuménisme «au sommet», et un œcuménisme "à la base", pratiqué bien avant Vatican II. Comme l'a écrit Georges Marchal en 1965, SaintMartin pratiquait un œcuménisme inspiré par sa nature et par son art : «Par nature, notre vénéré Maître était porté à la générosité; il cherchait toujours ce qui pouvait unir, il recherchait les accords possibles, avec une inaltérable bienveillance. Il avait du mérite, car ses convictions propres [catholiques] étaient profondes. Quant à son art, il est évidemment banal de souligner le caractère universaliste, donc œcuménique, de la musique. Avec un fin sourire, Saint-Martin a souvent dit : au niveau de la tribune d'orgue le christianisme tout entier chante d'une voix humaine. Nous [les catholiques], nous jouons Bach, et de votre côté [les protestants], vous jouez Franck, Vierne et Tournemire.» Et c'est ainsi que Saint-Martin entretenait avec des personnalités protestantes notoires des liens d'amitié et de collaboration artistique et spirituelle. On peut même rappeler que sa triomphante Toccata de la Libération (1944) est dédiée à l'organiste protestante Marthe Bracquemond. Quelques avis Lorsque Léonce de Saint-Martin mourut à son domicile le 10 juin 1954, Marcel Dupré, avec le pasteur Georges Marchal, fut parmi les premiers à accourir. Dans un texte publié en 1966, il s'exprima comme suit : «Avec Léonce de Saint-Martin, nos relations étaient faites de chaleureuse amitié et de convergence musicale. C'est moi qui ai inauguré en 1932 son orgue personnel en sa demeure de la Place des Vosges (...). Tout d'abord, Saint-Martin représentait ce que j'appellerais la Grande Tradition des organistes de cathédrale. Je m'en suis rendu compte le jour où, au lendemain de la guerre de 1914-1918, je lui ai demandé, sans préavis, d'improviser une Sortie à Saint-Sulpice. Il avait manié pendant quatre ans d'autres bombardes que celles de l'orgue... Le résultat fut bien celui que j'attendais : de grands plans sonores bien nets, ponctués et phrasés avec autorité, remplissant le vaisseau et dans un style qui pour être châtié n'en était pas moins sensible et ému. Le second fait n'est pas moins évident : Page 14

comme virtuose, comme improvisateur et comme compositeur, Saint-Martin n'a cessé, au cours des années, de s'affirmer, de maîtriser toujours davantage l'immense domaine sonore où évolue l'organiste (...) Ses dernières œuvres sont celles d'une pleine maturité.» On pourrait s'étonner que l'avis de Dupré n'ait pu "retourner l'opinion" après le début des controverses en juin 1937. Mais peut-être a-t-on, hors de Paris, exagéré l'influence du titulaire de Saint-Sulpice. Il était certes maître absolu de la classe d'orgue du Conservatoire, mais les études d'orgue ne durent pas une vie. Et ainsi, sitôt diplômés, nombreux parmi ses élèves étaient ceux qui tenaient à se démarquer de lui, en toutes choses. Enfin, dans ses tournées internationales, il était certes souverainement accueilli, mais en France, à Paris, il eut lui aussi sa cohorte de détracteurs ! Michel Chapuis, qu'on ne saurait taxer de propagateur de la médiocrité, s'est exprimé plus récemment (dans Diapason, en 1999) : «C'était une grande époque pour l'orgue français : Marcel Dupré était à SaintSulpice, Léonce de Saint-Martin à Notre-Dame, et Olivier Messiaen à la Trinité.» Ce qui donne l'occasion de mentionner que le répertoire de Saint-Martin allait de Pérotin-le-Grand à Messiaen, précisément... Et il peut être utile de l'écouter interprétant J.S. Bach (Toccata et Fugue en ré mineur BWV 565) dans le coffret de cinq CD édité par EMI Classics en 2002 sous le titre «Orgues et organistes français du 20e siècle (19001950)23». L'enregistrement fut réalisé à l'église des Blancs-Manteaux en 1930, et il est stupéfiant de «modernisme» ! Avec une remarquable véhémence, il annonce clairement le tournant stylistique des générations suivantes (un stylus phantasticus avant la lettre). Dans tous les cas, pour les critiques qui ne faisaient pas partie d'une coterie de dénigrement (... et il y en avait), les commentaires au cours des ans se complètent et se recouvrent, permettant de cerner la personnalité et les qualités de l'interprète : «Il transforme tout ce qu'il touche en tableaux pleins de lumière et de couleur»; «Coloris de la registration, articulation impeccable, virtuosité fulgurante»; «Des dons étonnants de souplesse et de couleur»; «Une précision surprenante, un style impeccable». Le coffret EMI Classics contient aussi, toujours par Saint-Martin, l'interprétation à Notre-Dame de son Carillon (extrait de la Suite cyclique) et de sa transcription de Saint François de Paule marchant sur les eaux (Franz Liszt). Laissons alors la parole à Jean Ferrard, l'un des maîtres à penser de l'orgue en Belgique. Dans le Magazine de l'Orgue, dont il a la responsabilité (n° 70 de juin/septembre 2002), il regrette que, dans ces enregistrements de 1953, l'orgue de Notre-Dame sonne plus faux que jamais, ce qui est fort triste, car il y a indiscutablement du feu dans [le] Carillon. Quant à la transcription, on y trouve avec stupéfaction un soufMixtures, Numéro 25, Novembre 2006


le plus qu'épique : c'est véritablement fantastique, et ravale les débordements échevelés de Cochereau et Guillou à de l'enfantillage. Quel dommage que les techniques modernes ne permettent pas d'accorder les orgues avec effet rétroactif ! Cela ferait de cette plage un monument de grandiloquence insurpassable ! Et maintenant ? Une chose est évidente : c'est sur sa musique seule qu'il importe de juger Saint-Martin, et non sur les circonstances de sa nomination. L'Association des Amis de Léonce de Saint-Martin a été fondée dans le but non pas seulement d'honorer sa mémoire, mais aussi de faire vivre son œuvre. Les «jeunes générations» seraient bien inspirées de s'informer, comme suggéré au début de cet article, et - pourquoi pas - de faire l'effort de compléter un répertoire sans doute déjà copieux, mais que les créations du «chantre de NotreDame» sans nul doute enrichiront. Ce n'est pas sans émotion que l'on peut relire l'éditorial du n° 16/17 (juin 1978) du Bulletin de l'Association des Amis de Léonce de Saint-Martin, rédigé par Pierre Baculard et Jean Guérard : «Léonce de Saint-Martin vit toujours. On en parle, on nous en parle, nous en parlons. (...) Nous tiendrons le temps qu'il faudra. (...) Encore quelques années d'efforts et l'œuvre que nous servons fera partie du répertoire normal de tout organiste digne de ce nom.» Les générations passent, les querelles s'apaisent, on les oublie. En cette année du cinquantenaire Saint-Martin, nul doute que l'Association sera récompensée de tant de fidélité à une personnalité et une œuvre exemplaires.

Remerciements L'auteur est reconnaissant à MM. Pierre Baculard et Jean Guérard d'avoir rendu possible la rédaction de cet article par tant de conversations tenues dès l'an dernier, ainsi que par la mise à disposition de nombreux documents écrits. Ils sont respectivement président et coprésident de l'Association des Amis de Léonce de Saint-Martin. Leurs adresses sont les suivantes : Dr Pierre Baculard 39, avenue Mozart FR-75016 Paris / France tél. 0033 1 45 20 70 42 fax 0033 1 45 20 72 54 portable 0033 6 73 84 88 12 M. Jean Guérard 6, rue de Premol FR-77580 Montbrieux-de-Guérard / France tél. et fax 0033 1 64 04 70 80 20

Ont encore illustré le genre ultérieurement : André Fleury, Jean Langlais et Jean Guillou.

21

La France dut à ce technicien hors pair son premier microsillon et son premier disque stéréo.

22 Cela était en fait proscrit par le Droit canon alors en vigueur (participation active à un service religieux non reconnu). Pour faire bonne mesure, on pourrait aussi relever le paradoxe (apparent) de la fidélité du pasteur Marchal chaque dimanche aux Vêpres de Notre-Dame. 23

Il s'agit d'une sorte de réédition au second degré, la plupart de ces enregistrements ayant déjà paru en 1981 (... mais sans Saint-Martin !) sous forme de microsillons 33 tours (Pathé-Marconi, "Orgues et organistes français en 1930").

LES AMIS DES ORGUES DE LA CATHEDRALE d’EVREUX et de l’EGLISE SAINT-TAURIN viennent de faire éditer une brochure pour célébrer la construction du nouveau Grand Orgue de la Cathédrale d’Evreux, réalisée par Pascal QUOIRIN dans un buffet résolument contemporain par Bruno DECARIS, Architecte en Chef des Monuments Historiques. Cet ouvrage de 48 pages, abondamment illustré comportant d’intéressants exposés sur l’historique de la Cathédrale et de ses orgues, les étapes de la construction du nouvel orgue, les témoignages des artistes réalisateurs, la liste des parrainages des tuyaux d’orgue, des donateurs et mécènes, des membres fondateurs de l’Association, perpétuera le souvenir précieux d’un évènement exceptionnel de l’enrichissement de notre Patrimoine National. Brochure (s) de 48 pages sur le nouveau Grand Orgue de la Cathédrale d’Evreux au prix de 10 € Frais de port à ajouter ( jusqu’à 3 brochures : 2 € au-delà 3 € )

AM.OR.C.E. , 19 rue Charles Corbeau 27000 EVREUX (France) Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

Page 15


Martin Brossard Nouveau titulaire à Notre-Dame-du-Cap

Par Suzanne Bellemarre nous permet de sortir du cadre liturgique. » Il œuvre activement auprès des chorales de sa région tant au concert qu'à l'enregistrement. Parmi ses réalisations artistiques les plus importantes dans ce domaine notons deux albums avec le chœur «Les semeurs de joie» de Nicolet : chants sacrés et chants de Noël . Assumpta est avec le chœur des Sœurs de l'Assomption, album dans lequel on retrouve des chants sacrés inédits composés par des musiciennes de cette congrégation. Il a participé à la réalisation de la trame sonore d'un documentaire Les porteuses de lumière relatant les cent cinquante ans d'histoire des sœurs de l'Assomption de Nicolet dont l'écrivain Louis Caron fut l'instigateur. Rôle du titulaire à Notre-Dame-du-Cap

J'ai le privilège de vous présenter un musicien que je connais bien pour lui avoir enseigné l'orgue au CEGEP de Trois-Rivières. Martin Brossard est le nouveau titulaire à la Basilique Notre-Dame-du-Cap après y avoir travaillé une quinzaine d'années comme assistantorganiste. Il était, depuis 1987, organiste titulaire à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Nicolet. Notes biographiques Natif de Nicolet, Martin aborde l'étude du piano à l'âge de 15 ans sous la direction de sœur Anita Allard, à l'école supérieure de musique de Nicolet. Plus tard, il s'intéresse à l'orgue et entre au CEGEP de TroisRivières dans la classe d'orgue de Suzanne Bellemare. Il poursuit des études supérieures à l'Université Laval où il obtient une maîtrise en orgue sous l'habile direction d'Antoine Bouchard. Il s'initie également à la direction chorale et à l'écriture. L'organiste Martin est invité à se produire régulièrement comme soliste ou accompagnateur. Il est membre de la Ligue d'improvisation à l'orgue. « Un match d'impro est une expérience enrichissante. Ça stimule l'imagination, la créativité instantanée et ça Page 16

En plus d'assurer l'accompagnement à de nombreuses célébrations au Sanctuaire, on lui confie plusieurs responsabilités connexes à l'orgue. Il voit à l'entretien de l'orgue Casavant de 75 jeux, 3 claviers. Il est responsable de l'animation du chant, de la formation des animateurs. Il participe aux répétitions du «Chœur du Sanctuaire» (voix de femmes) et planifie les séries de concerts d'orgue d'été et d'hiver. « Mon rôle d'organiste liturgique est d'être au service des pèlerins en soutenant l'assemblée par des accompagnements appropriés. Avec mes improvisations inspirées des chants de la liturgie, je m'efforce de créer une atmosphère. La récompense ultime à la fin d'une journée avec les pèlerins est que ceux-ci me disent que ma musique les a fait prier et leur apporte paix et réconfort. » Direction chorale Très jeune, Martin est attiré par le chant choral. Il apprivoise la direction avec Chantal Masson à l'Université Laval. Il s'initie au métier d'abord comme chef de pupitre. Il est actuellement directeur musical du chœur «La clé d'or» de Nicolet. « Contrairement au rôle plutôt solitaire de l'organiste, au jubé, le chef de chœur est en relation directe avec un groupe de personnes. Il devient rassembleur et parvient à créer l'unité par la musique. » Martin est fréquemment invité pour animer des sessions de formation en chant choral.

(suite, page 20)

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


L’orgue Casavant de l’Église Sainte-Hélène de Breakeyville Un étonnant petit instrument

Ceux qui ont étudié l'orgue au Conservatoire de Montréal avant 1966 se souviennent certainement du petit instrument qui était installé dans l'auditorium au soussol de la bibliothèque Saint-Sulpice. Cet instrument avait été commandé par le Conservatoire à la firme Casavant, en 1947, pour l'enseignement et les récitals d'élèves. En 1966, il a été vendu à la paroisse SainteHélène-de-Breakeyville, accrochée aux méandres de la rivière Chaudière à l'orée de la Beauce. C'était alors un village «de compagnie», relié à l'importante firme de produits forestiers Breakey, dont le rayon d'action s'étendait jusqu'au Maine. Devenue maintenant un arrondissement de la grande ville de Lévis, la paroisse a connu au cours des dernières années une expansion considérable, la transformant en banlieue cossue de la rive sud de Québec. Au cœur du vieux village, une église en bois d'environ 300 places, d'un style néo-gothique plutôt sobre, est, depuis 1909, le foyer d'une vie communautaire particulièrement intense. L'orgue y a trouvé place au jubé avec un rare bonheur. Absolument rien, tant au plan visuel qu'au plan sonore, ne permet de soupçonner que l'instrument n'a pas été conçu pour cet emplacement. Même la façade du buffet a su s'ajuster exactement à la largeur de la nef. J'ai le plaisir de servir cet orgue depuis plusieurs années déjà et j'ai même pu superviser Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

Par Paul Cadrin

sa restauration en 2002. Je pense que cet instrument étonnant peut servir d'inspiration à ceux qui sont à la recherche d'un orgue qui soit à la fois modeste et polyvalent. Regardons d'abord sa composition d'origine. Dans sa version de 1948, cet instrument partiellement unifié de deux claviers jouit d'une composition tout à fait particulière, avec ses 8 ½ jeux logés dans une seule boîte expressive. Son édifice sonore repose sur un jeu de «montre» (qui n'est pas en montre, bien sûr) qui n'apparaît qu'au grand orgue, auquel s'ajoutent une gambe, une dulciane et un bourdon (nommé flûte harmonique, d'amour, etc.) utilisés aux deux claviers. Ces quatre jeux de 8' fournissent les 4', les 2' et même les mutations (nasard et tierce). Le récit possède également une voix céleste 8' indépendante. La pédale comprend un bourdon 16', repris en 8', distinct du bourdon des claviers, les autres jeux à bouche (principal 8', violoncelle 8') étant, eux, empruntés. On sera sans doute étonné d'apprendre que, à ces jeux à bouche, s'ajoutent pas moins de trois jeux d'anches : au grand orgue, une trompette 8' et une clarinette 8', et un hautbois 8' au récit. Une extension de la trompette 8' du grand orgue la fait apparaître en 16' à la pédale. La console offre donc 29 tablettes d'appel de jeux, plus un tremolo (qui affecte tout l'instrument) et les tirasses et accouplements habiPage 17


tuels. À cela s'ajoutent trois boutons de combinaisons à chaque clavier, trois pistons généraux, un piston " grand jeu " et une pédale de crescendo. Par quatre de ses jeux (montre, bourdon, gambe et dulciane), cet instrument se rapproche donc d'un grand nombre d'orgues unifiés installés à l'époque, notamment dans des chapelles de collèges et de couvents. Cependant, les trois anches, le bourdon autonome à la pédale et la voix céleste au récit, placent ce petit orgue dans une classe tout à fait à part. Au cours des années 90, des années de bons et loyaux services et, disons-le, d'entretien sporadique, avaient laissé leurs marques sur l'instrument. Déjà, en 1994, une première expertise avait été faite par Casavant, mais la Fabrique avait alors refusé de s'engager dans l'important projet de restauration et d'agrandissement que cette firme soumettait. Au début des années 2000, la situation était devenue intenable : les pavillons des tuyaux de la trompette s'étaient effondrés sous leur propre poids, le moteur d'expression ne fonctionnait plus et, surtout, un grand nombre de contacts dans la console étaient devenus soit muets, soit intermittents. Une restauration complète s'imposait. Grâce à la générosité des paroissiens, aidés des Sœurs de la Charité de Québec, cette restauration a pu être commandée au facteur Jean-François Mailhot. En plus d'un nettoyage général, de la réparation de toutes les défectuosités et de la réharmonisation, le contrat prévoyait quelques améliorations à la composition sonore, améliorations dictées par les nombreuses années d'expérience que j'avais déjà acquises à cet instrument. Notons qu'en raison des complexités électriques et pneumatiques inhérentes à l'unification, toutes ces modifications devaient se faire sans changer l'architecture interne de la console. Le jeu de dulciane, tellement discret qu'il était pratiquement inutile, a été coupé en 4' et réharmonisé pour en faire un prestant étroit. Le récit a ainsi acquis le véritable principal qui lui manquait et l'équilibre des deux claviers en a été considérablement amélioré. Ce prestant a également servi de matière première à une nouvelle doublette au récit et à un sifflet 1' au grand orgue. L'interprétation de certaines pièces du répertoire était exclue en raison de l'absence totale de 4' à la pédale. Un des trois jeux de 8', le violoncelle, a donc été sacrifié au profit d'une " basse de choral " tirée du principal du grand orgue. Le bourdon 16' du grand orgue, qui ne commençait qu'au do2, a été complété vers le grave par emprunt à son homonyme de la pédale. Par ailleurs, on n'a pas hésité à remplacer, au récit, le jeu de tierce par un larigot 1 1/3' emprunté au nouveau prestant. Je n'ai d'ailleurs jamais compris pourquoi, sur les orgues unifiés, on s'obstinait à introduire des soi-

Page 18

disant jeux de tierce. La tierce de l'échelle tempérée est tellement fausse que la sonorité de ces jeux se rapproche beaucoup plus de celle de l'orgue Hammond que de celle d'un jeu de tierce digne de ce nom. La quinte tempérée étant beaucoup plus proche de l'intervalle acoustiquement juste, les nasards et larigots peuvent, eux, remplir à peu près adéquatement leur rôle, ce qui n'est certainement pas le cas de la tierce. L'orgue ne possède pas de mixtures, mais les réemplois, dans les octaves supérieures, de la montre du grand orgue et du nouveau prestant s'additionnent pour produire un effet qui se rapproche sensiblement de celui d'un petit plein jeu, au récit, et d'un grand plein jeu au grand orgue. Les nombreuses anches permettent de faire sonner un grand jeu à la française très convaincant et de surcroît bien équilibré entre récit et grand orgue. Un seul défaut n'a pas pu être supprimé lors de la restauration, car sa correction aurait entraîné des frais disproportionnés. Pour obtenir la trompette 16' de la pédale, on avait ajouté une octave grave à la trompette 8'. Étrangement, ces douze tuyaux, placés sur un sommier séparé au fond de la boîte expressive, ne sont pas ceux d'un jeu de trompette, mais bien d'un jeu de bombarde. Le changement de caractère est nettement perceptible quand on joue le jeu séparément, mais la disparité s'atténue quand on se sert de cette «trompette» à l'appui d'une registration importante, ce qui, bien sûr, est à peu près toujours le cas. Les raisons qui justifieraient le fait que cette octave ne soit pas de même facture que le reste du jeu demeurent pour moi mystérieuses. La restauration de l'orgue a été l'occasion d'un réaménagement complet du jubé, dont la disposition était un véritable défi au bon sens en même temps qu'une menace constante à la sécurité de ses occupants. Le récital d'inauguration de l'orgue et du jubé restaurés a été donné par M. Pierre Bouchard, le 29 septembre 2002. Par un répertoire varié, composé d'œuvres de Pachelbel, Mozart, Bach, Boëllmann, Franck et Widor, il a su mettre en valeur les étonnantes ressources de ce petit orgue. L'instrument rajeuni s'avère d'une rare efficacité tant dans son rôle prioritaire d'accompagnement de solistes, instrumentistes, chorale ou assemblée, que dans l'interprétation des œuvres les plus diverses, et ce, sans devoir faire de sérieux compromis. Il n'y a que les grandes pièces à caractère symphonique du 19e et du 20e siècles qui dépassent vraiment ses moyens. Avec un minimum d'astuces, on peut même faire oublier complètement les quelques carences provoquées par l'unification. Et, bien sûr, les trois jeux d'anche offrent des possibilités qu'on ne trouve habituellement que sur des instruments beaucoup plus importants.

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


Je tiens à souligner les remarquables qualités de l'harmonisation effectuée par M. Mailhot. Tout en respectant scrupuleusement le caractère général de l'instrument, il a su lui ajouter cette parcelle de lumière et de puissance qui lui faisaient défaut. La montre est large et ronde comme tous les jeux de ce type fabriqués par Casavant à l'époque, mais sans empâter la sonorité. Le bourdon des claviers a toute la légèreté et la clarté qu'on souhaite, que ce soit pour l'interprétation de la musique du 18e siècle ou pour l'accompagnement de chanteurs amateurs. La gambe, la voix céleste et la clarinette offrent les ressources nécessaires à une juste interprétation de la musique de caractère romantique. Le nouveau prestant est en lui-même une merveille dont je ne cesse de découvrir les multiples possibilités. Il est peu probable que, de nos jours, un organiste ou

un comité paroissial engagé dans l'achat d'un nouvel orgue songerait à adopter un devis comme celui de l'opus 1937. Au coût élevé des trois jeux d'anche, on préférerait sans doute quelques rangs supplémentaires de jeux à bouche, permettant peut-être même d'éviter le recours à l'unification, au moins aux claviers manuels. Cependant, face à ce que je considère comme une étonnante réussite, je pense qu'on aurait tort de ne pas s'inspirer de ces possibilités. Selon toute vraisemblance, la destination première de cet orgue, qui était le concert et non l'église, a incité ses concepteurs à sortir des sentiers battus et à inventer une disposition dont l'efficacité dépasse largement ce qu'on serait en droit d'attendre d'un si petit instrument. Qui plus est, cet orgue est maintenant servi par une ambiance chaleureuse et enveloppante, sur le plan acoustique comme sur le plan visuel, ce qui n'était certainement pas le cas dans le soussol de la bibliothèque Saint-Sulpice.

Devis d’origine

Devis actuel

Grand-orgue

Grand-orgue 2

Bourdon (à partir de do ) Montre Flûte à cheminée Viole de gambe Dulciane Prestant Flûte d’amour Dulcet Nazard Doublette Trompette Clarinette Récit

16’ 8’ 8’ 8’ 8’ 4’ 4’ 4’ 2 2/3’ 2’ 8’ 8’

Bourdon (complété par emprunt à la pédale) Montre Flûte à cheminée Viole de gambe Principal Prestant Flûte d’amour Nazard Doublette Sifflet Trompette Clarinette Récit

16’ 8’ 8’ 8’ 4’ 4’ 4’ 2 2/3’ 2’ 1’ 8’ 8’

Contre dulciane (à partir de do2) Flûte à cheminée Viole de gambe Voix céleste (à partir de sol1) Dulciane Violina Flûte d’amour Dulcet Nazard Piccolo Tierce Hautbois Pédale

16’ 8’ 8’ 8’ 8’ 4’ 4’ 4’ 2 2/3‘ 2’ 1 3/5’ 8’

Violon (à partir de do2) Flûte à cheminée Viole de gambe Voix céleste (à partir de sol1) Principal Violina Flûte d’amour Nazard Doublette Piccolo Larigot Hautbois Pédale

16’ 8’ 8’ 8’ 4’ 4’ 4’ 2 2/3‘ 2’ 2’ 1 1/3’ 8’

Bourdon Octave Violoncelle Flûte couverte Trompette

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

16’ 8’ 8’ 8’ 16’

Bourdon Octave Flûte couverte Basse de choral Trompette

16’ 8’ 8’ 4’ 16’

Page 19


Jeux réels, avec leur taille la plus grave. L’astérisque indique les jeux non-unifiés Montre 8’ (grand-orgue et pédale) Bourdon 8’ (grand-orgue et récit) Viole de gambe 8’ (grand-orgue et récit; n’apparaît plus à la pédale) Dulciane 8’ devenu Principal 4’ (grand-orgue et récit) Trompette 16’ (pédale et grand-orgue) *Clarinette 8’ (grand-orgue) *Hautbois 8’ (récit) *Voix céleste 8’ (récit, à partir du sol1) Bourdon 16’ (pédale, première octave empruntée par le grand-orgue)

Accessoires Grand-orgue à la pédale Récit à la pédale Récit au grand-orgue Tremolo (sur tout l’instrument) Pédale d’expression (sur tout l’instrument) Crescendo 3 boutons de combinaisons ajustables pour le récit 3 boutons de combinaisons ajustables pour le grandorgue et la pédale 3 pistons de combinaisons ajustables généraux Grand-jeu

Martin Brossard (suite de la page 16) Compositeur

Liste des œuvres de Martin Brossard

En écriture, il a reçu l'essentiel de sa formation auprès du compositeur Alain Gagnon, professeur à l'Université Laval. Il a écrit sept livres de pièces d'orgue ainsi que des arrangements et harmonisations pour chant choral.

Œuvres pour orgue

En 1996, on lui décerne le prix du «Concours de la société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie» pour la composition du chant Mon coin de pays . Martin est un passionné d'histoire et d'antiquité. Il possède déjà une imposante collection de vieux disques de tous genres.

1er Triptyque en do mineur 2e Triptyque en ré mineur 3e Triptyque en mi mineur Variations sur Alleluia de Taizé Variations sur Laudemus Annam Grande suite symphonique Suite mariale Œuvres vocales Harmonisations de motets, manuscrits du XVIIe siècle, composés par les Ursulines de Québec Harmonisations, à voix mixtes ou voix égales, de chants liturgiques

Vous désirez connaître où et quand ont lieu des concerts d’orgue au Québec? Visitez notre site internet où les informations sont affichées sous format calendrier. www.fqao.org/concerts.html

Page 20

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


Membres annonceurs

Page de publicité réservée aux membres qui veulent offrir des services personnels aux autres membres (avocat, notaire, fiscaliste, professeur, ingénieur, agent d’immeubles, courtier d’assurances, etc.)

Format : carte publicitaire Coût: 25$ par publication Maximum: 8 cartes par numéro Pour réserver, contactez le coordinateur de la revue.


Nouvelles des régions Québec Par Irène Brisson et Robert Poliquin

La saison 2005-2006 s’est terminée avec deux excellents concerts. D'abord, celui de Mélanie Barney le 29 avril : superbe prestation où la technique et le choix des œuvres nous ont fait connaître une interprète très dynamique. Enfin, celui du Quintette de cuivres de l'Université Laval avec l'organiste Marc d'Anjou, le 27 mai, qui nous ont présenté des oeuvres, tantôt en solo tantôt comme ensemble, qui nous ont comblés de sonorités agréables, riches et puissantes. Tout l'été, que ce soit au cours des messes-concerts aux églises Saint-Dominique, Saint-Jean-Baptiste et Saint-Félix, de la série estivale des concerts d'orgue à Chalmers-Wesley, les amateurs de musique d'orgue de la région de Québec n'ont eu que l'embarras du choix et la conciliation des horaires.

Le 23 septembre dernier, 6 organistes (Danny Bélisle, Marc D'Anjou, Nathalie Gagnon, Claude Lemieux et Richard Paré) ont présenté, avec brio, un concert Bach, en la Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, où chacun nous a transmis une vision personnelle des œuvres du grand maître. Un véritable délice. La saison 2006-2007 marque, pour les Amis de l'orgue de Québec, le 40e anniversaire de leur fondation. Après environ 250 concerts et 150 organistes invités, les Amis ont tenu à célébrer cet évènement par un concert inaugural «portes ouvertes» grandiose, tenu le 14 octobre avec, comme invité, le titulaire des grandes orgues de Notre-Dame de Paris, Olivier Latry. Dans une église bondée et même plus, l'invité a offert une performance exceptionnelle et mémorable. Par la suite, la saison se poursuivra avec John Grew (19 novembre 2006 à l'église Saints-MartyrsCanadiens), Louis Brouillette (18 février 2007 à la cathédrale anglicane Holy Trinity) et François Grenier (18 mars 2007 à l'église du Très-Saint-Sacrement).

(suite, page 25)

Nécrologie Par Michelle Quintal Denis Regnaud est décédé à Montréal, le 14 juin dernier, à l'âge de 61 ans. Organiste, claveciniste, professeur (Université de Montréal et de Moncton), il a aussi été réalisateur pour la Société Radio-Canada à Moncton (1980-1984) et à Montréal (19841987). Il a réalisé Récital d'orgue, Les Grands Concerts, il a mis sur pied Tribune de l'orgue. Chef des émissions musicales de la SRC (1987-1997) il fut aussi président de la Commission musique de la Communauté des radios publiques de langue française (1989-1992) et membre du Conseil des arts de la communauté urbaine de Montréal (1992-2000). Comme interprète, il s’est produit lors de concerts au Québec, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau Brunswick, en Europe (Suisse, Autriche, Italie) ainsi que pour la radio de Radio-Canada. Il nous laisse aussi quelques enregistrements. Organiste liturgique à l'église Notre-Dame-de-la-Présentation à Saint-Hyacinthe (1972), à la cathédrale Saint-Patrick à Montréal (1976-1979), à la paroisse NotreDame-de-Lourdes à Verdun (1986-1992), il fut aussi juge pour le Prix d'Europe et les examens d'orgue des Conservatoires de musique et de la faculté de musique de l'Université McGill. Je présenterai bientôt un portrait plus complet de cet être hors de l'ordinaire qui m'a accordé une entrevue en 2005.

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

Page 23


Jean Sébastien Bach et les influences de l’Europe centrale et méridionale (suite de la page 10) Pourtant, le point culminant du symposium fut la « jam-session » des trois improvisateurs vedettes, messieurs Vogel, Porter et Bellotti sur la tribune de l'orgue. La session était divisée en trois parties, soit les anches, les possibilités de solo et les différents pleinjeux.

Notes 1

Harald Vogel démontra les anches, dont six trompettes de 8', en plus de quatre de16' et un de 32', à part, bien évidemment, des jeux doux, tels que Hautbois, Cromorne, Chalémie et Voix humaine. L'improvisation de M. Vogel en était une de haute voltige, survolant des endroits étranges et inouïs, elle se termina par les glorieuses trompettes ! William Porter illustra les nombreuses possibilités de solo de l'orgue avec une improvisation délicieuse et poétique. La variété de flûtes et des jeux gambés, typiques pour l'Autriche et l'Allemagne du sud, et les mutations furent démontrés dans une seule pièce, magnifiquement construite par un grand maître de l'improvisation. On aurait pu penser que démontrer les plein-jeux serait une tâche bien ardue, mais M. Bellotti nous a enchantés par une démonstration sublime. Il y avait là trois Orphées inspirés, chacun jouant avec force et imagination, tous trois dignes d'une médaille olympique ! Le symposium du Westfied Center a eu lieu dans un cadre enchanteur. Il n'a duré qu'une moitié de semaine, mais quelle richesse et quelles merveilles dans un si court laps de temps ! Mille mercis aux organisateurs, aux Anglicans et aux gens de Victoria!

2

La nef de cathédrale a été construite dans les années 1920. La dépression a mis un terme à la construction du transept et la cathédrale ne devait jamais atteindre la grandeur prévue au départ. Les murs hauts et massifs sont faits de blocs de béton brossé ce qui leur donne l'aspect de pierre calcaire. En voyant l'espace volumineux, on s'attendrait à une acoustique très réverbérante, mais les briques poreuses des voûtes absorbent les hautes fréquences. Cependant, l'acoustique n'est nullement sèche, elle favorise la parole et aussi le contrepoint ! On pourrait faire une analogie avec la remarque de Harald Vogel, qui parlait d'un prêcheur qui, par son art de la rhétorique, remplit son église, alors qu'un orateur moins doué pourrait se trouver à prêcher devant des bancs vides, même si son message était important. Ainsi, un espace réverbérant peut exciter une foule, mais un espace moins réverbérant favorise une écoute plus intelligible. The Westfield Center, P.O. Box 505, Orcas, WA 98280 USA http://www.westfield.org/ courriel: info@westfieldorg

3

On présume que Pachelbel étudia avec Kerll, mais il fut certainement le maître de Johann Christoph Bach, le frère de Jean Sébastien. Cette hypothèse signifierait une filiation directe de Kerll à Jean Sébastien Bach, et donc quelle hérésie! - une influence de Rome, puisque Kerll étudia dans la Ville Éternelle avec Carissimi, possiblement aussi avec Frescobaldi.

4

Cet orgue a deux mixtures avec des tierces, en plus de la Rauschpfeife à la pédale. Les autres mixtures ont des quintes et de octaves, mais en ajoutant la Sesquialtera (ou Hörnli) au Oberwerk, on obtient également une mixture à tierce.

5

Le programme titrait à l'envers, ce qui n'a aucun sens : flüchtig doit précéder nichtig…

NDLR: Une version de ce texte a été publiée dans American Organist. L'éditeur nous donne la permission de le reproduire. La photo a été prise par John McKay.

NDLR: Pour des raisons hors de notre contrôle, la chronique « Anniversaires en musique » de madame Irène Brisson est reportée au prochain numéro. De gauche à droite, Michael Gormley, le facteur Hellmuth Wolff, et Harald Vogel. Page 24

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


Nouvelles des régions (suite de la page 23)

Mauricie Par Michelle Quintal

Saviez-vous que Jacques Lacombe, nouveau directeur artistique et chef récemment nommé pour la 29e saison de l'orchestre symphonique de Trois-Rivières est aussi organiste retraité dit-il et compositeur ? Organiste à la cathédrale de Trois-Rivières (19781983), lauréat du concours John Robb (1981), Premier prix d'orgue du Conservatoire de musique de Montréal (1982) après avoir étudié avec Noëlla Genest et Raymond Daveluy, Jacques Lacombe a écrit un Magnificat pour chœur, quintette de cuivres et orgue ainsi que la cantate Le fleuve qui chante pour soprano, chœur, orchestre et orgue. Cette cantate, qui a été diffusée en 1988 sur les ondes de la SRC à l'émission Les Grands Concerts, avait été composée à l'occasion du centenaire du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Jacques Lacombe en a fait une deuxième version pour chœur, ensemble instrumental et orgue qui a été jouée lors d'une cérémonie liturgique. Ne dit-on pas que l'orgue mène à tout ? Une nouveauté en France, venue du Canada sur une idée de Régis Rousseau : un match d'improvisation opposant 3 organistes québécois à 3 français, jouant sur 3 instruments différents à Notre-Dame-la-Daurade. Un écran géant permettait de suivre l'action qui se déroule à la tribune grâce à une caméra en circuit fermé (communiqué de presse de la 11e édition du Festival international Toulouse les Orgues, du 24 septembre au 14 octobre 2006). C'est ainsi que, le 6 octobre, les organistes québécois Dany Wiseman, Marc d'Anjou, Dominique Lupien étaient opposés aux organistes français Marc Pinardel, Vincent Dubois, Freddy Eichelberg grâce à un partenariat avec le Festival Orgue et Couleurs de Montréal. L'arbitre Raymond Perrin (professeur d'orgue au Conservatoire de Trois-Rivières), le maître de cérémonie Patrick Bélanger et les juges de ligne départageaient les équipes, ce match était retransmis par France Musique. À l'occasion de ce séjour, à cette même basilique, le 9 octobre, Dany Wiseman et Dominique Lupien interprétaient Dupré et Dominique Lupien. Le jour suivant, à la cathédrale Saint-Étienne, Marc d'Anjou et Dominique Lupien interprétèrent des œuvres de ce dernier. Régis Rousseau, à l'occasion d'un concert-midi, le 13 octobre, jouait sur l'orgue Ahrend de l'église-musée des Augustins.

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

Cette même journée, Gilles Desrochers, compositeur et organiste trifluvien qui fût organiste à la cathédrale de Trois-Rivières de 1973 à 1975, titulaire depuis 1977 de l'église conventuelle des Dominicains de Toulouse, avait aussi l'honneur de participer au 11e festival de Toulouse les Orgues à l'église Saint-Julien de Saint-Lys dans un concert hautbois et orgue.

Rimouski Par Rémi Martin

Cinq jours de musique et de soleil… Les Amis de l'orgue présentaient, du 8 au 12 juillet dernier, la onzième édition de leur Festival international d'orgue et de clavecin de Rimouski. Placés sous la présidence d'honneur de monsieur Alain Rioux, ce festival et son académie d'été ont permis à une dizaine de stagiaires de bénéficier de l'enseignement des maîtres Blandine Verlet pour le clavecin et Jean-Guy Proulx pour l'orgue. Les stagiaires, dont le plus jeune n'avait que 11 ans, ont pleinement profité de leur semaine de cours, recevant les encouragements et les précieux conseils de nos professeurs invités. La qualité du volet concert a été des plus relevées. Madame Blandine Verlet inaugurait le Festival par un grand concert Couperin à la salle Desjardins-Telus. Le lendemain, c'était au tour d'un trio formé de Lysiane Boulva, claveciniste et organiste, Stefanie True, soprano et Mélisande Corriveau, violoncelliste et gambiste. Une performance enlevante dans un programme intitulé « Divertissements et extravagances de l'Europe baroque ». Monsieur Jean-Guy Proulx nous conviait ensuite à goûter les « Atmosphères classiques et romantiques aux grandes orgues ». Le concert, présenté à la cathédrale, était dédié à Sr Pauline Charron, à l'occasion de ses 50 ans de vie religieuse. Grâce à la participation du Quatuor de La Tournée, le Festival présentait comme quatrième concert une grande soirée JeanSébastien Bach à l'église de Saint-Pie-X. Les clavecinistes Josée April, Luc Beauséjour, Mylène Bélanger, Olivier Fortin et Nicolas-Alexandre Marcotte nous ont permis d'apprécier le génie du grand Bach dans ses concertos pour 1, 2 et 4 clavecins et dans des extraits des Variations Goldberg. Finalement, les stagiaires nous offraient, en concert de clôture du festival, le fruit de leur travail en clavecin et en orgue, le tout sous forme d'un concert-promenade qui nous a amenés de l'église Saint-Pie-X à la cathédrale de Rimouski. Et en plus, il a fait beau !

Page 25


Publications Par Robert Poliquin

Camille Saint-Saëns : Symphonie no. 3 Philippe Bélanger Orgue Beckerath de l’Oratoire Saint-Joseph, Montréal Orchestre Métropolitain du Grand Montréal Yannick Nézet-Séguin Le dernier enregistrement de cette œuvre, réalisé en 1987, avec l’orgue de l’Oratoire, avec Peter Hurford à l’orgue et Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Charles Dutoit, où les partitions d’orgue et d’orchestre avaient été enregistrées séparément, cet enregistrement a été réalisé entièrement à l’Oratoire : l’orchestre prenant place sur le plancher de la nef. Le résultat donne une impression d’ensemble et une interprétation remarquable. Philippe Bélanger complète avec la « Marche sur Lift Up Your Heads de Handel » d’Alexandre Guilmant, le « Carillon de Westminster » de Louis Vierne, et l’Allegro vivace de la « Sixième symphonique pour orgue » de Charles-Marie Widor. Pour un premier enregistrement sur cet instrument depuis qu’il en est devenu le titulaire, la prestation de Philippe Bélanger est toute empreinte de jeunesse et de vivacité tout en rendant honneur à ce fabuleux instrument. ATMA SACD 2-2331

Healey Willan : Organ Works Patrick Wedd Orgue Casavant de l’église Saint-Jean-Baptiste, Montréal Né an Angleterre et arrivé au Canada en 1913, Willan devient, en 1921, maître-de-chapelle et organiste à l’église catholique anglophone St. Mary Magdalene de Toronto, position qu’il occupera pendant 47 ans. Dans cet enregistrement, on y retrouve, entre autres, trois de ses œuvres majeures écrites à trois différentes phases de sa vie : Prélude et fugue en do mineur (1906), Introduction, Passacaglia et Fugue (1916), Passacaglia et fugue # 2 en mi mineur (1959). Les Cinq préludes sur des motifs grégoriens (1950) dénote l’affection que Willian portait à cette musique. Quant à l’interprète, Patrick Wedd,il n’a plus besoin de présentations. L’actuel directeur musical de l’église Christ Church à Montréal est un musicien accompli, un excellent pédagogue et un interprète remarquable. Dans cet enregistrement, il démontre une maîtise consommée de son art. L’orgue symphonique de l’église Saint-Jean-Baptiste et l’incomparable acoustique du vaste édifice sont deux facteurs qui favorisent la fabuleuse sonorité de cet enregistrement. NAXOS 8.557375 Page 26

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


Antonio Vivaldi : La Stravaganza Catherine Todorovski Orgue Grenzing de l’Abbatiale Saint-Cyprien-en-Périgord (France) L’artiste montréalaise nous présente sur deux CD, les 12 concertos de l’opus 4 d’Antonio Vivaldi. Ces concertos, écrits pour violons, ont été transcrits par l’interprète qui les a conçus pour un orgue à 2 claviers et pédalier selon le modèle de Bach. Comme elle le fait remarquer dans le livret, elle a eu pour souci constant de rester fidèle, autant que possible, au texte de Vivaldi. Certains passages trop « violonistiques » ont été adaptés pour les faire mieux sonner à l’orgue. Il en est ainsi pour les valeurs longues du violon soliste qui ont été comblées. L’orgue retenu est particulièrement adapté à ces concertos avec sa richesse en couleurs, ses registres de solos et ses plans sonores très équilibrés qui reproduisent à merveille la palette orchestrale. L’interprète a réalisé des transcriptions qui en font des œuvres faciles à entendre et à savourer. Les mouvements vifs sont joyeux et vivants. Les mouvements lents sont par contre lyriques et expressifs. SYRIUS SYR 141373 A/B

ORGUES, Le chœur des anges Jean-Michel Sanchez et Olivier Placet Manosque (France), Éditions Le Bec en l’air, 2005 168 pages, ISBN 2-916073-01-9 Dans un superbe livre aux multiples photographies en couleurs, les auteurs nous font découvrir l’histoire mouvementée de l’orgue, entre le Moyen-Âge et la Révolution française, à partir des buffets d’orgue et nous présentent les grandes dynasties de facteurs d’orgues, particulièrement dans le midi de la France. C’est ainsi qu’au travers de vingt-huit instruments allant de l’église Saint-Grégoire de Tallard (vers 1600-1625) jusqu’à l’église NotreDame-de-Beaulieu de Cucuron (1788) nous naviguons parmi les grandes familles de facteurs d’orgues : les Eustache, les Royer, et les Isnard pour ne nommer que ceux-ci. Pour chacun des instruments, photo(s) à l’appui, on y découvre son histoire et, chose précieuse, sa composition instrumentale. Pas de gros instruments ou d’instruments célèbres mais, pour la plupart, d’humbles instruments très bien conservés. Il s’agit d’un ouvrage de référence à tous les acteurs culturels et techniques du monde de l’orgue, qui devrait contribuer à la préservation et la mise en valeurs de ces beaux instruments, en particulier à la restauration de ceux qui sont muets. Ce livre révélera à nombre de lecteurs l’une des richesses, trop souvent encore méconnue et parfois négligée, du patrimoine religieux provençal.

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

Page 27


L’orgue sur le web Par André Côté Comme il est possible de le constater en consultant la Revue des revues qui agrémente chaque édition de Mixtures, les publications en rapport direct avec l'orgue sont nombreuses. Plusieurs d'entre elles ont aussi leur vitrine sur Internet. Bien que soient rares celles qui proposent intégralement leur contenu en ligne, on peut souvent y retrouver, en plus des sommaires, quelques articles complets ou des résumés des plus intéressants. Choir & Organ http://www.choirandorgan.com/ Publication bimestrielle dédiée, comme son nom l'indique, à l'orgue et au chant choral. Le sommaire de l'édition courante est présenté sur le site. Het Orgel (Internet magazine on organ music and organ building) http://www.hetorgel.nl/ Ce magazine hollandais, le plus ancien publié en Europe, nous livre sur son site web des résumés d'articles ainsi qu'une revue des festivals européens La tribune de l'orgue http://www.hippocampe.ch/tdlo/ Revue suisse romande sous la direction de Guy Bovet. Site de présentation sobre mais au contenu substantiel. The Organ http://www.theorganmag.com/ Magazine trimestriel. Le site web permet de consulter le sommaire du numéro courant et de ceux des dernières années.

The American Organist http://www.agohq.org/tao/ Le site du prestigieux magazine mensuel de l'AGO (American Guild of Organists) est avare de matériel (pas même un sommaire!) mais permet de soumettre des textes pour une édition ultérieure (nouvel instrument, poste disponible, concerts à venir, etc.) Par contre, le site permet d'accéder à une foule de ressources offertes par l'association. Organ Alternatives http://www.orgalt.com/ Fondée en 1992 par l'organiste torontois Christopher Dawes, cette entreprise de production et de communication publie la revue du même nom dédiée au monde de l'orgue au Canada. Quelques numéros sont intégralement disponibles. Organists' Review http://www.iao.org.uk/ Revue de l'Incorporated Association of Organists dont le site web présente le sommaire. The Tracker http://www.organsociety.org/ Revue officielle de l'Organ Historical Society dont certains éléments de la dernière édition peuvent être consultés. Le Magazine de l'Orgue http://www.lemagazinedel.org/ Un des rares magazines francophones à avoir une fenêtre sur internet.

Tous ces sites présentent bien évidemment les conditions d'abonnement aux versions-papier intégrales qui orneront toujours avec bonheur les rayons de nos bibliothèques. Le texte intégral (avec liens hypertextes) de cette chronique peut être consulté sur mon site, à l'adresse suivante : http://saglac.qc.ca/~acote/

Numéros antérieurs de Mixtures Il vous manque des numéros pour compléter votre collection, sachez qu’ils sont encore disponibles au coût de 2$ (numéros 1-24) et 5$ (numéro 25), frais de poste inclus. S’adresser à la Revue. Page 28

Mixtures, Numéro 35, Novembre 2006


Revue des revues Par Gaston Arel FRANCE L’orgue francophone en bref / SUPPLÉMENT DU BULLEL’ORGUE FRANCOPHONE FFAO, 21, rue de la Liberté, 21170 Saint Jean-de-Losne, France No33 - 2005-2006 : Le billet du Président - Enregistrer les orgues… - Une gravure historique : la Paraphrase-Carillon de Tournemire enregistrée par luimême en 1931 à l'orgue de Saint-Clotilde - La FFAO, actrice du maillage d'un «territoire organistique» - La vie de l'orgue en Suisse Romande - Les nouvelles orgues européennes de la cathédrale de Lausanne L'orgue francophone. Nouvelles de Belgique - L'association Orgue en Baïgorry : un exemple de valorisation d'un orgue - 20e congrès FFAO, Orgue en Bourgogne ou l'itinéraire enchanté - La route des orgues : De la Chartreuse à la Drôme provençale - Congrès 2004 : Champagne-Ardenne - Congrès 2005 : Orgues en Haute-Normandie. TIN

No34 - 2006 : ORGUES EN FRANCHE-COMTÉ, ALSACE DU SUD & JURA SUISSE Ouverture - La lignée des Verschneider, facteurs d'orgues mosellans - Orgalie et le tour " Orgues sans frontières " 2006 - Orgues en Alsace - L'échappée dans le Doubs - Les concerts 2006 : Belfort : Temple SaintJean, Cathédrale Saint-Christophe - Dannemarie Delle : Église Saint-Léger - Porrentruy : ancienne église du Collège des Jésuites et de la cour épiscopale - Saint-Ursanne : Collégiale - Lauw : Église Saint-Éloi - Masevaux : Église Saint-Martin - Guewenheim : Église Saint-Maurice - En montant vers Pierrefontaine… - Pierrefontaine-les-Varans : Église paroissiale - Abbaye de la Grâce-Dieu. L'orgue francophone en bref / SUPPLÉMENT DU BULLETIN L'ORGUE FRANCOPHONE FFAO, 21, rue de la Liberté, 21170 Saint Jean-de-Losne, France No47 - Juin 2006 : Concerts - Route des orgues, voyages, congrès, visites d'orgues - Propos du Père Sage - Stages, académies, classes de maîtres - Festival, semaines… - Concours - Brèves de Tribunes Compacts disques - Livres et partitions - Vidéos, DVD, CD-Rom - Échos - Matériel pédagogique, expositions, internet, conférences - Petites annonces - Courrier des lecteurs. Point d'orgue / BULLETIN DE LIAISON DE L'ASSOCIATION DES AMIS DE L'ORGUE DE LA VENDÉE, 3 rue Victor-Hugo, 85580 Saint-Michel-en L’Herm, France

Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006

No 108 (40e année / juillet 2006) : Assemblée générale - Concert piano et orgue - À l'écoute des concerts et récitals - Quelques infos sur l'orgue - Un ancien du stage : Clément Bouhier - La musique des sphères. Musica et Memoria / ASSOCIATION ÉLISABETH HAVARD DE LA MONTAGNE, Le Moulin Blanc, 87300 Bellac, France. No 97-100 (26e année 2006 - numéro quadruple) : Un ami nous a quittés : Georges Danion - La Lorraine en musique - L'harmonium : un instrument, une méthode, un répertoire - Thomas Kuras : artiste complet, éminent érudit - Obituaire des musiciens : octobre 2004 à décembre 2005 - L'orgue et sa musique : une ambition religieuse - Jean Romanette, lieutenant d'artillerie et compositeur de musique - Revue des revues - Mgr Maurice Kaltnecker - Quelques notes sur des serviteurs de la Musique sacrée - Eugène Ysaye, le colosse du violon André Messager, musicien d'église - Il y a 25 ans, souvenez-vous… - Les cloches d'église. Le Tuyau / BULLETIN DE LIAISON DE L'ASSOCIATION «CONNAISSANCE ET PRATIQUE DE L'ORGUE», Montpellier, France No 38 (2e semestre 2005) : Édito : Brigitte Alzieu J.B.Micot, facteur d'orgue en Languedoc au XVIIIe siècle - Revue des revues - Les CD's reçus - Livres - Nomenclature des jeux d'orgues, courrier des lecteurs. Bulletin d'information de l'Association des amis de l'orgue de Versailles et de sa région / 20 rue Montbauron, 78000 Versailles, France. No 58 (janvier 2006) : Les vœux du Président - Et revoici l'année Mozart - Anniversaires 2006 - Saint-Saëns et Fauré : un orgue, une amitié et annexes - " L'étonnement c'est le bonheur " : six concerts récents - Hommage à Madame Madeleine Gomy : organiste émérite de l'église Saint-Hilaire de Niort - Disque de musique d'orgue parus et réédités - Écouté pour vous - Quelques informations. Janvier 2006 : SPÉCIAL XXVE ANNIVERSAIRE Vingt-cinq ans au service de l'orgue - Historique de l'Association des Amis de l'orgue de Versailles et de sa région - Vingt-cinq ans d'activités - Notre bulletin - Récapitulatif des articles par bulletin - Récitals et concerts et leurs interprètes - Visites d'orgues - Activités annexes Concerts d'orgue du Mois Molière à Versailles - Célébration du 25e anniversaire de l'association en la cathé-

Page 29


drale Saint-Louis de Versailles : récital de Marie-Claire Alain - Europe Bach Festival. No 59 (juin 2006) : Assemblée générale - Hommage à Marie-Claire Alain - Visite de l'orgue de Notre-Dame du Grandchamp - Mozart et l'orgue - La Madeleine : son grand orgue Cavaillé-Coll et ses organistes Écouté pour vous - Les disques d'orgue - L'orgue dans les Festivals cet été - Quelques concerts : les timtinabuli de Arvo Pärt - In Memoriam Rolande Falcinelli Annonce de la vente d'un orgue. Belgique Le Magazine de l'Orgue / Rue du Trône, 200, B1050 Bruxelles, Belgique. No 87 (2e trimestre 2006) : Prélude - 17 CD's classés par compositeurs - XIV questions à Pascale Rouet - La boutique du M'O - 15 CD's récitals classés par interprètes - 3 CD's en bref - 6 livres sur l'orgue - 21 partitions d'orgue - Agenda des concerts d'orgue du 1/5 avril au 15 juillet. No 88 (3e trimestre 2006) : Prélude - 17 CD's classés par compositeurs - La boutique du M'O -XIV questions à Els Biesemans - 12 CD's récitals classés par interprètes - L'orgue dans la Revue et Gazette Musicale de Paris,1851 - 9 CD's en bref - 6 livres sur l'orgue - 20 partitions d'orgue - Modalités d'abonnement au M'O. Suisse La Tribune de l'orgue / REVUE SUISSE ROMANDE, Guy Bovet, CH-1323 Romainmotier,Suisse 58e année, No1 2006 : Éditorial - Berlioz et l'orgue III - Les orgues historique de Sicile - Les six orgues de la basilique de Mafra - Le quart d'heure d'improvisation Treizième année de la TDLO - Cuivre and co - Les mémoires de Don Aldo Lanini (IX) - L'orgue Welte philarmonie du musée de Seewen )SO) - Mon orgue positif transportable - Les voyages de M. Philéas Fogg - Disques, livres, divers, courrier des lecteurs, revue de presse, cours, concours, congrès et académies, les dessins d'Ariane Blanc : le trac, calendrier des concerts, communications de l'AOR - Couverture : L'orgue de Nürtingen (D) (Goll). 58e année, No2 2006 : Éditorial - L'orgue Goll du collège de Schwyz (1912) - Un orgue suisse au Texas Le quart d'heure d'improvisation - Les mémoires de Don Aldo Lanini (X) - L'orgue de Nürtingen (D) - Les voyages de M. Philéas Fogg - Disque, partitions, livres, divers, courrier des lecteurs, revue de presse, cours, concours, congrès et académies, calendrier des concerts, communications de l'AOR. Couverture : L'orPage 30

gue de Nürtingen (D) (Goll 42/III/2004). Italie Arte organaria e organistica / Casa Musicale Edizioni Carrara, Via Calepio, 4 - 24125 Bergamo, Italia Anno XII, No 56 (Luglio-Settembre 2005) : La voce possente di un populo : L'Æolian-Skinner del Mormon Tabernacle di Salt Lake City, Utah, USA - Lo strumento avveniristico di Tenerife; ad un passo dall' «organo a struttura variabile»? : A coloquio con Jean Guillou - Sonorità italiane : L'organo di Mastro Pietro Paolo du Montefalco (1609) della Chiesa-Museo di San Francesco in Trevi Duo corpi opposti e sonori :Il nuovo organo Andrea Zeni della Chiesa parrocchiale di San Girolamo in Este - Antonio di Cabezon, un organista myr real - Karl Straube (1873-1950) e l'arte dell'orchestrazione organistica Dubbi e certezze di un romantico : Hector Berlioz e l'organo. Anno XII, No 57 (Ottobre-Dicembre 2005) : Suoni d'Ance made in China l Il nuovo organo Rieger dello Shanghai Oriental Art Center - Fiato alle corde l A Foligno il Primo Festival Internazionale di Claviorgano - Moderno d'epoca : L'organo A. Bassi Urbani (1859) della Chiesa parrocchiale di San Sebastiano di Renazzo - Il moi nome è Helios : Il nuovo organo musicale «Glatter-Götz» a trasmissione meccanica della Chiesa dello Spirito Santo in Paterno - Jean de Macque, musico di Fiandra - Azzolino Bernardino Della Ciaia (1671-1755) - José Torrellas, il frate compositore : Pubblicata l'opera omnia per orano in ediziona critica. Canada Organ Canada / Orgue Canada / Journal trimestriel du Collège royal canadien des organistes (RCCO / CRCO) March 2006 (Vol 19 no. 1) : Historic Organ Commitee Designates Ten More Organs - President's Message - Report of the Nominating Committee - Sixteenth Notes National Council Report - Positions Available - Summer Organ Academies - Organix 06 - An Organ Miniature Making a Difference : Planned Charitable Giving - Centenary Methodist Church's 1868 Thomas White Organ : An Early Canadian Organbuilder's Only Opus ? - New Kids on the Block - Preparing for RCCO Examinations - Reviews. June 2006 (Vol 19 no. 2) : A New Casavant Organ for St.John's Chcurch, Lunenburg - President's Message Halifax Organ Festival Update - Positions Available - Halifax Organ Festival - Sixteenth Notes - Calgary Festival and Symposium to Celabrate New Ahrend Organ - Hindsight - An Organ Miniature - Organix 06 a Great Success - RCCO Examinations : Preparing for the Paperwork From the Builders - Centenary Church's 1880 Warren Organ - Making a Difference. Mixtures, Numéro 25, Novembre 2006


Mixtures #25, novembre 2006  
Mixtures #25, novembre 2006  
Advertisement